Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Révolution industrielle, technologie de la puissance et révolutions scientifiques essaie de bibliographie critique

B. Le Développement de la thermodynamique

Jacques Grinevald

Texte intégral

  • 32 L.T.C. Rolt, Victorian Engineering, Harmondsworth, Pelican Book, 1974, p. 56. (Date de 1970).
    L’expr (...)

« I sell, Sir, » Matthew Boulton once remarked to George III, what all the world desires — power. »
L.T.C. ROLT32

  • 33 Archie Clow, « The Industrial Background to John Dalton », in John Dalton & the Progress of Science (...)

« The Industrial Revolution was not solely a material revolution: it was also a thermodynamic revolution. »
Archie CLOW33

1Le syndrome de crise du développement que tout le monde ressent plus ou moins confusément — et dont l’aspect énergétique ne fait que dévoiler la dimension biophysique — réclame des « études du développement » une perspective capable de surmonter le clivage entre sciences sociales et sciences naturelles (partition qui date précisément de la révolution industrielle). Quelques chercheurs pensent aujourd’hui qu’une réflexion sur le développement de la thermodynamique peut contribuer à l’analyse de cette révolution industrielle dans laquelle s’enracine la crise actuelle.

2Cependant cette analyse suppose une déconstruction de l’idéologie de l’industrialisation et tout d’abord du paradigme mécaniste qui lui est lié. Cette idéologie moderne occulte la nature de la révolution industrielle. Nos sciences sociales méconnaissent ainsi la dimension physique de cette transformation radicale dans l’histoire humaine de la nature. On a analysé la transformation de l’état de société par le capitalisme industriel, mais on n’a pas fait la théorie critique de la transformation de l’état de nature par la révolution industrielle. Ce faisant, toute la doctrine de la croissance économique se retrouve en contradiction avec la plus industrielle des théories physiques : la thermodynamique. Le problème entropique est tout simplement escamoté et la doctrine dominante du développement économique rejoint, comme le démontre l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen, les mythes. A vrai dire l’idéologie de l’industrialisation indéfinie masque les conséquences de la révolution thermodynamique qui accompagne la révolution industrielle. Nous pouvons l’appeler révolution carnotienne puisque aussi bien elle traduit une révolution militaro-industrielle.

  • 34 Voir Claude Fohlen, Qu’est-ce que la révolution industrielle ? Paris, Robert Laffont, coll. Science (...)
  • 35 Voir J.R. Ravetz, Scientific Knowledge and its Social Problems, Harmondsworth, Penguin University B (...)

3Dans l’Europe des années 1820, avant même que ne soient associés les termes de « révolution » et d’« industrie »34, la science, elle aussi en crise, traduisait le bouleversement du monde. Avec Sadi Carnot, le feu passait soudain du monde de la machine à la machina mundi. D’horloge parfaite, de machine froide et réversible, l’univers devenait une machine de Carnot, mais l’Académie des sciences n’y vit que du feu. La Restauration étouffa l’avènement de la science de la chaleur. La bourgeoisie du xixe siècle rêvait de classicisme, ce faisant elle refoulait le traumatisme de la naissance de la civilisation de la puissance issue de la double révolution industrielle (anglaise) et politico-militaire (française). En maintenant la vision mécanique du monde et son paradigme de l’équilibre, la culture dominante du xixe siècle répéta l’affaire Galilée, mais cette fois à propos de Carnot. Le mécanisme et l’idéologie du progrès qui s’annexa l’évolutionnisme biologique refoulèrent la révolution carnotienne et la découverte tragique de la loi de l’entropie. Le scientisme néoclassique occulta la nouveauté épistémologique de la thermodynamique tout en interdisant toute réflexion critique sur les transformations institutionnelles et idéologiques de la science occidentale35.

  • 36 Voir Ladislao Reti, « Leonardo da Vinci the Technologist: The Problem of Prime Movers », in Leonard (...)
  • 37 Jacques Grinevald, « La révolution carnotienne. Thermodynamique, économie et idéologie », in Revue (...)
  • 38 De même que Léonard de Vinci était contemporain de Machiavel, Sadi Carnot était le contemporain de (...)
  • 39 John U. Nef, La route de la guerre totale. Essai sur les relations entre la guerre et le progrès hu (...)

4Dans le même temps, l’idéologie de l’industrialisation refoula la filiation du système industriel et du système militaire. Auguste Comte se trompait sur toute la ligne. La puissance du feu des machines de l’industrie ne remplaçait pas la puissance de feu des canons, elle la dédoublait, déplaçant l’ordre de la puissance sur une autre échelle de complexité. L’industrialisation de l’activité scientifique elle-même ne rompait nullement avec l’arsenal où la science moderne était née. Avec la révolution française et anglaise, l’arsenal avait pris les dimensions de l’Etat-nation. Le développement de la thermodynamique trouvait sa préhistoire dans une machine de guerre : le canon se retrouvait « ancêtre » des moteurs industriels36. Le fameux architronito (canon à vapeur) de Léonard de Vinci pourrait bien être le symbole de l’aspect militaire de la « révolution de la vapeur » dont Sadi Carnot, lui aussi ingénieur militaire, voyait la valeur stratégique et d’une manière plus lucide que son contemporain le général Clausewitz. Ainsi, dans la (thermodynamique cachée de l’Occident, la puissance motrice du feu succède à la puissance destructrice du feu, mais elle ne l’abolit nullement, bien au contraire, elle la démultiplie sur une échelle entropique. Avec la révolution carnotienne, de Carnot la guerre et de Carnot la science — et l’économie étant une nouvelle science de la guerre, la puissance repose sur la destruction. La découverte de l’entropie (destruction de l’énergie utilisable) s’inscrit dans ce qui pourrait bien être le dernier mot de la philosophie thermodynamique37. La technologie de l’énergie est, dans tous les sens du terme, une stratégie de la puissance38 : avec la « guerre totale »39 elle clôt l’histoire.

  • 40 Voir Michel Serres, « Trahison : la thanatocratie », in Hermès III, La traduction, op cit., pp. 73- (...)

5Avec Galilée, lui-même héritier d’Archimède et d’une tradition guerrière tout aussi grecque que la géométrie euclidienne, la science moderne s’est installée dans un arsenal et elle n’en est toujours pas sortie40. Que notre philosophie naturelle occidentale soit une affaire d’ingénieurs militaires philosophes, nous avons de la peine aujourd’hui à imaginer ce que cela signifie dans la pluralité des mondes inventés par l’esprit humain, cet esprit dont la psychologie génétique nous montre bien qu’il n’a rien d’immuable. L’histoire des sciences, vue dans la perspective interculturelle de l’anthropologie structurale, nous invite à prendre acte d’un évènement tragique dans l’histoire intellectuelle de l’humanité. Peu importe sa date puisque désormais nous en sommes tous les héritiers.

6La science dont tout le monde se réclame n’est pas seulement polémique, come le disait Bachelard, elle est tout aussi bien polémologique. Michel Serres l’explicite : « le discours de la méthode est une science de la guerre ». Ce serait peut-être cela la trahison du christianisme, son héritage occidental, sa grécité, son agressivité. La rencontre des Européens et des Autres a mis le monde à la raison, la raison du plus fort. D’où la revendication du transfert de technologie, la force de la raison. La réforme à entreprendre est autrement plus bouleversante que celle d’un nouvel ordre économique international. Elle a les dimensions de l’histoire de cette raison qui prétend que le réel est rationnel et oublie qu’il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre que n’en contiennent toutes les philosophies.

7C’est dans la très ancienne tradition des arts mécaniques que surgira la nouveauté thermodynamique. Ce ne sera pas un hasard si le premier théoricien en sera un ingénieur militaire. Il sera également fatal que l’innovation conceptuelle soit annexée aux schèmes classiques : la mécanique précédait historiquement la thermodynamique, on ne comprit pas l’inversion de la science qui démontrait soudain que logiquement la thermodynamique précédait la mécanique. Avec la théorie mécanique de la chaleur, le mouvement reste premier. La conservation de l’énergie prend la première place, alors que Sadi Carnot fonde la nouvelle science sur la chute de la chaleur et sa dégradation. Le malentendu est au cœur de la confuse histoire du développement de la thermodynamique dont la pratique précède la théorie d’un intervalle lourd de conséquences.

  • 41 Paradigme, lié au positivisme et à l’idéologie de l’industrialisation, qui dominait, jusqu’à une da (...)

8Le développement de la thermodynamique, à commencer par celui de la machine à vapeur, infirme nettement le paradigme de l’indépendance de l’histoire des sciences et de l’histoire des techniques avant 185041. Ce dogme plus ou moins explicite, qui revient à « neutraliser » ladite Révolution scientifique européenne deux siècles durant, masque en fait la spécificité de cette transformation intellectuelle et sociologique et réduit singulièrement la complexité du développement technologique.

  • 42 Voir Joseph Needham, « The Pre-Natal History of the Steam-Engine », in Clerks and Craftsmen in Chin (...)
  • 43 Robert Merton, Science, Technology and Society in the Seventeenth-Century England, New York, Harper (...)
  • 44 Milton Kerker, « Science and the steam engine », in Technology and Culture, 1961, 2, pp. 381-390.

9San remonter trop loin dans les origines de la machine à vapeur42, une analyse sociologique de la science (pour la Grande-Bretagne du xvlle siècle) montre que « the prehistory of the steam engine clearly illustres the modes of interaction between science and technology »43. Bien que développée dans une période scientifique pré-thermodynamique, l’histoire de la machine à vapeur montre que : « The connections between science and the steam engine technology were neither simple nor were static. But one thing is certain. Steam engine technology cannot be considered apart from the body of science »44.

  • 45 D.S.L. Cardwell, From Watt to Clausius. The Rise of Thermodynamics in the Early Industrial Age, Ith (...)

10Désormais l’historiographie conjointe des sciences et de la technologie présente le développement de la thermodynamique, en pratique et en théorie, dans son contexte historique, c’est-à-dire en faisant voir l’émergence de la thermodynamique (de la pratique et de la théorie de la puissance) à l’intérieur d’un contexte culturel qui est celui des débuts de l’industrialisation45. Comme le montre clairement Donald S. L. Cardwell, c’est l’ensemble de la technologie de l’énergie (power technologies) qui bénéficie dès la fin du xviie siècle de la nouvelle science galiléenne, puis, au xviiie siècle, de la science newtonienne et des nombreuses recherches de dynamique qu’elle suscite tant chez les savants que chez les ingénieurs.

