Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les modes de transmission

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Etude | Discours, pratiques universitaires et formation des travailleurs étrangers : quelques réflexions à propos d'un séminaire

Chapitre III. L’université et la formation des travailleurs étrangers

Michel Carton

Texte intégral

  • 26 Nous devons mentionner ici certains caractères propres à la situation suisse qui à la fois favorise (...)

1Nous avons indiqué, dans la première partie de ce texte, que nous fondions ces quelques réflexions sur la pratique d’un séminaire consacré à la formation des travailleurs étrangers. Ce séminaire a revêtu, dans la première année de son existence en 1974/1975, un caractère académique assez prononcé : il a produit, grâce à des étudiants traditionnels, le discours académique — pas même autocritique ! — que nous avons dénoncé dans la première partie de ce texte. En 1975/1976 au contraire, ce séminaire a commencé à être animé par des étrangers, par des animateur suisses (Tessinois) de groupes d’étrangers en formation et par des enseignants suisses ayant dans leurs classes (scolaires et professionnelles) une proportion importante d’élèves étrangers26. Cette dernière année a été profitable dans la mesure où elle a révélé le piège de la production du discours militant proposé à l’extérieur et a, au contraire, souligné la nécessité de se mettre à l’écoute de certaines forces extérieures à l’université et de leur proposer ce lieu pour y effectuer — si elles l’estiment utile — le travail de théorisation relative nécessité par leurs actions.

2Le fait que ce séminaire ait pour thème « la formation des travailleurs étrangers », et soit progressivement pris en charge par des étrangers (considérés comme spécialistes par les spécialistes universitaires étrangers) et des nationaux directement concernés par des problèmes et des pratiques de formation prend, à notre avis, une quadruple signification :

  • par rapport à la société du pays d’accueil, qui intègre fonctionnellement mais exclut socialement les étrangers, au niveau de la formation entre autres ;

  • par rapport à l’université, dans la mesure où son ouverture à des publics non traditionnels est à la fois une conséquence et une réponse à des pressions sociales extérieures dont les étrangers font objectivement partie ;

  • par rapport aux « spécialistes » étrangers (formateurs, animateurs), qui sont confrontés dans leur pratique à leurs différences avec et entre leurs compagnons, mais aussi avec les normes du pays d’accueil qui s’appliquent à eux tous en tant qu’étrangers ;

  • par rapport — peut-être — aux spécialistes nationaux (enseignants des systèmes nationaux de formation, formateurs d’étrangers), au niveau de leur pratique.

3Il ne s’agit donc pas d’essayer d’influencer, dans un tel séminaire, le discours des nationaux sur les étrangers puisqu’il se fera encore longtemps selon le mode que nous avons décrit plus haut ; il ne s’agit pas non plus de produire un contre-discours qui tomberait dans le piège de la marginalité que nous avons également dénoncé ; il ne s’agit pas enfin de faire connaître la condition spécifique de l’étranger en insistant sur la fonction miroir d’une telle connaissance par les nationaux — puisque nous avons dit qu’elle pouvait servir à renforcer l’idéologie dominante par intégration successive et/ou rejet du corps étranger dans un ailleurs de plus en plus lointain. Ceci ne signifie pas que ces différentes possibilités se trouvent exclues dans une institution comme l’université qui a encore de nombreux moyens d’imposer un type de démarche et de discours dont a besoin l’idéologie dominante, et qui peut reprendre d’une main ce qu’elle a « donné » de l’autre — la formation permanente des publics non traditionnels par exemple. Il s’agit pourtant d’utiliser la période de transition actuelle pour développer, avec certains types de public, une démarche fondée sur leur pratique et retournant à cette pratique. La présence dans un séminaire de « spécialistes en formation », nationaux et étrangers, devrait permettre :

    • 27 Ainsi l’analyse précise des tests psychotechniques utilisés en France pour l’entrée dans la formati (...)

    de pénétrer de l’intérieur le discours national sur l’éducation pour en utiliser éventuellement les contradictions27,

  • d’anticiper sur l’évolution en cours de ce discours — l’accent mis aujourd’hui sur le retour, par exemple,

  • de faire ressortir à la fois similitudes et différences entre travailleurs nationaux et étrangers — au niveau par exemple des politiques de formation continue et de scolarisation,

  • mais aussi de favoriser le développement de l’autonomie des groupes étrangers en formation — en formant par exemple aux techniques de 1’« animation ethnographique » mentionnées plus haut.

4Ceci est très différent de la production d’un discours universitaire sur la formation extrascolaire des travailleurs étrangers telle qu’elle est pratiquée par des nationaux. Ce discours pourrait contribuer à révéler les mécanismes que nous avons évoqués en deuxième partie, ainsi que leur fonction idéologique (volontariat, valeur de la langue...). Mais quel pourrait en être l’impact ? On pourrait imaginer l’intervention de ces analystes que sont les universitaires dans des sessions de formation de formateurs ou d’alphabétiseurs pour étrangers, où ils brosseraient la critique idéologique globale d’un système d’éducation permanente. Mais, comme le dit Guigou, cette critique idéologique « n’entame pas le système institutionnel qui pèse sur la formation permanente, car elle laisse inchangé le rapport inégal des travailleurs au savoir, même et surtout lorsqu’il s’agit d’un savoir critique sur les crises socio-politiques » (Guigou 1973 : II). Dans ce cas encore, un discours universitaire, même critique, remplit sa fonction idéologique d’entretien de la normalité des rapports sociaux dominants, puisqu’il confirme la division entre connaissance et action.

5La présence dans un lieu de formation tel que l’université de nationaux et d’étrangers engagés dans des pratiques de formation prend également une signification politique importante par rapport à l’université. Si nous reprenons en effet les analyses de Guigou et Lefèvre sur le mouvement de centralisation et d’institutionnalisation de ce que l’on appelle l’éducation des adultes dans le contexte actuel de l’éducation permanente, il apparaît que l’université fait partie de ce mouvement et en est un des acteurs. Deux situations peuvent alors se présenter comme en Italie, ou en France et en Suisse. Le développement de ce que l’on a appelé en Italie le système des 150 heures, qui permet à des travailleurs de plusieurs branches industrielles de bénéficier de 150 heures de formation par an prises sur leur temps de travail, a amené les universitaires à être confrontés à des problèmes épistémologiques, idéologiques et politiques auxquels ils n’étaient pas tous préparés ; il a surtout fait rentrer l’université dans un processus de négociation avec des « partenaires » auxquels elle n’était pas jusqu’à présent accoutumée — les syndicats — faisant ainsi apparaître clairement les problèmes du pouvoir face au(x) savoirs). En France et en Suisse, dans la mesure où les « pressions » sur l’université ne s’exercent principalement que de la part de l’Etat et des milieux patronaux, l’« engagement » de certains universitaires ne peut consister qu’à susciter et faciliter l’entrée de catégories de clientèles ayant maintenant droit à l’éducation permanente mais n’ayant pas de fait la jouissance de ce droit. Il faut pourtant signaler que cette « démocratisation » n’a aucune signification — sauf idéologique — si elle ne fait que transporter à l’intérieur de l’université une tranche de réalité représentée par un nouveau type d’étudiants, auxquels on fera utiliser, voire même subir la même démarche « scientifique » qu’aux étudiants traditionnels.

6Par contre, la mise au jour des fonctions politiques, économiques et idéologiques de systèmes de formation continue peut se faire selon une démarche assez différente de la démarche traditionnelle lorsqu’elle se fonde sur des problèmes concrets rencontrés directement par nationaux et étrangers en tant qu’individus et membres d’organisations. Nous sommes bien sûr très loin de cette étape, mais il s’agit cependant là d’une stratégie de « changement » de l’université qui s’oppose aux théories du blocage institutionnel, au nom desquelles c’est l’université qui éclate vers l’extérieur — que ce soit à travers des enseignants militants ou de la formation permanente vendue « à domicile ».

  • 28 Cette approche est très différente de celle utilisée dans le séminaire sur l’immigration de l’Insti (...)

7Enfin, dans la mesure où cette ouverture de l’université ne reflète pas la générosité de cette institution mais est la conséquence — pas unique mais prépondérante — de l’évolution des rapports de force entre groupes sociaux et organisations extérieurs à l’université, l’émergence du phénomène des travailleurs étrangers sur la scène de la vie politique et sociale de pays comme la Suisse ne doit pas être prise en soi, mais complémentairement aux changements provoqués ou subis par les groupes et organisations de travailleurs nationaux28.

8Retrouver ainsi des questions générales de politique et de pratique universitaires à propos de la formation des travailleurs étrangers nous permet de proposer quelques éléments de réponse aux questions posées :

  • Ce sont les conditions et les objectifs de la connaissance de la structure socio-économique des pays receveurs de main-d’œuvre étrangère qui déterminent les possibilités d’utiliser avec profit cette connaissance.

