Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Ateliers

A rats qui rient, gens qui pleurent

Un exemple de meilleure protection des végétaux par un retour aux méthodes traditionnelles - Le piège Kornaka au Niger

Jean-Pierre Gontard

Note de l’auteur

Le titre est une traduction libre d'une chanson bien connue en langue bambara.

Texte intégral

L’étendue du problème

1Après plusieurs années de sécheresse, les pays du Sahel ont eu à faire face à une nouvelle catastrophe naturelle. Certains ont assisté au passage des troupes d’invasion, d’autres ont lutté avec des armes modernes et, croyaient-ils, absolues. Curieusement les seuls qui aient eu quelque succès dans cette bataille pour l’autonomie alimentaire, ont utilisé des armes très anciennes, peu coûteuses et encore moins chimiques. Le piège de Kornaka a sauvé bon nombre d’agriculteurs de l’Est Nigérien de la famine. L’année suivante, la généralisation de ce piège a permis aux stratèges du Service de la Protection des Végétaux et aux services de l’alphabétisation du Niger de gagner une bataille — souhaitons-le — décisive contre ces ennemis de l’Afrique et du Tiers Monde en général.

  • 1 Gerbillidés, muridés : familles de rongeurs (ex. : campagnol, gerbille, hamster, mulot, ondatra, ra (...)

2Pour les poètes, les divisions qui envahirent principalement le Nord du Sénégal et l’Est du Niger étaient composées de gerbillidés, à la fois de la variété à sole plantaire nue et celle à sole plantaire velue ainsi que de muridés1 de la variété au poil dur et celle au poil doux.

3Les biologistes identifièrent les régiments de façon plus précise : taterillus SP, gerbillus SP, arvicanthis niloticus, mastonys SP et pire que tout rattus rattus.

  • 2 Programme de lutte contre les rats au Sénégal. Ministère du Développement rural et de l’Hydraulique (...)
  • 3 Quotidien « Le Sahel », Niamey et témoignage de paysans.

4La campagne agricole 1975 restera dans la mémoire des paysans. Au Sénégal les périmètres irrigués étaient les plus gravement atteints. Non seulement les rats cisaillaient les tiges et mangeaient les graines mais ils faisaient tellement de galeries dans les digues et diguettes que celles-ci étaient souvent emportées par l’eau. Parfois la production de paddy est tombée à 10 %2. Au Niger les paysans de Tahoua et Dakoro ont semé le mil à trois, quelquefois cinq reprises3. Les gerboises ont appris aussi vite que les agriculteurs les avantages du semis en ligne. Le mil semé le jour après la pluie est déterré et mangé la nuit suivante. La gerboise commence une ligne et ne s’arrête qu’à la fin. Elle se retourne et recommence. L’organisation est si parfaite que certains croient au complot. Les photos aériennes ont montré que dans la zone subsaharienne du Niger et du Sénégal la surface des cultures arrivées à maturité avait souvent diminué de 50 % dans un même village.

  • 4 Cité dans The Rat - Lapdog of the Devil, Thomas Camby, National Geographic, Vol. 152, no 1, Washing (...)
  • 5 La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, 1975, FAO, Collection Agriculture No 1 (...)

5Le problème est chronique si on le considère d’une façon globale et non plus sahélienne. Bien que les estimations soient hasardeuses certaines avancent des chiffres impressionnants. Le chef du service de lutte contre les rongeurs aux Philippines a affirmé récemment que les rats consomment au minimum 48 millions de tonnes de riz par an en Asie4. La FAO n’hésite pas à écrire « on estime que pour certaines cultures et dans certaines zones, les pays en voie de développement perdront au moins 50 % de leur production agricole par suite des ravageurs »5.

Les armes disponibles

6Les armes chimiques sont infaillibles contre tous les ennemis du Tiers Monde sauf contre le rattus rattus et ses cousins.

  • 6 Témoignage de paysans.
  • 7 La vente de ce produit est interdite en France !

7Dès les premières alertes, les agents techniques de l’agriculture ont réagi. Quelquefois ils disposaient de vieux paquets de raticides que les ravageurs n’avaient pas cru bon de faire disparaître des entrepôts gouvernementaux. Quelques gerbillidés et muridés d’origine rurale furent sacrifiés par leur état-major et absorbèrent ces poisons. Dans plusieurs secteurs les agents de vulgarisation agricole ne disposant plus de raticide distribuèrent ce qui leur restait devant l’insistance des paysans : des fongicides6 ou même des produits contre le virus de la rosette7 de l’arachide.

  • 8 Rapport campagne agricole 1975, Ministère de l’Economie rurale et du Climat, République du Niger, 1 (...)

8L’arme chimique ne permettait de traiter que 300.000 ha dans le cas du Niger et ceci à condition de disposer rapidement de moyens logistiques8.

  • 9 « Un chat normal tue seulement 25 à 30 rats par an ». Nous avons laissé cette affirmation en anglai (...)

9L’importation de chats fut vite abandonnée car de grands experts américains ont aussitôt affirmé : « The average cat kills only 25 to 30 rats a year »9.

  • 10 Programme de lutte contre les rats au Sénégal, op. cit., page 8.

10La tendance dure préconisa l’emploi de lance-flammes. Les feux de brousse qui s’ensuivirent n’épargnèrent pas les cultures et une fois encore, une arme absolue se révélait inefficace contre les rattus rattus et leurs alliés10.

  • 11 Programme de lutte contre les rats au Sénégal, op. cit., page 8.

11Il ne restait qu’une solution : la guerre totale basée sur la mobilisation générale. Ce fut le cas dans la région du fleuve Sénégal. En moins d’un mois, 450.289 rats trouvèrent la mort à coups de bâton, de pelle, de pioche et même de pied11. Une prime en céréales était donnée en échange de la présentation de rats. Les limites de cette stratégie sont vite atteintes : les paysans ne peuvent pas chasser les rats et en même temps sarcler leurs cultures. Les tonnages de céréales à remettre en prime sont vite trop importants.

12L’enthousiasme est difficile à maintenir à un niveau élevé et surtout beaucoup de gerboises restent au fond de leur bunker pendant la battue et ne ressortent que le lendemain.

  • 12 La participation populaire à la lutte contre les ennemis des cultures, document du Ministère du Dév (...)

13Les autorités nigériennes ont alors fait un calcul rapide pour évaluer le coût d’une campagne massive basée à la fois sur la participation populaire et l’utilisation du poison anticoagulant le meilleur marché. Ce calcul donne le vertige. Pour 30.000.000 ha de zone agricole, il faudrait 30.000.000 x 5.700 = 171 milliards Francs CFA, sans compter les frais de traitement et de transport des produits. Ceci représente plus de quatre fois le budget national. Notre vertige devient encore plus angoissant si nous ajoutons à cela le personnel nécessaire à la surveillance des appâts et au ramassage de ceux qui n’auront pas été absorbés. En effet, ce poison (à base de coumagne 1 %) est toxique pour tous les mammifères à sang chaud (en particulier les hommes et le bétail). A raison d’une personne par hectare, il faudrait donc 30 millions de personnes pour contrôler la zone agricole seulement. Il s’agirait vraiment alors d’une mobilisation populaire12.

Le piège de Kornaka

  • 13 Ce journaliste ignorait sans doute les solutions mises au point aux Philippines : saucisses de rats (...)

14Dans un village éloigné des centres administratifs au Nord de Maradi, Kornaka, les paysans disposaient de l’arme miracle. Elle est économique, efficace, non polluante et n’exige l’utilisation d’aucun produit qui ne se trouve déjà dans les villages. Un journaliste du quotidien « Le Sahel » à qui on avait donné le « tuyau » se rend sur place. Dans les champs des environs de Kornaka, il constate que le problème de ces paysans est tout autre que celui du reste du pays : comment se débarrasser des milliers de cadavres de gerboises et de rats capturés13.

  • 14 Vase en argile à large embouchure servant au transport de l’eau.

15Pour confectionner un piège de Kornaka, il suffit d’un grand « canari »14 en argile (60 à 80 cm de hauteur). Celui-ci doit être enterré de manière à ce que le goulot soit à « rat » du sol. Il doit être rempli à moitié d’un mélange d’eau et de ceratotheca (plante courante en zone subsaharienne). Celle-ci a été préalablement séchée et réduite en poudre. Au contact de l’eau, elle forme un mélange gluant. Jusqu’ici, il n’y a rien de très attirant pour le rattus rattus. Seules quelques gerboises qui auraient mal calculé leur bond périraient dans la glu. Mais les vieux paysans haoussas savent depuis longtemps qu’aucun gerbillidé et aucun muridé ne résiste à l’attrait de son de mil ou de sorgho grillé. Il suffit de disposer le son autour du canari et les rats tombent bêtement et se noient. Il est recommandé d’ajouter du piment au mélange pour abréger leurs souffrances.

16Le bruit s’est répandu très vite grâce d’une part au quotidien de Niamey et, il faut le souligner, grâce aux agents du Service de protection des végétaux qui ont vite compris le parti que l’on pouvait tirer de cette « innovation traditionelle ».

17Dès le mois d’avril 1976, soit avant la campagne agricole suivante, le Ministère du Développement rural diffusa largement la recommandation phytosanitaire no 1 de lutte contre les rats et les gerboises.

18Nous vous en livrons le texte intégral. Après avoir lu ce Cahier, vous pouvez le jeter mais n’oubliez pas de conserver la page qui suit, elle vaut des tonnes de mil et de sorgho :

Recommandation phytosanitaire No 1. Rats et gerboises

19« Le Ministre du Développement Rural porte à la connaissance des Agriculteurs que, contre les rats et les gerboises, la méthode dite « piège de Kornaka » peut effectivement enrayer une très grande partie de la population de ces ravageurs. A l’issue de rencontres entre les techniciens du Service Central de la Protection des végétaux et les Agents d’agriculture, il a été, en effet, convenu de recommander fortement à tous les paysans du Niger ce moyen simple de lutte contre ces mammifères.

20Pour la confection de chaque piège Kornaka, vous n’avez besoin que du matériel suivant :

  • un canari suffisamment grand (60 à 80 cm de hauteur) ;

  • de l’eau ;

  • d’une matière gluante, tel le Ceratothea (Yodo, Gandafoï, Gandahôo), préférablement sec et bien pilé ;

  • du piment (facultatif, mais à utiliser si possible) ;

  • d’un attractif tel le son de mil, de sorgho ou de soumbala grillé.

21Veuillez suivre la procédure suivante :

221) Creusez un trou et enterrez-y le canari de sorte que le dessus du goulot soit au ras du sol.

232) Mélangez la matière gluante (Yodo, Gandahôo, Gandafoï) et le piment à suffisamment d’eau pour remplir le canari au moins jusqu’à la moitié.

243) Faites griller le son, et épandez-en une mince couche sur une faible largeur en bordure du canari. Il ne faut pas que la couche de son soit trop large, car les rats ne tomberont pas dans le canari.

25Note : Les opérations 2 et 3 doivent se faire en fin d’après-midi.

264) Tous les matins, veuillez inspecter le piège, enlever et enterrer les cadavres, et, chaque soir, renouveler le son grillé.

275) Tous le 2 à 3 jours, déterrez le canari, nettoyez-le bien, préparez un nouveau mélange de liquide gluant (pimenté) et recommencez l’opération en variant l’emplacement du piège. Ces opérations sont très importantes.

28Le piège de Kornaka est efficace surtout maintenant et durant toute la période des semis, car à cette époque, les populations de rats et gerboises sont les moins élevées, compte tenu du faible taux d’accouplement. En effet, chaque rat tué ne se reproduira plus et, par conséquent, on en diminuera leur nombre.

29Continuez le piégeage jusqu’à ce que les captures deviennent négligeables. Vous devriez aussi utiliser cette méthode après la récolte.

