Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Révolution industrielle, technologie de la puissance et révolutions scientifiques essaie de bibliographie critique

C. La thermodynamique du développement

Jacques Grinevald

Note de l’auteur

Cette partie expose le contenu d’une conférence publique donnée à l’Institut d’Etudes du Développement le 15 février 1977 et qui avait pour titre : « Energie, matière, entropie et processus économique. Une introduction à l’œuvre de Nicholas Georgescu-Roegen ».

Texte intégral

  • 62 Michel Serres, Feux et signaux de brume Zola, Paris, Grasset, 1975, p. 379. (Un grand livre, appliq (...)

La thanatocratie rêve d’éternité.
Michel SERRES62
Nous le savons : la terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la terre. Nous le savons : toutes choses sont liées comme le sang qui unit une même famille. Toutes choses sont liées.
Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre.
L’homme n’a pas tissé la toile de la vie, il n’est que le fil de tissu.
Tout ce qu’il fait à la toile, il le fait à lui-même.
Discours prononcé en 1854 par le chef indien Seattle devant l’Assemblée des tribus.

  • 63 François Meyer, Problématique de l’évolution, Paris, PUF, 1954, 284 p. (Propose une approche de la (...)

1Cet essai n’est que bibliographique. Pas plus que nous n’avons donné un véritable exposé du développement de la thermodynamique — mais seulement des éléments d’information et de réflexion que les références bibliographiques permettent d’approfondir —, il ne sera question ici de faire le tour de ce carrefour de problèmes que nous pouvons nommer la thermodynamique du développement. Certes, on peut parler, avec François Meyer63, et de nombreux biologistes, d’une problématique de l’évolution. L’expression est plus générale et ne privilégie pas le paradigme thermodynamique. Il est clair que du stricte point de vue de la biologie théorique, les lois de la thermodynamique n’épuisent pas l’explication du phénomène vivant et encore moins du phénomène humain qui en est à la fois acteur et observateur. La problématique de l’évolution est une tâche encyclopédique, impossible à réduire à ses aspects thermodynamiques.

2Pour l’étude des systèmes vivants (entendus au sens large), l’analyse thermodynamique n’est qu’un préalable, mais, il faut le souligner pour les chercheurs en sciences sociales, un préalable nécessaire, inévitable. Seul le clivage, précisément issu de la révolution industrielle, entre les diverses sciences permet à certaines « sciences » de se croire dédouanées et de frauder, en réalité, avec la légalité thermodynamique. Nous verrons que c’est le cas de la science économique ou si l’on préfère de l’économique (economics).

  • 64 Ludwig von Bertalanffy, Les problèmes de la vie. Essai sur la pensée biologique moderne, traduit de (...)
  • 65 W. Ostwald, L’Energie, Paris, Félix Alcan, 1910, 235. Traduction de l’allemand : Die Energie und ih (...)
  • 66 En français, voir François Ramade, Eléments d’écologie appliquée, Paris, Ediscience, McGraw-Hill, 1 (...)
  • 67 L’exposé le plus clair, s’adressant aux non-spécialistes est :
    Howard T. Odum et Elisabeth C. Odum, (...)
  • 68 Notamment Sir Arthur Eddington, The Nature of the Physical World, London, Everyman’s Library, 1964, (...)
  • 69 Notamment Harold F. Blum, Time’s Arrow and Evolution, Princeton, New Jersey, Princeton University P (...)
  • 70 Nicholas Georgescu-Roegen est né en Roumanie en 1906. Etudes de mathématiques. Expert en statistiqu (...)

