Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Débats

Notes critiques sur « l’utopie concrète » de Johan Galtung

Faouez Mellah

Texte intégral

« Le poète est semblable au prince de nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher ».
(L’Albatros, Beaudelaire)

1Le texte que nous propose aujourd’hui Galtung révèle, lors d’une deuxième lecture, l’ambiguïté des sciences sociales occidentales contemporaines. En effet, doutant, à juste titre, des fondements épistémologique, méthodologique et théorique de leur savoir, certains « social scientists » occidentaux ont opéré une espèce de « fuite en avant » et se sont réfugiés dans l’utopie.

2Mais l’utopie, fût-elle concrète, aide-t-elle à résorber la crise ? La dimension utopique peut-elle se substituer à la dimension critique ?

3Il faut interroger Galtung.

Sur les structures « alpha » et « bêta »

4Galtung fonde sa recherche des technologies alternatives sur ce qu’il appelle les structures alpha et bêta ; c’est sur ce point que portera notre première interrogation.

Alpha est un schéma syncrétique

5Selon Galtung, les caractéristiques structurelles d’alpha seraient : une forte concentration humaine et matérielle, une forte verticalité sociale, des rapports de domination et de dépendance. De ces trois caractéristiques dominantes découleraient des conséquences sociales et politiques telles que les inégalités et la marginalisation, la sur-exploitation de la nature par l’homme, etc..

6Ce schéma en dit trop et pas assez. C’est un schéma syncrétique. Il peut en effet s’appliquer à n’importe quel mode de production nécessitant une forte concentration des forces productives. Les modes de production esclavagiste (Rome), tributaire (l’empire arabe), étatique (Union soviétique) entrent parfaitement dans ce schéma. Or si nous parlons du système mondial actuel — et c’est une alternative à ce système qu’il faut trouver — il faut partir de sa caractéristique spécifique : l’impérialisme capitaliste qui se définit par une concentration privative des moyens de production et du surplus économique, une division de la société en classes antagoniques (producteurs du surplus, accapareurs de ce surplus), la soumission de la consommation à la production et de celle-ci aux exigences du profit, la transformation de l’ensemble des rapports sociaux en rapports de force et de pouvoir, et enfin l’extension mondiale de ces caractéristiques. Nous sommes là, non au milieu d’un schéma syncrétique, mais au centre d’un mode de production déterminé : le capitalisme. Et c’est ce mode qu’il faut analyser ; ce sont ces rouages et ses lois qu’il faut dévoiler ; ce sont ses contradictions qu’il faut appréhender. Or, et ceci constitue notre principale critique, le schéma de Galtung ne permet pas de saisir les antagonismes qui secouent alpha. Cette structure apparaît, au contraire, comme une entité : « pas très dépendante des discontinuités importantes dans la nature, puisqu’elle peut tout bouger autour d’elle, éliminant quelques-unes des asymétries importantes dans la géographie économique mondiale, etc.. » (p. 218). Alpha apparaît proprement comme une entité auto-régulée, omnipotente, capable d’assimiler ses limites et d’intégrer ses crises.

7Cette vision est dangereuse à plus d’un titre : sur le plan théorique elle est erronée, sur le plan politico-idéologique démobilisatrice et enfin sur le plan méthodologique elle exclut l’analyse des contradictions internes d’alpha. Or ces contradictions sont nombreuses et constituent autant de possibilités de ruptures dans la structure : contradiction entre la concentration humaine et matérielle qui sert de fondement économique et politique à alpha et l’atomisation individuelle qui lui sert de fondement idéologique ; contradiction entre le caractère collectif de la production dans alpha et l’appropriation privative du surplus économique, etc… Ces antagonismes internes constituent les faiblesses d’alpha. Galtung les passe sous silence.

8Quant aux antagonismes externes : les mouvements anti-impérialistes, les mouvements de libération nationale, les révoltes micro-culturelles en sont les illustrations concrètes. Galtung n’analyse pas leur impact sur alpha.

La structure « bêta » ne constitue qu’une « négation »

9Le syncrétisme de Galtung constitue par conséquent un obstacle à une véritable critique d’alpha. Et la structure bêta qui devrait apparaître, dans une démarche dialectique, comme l’antithèse d’alpha se révèle, en fin de compte, une simple négation, le (bon) revers de la médaille : « une façon de définir cette structure, écrit Galtung, serait de la considérer comme la négation de tout ce qui a été dit plus haut : la structure sociale concrète est équitable, autonome, solidaire et participative... » (p. 219).

10Mais quelles seront les déterminations concrètes de cette structure bêta ? Comment seront réglés, par exemple, le problème de la propriété privée des moyens de production, la question de l’utilisation du surplus économique ? Qui résoudra, et dans quel sens, le problème de la division du travail ? Par quoi seront remplacés les rapports de force et de pouvoir qui caractérisent alpha ? Quelles seront la place et les fonctions de l’Etat dans cette nouvelle structure sociale ? Et last but not least, comment s’effectuera le passage, la rupture entre ces deux structures ?

11La réponse à ces questions aurait nécessité une critique d’alpha et une évaluation des forces antagoniques qui la secouent. Le schéma de Galtung est trop général pour inclure une critique spécifique et une évaluation concrète.

Sur les rapports « alpha-bêta »

12Bêta ne constitue donc qu’une négation d’alpha, non son antithèse. Un lien de type mécanique les relie et non une liaison de type dialectique. Cette vision mécaniste des deux structures pousse Galtung dans une impasse lorsqu’il s’agit de déterminer les modalités de passage de l’une à l’autre. Conscient de cette impasse, il laisse de côté la question. Mais il faut l’interroger : en admettant même que bêta constitue une négation idéale d’alpha, comment cette négation — pour le moment idéaliste — se transformera-t-elle en critique pratique ? Qui effectuera la transformation ? Quelles sont les conditions historiques, sociales et politiques du passage d’alpha à bêta, nous pensons par exemple à la lutte de classes, aux fonctions de l’Etat ? Deux structures antagoniques peuvent-elles coexister dans la même formation sociale et dans la même période historique comme le laisse supposer l’auteur lorsqu’il écrit : « ...une société à forte structure beta et à structure alpha relativement faible » (p. 226) ?

13Dans quels secteurs de la vie sociale une structure alpha sera-t-elle admise ? Comment seront régis les rapports économiques et politiques entre ces secteurs et le reste de la structure à dominante bêta ? N’y aura-t-il pas un jeu de force et de déséquilibres entre ces deux structures ? Comment sera résorbé ce conflit ?

14Le problème n’est pas théorique : il s’est posé dans des contextes historiques et politiques différents :

  • En URSS la contradiction entre le « pouvoir des soviets » (bêta) et le pouvoir de l’Etat (alpha) a été résolue au détriment du pouvoir des soviets.

  • En Yougoslavie, le conflit entre l’entreprise autogérée (bêta) et la planification centrale (alpha) se résoud au profit de celle-ci.

  • En Algérie, la contradiction entre le secteur autogéré (bêta) et la construction de l’Etat (alpha) s’est résorbée au profit du second.

15En s’enfermant dans le syncrétisme, Galtung a laissé de côté ces interrogations ; or celles-ci constituent l’essence même de la recherche d’alternatives au système mondial actuel.

16Mais si les silences de Galtung ne révèlent pas une méconnaissance des problèmes actuels, ils révèlent tous une certaine faiblesse méthodologique (ou bien une errance idéologique ?).

17Cette faiblesse concerne la dimension utopique d’une recherche : certes, l’utopie peut constituer un élément fécond et stimulant dans un projet politique, mais cet élément n’acquiert de signification réelle que s’il s’intègre à une démarche critique et dialectique faisant du réel la substance de l’interrogation théorique et le terrain de la transformation pratique : hors de ces conditions, l’utopie n’est que... utopie, c’est-à-dire, en fin de compte, un no-man’s land théorique et pratique.