  • Ce ne sont ni les structures ni les méthodes « alternatives » de formation qui ont le plus d’impact sur l’évolution des structures en place : la critique du modèle scolaire de formation est d’autant plus forte et fondée qu’elle part de situations de formation extrascolaire ayant en fait pour référence ce modèle scolaire. De la même manière, si l’extrascolaire peut servir à remettre en question le scolaire plutôt qu’à l’oublier, la formation continue à l’intérieur de l’université devrait permettre plus facilement une modification du contrôle social sur cet appareil que des interventions à l’extérieur ;

  • La dichotomie entre pays en voie de développement et pays développés, entre national et étranger, entre prochain et lointain est remise en question par les travailleurs étrangers. Ceux-ci sont par exemple à la fois différents et semblables aux parents de Genève à qui C. Josso donne la parole dans son article ;

  • Dans la mesure enfin où cette dichotomie commence à être remise en question par ceux qui sont concernés par les pays en voie de développement, les conditions de son actualisation sont aussi importantes que l’expression de cette position ; autrement dit, les conditions doivent être trouvées maintenant pour que la connaissance du mal-développement des périphéries — nationales et étrangères, proches et lointaines — prenne une autre forme que celle d’un discours universitaire dont nous avons dénoncé les conséquences politiques et idéologiques.

Notes

26 Nous devons mentionner ici certains caractères propres à la situation suisse qui à la fois favorisent la démarche suivie dans ce séminaire, mais aussi la limitent. Dans la mesure en effet où la part la plus importante de la population étrangère de Suisse est composée d’Italiens, la communication orale avec la partie tessinoise de la population suisse s’en trouve facilitée. Le degré d’organisation — en termes comparables à ceux des modèles d’organisation des nationaux — d’une partie de cette population italienne est d’autre part plus fort que celui de populations telles que les Africains en France par exemple. Par contre, le degré d’organisation des catégories de populations suisses comparables — toujours par rapport aux normes du pays receveur — aux catégories de populations étrangères concernées ici est beaucoup moins fort que dans des pays comme la France, .la République fédérale d’Allemagne ou le Royaume-Uni. Enfin, les relations entre appareils idéologiques nationaux, entre eux — syndicats, université — et avec les appareils étrangers — partis, syndicats, organisations — en sont également à un degré différent d’élaboration de celui des pays voisins : les relations entre syndicats suisses et universités sont par exemple quasi inexistantes, à la différence de l’Italie ou de la France ; les relations entre organisations étrangères et syndicats suisses en sont à leur étape de définition.

27 Ainsi l’analyse précise des tests psychotechniques utilisés en France pour l’entrée dans la formation professionnelle des adultes de travailleurs étrangers et nationaux, effectuée dans l’étude de l’IDERIC déjà mentionnée, permet d’affirmer que : « la sélection n’est pas une procédure visant à orienter les candidats selon leurs aptitudes, mais selon les besoins de l’institution... Par rapport à notre société la psychotechnique confère un statut scientifique à ce qui relève de la domination culturelle et politique » (op. cit. : 94, 95).

28 Cette approche est très différente de celle utilisée dans le séminaire sur l’immigration de l’Institut de Science politique de l’Université de Lausanne (voir note 11). C’est dans cette optique que se situera, en 1976-1977, le séminaire sur la formation des travailleurs étrangers, et la recherche-action autour de laquelle il sera bâti : ce séminaire s’articulera en effet, au niveau des participants, des enseignants et des travaux effectués, avec des séminaires consacrés à la formation ouvrière et syndicale, aux déterminants sociaux de la communication et à la gestion institutionnelle des systèmes de formation continue. La recherche-action, quant à elle, vise plusieurs objectifs dont la réalisation dépend partiellement des liens avec les autres séminaires mentionnés. Partant d’une analyse sociolinguistique du contenu de certains cours de formation (alphabétisation, rattrapage scolaire, formation professionnelle), les chercheurs-enseignants de ces cours viseront à la fois à faire ressortir les réinterprétations de leur vécu individuel et collectif par les travailleurs étrangers présents à ces cours, à adapter et perfectionner leur pratique d’enseignants à partir de ces analyses et à se confronter avec leurs « élèves » aux implications politiques immédiates et à moyen terme d’une telle pratique de formation. Le séminaire devrait donc permettre de former des enseignants — certains bénévoles, d’autres rémunérés par des organisations étrangères — aux techniques de l’« animation ethnographique » ; d’analyser leur propre pratique avec le recul que leur offre le lieu universitaire ; d’intégrer dans leur pratique d’enseignant des éléments ou des problèmes révélés par le travail sociolinguistique ; de faire éventuellement ressortir les contradictions entre discours et objectifs d’organisations étrangères et des aspects de la réalité étrangère révélés par le discours des travailleurs. Parallèlement à ces différentes fonctions, le séminaire devrait permettre de définir certains éléments pouvant contribuer à l’élaboration d’une politique des organisations étrangères dans le domaine de la formation ; cette politique devrait tenir compte à la fois des spécificités propres à la présence étrangère révélée par l’analyse du discours des étrangers présents dans les cours, mais aussi des similitudes de situation avec certaines catégories de populations nationales — en ce qui concerne par exemple la formation professionnelle initiale, la formation continue, la politique scolaire.

Auteur

Institut d’Etudes du Développement, Genève ; Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève.