Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Ateliers

Autour d’une petite lampe…

François de Ravignan

Texte intégral

1Sur le marché de Lomé, en août 1974, une petite lampe de fabrication locale a attiré mon attention. Faite de deux moitiés de boîte de sardines de récupération, elle fonctionne au pétrole ; elle se vend 50 F CFA (plus 10 F pour la mèche...), c’est-à-dire dix fois moins cher qu’une lampe à pétrole importée (qui, reconnaissons-le, éclaire tout de même mieux). Mais la petite lampe est couramment utilisée sur les marchés du soir, dans ce pays où la nuit tombe, au sens littéral du terme : comme un rideau de théâtre.

2Je me suis intéressé depuis, au hasard des missions et des marchés, à ces bricolages géniaux qu’on rencontre un peu partout en Afrique, et ceci pour beaucoup de raisons qui n’ont rien à voir avec l’exotisme ou avec le folklore. D’abord ils sont représentatifs d’une réelle créativité, d’une capacité d’invention constante des artisans africains, qui mériterait d’être valorisée et non combattue comme c’est partout le cas, par l’importation d’objets de « traite ». Le prix peu élevé de ces objets, compte-tenu de leur qualité, permet à la population pauvre, c’est-à-dire la majeure partie de la population, d’acquérir malgré tout un certain équipement. A travers cette production se pratique une récupération extraordinaire de ferraille, de caoutchouc, de bois, qui contraste vigoureusement avec nos gaspillages européens. Enfin cette production, par le travail qu’elle exige, maintient un emploi que l’industrie importée, généralement technologiquement avancée, est incapable de créer.

3J’ai vu ainsi fabriquer arrosoirs et seaux en Haute-Volta, au Niger, souvent à partir de vieille tôle ondulée, que l’on désondule patiemment, et que l’on soude. Des rasoirs, au Niger, le manche portant même la signature de l’artisan ! Des fusils au Togo, en Haute-Volta, les canons de ces derniers à base de vieux volants de voiture en métal que l’on déroule... Les vieux pneus de voiture servent à faire des sandales très solides et très demandées, les chambres à air des outres, couramment utilisées en Afrique de l’Ouest pour puiser l’eau dans les puits.

4A côté de toute cette fabrication à partir de matériaux de récupération, il ne faut pas oublier le travail très important des forgerons de villages, qui équipent la majeure partie des paysans dans des pays comme le Niger, la Haute-Volta ou le Mali ; le tissage artisanal, a, en Haute-Volta, connu un regain de faveur, en raison de sa qualité, après une courte éclipse due à l’installation d’une usine de pagnes imprimés. Un petit artisanat alimentaire subsiste par endroits : sucre brun dans l’Est du Niger, sel dans le Sud de ce même pays, ainsi que dans sa partie saharienne, fromage peulh en galettes plates, minces et dures, au goût très fin, et le gari, à base de manioc, si utilisé au Togo et au Nigéria. Enfin, l’artisanat du meuble existe partout, et même dans ces pays sans bois que sont les pays sahéliens, utilisant la récupération de caisses de toutes sortes.

5On n’en finirait pas d’énumérer les productions très diverses de cet artisanat de service, et on serait sans doute très étonné du volume d’emploi qu’il crée, si l’on réalisait quelques enquêtes sur le sujet, ce que l’on ne fait point, ou si peu : ces productions n’intéressent pas les planificateurs. Les services officiels de l’artisanat s’intéressent surtout à l’artisanat d’art, qui est censé faire rentrer des devises, alors que l’autre ne le fait pas.

6Je ne parlerai pas de cet artisanat d’art, si cher aux touristes ; le développement sert moins à faire rentrer des devises que d’assurer d’abord le travailler-manger de tous.

7Or l’artisanat de service africain, qui assure tant bien que mal le travailler-manger de beaucoup, n’a pas les reins solides, concurrencé qu’il est de l’extérieur et de l’intérieur. De l’extérieur, par la production de masse importée. De l’intérieur, par une production issue des usines qui s’installent de plus en plus dans le continent africain, qui produisent, mais font travailler peu de monde. Et les capitaux étrangers qui créent ces usines n’ont aucun intérêt à ce qu’elles fassent travailler beaucoup de monde : il faut que la productivité du travail y soit forte, pour que la rentabilité maximum de ces capitaux soit assurée.

  • 1 Haute-Volta.

