Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Débats

Notes en marge du texte « technique et rationalité »

Abdelhak Makki

Texte intégral

« Il y a deux manières d’apprendre. L’une consiste à emprunter tout, que cela convienne ou non aux conditions de notre pays. L’autre consiste à faire travailler nos cerveaux et apprendre ce qui correspond aux conditions de notre pays, c’est-à-dire à assimiler l’expérience qui peut nous être utile. C’est celle-là que nous devons adopter. »
Mao Tsé Toung

1Le texte « Technique et Rationalité » marque un progrès dans la voie de l’interdisciplinarité. Il nous renseigne sur le phénomène technologique autant, sinon plus, que l’économie, la physique ou toute autre discipline s’étant penchée sur la question. Si nous sommes fondamentalement d’accord avec cette analyse, c’est parce que, d’entrée en matière, elle critique les courants qui tendent à naturaliser la technologie. Notre intention n’est donc pas de nous livrer à une lecture casuistique de ce texte mais d’élargir plutôt le débat et de porter la discussion sur le principe même du transfert de technologie, tel que le Tiers Monde le revendique depuis plusieurs années.

Technologie et marxisme

  • 1 Marx et Engels, Etudes philosophiques, Paris, ed. Sociales, 1974, p. 27.
  • 2 Marx, Grundisse, « Introduction », Paris, Union générale d’éditions, 1974.

2La méthode du matérialisme dialectique a inspiré les quelques réflexions qui suivent, comme elle a inspiré la démarche d’Eduardo Rallo. Les conclusions auxquelles il aboutit sont pour nous la meilleure des répliques à tout le courant qui estime que le marxisme est dépassé. En effet, si celui-ci est capable d’étudier les phénomènes et d’apporter une solution juste aux préoccupations de notre temps, ce n’est pas seulement parce que le capitalisme développe chaque fois plus ses propres contradictions ; cela est dû aussi à la théorie elle-même qui fonde ses démonstrations sur l’exemple de l’homme concret et ne conçoit de vérité objective en dehors des rapports unissant réalité et pensée1. Autrement dit, la théorie considère la totalité comme synthèse des déterminations et comme unité de la diversité2. L’essai d’analyse d’Eduardo Rallo, illustre de manière assez probante, par sa méthode même, que l’approche marxiste ne se base pas sur un temps historique uniforme mais que c’est plutôt l’analyse de la totalité qui détermine un temps historique spécifique à chacune de ses composantes (histoire des techniques, histoire des religions, etc.). Dès lors, il est tout à fait logique de rappeler que la technologie ne peut ni ne doit être détachée de son contexte global, car elle résulte effectivement de la pratique des hommes. Ce sont les hommes qui découvrent et mettent au point la technologie dès que leurs rapports réciproques ou leurs rapports avec la nature suscitent un besoin technique, ou si l’on préfère, dès le moment où la technique devient nécessité sociale, objet social. Elle doit donc être étudiée et analysée dans le cadre du processus historique d’une formation sociale et sa rationalité doit être comprise à l’intérieur du mode de production dominant car c’est là qu’elle trouve les conditions de sa permanence ou de son évolution.

3Si tel est le cas, l’histoire nous enseigne que toutes les sociétés ont été et sont stratifiées et que le régulateur des tensions entre strates sociales est la division du travail, il en découle que toute technologie, dont la rationalité est cohérente avec celle de la société, comporte une division du travail. Celle-ci se perfectionne chaque fois que celle-là évolue. Autrement dit, toute invention ou innovation technologique engendre une complexification sociale car la division du travail agit et réagit sur les rapports sociaux. Cela signifie que la technologie (en tant que technique d’organisation et technique de production) fait état des rapports sociaux existants au moment de son innovation et englobe les conditions de leur transformation future, voire même l’essentiel des rapports futurs. Elle peut donc se révéler soit comme une dynamique du développement social, soit comme un instrument de destruction sociale (ce qui malheureusement est un cas fréquent) lorsqu’elle entraîne des déséquilibres sociaux et écologiques (dimensions inhumaines des entreprises, pollution, etc.). En tout état de cause, dans un cas comme dans l’autre et quelques soit leur degré de conscience, les hommes sont incapables de contrôler les effets secondaires de la technologie ; celle-ci échappe à leur volonté et devient apparamment autonome. En outre le groupe social, ou la Nation, qui détient le monopole de l’innovation va avoir tendance à faire de la technologie un instrument de domination et de manipulation sociale (cf. théorie sociale du Groupe industriel dans les sociétés capitalistes du xixe siècle).