  • 46 C’est le titre de quelques grands traités : B. Forest de Belidor, Architecture hydraulique, Paris, (...)

11Cette histoire qui retrace le difficile dialogue de la théorie et de la pratique donne à voir un fait hautement significatif : le développement de la thermodynamique, jusqu’à Sadi Carnot, a lieu au sein d’une tradition technologique et scientifique dominée par un paradigme qui se trouve magnifiquement illustré par l’Architecture Hydraulique46. Cette expression recouvre au xviiie siècle, et encore au début du xixe siècle, ce que nous appelons l’ingénierie mécanique (mechanical engineering). Elle concentre une profusion de valorisations culturelles sur lesquelles il n’est pas possible de s’arrêter ici et qui sont à vrai dire assez manifestes. C’est le monde classique par excellence, un système du monde. La métaphore hydraulique est aux débuts de la thermodynamique dite précisément classique. Elle entrainera confusions et malentendus. Heuristique chez le fils de Lazare Carnot (Sadi compare la chute de la chaleur entre la chaudière et le condenseur à la chute d’eau dans une machine hydraulique), la métaphore hydraulique, qui jouit du privilège de l’ancienneté, aura, dans la culture du xixe siècle, une fonction idéologique. La métaphore mécanique du moulin refoulera la nouveauté de l’âge thermodynamique, à savoir la transformation entro-pique du monde. Masquée par l’alliance de la découverte de la conservation de l’énergie et de la métaphysique classique de l’immuabilité du monde, la découverte de l’entropie, de sa croissance irréversible, restera incomprise, pratiquement jusqu’à la deuxième guerre mondiale, alors que son universalité était affirmée dès le milieu du xixe siècle.

  • 47 Voir Abel Rey, Le retour éternel et la philosophie de la physique, Paris, Flammarion, 1927.
  • 48 Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour, Paris, Gallimard, Idées, 1969. Jorge-Luis Borges, Hist (...)
  • 49 En 1824, Thomas Tredgold préparant la charte de l’Institution of Civil Engineers, définissait l’ing (...)

12Ce qui persiste dans le paradigme mécaniste, c’est la mythologie du moulin, figure circulaire, clepsydre réversible. D’où le renouveau des philosophies de l’Eternel retour lorsque la théorie cinétique des gaz traduit le principe de Carnot en termes probabilistes47. A vrai dire, la mythologie nie, par définition, le problème entropique qui n’est rien moins que le tragique de la finitude humaine48. Les avatars du cercle, dont on connait la vivacité dans la philosophie de la technologie ou dans le célèbre Tableau économique des physiocrates, traduisent le temps d’une certaine histoire, celui précisément du refoulement de l’histoire et de la « flèche du temps ». Le temps de l’âge thermodynamique, après Carnot, brise le cercle des temps du mythe, la technologie industrielle de la puissance met le feu à l’histoire de l’éternité. L’affaire touche alors à la religion, à la tradition judéo-chrétienne : la cosmologie thermodynamique ravive le mythe formateur de l’Occident. Prométhée déchaîné (D. S. Landes), la conquête du monde par le feu. Bachelard n’a pas clos la psychanalyse de feu : il a oublié le feu carnotien, celui de la puissance thermodynamique. La civilisation de la puissance du feu, la société chaude, masque sous le dogme mécaniste sa quête alchimique de la transformation du monde49. L’idéologie du progrès matériel, du développement indéfini des forces productives, sa révèle être, après la révolution carnotienne, un étrange archaïsme culturel. Il serait temps de le comprendre avant la survenue du feu thermonucléaire.

  • 50 L’ouvrage qui fait désormais autorité sur cette question est : Richard L. Hills, Power in the Indus (...)
  • 51 Voir les travaux de D.S.L. Cardwell (1965, 1971, 1972).
  • 52 Voir Fred Cottrell, Energy and Society. The Relation Between Energy, Social Change, and Economic De (...)

13Un biais ethnocentrique nous avait fait perdre de vue la technologie et la science de la société européenne pré-industrielle. De nos jours, la recherche historiographique réévalue la nature et l’importance de la mécanique froide, hydraulique, qui précède la mécanique chaude, thermodynamique. C’est ainsi qu’il est désormais démontré que la Révolution industrielle anglaise ne commence pas avec « la révolution de la vapeur », postérieure à 1800 en fait, mais avec la technologie hydraulique50 dont on souligne les aspects scientifiques51. La technologie thermodynamique ne prendra l’avantage — et le développement que l’on sait qu’à la faveur précisément de ladite Révolution industrielle. La machine à vapeur sera bien la clé énergétique de l’industrialisation52 mais non on ne sait quelle détermination technologique.

  • 53 E.M. Carus-Wilson, « An Industrial Revolution of the Thirteenth-Century », in Economic History Revi (...)
  • 54 Joseph Needham, Science and Civilisation in China, vol. IV, Physics and Physical Technology, II, Me (...)

14Ce qui veut dire qu’il y a bien un lien entre révolution industrielle et thermodynamique, mais pas celui que l’on croit généralement et qui dérive de la mythologie de la machine à vapeur, largement diffusée par Marx. Par ailleurs, la notion de « révolution industrielle » ne peut être exportée sans confusion dans une société qui utilise la force hydraulique comme le font certains médiévistes53. D’une part, les travaux de Joseph Needham sur la technologie hydraulique chinoise54 ne permettent pas ce déterminisme technologique et d’autre part c’est oublier le caractère non-médiéval de l’hydraulique anglaise (et française) vers la fin du xviiie siècle. Les rapports entre la révolution industrielle et la thermodynamique ne dérivent pas de la technique mais de la science, de la théorie qui nous permet de comprendre la nature thermodynamique de cette transformation brutale dans l’histoire humaine de la nature.

15Au début du xixe siècle, la situation n’était pas aussi évidente, elle était confuse et la théorie pertinente manquait. Des deux technologies, froide et chaude, nul ne connaissait l’avenir. L’alternative était incertaine. Le changement résistait aux catégories traditionnelles d’une culture dont les prémisses technologiques puisaient dans l’architecture hydraulique et la cosmologie dans l’univers mécanique des newtoniens.

  • 55 Sadi Carnot, Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer ce (...)
  • 56 La rupture de la révolution carnotienne s’inscrit d’abord dans une filiation entre Lazare et Sadi C (...)

16Dans les premières pages de ses Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance55, le fils du général Carnot décrivait parfaitement l’intuition romantique d’un monde qui finissait, celui de la société classique, hydraulique, et d’un nouveau monde, celui de la puissance motrice du feu, qui réclamait une nouvelle science. Sadi Carnot (1796-1832) publia son mémoire en 1824, l’année qui suivit la mort de son père (et celle de Ricardo)56.

  • 57 Contrairement donc à une opinion largement répandue depuis la diffusion de la philosophie néo-mécan (...)
  • 58 Voir I. Rens et J. Grinevald, « Réflexions sur le catastrophisme actuel », in Pour une histoire qua (...)

17L’avènement de l’âge thermodynamique, dans lequel nous sommes plus que jamais57, fut occulté par l’idéologie du capitalisme industriel, alors qu’il entraînait, comme nous commençons à le découvrir, une série impressionnante de conséquences qui peuvent être réunies dans une problématique globale que nous pouvons appeler la thermodynamique du développement. L’approche historique de la socio-épistémologie tente de comprendre l’émergence et la diffusion culturelles de la loi de l’entropie issue des Réflexions de Sadi Carnot en 1824. Il s’agit en effet d’expliquer, si faire se peut, l’étouffement par la culture dominante du xixe siècle européen de la science la plus industrielle des sciences. Comment et pourquoi l’idéologie de la Révolution industrielle refoula la théorie scientifique de sa pratique technologique. Un certain nombre de chercheurs travaillent actuellement à l’élucidation de cette question capitale pour la crise du système scientifico-militaro-industriel qui s’annonce58.

  • 59 Michel Serres, « Les sciences », in Faire l’histoire, sous la direction de J. Le Goff et P. Nora, P (...)
  • 60 Joseph Fourier (1768-1830) tient une place charnière ; il est aujourd’hui considéré comme le fondat (...)
  • 61 Voir N. Georgescu-Roegen (1971). Nous donnons les références des principaux travaux de cet auteur d (...)

18Il devient de plus en plus clair que les origines de la transformation actuelle de la pensée scientifique occidentale s’enracinent dans la période romantique du début du xixe siècle qui ébranla également la science classique59. Après la Théorie analytique de la chaleur (1822) de Joseph Fourier60, qui introduisait une irréversibilité de fait dans la science rationnelle, mais surtout après Sadi Carnot qui introduisait une irréversibilité de droit (le postulat de l’impossibilité du mouvement perpétuel de deuxième espèce), le système du monde, comme on disait à l’époque de Laplace, ne pouvait plus être cartésien : le mécanisme sur lequel reposait l’idéologie de l’industrialisation s’effondrait avec la Révolution industrielle et thermodynamique. L’ordre bourgeois, si bien nommé Restauration, censura cette vérité de mille manières. Le domaine le plus concerné par la thermodynamique, à savoir le fondement matériel de la vie des hommes, le processus économique, pourtant lié à la technologie thermodynamique, fut unanimement écarté du débat qui suivit l’établissement officiel des principes de la théorie mécanique de la chaleur61. La métaphysique et même la théologie se retrouvaient, comme au bon vieux temps de l’affaire Galilée, mêlées aux découvertes scientifiques dont les éponymes étaient Darwin et Carnot. La dispute concernait le sens de l’histoire, l’évolution, le progrès, le commencement et la fin du monde, on parlait de l’univers, on oubliait la Terre et l’action de l’homme dans la biosphère : on vivait encore la Conquista et l’Occident impérialiste demeurait ptoléméen.

Notes

32 L.T.C. Rolt, Victorian Engineering, Harmondsworth, Pelican Book, 1974, p. 56. (Date de 1970).
L’expression est célèbre. En fait, on la trouve sous diverses formes. Boulton aurait écrit également à l’impératrice Catherine de Russie : « I am selling what the whole world want : power. » Cité dans An Index of Possibilities. Energy and Power, New York, Pantheon Books, 1974, p. 94.
Sur l’association Watt-Boulton, voir F.M. Scherer, « Invention and Innovation in the Watt-Boulton Steam-Engine Venture »,
in Technology and Culture. An Anthology, edited by Melvin Kranzberg and William H. Davenport, New York, Schocken Books, 1972, pp. 292-317.

