Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les modes de transmission

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Etude | Discours, pratiques universitaires et formation des travailleurs étrangers : quelques réflexions à propos d'un séminaire

Chapitre I. Le discours universitaire sur les travailleurs étrangers

Michel Carton

Texte intégral

Le discours officiel des nationaux sur les étrangers : rôle des spécialistes

  • 1 L’arrivée en France de « contingents » importants de travailleurs nord-africains date de la fin de (...)

1Lorsque Lewis écrivit aux Etats-Unis la Culture de la pauvreté, les universités américaines n’avaient jamais eu autant de contrats publics ou privés pour étudier une tranche de la réalité sociale de ce pays — les pauvres noirs et blancs. De la même manière, nombreux sont aujourd’hui les centres de recherche et universités français, anglais, allemands ayant à leur disposition depuis quelques années des sommes de plus en plus importantes pour étudier les phénomènes migratoires et la situation des travailleurs étrangers dans les pays européens développés. Les organisations internationales (OCDE, CEE, UNESCO, BIT) développent également des projets, et quelquefois des programmes, centrés sur les questions posées par la présence en Europe de plusieurs millions de travailleurs étrangers. Nous sommes donc confrontés à un mouvement d’émergence, au niveau du discours officiel, d’une situation qui n’est pourtant pas nouvelle puisqu’elle date — dans l’ampleur que nous lui connaissons actuellement — des années suivant la Deuxième Guerre mondiale1.

2Nous devons préciser dès maintenant que nous nous intéresserons particulièrement au discours produit par les « spécialistes universitaires » — nationaux et étrangers — résidant dans un pays comptant de nombreux travailleurs étrangers ; mais un premier exemple permettra de saisir le rôle de ces spécialistes — en général — dans la formation de « l’opinion publique ». On parle de plus en plus souvent de travailleurs migrants, de travailleurs immigrés, de travailleurs hôtes (comme en République fédérale d’Allemagne), mais de moins en moins de travailleurs étrangers. Ainsi que le note Catani (1976-7 : II), « la question posée est de savoir dans quelle mesure sont évacués du discours actuel des termes et des concepts forgés au xixe siècle au moment où s’organisaient les formes industrielles et commerciales de domination économique et politique du mode de production capitaliste, et si cette évacuation ne sert pas actuellement à cacher le fait que ces phénomènes persistent sous l’emploi de néologismes ou de périphrases ». On retrouve ainsi la question posée aux études sur le développement : que signifie, mais surtout quelles sont les conséquences de la production d’un discours de type universitaire sur les autres, que ceux-ci résident à plusieurs milliers de kilomètres ou à la porte des spécialistes produisant ce discours ?

Discours, action, théorisation au sein de l’appareil universitaire

3Les spécialistes universitaires quant à eux jouent différents rôles sociaux que nous allons nous attacher à mettre en lumière. Ils peuvent tout d’abord contribuer à l’élaboration de l’opinion publique, ainsi que nous venons de le voir. Mais ils peuvent surtout mettre au jour des phénomènes qui nous intéressent sans tenir compte du rapport de forces entre objets, producteurs et consommateurs de la connaissance. Or, dans la mesure où ces objets sont des minorités (ethniques, idéologiques...) au sein du pays dont sont issus en général les producteurs de discours — eux-mêmes commandités par des consommateurs garants de l’idéologie dominante — le problème le plus important n’est alors pas de produire une connaissance en soi, mais de savoir sous quelle forme elle sera produite et distribuée, et par qui et comment elle sera utilisée. Si l’on adopte les propositions de Stavenhagen dans Comment décoloniser les Sciences sociales et si nous les appliquons à l’objet travailleurs étrangers, il s’agit de savoir par qui et comment l’étude des groupes dominants et des mécanismes par lesquels ils assurent leur pouvoir sera opérée pour qu’elle ne leur serve pas d’instrument de domination supplémentaire ; comment les groupes minoritaires pourront construire de l’intérieur une connaissance permettant d’assumer et de dépasser leur situation ; mais également si et comment ces deux types de connaissance — celle des dominés et celle des dominants — peuvent s’élaborer conjointement à des moments précis par déplacement unilatéral ou réciproque des dominés et des « dominants militants » vers les lieux d’élaboration de ces connaissances.

  • 2 Ainsi que le dit N. Poulantzas : « Les rapports politiques et idéologiques se matérialisent et s’in (...)

4La question par rapport à l’université est donc de déterminer si, dans cette période où l’évolution de la situation extérieure à l’institution universitaire commence à se répercuter en son sein2, il n’est pas possible de reconsidérer la fonction de théorisation absolue impartie au travail universitaire par l’idéologie dominante — se traduisant le plus souvent par un discours écrit —, pour la faire déboucher sur une fonction de théorisation relative s’insérant dans le travail politique de groupes ou d’organisations. Une telle fonction de théorisation relative, étroitement liée aux contraintes à court et moyen terme de l’action politique, sera certainement attaquée par ceux qui considèrent toujours l’université comme le dernier lieu où peuvent se développer des réflexions « désintéressées » — seule voie pour l’élaboration de théories « objectives ». Dans la mesure pourtant où la diffusion de ces réflexions désintéressées — sous forme de discours principalement — s’insère en fait dans un jeu politique et idéologique dont l’université n’est qu’un élément, on peut se demander quelle forme doit prendre un travail de théorisation relative dans une situation où les rapports de force ne font seulement que commencer à changer.

  • 3 Voir B. Verhagen, Introduction à l’histoire immédiate, 1974.

5Trois possibilités peuvent se présenter, relativement à ce travail de théorisation relative. L’on peut par exemple considérer que l’histoire immédiate3 correspond à cette relativisation du travail universitaire, puisqu’elle prend le vécu individuel et collectif comme point de départ. Le fait qu’une telle démarche soit utilisée par des étudiants et des enseignants « classiques » ne change pourtant rien, à notre avis, au fond du problème puisqu’il y aura encore et seulement production d’un discours écrit.

  • 4 Voir M. Catani, Les histoires de vie sociale, instrument critique des pratiques et objets sociologi (...)
  • 5 C’est dans une telle optique — encore en période de définition — que s’inscrit le séminaire sur la (...)

6Une autre mode de relativisation du travail universitaire peut s’opérer à travers l’élaboration d’histoires de vie sociale — de travailleurs étrangers par exemple. Nous verrons comment une telle démarche4, qui est souvent le fait de spécialistes étrangers, est susceptible d’être utilisée idéologiquement et politiquement comme instrument d’intégration sociale des travailleurs étrangers et, de plus, comme objet de théorisation universitaire classique. L’apport considérable que représentent les histoires de vie sociale peut cependant prendre une autre signification, lorsque ces histoires sont élaborées et utilisées par des groupes ou organisations dominés pour esquisser une sociologie de l’action envers les dominants. II ne sera alors pas étonnant qu’un tel type de discours ne prenne pas toujours une forme écrite et laisse en blanc des pans entiers d’une théorie de la migration qu’il serait peut-être nécessaire — conceptuellement — de reconstruire5.

  • 6 Voir : Actes de la Recherche en Sciences Sociales, No 2/3, 2ème année, juin 1976, La production de (...)

7Nous devons signaler que nous ferons assez souvent appel à des travaux de spécialistes universitaires nationaux et étrangers : dans la mesure où leur discours à propos des travailleurs étrangers existe et peut être soumis à vérification par les étrangers eux-mêmes ; dans la mesure où ces spécialistes décrivent des phénomènes dont ils font — consciemment ou inconsciemment — partie ; dans la mesure enfin où les nécessités politiques à court et moyen terme n’encouragent ni ne facilitent la production de discours écrits, l’utilisation de discours vérifiables et vérifiés n’est pas à exclure6.

Discours universitaire, intégration fonctionnelle et exclusion sociale des travailleurs étrangers

  • 7 Nous ferons très souvent appel au cas français pour éclairer la situation suisse. Dans la mesure en (...)

8Ayant déjà relevé la fonction générale — mais toute relative — d’incarnation, de contrôle et de reproduction idéologiques de l’université comme appareil d’Etat, nous allons essayer de spécifier les terrains sur lesquels l’université et son discours reflètent et facilitent en ce moment le contrôle politique et idéologique institutionnalisé des travailleurs étrangers dont ont besoin les Etats receveurs. Si, comme le dit M. de Certeau dans La culture au pluriel, on ne connaît que ce qu’on a maté, car c’est la violence qui fonde le savoir, il s’agit pour l’université de connaître les aspects idéologiques et politiques d’une présence étrangère, afin de les faire rentrer dans le processus de reproduction élargie des classes sociales du pays de production des étrangers comme dans leur pays d’origine, et de retour éventuel. L’apparition d’un discours universitaire sur les travailleurs étrangers peut donc être interprétée comme une illustration d’un processus d’institutionnalisation dont Marié a décrit la nécessité et le déroulement en France7 : « De l’institution concrète répondant à des demandes locales (par exemple les cités de transit à Nanterre près de Paris, les baraques de chantier, les passeurs...), on est passé à l’institution généralisante (les cités de transit en général, les maisons d’accueil...). L’institution concrète a tendu à se développer dans un contexte migratoire qui est celui du laissez-faire, c’est-à-dire du non-contrôle effectif des entrées... Il en va différemment pour les institutions abstraites qui se développent dans une contexte de contrôle de plus en plus strict des entrées, de normalisation des différents modes de gestion de l’immigration : tendance à la destruction des milieux, à la gestion spécialisée et à la canalisation de tous les flux migratoires selon des règles de plus en plus précises » (Marié e.a : 133, 134).

  • 8 Voir également, M. Foucault, Surveiller et punir, 1975.

9Pourtant, dès lors que l’on a créé la catégorie conceptuelle pour penser cette population, on peut dire qu’il existe deux sortes d’échec de l’institution, allant du plus français au plus immigré : d’une part, lorsqu’il existe des contradictions entre les différents registres normatifs que l’on a créés ; d’autre part, lorsque les immigrés résistent d’une manière ou d’une autre au concept dans lequel on a voulu les enfermer. Un cas significatif par rapport à notre propos est celui des contradictions entre gestion particulariste et gestion de droit commun. « La territorialisation des immigrés ne peut être totale. Il est certains domaines que la culture dominante ne peut accepter de territorialiser entièrement : l’école par exemple. S’il y a territorialisation, cela en peut être qu’à l’intérieur de cette norme qui sauve les apparences de l’universalité. Lorsque les enfants immigrés ne peuvent suivre la classe, on les classe alors dans les « inadaptés sociaux », mis à part mais selon une catégorie qui reste française » (Marié e. a. : 127, 128). Marié recense encore un type d’échec de l’institutionnalisation qu’il appelle le déchet institutionnel. Or celui-ci est irréductible, tend à prendre de plus en plus l’importance au fil des ans et appelle donc d’autres institutions puisqu’il a mis les premières en échec. C’est surtout à ce point précis — mais aussi par rapport au problème précédent — que se situe pour nous l’émergence et la fonction du discours universitaire pour qu’il est destiné a mater cet irréductible... qui en appellera d’autres et donc d’autres discours. « La société française fonctionne comme machine à intégrés, y compris l’intégration négative (fous, délinquants, vieux... travailleurs immigrés). C’est toute cette construction de petites boîtes qui permettent en même temps de nommer et de capter, de capter en nommant, de quadriller complètement tout le territoire, en inscrivant toute parole dans l’institution chargée de l’amortir ; et l’intégration fonctionne aussi bien par l’exclusion sociale (l’enfermement par exemple), mais la forclusion aussi » (Marié e.a : 139)8.

10C’est, à notre avis, en tant que machine à intégrer que fonctionne l’université en produisant un discours commandité et consommé par d’autres institutions — principalement celles d’encadrement des étrangers. Ainsi, ceux qui interprètent les étrangers dans les termes exacts de la pure force de travail, mais qui sont pourtant confrontés à des problèmes d’intégration idéologique et politique qui ne se posaient pas à eux jusque récemment encore — les grèves « sauvages » par exemple, — peuvent trouver, entre autres, la réponse à ces problèmes dans un certain type de recherche universitaire dont une des conséquences, en France par exemple, a été la création d’un Office pour la promotion culturelle des immigrés. Nous verrons également ultérieurement que, dans la situation actuelle où le retour des travailleurs étrangers est à l’ordre du jour, la formation en vue de ce retour tend à déplacer vers la périphérie le processus d’intégration fonctionnelle et d’exclusion sociale dont nous avons déjà parlé.

  • 9 Ce pouvoir de rassurer, conféré par une connaissance « scientifique » qui ne peut faire autrement q (...)

11Ainsi que le note Almeida : « Le double mouvement l’intégration fonctionnelle et d’exclusion sociale vise certes à instrumentaliser les immigrants en tant que force de travail, mais il vise aussi, et c’est un aspect non moins important, à préserver les sociétés d’« accueil » des contacts interculturels et inter-ethniques que suppose tout appel massif à une main-d’œuvre étrangère. Sans doute de tels contacts existent-ils inévitablement. Us tendent toutefois à être réduits à un minimum dicté par l’adaptation des travailleurs migrants dans la sphère de production » (1973 : 6). C’est à la charnière entre le besoin d’intégration fonctionnelle et d’exclusion sociale que se situe le discours universitaire sur les travailleurs étrangers. Le processus d’exclusion sociale a en effet pour contrepartie le renforcement des normes sociales dominantes par leur autojustification « naturelle ». C’est ce que note aussi Marié : « L’immigré est un rôle pour un Français, mais l’immigré, qui n’est pas Français, ne connaît pas le livret du rôle : d’où des conflits polymorphes entre l’attente de la vision du rôle de l’immigré et la réalité de la vue... Il est alors clair que la décharge raciste n’est que notre tentative de ne pas prendre conscience de l’obligatoire unicité et du totalitarisme culturels que nous acceptons couramment comme naturels » (Marié e.a. : 138, 207)9.

Du discours miroir aux discours « critiques »

  • 10 Nous mentionnerons simplement, sans les approfondir, les problèmes spécifiques dus aux langages, qu (...)

12Le rôle que nous venons d’attribuer au discours universitaire — remédier aux difficultés du processus d’institutionnalisation de la présence étrangère — sera mal accepté par ceux pour qui les travailleurs étrangers sont un des groupes « marginaux » (toujours plus nombreux dans notre société, qu’il s’agit, pour la majorité « normale », de réadapter, d’assimiler), « dépositaires historiques d’une parole de vérité (révolutionnaire peut-être), capable d’une position autonome et autonomement dynamique qui permettrait de superposer l’image de leur groupe à cette autre image que l’on a élaborée au siècle dernier à propos du prolétariat... » (Marié e.a : 209). Un certain nombre de ces chercheurs militants tendent alors à affirmer que, de « par leur simple apparition, de par le fait qu’elle s’opère selon des modes de comportements qui n’appartiennent pas au modèle français, les travailleurs étrangers produisent, déposent dans notre réalité un témoignage qui prend la valeur de notre image dans un miroir ». A la question de savoir si ce miroir est déformant, Marié répond par la négative, car l’initiative appartient toujours à la société française. « Au mieux, ce dont se montre capable le dominant, c’est de proposer un rapport dialectique où la parole du dominé trouve quand même une place, mais aboutissant nécessairement à une synthèse supérieure, sorte de résurrection du corps immigré dans le corps social français » (Marié e.a. : 208). Le fait que cette synthèse soit souvent établie par des universitaires, qui se demandent si la marginalité est une forme d’exclusion sociale dans toute société et/ou si elle est une réponse créative, une recherche normative de réponses à une situation conflictuelle, et veulent saisir les fonctions que ces marginalités peuvent exercer dans les modifications de la structure sociale, amène à se demander s’ils ne contribuent pas à renforcer le processus d’exclusion sociale instituée dont nous avons déjà parlé en produisant des connaissances utilisées principalement par ceux qui ne visent que l’intégration fonctionnelle des étrangers10. S’il y a donc différence de position initiale entre deux catégories de spécialistes nationaux par rapport aux étrangers, l’utilisation que les premiers font du discours universitaire qu’ils commanditent et que les seconds font de celui qu’ils produisent peut souvent aboutir au même résultat par rapport aux étrangers : « un enregistrement institutionnel qui permet de saisir le cours d’un processus sur l’axe de la société française seule ». (Marié e.a. : 209).

13Conscients des limites et des dangers du discours que les « dominants militants » vont porter aux dominés après s’être appropriés ce qu’ils croient en être la réalité et la fonction sociale, un certain nombre d’universitaires ont pensé trouver dans l’histoire immédiate une solution à ces questions.

  • 11 C’est la conclusion à laquelle on pourrait arriver à la lecture du Bilan d’un séminaire de l’Instit (...)

14A nostre avis, pourtant, la fonction idéologique d’une telle démarche est identique à celle que nous avons analysée plus haut à propos de la démarche académique traditionnelle, le discours produit pouvant de plus devenir l’occasion d’une autocritique universitaire conforme à l’idéologie de la société bloquée : les travailleurs étrangers deviennent alors des objets-prétextes, comme ils le sont dans la démarche scientifique traditionnelle, mais servent dans ce cas à révéler l’incapacité de l’institution universitaire à opérer son autocritique de l’intérieur seulement11.

Instruments et lieux d’investigation des spécialistes universitaires nationaux

15Que ce soit pour répondre à une demande explicite d’un appareil d’Etat, pour produire un discours marginal sur une population marginale potentiellement révolutionnaire, ou pour prouver le blocage de nos sociétés à travers l’exemple universitaire, les techniques d’analyse de la réalité étrangère employées par les spécialistes sont assez proches les unes des autres, seul le degré d’insertion dans cette réalité pouvant varier. Si nous tenons en effet compte des différentes fonctions que remplit l’appareil universitaire, il est normal que les techniques de recueil et d’analyse des informations sur la présence étrangère utilisées par les chercheurs universitaires (enseignants et étudiants-militants et autres) soient en harmonie avec ces fonctions, mais surtout que les lieux de travail de ces spécialistes soient ceux résultant du mouvement de contrôle institutionnel croissant de la présence étrangère. Nous nous fonderons pour approfondir ce problème, sur les réflexions de Maurizio Catani, qui a lui-même vécu de longues années en milieu étranger en France avant de devenir un « spécialiste » toujours en relation — mais selon des modes différents de ses débuts — avec la réalité étrangère. Catani distingue quatre types de lieux ou naissent des informations pouvant faire l’objet d’un discours ultérieur :

  • lieux d’habitation

  • lieux de production

  • cours d’enseignement de langue, aux adultes et aux enfants

  • parcours, et plus exactement étapes institutionnelles obligatoires de ces derniers.

16Or, si l’on considère que la population nationale se divise en deux groupes par rapport à la « fréquentation » des étrangers :

  • un groupe qui est en contact quotidien avec eux (contacts volontaires-militants ; contacts en général involontaires-habitants)

  • un groupe qui est en contact intermittent avec eux (travailleurs sociaux, fonctionnaires représentant directement les administrations, enseignants, chercheurs), il est frappant de constater que le premier groupe ne tient pas en tant que tel de discours à propos des étrangers et à partir du lieu de contacts. Les spécialistes seuls élaborent donc un discours étranger à la réalité des travailleurs étrangers comme à la réalité des groupes nationaux qui sont en contact quotidien avec eux. Leur pratique est fragmentaire, qu’ils interviennent dans les lieux d’habitation, les parcours obligés, les lieux de production des travailleurs étrangers.

17« Cette situation, qui par des voies diverses rend difficile une connaissance du phénomène global mais qui au contraire en institutionnalise les distorsions comme seul moyen de retrouver une unité hypothétique, oblige la plupart du temps à une analyse purement discursive dans un cadre idéologiquement mono-culturel et préétabli ». (Catani, 1976 : 20).

  • 12 C’est nous qui soulignons

18Le caractère fragmentaire de la pratique et de la connaissance des spécialistes se révèle par exemple à propos des grèves « sauvages » initiées en France par des travailleurs étrangers en dehors des cadres syndicaux nationaux. Ces manifestations, qui — semble-t-il — marquent non pas l’opposition aux syndicats nationaux mais une perception différente de la réalité du pays de production, sont des expressions complètement étrangères aux réseaux codés déjà en place : elles ne s’insèrent pas dans « le rapport organique qui relie le syndicat et le capital selon un couple institutionnel, fonctionnel à l’ensemble de la société française, où il n’apparaît plus que des antagonismes réglés ». (Marié e.a. : 170) Des discours ont été produits à cette occasion par des nationaux — universitaires, syndicalistes — puisqu’il s’agissait de phénomènes de crise, ponctuels et visibles pour eux. Mais il n’existe aucun discours de ces spécialistes sur les événements qui ont précédé la crise, sur le quotidien. Comme le dit Catani, « le quotidien n’est pas uniquement définissable en termes statistiques, qui par définition renvoient à des moments ponctuels même si un questionnaire est administré régulièrement à des échantillons comparables ; le quotidien est saisissable uniquement dans la continuité qui le structure en réciprocité. Il est indéniable que l’on ne peut fonder une description (qui produira par la suite analyse et vraisemblablement action politique)12 seulement sur ce que disent, après la crise, les intéressés à propos des faits qui l’ont provoquée » (Catani, 1976 : 12).

19Une telle approche des méthodes d’investigation des spécialistes nous permet de cerner différentes catégories d’expression dont on n’envisageait pas, il y a quelques années encore, qu’elles puissent donner lieu à un discours : expression des étrangers sur eux-mêmes

20— dans le quotidien et dans les moments de crise — et sur les nationaux qu’ils côtoient — dans le quotidien et dans les moments de crise également. C’est en fonction de cette situation que Catani présente le lieu d’habitation des étrangers comme le seul endroit permettant de fonder un discours qui aura à la fois la fonction d’être en contradiction par rapport aux institutions — ce qui peut dans une certaine mesure modifier la pratique des spécialistes, dit-il

21— mais aussi d’être une stimulation de l’autonomie de groupe parmi les étrangers.

22Les limites et les contradictions des méthodes traditionnelles de connaissance de la réalité des travailleurs étrangers telles que nous venons de les évoquer font pourtant apparaître un élément positif : la nécessité de considérer la parole des étrangers comme une des meilleures sources de cette connaissance. Différentes questions se posent alors, relatives à la collecte et à l’utilisation de cette parole par les spécialistes universitaires, nationaux et étrangers, et par les étrangers eux-mêmes. Nous ne partageons pas en effet les certitudes de Catani sur les possibilités pour les spécialistes — nationaux et étrangers — de mettre en question les institutions nationales en leur rapportant un discours différent : celui-ci pourra en effet devenir objet de théorisation selon des modes assez traditionnels, ou bien le prétexte d’une autocritique universitaire, et servira de moteur à une phase d’intégration supplémentaire des travailleurs étrangers. Faciliter l’émergence d’une expression autonome de leur propre réalité par les travailleurs étrangers nous paraît par contre être un objectif cohérent avec la constatation que fait Catani lui-même de l’absence d’un discours des étrangers sur eux-mêmes et sur les nationaux. Il restera à se demander, lorsque nous parlerons de la formation des travailleurs étrangers, comment s’opérera le passage entre cette prise de parole permettant l’affirmation d’une identité individuelle et de groupe et les actions qui peuvent en découler au niveau de l’ensemble des travailleurs étrangers. L’on se demandera alors si les histoires de vie sociale ne peuvent pas jouer un rôle très important en permettant d’assurer l’articulation entre les niveaux individuel et collectif, sur les plans à la fois théorique et pratique.

De la parole objet au discours autonome.

  • 13 Nous nous référons particulièrement ici à « l’entretien » de Sayad avec Mohand ; Actes de la recher (...)
  • 14 C’est nous qui soulignons.

23Si les tentatives que nous venons de décrire pour appréhender la réalité des travailleur étrangers ont des objectifs bien différents au départ, leur conséquences sont assez proches pour les travailleurs étrangers ; quant à leur forme et leur expression, ce sont celles du discours universitaire classique, consommé par des groupes sociaux différents mais tous capables d’en comprendre le langage. Des ouvrages consacrés à des entretiens, des interviews, des montages faits à partir de la parole des étrangers — individus ou petits groupes — apparaissent pourtant depuis quelque temps à la vitrine des libraires et ne semblent pas pouvoir être classés dans la typologie des discours universitaires que nous avons précédemment esquissée. Ces publications sont le fait de spécialistes nationaux vivant avec un ensemble mixte nationaux-étrangers, mais qui y sont pourtant délégués par une institution nationale ; ou de spécialistes, étrangers eux-mêmes, de la même origine ethnico-socio-géographique ou non que les étrangers dont ils recueillent la parole13. Le genre « histoire de vie » est ainsi apparu, dont Catani dit : « Le discours ainsi recueilli et critiqué ne nous paraît s’adresser à personne d’autre qu’au public, au territoire national et il nous paraît donc pouvoir être récupéré dans le cadre des contradictions secondaires relatives au mode de production dominant » (Catani 1976 : 22)14.

