Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole bilatéral ?

Chapitre III. Le monopole bilatéral

Antoine Ayoub

Texte intégral

  • 18 J. Lesourne, Les Systèmes du Destin, Coll. « Dalloz Economie », Dalloz, Paris, 1976, p. 360, soulig (...)

1Si l’analyse et les conclusions auxquelles nous sommes arrivées sont exactes, « la réaction des exploités doit être de se grouper pour transformer la situation en monopole bilatéral »18. Mais, tout le problème est de savoir s’ils peuvent réussir une telle transformation. Nous allons soutenir que le comportement de l’OPEP est le facteur clé dans cette opération car le dialogue Nord-Sud est, dans une large mesure, la conséquence directe de la politique suivie par cet organisme.

2Sans préjuger des résultats de ce dialogue, les lignes qui vont suivre tenteront d’ébaucher la réponse à la question suivante : quel intérêt l’OPEP avait-elle à engager le dialogue et quel intérêt a-t-elle actuellement à le maintenir et à le faire aboutir à des résultats satisfaisants pour l’ensemble des pays en voie de développement ? Avant de répondre à cette question, il nous semble utile de démontrer pourquoi l’OPEP occupe une position tellement stratégique que le sort même du dialogue et des projets qui lui sont rattachés en dépendent fortement.

Les associations de producteurs

3Le fait que les pays en voie de développement soient, principalement, des producteurs et des exportateurs de matières premières, d’origine minérale ou agricole, n’est pas en lui-même suffisant pour conférer à ces pays un pouvoir de monopole sur le marché de ses produits. Pour que ce pouvoir arrive à se concrétiser il faut, au moins, trois conditions :

  1. que le produit en question ne soit pas facilement substituable,

  2. que l’élasticité de la demande aux prix soit faible et constante dans le court et le moyen terme,

  3. que la part du marché contrôlée par un nombre restreint de producteurs soit assez élevée.

4On peut aussi rajouter une quatrième condition qui joue un rôle tactique très efficace dans les négociations avec les consommateurs, à savoir : la faible dépendance financière du (ou des) pays producteurs envers les recettes d’exportation du produit. L’exemple de l’Arabie Saoudite, Koweït, Emirats Arabes Unis, Qatar — tous pays producteurs de pétrole disposant de réserves importantes et ayant en même temps de faibles capacités d’absorption interne — est assez éloquent à cet égard car il attire l’attention sur un facteur très important dans l’évolution du rapport de force.

  • 19 La littérature sur ce point est très abondante et de qualité très variée. A titre d’indication seul (...)

5Qu’en est-il maintenant des produits autres que le pétrole ? A la suite des succès remportés par les pays de l’OPEP, en 1973 et 1974, les auteurs se sont divisés sur la question de savoir si les pays en voie de développement producteurs et exportateurs d’autres matières premières que le pétrole étaient capables de rééditer les exploits de cet organisme. Pour les uns, le pétrole constitue une exception et un cas tellement particulier qu’il n’y a pratiquement aucun danger de voir son exemple suivi, avec une chance raisonnable de succès, par les autres produits. Pour les autres, l’extension du modèle de l’OPEP est non seulement possible mais deviendra de plus en plus une réalité avec l’épuisement progressif des différentes ressources naturelles non renouvelables, résultant de l’accroissement soutenu de la demande des pays industrialisés19.

  • 20 Nations-Unies, « Souveraineté Permanente sur les Ressources Naturelles », ECOSOC, Nations-Unies, Ge (...)

6Sans vouloir prendre part ici même à ce débat, force est de constater que, jusqu’à nouvel ordre, les associations des producteurs qui se sont créées sur les traces de l’OPEP sont loin de pouvoir revendiquer un bilan de réalisation aussi spectaculaire que cette dernière20 :

    • 21 Les membres actuels du CIPEC sont : le Chili, le Pérou, le Zaïre, la Zambie et l’Indonésie, plus tr (...)

    Le CIPEC, constitué en juin 1967 à Lusaka, n’a pu au fil des années stabiliser les cours du cuivre et augmenter le pouvoir d’achat de ses membres en dépit du fait que ceux-ci contrôlent 35 % du volume de la production mondiale et 52 % de la valeur des exportations mondiales21.

    • 22 Les pays membres de l’AIB sont : l’Australie, le Guinée, la Guyane, la Jamaïque, la Sierra Leone, l (...)

    L’AIB, créée à Conakry en mars 1974, n’a pas exercé jusqu’à présent un effet significatif sur les cours de la bauxite, bien que ses membres contrôlent 74 % de la production mondiale de cette matière première. Il faut certainement tenir compte, dans l’explication de cette situation, du fait que les mêmes membres ne contrôlent que 35 % de la production mondiale des produits alumineux et seulement 4 % de la production mondiale d’aluminium22.

    • 23 Les pays membres de l’APEF sont : l’Algérie, l’Australie, le Brésil, le Chili, l’Inde, la Mauritani (...)

    L’APEF, dont l’accord de création fut signé en avril 1975, est encore dans la phase de tiraillement entre ses membres, car ces derniers doivent fixer les objectifs à court, moyen et long termes qu’il faudrait assigner à la production et la valorisation du minerai de fer dont ils détiennent 35 % du volume de la production mondiale et 65 % de la valeur des exportations23.

7Dans un certain sens, et en regard de ce très rapide tour d’horizon, la volonté des pays en voie de développement de faire aboutir le projet du « programme intégré » élaboré par la CNUCED est une indication claire des difficultés que rencontrent ces pays pour réussir des actions sectorielles comparables à celles du pétrole. On se rappellera que ce programme vise à :

  1. l’établissement d’un fond commun pour le financement de stocks internationaux,

  2. la constitution d’une série de stocks internationaux de produits de base,

  3. l’amélioration du financement compensatoire pour assurer la stabilité des recettes d’exportation et l’augmentation du pouvoir d’achat des pays producteurs.

  • 24 Nations-Unies, « Un Programme Intégré pour les Produits de Base », UNCTAD, Nations-Unies, Genève, T (...)

8Ce programme englobe les produits les plus importants (à part le pétrole) qui occupent un pourcentage prépondérant dans les exportations de pays en voie de développement24.

9Les implications économiques et financières de ce programme sont telles que la réussite ou l’échec du dialogue Nord-Sud va dépendre de son adoption, de sa modification ou de son rejet pur et simple. Or, et c’est là que le rôle de l’OPEP nous paraît au moins tout aussi déterminant que celui des pays industrialisés l’issue des négociations est fonction de liens que les uns et les autres acceptent d’établir entre la solution des problèmes énergétiques mondiaux et celle des problèmes des autres matières premières. Un des succès majeurs — il n’est pas le seul — de l’OPEP est d’avoir amené les pays industrialisés à accepter de négocier à partir de cette stratégie de liaison qui avait été parfaitement résumée, avant l’ouverture du dialogue, par un responsable algérien qui annonçait : « Si nous devons parler du pétrole, nous parlerons alors de tout ».

La stratégie de liaison

10La rationalité de cette stratégie, tant pour l’OPEP que pour les pays en voie de développement, peut se déduire des observations suivantes :

11a) en premier lieu, il faut bien souligner que tous les pays de l’OPEP, même les plus « radicaux », n’ont jamais mis en cause leur appartenance au marché capitaliste mondial. Ils ont toujours rejeté la thèse de « rupture » avec ce marché ou les positions autarciques qui en découlent. Aux yeux de tous ces pays, ainsi d’ailleurs qu’aux yeux de la majorité des pays en voie de développement, le « nouvel ordre économique international » veut dire, bien au contraire, une participation plus active et un engagement plus profond dans ce marché ; à condition, bien entendu, de pouvoir s’associer comme des partenaires à part entière à la définition des règles du jeu qui le régissent.

12Cette attitude, tout en se démarquant très nettement du modèle de l’autarcie ou de celui du commerce-aide, rappelle d’une manière frappante la position des syndicats américains qui cherchent à améliorer la situation de leurs adhérents dans le « jeu » du partage des revenus sans jamais mettre en cause le régime capitaliste en tant que tel.

13b) la deuxième observation, dont il faut tenir compte au risque de se perdre dans des analyses sans aucune relation avec la réalité, a trait à l’appartenance des pays de l’OPEP au Tiers-Monde. Ni les signes extérieurs de richesses qu’affichent quelques-uns des pays pétroliers, ni la nouvelle classification des pays en voie de développement en Quart Monde et Tiers Monde ne peuvent masquer une réalité éclatante et observable chaque jour, à savoir : tous les pays pétroliers sans exception rencontrent les mêmes problèmes que les autres pays en voie de développement dans leurs relations avec le monde industrialisé. Ils doivent faire face, comme les autres, aux effets du monopole de la technologie que nous avons décrit précédemment. D’où une certaine identité dans les intérêts entre eux et les autres pays en voie de développement.

14c) il serait chimérique de croire, et c’est là notre troisième observation, que le dialogue Nord-Sud aurait pu voir le jour sans la position de force qu’occupe temporairement l’OPEP sur la scène mondiale. En effet, le problème des prix des matières premières ne date pas d’hier et les projets de stabilisation ne manquaient pas. Pourtant, aucun de ces projets n’a connu un début de réalisation pour la simple raison que les pays industrialisés n’avaient aucun intérêt à les voir aboutir tant et aussi longtemps que les pays en voie de développement étaient dans l’incapacité de prendre à leur encontre des mesures de rétorsion plus ou moins crédibles. En occupant une position de force, dans un secteur stratégique de l’activité économique, l’OPEP a donné plus de poids aux revendications très anciennes de pays en voie de développement.

15d) la quatrième et dernière observation a trait aux intérêts propres que l’OPEP poursuit dans sa coalition avec les pays en voie de développement. Il est nécessaire de souligner, à ce propos, que l’OPEP a un grand besoin du soutien « moral » des autres pays en voie de développement pour faire passer sa stratégie des prix. Même si les considérations d’ordre économique ne manquent pas pour justifier une telle stratégie, il n’en demeure pas moins vrai que le climat et l’environnement psychologique dans lesquels celle-ci opère jouent un rôle important. Tellement important que l’OPEP ne pouvait laisser les pays en voie de développement rejoindre le camp des pays industrialisés avec tous les risques que cela comporte pour sa propre position. Les transferts massifs de fonds des pays de l’OPEP vers les pays en voie de développement se justifient, en partie du moins, par ce souci.

16En tenant compte de ces quatre observations et du faible poids des autres associations de producteurs de matières premières, nous comprendrons mieux les raisons profondes de la coalition des pays pétroliers avec les pays en voie de développement. Nous comprendrons aussi pourquoi l’OPEP occupe une place centrale à l’intérieur de cette coalition et vis-à-vis des pays industrialisés.

  • 25 Pour les relations entre la théorie des jeux et la théorie des coalitions, voir A. Rapoport, Combat (...)

17Cette situation est d’ailleurs un exemple parfait d’un « jeu » à trois personnes « pays en voie de développement — OPEP — pays industrialisés » et à somme nulle. On se rappellera, en effet, que n’importe quel « jeu » à somme non nulle à N personnes, peut toujours être ramené à un « jeu » à somme nulle en ajoutant un (N+1) ème joueur dont les gains (ou les pertes) sont égaux à la somme des pertes (ou des gains) de tous les autres. Mais si les jeux à somme nulle sont plus faciles à mener, et aussi à analyser, que les jeux à somme non nulle, il demeure que l’introduction du (N+1) ème joueur (dans notre cas, les pays de voie de développement) ouvre la voie à toutes les complications théoriques qui découlent des effets des coalitions sur les solutions possibles25.

  • 26 C. Tugendhat, « Political Approach of the World Oil Problem », Harvard Business Review, janv/fév, 1 (...)

18S’inspirant implicitement de ce genre d’analyse, C. Tugendhat26propose aux pays industrialisés une stratégie qui permettrait, selon lui, non seulement d’éloigner les pays en voie de développement de leurs alliés actuels mais aussi de former une nouvelle coalition pays en voie de développement-pays industrialisés qui viendrait battre en brèche la position de l’OPEP. Quoique théoriquement possible, le succès d’une telle stratégie ne nous semble pas évident dans la mesure où les pays en voie de développement savent très bien que si les pays industrialisés sont prêts à leur faire des concessions c’est justement parce que l’OPEP appuie leurs demandes. Autrement dit, il n’y a aucune raison de croire, qu’une fois l’OPEP affaiblie, les revendications des pays en voie de développement seront toujours recevables par les pays industrialisés.

  • 27 Nous avons déjà eu l’occasion d’examiner en détail le problème de la stabilité de l’OPEP et ses con (...)

19L’autre stratégie possible est celle qui consiste à disloquer l’OPEP de l’intérieur en profitant ou en aggravant les divergences qui existent entre ses membres. Cette stratégie peut d’ailleurs se concevoir comme un complément à la précédente et non pas comme substitut27.

20De toute manière, que l’une ou l’autre de ces deux stratégies réussisse, le dialogue Nord-Sud s’arrêtera de lui-même et le programme intégré de l’UNCTAD aura beaucoup de difficultés à se concrétiser. Cela dénote, une fois encore, l’importance du rôle de l’OPEP.

Notes

18 J. Lesourne, Les Systèmes du Destin, Coll. « Dalloz Economie », Dalloz, Paris, 1976, p. 360, souligné par cet auteur.

19 La littérature sur ce point est très abondante et de qualité très variée. A titre d’indication seulement et pour synthétiser rapidement les deux points de vue, nous suggérons S.D. Krasner, « Oil is the Exception », Foreign Policy, printemps 1974, et CF. Bergsten, « The Threat from the Third World », Foreign Policy, No. 11, 1973.

20 Nations-Unies, « Souveraineté Permanente sur les Ressources Naturelles », ECOSOC, Nations-Unies, Genève, E/C. 7/66, 1977, pp. 33-38.

21 Les membres actuels du CIPEC sont : le Chili, le Pérou, le Zaïre, la Zambie et l’Indonésie, plus trois membres associés : l’Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Mauritanie.

22 Les pays membres de l’AIB sont : l’Australie, le Guinée, la Guyane, la Jamaïque, la Sierra Leone, le Surinam, la Yougoslavie, le Ghana, Haïti et la République Dominicaine.

23 Les pays membres de l’APEF sont : l’Algérie, l’Australie, le Brésil, le Chili, l’Inde, la Mauritanie, le Pérou, la Sierra Leone, la Suède, la Tunisie et le Venezuela.

24 Nations-Unies, « Un Programme Intégré pour les Produits de Base », UNCTAD, Nations-Unies, Genève, TD/B/C. 1/193, 1975. Le « Programme intégré » a fait l’objet de plusieurs documents de la part de l’UNCTAD qui a pris l’initiative de la recherche sur ce problème. Nous nous référons ici à une note résumant les résultats de ces recherches.

25 Pour les relations entre la théorie des jeux et la théorie des coalitions, voir A. Rapoport, Combats, Débats et Jeux, Dunod, Paris, 1967 (trad., pp. 143-154).

26 C. Tugendhat, « Political Approach of the World Oil Problem », Harvard Business Review, janv/fév, 1976, pp. 45-55.

27 Nous avons déjà eu l’occasion d’examiner en détail le problème de la stabilité de l’OPEP et ses conséquences sur les pays membres ; voir A. Ayoub, « Le Marché-OPEP du pétrole brut et ses conséquences sur les Relations entre Pays Producteurs », Revue d’Economie Politique, No. 2, 1975, pp. 257-274, et « Prix du pétrole et degré de stabilité de l’OPEP », L’Actualité Economique, juillet/sept. 1976, pp. 311-323.

Auteur

Université Laval, Québec, Canada.

Acheter