33 Archie Clow, « The Industrial Background to John Dalton », in John Dalton & the Progress of Science, edited by D.S.L. Cardwell, Manchester, New York, Manchester University Press, Barnes & Nobles, 1968, p. 133.
(Une étude parmi d’autres du même auteur qui souligne les relations entre chimistes et industriels au xviiie siècle.)

34 Voir Claude Fohlen, Qu’est-ce que la révolution industrielle ? Paris, Robert Laffont, coll. Science nouvelle, 1971, pp. 15-35.

35 Voir J.R. Ravetz, Scientific Knowledge and its Social Problems, Harmondsworth, Penguin University Books, 1973, 449 p. (Cet ouvrage est publié an 1971, est l’une des meilleures introductions aux problèmes sociaux de la science occidentale moderne).
Voir aussi Michel Serres, Hermès IV, La distribution, op. cit.

36 Voir Ladislao Reti, « Leonardo da Vinci the Technologist: The Problem of Prime Movers », in Leonardo’s Legacy, an International Symposium, edited by C.D. O’Malley, Berckeley and Los Angeles, University of California Press, 1969, pp. 67-100. Et Carlo M. Cipolla, Guns and Sails in the Early Phase of European Expansion, op. cit.
Lynn White écrit : « L’importance du canon ne repose pas seulement sur la puissance qu’il développait et que l’on appliquait à des fins militaires : machine monocylindrée, à combustion interne, c’est l’« ancêtre » de tous les moteurs modernes de ce type. Léonard de Vinci, le premier, essaya de remplacer le boulet par un piston ». (Technologie médiévale et transformations sociales, op. cit., p. 116).

37 Jacques Grinevald, « La révolution carnotienne. Thermodynamique, économie et idéologie », in Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto, 1976, 36, pp. 39-79.

38 De même que Léonard de Vinci était contemporain de Machiavel, Sadi Carnot était le contemporain de Clausewitz. Symboles de deux niveaux énergétiques dans le développement de l’Occident. Bien plus, tandis que le général Clausewitz forgeait la théorie de la puissance de la stratégie, Sadi Carnot posait la première pierre de la théorie de la stratégie de la puissance, inaugurant l’âge thermodynamique de la science. La filiation de Sadi Carnot et de son père, le grand Carnot, ministre de la Guerre, organisateur des armées révolutionnaires, partisan de la « guerre à outrance », de la « nation armée », technologue et éminent mathématicien, mérite quelques réflexions, alors que l’historiographie a l’habitude d’opérer un clivage entre Lazare Carnot militaire et homme d’Etat et Lazare Carnot savant.
Par ailleurs, l’expression anglaise de power technology est plus pertinente que l’expression usuelle en français de technologie de l’énergie. La crise de l’énergie est une crise de la puissance, une crise donc tout à la fois physique, technologique, politique et militaire.

39 John U. Nef, La route de la guerre totale. Essai sur les relations entre la guerre et le progrès humain, Paris. Armand Colin, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, 1949, p. 62 ss.
Voir aussi SE. Finer, The Man on Horseback. The Role of the Military in Politics, Harmondsworth, Peregrine Books, second, enlarged edition, 1976, pp. 187-200. Et Jean-Jacques Salomon, Science et politique, Paris, Seuil, 1970, pp. 50-56.

