Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Développement, environnement et technologie. Quelques aspects non-économiques

Chapitre II. Des hypothèses au concret

Johan Galtung

Texte intégral

L’automobile qui marginalise

1Laissons ces deux exemples et prenons-en un plus facilement reconnu par tous comme une technologie : l’automobile, considérée aussi bien comme technologie de production que comme phénomène engendrant une certaine technologie de consommation. En effet, l’automobile comporte un certain message social/culturel. Ainsi, sa taille est à la mesure de la famille nucléaire, du couple avec deux ou trois enfants. La relation n’est pas seulement numérique, il y a également un isomorphisme structurel : avec les parents à l’avant, les enfants à l’arrière ; le père opérant la technologie, la mère commentant et s’occupant de quelques-unes des relations intérieures de la structure famille-auto, laquelle peut même se refléter dans la place respective des occupants du véhicule : le fils assis derrière le père et absorbant son rôle, et la fille assise derrière la mère, faisant de même.

2Ainsi, le contenu du message n’est pas l’individualisme, comme c’est le cas pour un producteur dans une usine d’assemblage bruyante, mais la famille nucléaire. L’automobile définit la famille comme le groupe naturel, propageant ainsi beaucoup plus efficacement que les autres formes de publicité, l’idée du contrôle des naissances, et de la famille à deux enfants (excluant la génération des grands-parents car les autos plus grandes coûtent plus cher). A l’intérieur de cette famille nucléaire l’automobile permet une forme unique de collectivisme, une consommation collective et non perturbée de communion), de paysages, de vitesse, de puissance, de conquête de l’espace et de statut social. De cette façon, il y a une fragmentation dans le sens qu’une automobile tisse un cocon autour d’un groupe à l’exclusion des autres. Et l’automobile marginalise ; elle dresse une séparation perçue très clairement dans les pays moins développés, entre ces citoyens de première classe que sont les propriétaires de voitures et les autres ; divisions renforcées par ces produits des sociétés « modernes » à l’usage des propriétaires de voitures que sont, par exemple, les autoroutes, les stations de service, les motels, etc. Le message culturel aussi est clair : l’automobile permet l’expansion individuelle dans l’espace d’un centre (la maison) où l’on retourne avec des souvenirs, objets, photos, impressions et expériences, chacun créant sa propre structure centre/périphérie. Il y a l’idée de « l’homme dominant l’homme », de concurrence réglée par les lois de la circulation ; et certainement l’idée de « l’homme dominant la nature », dégageant des gaz d’échappement, institutionnalisant la fuite devant ses propres actions de pollution dans le mécanisme même de l’automobile. Bref, l’automobile apparaît comme le véhicule suprême (sans boutade) du message social/culturel occidental.

  • 23 Ainsi, en dépit du désir professé par les Chinois d’améliorer toute technologie, l’observateur prés (...)
  • 24 Quelques études ont été faites sur le budget énergétique des bicyclettes en comparaison à celui des (...)

3Pour élargir la perspective, disons quelques mots au sujet des deux technologies alternatives les plus évidentes : les moyens de transport collectifs et les bicyclettes. Alors qu’il semble qu’on ne connaisse pas de technologie de production décentralisée compatible avec la structure bêta en ce qui concerne les autobus, tramways et trains, il devrait être possible de développer celle-ci pour les bicyclettes. Les bicyclettes semblent n’avoir subi que peu de transformations, sinon point durant ce siècle. Mais même en supposant qu’il y en ait eu, leur production, dans leur forme actuelle, sur une base plus locale, même artisanale, ne devrait pas être impossible23. Le fait qu’elles soient pratiquement accessibles à tout le monde, même dans les sociétés très pauvres, en fait un outil de participation plutôt que de marginalisation ; on peut bien entendu objecter qu’il fragmente les groupes en isolant les individus. Si ceux-ci ont véritablement le désir de se réunir, l’automobile est évidemment supérieure à quatre bicyclettes pour aller au travail ou pour une sortie le dimanche ; à moins que l’on ne pratique quelques-unes des techniques développées par les Vietnamiens pendant la guerre, consistant à attacher les bicyclettes ensemble, parallèlement et l’une derrière l’autre au moyen de baguettes (facilement décrochables pour que les bicyclettes puissent être à nouveau utilisées individuellement). Dans les pays jouissant d’un climat moins clément, on pourrait certainement imaginer des solutions nouvelles protégeant les cyclistes du vent et de la pluie. Dans les pays montagneux, on pourrait même favoriser des dispositifs semblables aux remonte-pentes des skieurs sur les côtés de la route afin de tirer les moins énergiques au sommet, à condition que ces dispositifs soient soumis à un calcul énergétique (ces choses sont dites en ne plaisantant qu’à moitié ; elles montrent ce qui peut se passer lorsque, dans le développement des techniques, on commence à raisonner à partir de valeurs structurelles et culturelles au lieu du contraire). Pour ce qui est des valeurs culturelles : les bicyclettes accouplées parallèlement ou en succession offriront de beaux exemples de structures de coopération produites par la technique (et c’est sans doute la raison pour laquelle nous ne voyons pas cela très souvent, la compétition individualiste étant la plus normale). De plus, la bicyclette a avec la nature, une relation raisonnable24.

  • 25 La meilleure analyse se trouve sans doute dans I. Illich, Energy and Equity, Londres, Calden and Bo (...)
  • 26 Les bateaux à voile ne sont pas seulement extrêmement respectueux de l’environnement naturel (l’éne (...)

4En ce qui concerne les moyens de transport collectifs, ils ne marginalisent ni ne fragmentent la population. Ils peuvent cependant l’aliéner, en réduisant les individus à l’état de clients (appelés « passagers »), laissant très peu de place à l’initiative et à la créativité, une fois que les itinéraires ont été dressés et deviennent une routine. Pour cette raison des systèmes de transports collectifs plus souples seraient plus compatibles avec les structures sociales alternatives, par exemple, les systèmes « dial-a-bus ». Les impacts sur l’environnement sont cependant toujours négatifs mais l’argument habituel est qu’ils sont moins négatifs par passager25. Toutefois cet argument n’est pas d’un grand secours eu égard à la nature si le nombre total des passagers augmente en plus grande proportion que l’économie de pollution réalisée par tête. Mais on pourrait affirmer qu’une combinaison de bicyclettes et transports collectifs, à condition que les deux soient assez bon marché pour être à la portée de tous, offrirait un système tout-à-fait compatible avec une société à forte structure bêta et à structure alpha relativement faible. Ceci serait encore plus vrai si l’on créait des bateaux à voile améliorés en appliquant les découvertes de l’aérodynamique moderne faites pour une aviation à réaction hautement inéquitable et même pour des systèmes de transports supersoniques, dans l’atmosphère26.

Des communications plus horizontales

  • 27 De ceci découlent fondamentalement plusieurs problèmes : combien de personnes peut-on inclure dans (...)

