Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Révolution industrielle, technologie de la puissance et révolutions scientifiques essaie de bibliographie critique

A. La révolution industrielle : un paradigme occidental en question

Jacques Grinevald

Texte intégral

  • 1 Carlo M. Cipolla, Histoire économique de la population mondiale, traduit de l’anglais, Paris, Galli (...)

Il n’y a qu’une solution pour ces pays : subir la Révolution industrielle.
Carlo M. CIPOLLA1

1La littérature, énorme, consacrée au « développement » économique, repose, en matière de science et de technologie, sur une orthodoxie typiquement « moderne », sur un amalgame d’idées qui appartiennent à l’Europe conquérante, à la montée de la raison d’Etat et à la philosophie « progressiste » de l’état de Raison. Il est important de nous défaire de cette complicité plus ou moins implicite. Cela suppose une critique de l’épistémologie mécaniste classique qui subsiste au fondement de l’économie théorique moderne.

  • 2 Voir David Dickson, Alternative Technology and the Politics of Change, Glasgow, Fontana/Collins, 19 (...)

2Instaurée par l’Europe absolutiste et mercantiliste du xviie siècle, assimilée au Progrès par le « despotisme éclairé », voire au Bonheur, érigée en dogme « scientifique » par le xixe siècle impérialiste, la vision mécaniste du monde est au fondement de l’idéologie de l’industrialisation2.

  • 3 Vladimir Ivanovich Vernadsky (1863-1945) était un grand savant russe. L’un des fondateurs de la géo (...)
  • 4 Voir Arthur Raistrick, Industrial Archeology. An Historical Survey, St Albans, Paladin, 1973, 314 p (...)
  • 5 Ces notes de recherche prolongent notre précédent essai : « Science et développement : esquisse d’u (...)

3La quasi totalité des doctrines et théories économico-politiques du monde industriel en expansion reposent en dernière instance sur cette métaphysique de la science classique. L’équation (à plusieurs inconnues) du Développement moderne (Progrès - industrialisation -rationalisation) appartient à une « révolution scientifique » dépassée, c’est-à-dire à la Révolution mécaniste qui instaure l’univers newtonien, indifférent à l’écoulement du temps, étranger aux transformations réelles de la biosphère dans le Cosmos (W. VERNADSKY, La biosphère, 1926)3. L’industrialisation proprement dite repose sur l’idéologie de la mesure et de la précision, sur une épistémologie de la simplicité et une mythologie de l’exactitude (qui ignore le principe de Brillouin, autrement dit le principe de Carnot généralisé, celui du coût de toute mesure et sa limite). Le fondement cognitif de la Révolution industrielle est paradoxalement mais inévitablement préindustriel, parce que pré-thermodynamique ; il date, c’est bien naturel, de l’Europe classique, froide, hydraulique, mécaniste, pré-énergétique et donc pré-écologique (ou pré-biologique). L’idéologie actuelle du développement repose sur la même configuration de savoir, elle est instruite par l’état de société nature pré-carnotien. Nous y reviendrons plus loin. Sa critique nécessite une remontée théorique, historico-critique, une « archéologie du savoir »4. Ce faisant on révèle une certaine épistémè (Michel Foucault), une configuration datée de savoirs, du savoir occidental5.

  • 6 Sur l’émergence de l’« économie » en tant que catégorie autonome dans la culture occidentale, en pr (...)
  • 7 Voir notre troisième partie et les références aux travaux de Nicholas Georgescu-Roegen.
  • 8 L’œuvre du chancelier Francis Bacon (1561-1626) est d’une grande importance pour l’étude de ce que (...)
  • 9 Voir notre étude « Le progrès et l’entropie », in La sociologie du progrès, IXe colloque de l’Assoc (...)
  • 10 Sur l’évolutionnisme du xixe siècle, voir l’étude très documentée de Robert Young, « The Historiogr (...)

4Dans l’archéologie du savoir de l’Europe en voie de développement, comme on dit aujourd’hui, on trouve une encyclopédie post-galiléenne mais pré-industrielle, contemporaine d’un état de société mercantiliste et mécaniste localement mais aussi et surtout essentiellement agraire. A cet état de société dit de l’âge classique correspond un état de nature (au sens donné à ce terme par Serge Moscovici) pré-industrielle parce que pré-thermodynamique. On explicitera plus loin cette notion. Or, comme on sait, la genèse des idées modernes date de cette phase froide (pré-thermodynamique) de l’expansion occidentale. Il en va de même de l’économie politique, de l’économique dite moderne6 dont on verra plus loin les postulats mécanistes7. La fameuse logique du développement des forces productives, toute une théorie linéaire du développement, dominée par la mythologie scientiste et sotériologique du progrès matériel (dérivé par l’idéologie de l’industrialisation du progrès indéfini du savoir), toute une philosophie de l’histoire de l’humanité en bref, reposent sur une crise intellectuelle occidentale précisément contemporaine de cette mutation socio-épistémologique qui fait passer l’Occident, selon l’expression célèbre d’Alexandre Koyré, « du monde clos à l’univers infini ». Le frontispice du Novum Organum (1620) de Francis Bacon8, montrant deux navires franchissant les colonnes d’Hercule du détroit de Gibraltar et voguant, toutes voiles dehors, vers le large, symbolise l’alliance de l’expansion et de la science qui caractérisera désormais l’Occident. Une certaine sociologie de la modernisation repose toujours sur ce mythe9, déformant, au xixe siècle, l’émergence de la théorie de l’évolution10.

  • 11 Voir Roy Preiswerk et Dominique Perrot Ethnocentrisme et Histoire. L’Afrique l’Amérique indienne et (...)

5Issue de la révolution galiléenne, la philosophie des lumières, consolidée à l’ombre des canons par un certain despotisme éclairé, engendre une anthropologie occidentalocentriste11 et à vrai dire urbanocentriste. L’historiographie occidentale commence à peine à rompre avec ce biais ethnocentrique pris pour le point de vue du progrès, de l’industrialisation.

6Dans le champ des « études du développement » (antiphrase pour sous-développement induit), la situation est ainsi résumée par Yves Lacoste :

  • 12 Yves Lacoste Géographie du sous-développement, 3e édition entièrement refondue, Paris, Puf, 1976, p (...)

7« C’est sur ce point qu’en dépit de leurs divergences, les différentes définitions du « sous-développement » se rencontrent, qu’elles soient « bourgeoises » ou qu’elles procèdent d’une analyse « marxiste ». C’est parce que les pays du Tiers Monde n’ont pas connu au xixe siècle ce qu’il est convenu d’appeler la « Révolution industrielle » qu’on les considère comme « arriérés », « attardés » en regard de l’évolution historique des pays « développés ». Et, quelles que soient les divergences idéologiques des théoriciens, on proclame ou l’on admet que ce « retard » résulte de la domination que les pays « industriels » exercent sur le reste du monde non industriel »12.

8La récente édition « corrigée » de la Géographie du sous-développement d’Yves Lacoste apporte des perspectives nouvelles, sauf, malheureusement à notre avis, sur un point historique et théorique important dont un spécialiste de la géopolitique conviendra qu’il est véritablement stratégique. Il s’agit de la science et de la technologie.

9« Si le sous-développement et ses causes étaient éternels, écrit Lacoste, les pays aujourd’hui « développés », soi-disant favorisés par la nature ou de façon congénitale, véritable élus de Dieu, auraient dû toujours présenter une incontestable avance sur le reste du monde. Or, la supériorité de l’Europe occidentale ne s’est nettement établie que depuis le xviiie siècle. Pendant des millénaires, le Moyen-Orient, l’Inde, la Chine ont connu des niveaux techniques, scientifiques, culturels incontestablement supérieurs à ceux de l’Europe occidentale, qui, rétrospectivement, apparaissent comme une sorte de Far West arriéré ». (p. 256).

  • 13 Ian V. Hogg, A History of Artillery, London, Hamlyn, 1974.
    John U. Nef,
    La guerre et le progrès huma (...)

10Cette inversion de l’ethnocentrisme européen habituel est tout aussi discutable. Personnellement, ce schéma actuellement à la mode, me paraît faire fi et du postulat méthodologique fondateur de l’anthropologie culturelle (le relativisme culturel) et de la domination militaire de fait des Européens bien avant la Révolution industrielle et même le xviiie siècle13. De plus, les médiévistes refuseraient certainement cette vision de « Far West », même comparativement à d’autres civilisations prestigieuses. L’oubli dans cette vision du xviie siècle européen semble consacrer la « neutralité » de la science occidentale durant une période où pourtant les Puissances européennes maîtrisent, d’une façon inédite, les océans et la puissance de feu d’une artillerie entre les mains d’ingénieurs militaires donnant l’exemple d’une nova scientia (Tartaglia) mathématique.

11Yves Lacoste écrit également : « Par ailleurs, puisque la Chine, l’Inde et le monde arabe ont présenté pendant plusieurs siècles une avance technique et scientifique considérable sur l’Europe occidentale, comment se fait-il que la Révolution industrielle n’ait pas été le fait des Chinois, des Indiens ou des Arabes ? » (p. 259).

12Cette question n’est-elle pas piégée de façon sociocentrique par l’idéologie de l’industrialisation ? Contrairement à Needham, dont ces lignes semblent proches, nous ne nous interrogeons pas sur la non-existence de l’« aventure occidentale » dans d’autres cultures mais sur une dynamique spécifiquement occidentale, caractérisée et par l’émergence de la science moderne et par la révolution industrielle. Ou alors il faut admettre dogmatiquement la révolution scientifique moderne et la révolution industrielle comme des variables universelles, comme un destin nécessaire pour on ne sait quelle évolution historique de l’humanité !

13« Le degré d’évolution technique de la Chine, de l’Inde et de divers pays musulmans, entre autres, était au Moyen Age supérieur à celui qu’avaient atteint les Européens à la veille de la Révolution industrielle » (p. 260). La nouvelle historiographie des sciences, réévaluant la technologie occidentale, démontre le contraire si la « veille de la Révolution industrielle » est le xviiie siècle.

  • 14 Sur l’historique de ctt réévaluation, voir Lynn White, « The Study of Medieval Technology, 1924-197 (...)
  • 15 Cette question délicate est au cœur du débat sur la Renaissance. Elle concerne également le problèm (...)

14Ces quelques extraits, exemplaires d’une certaine conception de l’évolution de la science et de la technique, méritent une interrogation critique. Certes il faut en finir avec l’ethonocentrisme occidental mais il serait tout aussi « idéologique » de nier à présent la spécificité de l’essor scientifique et technique de la civilisation occidentale. Il ne s’agit pas de négliger les influences interculturelles, mais le diffusionnisme oublie « la pluralité des mondes », l’hétérogénéité des cultures et des « espaces historiques » (E. Panofsky). Depuis la réévaluation de la technologie médiévale14, il n’est plus possible de considérer l’Europe pré-industrielle comme « une sorte de Far West » par rapport aux autres civilisations de l’Ancien Monde. S’il y a une dynamique de l’Occident, ses origines apparaissent dès la « renaissance médiévale » et incontestablement dès la « reprise » de la science grecque15 par la culture judéo-chrétienne. Ce « clash » culturel que l’on nomme la Renaissance est un événement si unique qu’il défie toutes nos analyses, si minutieuses soient-elles. Une perspective anthropologique ne peut se passer de la réflexion épistémologique actuelle qui découvre désormais l’irréductibilité de la différence culturelle. Il appartient également aux Européens de se méfier de « la tentation de l’Occident ». Les affirmations de la Géographie du sous-développement, largement partagées de nos jours chez les spécialistes du Tiers Monde, traduisent cette lacune qualifiée de notre culture moderne : la méconnaissance de cette révolution métaphysique occidentale qui imprima à la science et à la technique européennes ces caractéristiques « modernes » et fit de l’homo occidentalis le « maître et possesseur de la nature ». La crise de l’énergie fossile et des minéraux qui s’annonce s’enracine dans cette mutation anthropologique dont le caractère religieux est de plus en plus évident, bien que totalement négligé par les « études du développement » qui se veulent « scientifiques ».

  • 16 Barry Barnes, Scientific Knowledge and Sociological Theory, London, Routledge & Paul Kegan, 1974, 1 (...)
  • 17 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, traduit de l’américain, Paris, Flammari (...)

15D’une manière générale, la question est bien celle de la relativité culturelle, dont l’étude des sciences et des techniques a un urgent besoin. Il n’existe pas de science universelle, pas plus qu’il n’existe de technique, de philosophie ou de langue universelle. La connaissance scientifique moderne n’est la vérité que d’une culture dans la mesure où elle ne prend son sens qu’à la faveur des pertinences de cette culture16. Mais cela ne veut pas dire que la « vérité » d’une science ne soit pas objective, il s’agit seulement d’une objectivité conditionnelle. Comme l’écrit Thomas S. Kuhn : « Comme le langage, la connaissance scientifique est intrinsèquement la propriété commune d’un groupe, ou bien elle n’est pas. Pour la comprendre, il nous faudra connaître les caractéristiques spéciales des groupes qui la créent et l’utilisent17 ». La science moderne qui permet la destruction du monde des hommes de cette planète réclame désormais une critique qui met en cause la civilisation occidentale et lui demande rien moins qu’une renaissance, mais plus radicale encore que celle des contemporains de Christophe Colomb et de Galilée.

