Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les modes de transmission

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Etude | Discours, pratiques universitaires et formation des travailleurs étrangers : quelques réflexions à propos d'un séminaire

Introduction à « Discours, pratiques universitaires et formation des travailleurs étrangers »

Michel Carton

Texte intégral

Une des nombreuses contradictions du capitalisme réside dans ce qu’une meilleure connaissance peut en entraver le fonctionnement.

Paul Sweezy

1Il peut paraître étrange, dans une série de Cahiers consacrés principalement à l’étude de problèmes de pays dits en voie de développement, d’aborder un sujet n’ayant aucun parfum exotique — les travailleur étrangers —, et de le relier étroitement à l’activité que reflètent ces Cahiers — la production d’un discours. Nous pourrions bien sûr étudier l’objet « travailleurs étrangers » en le reliant aux théories actuelles sur l’impérialisme, la dépendance et le développement. Nous révélerions ainsi la nécessité, pour nous, de considérer la présence de ces travailleurs comme une conséquence et une illustration proches d’un certain rapport de forces international que nous prétendons dénoncer. Nous mettrions aussi en question la dichotomie géographique soigneusement entretenue chez nous sur le plan académique entre pays « développés » et pays « en voie de développement, allant ainsi dans le sens des études de plus en plus nombreuses qui dénoncent cette situation.

2L’objectif de cet article n’est pourtant pas de produire un autre discours sur ou pour les travailleurs étrangers : l’article de L. Visco-Gilardi dans ce même Cahier indique pourquoi et comment des étrangers estiment nécessaire de produire eux-mêmes un discours. Il s’agira au contraire de montrer comment la production et la consommation d’un certain type de discours universitaire ne font que renforcer la situation de domination interne et externe au pays de résidence des travailleurs étrangers. L’on comprendra alors pourquoi ce texte s’adresse à ceux qui — sur le terrain universitaire local entre autres — produisent peut-être le discours scientifique et militant que nous allons mettre en question. C’est en ce sens que nous justifions notre production d’un discours puisqu’il sera consommé par une clientèle de spécialistes ; c’est en ce sens également que nous comprenons le qualificatif de pratique qui coiffe ces lignes : il s’agit ici de situer une pratique universitaire dans ses implications épistémologiques, politiques et idéologiques proches et immédiates et non pas de décrire l’incursion d’un « spécialiste » sur un terrain lointain, dont sont friands les autres spécialistes. C’est en ce sens aussi que nous ne parlerons pas de la formation extrascolaire des travailleurs étrangers en soi, mais de la manière dont - l’université et les « spécialistes » en éducation réagissent face au discours des étrangers eux-mêmes — principalement destiné à des interlocuteurs nationaux — sur leur formation. Il sera en particulier intéressant de voir comment des pratiques de formation d’étrangers situées hors du cadre organisationnel scolaire national — bien qu’ayant pourtant souvent comme référant principal le modèle institutionnel scolaire — débouchent sur une mise en question radicale de la fonction sociale de l’école dans les pays de production et d’origine des étrangers, mettant ainsi en relief les relations dialectiques entre les systèmes de formation scolaire et extra-scolaire.

3Dans la mesure enfin où le discours qui va suivre a être consommé par un public de spécialistes dont nous allons mettre en question la fonction sociale, l’on comprendra pourquoi nous nous attacherons à préciser les conditions pratiques sans lesquelles l’affirmation de Sweezy citée en exergue : « une des nombreuses contradictions du capitalisme réside dans ce qu’une meilleure connaissance peut en entraver le fonctionnement » peut se révéler contraire à l’objectif fixé.

Auteur

Institut d’Etudes du Développement, Genève ; Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève.