Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole bilatéral ?

Chapitre II. Libre-échange et diffusion de la technologie

Antoine Ayoub

Texte intégral

1Pour éviter toute controverse, il nous faut commencer par préciser ce que nous entendons par développement de l’économie mondiale. A la lumière de ces précisions, nous serons plus à même d’apprécier les divergences qui nous séparent de la proposition de H. Johnson.

Optimum mondial et développement

2Deux caractéristiques définissent, pour nous, le développement de l’économie mondiale :

  1. l’augmentation soutenue et au moindre coût de la production totale, année après année (c’est l’aspect optimum de production) ;

  2. la réduction, et non pas l’abolition, de l’écart qui existe dans le niveau de vie moyen entre les nations qui concourent à la réalisation de cette production (c’est l’aspect répartition).

3De cette définition, il s’ensuit que le développement économique, tout en impliquant nécessairement la notion de l’optimum, dépasse le cadre strict de la production.

4En effet, nous estimons que ces deux caractéristiques doivent être considérées conjointement et simultanément pour que l’idée du développement conserve un sens. Le point central qu’il faut donc souligner à cet égard est que l’augmentation de la production totale ne peut être considérée comme synonyme de développement, sauf si elle induit — automatiquement ou par actes volontaires, peu importe à ce stade de l’analyse — la réalisation de l’autre caractéristique, soit la réduction de l’écart entre les nations.

  • 14 W. Leontief et al, The Future of the World Economy, Oxford University Press, New York, 1977.

5L’insistance que nous mettons sur cette dernière caractéristique n’est nullement une concession que nous faisons aux thèses discutables de l’égalité des revenus entre les nations ou même à l’intérieur d’une même nation. C’est, plus simplement, la reconnaissance explicite du fait que cet écart est devenu tellement considérable qu’il ne peut plus être passé sous silence ou négligé. D’autant plus, que les projections qui sont faites par W. Leontief, sur la base des données de 1970, indiquent clairement que cet écart n’est pas appelé à diminuer, toutes choses étant égales par ailleurs, dans le futur. Bien au contraire, le « gap income » sera de l’ordre de 1 à 12 si, selon W. Leontief, aucune politique volontariste, combinant « un changement significatif dans l’ordre économique mondial » à des changements à l’intérieur des pays en voie de développement, n’est appliquée14.

  • 15 K. Arrow, « Connaissance Limitée et Analyse Economique », Economie Appliquée, Tome XXVIII, No. 4, 1 (...)

6Selon K. Arrow15, ce problème de disparité et d’inégalité du développement constitue un des deux défis majeurs à la théorie néoclassique, l’autre étant le chômage périodique dans les économies capitalistes. Or, il ne nous semble pas que ce défi puisse être relevé avec bonheur tant que le dogme néo-classique cherchant à séparer la production de la répartition n’est pas remis en cause.

7En effet, depuis que L. Walras avait proposé la division de l’économie en économie pure (production) et économie sociale (répartition) et depuis la découverte par W. Pareto de son célèbre théorème de l’optimum, la tendance de cette école est de considérer généralement que la répartition des revenus et des richesses est un problème sortant du cadre « strict » de l’économie. Selon cette école, ce problème appartiendrait plutôt aux domaines de la politique et de la morale : deux disciplines où, nous dit-on, l’économiste en tant que tel n’a rien à dire. C’est, d’ailleurs, dans cet esprit que l’on considère que la règle de la rémunération des facteurs à leurs productivités marginales est une règle neutre qui se contente d’enregistrer presque mécaniquement les oscillations de l’offre et de la demande de ces facteurs sur le marché. En d’autres termes, cette règle constitue une application pure et simple de la théorie plus générale des prix et non pas une théorie de la répartition à proprement parler.

  • 16 P.A. Samuelson, Foundations of Economic Analysis, Harvard University Press, Cambridge, Mass, 1948, (...)

8Mais est-ce là une raison suffisante pour « sortir » la répartition du cadre de l’économie ? Posée abstraitement, la question est dépourvue de sens et toute discussion à son sujet risque de ne pas aboutir à un résultat significatif. Par contre, comme l’avait déjà signalé P. Samuelson16, la question de la répartition prend tout son sens si on l’aborde en relation avec les structures réelles du marché.

9Car il est bien clair que le théorème des rémunérations aux productivités marginales n’est valable et ne fonctionne qu’à une condition bien spécifique : que toutes les hypothèses bien connues du marché pur et parfait soient rigoureusement respectées. Au cas où, pour une raison ou une autre, une ces hypothèses serait violée, le théorème ne se vérifierait plus puisque le produit totale excéderait alors la somme des productivités marginales des facteurs. C’est justement le cas de toute situation d’imperfection de marché dont le monopole est l’exemple extrême. Dans tous ces cas le problème de la répartition ne peut plus être évacué et acquiert même une importance économique considérable puisque toutes les variables économiques importantes (investissements, demande, accumulation du capital, etc..) sont affectées par la manière dont le profit du monopole sera réparti.

10En général, trois voies sont proposées pour régler ce problème :

  1. l’Etat intervient pour éliminer les causes du monopole ou pour corriger ses effets par une politique fiscale redistributive,

  2. les pressions naturelles de la concurrence, si concurrence il y a, suffisent pour dépouiller l’exploitant des fruits de son exploitation,

  3. la constitution d’un monopole oppositionnel, par les autres producteurs/consommateurs, qui conduirait à envisager la répartition selon les termes et les limites de la théorie du monopole bilatéral (ex. : les relations patrons-syndicats).

11Il faut bien faire remarquer que ces trois solutions sont, en réalité, « indéterminées » dans le court et le moyen terme et qu’il n’y a par conséquent aucune raison de privilégier à priori l’une d’entre elles. Tout dépend en fait du contexte dans lequel on se place et de la nature du monopole en question.

12Dans le cas qui nous occupe, il nous paraît évident que la première de ces solutions ne peut être retenue, étant donné le contexte dans lequel s’effectuent les relations économiques internationales. L’absence d’une autorité supra-nationale ayant des prérogatives et des moyens équivalents à ceux de l’Etat national empêche, en fait, de penser à une redistribution des revenus par l’intermédiaire d’un système fiscal émanant d’un pouvoir central et unique. Restent alors les deux autres solutions, soit, en bref, le laisser-faire et le libre échange ou la constitution, autant que faire se peut, des monopoles bilatéraux.

La disparition du monopole par la diffusion

13Pour H. Johnson, c’est la première de ces deux solutions qui doit être choisie. En effet, le point central autour duquel pivote toute l’argumentation de cet auteur est que le monopole technologique représente un phénomène temporaire que la concurrence finira par dissoudre et qui fera même de l’innovation, à la base de ce monopole, un bien, en dernier ressort, libre. On avance pour soutenir cette proposition l’exemple des découvertes scientifiques et même des procédés de fabrication, qui finissent un jour par se trouver dans n’importe quel manuel.

  • 17 C.V. Vaitsos, Intercountry Income Distribution and Transnational Entreprises, Clarendon Press, Oxfo (...)

14Toutefois, il faut bien admettre qu’avant d’arriver à ce stade, l’innovation fait l’objet d’un échange marchand comme n’importe quel autre produit. Ce que l’on appelle improprement « transfert » de la technologie n’est, en réalité, qu’une commercialisation pure et simple comme le montre très bien C. V. Vaitos17. Cette commercialisation se fait par plusieurs canaux dont les plus importants sont l’établissement de succursales sur le marché étranger et la vente ou la location, contre redevances, des brevets.

15Or, pendant toute la période qui sépare l’introduction de l’innovation sur le marché jusqu’à sa transformation, par l’effet de la concurrence, en bien libre, elle ne cesse de rapporter des profits selon le schéma que nous avons esquissé dans la première partie de ce travail. La disparition du monopole technologique par diffusion ne changera rien au fait que l’échange résultant de cette diffusion sera relativement désavantageux pour le pays le moins avancé du point de vue technologique, même s’il contribue à améliorer sa situation par rapport à lui-même. On peut, bien entendu, admettre que ce résultat est, en soi, positif mais cela n’implique pas nécessairement que le libre échange, pratiqué dans les conditions que nous avons décrites, puisse être considéré comme une politique économique favorable à la réduction de l’écart entre pays industrialisés et pays en voie de développement.

16De plus, mettre l’accent sur le caractère temporaire du monopole technologique revient à refuser de tenir compte de sa nature spécifique par rapport aux monopoles traditionnels. Or, s’il est vrai que le monopole technologique finit toujours par disparaître sous l’effet de la concurrence, il est tout aussi vrai que sa trajectoire — depuis sa genèse jusqu’à sa dissolution — est toujours identique à elle-même puisqu’elle va systématiquement dans un sens univoque : des pays industrialisés vers les pays en voie de développement. Là aussi, le libre échange ne modifiera en rien cette trajectoire puisque la localisation de l’innovation technologique, éventuellement exportable, dépend fortement du niveau du développement économique de chaque pays ou groupe de pays, comparativement au reste du monde.

17En définitive, si les pressions naturelles de la concurrence arrivent bien à supprimer, à la longue, le monopole d’une innovation technologique bien spécifiée, elles sont, par contre, incapables — dans les conditions actuelles et prévisibles — de supprimer le fait incontestable de l’éclosion systématique des innovations dans les sociétés développées. Par conséquent, la politique du libre échange ne peut se défendre qu’à condition de postuler que tous les pays en voie de développement puissent non seulement produire mais surtout exporter leurs innovations technologiques vers les pays industrialisés. Nous avons essayé de démontrer qu’un tel postulat est peu réaliste sans compter qu’il est logiquement non cohérent avec le principe de substitution travail/technologie sur lequel reposent les tentatives de dynamisation de la théorie des avantages comparatifs.

Notes

14 W. Leontief et al, The Future of the World Economy, Oxford University Press, New York, 1977.

15 K. Arrow, « Connaissance Limitée et Analyse Economique », Economie Appliquée, Tome XXVIII, No. 4, 1975, pp. 677-679 (trad.).

16 P.A. Samuelson, Foundations of Economic Analysis, Harvard University Press, Cambridge, Mass, 1948, pp. 83-87.

17 C.V. Vaitsos, Intercountry Income Distribution and Transnational Entreprises, Clarendon Press, Oxford, 1974.

Acheter