  • 18 Voir l’utile présentation didactique de Pascal Perrineau, « Sur la notion de culture en anthropolog (...)
  • 19 A ma connaissance, la meilleure formulation théorique de cette épistémologie relativiste (ou cultur (...)

16Il n’est plus seulement question de relativisme culturel au sens donné à cette expression par l’anthropologie sociale américaine18mais encore d’une véritable épistémologie relativiste, et elle est en voie de constitution au sein même de la pensée scientifique occidentale19, à la faveur de la déconstruction du clivage qui isolait et la science de ses racines culturelles et les sciences de la nature des sciences de l’homme.

  • 20 John U. Nef, Les fondements culturels de la civilisation industrielle, traduit de l’américain, Pari (...)

17En négligeant les différences socio-épistémologiques des facteurs que l’on nomme d’un façon sociomorphique « science » et « technique », non seulement on escamote la complexité du phénomène culturel qui caractérise les groupes humains, mais encore on s’interdit, consciemment ou inconsciemment, l’examen critique des fondements culturels de la civilisation industrielle20.

18Nous faisons et percevons notre histoire en fonction, notamment, d’une conception de l’histoire. Or, la façon de concevoir, de « faire l’histoire », ce que l’on appelle l’historiographie, est solidaire d’une actualité historique. Il en va de même pour ce que nous appelons aujourd’hui la science et la technique, car c’est toujours de l’histoire qu’il s’agit, même si le terme est inévitablement pluriel parce que culturel.

19Le renouveau récent de l’histoire des sciences et des techniques est manifestement lié aux nouvelles interrogations de notre époque sur la science et la technique, aux nouvelles perspectives épistémologiques et historiographiques, celles-ci étant elles-mêmes des réactions à une actualité qui est aussi scientifique et technique. C’est pourquoi, en s’attachant à l’aspect « science et technique » de la problématique du développement on ne touche pas seulement quelques variables plus ou moins exogènes mais bien la dynamique d’une culture caractérisée par le « progrès » entendu au sens de domination de la nature et de transformation du monde.

  • 21 Voir Georges Gusdorf, La révolution galiléenne, Paris, Payot, 1969, 2 vols. et « Galiléenne (Révolu (...)

20L’idéologie de l’industrialisation qui imprègne et à vrai dire fonde le discours dominant du développement international impose une mythologie empiriste de la Révolution industrielle européenne (autrement dit du modèle) : d’après cette mythologie, la science occidentale n’aurait pas eu d’influence et la Révolution industrielle ne devrait pratiquement rien à la Révolution scientifique. Ce faisant on postule, ou on s’acharne à montrer, que le développement de la technologie européenne, jusque vers la seconde moitié du xixe siècle, est une affaire essentiellement empirique qui ne doit quasiment rien à « l’Europe mathématicienne » ni aux sciences expérimentales (qui suivirent en effet une tradition négligée par les historiens). Cette dichotomie entre théorie et pratique conduit à l’idée (niant en fait la Révolution scientifique) que la convergence de la science et de la technique est un produit tardif de la Révolution industrielle et non, comme il faudrait le montrer, une condition de celle-ci. Cette vision empiriste permet de conclure que la Révolution industrielle est un phénomène essentiellement économique. Se trouve ainsi minimisée foute interrogation sur sa dimension anthropologique. Une transformation culturelle et intellectuelle se trouve niée, dont l’éponyme fut Galilée21.

  • 22 Ce qui ne veut pas dire que la Révolution copernicienne, au sens large du terme, ne soit pas capita (...)

21Affirmer qu’il n’y a pas de liens entre la révolution scientifique qui instaure ce que l’on appelle la science moderne et la révolution que l’on nomme industrielle équivaut à méconnaître la dimension sociale et la nature épistémologique et donc culturelle de cette profonde transformation des rapports de l’homme à la nature et à l’univers. C’est oublier que l’émergence exclusivement occidentale de la science moderne n’est pas qu’une révolution copernicienne dans le ciel des idées22. Mais, d’un autre côté, réduire l’explication de la naissance de la science moderne à des considérations sociologiques (à un contexte politique, économique et social) revient à la thèse bien connue, ailleurs, des « obstacles au développement » qui fait de cette science moderne une norme évolutive de l’humanité.

