Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les modes de transmission

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Pratique

Explorations

Christine Josso

Testo integrale

Même s’il n’y a plus de continents à découvrir, il y a encore ceux à inventer.

1Lorsqu’une discussion se conclut sur le classique : « ce n’était qu’une question de mots », le compromis final masque le fait que si les mots désignent une réalité, il était sans doute question de réalités différemment vécues et/ou de réalités différentes.

2La définition des mots dans un dictionnaire prétend à l’univocité et à l’universalité. Partir d’une définition de l’éducation en utilisant le « PETIT ROBERT » c’est avoir, cependant, pour référence, le point de vue d’une culture qui l’a produit, savoir qu’actuellement il n’est pas dépassable, donc désigner les limites du lieu d’où nous parlons.

3« Education :

  • mise en œuvre des moyens propres à assurer la formation et le développement d’un être humain.

  • ces moyens eux-même : institution, apprentissage.

  • développement méthodique d’une faculté ou d’un organe.

  • connaissance et pratique des usages de la société, savoir-vivre, politesse ».

  • (renvoi à Initiation)

4« Initiation :

  • admission.

  • introduction, recevoir ou donner les premiers éléments d’une pratique, d’un mode de vie, d’un art, d’un jeu, d’une science ».

5Cette définition me satisfait pleinement puisqu’elle donne tous les éléments caractérisant notre conception de l’éducation, son contenu (savoir-vivre, usages), ses objectifs (formation et développement d’un être humain), ses moyens et enfin sa finalité à travers le renvoi à intention. Ce renvoi introduit parfaitement l’idée que l’éducation à la vie sociale n’a de sens que si elle s’inscrit dans un système de valeurs qui l’englobe et en modifie la portée immédiate puisque l’initiation introduit aux premiers éléments d’une pratique.

6L’admission suppose la connaissance des usages de la société et leur mise en pratique.

7Comment l’éducation organise-t-elle cette « initiation » ? Elle forme, met en forme la pensée par les moyens qu’elle utilise ; l’institution : « usine » des rôles et des statuts, donc des normes et des valeurs sélectionnant des attitudes et des comportements à travers les rapports humains, fondements de sa pratique quotidienne. Etre admis pour être reconnu, pour être identifiable, avoir une identité en admettant les règles et les usages. L’admission est donc la finalité de ces apprentissages définis par l’institution.

8Cependant la signification concrète de cette définition pour une culture et une société ne peut se saisir qu’à travers ses règles et ses usages dans un contexte relationnel précis. Quels sont donc les règles et usages de la société dont parle le « PETIT ROBERT » ? J’ai vainement cherché dans ce dictionnaire, les mots se sont renvoyés les uns aux autres et j’ai fini par tourner en rond.

9Les usages des sociétés industriellement développées sont à chercher dans son savoir-vivre les relations inter-culturelles et intra-culturelles.

10Pour comprendre ces relations, nous devons interroger les relations inter-culturelles à partir de la logique interne d’une société et d’une culture qui les a orientées vers un type de rencontre : la colonisation. En effet les règles de son expansion interne nous permettent de comprendre sa logique expansionniste. La règle de cette logique semble être la domination (domination de la nature comme domination d’autres sociétés ou groupes humains), son mode : la hiérarchisation-centralisation, sa pratique : l’exclusion (intolérance vis-à-vis des différences). Cependant la diversité des formes de pénétration découle de la diversité des formes de résistances des autres projets sociaux et culturels ; de profonds déséquilibres naissent de cette composition des antagonismes et des contradictions ainsi créés.

11Les autres cultures ont résisté et résistent encore à nos plans de développement, autrement dit à notre règle, à son mode et à ses pratiques.

12Mais là aussi domination et dépendance s’auto-entretiennent comme auto-colonisation et ethnocentrisme, symétrie et complémentarité... On dirait qu’il faut inventer un nouveau mot entre le « nous » et le « eux ».