3Il est utile de voir qu’historiquement la bioénergétique actuelle64 dérive non seulement du développement de la thermodynamique (physique et chimique) mais encore d’un changement de paradigme dans l’activité scientifique elle-même. Dès ses origines la thermodynamique a des liens avec la biologie et parmi ses fondateurs on compte le médecin Meyer et le physiologiste Helmholtz. La science de la chaleur a de tout temps affaire avec la vie. Le froid, c’est la mort. La vie, comme disent Bichat et Claude Bernard, s’oppose à la mort. Mais aussi la vie suppose la mort. L’histoire des sciences contemporaines montrera que non seulement la vie paraît lutter contre la loi de l’entropie mais qu’elle serait inconcevable sans cette loi de dégradation. Là encore, la séparation des sciences et le dogme mécaniste freinèrent le travail de fécondité réciproque entre la recherche thermodynamique et la recherche biologique qui ne prit son essor qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale65, malgré l’importance de la question « énergétique » dans la pensée scientifique occidentale dès la fin du xixe siècle66. De nos jours, pratiquement tout traité d’écologie commence par les grands principes de la thermodynamique67. Beaucoup trop de gens ne voient encore dans l’écologie qu’un mouvement d’idées et oublient qu’en amont de l’écologisme il y a une nouvelle science dont les origines remontent bien avant la naissance des mouvements écologistes. Paraîtra bientôt une histoire de l’écologie comme science qui clarifiera cette situation, du moins au niveau épistémologique, car dans les faits il est évident qu’une science s’inscrit dans une masse culturelle hétérogène et une structure sociale qui l’accueille avec plus ou moins de faveur. On le dit souvent, l’écologie est en quelque sorte l’économie de la nature. Les termes de l’échange, dans la nature, sont régis par la thermodynamique68. Un certain nombre de physiciens69 puis de biologistes70 placèrent la loi de l’entropie au sommet de la philosophie naturelle, c’est-à-dire de notre conception du monde physique. Bergson également, dans L’Evolution créatrice, avait dit que la loi de la dégradation de l’énergie « est la plus métaphysique des lois de la physique, en ce qu’elle nous montre du doigt, sans symboles interposés, sans artifices de mesure, la direction où marche le monde ». Les philosophes d’aujourd’hui ont un peu vite oublié Bergson ; ce sont des scientifiques qui de nos jours reconnaissent en son œuvre des intuitions géniales que la science contemporaine tarda davantage à reconnaître. Mais Bergson vivait l’économie de son temps et les économistes ne se soucièrent guère de cette nouvelle métaphysique qui pourtant annonçait, comme on le reconnaît aujourd’hui, la science nouvelle, celle du vivant.

  • 71 Expert en économie analytique, l’un des fondateurs de l’économétrie contemporaine, l’autorité scien (...)
  • 72 N. Georgescu-Roegen, The Entropy Law and the Economic Process, Cambridge, Mass., Harvard University (...)
  • 73 Voir surtout The Entropy Law and the Economic Problem, Conférence faite à l’Université de Yale en 1 (...)
  • 74 Voir, pour exemple, le manuel universel de P.A. Samuelson, L’Economique, traduit de l’américain, Pa (...)

4Il n’est pas possible, et ce n’est pas de notre compétence, de faire un inventaire des acquis de cette science du vivant aux conséquences incalculables pour notre survie, celui de l’humanité, car pour une fois, c’est bien de l’humanité qu’il s’agit. Non pour simplifier, mais pour introduire une œuvre éminemment utile à tous deux qui s’engagent dans la pratique et les études du développement, nous nous concentrerons désormais ici sur les travaux entrepris depuis 1960 environ par Nicholas Georgescu-Roegen71. A notre connaissance, il est le seul économiste de réputation internationale dans sa discipline72 a avoir pris acte du développement de la thermodynamique et de ses conséquences pour l’analyse du développement économique et technologique. Avec le professeur Georgescu-Roegen, nous pouvons dire que la révolution carnotienne est achevée : surgie du monde de l’économie la thermodynamique y retourne. A sa façon, l’auteur de La loi de l’entropie et le processus économique73 effectue pour l’économie théorique ce que l’on appelle ailleurs, une révolution scientifique. Il opère un changement de paradigme. Alors que depuis ses origines, comme le démontre Nicholas Georgescu-Roegen, la science économique est restée rivée au paradigme méca-niste74, l’application du paradigme thermodynamique bouleverse complètement notre vision de l’économie. Comme dans toute révolution scientifique, ce qui change, c’est d’abord une certaine façon de concevoir et de décrire le phénomène pour lequel on construit une théorie.

  • 75 Voir N. Georgescu-Roegen, The Entropy Law and the Economie Process, assez incomplète) de Jean Gimpe (...)

5Le paradigme mécaniste consiste à décrire le processus économique comme un circuit (un cycle) isolé, se suffisant à lui-même, et ce faisant réversible. Autrement dit, l’économie ignore l’environnement, mais bien plus elle ignore la nature même du processus économique qui est à vrai dire le fondement matériel de la vie des hommes75. D’où la recherche d’une bioéconomie et non plus d’une « économie pure », soeur de la mécanique rationnelle comme c’était l’ambition explicite de l’école Néo-classique, contemporaine précisément des travaux de Boltzmann (encore ignorés des économistes de l’époque). La remise en question de la science économique orthodoxe, aussi bien libérale que marxiste, n’est pas ici une critique idéologique mais une analyse épistémologique, et c’est bien toute la force de la thèse principale de l’auteur de La loi de l’entropie et le processus économique. La nature de l’économie dépend de l’économie de la nature, non pas telle que la décrivait la mécanique classique, mais telle que la décrit, depuis Sadi Carnot, la thermodynamique.