40 Voir Michel Serres, « Trahison : la thanatocratie », in Hermès III, La traduction, op cit., pp. 73-104 ; et Hermès IV, La distribution, op. cit., Pour information : Robin Clarke, La course à la mort ou la technocratie de la guerre, traduit de l’anglais, Paris, Seuil, 1972, 400 p. Du même auteur : « L’urgente nécessité d’une « contre-technologie », in Impact, science et société, 1973, 23, pp. 283-299.
Un document très intéressant du milieu du xve siècle est à mettre au dossier de l’histoire du concept de transfert de technologie ; on y voit bien la dimension militaire puisque aussi bien cette « demande » suppose la perception d’un déséquilibre dans l’ordre de la puissance. Voir A. G. Keller, « A Byzantine Admirer of Western Progress: Cardinal Bessarion », in Cambridge Historical Journal, 1955, 11, pp. 343-348. Aussi CM. Cipolla, Clocks and Culture, 1300-1700, London, Collins, 1967, pp. 26-28.
Dans son ouvrage trop peu connu sur La guerre et le progrès humain (1950, traduction française, Paris, Alsatia, 1955), l’historien de la civilisation industrielle John U. Nef se demandait : « Comment la maîtrise grandissante des Européens sur leurs ressources industrielles se trouva-t-elle liée à leur puissance croissante de destruction ? » (p. 15). Dans l’interprétation de cet historien de l’Université de Chicago une étape décisive serait franchie pour l’activité scientifique vers 1740. Le symbole de l’alliance de la science et de la guerre pouvant être Leonhard Euler (1707-1783), sans doute le plus grand savant du siècle des Lumières et assurément un bon serviteur du despotisme éclairé, à Berlin et à Saint-Petersbourg. Sa traduction du meilleur ouvrage d’artillerie de l’époque, à savoir les New Principles of Gunnery du mathématicien anglais Benjamin Robins, qu’il augmente de volumineux « suppléments » très savants, tient, au dire des spécialistes, une place en effet importante dans l’histoire de la balistique. De plus les contributions d’Euler à la marine de guerre et au génie militaire sont également importantes. (On jugera d’ailleurs de la pertinence de ces remarques anecdotiques en contemplant bientôt l’effigie de ce savant bâlois sur les nouveaux billets de dix francs de la Banque Nationale Suisse !). Cependant, même si on assiste après 1740 à une collaboration de plus en plus étroite des institutions militaires et des savants mathématiciens et si la génération de Monge et de Lazare Carnot conduira effectivement l’Europe sur « la route de la guerre totale », il faut reconnaître, comme l’écrit un auteur qui généralement pèse ses mots, que « le pacte de la science et de la guerre, que tant de savants maudissent depuis Hiroshima, était noué dès l’origine même de la pensée scientifique moderne et cette constatation ne rend pas moins grave la question de la place de la science dans la civilisation ». (Jacques Merleau-Ponty, Leçons sur la genèse des théories physiques, Galilée, Ampère, Einstein, Paris, Vrin, 1974, p. 56). Mais n’est-ce pas aussi un aspect de la tradition néoplatonicienne ? On connaît le système d’éducation de la Cité idéale de Platon. On peut lire dans La République (525a) : « Mais notre gardien est à la fois guerrier et philosophe ? Sans doute. Il conviendrait donc, Glaucon, de prescrire cette étude (les mathématiques) par une loi, et de persuader à ceux qui doivent remplir les plus hautes fonctions publiques de se livrer à la science du calcul, non pas superficiellement, mais jusqu’à ce qu’ils arrivent, par la pure intelligence, à connaître la nature des nombres ; et de cultiver cette science non pas pour la faire servir aux ventes et aux achats, comme les négociants et les marchands, mais pour l’appliquer à la guerre, et pour faciliter la conversion de l’âme du monde de la génération vers la vérité et l’essence. » Lorsque Lazare Carnot, dans son Eloge de Vauban (1784), célèbrera les qualités d’un homme qui excelle comme « guerrier, géomètre et homme d’Etat », il traduit une civilisation imprégnée du mythe de la Cité idéale platonicienne. Et il en sera de même lorsque le grand Conventionnel proclamera au Comité de Salut Public : « Tout citoyen est né soldat ». Assurément Sadi Carnot, le père de la thermodynamique, héritait d’un père qui avait une forte philosophie de l’Etat. Or le génie civil n’est qu’une différenciation, contemporaine de la révolution industrielle, du génie qui est tout d’abord militaire.

41 Paradigme, lié au positivisme et à l’idéologie de l’industrialisation, qui dominait, jusqu’à une date récente, tout notre historiographie (de la science, de la technique, de l’économie). Les deux grands traités usuels : Ch. Singer et alii., A History of Technology, vol. IV, The Industrial Revolution c. 1750 to c. 1850, Oxford, Clarendon Press. 1958 ; et M. Daumas, ed., Histoire générale des techniques, Paris, PUF, vol. III, 1968. Egalement D. Furia et P.-Ch. Serre, Techniques et sociétés, liaisons et évolutions, op. cit. En histoire économique, cette position est largement répandue, voir , pour exemple : Paul Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, Paris, Mouton. 4e éd., 1974 (Date de 1963). Le Tiers Monde dans l’impasse. Le démarrage économique du xviiie au xxe siècle, Paris, Gallimard, Idées, 1971.
En histoire des sciences, cette question entraina, à partir des années 1930, une « crise » entre « internalistes » et « externalistes » qui est loin d’être résolue malgré l’évolution des idées sur les rapports entre la science et la culture.

42 Voir Joseph Needham, « The Pre-Natal History of the Steam-Engine », in Clerks and Craftsmen in China and the West, op. cit., pp. 136-202.

43 Robert Merton, Science, Technology and Society in the Seventeenth-Century England, New York, Harper Torchbooks, 1970, p. 152. (Un ouvrage désormais classique de la sociologie de la science. Première publication, 1938).

44 Milton Kerker, « Science and the steam engine », in Technology and Culture, 1961, 2, pp. 381-390.

45 D.S.L. Cardwell, From Watt to Clausius. The Rise of Thermodynamics in the Early Industrial Age, Ithaca, New York, Cornell University Press. 1971, 336 p.
Voir aussi, du même auteur :
Steam Power in the Eighteenth Century. a Case Study in the Application of Science, London, Sheed & Ward, 1963 ; Technology, Science and History, op. cit.; « power Technologies and the Advance of Science, 1700-1825 », in Technology and Culture, 1965, 6, pp. 188-207; « power and Textiles in the Industrial Revolution », in L’acquisition des techniques par les pays non-initiateurs, Colloque du CNRS, Pont-A-Mousson, 1970, Paris, Editions du CNRS, 1973, pp. 35-51.
D.S.L. Cardyell and Richard L. Hills, « Thermodynamics and
Praticai Engineering in the Nineteenth Century », in History of Technology, UMIST, London, Man-sell, 1976, pp. 1-20.

46 C’est le titre de quelques grands traités : B. Forest de Belidor, Architecture hydraulique, Paris, 4 vols., 1737-1753 ; réédité avec d’importants commentaires par C.L. Navier en 1816-1819 ; G. Riche de Prony, Nouvelle Architecture Hydraulique, Paris, 2 vols., 1790 ; R. Woltman, Beiträge zur hydraulischen Architectur, Göttingen, 1791-1799. A noter que l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert présente une « machine à feu » anglaise sous la rubrique Hidraulique. Pour approfondir une question qui réclame encore des recherches, voir les travaux de Cardwell déjà cités, Hills (1970) et : Hunter Rouse and Simon Ince, History of Hydraulics, New York, Dover, 1963, 269 p. Norman Smith, Man and Water. A History of Hydro-Technology, New York, Scribner, 1976, 242 p. Roger Hahn, L’hydrodynamique au xviiie siècle. Aspects scientifiques et sociologiques, Conférence du Palais de la Découverte, Paris, 1964, 27 p. Plus difficile mais très intéressant pour les rapports entre mécanique rationnelle et mécanique expérimentale : Wilson L. Scott, The Conflict Between Atomism and Conservation Theory, 1644-1860, London, New York, Macdonald et Elsevier, 1970, 312 p.
Voir aussi, bien entendu, A.E. Musson et Eric Robinson, Science and Technology in the Industrial Revolution, op. cit., surtout chap. I et II.

47 Voir Abel Rey, Le retour éternel et la philosophie de la physique, Paris, Flammarion, 1927.

48 Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour, Paris, Gallimard, Idées, 1969. Jorge-Luis Borges, Histoire de l’infamie. Histoire de l’éternité, traduit de l’espagnol, Paris, 10/18, 1971.
Gille Lapouge, Utopie et civilisations, Paris Weber, 1973. Anada K. Coomaraswamy, Le temps et l’éternité, traduit de l’anglais, Paris, Devry-Livres, 1976.
Giorgio de Santillana and Hertha von Dechend, Hamlet’s Mill. An Essay on Myth and the Frame of Time, Boston, Gambit, 1969. (Admirable).
Claude Levi-Strauss écrit notamment : « La deuxième loi de la thermodynamique ne s’applique pas au champ des opérations mythiques : les procès y sont réversibles et l’information qu’ils véhiculent ne se dégradent pas ; elle passe simplement à l’état latent. »
(L’homme nu, Paris, Plon, 1971, p. 190).

49 En 1824, Thomas Tredgold préparant la charte de l’Institution of Civil Engineers, définissait l’ingénierie comme « the art of directing the Great Sources of Power in Nature for the use and convenience of man. » Cité par Lord Hinton of Bankside, Engineers and Engineering, London, Oxford University Press, Science and engineering policy series, 1970, p. 1.
L’idéologie technocratique qui domine la société industrielle doit être également analysée dans sa complexité culturelle. A ce propos, on lira avec profit le beau livre de Mircea Eliade, Forgerons et Alchimistes, Paris, Flammarion, 1956.
« Il ne faudrait pas croire, écrit notamment Eliade, que le triomphe de la science expérimentale a réduit à néant les rêves et l’idéal des alchimistes. Au contraire, l’idéologie de la nouvelle époque, cristallisée autour du mythe du progrès infini, accrédité par les sciences expérimentales et par l’industrialisation, cette idéologie qui domine et inspire tout le xixe siècle, reprend et assume, en dépit de sa radicale sécularisation, le rêve millénaire de l’alchimiste. C’est dans le dogme spécifique du xixe siècle — que la vraie mission de l’homme est de changer et de transformer la Nature, qu’il peut faire mieux et plus vite que la Nature — c’est dans ce dogme qu’il faut chercher la suite authentique du rêve des alchimistes. Le mythe sotériologique du perfectionnement et, en définitive, de la rédemption de la Nature, survit, camouflé, dans le programme pathétique des sociétés industrielles, qui visent à la « transmutation » totale de la Nature, à sa transformation en « énergie » (Forgerons et Alchimistes, op. cit., pp. 178-179.
(Cet ouvrage vient heureusement d’être réédité dans la collection Champs, Flammarion. Dans cette nouvelle édition corrigée et augmentée, on lira tout particulièrement le chapitre nouveau à bien des égards « Alchimie, Sciences naturelles et Temporalité ».)

50 L’ouvrage qui fait désormais autorité sur cette question est : Richard L. Hills, Power in the Industrial Revolution, Manchester, Manchester University Press, 1970, 274 p.

51 Voir les travaux de D.S.L. Cardwell (1965, 1971, 1972).

52 Voir Fred Cottrell, Energy and Society. The Relation Between Energy, Social Change, and Economic Development, Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1970, chap. 5 : Steam: Key to the Industrial Revolution.
(Ouvrage pionnier qui date de 1955).

53 E.M. Carus-Wilson, « An Industrial Revolution of the Thirteenth-Century », in Economic History Review, 1941, 11, pp. 38-60. Jean Gimpel, La révolution industrielle du Moyen Age, op. cit.
Lewis Mumford n’élimine pas le malentendu lorsqu’il écrit : « Si la génération de la puissance était un critère, la révolution industrielle moderne aurait commencé au xiie siècle et atteint son équilibre vers le xve siècle. » (Technique et civilisation, op. cit., p. 108.)
Lynn White occulte la révolution thermodynamique lorsqu’il écrit : « La fin du Moyen-Age, c’est-à-dire de l’an 1000 environ jusqu’à la fin du xve siècle, est la période décisive de l’histoire de l’exploration et de l’application des forces de la nature au profit de l’homme. »
(Technologie médiévale et transformations sociales, op. cit., p. 103). Voir l’étude suggestive d’Ivo Rens, « Remarques sur la clôture du temps dans le monachisme médiéval et dans le mouvement écologique contemporain », in Res Publica, 1977, 1, pp. 135-146.

54 Joseph Needham, Science and Civilisation in China, vol. IV, Physics and Physical Technology, II, Mechanical Engineering, London, Cambridge University Press, 1965.
Voir aussi Henry Hodges,
Technology in the Ancient World, Harmondsworth, Pelican Book, 1971. (pour la technique hydraulique grecque et romaine) Norman Smith, Man and Water. A History of Hydro-Technology, New York, Scribner, 1976.
J. Grinevald, « Energie, technologies et sociétés », in Kwartaalschrift, Wetens-chappelijk Onderwijs, Limburg, 1975, 4, pp. 423-435.

55 Sadi Carnot, Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance, Paris, Bachelier, 1824. Edition actuellement disponible, Paris, Blanchard, 1953. Une édition critique, introduite et annotée par Robert Fox doit paraître début 1978 à la Librairie philosophique Vrin, coll. L’histoire des sciences, Textes et Etudes. On trouvera l’état des travaux historiques dans Sadi Carnot et l’essor de la thermodynamique, Table-ronde du CNRS, Ecole polytechnique, Paris, 11-13 juin 1974, Editions du CNRS, 1976, 435 p. Voir aussi : Pietro Redondi, « Sadi Carnot et la recherche technologique en France de 1825 à 1850. Présentation d’un travail de recherche », in Revue d’histoire des sciences, 1976, XXIX/3, pp. 243-259.

56 La rupture de la révolution carnotienne s’inscrit d’abord dans une filiation entre Lazare et Sadi Carnot. Voir Charles Gillispie, « The Scientific Work of Lazare Carnot, and its Influence on that of his Son », in Sadi Carnot et l’essor de la thermodynamique, op. cit., pp. 23-34. Déjà notée par Charles Brunold, L’entropie. Son rôle dans le développement historique de la thermodynamique, Paris, Masson, 1930, pp. 37-41. (Livre toujours utile).

57 Contrairement donc à une opinion largement répandue depuis la diffusion de la philosophie néo-mécaniste des cybernéticiens et des mathématiciens de l’information-marchandise. Voir G. Simondon qui écrit : 1) « Le xixe siècle ne pouvait produire qu’une philosophie technologique technocratique parce qu’il a découvert les moteurs et non les régulations. C’est l’âge thermodynamique. » (p. 128) 2) « Enfin au niveau des ensembles techniques du xxe siècle, l’énergétisme thermodynamique est remplacé par la théorie de l’information, dont le contenu normatif est éminemment régulateur et stabilisateur : le développement des techniques apparaît comme garantie de stabilité. La machine, comme élément de l’ensemble technique, devient ce qui augmente la quantité d’information, ce qui accroît la néguentropie, ce qui s’oppose au désordre, au nivellement de toutes choses tendant à priver l’univers de pouvoirs de changement. La machine est ce par quoi l’homme s’oppose à la mort de l’univers ; elle ralentit, comme la vie, la dégradation de l’énergie, et devient stabilisatrice du monde. » (p. 16) in Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier-Montaigne, coll. Analyse et Raisons, 1958.
Belle illustration de la mythologie techno-industrielle qui prétend inverser la loi thermodynamique de l’entropie !

58 Voir I. Rens et J. Grinevald, « Réflexions sur le catastrophisme actuel », in Pour une histoire qualitative, Etudes offertes à Sven Stelling-Michaud, Genève, Presses universitaires romandes, 1975, pp. 283-321 Mais surtout les travaux de Michel Serres sur le xixe siècle.

59 Michel Serres, « Les sciences », in Faire l’histoire, sous la direction de J. Le Goff et P. Nora, Paris, Gallimard, t. II, 1974, pp. 203-228 ; republié in Hermès IV, La distribution, op. cit., pp. 17-40. Dans cet ouvrage, lire attentivement le chapitre « Moteurs. Préliminaires aux systèmes généraux », pp. 43-62.
Sur les aspects sociologiques de cette transformation, voir :
J.R. Ravetz, Scientific Knowledge and its Social Problems, op. cit., pp. 226-228.
R. Fox, « Scientific Entreprise and the Patronage of Research in France 1800-70 », in The Patronage of Science in the Nineteenth Century, op. cit. pp. 9-51. A la fin du xviiie et au début du xixe siècle, Paris était la capitale scientifique de l’Occident.

60 Joseph Fourier (1768-1830) tient une place charnière ; il est aujourd’hui considéré comme le fondateur de la physique mathématique contemporaine, par opposition à la physique classique dominée par la mécanique rationnelle. Voir surtout le Discours préliminaire qui ouvre son célèbre ouvrage : Théorie analytique de la chaleur, Paris, Firmin Didot, Père et Fils, Libraires pour les Mathématiques, l’Architecture hydraulique et la Marine, 1822. (On remarquera le titre complet des libraires-éditeurs : une illustration de l’image de la science dominante de la fin du xviiie et du début du xixe siècle !).

61 Voir N. Georgescu-Roegen (1971). Nous donnons les références des principaux travaux de cet auteur dans la troisième partie de cet essai. Voir Yehuda Elkana, The Discovery of the Conservation of Energy, London, Hutchinson Educational, 1974, 213 p. Nous traitons cette question dans Les métaphores de l’entropie. Essai sur la révolution carnotienne, à paraître.

Acheter