13L’indépendance économique et culturelle ne sera gagnée que par la lutte : c’est la conquête de toute résistance ; comme l’indépendance politique n’a pas été accordée mais conquise. D’autres relations inter-culturelles s’imposent pour dépasser, en ce qui nous concerne, la domination et l’ethnocentrisme comme la dépendance et l’auto-colonisation. Les analyses qui exposent les antagonismes, les contradictions entre des intérêts économiques (intra ou inter-nationaux), politiques et culturels et leurs conséquences : guerres, famines, déséquilibres écologiques, corruptions, tortures, etc… montrent que nous avons dépassé le stade des présomptions sur les dangers de totalitarisme liés à notre logique expansionniste.

14Pourquoi avoir qualifié les usages de nos sociétés industriellement développées de technostructures de l’inégalité ?

15Pour répondre à cette question, nous partons donc d’une définition du « développement » des sociétés industrielles comme possible grâce à leur domination sur d’autres sociétés et cultures par le biais de structures de domination qu’ils y ont mises en place : depuis les structures administratives jusqu’aux droits, en passant par la radio, les missions, les usines, etc.. L’aide au développement est une idéologie en ce sens qu’elle camoufle cette imposition par les formes mêmes de cette aide : notre technicité légitimée par « La Science ».

  • 4 Pierre Bungener, 27 mai 1975, conférence CEDATIC.

16Les technostructures sont donc constituées de techniques, d’institutions et de langages élaborés par une logique d’assimilation et de phagocytage de l’espace physique à l’espace spirituel, en passant par l’espace social. Les déséquilibres graves dans lesquels nous nous trouvons nous obligent, me semble-t-il, à considérer la différence comme une nécessité, source infinie d’inventions nées grâce à d’autres méthodes de connaissance, dans d’autres rapports sociaux et relations humaines, dans d’autres types d’organisation sociale. Les autres cultures en tant que modes de gestion et d’organisation d’un groupe humain, doivent nous interroger sur nos différences. Lorsque les sociétés industrielles considèrent les autres cultures et sociétés comme « incapables » de faire face à « leurs » besoins, elle condamnent leur technologie comme leur identité. L’image nous est renvoyée : notre technologie nous condamne, condamne-t-elle notre identité ? « ... la société occidentale résiste à l’ébranlement de sa logique interrogée par celle des autres »4.

17Ses « vérités » deviennent mensongères comme le montre l’ensemble des déséquilibres, contradictions, antagonismes que nous connaissons nous-mêmes. Une réinterrogation de notre système de valeurs semble nécessaire à la révision de nos pratiques.

18Les technostructures de l’inégalité transplantées dans d’autres sociétés et cultures désignent leur « intention » implicite : produire les conditions de la domination par acculturation. Les mécanismes et les espaces de cette acculturation sont multiples, j’ai choisi parmi ceux qui me semblaient illustrer le mieux les trois axiomes de procédure déjà mentionnés.

19Une culture s’impose par la négation des autres, les autres se nient par l’acceptation de cette imposition. Hiroshima a mis fin à une guerre, mais notre histoire en a eu le souffle coupé. Un événement qui explique et montre les dangers courus à résister, mais qui, en même temps, fascine les vaincus par son efficacité. Un événement qui explique et montre les dangers d’une domination définitive, mais qui, en même temps, fascine les vainqueurs dans l’efficacité de leurs principes. Le mythe du grand sorcier blanc est né de ses coups de force.

20Du génocide à l’assimilation progressive, une même stratégie : la domination.

21Où sont les hiroshima en puissance aujourd’hui ? Ce sont les institutions éducatives parce qu’elles mettent en forme les esprits et les comportements, l’urbanisation comme mise en forme de l’espace, les migrations comme apprentissage sur le tas.

22Les institutions éducatives inculquent un savoir, en excluent d’autres, pour produire et reproduire les hiérarchies valorisées : l’abstrait sur le concret, la théorie sur la pratique, les élites sur les « masses », le travail intellectuel sur le travail manuel, l’industrie sur l’agriculture, etc.. Elles assurent l’intériorisation d’une normativité — sanctionnée par un système complexe de certification — à travers deux modes d’apprentissages imposés : d’une part l’implicite des structures scolaires, des règlements, des programmes, des relations maître-élève, parents-institutions, du code linguistique et d’autre part l’explicite de leurs légitimations. L’intériorisation se fait donc sur le plan des comportements valorisés (des postures du corps jusqu’aux jeux de rôles) et de leur expression symbolique par le langage scriptural et verbal.