5Passons de l’exemple des transports à celui des communications : radio ou télévision. Nous ne nous étendrons pas sur le caractère évident de hardware de la production d’émetteurs et de récepteurs. Nous nous référons ici à l’entière structure sociale engendrée par ces systèmes modernes de communication de masse, entre les personnes qui produisent les programmes, et les auditeurs/spectateurs. Il est peu de cas où l’on voit aussi nettement une structure centre-périphérie. Il y a, littéralement parlant, un centre dans la capitale et/ou dans d’autres grandes cités, à partir duquel les messages sont diffusés ; il y a une division nette du travail entre ceux qui ont la responsabilité de produire des programmes et ceux dont la tâche consiste à fournir aux premiers des auditeurs/spectateurs ; il y a une nette asymétrie dans la relation d’influence, les donneurs exerçant un impact beaucoup plus grand sur les receveurs que le contraire ; il y a fragmentation de la population en individus (ou tout au plus en de très petits groupes) qui écoutent et/ou regardent séparément, selon des formes de consommation plutôt parallèles qu’en coopération, et une double marginalisation, très claire, se dessine entre ceux qui apparaissent dans les programmes et ceux qui forment le public d’une part, et d’autre part entre ceux qui possèdent ou ne possèdent pas les moyens de réception : radio, poste de TV ; (ce dernier type de marginalisation peut disparaître peu à peu à mesure que les postes à transistors deviennent de moins en moins chers, mais il durera quelque temps encore pour les postes de TV). Inutile de dire que cette structure alpha s’accentue à travers l’importation de programmes élaborés dans les stations du centre, par l’intermédiaire de systèmes de communications par satellite, etc. Encore une fois, il est utile de voir ce que peut être la technologie alternative. Ici l’objection ne viserait pas les ondes électromagnétique, mais prendrait en considération le désir de structures de communication plus horizontales. Le walkie-talkie en est un exemple ; la TV par câble avec des postes permettant une communication à double-sens (par exemple les vidéophones) peut aussi servir d’illustration. L’intérêt principal de ces techniques réside dans la possibilité d’un dialogue plus horizontal pour diminuer ainsi, voire effacer, le déséquilibre entre les personnes en communication. La formule idéale consisterait à amener des groupes à dialoguer entre eux ; ceci est faisable avec les techniques actuelles, en utilisant des auditoires placés dans deux, trois ou davantage de studios différents et communiquant entre eux, par radio, télévision ou autre27 Ces exemples illustrent la différence habituelle entre les structures alpha et bêta : avec des structures conventionnelles, la technologie de la radio-TV peut atteindre un nombre illimité de personnes ; avec des structures horizontales les techniques ne peuvent inclure qu’un nombre plus limité d’individus. On peut ici établir un parallèle intéressant avec les affiches murales chinoises à petits caractères, produites localement et sans doute spontanément ; elles mettent en jeu horizontalement les personnes comme dans un dialogue entre différents groupes produisant chacun des affiches différentes et touchant un beaucoup plus grand nombre de gens que par des échanges verbaux, mais beaucoup moins que par un journal à diffusion nationale (ou que par une grande affiche à gros caractères diffusée depuis un point central).

Cité centrifuge, village centripète

  • 28 Il est intéressant de constater que, libres de choisir, un grand nombre de personnes semble préfére (...)

6Comme autre exemple de technologie de consommation ayant une incidence sur la vie quotidienne des gens, prenons l’élément-clé du micro-habitat humain, la maison. Celle-ci procure en même temps une protection contre les dangers de la nature (avec l’habillement), une intimité pour la famille (élargie ou nucléaire) et est une unité qui peut s’adapter à d’autres unités de taille et forme équivalentes, pour constituer de plus grandes unités. L’unité prédominante du micro-habitat dans le monde est la maison d’une famille, d’un (ou peut-être deux) étages(s), quoique les appartements prennent une importance également considérable. Les premières sont habituellement groupées dans des macro-habitats tels que villages et faubourgs ; les derniers dans des immeubles (la forme que l’on trouve souvent dans les pays nordiques : maisons d’une famille, dispersées, parfois à des kilomètres de distance, constitue une exception). Evidemment la technologie « moderne » est ici l’immeuble d’appartements, particulièrement celui de très grande taille, la « machine à vivre ». Ces immeubles peuvent héberger des gens dans le même ordre de grandeur (102 même 103) qu’un village typique, offrant cependant un genre très différent d’organisation. Ainsi, l’immeuble d’appartements de type occidental suppose non seulement un appartement par famille, mais aussi une chambre par membre de la famille, à l’exception possible du couple. Les appartements sont aussi généralement petits, signifiant de nouveau une préférence pour des familles de deux, trois enfants comme optimum, et contenant un message implicite de planning familial et de familles nucléaires. Comme pour les autres, la fragmentations des immeubles se fait en familles plutôt qu’en unités individuelles, car les éléments d’une vie en commun se trouvent dans la famille — d’où l’idée du living-room/salle-à-manger de l’appartement-type de la classe moyenne — mais l’immeuble n’offre habituellement pas d’espaces de regroupement à l’usage de tous les habitants. S’il y a une cour, elle se trouvera sans doute sur le côté sombre de l’immeuble, le côté de la cuisine, l’endroit où les enfants peuvent jouer et les ordures s’accumuler et ne servira pas de lieu de rencontre sérieux et/ou de passe-temps pour adultes. En même temps, la verticalité est, littéralement parlant, construite dans l’immeuble, le statut social étant en corrélation avec l’élévation au-dessus du bruit du niveau de la rue, et culminant dans les étages élevés qui ont la plus jolie vue (aux prix les plus chers) comme dans l’attique. Aussi l’idée de « l’homme dominant l’homme » est exprimée de façon très concrète, de la même manière que le défi aux lois de la gravité dans le gratte-ciel reproduit l’idée de « l’homme dominant la nature » ; ceci est très différent de la façon, par exemple, dont les villages berbères s’insèrent dans la nature environnante.28.

7Un exemple opposé de macro-habitat peut être fourni par certains villages africains ou par le système des cours chinoises où les maisons sont proches les unes des autres, entourant une cour qui sert de centre à des activités communes, à des discussions et des conversations, où on lave le linge ensemble, tout ceci dépassant largement les rencontres précipitées, dans les édifices modernes, à la sortie des ascenseurs, où le temps et l’expérience partagés avec les voisins se réduisent à un minimum, voire à zéro. La fonction de la cour, cependant, peut aussi être obtenue dans les grands édifices, à condition que l’on réserve un étage ou un autre endroit tel que salle de réunions, lieu de groupement créatif, cuisine et salle-à-manger communes, etc. Néanmoins du point de vue de la production, il est sans doute plus difficile de concevoir une participation dans la production de macro-habitats verticaux que dans celle de macro-habitats horizontaux, étant donné les contraintes physiques (plus les poutres d’acier sont fortes, plus centralisée doit être la technologie de production). Dans ce sens, la production de maisons modernes est génératrice de lieux de dépendance : l’habitat d’une personne est conçu par des professionnels tels qu’urbanistes, architectes et ingénieurs, et généralement sous une forme de non-participation très poussée. La solidité exigée par les macro-habitats verticaux empêche habituellement la créativité individuelle une fois l’édifice construit, au contraire de l’aisance avec laquelle les macro-habitats horizontaux, peuvent être transformés, comme les maisons individuelles qui sont construites à partir de matériaux locaux. Inutile de mentionner que les conditions climatiques des zones tempérées ou froides sont sources de contraintes dans le choix des matériaux, mais le but ici est de montrer les implications structurelles et culturelles profondes de la technologie de la construction et du logement (lorsque d’autres formes sont possibles).

