Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les modes de transmission

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Étude | La formation extrascolaire et le développement dépendant

Le possible et le probable : note sur le développement ou la transformation

Emmanuel de Kadt

Texte intégral

1Les écrits de Pierre Furter sur l’éducation m’ont toujours fasciné, et le cas présent ne fait pas exception. Son interrogation incisive de ce qui est rapidement devenu la nouvelle sagesse conventionnelle sur l’éducation extrascolaire est basée sur de nombreuses années de réflexion théorique ainsi que sur un travail de terrain entrepris dans ce domaine dans les pays les moins développés. Sa discussion des typologies et des taxonomies éclaire l’immense variété des efforts regroupés sous le nom d’éducation extrascolaire et nous permet de mieux discerner comment poser les questions pertinentes. Il y aurait beaucoup à dire sur sa conception de l’éducation « authentique » qui « s’abolirait elle-même » en aidant les gens à dominer la situation qui, au départ, les avait poussés à rechercher plus de formation, en les rendant graduellement de plus en plus auto-suffisants et en leur donnant la possibilité d’appréhender et de comprendre leurs propres réalités par eux-mêmes (principe d’autodidaxie). Toute sa réflexion revient sans cesse au message central : que toute discussion des problèmes d’éducation dans les pays en voie de développement doit être intimement rattachée aux problèmes plus larges du développement ; en fait, son texte traite tout autant de développement que de l’éducation extrascolaire.

2Furter a tout à fait raison de souligner le récent changement d’accent dans le discours international. Passant des systèmes scolaires à l’éducation extrascolaire, d’une soi-disante universalité (qui n’a jamais fonctionné) à une certaine forme de sélectivité avec un accent sur ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir une éducation (ou même une scolarisation), ce discours peut aisément conduire à une attaque portant sur les symptômes de pauvreté et d’inégalité, tout en négligeant leurs causes réelles. Ces dernières — comme il le souligne — sont inhérentes à la structure sociale et sont liées à la nature même du capitalisme dans des économies dépendantes d’un système économique mondial inégal. Aucune tentative marginale n’altérera ce fait fondamental — pas plus que la tentative de développer un type d’éducation « juste » pour des paysans ou les pauvres. La conclusion implicite que je tire de son analyse, malgré les contradictions occasionnelles par (exemple sa discussion du livre de Meister), est que toutes ces tentatives restent vaines et ne sont pas réellement valables. C’est d’une transformation fondamentale du système dont nous avons besoin et nous ne l’obtiendrons jamais sous l’égide de la Banque Mondiale, de l’UNESCO ou de l’USAID. C’est cette question fondamentale de Furter que j’aimerais traiter principalement dans cette courte note.

3La distinction importante de Furter entre le possible et le probable me semble être un bon point de départ. Selon lui, les typologies sont utiles dans la mesure où elles attirent notre attention sur la différence entre ce qui aurait pu arriver et ce qui est arrivé en fait et sur les raisons sous-jacentes de ces différences (une comparaison entre la clientèle pour laquelle un projet a été conçu au départ et celle qui a en fait participé, par exemple). Ces typologies sont également utiles aux planificateurs à titre de prédiction et en tant qu’outils susceptibles de leur fournir des données quant aux expériences passées, aux erreurs et aux succès possibles dans le futur. Furter suggère même de trier « les situations où il vaut la peine d’intervenir et celles où il vaut mieux abandonner les populations à leur triste sort ». Soit dit en passant, combien je regrette qu’il n’ait pas appliqué son grand pouvoir d’analyse aux problèmes philosophiques et moraux posés par ce choix ! Son discours prend une forme légèrement différente lorsqu’il pose la question de savoir si c’est le principe d’équité qui doit être appliqué — lorsque l’on envisage la population concernée dans son ensemble — ou le principe d’efficacité qui donne la priorité à certains groupes. J’aurais souhaité de la part d’un philosophe de l’éducation quelque chose de plus incisif que cette simple formule « un beau dilemme philosophico-éthique » ! Néanmoins je désire attirer l’attention sur les nombreuses suggestions que contient ce travail — tout spécialement lorsque Furter se concentre sur les questions d’éducation discutées à un plus haut niveau de généralité et d’abstraction — notamment que certaines approches partielles sont plus valables que d’autres ; qu’il vaut la peine de poursuivre des buts limités quant au changement pour autant que ce dernier soit dans l’optique « juste » ; c’est-à-dire qu’il aille à contre-courant des forces dominantes favorisant l’inégalité, l’injustice, la manipulation, et d’une modernisation qui signifie avant tout une accommodation à ces forces.