22Il est intéressant de remarquer combien les polémiques concernant la naissance de la science moderne sont solidaires de questions que nous nous posons, en Occident, depuis moins d’un demi-siècle, en réalité à partir des années 1930. Cependant, l’essor de la philosophie et de l’histoire des sciences a pris une allure fantastique au lendemain de la deuxième guerre mondiale et cette effervescence intellectuelle a même dépassé l’ampleur des autres types de croissance qui caractérisent les sociétés industrielles avancées.

  • 23 Consulter Th. S. Kuhn, « The History of Science », in International Encyclopedia of Social Sciences (...)
  • 24 Voir M.N. Richter, Science as a cultural process, Cambridge, Mass., Schenkman Publishing Company, I (...)

23Ici, remarquons le changement de perspectives le plus récent. Alors que l’histoire des sciences avait commencé son essor contemporain en se liant à l’histoire intellectuelle23, depuis une dizaine d’années à peine elle se rapproche de l’histoire des techniques (qui avait évolué séparément) et surtout de l’histoire économique, laquelle se transforme par cette interférence de l’histoire des sciences et des techniques qui établit la connexion avec l’histoire de la philosophie, des religions et des mentalités. A vrai dire, cette nouvelle perspective s’inscrit dans le projet d’une « histoire totale », qui échoue sans cesse, et dans l’espoir d’une anthropologie culturelle qui intégrerait la pensée scientifique elle-même24.

24Les études du développement (sociologie, économie) qui s’intéressent aux connaissances et aux techniques peuvent tirer grand profit des nouvelles philosophies de la science apparues au xxe siècle et qui fécondent la nouvelle historiographie des sciences et des techniques. C’est la dimension historique et culturelle qui est retrouvée. Les sciences et les techniques ne sont plus ni neutres ni hors d’un état de société. Elles forment, avec les arts et les philosophies, un état de nature. L’histoire, aussi bien que l’espace des civilisations, sont cette pluralité des mondes que l’on cherche dans le ciel, alors qu’elle est sur Terre. A la diversité des états de société correspond une diversité d’états de nature. Il n’y a plus d’évolution linéaire, cumulative et convergente, il n’y a plus de progrès unique, il n’y a plus d’Histoire universelle. Il y a des évolutions. Notre paradigme de la continuité, c’était celui de quatre siècles de domination, c’était aussi celui d’une métaphysique mécaniste, d’une science de l’universel, de l’absolu et de l’ordre, d’une science classique aujourd’hui dépassée, désormais renversée par le nouvel esprit scientifique.

  • 25 L’œuvre la plus intéressante à ce sujet est celle de Michel Serres, auteur qui renouvelle toute la (...)
  • 26 Outre les ouvrages sur la révolution copernicienne de Th. Kuhn, A. Koyré et A. Koestler déjà cités (...)
  • 27 Bien entendu cette question de la continuité ou de la discontinuité n’est pas close et la situation (...)

25La nouvelle épistémologie souligne les discontinuités, elle permet de reconnaître la nouveauté intellectuelle, le surgissement de l’inédit, mais aussi de ses conditions de sélection, de diffusion25. C’est en insistant sur la discontinuité que l’émergence de la science moderne, en Europe occidentale26, apparaît comme un phénomène de rupture culturelle et notamment une nouvelle configuration socio-épistémologique entre la spéculation théorique et la pratique technique27. Certes, il reste bien des questions historiographiques non résolues et surtout bien des questions proprement anthropologiques à peine formulées, mais il ne fait plus de doute que la naissance de la science moderne est un événement qui singularise, plus que tout autre, l’évolution de la culture occidentale. Cela ne veut pas dire que le phénomène scientifique se réduise à l’Occident, les historiens comme Joseph Needham, qui s’intéressent aux autres cultures, ou les spécialistes de l’antiquité, montrent fort bien que l’Occident n’a pas le monopole de la science et de la technique. Ce dont l’Occident a l’insigne privilège, c’est de la science moderne.

26Ladite Révolution scientifique européenne, issue de la Renaissance, n’inaugure pas la science, comme on le dit trop souvent ; elle instaure la « science moderne », avec son paradigme mathématique et instrumental tout à la fois. On parle de « révolution galiléenne », c’est dire qu’il s’agit d’une philosophie de la connaissance scientifique, d’une métaphysique. L’historiographie et l’épistémologie insistent désormais sur cet aspect philosophique. Certes, on trouve une grande variété d’inspirations, souvent très hétérogènes, dans cette Révolution scientifique européenne, mais le trait dominant pour notre propos, c’est « la mécanisation de l’image du monde » (E. J. Dijksterhuis) et son corollaire, la destruction du cosmos.

27La métaphore de la machine existait chez les savants grecs. Mais elle ne fut jamais socialement pertinente avant l’essor du capitalisme et des ingénieurs. A partir de « l’horloge céleste » de Kepler (1065) l’Occident lui offre une place véritablement religieuse. Et pour cette raison, également politique. L’Europe absolutiste du xviie siècle va installer l’alliance de la raison d’Etat et du nouvel état de Raison. La machine de l’Etat et l’état de nature machine. Le monde des machines prend de l’importance, se perfectionne, en collaboration avec la nouvelle philosophie dite précisément mécanique. La machine devient le paradigme, une structure, au sens architectural du terme. C’est le « modèle divin » des « modernes », des partisans de la mécanisation, de la géométrisation du monde. Les racines culturelles de l’industrialisation sont dans cette mutation du savoir occidental, dans ce coup d’état intellectuel qui élimine (progressivement) la magie, la mystique, l’animisme, en un mot la vision organique du cosmos et son analogie macrocosme et microcosme. Cette rationalisation est l’œuvre des deux siècles qui précèdent la Révolution industrielle, en d’autres termes, de la phase froide de l’expansion occidentale.

  • 28 W.H.G. Armytage, A Social History of Engineering, London, Faber, 4e éd. révisée, 1976, 381 p (paper (...)
  • 29 Bertrand Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964, 239 p.
    William Barclay Parso (...)
  • 30 A ma connaissance, la littérature sur cet aspect du développement occidental est encore très insati (...)

28Tout commence en mystique et tout finit en politique. Cela est également vrai de la science moderne. Vrai aussi pour l’essor de l’ingénierie28. La science moderne est contemporaine de l’essor des ingénieurs29, liée à la pratique du calcul, de la mesure, de la précision. Les mathématiques30 prennent, à partir de la Renaissance, un rôle décisif dans l’expansion universelle de l’Occident. Malheureusement ce rôle reste encore très mal compris parce que trop peu étudié. Sujet tabou sans doute. L’Europe technicienne (titre de la traduction française du livre de D. S. Landes) est pourtant bien aussi et surtout mathématicienne. Sa maîtrise, c’est sa « métrise ». La puissance moderne, c’est-à-dire « la tentation de l’Occident », repose sur le pouvoir des mesures, qui sont toujours des mesures du pouvoir. L’artillerie donna l’exemple.

29C’est un mathématicien, René Descartes, qui expliqua aux Européens que la philosophie moderne (celle qui mesure le monde, celle qui géométrise et analyse tout) pouvait « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. « (Discours de la méthode, Sixième partie, 1637). Au siècle des Lumières, comme on sait, une réaction vigoureuse se manifesta contre la mathématisation prônée par les philosophes mécaniciens et ce fut une réaction de la conception organique du monde contre la conception mécaniste. Mais la « raison » de ceux que d’Alembert appelait avec admiration (il se comptait parmi eux) les grands géomètres fut assimilée par l’idéologie moderne à la raison du progrès, sans doute parce que le Progrès avait ses raisons d’avoir pour lui la Raison... Le processus de rationalisation qui caractérisera la dynamique de l’Occident sera ainsi lié à une « épistémologie de la simplicité » (Michel Paty). La mécanisation de l’image du monde, avec tout ce qu’elle entraîne, constitua alors une sorte de retombée idéologique (le scientisme) des succès et du prestige de la Mécanique rationnelle. Ce triomphe des héritiers du grand Newton (trahi en réalité) correspond précisément avec les débuts de la révolution industrielle.

30Le rappel de l’histoire de la science et de la technologie occidentales de l’âge classique permet de réévaluer la genèse de la Révolution industrielle dans une perspective anthropologique singulière. L’industrialisation repose sur des prémisses intellectuelles propres à « la crise de conscience européenne », liées au « big bang » de son expansion universelle. Dès lors, le procès de l’industrialisation est le procès de l’occidentalisation moderne. La science n’est pas neutre. Elle est au cœur de la dynamique de l’Occident. Dans cette affaire, les découpages disciplinaires nous masquent l’essentiel, l’aspect culturel-naturel d’une certaine domination.

  • 31 Les ouvrages et articles sont aujourd’hui de plus en plus nombreux sur cette question des relations (...)

31Déjà depuis quelques années l’histoire de la croissance économique européenne intègre l’histoire de la science moderne. Il s’ensuit une nouvelle historiographie de la Révolution industrielle31, encore en chantier, mais assurément lourde de répercussions sur nos conceptions du développement économique, sur le Développement tout court.

Notes

1 Carlo M. Cipolla, Histoire économique de la population mondiale, traduit de l’anglais, Paris, Gallimard, 1965, p. 149 (Idées). (En anglais: The Economic History of World Population, Harmondsworth, Penguin Books, 6e éd. 1974, p. 120. (1ère éd. 1962).
Un survol audacieux ordonné au paradigme évolutionniste linéaire de « la conquête de l’énergie ». Une thèse discutée par l’anthropologie économique notamment.

2 Voir David Dickson, Alternative Technology and the Politics of Change, Glasgow, Fontana/Collins, 1974, chap. 2.
Sur l’idéologie de l’industrialisation, voir aussi :
P.M. Schuhl, Machinisme et philosophie, Paris, Puf, 3e éd., 1969, 151 p.
J.D. Bernai, Science in History, vol. 2, The Scientific and Industrial Revolutions, Harmondworth, Pelican Books, 1969, 689 p.
L. Mumford, Technique et Civilisation, traduit de l’américain, Paris, Seuil, 1950, rééd. 1976. Date de 1934.
W. Leiss, The Domination of Nature, New York, George Braziller, 1972, ,242 p. (Un ouvrage remarquable ; dans l’héritage philosophique de l’école de Francfort. Thèse dédiée à Angela Davis).
E.J. Hobsbawm, Industry and Empire, The Pelican Economic History of Britain, vol. 3 : From 1750 to the Present Day, Harmondsworth, Pelican Books, 1969. Traduction française : Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, t. II, De la révolution industrielle à nos jours, Paris, Seuil, 1976.

3 Vladimir Ivanovich Vernadsky (1863-1945) était un grand savant russe. L’un des fondateurs de la géochimie, spécialiste de minéralogie. Dans La biosphère (1926, ré-éd. Moscou, 1967), dont la traduction française date de 1929, il développait une conception de la vie comme phénomène cosmique particulier de la Terre avec un paradigme thermodynamique.
Il soulignait les limites physiques de la vie mais aussi les modifications de l’environnement provoquées par les processus vitaux. Par ailleurs, Vernadsky fut l’un des premiers savants de ce siècle à considérer la responsabilité des scientifiques dans les conséquences de leurs découvertes. Dès 1922, notamment, il alertait l’opinion scientifique sur les dangers de la maîtrise de l’énergie atomique dont la survenue lui paraissait prochaine et inévitable.

4 Voir Arthur Raistrick, Industrial Archeology. An Historical Survey, St Albans, Paladin, 1973, 314 p.
Une autre approche, quasi archéologique, peut être celle de l’histoire de l’art : voir Francis D. Klingender, Art and the Industrial Revolution, St Albans, Paladin, 1972, 272 p. (Date de 1947; éd. rév. 1968).
Et Michel Serres, « Turner traduit Carnot » in Hermès III, La traduction, Paris, Minuit, 1974, pp. 233-242.

5 Ces notes de recherche prolongent notre précédent essai : « Science et développement : esquisse d’une approche socio-épistémologique », in La pluralité des mondes, Cahiers de l’Institut d’études du développement, Genève-Paris, PUF, 1975, 1 pp. 31-97. Ainsi que nos Réflexions sur la technologie de la puissance et la cosmogonie du feu, Université de Genève, Faculté de droit, 1976, 126 p. (polycopié).

6 Sur l’émergence de l’« économie » en tant que catégorie autonome dans la culture occidentale, en pratique puis en théorie, voir les interprétations de : Jean Baechler, Les origines du capitalisme, Paris, Gallimard, Idées, 1971, 185 p. Frank H. Knight. « Economie History », in Dictionary of the History of Ideas, New York, Scribner, vol. VII, 1973, pp. 44-61.
Donald Winch, « The Emergence of Economics as a Science 1750,-1870 », in
The Fontana Economic History of Europe, 3, The Industrial Revolution, editor Carlo M. Cipolla, Glasgow, Collins, Fontana Books, 1973, pp. 507-573.
Louis Dumont,
Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 1977, 270 p.