  • 15 C’est nous qui soulignons.

24Nous ne prétendons pas prendre ici une position définitive par rapport à une démarche qui est loin d’être arrivée à son terme, mais poser quelques questions visant à en préciser la position par rapport aux discours produits par les nationaux, tel que nous en avons relevé les fonctions plus haut. Appartenant à la fois aux catégories « spécialiste » et « étranger » et pris dans les mailles d’une institution « nationale », l’interviewer qui fait dire un discours à l’étranger, mais en même temps le produit en le restituant au public national, joue le rôle d’un ethnologue-animateur. Or, ainsi que le dit Marié, « l’ébranlement de la quotidienneté que peuvent produire les expressions immigrées n’enclenche aucun processus révolutionnaire ; cependant c’est toute la société française qui doit s’interroger15 sur la valeur du travail quand quatre cents ouvriers spécialisés, pour la plupart immigrés, déclenchent une grève à Renault ». (Marié : 143).

25Les questions sont alors les suivantes : Que pèse l’autonomie des groupes étrangers développée à l’occasion du recueil de leur parole, face à l’utilisation politique, idéologique puis institutionnelle faite par les nationaux du discours produit à cette occasion par l’intermédiaire de spécialistes ? En parallèle, y a-t-il corrélation entre le développement de l’autonomie des groupes étrangers — à travers par exemple un programme de formation fondé sur l’expression « libre » des étrangers — et l’irruption sur la scène nationale de phénomènes anormaux tels que des grèves « sauvages » ? Quelles sont alors — dans ce dernier cas — les conséquences de l’apparition d’un tel phénomène sur les relations entre nationaux et étrangers et en particulier sur le refus des premiers de voir, à un moment historique donné, en quoi les étrangers sont différents d’eux ? Y a-t-il, du côté des étrangers, des stratégies leur permettant — dans le pays de production — de donner force à la différence révélée aux yeux du public national au niveau du quotidien comme des crises vécues par les étrangers ? Y a-t-il enfin, chez les nationaux et les étrangers, prise de conscience active des impératifs posés par leur similitude de situation objective dans le cadre de la structure idéologique et politique du pays de production ? Ces questions, tournant toutes autour de la notion de différences, ne sont bien sûr pas indépendantes. Seule la pondération de leur importance respective à l’intérieur du tout qu’elles constituent peut varier et donner naissance à différents types de discours dont nous allons caractériser les objectifs extrêmes.

26D’une part, le recueil de la parole des étrangers — pris individuellement ou en petits groupes — et sa transformation en discours peuvent viser à mettre en question « la volonté (nationale) sourde de colmater les brèches, d’éliminer les différences ; la poursuite d’un corps social d’où toute différence ait été gommée ou masquée » (Marié : 209), en révélant justement que cette différence existe malgré tout. « On voit pourtant mal la France intégrer (et non pas assimiler) ces types d’institutions : le Coran, la famille élargie, l’élargissement de l’espace du logement... » (Marié : 143) révélés lors d’entretiens avec des étrangers. Ne peut-on pas alors établir une corrélation entre cette mise en avant de la différence au niveau du quotidien — et non seulement des crises — et la politique actuelle d’un certain nombre de pays importateurs de main-d’œuvre étrangère, marquée par la négation de cette différence :

  • limitation quantitative de l’immigration,

  • normalisation quantitative aux hommes seuls,

  • généralisation de l’habitat par groupes séparés,

  • intégration des franges résiduelles de l’immigration familiale,

  • interlocution exclusivement institutionnelle,

  • accent mis (nous le verrons plus loin) sur la formation au retour des nouveaux arrivants,

    • 16 Nous verrons, dans la deuxième partie de ce texte, comment le développement de programmes de format (...)

    accentuation des relations de dépendance entre les centres et les périphéries, mais sans mouvements migratoires16.

27Ne serait-ce pas là la vérification de l’hypothèse de Catani sur la récupération du discours produit à partir de la parole des étrangers dans le cadre des contradictions secondaires relatives au mode de production dominant ? Il ne s’agit pas, bien sûr, de faire de l’utilisation des histoires de vie le principal facteur explicatif des tendances précédemment évoquées ; il s’agit d’en montrer une des fonctions sociales immédiates et, de là, de questionner son objectif de théorisation à long terme par rapport aux besoins d’action imposés par l’évolution rapide de la situation des travailleurs étrangers.

28Autrement dit, il s’agit de savoir s’il est socialement « rentable » d’attribuer comme objectif prioritaire aux histoires de vie la vérification des théories existantes sur la migration et/ou l’élaboration d’une nouvelle théorie ; ou s’il n’est pas possible de pondérer cet objectif — et donc le temps et les moyens utilisés — par la nécessité, pour les travailleurs étrangers, d’élaborer des stratégies politiques et économiques par rapport à leur pays de résidence, et de retour éventuel.

29A l’opposé, semble-t-il, d’une approche purement théorique des histoires de vie, la question posée par certains étrangers (cf. l’article de L. Visco-Gilardi) est de savoir s’ils ne peuvent pas révéler les différences qui les séparent des nationaux, à travers le développement d’interactions politiques et idéologiques (en termes de la société d’accueil) entre leurs groupes/organisations et les organisations/institutions de cette société. Des individus et/ou des organisations étrangères peuvent alors produire, en fonction de cette optique et à des moments qu’ils estiment importants pour eux dans la société d’accueil, un discours qu’ils tenteront de faire passer aussi bien à travers qu’en opposition aux institutions du pays de production — telles que l’Université ou les syndicats nationaux. Autrement dit, le choix pour la production d’un discours se fait en fonction de l’intérêt tactique et stratégique que présente la reconnaissance, par les appareils de l’Etat de production, de l’importance d’une différence mais aussi de similitudes qui se sont révélées sur le terrain. La différence en soi n’est plus ce qui doit être privilégié, mais plutôt les éléments du rapport de forces dans lequel existe cette différence. On comprend mieux alors la critique fait par certains spécialistes étrangers eux-mêmes aux discours de ce dernier type qui, d’après eux, reflètent le refus de leur propre différence de la part des étrangers qui les produisent. Ce refus allant de pair avec le refus des nationaux de reconnaître la différence des étrangers, le résultat ne peut être que l’entretien d’une fiction ouvriériste universaliste, justement révélée — pour ces spécialistes — par les histoires de vie. La question centrale pour nous est maintenant de déterminer si la démarche propre aux histoires de vie peut se révéler utile pour l’élaboration d’un discours politique des étrangers dans leur pays de résidence, autrement dit, si un objectif intermédiaire entre ceux que nous venons d’évoquer est compatible avec la nature de la démarche proposée.

30Le fait même de formuler ainsi la question de l’utilisation — autre que seulement théorique ou journalistique — des histoires de vie nous permet d’introduire les problèmes relatifs à la formation des travailleurs étrangers et à la formation des « formateurs ». Un programme de formation peut-il être l’occasion à la fois d’affirmer l’identité de chaque participant dans le pays de production, de développer l’autonomie du groupe en formation, mais aussi d’insérer cette identité et cette autonomie dans une démarche collective tenant compte de la situation des travailleurs étrangers dans le pays receveur ? Nous verrons ultérieurement comment la plupart des programmes de formation animés par des nationaux s’insèrent dans la ligne réductrice et auto-justificatrice que nous avons relevée à propos du discours universitaire traditionnel. Le problème est tout différent lorsque ce sont des étrangers eux-mêmes qui assurent leur propre formation : comment les spécialistes étrangers que sont les formateurs-animateurs accompagnent-ils le vécu de leurs camarades afin d’atteindre les différents objectifs d’un programme de formation tels que nous les avons énoncés plus haut ? La révélation de ce vécu, dans des programmes de formation extra-scolaire s’inspirant souvent des modes de formation scolaire, pourra alors peut-être mettre à la fois en question le fonctionnement du modèle scolaire comme certaines positions d’organisations étrangères elles-mêmes. L’apparition de ces deux types de remise en question renvoie enfin à la position des travailleurs étrangers face aux organisations nationales du pays de production : sont-ils les uns et les autres prêts à engager le débat sur des sujets comme l’école ou la formation professionnelle qui concernent aussi bien nationaux qu’étrangers, et que ce débat débouche sur un conflit ou un accord ?

31Si l’on estime donc que la mise au jour des histoires de vie sociale des participants à un programme de formation constitue un très bon point de départ pour le développement d’une autonomie et de stratégies individuelles et collectives, il s’avère aussi nécessaire, dans une telle perspective, d’utiliser et/ou d’élaborer certaines données macro-économiques et macro-politiques ; comme il est nécessaire de confronter les éléments des histoires de vie et ces données les uns aux autres. La dernière question, que nous aborderons dans la dernière partie de ce texte, concernera alors l’université : cette dernière peut-elle être un lieu où sont emmagasinées, partiellement élaborées et mises à disposition ces données, et où l’on se forme simultanément aux « techniques » de la collecte, de l’analyse et de l’utilisation pédagogique des histoires de vie ?

Notes

1 L’arrivée en France de « contingents » importants de travailleurs nord-africains date de la fin de la Première Guerre mondiale.

2 Ainsi que le dit N. Poulantzas : « Les rapports politiques et idéologiques se matérialisent et s’incarnent, comme pratiques matérielles, dans les appareils d’Etat » ; mais « ces appareils, pas plus qu’ils ne créent l’idéologie, ne sont les facteurs premiers ou exhaustifs de reproduction des rapports de domination/subordination idéologique ». « Ce ne sont pas les formes et les modifications institutionnelles qui ont pour conséquences les mouvements sociaux, comme le voudrait par exemple l’idéologie actuelle de la société bloquée » ; « c’est le pouvoir d’Etat... qui détermine le rôle et le fonctionnement des appareils d’Etat ». « Il s’ensuit qu’une transformation radicale des rapports sociaux ne peut se limiter à un changement du pouvoir d’Etat, mais doit « révolutionariser » les appareils d’Etat eux-mêmes » (les classes sociales dans le capitalisme aujourd’hui 1974 : 28, 35, 31, 30).

3 Voir B. Verhagen, Introduction à l’histoire immédiate, 1974.

4 Voir M. Catani, Les histoires de vie sociale, instrument critique des pratiques et objets sociologiques, 1975.

5 C’est dans une telle optique — encore en période de définition — que s’inscrit le séminaire sur la formation des travailleurs étrangers à l’Université de Genève qui a servi de point de départ à cet article.

6 Voir : Actes de la Recherche en Sciences Sociales, No 2/3, 2ème année, juin 1976, La production de l’idéologie dominante.

7 Nous ferons très souvent appel au cas français pour éclairer la situation suisse. Dans la mesure en effet où les situations suisse et française sont à la fois semblables (par les politiques de rationalisation des flux migratoires par exemple) et différentes (par l’appartenance de la France à la CEE, par la situation du marché de l’emploi et le développement du rôle étatique et paraétatique par rapport aux travailleurs étrangers en France), l’analyse — produite par une minorité de spécialistes ! — de la situation française peut servir de révélateur en creux pour une situation volontairement oubliée en Suisse.

8 Voir également, M. Foucault, Surveiller et punir, 1975.

9 Ce pouvoir de rassurer, conféré par une connaissance « scientifique » qui ne peut faire autrement que de refuser la différence à chaque fois qu’apparaissent des scories dans le processus d’institutionalisation de la présence des étrangers, se retrouve par exemple dans un contexte très différent, le système de castes indien : « Il est clair que l’impureté de l’Intouchable est conceptuellement inséparable de la pureté du Brahmane. Elles ont dû s’établir ensemble, ou en tout cas se renforcer réciproquement et il faut s’habituer à les penser ensemble. En particulier l’intouchabilité ne disparaîtra véritablement que le jour où la pureté des Brahmanes sera elle-même radicalement dévaluée ; on n’y prend pas toujours garde. L’exécution des tâches impures par les uns est nécessaire au maintien de la pureté chez les autres. Les deux pôles sont également nécessaires, quoique inégau » (L. Dumont, 1970 : 77, 78).

10 Nous mentionnerons simplement, sans les approfondir, les problèmes spécifiques dus aux langages, qui ne font souvent que renforcer le « détournement », au profit d’autres appareils idéologiques d’Etat, des connaissances produites — malgré la « bonne volonté » des chercheurs. Voir en particulier B. Bemstein, Langages et classes sociales, 1974 ; T. Franklin, Le discours du pouvoir, 1975.

11 C’est la conclusion à laquelle on pourrait arriver à la lecture du Bilan d’un séminaire de l’Institut de Science politique de l’université de Lausanne, consacré à l’immigration, et duquel sont extraites les phrases suivantes : « Le discours produit par le séminaire sur les immigrés se polarise surtout sur la situation des étudiants-chercheurs » (op. cit. : 144). Nous nous demandons comment cette situation aurait pu être évitée, puisque le projet de séminaire « s’appuyait sur l’ouverture que représente le milieu immigré pour remettre en cause les multiples aliénations propres à la condition universitaire » (op. cit. : 147). Sur quoi peut alors déboucher cette remise en cause lorsque le dossier publié à l’issue du séminaire se heurte à un refus des personnes qu’il vise à interpeller — universitaires et étrangers — à entrer en matière ? : nous serions tentés de dire que les étrangers n’ont pas besoin des idées que nous leur « donnons », et que la majorité des universitaires s’opposeront toujours à des idées différentes des leurs. Une telle démarche prouve le blocage de l’institution universitaire et justifie alors le développement d’alternatives : les travailleurs étrangers ont bien joué leur rôle d’objets prétextes, mais rien n’est changé pour eux.

12 C’est nous qui soulignons

13 Nous nous référons particulièrement ici à « l’entretien » de Sayad avec Mohand ; Actes de la recherche en Sciences sociales No 2, 1975, et aux travaux de Catani sur les histoires de vie comme le Journal de Mohamed (1973).

14 C’est nous qui soulignons.

15 C’est nous qui soulignons.

16 Nous verrons, dans la deuxième partie de ce texte, comment le développement de programmes de formation destinés au retour annonce le début d’une nouvelle période où la dépendance des périphéries par rapport aux centres n’aura plus besoin de mouvements migratoires importants : l’exportation des capitaux et des idées en provenance des centres vers les périphéries permettra d’obtenir les mêmes résultats à des coûts économiques et politiques moindres.

Auteur

Institut d’Etudes du Développement, Genève ; Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève.