Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les modes de transmission

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Pratique

Technostructures De L’inégalité

Christine Josso

Texte intégral

Surnaturel !
j’ai pris une toile
je l’ai montée sur un châssis
je l’ai enduite
je l’ai poncée
je l’ai enduite à nouveau
j’ai broyé des couleurs
j’ai pris des pinceaux
.....
à la fin j’avais pris racine.
Laurent Wolf, permutations, ed Zoe, Genève

1Pour être au plus vrai possible de ce travail, il faudrait en écrire l’histoire ; non pas qu’elle soit particulièrement originale, elle est des plus banales dans notre milieu universitaire ; je vais donner quelques éléments, quelques jalons d’un itinéraire d’enseignement et de recherche entre deux espaces, deux problématiques à partir d’une réflexion sur nos pratiques :

ici
« nous »
inégalités culturelles relations intra-culturelles relations intra-nationales

là-bas
« eux »
différence culturelles relations inter-culturelles relations internationales.

2Il n’est pas dans la tradition positiviste qui nous a formés de restituer les moments de notre production ; l’écriture scientifique établit une cohérence de « dernière minute » où les convenances demandent la disparition des contradictions, des doutes, des impasses, des conflits, des contraintes ; escamotent les dépassements, bref, tout ce qui préside à la vie quotidienne d’une recherche. Cette réduction me semble avoir des conséquences importantes sur le sens de notre travail d’enseignant et de chercheur comme sur ses fonctions culturelles. Elle s’opère en premier lieu à travers le langage que nous utilisons où le sujet historique disparaît derrière une signature illusoire.

3L’absence du « je » ou du « nous » dans l’écriture opère une naturalisation du savoir et contribue à l’illusion de son objectivité, le sérieux semble y trouver une caution supplémentaire, le prestige de la science et du chercheur souffrirait de cette singularité. Le discours général assure la réalité construite comme objet scientifique contre les doutes, en la donnant comme la Réalité. De la même manière, le caractère local et concret d’une recherche lui confère moins de valeur, puisqu’elle n’est pas généralisable donc universalisable.

4Cette absence de point de vue déclaré occulte l’enjeu culturel du travail, masque la fonction sociale de l’« expert » dans la division du travail, camoufle la relation complexe du sujet chercheur à son objet d’étude, renforce l’illusion de la réalité qui parle d’elle-même. Or, chaque fois que nous croyons la saisir, la réalité ricane et fait volte-face. Parviendrons-nous à prendre un jour au sérieux cette boutade qu’un ami biologiste m’a rapportée : « une certitude scientifique ? une blague qui dure ». En attendant, les constructions des sciences humaines interviennent de plus en plus directement dans d’administration des hommes, les mass-media discourent à tout propos sur leurs résultats, Philippe Roqueplo dans « Le partage du savoir » circonscrit ainsi cette nouvelle dimension de notre travail :

5« Le signifié ultime de la vulgarisation scientifique n’est-il pas, en dernier ressort, l’autorité « naturelle » du savoir objectif et l’attitude correspondante : la soumission « naturelle » aux conclusions du dit savoir ? » (1974).

6Ecrire l’histoire de nos recherches constituerait donc un premier pas vers une démythification du savoir scientifique, ce serait revaloriser les processus de connaissance en les considérant comme au moins aussi importants que les résultats, ce serait replacer la production intellectuelle dans son contexte socio-culturel, et enfin, réinterroger les rapports du pouvoir et du savoir.

7Ma réflexion s’est organisée à travers deux attaches institutionnelles : la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation (FPSE) et l’Institut d’études du développement (IED) à Genève. Ces deux attaches, rendues possibles par la confiance que l’on m’y a accordée, traduisent et s’inscrivent dans un déracinement multiple : Française de l’étranger, sociologue isolée dans un département constamment interrogé dans ses pratiques éducatives, fille de « coloniaux » ayant survécu à l’indépendance, vivant le fonctionnariat avec l’héritage d’un esprit d’entreprise familiale, enfin, travaillant à la FPSE les problèmes de sociologie de l’éducation et à l’IED ceux de l’urbanisation puis de la marginalité.

  • 1 Je remercie le Professeur Laurent Pauli de la confiance qu’il nous a accordée tout au long de ce tr (...)
  • 2 Portugaise, à l’époque en exil, travaillant à la FPSE.

8Ce déracinement, source constante de tensions, s’est traduit dans mon travail par une interrogation des « inégalités » intra-culturelles en Europe à partir de la problématique des relations interculturelles. C’est au cours d’une recherche sur les inégalités de réussite entre les enfants de la classe ouvrière que la question des différences culturelles entre classes sociales, et à l’intérieur d’une même classe, s’est progressivement imposée comme une problématique à circonscrire. Cette recherche faite dans le cadre de la FPSE, parallèlement aux tâches d’enseignement, a duré 4 ans (1970-1974). L’équipe1 de départ s’est progressivement émiettée ; désaccords, lassitude, maladies nous ont laissées, Ana Benavente 2 et moi-même, face à une enquête sur le terrain. Enfin pendant une année, nous nous sommes astreintes à faire un rapport complet de ces quatre années d’activités — un joli pensum de 500 pages dactylographiées.

9J’utilise dans ce travail des éléments substantiels de notre enquête auprès de familles de l’aristocratie ouvrière genevoise. Cet article est construit comme un triptyque. Le volet « Explorations » pose le problème de l’acculturation à travers les formes de pénétration de la logique de nos sociétés occidentales industriellement développées, et renvoie donc — sur le mode exemplaire — à une saisie de leur logique interne sur le terrain de leurs systèmes éducatifs.

10Le volet « Expédition au cœur d’une jungle » se déroule à Genève et renvoie donc aux modèles scolaires que nous exportons via nos coopérations techniques.

11Quant au volet « Retour d’expédition », il fait le point provisoire d’une réflexion dont je viens de tracer les moments essentiels.

12Par ce télescopage, j’attends un surgissement, peut-être un nouveau regard sur notre réalité. Pour l’instant, j’y ai découvert des contradictions et des conflits là où ils ne m’apparaissaient pas, transformant du même coup une vision jusqu’alors manichéenne de ma culture, faisant éclater ma conception étroite du politique.

13Cependant une transformation ne s’opère pas d’un coup, cet article constitue donc un effort de bilan qui mêle encore beaucoup de considérations anciennes avec ce nouveau regard qui émerge lentement ; les discussions nées autour de ce travail, à cause de ses ambiguïtés, m’ont permis, je crois, de faire un pas supplémentaire.

  • 3 Ce qui ne veut pas dire que tout un chacun puisse faire tout et n’importe quoi sans une exigence de (...)

14Je disais vision manichéenne de ma culture. En effet je n’en voyais que les aspects négatifs, un mode de production fondé sur la domination, la hiérarchisation et l’exclusion dans son expansion interne et externe. Aujourd’hui, au risque de paraître « réactionnaire », je dirais qu’il faut à la fois défendre la culture occidentale tout en continuant à dénoncer ses aberrations. La politique comprise comme conflits de partis ne peut faire de nuances puisqu’il s’agit d’emporter une adhésion sur les échecs de l’adversaire en le stigmatisant ; de schématiser les problèmes, de jouer sur le vraisemblable ; enfin, cette conception du politique perpétue une conception des compétences3 dont les limites et les dangers apparaissent de plus en plus clairement.

Notes

1 Je remercie le Professeur Laurent Pauli de la confiance qu’il nous a accordée tout au long de ce travail ainsi que de ses constantes interrogations.

2 Portugaise, à l’époque en exil, travaillant à la FPSE.

3 Ce qui ne veut pas dire que tout un chacun puisse faire tout et n’importe quoi sans une exigence de travail et de formation.