Sur la technologie et le transfert des techniques

Réintroduire le débat sur les besoins

18Marx et Engels ont déjà démontré la corrélation entre l’« instance » matérielle et technique d’un mode de production et l’ensemble de la structure sociale.

19Galtung reprend l’idée et il relie bien, dans sa définition de la technologie, techniques et structures sociales. Cependant, sa définition passe sous silence, nous semble-t-il, un élément important de la question, les besoins.

20En effet, dans tout mode de production les besoins forment l’instance de base. Ils en constituent le niveau psycho-physiologique. Et les techniques ne sont, en dernière analyse, que l’ensemble des moyens qu’un groupe produit pour satisfaire ses besoins. Naturellement des rapports de détermination réciproque ont toujours relié ces deux instances : le niveau psycho-physiologique déterminant le niveau matériel et technique et celui-ci déterminant, en retour, le niveau psycho-physiologique. Mais ce qui caractérise le mode de production capitaliste, ou, pour reprendre la terminologie de Galtung, la structure dominante à l’échelle mondiale, c’est le fait qu’il y a eu rupture entre l’instance-besoin et l’instance matérielle et technique de la structure sociale. La technique, dans une structure sociale à domination bourgeoise n’est plus déterminée par le besoin, mais par le profit.

21La recherche du profit nécessitant l’élaboration de nouvelles techniques, celles-ci exercent à leur tour une pression sur les besoins. Ainsi — et ceci nous semble fondamental lorsqu’on parle de technologie et de développement — le mode de production capitaliste a évacué, dès sa naissance, la « logique des besoins » pour lui substituer celle de l’accumulation primitive du capital et de la croissance.

22C’est là une des perversions originelles de la structure sociale aujourd’hui dominante à l’échelle mondiale. Pour dénoncer cette perversion, il ne suffit pas de relier abstraitement techniques et structures, il faut dévoiler les mécanismes de l’impérialisme capitaliste, tels qu’ils fonctionnent dans le système mondial, et il faut les appréhender à tous les niveaux de la structure — du niveau psychophysiologique au niveau politico-idéologique — et non privilégier le niveau matériel et technique. Par conséquent, dans nos débats sur la technologie et le développement, il faudrait réintroduire l’analyse de l’instance-besoin et l’évaluation des pressions qui s’y exercent, car c’est également à ce niveau que la pénétration économique est en train de se renforcer et que la domination culturelle est en train de se perpétuer. Privilégier l’instance matérielle et technique, comme on le fait souvent aujourd’hui, risquerait de nous enfermer dans des alternatives purement techniques, alors que, il faut en convenir, cette problématique est essentiellement d’ordre politique.

Les sept thèses de Galtung concernant le « transfert de technologie »

- Y a-t-il véritablement « transfert de technologie » ?

23Galtung indique, à juste titre, que la question du « transfert de technologie » devrait être étudiée non seulement sous des aspects financier et économique, comme c’est généralement le cas, mais également sous ses aspects structurels.

24Théoriquement, cette position est juste. Cependant, lorsqu’on observe attentivement les relations internationales, une première question vient à l’esprit : y a-t-il réellement, aujourd’hui, un « transfert de technologie » ? La croyance qu’il existe actuellement un tel phénomène ne constitue-t-elle pas une de ces nouvelles mystifications propres au néocolonialisme ?

25En effet, si l’on observe ce qui se déroule concrètement, ne perçoit-on pas, plutôt qu’un véritable « transfert de technologie » (transfert d’une technique + une structure sociale selon la définition même de Galtung), de simples opérations de vente de procédés techniques ? Ce qui est vendu, c’est le résultat d’une recherche scientifique, d’une élaboration technique ou d’une production industrielle, mais le processus global — lequel a permis la recherche, l’élaboration ou la production — n’est jamais transféré. La structure globale reste au centre. Transférer la structure globale, comme le suppose Galtung, signifierait, pour le centre, transférer à la périphérie les moyens de reproduction de sa propre structure ; c’est-à-dire en fin de compte, préparer son anéantissement à moyen terme.