  • 5 UNESCO Progrès de l’alphabétisation dans les divers continents. Alphabétisation 1969-1971.
  • 6 UNESCO L’alphabétisation au service du développement. Paris 1965.

23C’est ainsi que l’alphabétisation fait des « progrès » puisque l’analphabétisme est un problème mondial5, elle ne peut donc être qu’au service du « développement »6. Les langues des colonisateurs deviennent le véhicule de la civilisation : le « petit nègre » ne peut être que l’expression d’une incapacité, une dégénérescence mais surtout pas une création culturelle...

24L’adaptation des programmes aux spécificités culturelles « histoire, géographie, littérature...) ne modifie en rien la logique ordonnatrice et classificatrice des matières et de leurs découpages. Sans oublier que la détention de diplômes de la « Métropole » assure une reconnaissance sociale et professionnelle appréciée.

25Comment les institutions éducatives mises en place, importées « clef en main », pourraient-elles avoir une production différente de celles pour lesquelles elles on été conçues ? Le ré-enracinement des valeurs traditionnelles, moulé dans des programmes qui distribuent la conception du savoir et des valeurs de sociétés industrielles, peut-il créer autre chose que des perversions de sens ? Que deviennent et que font les élites ainsi formées ?

26Cependant ces institutions n’assurent l’intériorisation d’une normativité que dans la mesure où les apprentissages qu’elles organisent sont fonctionnels à l’ensemble de la réalité sociale qu’elles produisent et reproduisent. Or les différences de vitesse de transformation entre les espaces sociaux provoquent des déséquilibres importants qui s’ajoutent aux contradictions internes de ces institutions.

27Ces dysfonctionnements, résultats d’une sorte de résistance d’une culture et d’une société aux transformations brutales, sont les occasions d’une révision de principes de « développement » qui produisent autant de catastrophes que de miracles apparents. L’espoir n’est-il pas dans ces échecs ?

28La domination culturelle à travers les institutions éducatives n’est qu’un des lieux d’éducation au développement. Parler de l’urbanisation et des migrations constitue un simple élargissement, hors de son espace explicite, du concept d’éducation.

29L’urbanisation, organisation de l’espace centrée sur la dépendance, a essentiellement créé des axes convergents vers le dehors. Les grandes villes sont les têtes de pont entre espaces ruraux et espaces industriels du centre, elles sont espaces de transition, espaces d’échanges produisant la transition, gérant l’échange selon les lois du marché international.

30L’ordre de leurs espaces tente de s’agencer avec d’autres espaces, c’est pourquoi l’organisation de ces espaces urbains me semble symboliser les rapports contradictoires entre l’espace international et l’espace « national ». L’urbanisation est donc la pénétration d’un espace organisant la dépendance du rural à l’urbain encore appelée la « modernisation ». Or l’urbanisation dépendante désorganise et appauvrit le milieu rural (exodes, déséquilibres écologiques par l’introduction de techniques efficaces au début mais très vite dévastatrices) et privilégie certaines régions au détriment d’autres. Contrairement à la thèse : urbanisation égale industrialisation, par analogie à notre développement, l’urbanisation accélérée n’a pas débouché sur l’industrialisation accélérée. La ville n’arrive plus à organiser l’absorption dans la « modernité » de ceux qu’elle a condamnés à l’exil de leur terre natale. Ainsi cohabitent complémentairement deux modes de vies, produits tous deux de la dépendance, dont l’un au moins est encore fortement enraciné dans ses traditions. Les problèmes sociaux posés par ce déséquilibre incontrôlé deviennent toujours plus préoccupants pour les autorités locales ; ils seront probablement, eux aussi, la source d’interrogations radicales. Les théories de la self-reliance, déjà objets de longues réflexions « des experts du développement », sont presque prêtes à remédier aux excès de la dépendance ; peuvent-elles orienter des solutions ?

