Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Développement, environnement et technologie. Quelques aspects non-économiques

Chapitre I. Techniques et structures

Johan Galtung

Texte intégral

Thèse 1. La structure dominante déterminera les techniques plutôt que vice-versa

  • 3 On se réfère ici à un ensemble relativement complet, mais en même temps spécifique.

1En d’autres termes, les techniques sélectionnées (définies comme « modernes ») seront celles qui engendreront des structures similaires à la structure dominante. Concrètement, cela signifie que la technique « idéale » possède les caractéristiques suivantes3 :

  • au niveau global, elle devrait prendre sa source dans le centre mondial ou tout au moins s’y développer. Le know-how devrait être lié aux moyens de production de la connaissance qui s’y trouvent, et quelques outils-clés devraient y être produits ;

  • au niveau national, le centre national — par exemple la capitale — devrait être le point de transfert indispensable en ce sens qu’il aura à la fois le monopole sur la sélection des techniques, avec un minimum d’adaptation aux conditions nationales (qui ne sont pas nécessairement les mêmes que les locales), et sur le lieu d’assemblage des outils produits au niveau global et national ;

  • au niveau local, les techniques devraient entraîner une division verticale du travail entre ceux qui ont davantage le contrôle des outils et du know-how et ceux qui l’ont moins.

2Les conséquences économiques de ces principes sont bien connues et généralement bien illustrées par les processus suivants :

  • à travers une chaîne de relations d’échanges inégaux il y a un transfert net du surplus économique, de la périphérie locale au centre national et, de là, au centre international ;

  • à travers une chaîne de division du travail verticale, il se produit une plus grande accumulation d’effets secondaires dans le centre (international) que dans le centre (national), et plus dans le centre que dans la périphérie, grâce aux possibilités d’accès aux secteurs les plus compétitifs des (super) cycles économiques ;

  • une chaîne de relations de dépendance se crée dans lesquelles les niveaux inférieurs dépendent de plus en plus des niveaux supérieurs pour l’importation des outils et du know-how, de telle façon que les niveaux supérieurs auront un impact fondamental sur tous ou la plupart des aspects structurels et culturels des niveaux inférieurs, à travers les changements introduits dans les techniques et le know-how ;

  • une chaîne de relations fragmentaires se constitue, le centre étant mieux placé pour avoir le contrôle oligo-monopolisateur de la production des outils et du know-how, et la périphérie se trouvant dans l’impossibilité de formuler ou de présenter des alternatives ;

  • une chaîne de relations marginales est créée, le centre dirigeant les organisations internationales ou nationales et contrôlant la création et le transfert de technologies.

3Dans ce qui suit, l’accent sera mis sur les facteurs non-économiques.

Thèse 2. Une technique engendrant une structure différente tendra à être cooptée, de façon à faire émerger une technologie au moins partiellement compatible avec la structure dominante4

  • 4 Ainsi, on pourrait attendre de la technologie occidentale qu’elle produise, en réponse à l’acupunct (...)

4Par « transfert de technologie », nous voulons parler d’un processus à deux composantes. La composante la plus visible est le transfert des techniques c’est-à-dire de quelques outils-clés et du know-how, sur le plan global et/ou national. La technique ne pouvant être opérationnelle sans un contexte structurel, un transfert de technique devrait aussi être étudié en termes de structure. Il y a plusieurs possibilités : les techniques doivent être compatibles avec les structures sociales et cognitives dans les pays qui les reçoivent, afin d’être facilement assimilées. Le transfert devient une question de compétence technique en ce qui concerne la domination des outils et l’acquisition du know-how. Le techniques d’une part, les structures sociales et cognitives d’autre part, sont incompatibles : dans ce cas, nous pouvons distinguer trois situations possibles :

    • 5 D’ailleurs le langage comme instrument de communication mais avec une structure sociale intégrée, p (...)

    le receveur cède ; structure et culture commencent alors à se transformer afin de s’adapter aux nouvelles techniques, un processus d’« occidentalisation » ou de « modernisation » se met en place5 ;

    • 6 Je suis redevable à Ismaîl-Sabri Abdalla de l’observation suivante : la culture occidentale prédomi (...)

    les techniques sont rejetées, outils et/ou know-how. Très souvent ce rejet prendra des formes inarticulées et même inconscientes, et apparaîtra comme un malaise de la part du receveur, jugé alors « irrationnel », « traditionnel », ou simplement « paresseux » par certains donneurs qui parfois même parleront de sabotage direct6 ;

    • 7 Le Japon et la Chine offrent ici des exemples, tous deux fort ingénieux. Les techniques sont occide (...)

    une certaine adaptation se fait, le receveur parvient soit à maintenir une grande partie ou la partie la plus importante de la structure et de la culture locales, tout en assimilant la technique nouvelle à l’intérieur de la disposition existante, soit à modifier les techniques de telle manière qu’elles soient compatibles avec le milieu tout en demeurant opérationnelles7.