  • 76 Suite de la note précédente. On vérifiera facilement que la mécanique statistique supplante la ther (...)

6Cependant, la recherche novatrice de Nicholas Georgescu-Roegen s’est trouvée devant un problème délicat : les physiciens eux-mêmes faisaient comme si la révolution carnotienne n’existait pas et comme si la thermodynamique pouvait, au moyen de la théorie cinétique des gaz et du calcul des probabilités76, se satisfaire des fondements épistémologiques du mécanisme, comme si la thermodynamique était réductible à une mécanique statistique. Autrement dit, non seulement Georgescu-Roegen bouleversait l’économie théorique mais encore il était amené à intervenir dans le débat épistémologique et philosophique au sujet de l’interprétation du principe de Carnot et de sa généralisation dans la loi de l’entropie. C’est beaucoup pour un seul homme et la communauté scientifique orthodoxe préfère réagir par l’indifférence tant la remise en question est profonde.

  • 77 Voir notamment Barry Commoner, L’encerclement. Problèmes de survie en milieu terrestre, traduit de (...)

7Le « message terrestre » de Nicholas Georgescu-Roegen est peut-être à mettre en parallèle avec le « Message céleste » que Galilée publia en 1610 et par lequel il annonçait au monde des choses que personne n’avait jamais vues. La différence tien peut-être à la sociologie de la science : Galilée était à peu près seul au milieu d’un petit nombre d’initiés à la science ; Georgescu-Roegen, au fond, est à peu près isolé parmi les économistes ; mais autour de lui un nombre toujours croissant d’écologistes77 (les écologistes sont des biologistes) disent fondamentalement la même chose. Nicholas Georgescu-Roegen renoue en tant qu’économiste avec la recherche scientifique authentique. Il est clair cependant que les économistes n’ont pas l’habitude d’écouter les biologistes-écologistes. Ils peuvent plus facilement prêter attention au professeur Georgescu-Roegen puisqu’il est l’un des leurs, et parmi les plus éminents, à l’égal de ses collègues prix Nobel d’économie.

  • 78 N. Georgescu-Roegen, « Energy and Economic Myths », in The Southern Economic Journal, 1975, XLI, 3, (...)
  • 79 Voir N. Georgescu-Roegen, « Energy and Economie Myths », op. ci. Donne de nombreuses références sur (...)

8Dans ses études théoriques, dont certaines débouchent sur une vision très concrète du développement économique et technologique, Georgescu-Roegen78 rappelle cette vérité élémentaire que la thermodynamique établit une distinction assez particulière dans la science et qui présente un caractère manifestement anthropomorphique, à savoir que l’énergie ne se présente pas nécessairement sous forme utilisable pour l’homme, qu’elle peut être totalement inutilisable si elle est complètement dissipée et homogène, c’est-à-dire dans un état d’entropie élevée. Au xixe siècle, à propos de l’entropie, de cette tendance universelle de l’énergie à se dégrader et la matière à retourner au chaos, on avait spéculé sur la fin du monde. Avec Georgescu-Roegen on revient à la sérénité, il ne s’agit plus de l’univers, du moins pas directement, mais tout d’abord de notre maison, la Terre, et on nous demande de réfléchir sur la manière dont nous nous comportant dans cet espace clos. Cette notion de clôture soulève une série de problèmes : du point de vue énergétique, il est clair que la révolution industrielle, en engageant l’humanité dans la voie de la consumation du stock des énergies fossiles, a inauguré le monde du temps fini, du moins pour ce type d’économie industrielle. Une autre contrainte de ce système est la finitude du stock des minéraux aussi indispensables à l’expansion industrielle que l’énergie. Non seulement nous entrons dans une crise grave d’énergie, mais dans une crise tout aussi grave de matière. A cet égard, Georgescu-Roegen79 énonce un certain nombre de mythes qui a peu près tous reviennent à tricher avec la loi de l’entropie, vocation de la mythologie semble-t-il. Et il faut bien voir qu’il n’y a pratiquement pas d’espoir du côté des futures « merveilles de la science », vu la structure actuelle qui conduit la technologie scientifique occidentale dans une impasse non seulement écologique mais encore militaire et socio-politique.

  • 80 Karl Marx (1818-1883) publia le premier volume du gigantesque ouvrage prévu intitulé Das Kapital en (...)

9Avec la loi de l’entropie, Nicholas Georgescu-Roegen soulève le voile qui dérobe à la vue des hommes leur fondement matériel80. Pour la thermodynamique, c’est un retour aux sources. De la thermodynamique industrielle on applique la thermodynamique à la révolution industrielle qui rêve d’être permanente. La distinction thermodynamique entre énergie liée, inutilisable, dissipée, et énergie libre, utilisable, concentrée, est non seulement à la racine de l’irréversibilité physique de notre monde, au sens anthropomorphique du terme inévitablement, mais encore à la racine de la valeur économique puisque aussi bien tout le processus économique est branché sur cette dégradation entropique de la matière et de l’énergie qui en constituent le support physique indispensable, sans toutefois en déterminer le véritable contenu qui reste, lui, de l’ordre de la « joie de vivre » pour reprendre l’expression même de Nicholas Georgescu-Roegen. Il n’y pas de doute que Georges Bataille était sur la bonne voie avec sa notion de dépense et sa part maudite, celle-ci pourrait bien être l’entropie. Assurément, la nouvelle économie que suppose toute alternative au développement thanatocratique actuel réclame une nouvelle cosmogonie, une nouvelle conception du monde. Elle est en train d’apparaître au grand jour, car à nouveau la science occidentale se ressaisit et se délivre de l’idéologie et des dogmes de la culture impérialiste, mécaniste et bêtement progressiste du xixe siècle européen.

10Apparemment isolée, l’œuvre de Nicholas Georgescu-Roegen doit se comprendre dans un vaste mouvement de rénovation intellectuelle. Il manquait une véritable anti-Economique ; elle survient et elle sera une bio-économique. Il faut d’abord prendre connaissance de la situation de notre connaissance si nous voulons lui faire servir la renaissance que nous réclamons. L’affaire Galilée n’est pas close, mais déjà s’ouvre l’affaire Georgescu-Roegen : l’enjeu vaut le combat et celui-ci sera non-violent ou ne sera pas.

1. SCHEMA MECANIQUE DE L'ECONOMIQUE

1. SCHEMA MECANIQUE DE L'ECONOMIQUE

Notes

62 Michel Serres, Feux et signaux de brume Zola, Paris, Grasset, 1975, p. 379. (Un grand livre, appliquant un art consommé de l’inter(ré)férence et dévoilant la vérité funeste du xixe siècle dont il nous faut nous sauver avant que l’incendie nous étouffe et nous brûle tout vif.)

63 François Meyer, Problématique de l’évolution, Paris, PUF, 1954, 284 p. (Propose une approche de la technologie et de la question du progrès qui mérite discussion. Meyer a récemment actualisé son propos dans La surchauffe de la croissance. Essai sur la dynamique de l’évolution, Paris, Fayard, coll., Ecologie, 1974, 140 p.. Continent une critique de la démographie mondiale style nations-unies et un commentaire éloquent sur l’optimisme du premier rapport au Club de Rome.)
Voir aussi F. Mayer, « Situation épistémologique de la biologie », in Logique et connaissance scientifique, sous la direction de Jean Piaget, Paris, Gallimard, Encyclopédie de la Pléiade, 1967 pp. 781-821.
F. Mayer L’accélération évolutive, Paris, Hermann, 1947, 67 p.
Sur la question de l’accélération et de la problématique de l’évolution biologique et humaine, voir aussi André Cailleux, « Le temps et les échelons de l’évolution », in Time in Science and Philosophy. An International Study of Some Current Problems, edited by Jiri Zeman, Amsterdam, Elsevier, 1971, pp. 135-145.
Il n’est pas inutile de rappeler ici tout ce que la pensée occidentale contemporaine doit aux sciences de la révolution industrielle : la découverte du temps (du devenir de la nature) est une acquisition scientifique du xixe siècle européen. Le transformisme géologique et biologique, le transformisme anthropologique et historique sont contemporains de la découverte du transformisme physico-chimique liée à la théorie de la chaleur. La pensée philosophique occidentale mettra près d’un siècle à accepter cette découverte, à vrai dire multiple, du temps du second principe de la thermodynamique. La thermodynamique, avec sa loi de l’entropie, est devenue ainsi la philosophie naturelle de notre temps. Et il faut le souligner, la philosophie naturelle indépassable de notre temps. La question n’est d’ailleurs pas de dépasser les leçons de la thermodynamique ; elles ne sont pas encore entendues ; les leçons métaphysiques laissaient les économistes indifférents. Nicholas Georgescu-Roegen renverse précisément cette situation. Olivier Costa De Beauregard écrivait : « L’humanisme n’a pas encore pris une pleine conscience du fait que notre vision du monde est radicalement transformée, qu’aucun problème fondamental, ni physique (cela va sans dire), ni biologique, ni psychologique, ni probablement philosophique, ne peut plus être aujourd’hui posé dans les mêmes perspectives qu’avant 1900 ». (La notion de temps, Equivalence avec l’espace, Paris, Hermann, 1963, p. 28). Voir l’ouvrage de ce théoricien de la physique sur le temps thermodynamique : Le second principe de la science du temps. Entropie. Information. Irréversibilité, Paris, Seuil, 1963, 158 p. Et pour une opinion différente : P.C.W. Davies, The Physics of Time Asymmetry, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1974, 214 p. Mais, bien entendu, consulter N. Georgescu-Roegen (1971).

