Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole bilatéral ?

Chapitre I. Le monopole technologique

Antoine Ayoub

Texte intégral

Le monopole technologique

1Si l’on admet que le développement économique d’une nation exige, comme condition nécessaire mais non suffisante, une certaine accumulation du capital, nous pouvons alors directement poser la question suivante : quelle est la nature des relations qui existent entre la théorie des échanges internationaux et l’accumulation nationale du capital. Pour la simple raison que cette accumulation est fondamentalement un phénomène dynamique, l’on ne peut poser et résoudre une telle question dans le cadre statique de la théorie des avantages comparatifs.

  • 4 H. Johnson, « Coût Comparatif et Théorie de la Politique Commerciale pour un Monde en Développement (...)
  • 5 A l’encontre de la théorie classique et néo-classique de tradition anglaise, I. Fischer n’identifie (...)
  • 6 Voir principalement: G.C. Hufbauer, Synthetic Materials and the Theory of International Trade, Duck (...)
  • 7 H. Johson, « Coût Comparatif et Théorie pp. 348-349. Etant donné l’importance de ce point dans l’ar (...)

2Conscient de cette lacune, H. Johnson a pris sur lui la tâche de « dynamiser » cette théorie4. Sa construction tient compte, d’une part, du concept du capital au sens de Fischer5 et, d’autre part, du phénomène de l’innovation technologique. Cette innovation, en réduisant le travail humain — supposé rare à juste titre —, accroît le stock de capital par tête que ce facteur utilise pour la production. En d’autres termes, on suppose que la technologie accroît la productivité par tête. Dans un deuxième temps, H. Johnson introduit dans son analyse le concept de « cycle de vie du produit », qu’il emprunte à R. Vernon et à d’autres économistes6, et arrive ainsi à la conclusion que les modifications dynamiques de l’avantage comparatif et des schémas de l’échange international trouvent leurs origines dans l’émergence, la localisation et la disparition par propagation et diffusion du progrès technologique. Il faut bien souligner, dès maintenant, que, pour cet auteur, les monopoles de l’innovation et de la technologie sont non seulement « temporaires » mais, aussi, non exclusifs ni limités à un pays ou à un autre7, Face à ces monopoles, H. Johnson propose, comme politique commerciale, le libre échange et l’abolition de toutes les mesures de nationalisme économique. Selon lui, si l’on accepte d’adopter une telle politique non seulement l’optimum économique mondial sera atteint mais, en même temps, et grâce à la transmission de la croissance par le biais du libre-échange, chaque pays trouvera sa situation s’améliorer, ce qui favorisera la diminution de l’écart entre les nations.

3Pour analyser en détail les arguments de cet auteur, nous allons résumer, au préalable, le concept clé du cycle de vie du produit avant d’examiner la nature du monopole technologique et de ses conséquences.

Le cycle de vie du produit

  • 8 N. Dhalla & S. Yuspeh, « Forget the Product Life Cycle Concept », Harvard Business Review, janv/fév (...)

4Même si ce concept vient de faire l’objet d’une critique sévère à partir de recherches empiriques sur certains produits8, il demeure toutefois un outil assez commode dans le cadre de notre propos. D’autant plus que si l’on oppose, dès maintenant, à ce concept le test du réel, il pourrait en résulter une mise en cause, préalable à toute autre discussion, des thèses de H. Johnson. Ce n’est pas cette voie que nous avons choisie.

5Le graphique I représente, d’une manière synthétique, le déroulement des quatre phases du cycle ainsi que leurs conséquences sur la structure du marché, le profit unitaire, le volume de vente et les schémas du commerce international.

6Concernant ce dernier point, il faut faire remarquer que, dans la phase d’introduction du produit, la vente s’effectue prioritairement et presque exclusivement sur le marché local car le produit est censé répondre d’abord à une demande locale. Nous fournirons ultérieurement une explication de ce phénomène. Dans la deuxième phase du cycle, qui correspond à la période de croissance du produit, le pays dans lequel s’est produite l’innovation technologique s’octroie généralement l’exclusivité de sa fabrication et de sa vente au reste du monde. Enfin, c’est dans les deux dernières phases du cycle — celle de la maturité et celle du déclin — que l’innovation technologique originale commence à se diffuser de plus en plus, entraînant de ce fait la dispersion géographique de la fabrication du produit. Ainsi, dans la phase de maturité, la production et l’exportation seront partagées entre des pays ayant plus ou moins le même niveau économique que le pays d’origine de l’innovation (les pays de l’OCDE par exemple). Arrivées à leur phase de déclin, la fabrication et l’exportation du produit seront de plus en plus localisées dans les différents pays du Tiers Monde qui, à ce moment-là, pourront faire valoir le niveau compétitif de leurs salaires pour s’octroyer un nouvel avantage comparatif. L’exemple, maintenant classique, du textile peut servir à illustrer tout le processus de déroulement du cycle et de ses conséquences sur l’émergence de nouvelles structures du commerce international. Par ailleurs, les industries aéronautique, électrique, spatiale et nucléaire présentent valablement des exemples sur la première et la deuxième phase du cycle.

7Si l’on admet la validité du concept que l’on vient de présenter et si l’on accepte de ne pas mettre en doute l’aspect unilinéaire de ses conséquences, force est de conclure que l’innovation et le progrès technologique qui en découlent modifient effectivement les avantages comparatifs et les schémas de la spécialisation internationale. Ces deux facteurs représentent, en fait, les éléments dynamiques qui manquaient au théorème statique d’Hecsher-Ohlin. On peut même admettre sans difficulté qu’en 1, s introduisant dans l’analyse on arrive, comme le suggère H. Johnson, à dynamiser la théorie du commerce international.

8Mais tout en acceptant cette conclusion, nous prétendons que cette modification dans les avantages comparatifs, loin de réduire l’écart que nous avons signalé entre les pays en voie de développement et les pays industrialisés, ne fait que le reproduire en l’élargissant davantage. L’analyse de la nature du monopole technologique va nous permettre d’avancer quelques arguments en faveur de cette thèse.

La nature du monopole technologique

  • 9 S.B. Linder, An Essay on Trade..., (citée en note 6).

9La discussion peut partir de l’idée développée par S. B. Linder sur le rôle important et positif que jouent la demande interne et ses déterminants dans le changement des schémas du commerce international9. Pour cet auteur, les producteurs sont amenés à orienter leurs décisions de produire d’abord et avant tout en fonction du marché et de la demande domestique en raison de la rareté et de la difficulté à obtenir des informations sur les opportunités offertes par les marchés extérieurs. Ce n’est que par la suite, une fois la rentabilité du produit vérifiée sur le marché interne, que ces producteurs acceptent d’affronter le marché extérieur. Si l’on postule, d’autre part, que la consommation domestique est fonction du revenu domestique ou peut alors induire que les exportations sont fonction du niveau du revenu intérieur.

  • 10 Voir en plus des travaux cités en note 6 : D.B. Keesing, « The Impact of Research and Development o (...)

10Les travaux qui pivotent autour du concept de cycle de vie du produit reprennent l’idée de Linder et poussent l’analyse plus en avant afin d’expliquer et la genèse des innovations technologiques et le fait qu’elles soient localisées dans tel pays et non pas dans tel autre10. A très juste titre, ils considèrent ainsi que tout nouveau produit prend naissance à la suite d’une demande interne qui, à son tour, entraîne de plus en plus une demande accrue du facteur technologique. En répondant à cette demande, l’offre technologique met en marche tout le cycle que nous avons décrit précédemment.

11Ce n’est donc pas l’existence d’une matière première disponible qui, en soi, pousse à la création d’une nouvelle technologie ou d’un nouveau produit, mais bien la demande induite. Or, cette demande est fonction du niveau de développement industriel du pays et, plus généralement, de son niveau de développement économique global. Plus ce niveau est élevé, plus la demande est diversifiée et élevée. L’inverse aussi est vrai. Le même raisonnement s’applique sans difficulté à l’offre de la technologie nouvelle. On peut donc en conclure que la localisation de la technologie dans les pays industrialisés n’est pas un produit du hasard mais bien un fait répondant à un besoin. Même s’il est vrai que les disponibilités en matières premières facilitent la production à moindre coût du nouveau produit, il demeure que la variable explicative essentielle de la genèse et de la localisation de la nouvelle technologie est bien la demande interne induite par le niveau du développement économique.

12Si cette déduction est exacte, il en résulte qu’un groupe de pays ayant plus ou moins le même niveau de développement dégage une demande de technologie généralement identique. C’est bien le cas de pays industrialisés qui forment, en effet, le marché de la technologie nouvelle dans le monde. Est-ce à dire, par conséquent, que l’innovation technologique est donc monopolisée par ces pays ?

13La réponse à cette question exige quelques détails car la suite de l’analyse en dépend fortement. Si, en effet, on décrète — comme le fait H. Johnson — qu’aucun type d’innovation technologique n’est nécessairement limité aux pays très riches et très grands, la politique du libre-échange peut, de proche en proche, être valablement défendue. Si, par contre, l’on met en doute ce postulat, les propositions sur les politiques commerciales à suivre peuvent être tout autre. Pour deux raisons nous suggérons de mettre en doute ce postulat.

  • 11 H. Johnson, « Coût Comparatif et Théorie p. 348 (citée en note 4).

14La première raison découle des prémisses mêmes de la construction théorique de H. Johnson. Celui-ci écrit, en effet, que par « hypothèse empirique nous savons que le processus de développement économique entraîne une tendance ascendante dans la valeur du facteur humain original... »11 et que, par conséquent, la technologie vise justement à économiser ce travail humain qui devient de plus en plus rare au fur et à mesure que le développement économique progresse. On dit souvent, pour résumer ce phénomène, que les hommes développent une préférence pour les loisirs au détriment du travail, au fur et à mesure que leur niveau économique s’élève. Même en admettant sans réserve cette « hypothèse empirique » on ne voit pas comment on peut arriver à la conclusion — postulat de H. Johnson — concernant la non-limitation du progrès technologique aux pays riches. On peut, en effet, sans difficulté admettre — à la lumière de l’ensemble de l’argumentation développée jusqu’ici — que toute société est poussée à innover pour répondre aux besoins de son propre développement, la technologie étant fonction de la demande interne. Mais cela n’implique nullement que la société dont le niveau de développement est relativement faible puisse exporter ses innovations technologiques vers celle dont le niveau lui est relativement supérieur. Dans la mesure ou le facteur travail, dans la première société, est relativement plus abondant que dans la seconde, les incitations à l’innovation pour économiser du travail seront relativement plus faibles. Par conséquent, les innovations que cette société produiraient pourraient difficilement répondre à la demande et aux exigences d’une société à haut niveau technologique cherchant à acquérir des procédés qui lui économiseraient du travail, sa ressource rare par excellence. On voit mal, en effet, comment des pays comme l’Egypte, l’Inde ou le Pakistan pourraient vendre, sauf exception, aux Etats-Unis ou à l’Allemagne Fédérale des procédés technologiques pouvant résoudre les problèmes techniques que rencontrent ces pays dans le processus de leur production.

  • 12 W. Andreff, Profits et Structures du Capitalisme Mondial, Calman-Levy, Paris, 1976, pp. 119-144.

15La deuxième raison, qui nous autorise à mettre en doute ce postulat de H. Johnson, est d’ordre empirique12. En fait, la balance commerciale d’achats et de ventes de brevets entre des pays à niveau économique nettement différent (comme c’est le cas entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement) prouve, au-delà de toute contestation possible, le déficit permanent des pays à faible niveau de revenu envers les pays qui les devancent.

16On peut donc conclure que même si chaque société produit de l’innovation technologique, il serait toutefois exagéré de prétendre qu’aucun type d’innovation n’est l’exclusivité des pays avancés. En réalité, ces derniers se spécialisent dans la production et la commercialisation de la technologie qui est à la base des nouveaux produits. Et ce sont, justement, ces nouveaux produits qui ont la faculté de dégager les marges bénéficiaires les plus élevées comme nous allons le constater tout de suite.

L’évolution du profit unitaire

17Pour examiner la relation qui existe entre l’évolution du profit unitaire et le déroulement du cycle de vie du produit, retournons à notre schéma I. Dans la phase de l’introduction du produit, nous nous trouvons devant un monopole de type schumpétérien : l’innovateur détient le monopole de l’innovation et fait face à une demande d’un niveau peu élevé — étant donné la nouveauté du produit — mais dont le taux de croissance est fortement progressif. La fonction de production, dans cette phase, est généralement caractérisée par une forte dose de travail qualifié, combinée à de faibles proportions de capital et de travail non-qualifié. Ces conditions de production entraînent des coûts élevés auxquels viennent s’ajouter les frais de promotion, nécessaires pour faire connaître le nouveau produit. Même si la concurrence est quasi inexistante pendant cette phase, les caractéristiques de l’offre et de la demande que l’on vient de mentionner suffisent pour expliquer le faible niveau du profit unitaire.

18Dans les deux phases suivantes, la demande est à son maximum et commence même, dans la phase de maturité, le début de son déclin. Le profit unitaire épouse plus ou moins cette tendance. Dans ces deux phases, la fonction de production change de caractéristiques car l’intensité du capital croît rapidement pour permettre de bénéficier des économies d’échelles. Ce besoin croissant en capitaux constitue, en lui-même, une barrière à l’entrée. Cette barrière sera, au besoin, défendue par des accords, explicites ou implicites, de type oligopolistique et au niveau mondial : c’est, d’ailleurs, là le terrain privilégié des compagnies transnationales.

  • 13 C.F.C.E., Croissance Mondiale et Stratégies de Spécialisation, Centre Français du Commerce Extérieu (...)