26En réalité, ce qui se passe est plus subtil, donc plus dangereux que ce que laisse croire Galtung : dans la plupart des cas, en effet, les déséquilibres structurels dont souffrent les formations sociales périphériques les empêchent de (re)produire, au moyen des procédés techniques achetés au centre, la structure sociale globale liée à ces techniques. Certes, elles peuvent reproduire certaines de ses caractéristiques dans des secteurs déterminés et limités (le plus souvent choisis et imposés par le centre) ; mais, l’effet d’entraînement sur les autres secteurs restant faible, l’effet de démonstration nul et l’effet cumulatif étant tout simplement transféré au centre, la structure globale n’est pas reproduite dans sa totalité et surtout elle n’investit pas la totalité de la formation sociale réceptrice.

27Ainsi, en achetant des techniques au centre, nous l’aidons à renforcer ses propres structures sans pouvoir les (re)produire chez nous. C’est un aspect de l’échange inégal. Penser le contraire c’est croire en la possibilité d’un développement de type capitaliste de la périphérie ; or nous savons bien que, économiquement et socialement, même cette voie nous est fermée.

- La combinaison technologique

28Contrairement à ce que laisse croire Galtung dans sa quatrième thèse : « Le transfert de technologie (est) un processus profondément enraciné dans les mentalités » (p. 211), ce phénomène n’apparaît donc pas du tout comme une donnée. Comme toutes les métaphores d’origine onusienne, ce terme signifie même le contraire de ce qu’il énonce.

29Pouvons-nous alors le considérer comme une variable dans un modèle déterminé ? Le cas de la Chine Populaire vient immédiatement à l’esprit, puisque ce pays semble ne pas avoir considéré la technologie occidentale comme une donnée, mais comme une variable à intégrer dans un modèle de développement autocentré. Toutefois, pour être significatif, le cas de la Chine Populaire devrait être posé dans son véritable contexte. On ne peut en effet séparer les choix « techniques » opérés par la Chine Populaire de ses options politiques et idéologiques, et cela non seulement sur le plan interne, mais également sur le plan international.

30Or sur ce point, nous trouvons Galtung peu précis : « il est inutile de dire que tout ceci (les ”ordres technologiques possibles”) dépendra de la structure mondiale du pouvoir » (p. 214) écrit-il sans autre précision. Poser ce principe général ne nous aide pas à résoudre le problème.

31Il faut déterminer cette « structure mondiale du pouvoir » laquelle favorisera l’émergence d’un ordre technologique alternatif. Serait-ce une structure inter-étatique ? Serait-ce une structure non étatique ? Serait-ce une structure de type régional ? Serait-ce une structure de type autogestionnaire ? La Chine Populaire a tenté de résoudre ces questions par une pratique interne et internationale : sur le plan interne, elle a éliminé la propriété privée des principaux moyens de production, elle a rétabli le contrôle des classes populaires sur la production, elle a inversé le rapport Capital/Travail au profit du second facteur, elle a favorisé l’émergence de structures sociales permettant à la communauté de s’autogérer. Sur le plan international, elle a rompu avec le marché mondial pendant une dizaine d’années et a réorganisé ses réseaux d’échanges en conséquence. Mais son objectif principal n’était pas l’élaboration d’un « nouvel ordre technologique », il n’était pas non plus la recherche et l’application d’une « technologie alternative ». Il consistait essentiellement en la pratique d’un nouvel ordre social et en la mise en place d’une société alternative, en un mot, l’instauration du socialisme.

32Par conséquent, la combinaison technologique pratiquée par la Chine Populaire s’intégrait comme variable dans un modèle de développement autocentré, fondé lui-même sur un projet socialiste.