64 Ludwig von Bertalanffy, Les problèmes de la vie. Essai sur la pensée biologique moderne, traduit de l’allemand, Paris, Gallimard, 1961, 286 p. Et du même auteur, Théorie générale des systèmes. Physique, biologie, psychologie, sociologie, philosophie, traduit de l’anglais, Paris, Dunod, 1973, 296 p. (Ne contient pratiquement rien sur l’économie !).
L’un des ouvrages qui exerça une grande influence sur le rapprochement entre physiciens et biologistes fut celui du grand physicien autrichien Erwin Schrëdinger, What is Life ? (1944) London, Cambridge University Press, 1967, 96 p.

65 W. Ostwald, L’Energie, Paris, Félix Alcan, 1910, 235. Traduction de l’allemand : Die Energie und ihre Wandlunger, Leipzig, 1887. Un ouvrage qui date certes mais qui reste une bonne introduction au développement de la thermodynamique et à ses applications. Il est intéressant notamment de lire son dernier chapitre intitulé « énergétique sociologique », on verra que certaines questions très actuelles sont loin d’être neuves.
Voir aussi A. Dastre, La vie et la mort, Paris, Flammarion, bibliothèque de philosophie scientifique, 1918, 352 p. Un livre également vieilli mais qui peut être relu avec profit comme on relit Claude Bernard ou Sadi Carnot.
H. Bergson, L’Evolution créatrice, Paris, 1907. (Edition du Centenaire, PUF, 1959, surtout le chap. III). Un livre dont l’influence reste encore à montrer dans toute son ampleur. A ce sujet, voir notamment Michel Serres, « Boltzmann et Bergson », in Hermès IV, La distribution, op. cit., pp. 127-142.

66 En français, voir François Ramade, Eléments d’écologie appliquée, Paris, Ediscience, McGraw-Hill, 1974, p. 33 ss. : « cycle de la matière et flux d’énergie dans la biosphère »...
Eugene P. Odum, Ecologie. Un lien entre les sciences naturelles et les sciences humaines, traduit de l’anglais, Montréal, Editions HRW, 1976, chap. 3 : « les flux d’énergie à l’intérieur de l’écosystème »...

67 L’exposé le plus clair, s’adressant aux non-spécialistes est :
Howard T. Odum et Elisabeth C. Odum, Energy Basis For Man and Nature, New York, McGraw-Hill Book Company, 1976, 297 p.

68 Notamment Sir Arthur Eddington, The Nature of the Physical World, London, Everyman’s Library, 1964, 345 p. Date de 1928. Il existe une traduction française chez Payot, 1929, édition épuisée à ma connaissance.

69 Notamment Harold F. Blum, Time’s Arrow and Evolution, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 3e éd. augmentée et révisée, 1968,232 p. (paperback). Date de 1951. La première étude de Blum sur cette question de la loi de l’entropie et de la problématique de l’évolution date de 1935.

70 Nicholas Georgescu-Roegen est né en Roumanie en 1906. Etudes de mathématiques. Expert en statistiques et en théorie des probabilités. Thèse de doctorat à Paris ; études avancées à Londres et à Harvard. Professeur de statistiques à l’Université de Bucarest (1931-1946). Occupe diverses fonctions dans son pays : administration publique. Directeur du Ministère du Commerce (1939-1944). En 1944-45, il est Secrétaire général de la Commission d’armistice et à ce titre fait l’amère expérience du régime stalinien. Les communistes arrivant au pouvoir avec l’aide des Soviétiques, le professeur Georgescu-Roegen préfère s’exiler. Il sera accueilli par les Américains. Après une année à Harvard, il sera nommé professeur d’économie théorique et de statistiques à l’Université Vanderbilt (Nashville, Tennessee), il y demeurera jusqu’à l’âge de la retraite, en 1976. Après un passage à l’Université de Virginie comme professeur invité en économie de l’énergie, il sera nommé professeur à la Faculté des sciences économiques de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Actuellement, il y rédige un ouvrage significativement intitulé Bioeconomics, à paraître en 1978 (Princeton University Press).

71 Expert en économie analytique, l’un des fondateurs de l’économétrie contemporaine, l’autorité scientifique de N. Georgescu-Roegen pose actuellement un délicat problème à la communauté internationale des économistes. Certes, il est admiré et même hautement respecté, mais, pour des raisons bien évidentes, ses pairs ont du mal à suivre l’évolution de sa pensée depuis les travaux de 1960 qui marquent déjà nettement une rupture et ceux de 1965-66 qui ébauchent la construction du nouveau paradigme développé par la suite. Voir les textes suivants :
« Economic Theory and Agrarian Economics », in Oxford Economie Papers, 1960, 12, pp. 1-40. Republié in Analytical Economies Issues and Problems, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1966, 434 p., et dans la traduction (incomplète) de ce recueil d’études : La science économique. Ses problèmes et ses difficultés, Paris, Dunod, 1970, 300 p.
« Mathematical Proofs of the Breakdown of Capitalism »,
in Econometrica, 1960, 28, pp. 225-243. Republié in Analytical Economics, mais pas dans La science économique.
« Economic Theory and Agrarian Economics » fut repris dans Agriculture in Economic Development, edited by C. Eicher and L. Witt New York, McGraw-Hill, 1964, pp. 144-169 ; en espagnol dans El Trimestre Economico, 1967, 34, pp. 589-638 ; en français dans Economie Rurale, 1967, 71, pp. 51-76 ; cette étude très importante fut encore republiée dans d’autres ouvrages ; il figure à nouveau dans le récent recueil de Nicholas Georgescu-Roegen, Energy and Economie Myths. Institutional and Analytical Economic Essays, New York, Pergamon Press, 1976, pp. 103-145.
Les bases du nouveau paradigme thermodynamique et de la nouvelle description du processus économique se trouvent dans :
« process in Farming versus Process in Manufacturing: A Problem of Balanced Development »,
in Economie Problems of Agriculture in Industrial Societies, edited by Ugo PAPI and Charles NUNN, London, Marcmillan, 1969, pp. 497-528.
(
Proceedings of a Conference held by the International Economic Association in Rome, 1965). Republié in Energy and Economic Myths. Institutional and Analytical Economic Essays, op. cit., pp. 71-102.

72 N. Georgescu-Roegen, The Entropy Law and the Economic Process, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1971, 457 p. (paperback, 1974, 1976).

73 Voir surtout The Entropy Law and the Economic Problem, Conférence faite à l’Université de Yale en 1970, republiée dans Energy and Economie Myths. Institutional and Analytical Economic Essays, op. cit., pp. 53-60.

74 Voir, pour exemple, le manuel universel de P.A. Samuelson, L’Economique, traduit de l’américain, Paris, Armand Colin, t. 1, 1970, p. 79.
La réversibilité du processus économique dans la description moderne de l’économie politique n’a rien de surprenant dès lors que l’on se rappelle que la théorie économique occidentale n’est jamais sortie, depuis ses origines, du paradigme mécaniste ou si l’on préfère qu’elle vit toujours de la révolution galiléenne et ignore encore la révolution carnotienne.
Il faut cependant faire une distinction historique. En représentant par une figure circulaire leur « tableau économique », les Physiocrates n’étaient pas en contradiction avec la science de leur temps. Cette vision de l’ordre de la nature appartenait d’ailleurs à une société essentiellement agraire comme l’était en effet la France du milieu du xviiie siècle.
A l’époque d’Adam Smith, la Révolution industrielle anglaise n’avait encore rien de révolutionnaire et on pouvait négliger et la technologie et les ressources naturelles. C’était un âge encore pré-thermodynamique. Au début du xixe siècle, le phénomène que nous appelons la thermodynamique du développement (industriel) n’était guère perceptible en raison de l’insuffisance du développement de la thermodynamique. C’est ainsi que Nicholas Georgescu-Roegen n’accuse nullement les fondateurs de l’économie politique classique : ils ne pouvaient guère anticiper les progrès de la science.
Par contre, la soi-disante révolution des Néo-classiques, dans le dernier tiers du xixe siècle, n’a strictement rien de révolutionnaire du point de vue scientifique bien au contraire : elle impose à l’économie analytique le dogme mécaniste classique alors que celui-ci n’est plus qu’une idéologie scientiste, en contradiction avec les progrès de la science depuis l’essor de la théorie de la chaleur. L’un des grands artisans anglais de l’école néo-classique définissait lui-même la nouvelle science économique comme « the mechanics of utility and self-interest ». Cf. Jevons, The Theory of Political Economv, Harmondsworth, Penguin Bocks, 1970, p. 90. lère éd. 1871, 2e éd., 1879, 3e éd., 1888. 4e., 1911.
William Stanley Jevons (1835-1882) n’était pas seulement un économiste. Il avait une formation de scientifique et s’intéressait à la logique, à la philosophie des sciences et à la morale. Comme Adam Smith, il devint Membre de la Royal Society, une académie dont la gloire de Newton retentissait sur ses membres.
Sur la description analytique du processus économique selon Nicholas Georgescu-Roegen, voir The Entropy Law and the Economic Process, chap. IX, « The Analytical Representation of Process and the Economics of Production ».

75 Voir N. Georgescu-Roegen, The Entropy Law and the Economie Process, assez incomplète) de Jean Gimpel, La révolution industrielle du Moyen Age, Paris, chap. VI, Entropy, Order and Probability. Cet aspect critique de l’œuvre de N. Georgescu-Roegen a fait l’objet d’une thèse d’épistémologie qui prouve que l’auteur de The Entropy Law and the Economic Process ne bouleverse pas seulement l’économie théorique mais encore l’establishment scientifique qui a escamoté la révolution carnotienne sous les sophismes de la philosophie probabiliste de la mécanique statistique et de la mécanique quantique. Voir Phyllis Jenkin, Structure and Contradiction in Scientific Development: The Case of Nicholas Georgescu-Roegen and the Entropy Law, University of Manchester, Faculty of Science, 1975.
On trouvera les références historiques utiles à propos du conflit ouvert dans le mécanisme par l’interprétation du second principe de la thermodynamique dans l’excellent livre de René Dugas, La théorie physique au sens de Boltzmann et ses prolongements modernes, Neuchâtel, Griffon, 1959, 308 p.
Voir aussi Max Jammer, « Entropy », in Dictionary of the History of Ideas », New York, Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. II, pp. 112-120. (Importante bibliographie).

76 Suite de la note précédente. On vérifiera facilement que la mécanique statistique supplante la thermodynamique dans l’enseignement actuel. Il s’ensuit que la diffusion de la notion d’entropie est aujourd’hui liée avec son interprétation statistique, voire le sens encore plus abstrait que cette interprétation prend dans la théorie mathématique de l’information, si à la mode dans les sciences sociales à la recherche d’une caution scientifique.
Même chez les biologistes, l’interprétation statistique est largement admise. Voir notamment Harold J. Morowitz Entropy for Biologists. An Introduction to Thermodynamics, New York, Academic Press, 3e éd. 1972.

77 Voir notamment Barry Commoner, L’encerclement. Problèmes de survie en milieu terrestre, traduit de l’américain, Paris, Seuil, 1972. Du même auteur : The Poverty of Power. Energy and the Economic Crisis, London, Jonathan Cape, 1976. Cite N. Georgescu-Reogen. Une analyse énergétique du capitalisme américain, proche également de l’analyse d’Howard T. Odum. Voir H.T. Odum, Environment, Power and Society, New York, Wiley-Interscience, 1971, 331 p.
Voir aussi le premier programme de politique écologique : Changer ou disparaître. Plan pour la survie, par The Ecologist, traduit de l’anglais, Paris, Fayard, coll. Ecologie, 1972, 153 p.
Dans ce rapport, moins connu que le fameux rapport de l’équipe Meadows du Mit, The Limits to Growth (1972), mais qui fut notamment approuvé par une cinquantaine des plus grands scientifiques de la Grande-Bretagne, on peut lire ceci qui est à examiner de près :
« Il y a peur d’activités humaines qui ne conspirent contre la stabilité de l’écosphère, et qui ne concourent ainsi à sa dégradation systématique. Au lieu d’aller à contre-courant de la tendance inexorable à l’entropie, comme l’a fait l’écosphère au cours des quelques milliards d’années de l’évolution, la société industrielle tend à l’accélérer » (p. 88).
Sur l’analyse globale effectuée par l’équipe anglaise de la revue The Ecologist voir notamment Nicholas Wade, « Edward Goldsmith : Blueprint for a De-industrialized Society », in Science, 1976, vol. 190, no 4213, pp. 447-450.

78 N. Georgescu-Roegen, « Energy and Economic Myths », in The Southern Economic Journal, 1975, XLI, 3, pp. 347-381. Cet article qui est l’intervention de N. Georgescu-Roegen dans la controverse de 1972 sur l’environnement est sans doute l’étude la plus approfondie discutant les questions mises au jour par le rapport The Limits to Growth, à propos duquel on se rappelle les sarcasmes de l’establishment des économistes.
L’étude « Energy and Economic Myths » fut republiée par The Ecologist, 1975, nos 5 et 7, pp. 164-174 et pp. 245-252.
Elle est reproduite, comme le titre l’indique, dans Energy and Economie Myths. Institutional and Analytical Economic Essays, (1976), pp. 3-36.
Les deux études La loi de l’entropie et le problème économique et L’énergie et les mythes économiques doivent paraître prochainement aux éditions du Seuil. Traduction et introduction d’Ivo Rens et Jacques Grinevald.

79 Voir N. Georgescu-Roegen, « Energy and Economie Myths », op. ci. Donne de nombreuses références sur cette question et un point de vue très pertinent. La loi de l’entropie concerne l’énergie et la matière.
Un point de vue assez catastrophiste, dans un but stratégique, est donné par Fakhruddin Ahmed, « Les métaux et l’avenir de l’humanité », in La Recherche, 1976, 73, pp. 1046-1052.

80 Karl Marx (1818-1883) publia le premier volume du gigantesque ouvrage prévu intitulé Das Kapital en 1867. La loi de l’entropie, dont l’énoncé célèbre de Clausius ne date que de 1865, n’était pas encore diffusé hors du cercle restreint des initiés. Depuis 1850, la nouvelle théorie mécanique de la chaleur se développait d’ailleurs dans un climat philosophique extrêmement confus et un certain nombre de querelles qui à vrai dire étouffaient les aspects économiques de la découverte de Sadi Carnot. Dans les Lettres sur les sciences de la nature de Marx et d’Engels (Editions Sociales, 1973), on peut constater l’intérêt des fondateurs du matérialisme historique pour « la mutation des forces naturelles, notamment de la chaleur en force mécanique » (p. 71) et leur méconnaissance des conséquences métaphysiques et économiques du principe de Carnot et du concept d’entropie. Il faut attendre l’année 1882 pour voir Engels faire une distinction physique entre l’agriculture et les activités industrielles, mais on sait que La Dialectique de la Nature repose sur une conception du monde physique qui nie la loi de l’entropie !
Comme le relève N. Georgescu-Roegen, la représentation analytique du processus économique est également mécaniste dans le Capital, elle repose sur une conception circulaire, comme les classiques. Voir Oeuvres de Karl Marx, La Pléiade, t. 1, 1963, p. 931 et passim et t. 2, 1968, p. 501 et ss. Avec l’idée centrale que c’est le Travail qui est la racine de la valeur économique, Marx imposera l’illusion que la nature offre à l’homme des ressources gratuites. Il y avait plus de bon sens dans la position des physiocrates et même de William Perty (1623-1687) qui écrivait « Labour is the Father and active principle of Wealth, as hands are the Mother ».
« Treatise on Taxes and Contributions », in The Economic Writings of Sir William Petty, ed. CH. Hull, Cambridge University Press, 1899, vol. I, p. 68.
On peut considérer que c’est avec la Révolution industrielle que se perd cette idée que l’homme doit ses richesses à la nature autant qu’à son travail. En ce sens, l’économie politique opérera une rupture avec les physiocrates, tout en conservant paradoxalement le modèle de la circularité, comme en témoigne la représentation du processus économique dans les manuels de l’enseignement actuel. Le positivisme et la division des sciences du xixe siècle occulteront la contradiction dans laquelle se développera la théorie économique avec l’ambition mathématique et mécaniste des Néoclassiques des années 1870, contemporaine donc des travaux du physicien Boltzmann pour restaurer le paradigme mécaniste ébranlé par le deuxième principe de la thermodynamique. Les économistes néo-classiques sont ainsi solidaires d’une Weltanschauung qui triomphera au xxe siècle avec la mécanique statistique et ce faisant ils contribuent à l’étouffement de la révolution carnotienne et de ses conséquences pour le développement économique de l’humanité.
Voir également les schémas donnés par N. Georgescu-Roegen dans :
« The Steady Sate and Ecological Salvation : A Thermodynamic Analysis », in BioScience, Avril 1977, vol. 27, no. 4, pp. 266-270.

Table des illustrations

Titre 1. SCHEMA MECANIQUE DE L'ECONOMIQUE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Acheter