19Quand la concurrence par le coût commence vraiment — phase du déclin —, la demande est à la baisse ainsi que le profit unitaire. Cette concurrence est énormément facilitée par la standardisation du produit et par le changement radical de la fonction de production qui en découle : diminution importante dans la proportion du travail qualifié en faveur du capital et du travail non-qualifié. La lutte entre les producteurs va alors se livrer sur le front des salaires pour compresser les coûts et s’octroyer par ce moyen une part importante d’un marché en régression. La marge du profit subit ainsi les effets conjugués de la concurrence par le coût et de la baisse du volume des ventes. La conséquence pour les pays en voie de développement, disposant de quantités relativement importantes de main-d’œuvre non-qualifiée et à bas salaires, est leur « spécialisation » dans des secteurs où la demande et le profit unitaire sont en fléchissement constant. Le tableau I, résultat d’une recherche quantitative sur le mouvement de spécialisations futures probables, indique clairement que les pays en voie de développement vont, certes, s’industrialiser mais en se spécialisant essentiellement dans des secteurs la demande mondiale est à la baisse (moyennement ou fortement régressive)13.

20On parvient à la conclusion que ces pays ne peuvent presque pos par définition innover pour l’exportation et n’exportent par conséquent que des produits dont le profit unitaire est faible et en baisse.

21Si nous admettons, ce qui constitue maintenant un lieu commun, que le progrès technologique — localisé principalement dans les pays industrialisés — évolue à un rythme exponentiel et procure à ces pays, dans les conditions décrites plus haut, des rentes renouvelées de monopole, il devient alors évident que l’écart de niveau de vie entre les deux groupes de pays épousera le même rythme. C’est-à-dire aura, lui aussi, une tendance exponentielle. Cette conclusion ne représente toutefois pas une fatalité dans la mesure où les pays en voie de développement adoptent une politique commerciale qui vient compenser les effets du monopole dynamique de la technologie. Pour H. Johnson, seule la politique du libre échange permet d’atteindre cet objectif. La partie suivante sera consacrée à l’examen critique de cette proposition.

Notes

4 H. Johnson, « Coût Comparatif et Théorie de la Politique Commerciale pour un Monde en Développement » in B. Lassudrie-Duchene : « Echange International et Croissance », Economica, Paris, 1972, pp. 323-358. Cet article est la traduction française des « Wicksell Lectures » que cet auteur a donné en 1968.

5 A l’encontre de la théorie classique et néo-classique de tradition anglaise, I. Fischer n’identifie pas le capital à l’équipment matériel seulement, mais à tout ce qui peut donner naissance à un flux de produits.

6 Voir principalement: G.C. Hufbauer, Synthetic Materials and the Theory of International Trade, Duckworth, London, 1966, S.B. Linder, An Essay on Trade and Transformation, Almquist and Wiksells, Uppsala, 1961, M.V. Posner, « International Trade and Technical Change », Oxford Economic Papers, XXXI, 1961, pp. 323-341, et R. Vernon, « International Investments and International Trade in the Product Cycle », Quarterly Journal of Economics, vol, 80, may 1966.

7 H. Johson, « Coût Comparatif et Théorie pp. 348-349. Etant donné l’importance de ce point dans l’argumentation de H. Johnson et dans la nôtre, nous reproduisons textuellement la conclusion de cet auteur : « ...aucun type d’innovation cependant n’est nécessairement limité aux pays très riches et très grands, ni monopolisé par eux : chaque producteur dans un pays, en satisfaisant à sa propre situation de marché, peut arriver à des innovations susceptibles d’être exportées vers les pays riches ou les pays pauvres, ou les deux ».

8 N. Dhalla & S. Yuspeh, « Forget the Product Life Cycle Concept », Harvard Business Review, janv/fév. 1976, pp. 102-112.

9 S.B. Linder, An Essay on Trade..., (citée en note 6).

10 Voir en plus des travaux cités en note 6 : D.B. Keesing, « The Impact of Research and Development on United States Trade », Journal of Political Economy, vol. 75, fév. 1967, pp. 38-48, S. Hirsch, Location of Industry and International Competitiveness, Clarendon Press, Oxford, 1967, L.T. Wells, jr., « International Trade: The Product Life Cycle Approach », in L.T. Wells jr., The Product Life Cycle and International Trade, Harvard University, Graduate School of Business Administration, Boston, 1972, pp. 3-33.

11 H. Johnson, « Coût Comparatif et Théorie p. 348 (citée en note 4).

12 W. Andreff, Profits et Structures du Capitalisme Mondial, Calman-Levy, Paris, 1976, pp. 119-144.

13 C.F.C.E., Croissance Mondiale et Stratégies de Spécialisation, Centre Français du Commerce Extérieur, Paris, 1976.

Auteur

Université Laval, Québec, Canada.

Acheter