8La production que l’on appelle moderne tue lentement la production artisanale que l’on nomme traditionnelle pour la mieux détruire ; elle tue aussi, ce qui est beaucoup plus grave, les artisans, car il est mathématiquement impossible que les belles usines toutes neuves les emploient tous, quand bien même elles produiraient autant qu’eux tous réunis. Il y a pour moi en Afrique un exemple de cette situation qui est presque un symbole : à Bobo-Dioulasso1, une grande savonnerie laisse écouler hors de son périmètre, par un tout petit tuyau d’égoût, un jus encore un peu gras. Et devant le grand mur de la savonnerie, une centaine de femmes ont installé des fourneaux rudimentaires, à base de vieux bidons métalliques ; là, elles fabriquent du savon à partir du jus encore un peu gras de la savonnerie des Blancs. Le savon, vendu au marché, est moins cher à coup sûr que le beau savon des Blancs, et sans doute tout aussi efficace. Et il y a beaucoup plus de femmes à l’extérieur que d’ouvriers à l’intérieur de la savonnerie. Dans ces conditions, on peut tout de même se demander de quel côté du mur se trouve le développement ! Déjà la production de sucre industriel en Afrique tropicale et équatoriale a tué tout espoir d’employer beaucoup de monde dans une telle fabrication ; et pourtant, il existe de par le monde, en Amérique latine et en Asie, de petits moulins à sucre tout aussi efficaces que les super-sucreries installées par les multinationales en Afrique depuis une dizaine d’années. Le petit artisanat textile, même s’il se défend encore dans les régions sahéliennes, est lui aussi menacé à terme. Et menacé par quoi ? Essentiellement par des choix politiques qui privilégient la façade industrielle moderne au détriment de l’emploi, ou par l’inconscience qui ne sait résister aux offres alléchantes d’industrie de l’Occident.

  • 2 Opération forgerons Sikasso.
    Opération forgerons au sein de l’Opération arachides et vivriers.
  • 3 CRPAR (Centre régional de promotion des artisans ruraux).
    CNPAR (Centre national de promotion des ar (...)

9Quelques essais nous montrent cependant la voie à suivre. Au Mali2, en Haute-Volta3, au Niger, des forgerons de village ont appris au cours de stages organisés à réaliser des soudures, à faire de la fonte d’aluminium. Au cours de ces stages, ils fabriquent d’abord le matériel qui leur sera nécessaire, plus perfectionné que leurs outils traditionnels. On leur fournit aussi, grâce à un prêt modeste, du matériel qu’il ne peuvent fabriquer. Et j’en ai vu qui, désormais, fabriquent au village même des houes attelées, des disques de semoirs, des charrettes à pneus. Triple avantage pour le village : un matériel moins cher, parce qu’on évite une partie des frais de transport et d’intermédiaires ; de l’emploi qui se crée (j’ai vu au Mali un de ces forgerons qui, un an après son stage, avait chez lui six apprentis) ; un circuit économique qui se développe au sein même du village : notre forgeron malien avait tant de travail qu’il ne pouvait plus guère aller aux champs ; il doit acheter sa nourriture aux agriculteurs qui, eux, lui achètent sa production. C’est là une vivante démonstration que le développement économique au sein d’une communauté ne provient pas du simple accroissement de la production individuelle, mais aussi et surtout de la circulation des biens entre les membres de la communauté ; et plus le circuit est court, mieux se porte le groupe. Car, dans des pays de production d’exportation très développée (certaines régions cacaoyères ou caféières d’Afrique équatoriale), où le commerce de traite a tué toute fabrication artisanale locale, on doit payer bien plus cher ce que l’on trouve dans le camion du marchand venu de la ville que ce que fabriquent les artisans dans d’autres pays moins colonisés économiquement.

10Mais, en dehors de cet exemple des forgerons, bien peu d’efforts sont réalisés. Les tisserands mériteraient aussi de pouvoir perfectionner leurs métiers, afin de produire plus, et de créer ainsi une résistance à la « grande » industrie. Et que dire de tous ceux qui sont contraints de « récupérer », qui ne demanderaient pas mieux sans doute de trouver de la tôle plate au lieu de tôle ondulée pour la ferblanterie, du bois plus facile à travailler que les planches de caisses ? Il faudrait pour cela que des responsables africains, conscients de la priorité à donner, sans tarder, au travailler-manger de tous, infléchissent les décisions politiques en faveur de telles perspectives.

11Il faudrait aussi que des chercheurs s’attellent à la tâche d’éclairer de telles décisions, par une collecte systématique des productions artisanales intéressantes sur le plan de l’emploi et des prix auxquelles elles sont vendues. Qu’à travers cette collecte d’expériences qui actuellement ne peuvent communiquer entre elles, des liens se créent entre artisans, des perfectionnements de méthodes puissent aboutir, des complémentarités puissent naître entre artisanats différents... Et pourquoi ne se créerait-il pas en Afrique, autour d’instituts déjà existants par exemple, des centres, moteurs d’une telle recherche ? Il est quand même paradoxal de constater que de tels centres existent actuellement à... Londres et à Paris ! Qu’Européens et Américains commencent à s’intéresser à la « technologie douce », comme ils disent, et ce pour introduire doucement, n’en doutons pas, leur propre technologie. Alors, doucement ou pas, fermons-leur la porte, et commençons d’ouvrir les yeux !

Notes

1 Haute-Volta.

2 Opération forgerons Sikasso.
Opération forgerons au sein de l’Opération arachides et vivriers.

3 CRPAR (Centre régional de promotion des artisans ruraux).
CNPAR (Centre national de promotion des artisans ruraux).

Acheter