33L’étude de ce cas devrait affaiblir les arguments strictement « culturalistes » (lesquels sont de plus en plus nombreux et de plus en plus flous !) consistant à voir dans tout échange de techniques le spectre de la dépendance économique et de la perte d’identité culturelle. N’enfermez pas les cultures dans un dilemme dramatique, sous prétexte de les préserver. On peut échanger sans dominer ! On peut s’ouvrir sans s’aliéner ! N’est-ce pas une des leçons que donnent les socialistes chinois et vietnamiens ? En réalité, ce qui détruit l’identité culturelle, c’est moins l’échange de techniques que le rapport de force dans lequel cet échange s’opère aujourd’hui. Eliminez ce rapport de force et vous rétablirez les conditions d’un échange interculturel vital et bénéfique. Or le centre mondial de ce rapport de force est actuellement un mode de production déterminé, et non une vague cosmogonie ! La Chine et le Viet-Nam n’ont pas lutté contre la « cosmogonie occidentale » ! Ils ont lutté contre un rapport de force économique, politique et militaire produit par le mode de production capitaliste. C’est donc à ce mode qu’il faut apporter une critique théorique et pratique et non à son ombre.

SUR LES TECHNOLOGIES ALTERNATIVES DE J. GALTUNG

34Si comme l’écrit Galtung : « les composantes structurelles opèrent à travers les techniques » — et nous avons vu plus haut les limites et les réserves à apporter à une telle affirmation — il reste à se demander par quel moyen lutter contre les effets de ces « composantes structurelles ».

35Nous avons vu que les moyens mis en œuvre par la Chine Populaire étaient essentiellement des moyens politiques.

  • 1 Parce que Galtung cite souvent le cas chinois.

36Or, paradoxalement1, Galtung nous propose, dans ses exemples de technologies alternatives susceptibles de « contrebalancer les techniques alpha », une série de réponses techniques. Il évacue le problème politique par une astuce de style : « celles-ci (les techniques alpha) peuvent, jusqu’à un certain point, être contrebalancées par des technologies alternatives, dans des conditions données » écrit-il. Sans nous appesantir sur l’imprécision de la formule, il convient tout de même de nous arrêter sur ces « conditions données » parce que, en l’occurrence, elles forment le nœud de nos débats sur le développement. De ces « conditions » vont dépendre, en effet, le nouvel ordre social mondial, les termes d’un échange égalitaire, les perspectives d’un développement auto-centré, etc… Ces « conditions » n’étant pas « données » elles doivent être clairement définies. Mais comme Galtung ne se donne pas la peine de les spécifier et de les fonder sur une étude critique de la réalité actuelle, tous les exemples qu’il cite restent des schémas, certes séduisants, mais sans détermination réelle.

37Pour étayer notre observation, essayons de le suivre dans trois des exemples qu’il cite :

- Sur la fonction des intellectuels et des sciences sociales

38Galtung rappelle, avec beaucoup d’ingéniosité, que dans le mode de production capitaliste les intellectuels en général et les sciences sociales en particulier remplissent une fonction de légitimation de la division sociale du travail et de la verticalité qui en découle. Cependant, dans son argumentation, il semble attacher une importance démesurée au problème de l’échelle. Il laisse ainsi de côté le point central, l’essence même de toute critique radicale de la fonction des intellectuels : le pouvoir.

39En effet, dans la structure sociale verticalisée et fondée sur l’exploitation de l’homme par l’homme, l’ensemble des relations sociales se transforment en rapports de force et de pouvoir ; et en tant que relation sociale, le savoir n’échappe pas à cette perversion. En produisant et en maniant l’abstraction, le symbole ou le concept, les intellectuels produisent des rapports de force et de pouvoir. Par conséquent, leur situation est éminemment politique. La critique qu’il faudrait élaborer devrait donc intégrer cette dimension politique du savoir, et l’alternative qu’il faudrait imaginer devrait répondre aux questions suivantes : dans quelle nouvelle structure sociale les intellectuels ne formeraient-ils plus une caste isolée et isolable du reste du corps social ? Quelles nouvelles relations de production (matérielle et intellectuelle) faudrait-il imaginer pour que tout rapport de force et de pouvoir disparaisse entre les groupes sociaux ?

