Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole bilatéral ?

Introduction à « Technologie, matières premières et pétrole : vers un monopole bilatéral ? »

Antoine Ayoub

Texte intégral

  • 1 A. Cournot, Recherches sur les Principes Mathématiques de la Théorie des Richesses, Calman-Levy, Pa (...)

« L’hypothèse la plus simple, quant on se propose de rechercher d’après quelles lois les prix s’établissent, est celle du monopole. », A. Cournot1

1Parmi les nombreux problèmes que la « crise » pétrolière a mis en évidence, celui de l’écart grandissant dans le revenu per capita entre les pays en voie de développement et les pays industrialisés est, sans conteste, le plus important et en même temps le plus complexe. On peut même dire qu’il constitue la toile de fond de tous les autres problèmes.

2L’objet de cet article n’est certes pas d’examiner les causes de cet écart — sujet très vaste et très ramifié —, mais de s’interroger sur les avantages et les inconvénients des différentes politiques économiques qui sont proposées afin de lui trouver un début de solution.

3Admettons, uniquement pour amorcer la discussion, que la principale ressource exportable des pays en voie de développement est constituée par les matières premières ; que les pays industrialisés se trouvent être spécialisés dans la production et l’exportation de la technologie moderne et des produits fabriqués qui en découlent. La question qui pourrait être alors posée serait de savoir quel comportement (ou quelle politique économique) ces deux groupes de pays adoptent face au double objectif suivant : d’une part, développer sa propre économie nationale sans pour autant porter un préjudice grave au développement de l’économie mondiale dans son ensemble et, d’autre part, réduire l’écart croissant entre les nations.

4Pour résoudre ces deux problèmes, la politique économique préconisée par les pays industrialisés s’inspire, en apparence du moins, du principe de l’allocation efficace des ressources selon le sens qu’en donne Pareto. Selon le théorème de dualité, on déduit généralement de ce principe que le comportement optimal pour atteindre le premier objectif est celui du libre-échange et de son corollaire, le marché concurrentiel. Comme d’autre part, l’application de ce principe peut entretenir de graves disparités dans la répartition du revenu entre les nations, les pays industrialisés lui admettent généralement des correctifs ou des compensations comme l’aide, l’assistance ou le transfert.

  • 2 K. Arrow, « Equilibre Economique Général : raison d’être, techniques analytiques, choix collectif » (...)

5Le point de vue des pays en voie de développement est tout autre. Ces derniers considèrent, d’abord, « qu’une allocation des ressources pourrait s’avérer efficiente au sens parétien et néanmoins procurer la fortune aux uns, et aux autres la misère »2. Ils constatent, ensuite, que des solutions comme l’aide ou l’assistance sont sinon inefficaces du moins insuffisantes puisqu’en fait l’écart entre les deux groupes de pays n’a cessé de s’élargir depuis lors et ce en dépit de l’adoption de ces mesures. Ils font remarquer, enfin, que l’argument du marché concurrentiel est plus académique que réel, étant donné le monopole dynamique que les pays industrialisés détiennent sur la technologie. Ce monopole, dans l’optique des pays en voie de développement, rend difficile l’analyse en termes d’optimum de Pareto et fait planer de sérieux doutes quant aux résultats d’une politique de libre-échange non réglementée.

6Face à cette situation, les pays en voie de développement invitent les pays industrialisés à négocier une sorte de « convention collective » qui, tout en tenant compte des points que nous venons de mentionner et de la spécialisation respective des deux groupes, viendrait établir non seulement les règles appropriées pour le commerce entre les nations mais, aussi, les normes d’une certaine justice distributive dans la répartition du revenu mondial. C’est, nous semble-t-il, l’objectif ultime de ce que l’on appelle « le nouvel ordre économique international » et c’est, en même temps, l’enjeu fondamental du dialogue Nord-Sud.

7Dans les trois sections de cet article, nous allons examiner la validité de l’argumentation des pays en voie de développement en nous posant les questions suivantes :

  1. Dans quelle mesure peut-on dire que les pays industrialisés détiennent vraiment le monopole de la technologie et dans quel sens ce monopole peut-il être considéré comme un monopole dynamique et non pas temporaire ?

  2. Quels sont les effets de ce monopole sur la division internationale du travail et sur la répartition du revenu entre les deux groupes de pays ?

    • 3 Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole.

    A supposer que la solution d’une coopération négociée soit la seule possible pour atteindre les deux objectifs ci-dessus mentionnés, quel est le rôle des pays de l’OPEP3 dans la mise en marche d’une telle solution.

Notes

1 A. Cournot, Recherches sur les Principes Mathématiques de la Théorie des Richesses, Calman-Levy, Paris, 1974, p.98. Une autre conclusion de A. Cournot forme une intéressante introduction à notre sujet puisqu’elle touche directement le problème de l’inégalité. A. Cournot écrit : « …car il ne suffit pas que le revenu national s’accroisse, et qu’ainsi les uns gagnent plus que les autres ne perdent : le principe d’équité qui est de tous les pays et de tous les temps, le principe d’égalité qui domine plus particulièrement le pays et l’époque où nous vivons, s’opposent à ce que les actes de la puissance publique aient pour tendance d’accroître les inégalités naturelles des conditions. », p.243.

2 K. Arrow, « Equilibre Economique Général : raison d’être, techniques analytiques, choix collectif », Economie Appliquée, Tome XXVIII, no. 4, 1975, pp. 641-673 (trad.).

3 Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole.

Auteur

Université Laval, Québec, Canada.

Acheter