4Mais faisons abstraction de ces deux aspects et supposons l’existence d’un réseau de communication permettant la transmission complète des techniques : quel en serait l’impact sur une société qui choisirait de les emprunter ? Une telle question nous introduit de plein pied dans la problématique des transferts de technologie, telle qu’elle se pose aujourd’hui à la communauté internationale.

Transferts technologiques et développement ?

  • 3 Cf. dans ce même ouvrage, A. Ayoub, « Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole (...)
  • 4 Ch. Palloix, Division internationale du travail et les multinationales, Conférence à l’Institut Uni (...)

5Compte tenu de ce qui précède et de la teneur du texte « Technique et Rationalité », il est évident qu’un transfert de technologie exige un certain nombre de conditions économiques et sociales ad hoc. Du point de vue économique, la mise au point d’une technique vise à répondre à un besoin réel, à une demande concrète du marché intérieur. Cela signifie qu’elle n’est transmissible qu’après avoir acquis une « maturité » aux niveaux intérieur et international et accusé un certain fléchissement par rapport au profit qu’elle est censée réaliser3. Du point de vue social, du fait qu’elle se subdivise en technique de production et technique d’organisation et qu’elle véhicule une rationalité conforme à celle de la société d’origine, elle est porteuse de valeurs et d’organisation institutionnelle. Dès lors, seule une société ayant les mêmes caractéristiques socio-économiques et institutionnelles que la société créatrice de technologie (ou du moins des caractéristiques semblables) pourra lui emprunter des techniques sans risque majeur. Or il se trouve que les sociétés du Tiers Monde sont de culture différente par rapport aux formations occidentales et qu’elles s’identifient comme telles, du moins dans leur discours politique. C’est une évidence que de le dire mais encore faut-il savoir ce que cela signifie : l’introduction de la technologie dans ces pays-là implique la transformation, voire le rejet, de leurs institutions et l’occidentalisation progressives de leurs propres cognitions. Les conséquences d’un choix technologique provoquent des déséquilibres, aussi bien socio-culturels qu’économiques, dans la mesure où le développement est conçu et basé sur la notion de rattrapage et repose beaucoup plus sur l’apport de l’extérieur que sur celui de l’intérieur. Or une telle conception accentue le mythe de l’Occident et engendre un développement asymétrique, la division internationale du travail tendant à instaurer une verticalité dans les systèmes productifs4. Eduardo Rallo insiste sur la restructuration des pays industrialisés à partir du contrôle de l’information et de l’informatique. Une spécialisation en découle qui oriente indéfiniment tout l’appareil de production du Tiers Monde vers une intégration de plus en plus poussée au système capitaliste mondial.

6En somme, la théorie des avantages comparatifs se trouve au centre des relations inter-étatiques, alors qu’elle ne permet ni de réduire, ni de rattraper l’écart qui sépare les pays sous-développés des pays développés.