40Ces nouvelles relations de production seraient-elles compatibles avec l’existence de la propriété privée (le savoir lui-même est aujourd’hui objet de propriété !) ? avec l’existence de l’Etat ? (le savoir est l’instrument de l’Etat et l’Etat propage son propre savoir).

41Ces questions sont d’ordre politique ; on aurait souhaité que Galtung les posât politiquement.

42Or l’alternative qu’il imagine, même si elle se limite au cas de l’enquête par sondage, ne représente qu’une simple solution technique : « une possibilité serait d’utiliser une structure bêta à grandeur limitée » écrit l’auteur (p. 220). C’est l’apparence des phénomènes qui est ainsi remise en cause, non leur essence ; car réduire l’échelle de l’entité sociale ne résout pas la question du pouvoir lié au savoir ; elle la réduit. On aura toujours — et Galtung l’admet implicitement — des « scientifiques » d’un côté et des « citoyens » de l’autre. Quel type de rapports existera-t-il entre ces deux catégories ? Qui régira ces rapports ? Un « échantillon de population douée d’une plus grande conscience politique », comme l’imagine Galtung, aurait-il encore besoin de « scientifiques » et de « chercheurs sociaux » ? Ne produirait-il pas sa propre (re)connaissance ?

43En l’occurrence : qui a ressenti le besoin de mener une enquête ? Qui a déterminé ses objectifs, ses finalités ? Les « scientifiques » ou les « citoyens » ? Si ce sont les premiers, à quel titre ? Et si ce sont les seconds, par quels moyens ? Quels ont été les relais de transmission : l’Etat ? des universités ? des institutions privées ? des centres d’études ? des comités populaires ? etc…

44Pour avoir une portée réelle, l’alternative de Galtung aurait dû répondre à ces questions au lieu de les supposer résolues.

- Sur les communications

45Galtung observe, à juste titre, que dans une structure alpha les communications — message et moyens — sont centralisées, monopolisées, bref confisquées. Cependant, encore une fois, les prémisses du raisonnement sont incomplètes. En effet, avant d’imaginer une alternative au système actuel, il faudrait répondre à une question centrale : par qui sont confisquées les communications ? Qui les monopolise et à quelles fins ?

46Dans sa démonstration, Galtung s’intéresse principalement à « l’entière structure sociale engendrée par ces systèmes modernes de communication de masse » (p. 226). C’est un point de vue. Mais, pour que son alternative ait une portée réelle, il aurait fallu se pencher d’abord sur la structure sociale qui a engendré « ces systèmes modernes de communications de masse ». Car le sub-système que constituent les communications centralisées et monopolisées n’est que le reflet du système social global fondé sur la centralisation et la monopolisation des moyens de production et du pouvoir. D’un autre côté et contrairement à ce que croit Galtung, il n’y a pas de relation directe entre « ceux qui ont la responsabilité de produire des programmes » et ceux qui les consomment ; en réalité c’est un autre rapport qui est établi, un rapport médiatisé et occulté : le monologue du pouvoir (pouvoir d’Etat et/ou pouvoir d’entreprises privées) face aux citoyens-téléspectateurs-auditeurs, fragmentés, atomisés et paralysés. Pour satisfaire « le désir de structures de communication plus horizontales » (p. 227), c’est-à-dire, en fait, le besoin d’un rôle actif, il faudrait résoudre non la question technique des moyens de communication du message, mais le problème politique du contrôle des termes de ce message et de son contenu. Par exemple : le « walkie-talkie » que cite Galtung, peut effectivement constituer un moyen horizontal de communication, il peut faciliter un dialogue innocent et horizontal ; mais il peut également servir à renforcer une structure verticale en reliant, par exemple, deux policiers qui s’apprêtent à réprimer une grève ! Ce qui est important ici, ce n’est donc pas le moyen technique, c’est le message social qu’il véhicule, c’est la fonction qu’il remplit. On aurait souhaité que Galtung posât ces questions autrement qu’en termes techniques, car, encore une fois, le problème se pose sur un plan plus général que celui de la technologie. C’est un problème de rapports sociaux, de contrôle et de pouvoir. C’est un problème essentiellement politique.

