Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Développement, environnement et technologie. Quelques aspects non-économiques

Introduction à « Développement, environnement et technologie, quelques aspects non-économiques »

Johan Galtung

Texte intégral

  • 1 Les outils correspondent dans ce sens aux « moyens de production » dans l’analyse marxiste.

1Nous allons tenter d’explorer quelques aspects phénoménologiques de la relation — développement-environnement-technologie —. Cette étude a fait l’objet d’un travail global dans le cadre de la Conférence des Nations-Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED). Généralement la technologie s’entend comme l’équation : connaissance plus outils. Bien que ses composantes soient importantes, elles nous semblent pourtant incomplètes. La technologie suppose à notre avis une structure associée dont la connaissance serait une structure sous-jacente cognitive transparaissant à travers les comportements et permettant de régénérer une nouvelle connaissance. Ainsi, la définition générale que nous utiliserons ici est la suivante : technologie-technique plus structure. La technique forme la pointe visible de l’iceberg : ce sont les outils et le know-how. Par structure, on entend d’une part, les relations sociales ou le « mode de production » à l’intérieur desquels les outils deviennent opérationnels, d’autre part la structure cognitive à l’intérieur de laquelle le know-how prend tout son sens1. Il y a, dans le monde une structure dominante liée aux conceptions occidentales de la réalité sociale, laquelle est verticale, centralisatrice et se caractérise par certains traits, tels la division verticale du travail, la dépendance, la fragmentation et la marginalisation. Cette structure opère au minimum à trois niveaux :

  • le niveau global : entre régions et pays du centre, et entre régions et pays de la périphérie.

  • le niveau national : entre districts et cités du centre, particulièrement la capitale, et districts, villes, villages, etc., dans la périphérie.

  • le niveau local : dans le district, ou dans la ferme-usine-société, entre supérieurs et inférieurs, les premiers plus que les derniers, contrôlant les outils ou le know-how (et les moyens de production).

  • 2 La métaphore des « boîtes chinoises » est ici appropriée.

2Ces trois niveaux ont des rapports entre eux ; leur centre au niveau inférieur leur tient lieu de représentant, de point de contact ou de tête-de-pont vis-à-vis du niveau supérieur. De cette façon, une chaîne de relations de dépendance est constituée du centre extrême sur le plan international à la périphérie extrême sur le plan local2. Ceci étant la structure dominante, d’autres thèses en découlent, qui seront formulées et étudiées dans ce chapitre.

Notes

1 Les outils correspondent dans ce sens aux « moyens de production » dans l’analyse marxiste.

2 La métaphore des « boîtes chinoises » est ici appropriée.

Acheter