30Afin d’obtenir les meilleurs résultats : localiser où se trouve rassemblés le plus grand nombre de rats. Dans ce cas placer le ou les canaris de telle façon que le vent porte l’odeur du son grillé vers cet endroit.

31Si les rats sont répartis sur l’ensemble des jachères ou des champs, mettre environ 3 à 5 canaris/ha.

  • 15 Communiqué de la Protection des Végétaux du 17 avril 1976 publié par « Le Sahel » du 24 avril 1976, (...)

32N’oubliez pas de déplacer tous les deux jours les canaris tout en les nettoyant »15.

Résultats

  • 16 Ce Service fait preuve d’un grand esprit d’innovation.
    Il commence à fabriquer de petites poudreuses (...)

33Lors d’une visite récente au Niger, le responsable national du Service de protection des végétaux16 m’a affirmé d’une part que le stock de raticide chimique n’a pas changé depuis deux campagnes et d’autre part que le piège s’est révélé tellement efficace que la situation est à nouveau normale cette année. Cette campagne a été largement facilitée par le programme d’alphabétisation qui en a fait un de ses thèmes. Des affiches illustrées, rédigées en langues nationales, ont été diffusées dans tout les pays.

34Dernièrement, les responsables d’un pays bien plus riche que le Niger sont venus se rendre compte sur place du succès du piège de Kornaka en vue de l’introduire chez eux.

Notes

1 Gerbillidés, muridés : familles de rongeurs (ex. : campagnol, gerbille, hamster, mulot, ondatra, rat, souris).

2 Programme de lutte contre les rats au Sénégal. Ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, République du Sénégal, Dakar, janvier 1976, miméo, 13 p.

3 Quotidien « Le Sahel », Niamey et témoignage de paysans.

4 Cité dans The Rat - Lapdog of the Devil, Thomas Camby, National Geographic, Vol. 152, no 1, Washington, July 1977.

5 La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, 1975, FAO, Collection Agriculture No 1, Rome, 1976.
Voir également Sahel : après la sécheresse, les rats !, J. Giban, Forum du développement, Nations-Unies, Genève, mai 1976.

6 Témoignage de paysans.

7 La vente de ce produit est interdite en France !

8 Rapport campagne agricole 1975, Ministère de l’Economie rurale et du Climat, République du Niger, 16 février 1976.

9 « Un chat normal tue seulement 25 à 30 rats par an ». Nous avons laissé cette affirmation en anglais dans le texte pour éviter tout contre-sens. Ces experts qui travaillaient pour le Gouvernement américain se nomment : Dr. Curt Richter, John Emlen, David Davis, John Calhoun et A. Stokes. L’auteur n’a pu retrouver la référence, son fichier ayant été épuré par une colonie de rats de Baltimore. Seules les fiches personnelles des auteurs ont été épargnées.

10 Programme de lutte contre les rats au Sénégal, op. cit., page 8.

11 Programme de lutte contre les rats au Sénégal, op. cit., page 8.

12 La participation populaire à la lutte contre les ennemis des cultures, document du Ministère du Développement rural, République du Niger, publié dans « Le Sahel », 2 juin 1976.

13 Ce journaliste ignorait sans doute les solutions mises au point aux Philippines : saucisses de rats et « corned rat » commercialisé sous le nom de S.T.A.R. (R.A.T.S. !). Cité par M. Russel Reidinger du Rodent Research Center de Los Baños, (Philippines).

14 Vase en argile à large embouchure servant au transport de l’eau.

15 Communiqué de la Protection des Végétaux du 17 avril 1976 publié par « Le Sahel » du 24 avril 1976, Niamey.

16 Ce Service fait preuve d’un grand esprit d’innovation.
Il commence à fabriquer de petites poudreuses manuelles avec des boîtes de bière vides et de vieilles chambres à air.
Situation phytosanitaire — Niger 1975-1976, Section de la protection des végétaux, mimeo, 10 p.
Voir aussi article De Ravignan dans ce même Cahier.

Acheter