- Sur l’habitat

47Galtung fait une critique assez astucieuse des « machines à vivre » actuelles.

48Il perçoit, avec raison, un lien entre les techniques utilisées dans ce domaine et les structures sociales.

49Cependant, lorsqu’il écrit : « le fait est que, comme toujours, les techniques produisent des structures » (p. 230), on peut se demander si les prémisses de son raisonnement sont tout à fait exactes. En effet le lien entre techniques et structures n’est pas de type mécaniste ; c’est un lien plus subtil, plus camouflé. Il fait partie de l’ensemble des déterminations qui façonnent une formation sociale donnée.

50Ainsi ce ne sont pas les « gratte-ciel » américains qui ont « produit » la verticalité, l’atomisation et la fragmentation sociales qui caractérisent la société nord-américaine due 20ème siècle, c’est l’ensemble des déterminations d’un mode de production hautement concentrationnaire et hyper-centralisé. Ce ne sont pas les cours intérieures et les terrasses reliées qui ont « produit » la société intégrée et solidaire du Maghreb ou de la Chine ; c’est l’ensemble des déterminations économiques, sociales et politiques de ces formations sociales. Certes, la technique (ou ce que nous avons appelé plus haut, l’instance matérielle et technique) constitue un des nombreux facteurs déterminant le système global ; mais il opère en relation et en fonction des autres facteurs. Par exemple, il est évident que l’existence, aujourd’hui, de « machines à vivre » n’est pas déterminée uniquement par l’état des techniques, mais est également liée à la propriété privée du sol, à la spéculation foncière, à la soumission du besoin de logements aux exigences du profit, aux lois qui protègent les propriétaires d’immeubles contre les revendications des locataires, au phénomène de l’urbanisation sauvage, etc.. Tous ces facteurs se déterminant et se « produisant » mutuellement, on ne peut les isoler sans risquer de toucher à la cohérence de l’ensemble. Autrement dit, la critique d’un de ces facteurs devrait logiquement entraîner la critique de l’ensemble.

51Par conséquent pour que l’élément « habitat alternatif » pût acquérir une signification véritable, il aurait fallu le fonder sur une critique réelle de l’ensemble des déterminations du système actuel et sur une image précise de la société alternative.

52Finalement, si l’on analysait tous les exemples cités par Galtung, on y décèlerait la même ambiguïté, les mêmes prémisses incomplètes et les mêmes silences concernant les questions centrales (pouvoir, relations sociales, fonctions de l’Etat, etc.).

53Pourtant, sa première thèse, « La structure dominante déterminera les techniques plutôt que vice versa » (p. 201) offrait, malgré son aspect mécaniste, quelques perspectives intéressantes. Pour les épuiser et nous aider à voir plus clair, il aurait fallu aborder concrètement et d’une façon exhaustive la critique de la « structure dominante ». Il aurait fallu dégager, dialectiquement et à partir de cette critique, les configurations essentielles non de la technologie alternative, mais de la structure sociale alternative.

54La septième thèse : « La transformation des techniques peut engendrer de nouvelles structures » (p. 215) nous aide-t-elle à y voir plus clair ? Pas tout à fait, puisque l’auteur lui-même ajoute : « pour que ce phénomène soit possible, il est indispensable d’avoir une image nette de la structure désirée » (p. 215). Très bien ! Mais alors il aurait fallu dessiner nettement l’image de la structure désirée. Ce ne fut pas le cas. Les thèses de Galtung n’ont pas développé toutes les interrogations qu’elles contenaient.

55L’utopie, fût-elle concrète, ne peut tenir toutes ses promesses.

Notes

1 Parce que Galtung cite souvent le cas chinois.

Acheter