31Les villes structurent l’espace, et, comme les institutions éducatives, hiérarchisent les activités, les ordonnent dans un temps linéaire, imposent des circuits de communication, favorisant ainsi des types de relations sociales. L’organisation des rapports d’échanges entre espaces exclut certains échanges avec certains espaces (bidonvilles) et, hiérarchise, en les privilégiant, des quartiers par rapport à d’autres.

32Enfin, elle façonne des attitudes, des comportements, des représentations et des aspirations.

33Domination... résistance, le rapport est là aussi présent.

34Quant aux migrations, elles sont l’école la plus gratuite socialement, mais la plus coûteuse humainement que je connaisse. L’exode rural ne s’arrête pas aux grandes villes, certains prennent le large en voyages organisés ; on dirait que de nombreuses cultures partagent l’adage « l’aventure apporte la fortune ».

35Emigrés exclus, méprisés, cachés, alphabétisés et éduqués dans l’exploitation, ils font l’apprentissage du salariat, de notre « savoir-vivre ». Leur formation en situation est la formule la plus rentable pour les pays respectifs, et on les paie pour le savoir...

36Racisme, xénophobie entretiennent des solidarités trompeuses, c’est ainsi que la colonisation a créé en Europe son élite médiatrice. Leurs droits de minorité culturelle ne sont pas respectés, mais comment pourraient-ils l’être dans ces « nations » avec de « grands peuples » où le droit à la différence de leurs propres ethnies donne lieu à des luttes incessantes ?

37Mais là aussi, l’assimilation culturelle n’est pas simple, lorsqu’elle est souhaitée. De toute façon elle est toujours posée en termes inégaux pour les émigrés ; le pays receveur fait presque œuvre humanitaire... Les grandes nations n’exportent que leurs élites...

38Je disais plus haut que cette logique expansionniste passe par la logique d’expansion interne des sociétés industriellement développées, c’est pourquoi je déplace la cœur de la jungle et que l’approfondissement de l’analyse passe maintenant par l’examen d’une institution éducative : l’école obligatoire. Autrement dit, la thèse défendue ici est que les caractéristiques des relations interculturelles, telles qu’elles sont conçues par ces pays, ne peuvent pas être différentes au niveau des processus de celles des relations intra-culturelles.

39Cependant, pour permettre d’opérer cette analogie, il faut reconsidérer la façon dont nous avons posé le problème des inégalités sociales dans nos pays, et en particulier — parce que c’est là qu’il s’y manifeste le plus explicitement — le discours sur les inégalités culturelles « face » à l’école des milieux « défavorisés ». Il s’agit donc de savoir comment les autorités scolaires, et donc les pratiques scolaires, « parlent » des différences dans nos sociétés.

40La méthode reconsidérée consiste en l’application de concepts forgés par l’anthropologie dans ses analyses de l’acculturation ; quels sont les mécanismes et les modalités de cette acculturation que certains nous ont appris à désigner « inculcation idéologique » et que d’autres désignent dans leurs analyses de l’institution scolaire comme la stratégie « compensatoire » ?

41L’acculturation est une inculcation idéologique en ce qu’une forme de vie s’impose comme la plus efficace, donc la meilleure — mais pour notre échelle de valeur et de mesure ! — puisqu’elle est scientifique. C’est par là croire que notre positivisme épuise tout « Le » « Savoir ».

42« L’inculcation idéologique » est une acculturation en ce qu’elle présente la culture comme ne pouvant être que celle de l’élite dominante. Il y a La Culture et la culture populaire ou les cultures régionales, comme Paris doit être le centre culturel de la France.

43Le cœur de la jungle est déplacé, une expédition à Genève est proposée parce qu’elle est ni plus ni moins représentative des pratiques éducationnelles des sociétés industrielles européennes.

Note

4 Pierre Bungener, 27 mai 1975, conférence CEDATIC.

5 UNESCO Progrès de l’alphabétisation dans les divers continents. Alphabétisation 1969-1971.

6 UNESCO L’alphabétisation au service du développement. Paris 1965.