Thèse 3. « Le transfert de technologie » ne peut en aucun cas être un processus socialement ou politiquement neutre

  • 8 Ainsi, il est probablement juste de dire que les puissances colonialistes occidentales furent souve (...)

5L’usage de termes tels que « traditionnel-moderne » ou « développement-développé », donne toutefois l’impression d’un processus universellement accepté ou historiquement inévitable. La nature du processus du transfert de technologie devrait plutôt être envisagée en termes d’« occidentale/non-occidentale » pour qu’elle soit plus claire. Ainsi, s’il y a incompatibilité entre une technologie et la structure-culture du receveur, il ne faut pas nécessairement supposer que ce dernier doit céder, ou que sa résistance au changement doit être jugulée en tant que conséquence de sa culture « irrationnelle » ou « traditionnelle », ou encore de ses structures « archaïques » ou « féodales ». De la même façon, il ne faut pas croire que la compatibilité entre une technologie et une structure-culture locale, à travers un transfert facile, soit une preuve de réussite car peut-être la société locale a-t-elle intégré dans sa structure les mêmes caractéristiques regrettables qu’une technologie transmise8. Un accommodement entre deux choses fausses ne peut donner une chose juste. Si une technologie occidentale donne de bons résultats dans la société occidentale, cela ne prouve pas que la société occidentale soit « une bonne société » dans le sens que l’entend cette étude (« capable de satisfaire les besoins matériels et non-matériels des membres de la société »). Cela prouve seulement qu’il y a compatibilité. De la même manière, un cas d’incompatibilité ne veut pas dire que la technologie soit mauvaise pour la société locale receveuse. C’est uniquement dans le cas où l’on considère la structure-culture occidentale comme une structure-culture normale que l’on pourra dire que la compatibilité est une réussite, soit immédiatement soit après un certain temps d’ajustement. Dans le cas contraire, c’est la structure, et non l’acceptation d’une technique, qui devra être mise en question.

Thèse 4. Le transfert de technologie étant un processus profondément enraciné dans les mentalités et très complexe, les discussions sur les conditions du transfert ne devraient pas uniquement se limiter aux conditions du transfert de techniques

  • 9 Cependant toute la discussion politique autour des conditions de transfert de technologie ignore ce (...)
  • 10 Aucun problème ne se pose dans la mesure où l’on est d’accord avec cette définition ; c’est seuleme (...)
  • 11 A ce stade on pourrait croire que certaines techniques servent à préparer la voie puisqu’elles para (...)

6Si un transfert réussi implique une implantation réussie d’une structure-culture sur le terrain d’une autre société, les transformations intervenant dans cette société devraient être inclues dans l’analyse des conditions du transfert9. Ainsi, pour le donneur, un transfert réussi signifie l’expansion ou la reproduction de la structure et culture de sa propre société, et même une légitimité accrue de cette société à travers la validation implicite donnée par d’autres. Ceci constitue une chaîne causale gigantesque, la cause étant la société du donneur, et la conséquence sa reproduction à l’intérieur de la société réceptrice, ce qui, en d’autres termes, est une forme majeure de dépendance. Les modèles structurels-culturels d’une société deviennent peu à peu la norme d’une autre société. Le donneur n’a pas besoin de donner quoi que ce soit en échange ; cela conduit à un modèle de relations inégales très poussées, les donneurs n’acceptant pas en général de recevoir dans une même proportion la culture structurelle du receveur, car ils partent de l’idée que leur propre structure-culture est « développée, moderne »10. Il y a même un type de raisonnement cyclique qui justifie cette position, en affirmant que la structure-culture du donneur est déjà adaptée aux techniques, alors que la structure-culture du receveur ne l’est pas ; dans cet argument la technique est utilisée comme justification de la technologie. L’influence, tendant à être un processus unilatéral en ce qui concerne la technologie, un « transfert réussi » sera triplement inégal : la technologie individuelle est déjà asymétrique, pour différentes raisons, comme nous l’avons déjà montré. De plus, elle contribue à une « occidentalisation » généralisée ; enfin, elle prépare le terrain à une acceptation facile d’autres technologies, avec le même type d’implications structurelles11.

Thèse 5. Les transformations dans la structure mondiale auront des effets importants sur les modèles de transferts de technologie

7Il peut être fructueux ici de distinguer entre quatre et même cinq phases que l’ordre technologique a traversées, traverse et peut traverser.

8Premièrement, il y a ce qu’on peut appeler « le vieil ordre technologique » dans lequel la technologie occidentale était transférée selon les conditions occidentales, le processus étant protégé par le colonialisme ou par les premières structures post-coloniales.

  • 12 Considérée isolément, l’idée que les sociétés en voie de développement pourraient mieux sélectionne (...)

9Deuxièmement, il y a ce qu’on peut appeler « le nouvel ordre technologique », où les conditions du transfert, en ce qui concerne les techniques, les outils et le know-how, sont contestés, et où des codes de conduite sont mis à l’étude, de façon à transférer les techniques à des prix moins élevés pour les receveurs. Le vieil ordre est considéré comme un cas très clair de dépendance technologique ; on espère que le nouvel ordre, avec ses conditions de transfert, plus acceptables, allégera le fardeau de la dépendance technologique. Dans le nouvel ordre, l’idée d’aide au Tiers Monde jouera un rôle important et en préparera graduellement la voie, tant par la sélection que par la création de techniques12. Néanmoins, les aspects structurels ne seront pas vraiment pris en considération dans cette phase, en partie parce qu’on n’a pas vraiment conscience de la façon dont ils opèrent, en partie à cause des idées des économistes négligeant volontairement ces considérations, et en partie parce que les élites régionales et nationales préfèrent les structures occidentales à leurs propres structures :

  • car pour elles, l’Occident est « moderne » et leur pays « traditionnel » ;

    • 13 Ainsi, la fréquence des coups d’Etats militaires dans les pays en voie de développement ne devrait (...)

    leur intérêt notoire à utiliser ces structures pour renforcer un contrôle interne sur leur propre pays entre également en ligne de compte13.

10Après un certains temps, on « découvre » que la dépendance structurelle reste toujours aussi forte ; cela donne naissance à une troisième et quatrième phases, qui peuvent toutes deux être considérées comme « technologie de la self-reliance ».

11Troisièmement, la technologie de type occidental (c’est-à-dire des techniques favorisant les structures occidentales) est développée sur le plan régional, national et même local.

12Quatrièmement, on accorde plus d’importance aux facteurs structurels-culturels qu’auparavant tandis que l’intérêt se porte sur l’homme et sur la nature — avec de nouveaux modèles de sélection et de production de techniques —. Cette phase peut être illustrée par l’expression marcher sur deux jambes, en ce sens que l’on produit à la fois une technologie occidentale et une technologie non-occidentale (pour cette dernière, en employant et développant la technique traditionnelle).

  • 14 Ceci ne doit pas être confondu avec le « transfert inversé de technologie » qui n’est qu’un euphémi (...)

13Finalement, dans une cinquième phase, le transfert constitue un « transfert de technologie en sens inverse » de celui d’aujourd’hui ; les techniques engendrées ailleurs, sont importées à cause de l’intérêt accru qu’elles représentent pour les structures associées114. Il est inutile de dire que tout ceci dépendra de la structure mondiale du pouvoir.

Thèse 6. La transformation des structures peut engendrer de nouvelles techniques

  • 15 Cet élément semble avoir joué dans pratiquement tous les pays qui ont subi des mesures de boycottag (...)
  • 16 Toute la campagne chinoise à l’époque de Yenan en est un exemple éclatant, comme le démontre entre (...)

14Un pays exposé à une nouvelle structure sous la forme d’un boycottage économique essaiera de s’adapter en développant de nouvelles techniques pour ne pas se soumettre à la structure du pouvoir international : ceci est sans doute un des moyens les plus efficaces d’obtenir un certain degré d’indépendance technique nationale15. Une fois acquise la conscience de pouvoir survivre et même de pouvoir se débrouiller convenablement en dehors de la dépendance technologique du centre, il est très difficile de l’oublier, même si le désir existe de retourner à des structures « normales » (de dépendance). Ceci s’applique également à l’intérieur des pays : des conflits déclarés avec des « groupes minoritaires » par exemple, peuvent pousser ceux-ci à recourir de plus en plus aux solutions traditionnelles locales16.

Thèse 7. La transformation des techniques peut engendrer de nouvelles structures

  • 17 Et le plus important ici est d’intégrer ce processus au hardware technique lui-même et non seulemen (...)

15En un sens c’est la thèse la plus intéressante, mais elle n’est exacte que dans la mesure où il y a une recherche délibérée de techniques génératrices de nouvelles structures. Pour que ce phénomène soit possible, il est indispensable d’avoir une image nette de la structure désirée ; on ne peut se fier à un mécanisme d’innovation technique, qui ne mènerait aux structures désirées que par hasard. Bref, ce qu’il faudrait, c’est une vision plus consciente de la corrélation entre les techniques et les composantes structure-culture des technologies17.

  • 18 On peut prendre comme exemple les îles Faroe d’une population totale légèrement supérieure à 400’00 (...)
  • 19 Dans un système économique fondé sur une grande mobilité de la production, la possibilité de substi (...)

16Ces thèses ne constituent pas un modèle qui puisse être expérimenté de manière rigoureuse, encore que dans nombre de cas l’expérimentation ne soit probablement pas impossible. Elles nous serviront à envisager dans une certaine perspective les cas mentionnés ci-dessous (extraction, transports-communications, production, distribution, consommation et équilibre écologique). Elles montrent comment opèrent les composantes structurelles à travers les techniques elles-mêmes, et comment celles-ci peuvent, jusqu’à un certain point être contrebalancées par des technologies alternatives, dans des conditions données. En sélectionnant les cas, nous ne nous sommes pas limités aux technologies de production de biens matériels destinés à la satisfaction de besoins matériels, essentiels ou non ; mais nous avons pris le terme de technologie dans son sens le plus large, celui-ci étant la différence entre les cycles écologiques naturels et les cycles économiques élaborés par l’homme, en d’autres mots, la modification de l’environnement ; ceci afin de montrer combien les aspects du problème du transfert de technologie sont multiples, lorsque l’on prend pleinement en considération ses aspects non-économiques. Une technologie souvent oubliée parce qu’elle n’a pas de composante hardware est la technologie qu’on peut nommer l’intellectualisme. La composante de base en est bien entendu des intellectuels de différents genres, et surtout ceux dont la tâche consiste à réfléchir aux problèmes des autres et à s’en mêler. Leur (notre) outil principal est l’abstraction, et leur méthode la manipulation du symbole ; la création et l’accumulation de symboles verbaux par voie inductive ou déductive menant à d’autres symboles verbaux qui peuvent être traduits en pratiques sociales. Il faut noter que ce faisant, d’autres êtres humains peuvent servir de matière à abstraction, en faisant partie de catégories symboliques qui sont ensuite comptées, classifiées, analysées de différentes façons... bref, traitées. Il faut aussi noter qu’il y a un rapport très étroit entre le phénomène de l’intellectualisme tel qu’il se manifeste dans les affaires humaines-sociales, la structure centre-périphérie telle qu’elle s’incarne dans l’état national, sur le plan politique, militaire et culturel, et le dispositif capitaliste de production économique et de reproduction sociale : l’unité appréhendée est de si grande dimension qu’elle ne peut être comprise que in abstracto et non in concreto18. L’état national est probablement incompréhensible sans les intellectuels, et le super état national (ordre de grandeur de la population : 108) sans l’aide des intellectuels renforcés d’une intelligence artificielle sous la forme d’ordinateurs, etc… Il en va de même pour les systèmes capitalistes : ils sont basés sur une grande mobilité des produits et des facteurs. Ceci n’est possible que si l’on établit des règles définissant les éléments qui peuvent être substitués à d’autres : quelles sont les matières premières ayant la même composition biophysico-chimique ; quelles quantités de capitaux sont équivalentes ; quels sont les individus qui peuvent être substituées à d’autres (ce qui est établi, dans la société « moderne », en termes de critères éducationnels) ; et quels produits fabriqués sont substituables (selon les standards de qualité définis par la loi ou les coutumes, qui servent de base pour les techniques de contrôle statistique, pour les restriction, douanières non-tarifaires)19. Ainsi, la structure intellectuelle globale fait apparaître la division verticale du travail entre les professionnels et leur objet d’étude : la « population », la pénétration dans l’esprit populaire de catégories abstraites, la fragmentation de la population en unités chiffrables, sa marginalisation en tant que classe étudiée mais n’étudiant pas ceux qui l’étudient, et ainsi de suite.

  • 20 Pour une analyse plus détaillée de cette phase voir J. Galtung, « Is Peaceful Research Possible ? O (...)
  • 21 J. Galtung, Development, Environment and Technology, some non-economic aspects, document interne, C (...)