7Par ailleurs, la technologie suppose des critères d’investissement coûteux (espace, capitaux, etc.) qui contraignent les formations sous-développées à mobiliser l’ensemble de leurs revenus dans le processus d’industrialisation ; or, il s’agit d’une technologie de pointe au haute intensité de capital et faible composante de travail alors que le Tiers Monde, en général, se caractérise par un taux élevé de population active sous-employée. Contrairement à l’opinion tiers-mondiste qui entend ne pas prendre en considération les problèmes inhérents à la technologie en Occident, il nous semble utile de rappeler que les pays industrialisés connaissent aussi une situation de sous-emploi due le plus souvent à la relation entre la machine et la force de travail. Dans le procès de production, cette machine ne tournant que très paisiblement par rapport à son potentiel, elle a engendré une dévalorisation du travail humain car elle est facilement remplaçable et coûte moins cher que le renouvellement de la force de travail ; le chômage chronique qui sévit dans les sociétés industrialisées provient de cet écart. Ajoutons que les effets de la machine sur le milieu (santé, culture, environnement, etc.) bloquent le plus souvent l’épanouissement du milieu social. Ainsi quand on soutient que le transfert de technologie peut constituer une dynamique sociale et économique dans les formations du Tiers Monde, on fait preuve d’un optimisme injustifié ; en absorbant une part importante des capitaux nationaux, en développant le secteur des services technologiques et en dégageant une rente technologique qui obligent les sociétés réceptrices à recourir à la dette extérieure (elle-même contraignante), la technologie constitue à notre avis un frein à tout processus autonome. Ces quelques réflexions livrées en vrac nous incitent à poser une dernière question : quelles seraient les conditions d’un développement auto-centré et quel serait l’apport de la technologie dans ce contexte ? Il est évident que, si le principe des transferts de technologie est appliqué tel qu’il est mentionné dans le programme d’action du nouvel ordre économique international, le résultat en serait catastrophique pour les pays du Tiers Monde car le problème ne recouvre pas seulement la communication des techniques mais aussi, et surtout, la recherche technologique. Faut-il rappeler, à cet égard, que les pays industrialisés en détiennent le monopole ? Or sans cette information et cette formation il n’est pas possible d’acquérir une tradition technologique même si des techniques « d’avant-garde » sont implantées dans les formations du Tiers Monde. Il s’avère qu’il est moins important d’acquérir des techniques « sophistiquées » de dernière heure que de mettre sur pied une structure favorisant l’innovation technologique à l’intérieur de chaque société du Tiers Monde, car seule l’innovation est capable d’enclencher une dynamique sociale et économique. Ce n’est pas par un acte volontariste ou institutionnel que cette structure pourra prendre forme concrète mais à partir d’une analyse historique, aboutissant à la mise en valeur du patrimoine culturel national et à l’affirmation, par chaque société, de sa propre identité. En se sens, la théorie marxiste, adaptée à la réalité des pays du Tiers Monde, peut en préserver la spécificité culturelle. Le développement ne peut pas être une imitation lyrique, il exige une connaissance profonde du passé et du présent. Une telle méthode permettrait donc de faire l’inventaire des techniques qui ont existé et qui existent encore dans chaque société du Tiers Monde.

8Il s’agit évidemment d’un objectif à long terme. Dans le court terme, et à titre de phase intermédiaire, le Tiers Monde pourrait adopter, dans le cadre du transfert des technologies, une position plus raisonnable que celle que lui assigne le nouvel ordre économique international ; il pourrait se limiter à n’importer que les techniques appropriées à sa propre réalité. L’histoire peut jouer un rôle important en ce domaine dans la mesure où elle permet de déterminer les conditions économiques, sociologiques et culturelles qui ont prévalu dans le développement d’une technique et celles qui doivent prévaloir lors de son implantation.

9C’est là, à notre avis, un instrument qui ferait respecter la diversité culturelle et créerait les conditions d’un développement autocentré ne compromettant pas l’avenir des sociétés du Tiers Monde.

Notes

1 Marx et Engels, Etudes philosophiques, Paris, ed. Sociales, 1974, p. 27.

2 Marx, Grundisse, « Introduction », Paris, Union générale d’éditions, 1974.

3 Cf. dans ce même ouvrage, A. Ayoub, « Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole bilatéral ? ».

4 Ch. Palloix, Division internationale du travail et les multinationales, Conférence à l’Institut Universitaire d’Etudes du Développement, Genève, 13 mai 1976.

Auteur

Institut universitaire d'études du développement, Genève ; Institut universitaire de hautes études internationales, Genève.