4Il me semble que Furter n’a pas réellement opté pour l’une de ces options, d’où l’ambiguïté qui ressort de son texte. A un certain moment, il prétend, par exemple, que le nouvel accent mis sur le développement rural n’est guère plus qu’une tentative d’améliorer les conditions de vie sociales et culturelles des masses paysannes, alors que l’effort essentiel devrait porter sur une transformation rurale donnant à la population rurale le droit de décider de ce qui devrait être fait du système qui maintient « le modèle occidental pour les privilégiés dans les ghettos urbains ». Une telle formulation pose deux problèmes fondamentaux. Premièrement, une transformation est proprement impensable dans de nombreux pays. Aussi, suggérer cette transformation comme but fondamental sans s’interroger si une telle « option est possible (ou probable) » de façon réaliste est un non-sens. Deuxièmement, cette formulation contredit l’idée, implicite dans d’autres parties du texte, qu’il vaudrait la peine de s’efforcer d’apprivoiser le système injuste (en tant que seconde possibilité peut-être) en vue d’une réduction des privilèges et de l’exploitation. Furter a probablement raison de dire qu’il ne semble pas y avoir de preneurs pour la nouvelle stratégie rurale développée par Coombs et l’International Council for Educational Development (ICED), encouragée maintenant par la Banque Mondiale et par d’autres organismes d’aide. Néanmoins je ne vois pas l’avantage de qualifier la préoccupation pour la pauvreté de « larmes de crocodile » et je suis encore moins convaincu qu’un point de vue qui n’a été articulé qu’en 1974 puisse être tenu pour une pure rhétorique en se référant aux grilles des prêts des années 1972 à 1974.

5En fait, je suis surpris de voir que Furter, qui a si souvent emprunté une approche normative et élaboré des préceptes dans le domaine de l’éducation (et qui, donc, doit croire dans la « force des idées ») ne donne que si peu de place à la « stratégie de la pauvreté ». Prenons une analogie : Les Encycliques de Jean XXIII étaient criblées de nombreuses inconsistances, et elles n’ont pas changé le monde. Et pourtant, elles ont fourni à ceux qui voulaient réellement apporter le changement social un grand nombre de références utiles ainsi qu’une légitimation aux critiques sociales et à l’engagement politique, qui étaient restés jusqu’ici indéfendables en particulier dans de nombreux pays qui n’étaient chrétiens que de nom. Alors, pourquoi ne pas utiliser les doctrines de MacNamara ainsi que tous les autres documents officiels nationaux et internationaux qui se soucient des régions rurales et des pauvres afin d’activer le changement non seulement dans la mise en œuvre des programmes d’aide d’organisations internationales ou autres, mais aussi dans la politique des gouvernements des pays pauvres ?

6Bien que certains passages du texte traitant spécifiquement de ces questions soient largement hostiles à une telle approche, il y en a d’autres qui sont tout à fait compatibles avec cette approche. Ce conflit apparemment non résolu expliquerait-il une fin si abrupte du travail de recherche de Furter qui abandonne le lecteur à ses propres conclusions ? Bien que j’aie clairement défini ma position, je reconnais que, dans une certaine mesure, le conflit n’a pas de solution. Sait-on réellement dans quelle mesure il est meilleur ou pire de dénoncer l’aspect si souvent factice du « développement » ou d’annoncer le besoin d’une « transformation » — ou révolution — sans tenir compte suffisamment et de sa vraisemblance et de ses effets potentiels les moins agréables ?

Auteur

Institute of Development Studies, Sussex.

Acheter