17Comme cas particulier, prenons l’outil de l’enquête par sondage (survey research) utilisé par les sociologues et plusieurs autres chercheurs de sciences sociales20. La population se divise entre chercheurs et sujets de recherche ; les premiers s’organisent en groupe créant des « instruments » (questionnaires, modèles d’interviews) pour sonder les opinions d’un échantillonnage sélectionné de sujets ; ceci afin d’obtenir une matière première de réponses qui pourront être traitées selon un schéma d’appréhension de la réalité sociale, compréhensible pour les seuls chercheurs, même pas compréhensible pour eux si ces réponses font partie des pré-conditions non-analysées (une de ces pré-conditions étant exactement la réplique de la structure de domination dans l’enquête elle-même). Il faut noter que la fragmentation est déjà intégrée à la méthode par ce qu’on appelle « l’échantillonnage simple pris au hasard » ; formule qui, effectivement, détache chaque sujet de l’autre, rendant très difficile leur organisation en groupe, avant ou après l’enquête, afin, par exemple, de se défendre contre toute forme de production cognitive asymétrique concernant d’autres personnes. Il va sans dire que la marginalisation, elle aussi, est intégrée dans l’ensemble du système puisque les chercheurs organisent tout seuls leurs recherches et transmettent aux sujets une version « popularisée » de leurs découvertes, par voie de communication unilatérale. Bref, toutes les caractéristiques structurelles-clé font partie de la méthode ; celle-ci ne peut s’analyser uniquement comme une technique, il faut aussi la considérer comme une technologie, avec une structure alpha incorporée. Avant de poursuivre il nous semble important de présenter ici un cadre conceptuel explicatif que nous avons élaboré ailleurs21.

18Nous distinguons une structure alpha et une structure bêta. Les caractéristiques structurelles d’alpha sont celles qui en général ont été vues dans les pages précédentes mais il en existe d’autres. Alpha n’a pas de limite de grandeur ; il suffit d’ajouter un niveau à la pyramide pour que le super-cycle atteigne une étendue globale, non seulement dans le sens d’être présent dans la plupart des nations, mais aussi dans celui d’atteindre les villages les plus éloignés. De plus, alpha n’est pas très dépendant des discontinuités importantes dans la nature, puisqu’il peut tout changer autour de lui, annulant quelques-unes des asymétries importantes dans la géographie économique mondiale (par exemple en transportant des ressources dans des régions pauvres) et quelques-unes des variations saisonnières (reliant des villages à la production industrielle pendant les mortes saisons agricoles). Il n’y a pas de doute non plus, puisque la preuve peut en être vue autour de nous, qu’alpha peut produire une variété incroyable de biens et de services de tous les genres imaginables et même inimaginables. Cette domination même de la nature, cependant, a aussi ses limitations bien connues l’homme s’éloigne tellement de la nature qu’il ne voit plus l’impact qu’il a sur l’équilibre écologique, recréant ainsi des dépendances dont on n’avait jamais entendu parler auparavant, mais d’un autre genre.

19D’autre part, il y a ce qu’on peut appeler la structure bêta, ou une classe d’unités bêta. Une façon de définir cette structure serait de la considérer comme la négation tout ce qui a été dit plus haut : la structure sociale concrète est équitable/autonome/solidaire et de participation ; et l’espace cognitif qui l’accompagne ou la cosmologie sociale reflète un monde plus symétrique/multicentral, moins dramatique, moins orienté vers la domination, et plus en harmonie avec la nature. Il faut souligner que la structure bêta ne se distingue pas seulement sur le plan du comportement, mais aussi par sa base culturelle, et cette dernière est différente des aspects dominants de la culture occidentale. Une structure de ce genre aurait aussi quelques autres caractéristiques. Bêta a des limites de grandeur. Dans la mesure où les gens ont entre-eux des relations ayant un sens et ne sont pas répartis dans des hiérarchies centre-périphérie, et participent à ce qui se passe autour d’eux, il doit y avoir une limite supérieure au nombre des membres d’une unité bêta. C’est une des raisons pour lesquelles les fermes et les boutiques dirigées par des familles, et les villages, ont la taille qu’ils ont. De plus, si la structure bêta est plus orientée vers l’intérieur, plus locale et décentralisée, les cycles économiques (et non les super-cycles qui appartiennent à la structure alpha) sur lesquels elle est basée matériellement, seraient plus exposés aux discontinuités de la nature dans l’espace et dans le temps. Ainsi, bien que la structure par définition soit moins dépendante des niveaux élevés, ou autonome par rapport à eux, elle peut être plus dépendante de la nature. Mais, cette même dépendance peut forger des liens plus forts et plus harmonieux entre l’homme et la nature et ces liens peuvent, en eux-mêmes et par eux-mêmes, contrebalancer une partie de la dépendance.

  • 22 Cf. J. Galtung, « Science as Invariance Seeking and Invariance-Breaking Activity », in Methodology (...)

20On peut à présent se demander, pour aller plus au fond de la question, à quoi peut ressembler l’alternative de l’intellectualisme et de l’analyse par sondage, comme nous la connaissons. Une possibilité serait d’utiliser une structure bêta de grandeur limitée ; on suppose que dans une petite unité (ordre de grandeur : 102), une certaine classe d’intellectuels employant des modèles hautement abstraits pour expliquer le fonctionnement du système et ayant recours à une approche très asociale des attitudes des autres individus serait en quelque sorte déplacée. Le système social en général et le système économique en particulier paraîtraient plus compréhensibles et plus transparents (catégorie à ne pas confondre avec la catégorie horizontale ou égalitaire). Ainsi les intellectuels ont besoin de grandes structures, justement dans la mesure où celles-ci ne peuvent sans doute fonctionner qu’avec leur concours. Mais même dans ces structures, la verticalité de l’intellectualisme en général, et la recherche par sondage en particulier peuvent rencontrer une opposition, par exemple à travers la méthode connue sous le nom de « contre-expertise ». La difficulté de cette méthode, cependant, est qu’elle peut servir à légitimer une autre élite, faisant peut-être moins partie de l’establishment dans son orientation, mais constituant une élite tout de même. De là l’idée de mettre tous les outils intellectuels à la portée de la population et/ou l’idée de les simplifier et même de les démystifier en les traduisant en un langage plus simple, en les démathématisant, etc. Avec l’enquête par sondage, une relation horizontale peut s’établir entre le scientifique et le citoyen, qui sont en mesure d’analyser les problèmes ensemble, par le dialogue, de partager des modèles publiés, évitant ainsi tout secret ou système de publication à plusieurs volets (version populaire d’usage général ; version technique à l’usage des organisations rétribuant les services des chercheurs en sciences sociales). Ceci ne doit pas être confondu avec les méthodes de « recherche participante » utilisées par les anthropologues sociaux. Leurs méthodes sont aussi basées sur la division verticale du travail, l’immixtion dans les affaires des autres, etc., mais leurs techniques étant, il est vrai, plus artisanales, moins industrialisées que les méthodes de recherche par sondage, qui elles, utilisent ordinateurs et autres gadgets prisés des sociologues. La différence est plus facile à voir si l’on imagine un échantillon de population douée d’une plus grande conscience politique, ou un village qui, au lieu de se laisser observer et interviewer par des chercheurs sociaux de l’extérieur, les inviterait pour leur poser quelques questions et observer leurs réactions. Bref, les sciences sociales ont aussi leurs « structures associées », avec des cas de compatibilité et d’incompatibilité, et ceci s’applique aussi à l’échelle la plus réduite : prenons le cas du psychologue qui trouve très normal d’observer des enfants en secret à travers un miroir à une face, ou du psychologue social qui fait des expériences l’éloignant complétement du but de sa recherche22.

Notes

3 On se réfère ici à un ensemble relativement complet, mais en même temps spécifique.

4 Ainsi, on pourrait attendre de la technologie occidentale qu’elle produise, en réponse à l’acupuncture chinoise, une technique plus compliquée, exigeant une administration plus importante, un plus grand apport de capital, du personnel mieux entraîné et éventuellement relié à un ordinateur pouvant localiser les points sur une base plus « scientifique ».

5 D’ailleurs le langage comme instrument de communication mais avec une structure sociale intégrée, peut fournir ici un bon exemple : l’analyse socio-linguistique de l’impact des langues occidentales sur la structure locale n’a pas été faite à ma connaissance, sauf pour constater le fait insignifiant que ces langues servent à identifier les élites nationales.

6 Je suis redevable à Ismaîl-Sabri Abdalla de l’observation suivante : la culture occidentale prédominant, il y aura rarement des protestations manifestes ou un rejet de la technologie occidentale, car les masses populaires ont tendance à croire en leur propre infériorité. Des manifestations de malaise, sans grande efficacité, seront plus probables ; les Occidentaux peuvent se montrer particulièrement inaptes à saisir des formes non-verbales de communication.

7 Le Japon et la Chine offrent ici des exemples, tous deux fort ingénieux. Les techniques sont occidentales, l’organisation des machines dans l’usine est occidentale ; en fait, le travail lui-même est probablement mené en grande partie de la même façon que dans une usine occidentale. La différence réside dans toutes les structures entourant le travail, et ici les Japonais et les Chinois utilisent des voies différentes Dans l’usine type Japonaise (voir, par exemple, l’ouvrage classique du même titre de J. Abegglen) le travail fait partie d’une structure complexe de relations plus globales, où l’usine s’occupe aussi des activités de loisirs et même d’activités considérées comme privées en Occident ; l’organisation d’un mariage, démarche pour fournir une épouse convenable à l’ouvrier. Le collectivisme est intégré dans l’ensemble des relations : tout le monde est concerné par tous les aspects des problèmes de tous les autres. La verticalité aussi est intégrée : travail et loisirs sont organisés selon la même manière japonaise. Dans le modèle chinois, le travail est encastré dans des structures de décision, avec des discussions très horizontales sur tout ce qui a trait au travail, sans pour autant changer nécessairement le niveau de la verticalité, de la fragmentation, etc., au moment où le travail s’accomplit. Au bout d’un certain temps, même d’un court laps de temps, ceci est compensé dans le modèle chinois, par une haute fréquence de rotation à l’intérieur de l’usine, également entre ouvriers et ingénieurs. En réalité, ceci indique qu’il est possible de distinguer entre une structure associée directe et une structure associée indirecte et permet que la structure associée directe soit occidentale, et pourrait tout aussi bien être encastrée dans une structure associée indirecte nettement non-occidentale. Ceci existe aussi, bien entendu, dans les usines occidentales. Les ouvriers refusent d’avoir entre eux des relations engendrées uniquement par la nature des outils qu’ils utilisent ; ils organisent aussi leurs propres relations, parfois productives, et parfois non-productives par rapport au « travail », dans le sens étroit du terme. Pour cette analyse, voir S. Lysgaard, Arbederkollektivel, Oslo, Universitetsforlaget, 1958.

8 Ainsi, il est probablement juste de dire que les puissances colonialistes occidentales furent souvent obligées de trouver des groupes minoritaires fortement individualistes, des élites pouvant recevoir les structures sociales occidentales et servir de têtes-de-pont ; par exemple, des groupes avec une longue expérience de mobilité et possédant un certain capital (Parsis, Turcs, Juifs, marchands chinois, marchands indiens, etc.). Cependant, en général, il est difficile de dire si les conséquences ont été bonnes ou mauvaises.

9 Cependant toute la discussion politique autour des conditions de transfert de technologie ignore ce genre de considérations.
Voir, par exemple, la Déclaration de Manille, proposition de code concernant le processus du transfert de technologie, ainsi que UNCTAD IV à Nairobi ; « Proposals for Action in the Field of Transfer of Technology at the Fourth Session of the Conference », UNCTAD (TD/B/C.6/II). Le pamphlet pour la préparation de UNCTAD IV (Nations-Unies, New-York, 1975) dans la section « Transfer of Technology » (pp. 11-12) est également muet sur les distinctions à faire entre les technologies concernant les besoins essentiels et celles concernant les besoins non-essentiels ; de même, sur la possibilité d’une self-reliance à l’échelle locale, et de l’impact sur l’environnement. Comme exemple d’une analyse singulièrement indifférente quant aux causes culturelles déterminantes et aux implications structurelles, voir J. Schmookler, Invention and Economic Growth, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1966 ; et particulièrement le Chapitre IX, « Summary Conclusions », pp. 196-215. Pour un commentaire de cet ouvrage, voir l’article de N. Rosenberg, « Science, Invention and Economie Growth », The Economic Journal, 1974, pp. 90-108. Les commentaires présentent les mêmes défauts que l’ouvrage. Pour une approche différente, moins orientée vers l’aspect de l’offre et de la demande et plus sensible aux facteurs culturels et historiques, voir W.R. Maclaurin, Innovation and Capital Formation in Some American Industries, Princeton University Press, Princeton, 1955, pp. 551-578. Pour une analyse technique honnête dans le même domaine, voir l’article de R.M. Solow, « Technical Change and the Aggregate Production Function », The Review of Economics and Statistics, 1957, pp. 312-320, et J. Schmookler, « Inventors Past and Present », Tre Review of Economics and Statistics, 1957, pp. 321-333.

10 Aucun problème ne se pose dans la mesure où l’on est d’accord avec cette définition ; c’est seulement quand on commence à voir plus clairement les vices des sociétés occidentales ainsi que les vertus des sociétés non-occidentales que les relations deviennent problématiques. Il faut cependant se souvenir qu’à ce stade les sociétés occidentales et non-occidentales ne sont pas symétriques : la culture occidentale — d’après cette analyse —, a enraciné en elle, l’idée de se mettre « dans la peau » des autres sociétés, pour les rendre en quelque sorte conformes aux idées occidentales. C’est alors que l’on peut utiliser la technologie comme cheval de Troie dans ce but, démontrant très clairement comment le transfert de technologie est en réalité une relation de puissance.

11 A ce stade on pourrait croire que certaines techniques servent à préparer la voie puisqu’elles paraissent si indispensables ; on pourrait prendre comme exemple l’emploi des tracteurs. Aucun pays ne refuserait un apport dans le domaine de la production alimentaire ; les tracteurs contribuent à cette production et la structure associée avec le sens de la responsabilité individuelle qu’elle comporte est une condition nécessaire pour que les techniques puissent fonctionner. On peut le vérifier lorsque les tracteurs tombent en panne. Cette question résolue, le terrain est prêt à l’introduction d’autres techniques ayant des structures sociales identiques ou similaires.

12 Considérée isolément, l’idée que les sociétés en voie de développement pourraient mieux sélectionner les techniques occidentales peut sembler n’être qu’une formule ; considérée comme une étape dans le processus de self-reliance, elle peut représenter une phase très significative, à condition que le degré de confiance en soi soit assez grand pour défier fondamentalement la base technologique occidentale tout entière. Cependant, elle pourrait facilement devenir une forme institutionnalisée d’auto-colonisation (je suis redevable à Roy Preiswerk de cette expression).

13 Ainsi, la fréquence des coups d’Etats militaires dans les pays en voie de développement ne devrait pas seulement être considérée comme le moyen qu’utilisent certaines élites pour avoir le monopole virtuel des techniques de violence, c’est-à-dire des outils aussi bien que des connaissances ; elle doit aussi prendre en compte le fonctionnement d’une structure alpha dans la connaissance de l’équation du pouvoir.

14 Ceci ne doit pas être confondu avec le « transfert inversé de technologie » qui n’est qu’un euphémisme pour le « lavage de cerveau ».

15 Cet élément semble avoir joué dans pratiquement tous les pays qui ont subi des mesures de boycottage, l’URSS, la Pologne, la Yougoslavie, l’Albanie, l’Espagne, la Rhodésie, Cuba, la Chine, — pour n’en citer que quelques-uns —. En fait, il semble être si efficace que l’on devrait demander que les sanctions économiques fassent partie du Programme de Développement de l’ONU au lieu d’être un instrument coercitif dans les mains du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale. Pour approfondir cette question, voir J. Galtung, « On the Effects od International Economy Sanctions with Examples from the Case of Rhodesia », World Politics, 1967, pp. 378-416.

16 Toute la campagne chinoise à l’époque de Yenan en est un exemple éclatant, comme le démontre entre autres le recours aux vieilles traditions de logement dans des grottes bien équipées, hautement compatibles avec une lutte de type guérilla.

17 Et le plus important ici est d’intégrer ce processus au hardware technique lui-même et non seulement au software environnant, comme dans les exemples japonais et chinois cités dans la note 7 ci-dessus.

18 On peut prendre comme exemple les îles Faroe d’une population totale légèrement supérieure à 400’000 âmes. Dans cette société il y a étonnamment peu de différences entre les intellectuels et les non-intellectuels, puisqu’ils écoutent tous les mêmes programmes à la radio et s’intéressent aux mêmes problèmes. La plupart des gens n’ont aucun mal à comprendre les évènements, on n’a pas vraiment besoin d’« experts » : la voie est ainsi ouverte à une dimension oubliée de la démocratie.

19 Dans un système économique fondé sur une grande mobilité de la production, la possibilité de substitution des éléments et des produits finis selon les normes universelles aurait moins d’importance : chaque région ou district peut avoir ses propres normes. La mobilité et la possibilité de substitution se présupposent l’une l’autre.

20 Pour une analyse plus détaillée de cette phase voir J. Galtung, « Is Peaceful Research Possible ? On the Methodology of Peace Research », Essays in Peace Research, Vol. I, Copenhague, Chr. Ejlers, 1975.

21 J. Galtung, Development, Environment and Technology, some non-economic aspects, document interne, CNUCED, Genève, 1976, chap. I.

22 Cf. J. Galtung, « Science as Invariance Seeking and Invariance-Breaking Activity », in Methodology and Ideology, Copenhagen, Chr. Eglers, 1976, chap. II.

Acheter