  • 29 L’argument, explicite et implicite, en faveur de cette thèse, est que, dans une société moderne, il (...)

8Ce qui a été dit ci-dessus se répète à un niveau plus élevé de l’organisation de l’habitat. Alors que le village replié sur lui-même, organisé collectivement, peut être, dans une certaine mesure, isolé du reste du monde (les routes d’accès y étant très mauvaises ou non-existantes, la communication interne s’y faisant directement, dans l’intimité, en face-à-face), la cité moderne composée d’immeubles donne une image opposée. Non seulement les appartements des immeubles sont tournés vers l’extérieur, l’idéal étant que chaque famille ait une vue non obstruée par les voisins, mais en outre, la cité regarde vers l’extérieur, et est desservie par des autoroutes ; la mobilité s’en trouve facilitée contrairement à ce qui se passe dans le système « intra-cité » congestionné. La cité est centrifuge, le village est plus centripète. Ceci, toutefois, ne veut pas dire que « centrifuge soit mauvais, centripète soit bon » ; de la même manière qu’il peut y avoir une perte d’identité et une dilution de la participation dans un système centrifuge, il peut y avoir, dans un système centripète un repli sur soi excessif, un manque de stimulation et des eaux stagnantes. Ce que nous voulons dire est que les techniques, comme toujours, produisent des structures et qu’il convient d’avoir à cet égard un certain degré de conscience29. Cela ne signifie pas que toutes les technologies relatives au type de vie moderne mènent nécessairement au système de type alpha. Un système téléphonique, à condition que tout le monde puisse y avoir à peu près le même accès, est un exemple magnifique de symétrie bilatérale. Il n’opère pas au moyen d’une centrale appelant tous les postes à la fois, toutes les personnes décrochant le récepteur en même temps et recevant le message sans pouvoir parler ou appeler à leur tour, comme cela se passe dans une structure radio/TV, telle qu’elle a été décrite plus haut. Il faudrait toutefois noter que la capacité d’écoute clandestine est distribuée de façon fort asymétrique.

Démystifier le médecin

  • 30 Ceci, donc, est une autre expression du thème de « l’homme dominant l’homme » : l’humanité est non (...)
  • 31 Ici aussi il y a une inculcation des concepts occidentaux du temps unilinéaire, ponctué par l’inges (...)
  • 32 Ceci est vrai pour toutes les pratiques contraceptives connues aujourd’hui : l’un des deux partenai (...)

9Passons de ces exemples de technologies de consommation à certaines technologies médicales qui peuvent également être considérées de consommation, quoique, de surcoît, leur but soit la production de la santé. Ainsi, prenons la médecine sous forme de pilules ; n’importe quelle sorte de pilules. Une pilule se caractérise par le fait qu’elle est consommée par un individu et en conséquence compatible avec l’idée de maladie ; cette maladie est avant tout localisée à l’intérieur de l’individu qui est le lieu où la maladie trouve son expression majeure, où elle peut être allégée et peut être même éliminée30. La pilule détourne ainsi l’attention qu’on pourrait porter sur le groupe comme source de mauvaise et de bonne santé : elle tend à laisser l’individu seul avec son mal puisqu’il n’est pas nécessaire de communiquer avec d’autres, ni d’espérer de secours extérieur en dehors des instructions données à travers la chaîne de commande compagnie/médecin/pharmacien. C’est pourquoi cette technologie de traitement médical comporte aussi une division verticale intégrée du travail, le pouvoir de décision individuel étant réduit à la soumission aux ordonnances médicales31 et le patient étant plutôt l’objet de réactions biochimiques que sujet d’une action. L’alternative est facile à imaginer dans le cas des tranquillisants, qui entrent pour une grande part dans les ordonnances : celle d’une thérapie sociale où l’individu confronte ses propres problèmes avec « d’autres individus ayant un rôle significatif » au lieu de céder à une individualisation excessive produite par la technologie de la pilule. Un argument similaire peut être avancé au sujet de la pilule contraceptive : elle est compatible avec une notion et une décision individuelles de la femme seule, alors qu’à l’inverse, certaines pratiques contraceptives requièrent d’autres décisions ou au moins une prise de conscience commune ; elle introduit de ce fait des asymétries importantes32.

  • 33 Ceci semble vrai de pratiquement tous les contraceptifs connus aujourd’hui probablement parce que d (...)
  • 34 Cette thèse est soutenue énergiquement par l’écrivain et éditeur indien R. Thappar ; par exemple da (...)

10Toujours en ce qui concerne la technologie de la contraception on peut voir que les structures internationales de planning de la population sont un exemple très clair du fonctionnement de la structure internationale alpha. Les techniques bien connues, de nature mécanique ou biochimique, prennent leur source dans le centre et sont transférées à la périphérie33. Ces techniques s’accompagnent, non seulement d’une division internationale du travail au niveau de l’expertise, mais aussi d’un phénomène qui veut que le centre essaie ses techniques contraceptives sur la population périphérique plutôt que sur sa propre population, et enfin de l’idée que l’on servirait mieux le développement en réduisant le taux de croissance parmi les pauvres de la périphérie mondiale plutôt que parmi les riches du centre mondial ; celui-ci, qui consomme pourtant beaucoup plus par tête d’habitant, et, pour comble, ne veut pas changer de style de consommation34. Ainsi, devrait-on considérer l’idéologie à l’origine du planning de la population comme une idéologie hautement compatible avec les idées centre-périphérie : c’est « nous qui les contrôlons et non eux qui nous contrôlent ». Ceci apparaît extrêmement clairement si, dans un but pédagogique, on imaginait un nouveau contraceptif développé par les savants du Tiers Monde, expérimenté sur les Occidentaux, distribué soit dans un but lucratif soit gratuitement, avec des spécialistes en sciences sociales du Tiers Monde étudiant la façon de vaincre la « résistance irrationnelle » en Occident à un taux de croissance négatif ou nul.

  • 35 Voir le 167ème rapport du Public Accounts Committee (1974-75) du cinquième Lok Sabha « Foreign Part (...)

11Il y a un parallèle entre ceci et la structure de l’éradication de la malaria. De nouveau, c’est « nous qui les vaporisons, et non eux qui nous vaporisent ». Ce qui nous importe ici n’est pas que la campagne ait été réussie ou non, mais que la technologie entière ait été acceptée parce qu’elle était compatible avec la structure générale centre-périphérie du monde. Si quelqu’un inventait une technique pour combattre la nervosité occidentale (ou ce que les tranquillisants sont sensés guérir) et qui consisterait à pulvériser dans les chambres à coucher et les living-rooms du monde occidental un liquide quelconque trouvable seulement dans quelques pays du Tiers Monde qui en auraient le monopole de production (mais qui consentiraient à utiliser des représentants locaux pour l’opération de pulvérisation), on considérerait difficilement cette approche comme « scientifique ». Toutes sortes de forces seraient mobilisées pour démanteler cette technique ou développer des alternatives, ou les deux à la fois, car la structure accompagnant cette technique serait contraire à la structure dominante du monde. Nous mentionnons ceci pour montrer comment les structures peuvent dominer une sélection de techniques, outre le fait, comme on l’a souvent dit, que les techniques peuvent transformer les structures35.

  • 36 L’auteur a été le témoin de ceci dans une école régionale chinoise à Pékia en automne 1973.

12Un des meilleurs exemples en ce domaine, cependant, serait la différence entre le système occidental d’anesthésie et l’acupuncture chinoise. On devrait remarquer ici que les deux techniques ont des possibilités de développement, à condition qu’on ait une image assez nette de la structure sociale qu’on désire voir engendrée par les techniques. On peut discuter de cette structure en se plaçant aux trois niveaux habituels : dans le micro-ensemble médecin/patient ; dans la structure sociale nationale, et dans la structure internationale. Si ce que l’on veut, c’est une société qui permette au patient de conserver ou même de développer au maximum un rôle actif comme sujet, et non seulement comme objet de sa maladie, le traitement médical devrait se faire en association avec le patient, lequel aura pris nettement conscience de son rôle de sujet. Réduire le patient à un « soma » par l’anesthésie générale n’est pas désirable, mais il y aurait la possibilité d’une anesthésie locale du type occidental. L’acupuncture en tant que technique, est compatible avec une structure d’implication, voire de participation, le patient fournissant lui-même une aide pendant l’opération. Pour qu’il y ait cette compatibilité, la préparation du malade, par la lecture du cas, la discussion préalable entre lui et le médecin au sujet de la technique employée, constituent des éléments importants. Cette participation est réalisable en utilisant l’anesthésie locale ; mais l’acupuncture (à des fins diagnostiques, anesthésiques et curatives) présente l’avantage supplémentaire d’être facile à administrer au moins aux niveaux les plus élémentaires et contribue à diminuer le déséquilibre qui existe en Occident entre patient et médecin (dans l’utilisation des instruments et l’acquisition du know-how) et, à un certain degré, même à démystifier le médecin. Les herbes et plantes médicinales en général, sont relativement faciles à produire ou disponibles localement, et le know-how pourrait par exemple être acquis même dans des groupes d’élèves d’écoles secondaires36, diminuant considérablement la dépendance vis-à-vis des centres nationaux et internationaux pour la production des outils, des produits biochimiques, et du know-how.

Stratégies de développement et créativité locale

13Passons à présent à des technologies plus communément associées à des stratégies de développement, comme celles qui consistent à accroître le rendement agricole au moyen d’engrais et de canalisations d’eau, et le rendement de la pêche grâce à des techniques améliorées de conservation du poisson. En réalité, les trois cas sont très semblables et il y a en eux une logique générale qui a déjà joué un rôle considérable dans la théorie de la pratique du développement.

  • 37 La référence aujourd’hui classique sur les usines à gaz naturel est C.R. Prasad et A.K.N. Reddy, « (...)
  • 38 A.K.N. Reddy est très optimiste quand il s’agit du système des usines à gaz naturel tant comme sour (...)
  • 39 Il est important ici de voir que le problème des structures associées et compatibles se pose égalem (...)

14Commençons par l’usine d’engrais. La technique compatible avec la structure dominante s’appuierait sur la production synthétique à partir du pétrole ou du charbon, alors que la technologie alternative s’appuierait sur une usine d’engrais à gaz naturel à l’échelle d’un village. Une usine de type occidental peut produire 230.000 tonnes d’azote par an, alors qu’une usine à gaz naturel type ne produit que 8,8 tonnes ; ceci signifie que 26.150 usines à gaz naturel auront la même production qu’une grande usine d’engrais37. Vu que le coût en capital est à peu près le même pour les deux types de développement (Rs. 1.200 millions pour les premières, Rs. 1.070 millions pour les secondes, au coût de Rs. 41.000 par usine ; ce qui montre une économie de Rs. 130 millions, alors que l’ordre de grandeur est approximativement le même). La différence, centralisation-décentralisation, est évidente. De plus, les usines de type occidental ont besoin d’échanges extérieurs, les autres pouvant se suffire du matériel et de composants nationaux et même locaux ; les premières emploient seulement 1.000 personnes, les secondes plus de 130.000 (5 par usine) et, alors que les premières consomment de l’énergie, les secondes, à travers le processus de fermentation microbienne anaérobique des égouts et des déchets de bovins, sont génératrices d’énergie sous forme de méthane (et autres gaz). Aussi, tout milite en faveur des usines à gaz naturel bien qu’elles aient l’inconvénient de n’être fonctionnelles qu’au niveau du village, et pas à celui de la famille (celle-ci ne produisant pas assez d’ordures ménagères) ; et au niveau du village, elle ne conviennent pas toujours, et ce pour des raisons de structures et de culture (insuffisances de formes de coopération villageoise, absence de coutumes locales prévoyant le ramassage des ordures à l’échelle communale)38. Ainsi, la technique du gaz naturel produit quelquefois une structure incompatible dans quelques sociétés locales (Inde) mais pas dans d’autres (Chine)39. Cependant la technique est également incompatible avec la structure dominante du monde, puisqu’en général elle ne présuppose pas plus de capacités administratives, d’investissements pour la recherche et le développement que les capacités trouvées localement, prévenant ainsi la dépendance vis-à-vis des centres nationaux et internationaux. Si la technologie du gaz naturel ne réussit pas à créer un besoin suffisant de bureaucrates, d’investisseurs et de scientifiques/techniciens, on pourrait alors présumer que des efforts pour transformer la technique (en recherchant des usines à gros rendement, plus efficaces et plus standardisées) naîtront dans le futur.

  • 40 Ainsi, A.K.N. Reddy dit (« Alternative Technology - A Viewpoint jron India ») : « ...ce tableau des (...)
  • 41 Il existe une autre thèse qui soutient que des styles de production moins orientés vers l’expansion (...)

15On peut appliquer le même raisonnement au « tubewall » de bambou, qui est en vérité un dispositif peu coûteux pour l’exploitation de l’eau du sol. Si l’on suppose que les tuyaux en métal ou en matière plastique requièrent plus de centralisation géographique et un plus grand apport en capital que les tuyaux en bambou, les premiers seront plus adaptés que les seconds au super-cycle économique. Pour récupérer d’anciennes conditions structurelles plus adaptées, la stratégie la plus appropriée consisterait à favoriser des « Instituts pour la recherche sur le tuyau en bambou » et à encourager la recherche génétique pour produire le bambou le plus adéquat à ce système de transport d’eau. Comme pour les usines à gaz naturel40, ceci peut mener à la production d’outils plus efficaces, mais au prix d’une structure de production de know-how fortement asymétrique. Pour canaliser le développement de ces domaines vers une production locale d’outils et de know-how plutôt que vers une production nationale et internationale, priorité doit être donnée aux structures de production horizontales et décentralisées. Si ceci n’est pas fait délibérément, la structure dominante essaiera de modeler à ses desseins la technique « donnée », et utilisera pour ce faire, et comme justification, une idéologie de l’efficacité41.

  • 42 Pour une analyse de ce projet, voir J. Galtung, « Technology and Dependence : the international log (...)
  • 43 La révolution verte constitue ici, bien entendu, une référence majeure. Il faudrait cependant souli (...)

16Le même principe peut s’appliquer aux techniques de conservation des poissons pêchés par des méthodes industrielles. La méthode occidentale consiste à congeler et stocker le poisson à très basse température, à le transporter dans des camions frigorifiques et des bateaux spécialement conçus à cet usage, pour l’acheminer vers les congélateurs des épiciers et des consommateurs locaux42. L’investissement total pour ce processus de conservation-au-froid est élevé ; il doit en dernier lieu être supporté par le consommateur Si le consommateur est riche et vit dans un pays riche, ceci peut ne pas causer de grande difficulté ; s’il est pauvre et vit dans un pays pauvre, la nette augmentation du prix unitaire, même dans le cas d’une pêche abondante, peut mettre le poisson hors de la portée de la consommation de masse. De plus les techniques utilisées sont centralisatrices et génératrices de biens de dépendance, ce qui, avec le prix, tendra à pousser ce cycle dans un super-cycle, où seulement l’extraction et le processus initial se feront au niveau local, et où la consommation se fera dans les centres nationaux et internationaux qui finiront par diriger aussi les aspects directement administratifs, financiers, et de recherche, et qui canaliseront dans leur propre direction la plupart des procédés. Au niveau des économies nationales, ceci permet l’acquisition de devises, mais, sur le plan local, peut être très négatif en renforçant des liens de dépendance vis-à-vis des niveaux supérieurs, et en abaissant la consommation de masse43. Les alternatives, par exemple les diverses méthodes des séchage et de fumage, sont facilement abandonnées si les conditions de climat et de fumage posent des problèmes au lieu de devenir une source de créativité locale. La méthode « moderne » est le plus souvent considérée comme étant sans problème. Inutile de dire qu’il faudrait une volonté très nette de favoriser les structures horizontales pour vaincre les difficultés des technologies alternatives et pour mieux se rendre compte des problèmes inhérents aux technologies occidentales. Mais même si cette prise de conscience amenait de nouvelles techniques, le danger de la cooptation existerait toujours et se traduirait par de légers changements destinés à rendre ces techniques plus compatibles avec la structure dominante.

  • 44 Pour une série de documents sur l’industrie Nestlé, voir L’entreprise Nestlé tuerait-elle des nourr (...)

17Ceci peut sans doute être considéré comme un cas spécial faisant partie d’un phénomène plus général concernant la production alimentaire et la consommation dans son ensemble. Prenons le cas du lait pour les enfants, provenant directement de la mère (un cas très pur du cycle de consommation naturelle directe) par opposition au processus des vaches produisant le lait, converti à son tour en poudre et passant encore à travers des cycles fermés et compliqués avant d’être donné aux enfants. Sans aborder le problème de savoir ce qui est plus ou moins dangereux pour la santé de l’enfant, compte tenu des procédés et des standards d’hygiène et de l’information qui devrait être fournie en même temps que la poudre de lait, les implications structurelles sont nombreuses44. En premier lieu, un des liens les plus naturels au monde, le lien qui relie le sein de la mère à la bouche de l’enfant et par là, la mère à l’enfant dans un contact physique étroit, est rompu et, à sa place naît une relation mère-bouteille et bouteille-enfant. En deuxième lieu, une partie des informations et des expériences sur l’allaitement échangées entre femmes (authentique exemple de self-reliance) est maintenant dirigée vers l’extérieur, vers les producteurs et les professionnels du lait pour bébés, affaiblissant par là les relations mère-mère. Troisièmement, à travers cette méthode, le super-cycle économique parvient à s’introduire dans un nouveau domaine, qui jusqu’alors restait encore dans les limites de la famille, renforçant ainsi les macro (et alpha) structures aux dépens des structures micro (et bêta). La « technique alternative » consisterait ici à favoriser l’allaitement au sein, en améliorant un certain nombre de conditions.

La production sans gaspillage ?

  • 45 Les deux expressions « moderne » et « traditionnel » concernant alpha et bêta respectivement, inclu (...)

18Passons à présent au domaine de la technologie de l’équilibre écologique, où l’antinomie se manifesterait d’une part dans les diverses façons de disposer ou de recycler les polluants et d’autre part dans la production sans gaspillage. La fertilisation des champs peut nous fournir deux exemples : soit à travers les engrais artificiels, soit à travers les engrais organiques, mélangés aux résidus des récoltes finement moulus. Les premiers créent un problème de pollution qui demande à être résolu, par exemple par la recherche d’un produit susceptible de neutraliser les effets nocifs des engrais artificiels ; les seconds peuvent n’être qu’une version simplifiée d’un cycle écologique naturel. Les premiers doivent faire appel au super-cycle économique, comme organisation capable de faire face aux problèmes ; les seconds peuvent être fortement compatibles avec un cycle de portée très limitée. Et ceci explique les deux approches principales qui cherchent à résoudre le problème de l’environnement actuel : d’une part, l’organisation de structures alpha additionnelles, parallèles aux structures destructives et polluantes et servant à « purifier » la technologie et à recycler les procédés ; d’autre part la réorganisation de toute ou d’une partie de la vie productive en une structure bêta basée sur le principe de la « production sans gaspillage ». Ceci encore une fois nous amène aux mêmes conclusions : comment peut-on associer les deux approches si tant est qu’on puisse le faire ? Les organisations internationales et plus encore les intergouvernementales, étant elles-mêmes des structures alpha, tendraient à favoriser des solutions alpha, et tous les partisans des solution de type bêta auraient tendance à se méfier des structures alpha45.

La technologie militaire et les consommateurs détruits

  • 46 En un sens, les guerres indochinoises peuvent être considérées comme une confrontation entre une st (...)

19Pour compléter ce tableau, mais en sortant quelque peu de nos limites de référence, il peut être utile de jeter un coup d’œil sur la technologie militaire. Puisque l’application de moyens de destruction (plutôt que d’extraction, production, consommation, etc.) sont en jeu ici, la référence s’appliquera à un anti-cycle plutôt qu’à un cycle, celui-ci engendrant essentiellement des déchets. Les armes se produisent comme n’importe quelle marchandise, mais les « consommateurs » sont détruits, et rendus à la terre. Ceci peut se faire selon les lois de la structure alpha et c’est exactement ce qui se passe dans l’armée moderne : centralisation, forte verticalité, avec une division du travail cérébral intensif, des chaînes de commande unilatérales, une fragmentation du niveau inférieur en petites unités (troupes, pelotons, etc.) et une marginalisation totale des civils, sans mentionner l’ennemi ; tout cela englobant d’énormes masses de gens (dans l’ordre de grandeur 106, et même 107). Il convient d’opposer à ceci la guerre du type « guérilla » où il peut y avoir une direction centrale, mais avant tout une organisation et une exécution beaucoup plus décentralisées (car elle est moins dépendante du centre, du point de vue logistique), une structure de commandement beaucoup plus horizontale et participante, une fragmentation en petites unités, mais sans marginalisation de civils, encore moins de l’ennemi (considéré comme interchangeable), et opérant évidemment avec de beaucoup plus petites unités, puisque de structure bêta. En fait, ceci est le contraste structurel le plus clair qu’on puisse trouver, bien qu’il soit très semblable aux exemples mentionnés plus haut sur les communications et la santé46.

La technologie porte en elle le code de la société

20Si nous jetons un coup d’œil sur l’ensemble des exemples cités, nous comprendrons peut-être mieux la logique qui s’y cache. Dans un sens, ils nous permettent d’éclairer l’existence quotidienne des gens dans les pays riches d’Occident :

  • dirigés par des intellectuels de toutes disciplines,

  • analysés par des chercheurs en sciences sociales,

  • possédant des automobiles, la radio/TV/journaux et habitant des édifices dans des villes et des cités,

  • soignés au moyen de pilules individualisées et de différents programmes générateurs de clientèles et rendus passifs de plusieurs façons,

  • avec de usines centrales, de grande envergure, pour la production d’engrais, de canalisations, d’équipement frigorifique, etc.,

  • avec des rapports de plus en plus éloignés entre la nature et la consommation d’aliments en tout genre, inclus le lait maternel,

  • enfin traitant l’environnement et la sécurité du pays de la même façon, à partir de la même structure alpha.

21Ajoutons à ceci la liste de toutes les technologies de production du type alpha, avec une division du travail internationale, nationale et locale, obligeant la plupart des gens à un travail routinier sans créativité, puisque la masse totale de la créativité est distribuée à travers le cycle économique de façon si inégale qu’elle en devient monopole d’un très petit nombre d’individus.

22Analysons par opposition la structure bêta correspondante :

  • une planification décentralisée faite par les personnes elles-mêmes,

  • la proportion et le pouvoir des chercheurs en sciences sociales et d’autres intellectuels centralisateurs étant diminués d’autant,

  • les bicyclettes et les transports collectifs servant aux déplacements,

  • l’emploi de formes de communication plus directes et produites localement, y compris l’habitat,

  • l’importance donnée à l’homme dans le traitement médical,

  • une production de produits essentiels directe et moins centralisée, avec une meilleure utilisation des cycles écologiques de la nature elle-même,

  • la construction de lignes de défense autour de chaque unité bêta plutôt qu’à partir du centre vers les niveaux inférieurs.

  • 47 Et dans ce sens, c’est un véritable cheval de Troie, pour citer l’excellent titre de l’article de A (...)

23Ce contraste entre les deux structures donne naissance à deux sortes de considérations, la première est qu’on ne peut nier que les implications des différentes techniques occidentales sont profondes et affectent non seulement la structure sociale des relations humaines mais aussi toute la façon de penser, la structure cognitive, en fait la culture dans sa totalité. Les quatre aspects structurels et les cinq aspects culturels sont renforcés chaque jour par l’interaction entre les êtres humains, leurs propres outils et le know-how. En bref, la technologie porte en elle le code de la société47.

24La seconde considération se réduit à une simple question : est-ce bon ou mauvais ? Il n’est pas facile de répondre. Si l’on se réfère aux cas mentionnés plus haut, la conclusion devrait être « les deux » et, « bon et mauvais », « un mélange des deux », « dialectique ».

25Après tout, les intellectuels servent bien à quelque chose, les automobiles qui sont un fléau à l’intérieur des cités peuvent se justifier comme moyen de transport entre les villes, le bambou ne pousse pas partout, la médecine occidentale et surtout les méthodes hygiéniques ont allégé beaucoup de souffrances, on peut avoir besoin de plus de lait que n’en fournissent les mères, et ainsi de suite. Il peut y avoir encore d’autres considérations concernant la liste des exemples cités. Nous voyons donc surgir à nouveau le problème d’une solution « combinée » plutôt que d’un choix clair en faveur d’alpha ou de bêta, problème qui fera l’objet de nos futures recherches.

Notes

23 Ainsi, en dépit du désir professé par les Chinois d’améliorer toute technologie, l’observateur présent n’a pas constaté plus de progrès dans le domaine de la bicyclette qu’en Europe occidentale il y a une génération. Plusieurs modifications auraient cependant pu être imaginées — en plus de celles citées dans le texte. Ainsi, dans les stations balnéaires, le tandem est très populaire et utilisé comme un pédalo, le couple assis côte sous un dispositif quelconque de protection. Ceci est également un bon exemple d’effort musculaire accompli en coopération, et qui est très différent de ce que l’on voit dans la plupart des jeux sportifs de type occidental à structure individualiste. En fait, les sports (voir la note sur le jeu des échecs) forment un domaine très important du transfert de technologie, venant pour la plupart des îles britanniques et porteurs d’un code de société verticale et individualiste Bien que le concept de l’équipe existe aussi, on a généralement une stratification à l’intérieur de l’équipe (par exemple le « centre-avant ») et un critère de performance individualiste pour chaque position. Dans le marché des sports, la tendance est aussi à l’achat de joueurs individuels au lieu d’équipes complètes.

24 Quelques études ont été faites sur le budget énergétique des bicyclettes en comparaison à celui des automobiles. Voir, par exemple, l’article dans le Scientific American, Mars, 1973.

25 La meilleure analyse se trouve sans doute dans I. Illich, Energy and Equity, Londres, Calden and Boyers, 1974, en particulier p. 29.

26 Les bateaux à voile ne sont pas seulement extrêmement respectueux de l’environnement naturel (l’énergie produite par le vent étant facilement renouvelable et inépuisable, du moins autant qu’on le sache ; son utilisation étant absolument non-polluante) mais peuvent aussi êtres humains pour des raisons qu’une science sociale plus humaine comprendrait mieux. Il faudrait prendre garde que ces facteurs ne soient pas mis en échec par une application abusive de l’érodynamique moderne et des transistor dans le but de rendre l’emploi des voiles plus efficaces.

27 De ceci découlent fondamentalement plusieurs problèmes : combien de personnes peut-on inclure dans un processus d’interaction valable ? Le problème technique que soulève une action réciproque, même en ce qui concerne la télévision, n’est pas impossible à résoudre, mais la capacité à l’interaction de l’homme n’est accrue que par un facteur de distance et non par un facteur numérique.

28 Il est intéressant de constater que, libres de choisir, un grand nombre de personnes semble préférer la banlieue avec ses maisons basses, une vue étendue pour chacun et la possibilité de bavarder à travers les haies aux immeubles de grande taille. A l’exposition suédoise Arat à Stockholm au printemps et au début de l’été 1976, plusieurs modèles de ces maisons furent présentés les uns construits à partir de matériaux de rebut récupérés dans des sites de construction à grande échelle, les autres avec différents types de résidus des récoltes. L’intéressant en ce qui les concerne est la facilité relative de transformation.

29 L’argument, explicite et implicite, en faveur de cette thèse, est que, dans une société moderne, il n’est pas important de connaître ou de ne pas connaître ses voisins. Les gens qu’il faut connaître se définissent au moyen de principes plus abstraits et non-territoriaux : ce sont les gens avec lesquels il y a une interaction dans le cadre de relations professionnelles bien définies et les gens avec lesquels on a quelque chose en commun. Dans une société complexe, le voisin risque fort de ne répondre à aucune de ces caractéristiques, donc de n’être pas un exemple pertinent. Cependant, ces relations « spécifiques », basées sur une interaction bien définie, sur un même sens des valeurs et/ou des intérêts communs semblent relativement pauvres sur le plan humain. Ainsi ce que l’on observe aujourd’hui partout dans le monde moderne, c’est une sorte de redécouverte du voisinage, d’autres personnes qui ne sont « fonctionnelles » dans aucun contexte, mais sont tout simplement des compagnons sur le plan humain. La question est de savoir combien de temps il faudra pour que cette découverte ait un impact appréciable sur la technologie connue sous le nom d’organisation de l’habitat.

30 Ceci, donc, est une autre expression du thème de « l’homme dominant l’homme » : l’humanité est non seulement divisée entre individus porteurs du bien et du mal, mais aussi placés les uns au-dessus des autres et ici il s’agit des bien-portants et des malades.

31 Ici aussi il y a une inculcation des concepts occidentaux du temps unilinéaire, ponctué par l’ingestion de pilules à intervalles réguliers.

32 Ceci est vrai pour toutes les pratiques contraceptives connues aujourd’hui : l’un des deux partenaires ou les deux doivent venir « préparés ». Mais cette préparation comporte déjà un message qui est l’acceptation des avances sexuelles de l’autre, message qu’au début de la relation, l’une des deux parties peut ne pas vouloir transmettre à l’autre. Comme cette décision doit souvent être prise en l’absence de l’autre, elle sort du domaine de la relation proprement dite et devient un acte solitaire, donc un acte asymétrique. Dans la forme actuelle de domination masculine qui prévaut dans la plupart des sociétés, ceci peut se voir nettement dans la réaction face à la femme « préparée », qui se traduit par un mélange de soulagement et de crainte qu’elle ne soit « facile ». Ainsi, une fois de plus, la technique a d’importantes conséquences structurelles.

33 Ceci semble vrai de pratiquement tous les contraceptifs connus aujourd’hui probablement parce que d’autres formes sont exclues comme étant « primitives ».

34 Cette thèse est soutenue énergiquement par l’écrivain et éditeur indien R. Thappar ; par exemple dans un article préparé pour le symposium Japan Tomorrow organisé par Yomiuri Shimburi, octobre 1973.

35 Voir le 167ème rapport du Public Accounts Committee (1974-75) du cinquième Lok Sabha « Foreign Participation or Collaboration in Research Projects in India » (Lok Sabha Secretariat, New-Delhi 1975) pour une documentation au sujet de l’accusation contenue dans l’étude « Who works for US secret research in India » (p. I) sur « A Project for the Genetic Control of Mosquitoes » « A Study of Bird Migration » et « Spray Techniques for Urban Malaria Control » - toutes ces études pouvant aussi intéresser potentiellement les bureaux militaires. Comme il est dit p. 3 : « Quelques experts de chez nous croient que ces données pourraient servir dans le cas d’une guerre biologique ou bactériologique ».

36 L’auteur a été le témoin de ceci dans une école régionale chinoise à Pékia en automne 1973.

37 La référence aujourd’hui classique sur les usines à gaz naturel est C.R. Prasad et A.K.N. Reddy, « Gio-gas plants ; prospects problems and tasks », publié dans le Economie and Political Weekly, Vol. IX numéro spécial 1974. L’information utilisée dans le texte a été empruntée à un article miméographié par A.K.N. Reddy, « Alternative Technology - A Viewpoint from India ». (Indian Institute of Science, Balgalore, sans date), page 8, et à son article « The Trojan Horse » in Ceres no. 50. Pour une référence concernant d’autres thèses que celles de Reddy sur le gaz na-aurel : Taghi Farvar et Catherine RAZAVI-FARVAR soutiennent dans leur article « The Lessons of Lorestan » (Ceres no. 50, pp. 44-47) sur les expériences du gaz naturel à Lorestan que « ce procédé produit un engrais organique riche, avec un plus grand pourcentage d’azote/carbone et de phosphore/carbone que l’engrais non-traité. La chaleur dégagée par le gaz de méthane est aussi à peu près 2,5 fois plus importante que celle du fumier » (p. 47). Voir également J. Koslovsky, « Methane - Energy source of the Future », Appropriate Technology, Vol. I, no. 1, pp. 23-24.

38 A.K.N. Reddy est très optimiste quand il s’agit du système des usines à gaz naturel tant comme source d’énergie que comme producteur de fertilisants (« les petites usines ont généralement des périodes de gestation plus courtes et peuvent donner leur plein rendement en quelques mois alors que les grandes ont besoin d’années ») et il pense qu’un village-type de 500 habitants, 250 têtes de bétail et 75 % de capacité de récolte « peut entretenir une superficie moyenne de terre cultivable de 290 hectares par village avec à peu près 2 fois et ½ la consommation actuelle d’azote qui est de 12 kg par hectare approximativement » (op. p. 43). Il ajoute qu’une estimation des besoins journaliers d’un village de 100 maisons et de 500 habitants se traduit de la façon suivante : 200 Kwh pour la cuisine, 200 Kwh pour le pompage de l’eau et les besoins industriels et 100 Kwh pour l’éclairage, en tout, 180 Mgh par an. Ces besoins peuvent être facilement satisfaits par l’usine d’engrais à gaz naturel du village, qui peut produire avec son bétail et les déchets humains à peu près 5’000 pieds cubes de gaz naturel (50-80 % de méthane) par jour, avec une énergie équivalente d’à-peu-près 660 Kwh ou 240 Mgh par an (loc. cit.). Une remarque intéressante au sujet du gaz naturel pour la production d’engrais a été faite par C. Voorhovve, « Treasure in a Dustbin », Ceres no. 5 : « L’application d’engais naturels directement à la terre cultivable est souvent découragée à cause des mauvaises herbes, vers, insectes nuisibles et autres organismes nocifs contenus dans les excréments. Sou-vents, l’engrais est d’abord fermenté, et la chaleur dégagée par ce procédé détruit la plupart des agents nocifs » et il ajoute concernant le night-soil (excréments humains) qu’elle devrait passer par un stade de décomposition avant son utilisation ». Le générateur de gaz naturel semble inclure ce procédé et peut aussi être utilisé sur du terrain urbain avec le recyclage qui convient afin de réduire la pollution de l’air et de l’eau et limiter les risques d’infections.

39 Il est important ici de voir que le problème des structures associées et compatibles se pose également quand il s’agit de technologies non-occidentales ou de « technologies populaires » - celles-ci peuvent mieux s’intégrer dans certaines structures sociales que d’autres. La force de ce type d’analyse ne s’arrête pas à la distinction entre Est et Ouest. Ainsi, on pourrait croire que la collectivisme chinois dans une commune populaire serait plus efficace au point de vue de la récolte qu’en Inde ; les deux pays étant non-occidentaux. La question de ce qui peut être accompli sur le plan collectif et sur le plan individuel n’est toutefois pas un problème concernant les seuls pays de l’Est. Ainsi est-il nécessaire à chaque famille occidentale d’avoir une machine à laver individuelle pour son propre linge, alors que des installations collectives peuvent se charger du linge de plusieurs familles à la fois ? Ayant répondu à cette question, que penser des installations de bains collectives, quoiqu’ici des problèmes d’ordre privé et familial se posent ? (Moins importants pour les Japonais).

40 Ainsi, A.K.N. Reddy dit (« Alternative Technology - A Viewpoint jron India ») : « ...ce tableau des technologies alternatives nous révèle à l’évidence que celles-ci ne peuvent se développer qu’à partir d’une assise solide constituée par les sciences fondamentales et de techniques industrielles de base comme c’est le cas pour la technologie occidentale. Par exemple, en Inde, les moulins à vent peu coûteux, utilisant les forces relativement faibles des vents peuvent exiger les mêmes techniques théoriques et expérimentales que l’aérodynamique et l’analyse structurelle nécessaires à la construction des ailes d’avions supersoniques. Si l’on écoutait les experts étrangers qui conseillent de ne pas investir dans la recherche de base, on aboutirait à une situation extrêmement préjudiciable au développement des techniques alternatives ». Bien que l’on puisse facilement être d’accord avec ce point de vue, il est tout de même important de voir qui ferait les recherches, dans quel endroit, et dans quelle mesure la population locale serait aliénée par la présence des chercheurs, par leurs découvertes, etc. ... Pour une information sur le tuyau en bambou, voir P.S. Appu, « The Bamboo Tubewell, A low Cost Device for Exploiting Ground Water », in Economic and Political Weekly, vol. IX, no. 26, 29 juin 1974.

41 Il existe une autre thèse qui soutient que des styles de production moins orientés vers l’expansion soient une sorte de luxe uniquement accessibles aux pays riches, les pauvres étant obligés de miser sur une efficacité maximale. Ce point de vue serait acceptable si cette efficacité concernait aussi la distribution des marchandises et une production couvrant les besoins matériels de base.

42 Pour une analyse de ce projet, voir J. Galtung, « Technology and Dependence : the international logic of excessive modernization in a fisheries project in Kerala », Ceres (FAO Review on Development), no. 41, septembre/octobre 1974. Pour une étude complète, voir J. Galtung, « Development from Above and the Blue Revolution: the inter-Norwegian Fisheries project in Kerala », Essays in Peace Research, Vol. V (à paraître).

43 La révolution verte constitue ici, bien entendu, une référence majeure. Il faudrait cependant souligner que si une critique doit être faite à cet égard, elle ne devrait pas concerner les biologistes ou ceux qui ont participé à la recherche, ni les fermiers qui avaient assez d’eau, de fertilisants ou de capitaux leur permettant d’utiliser cette nouvelle technique. Elle devrait plutôt viser les économistes qui portent la responsabilité de l’orientation de la production et la consommation qu’Us conçoivent comme des réponses à des demandes formulées en language monétaire et à l’usage d’un marché et non pas comme des besoins exprimés dans un langage compréhensible à un estomac vide. Pour une analyse très prudente de la révolution verte, voir, par exemple, la publication de l’UNRISD (Genève, 1974), The Social and Economic Implications of Large Scale Production of New Varieties of Food Grain, 3ème partie surtout (policy implications et structural changes), où sont abordées dans un langage modéré des questions concernant l’accès à la terre et à un plus grand pouvoir pour le travailleur productif (pp. 48-52).

44 Pour une série de documents sur l’industrie Nestlé, voir L’entreprise Nestlé tuerait-elle des nourrissons ?, publié par le Groupe de Travail-Tiers Monde, Berne et Zoug, Suisse, 1975.

45 Les deux expressions « moderne » et « traditionnel » concernant alpha et bêta respectivement, incluent la notion de méfiance réciproque. Les deux sont impropres ; on devrait plutôt voir alpha et bêta comme des approches faites respectivement sur une grande et une petite échelle, avec des structures sociales totalement différentes.

46 En un sens, les guerres indochinoises peuvent être considérées comme une confrontation entre une structure militaire alpha et une structure militaire bêta - quoique certains éléments bêta soient intégrés dans la structure alpha et que la structure bêta s’appuie sur quelques éléments alpha. Comme toujours quand il s’agit de problèmes humains, il y a des exceptions, mais on sait que la structure alpha n’est pas sortie gagnante de la confrontation.

47 Et dans ce sens, c’est un véritable cheval de Troie, pour citer l’excellent titre de l’article de A.K.N. Reddy (note 37 ci-dessus). On peut extraire la liste suivante de cet article (ibid., p. 42) :
Technologie occidentale
Utilisation intensive de capital
Utilisation intensive d’énergie
Economie de main-d’œuvre
Production à grande échelle
Centralisation
Production orientée vers la demande
Consommation de luxe à l’usage des élites
Besoin d’experts
Institutions pour la formation d’élites
Nécessité d’importation de matériaux
Importance des transports
Emploi de matériaux non-renouvelables
Sources d’énergie importées (pétrole, électricité)
Sociétés parasites, exploitant la population rurale
Contrôle du centre accru
Technologie alternative
Economie de capital
Economie d’énergie
Main-d’oeuvre intensive et productive
Production sur une petite échelle
Décentralisation
Production orientée vers les besoins essentiels
Consommation de masse
Peu de besoins d’experts
Utilisation des compétences locales
Utilisation des matériaux locaux
Economie des transports
Emploi de matériaux renouvelables
Sources locales d’énergie (soleil, vent, gaz naturel)
Société symbiotique, créant un équilibre entre ville et campagne
Participation sociale, contrôle accru sur le plan local
Les derniers points de cette liste font double emploi avec nos propres considérations et sont un bon exemple des transitions entre l’analyse économique et l’analyse structurelle/culturelle. Un point important soulevé par A.K.N. Reddy à ce sujet (ibid. p. 43) est que 80 % de l’énergie en Inde va à l’industrie urbaine, 10 % à la consommation domestique des villes et seulement 10 % aux surfaces rurales (où vit 80 % de la population) : « L’emploi de l’énergie pour les villes au détriment des villages et le peu d’importance donnée aux besoins des paysans pauvres sont des exemples frappants de la manière dont la technologie occidentale amplifie les inégalités existantes ».

Acheter