7 Voir notre troisième partie et les références aux travaux de Nicholas Georgescu-Roegen.

8 L’œuvre du chancelier Francis Bacon (1561-1626) est d’une grande importance pour l’étude de ce que nous appelons la (thermo) dynamique cachée de l’Occident. La littérature est d’ailleurs très abondante, mais aussi très inégale.
Francis Bacon, The Advancement of Learning and New Atlantis, edited by Arthur Johnston, Oxford Clarendon Press. Oxford Paperback English Texts 1974, 297 p. (avec notes et index).
Pour l’influence de l’oeuvre de Bacon, voir surtout : Paolo Rossi, « 
Baconianism », in Dictionary of History of Ideas, vol. 1, 1973, pp. 172-179. Antoinette Mann Pater-son, Francis Bacon and Socialized Science, Springfield, Charles C. Thomas, 1973, 191 p. William Leiss, The Domination of Nature, op. cit. Sidnay Pollard, The Idea of Progress. History and Society, Harmondsworth, Pelican Book, 1971, 221 p. Christopher Hill, Intellectual Origins of the English Revolution, London, Panther Books, 1972, 333 p. (Cet ouvrage qui fait autorité sur la question fut publié en 1965).

9 Voir notre étude « Le progrès et l’entropie », in La sociologie du progrès, IXe colloque de l’Association internationale des sociologues de langue française, Menton, 12-17 mai 1975, à paraître.

10 Sur l’évolutionnisme du xixe siècle, voir l’étude très documentée de Robert Young, « The Historiographie and Ideological Contexts of the Nineteenth- Century Debate on Man’s Place in Nature », in Changing Perspectives in the History of Science. Essays in Honour of Joseph Needham, edited by Mikulas Teich and Robert Young, London, Heinemann, 1973, pp. 344-438.
Dans un récent essai (Ethnologie : le deuxième souffle, Paris, Payot, 1977), Michel Panoff a bien marqué l’impact de la Révolution industrielle sur la pensée anthropologique occidentale.

11 Voir Roy Preiswerk et Dominique Perrot Ethnocentrisme et Histoire. L’Afrique l’Amérique indienne et l’Asie dans les manuels occidentaux, Paris, Anthropos, 1975 391 p. (Il faudrait élargir ce type d’enquête à d’autres ouvrages usuels que les manuels d’histoire et approfondir la situation idéologique d’une certaine histoire de la science...).

12 Yves Lacoste Géographie du sous-développement, 3e édition entièrement refondue, Paris, Puf, 1976, p. 173.
Le débat sur cette question est d’une difficulté extrême et il commence à peine à être l’objet d’études sociologiques chez les historiens des sciences et des techniques. Les problèmes méthodologiques ne sont pas résolus.
Voir notamment :
V. Libbrecht, « Indeterminate Analysis: Historical Relations between China, India, Islam and Europe », in
XIVth International Congress of the History of Science, Tokyo, Science Council of Japan, 1975, Proceedings III, pp. 311-314.
B. Nelson, « Civilizational complexes and intercivilizational encounters »,
in Sociological Analysis, 1973, 34, pp. 79-105.
J. Ben-David,
The scientist’s role in society. A comparative study, Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice-Hall, Inc., 1971, 207 p. (bibliographie importante. Paperback).
M. Yuasa, « Center of Scientific Activity: its shift from the 16th to the 20th century »,
in Japanese Studies in the History of Science, 1962, 1, pp. 57-75.

13 Ian V. Hogg, A History of Artillery, London, Hamlyn, 1974.
John U. Nef,
La guerre et le progrès humain, traduit de l’anglais, Paris, Alsatia, 1954, Version originale : War and Human Progress: An Essay on the Rise of Industrial Civilization (1950), réédité sous le titre Western Civilization since the Renaissance: Peace, War, Industry and the Arts, New York, Harper Torchbooks, 1963.
Carlo M.
Cipolla, Guns and sails in the early phase of european expansion, 1400-1700, London, Collins, 1965. Réédité in European Culture and Overseas Expansion, Harmondsworth, Pelican Book 1970.
Fernand Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme (xve-xviiie siècle), t. 1. Paris, Armand Colin, 1967, 463 p.
Jean Meyer, Les Européens et les autres, de Cortès à Washington, Paris, Armand Colin, 1975. (Excellent pour les rapports entre la science et la technologie militaire, navale notamment.)
Kurt Mendelssohn, Science and Western Domination, London, Thames and Hudson, 1976. (Un survol historique intéressant, mais un peu superficiel et sans références. A lire comme introduction).
L’importance stratégique de la maîtrise des mers, qui suppose et le développement d’une puissante marine de guerre et une formidable capacité scientifique et technologique (ce qui n’est le fait que de quelques pays hautement industrialisés), n’a pas besoin d’être souligné depuis que le problème de « l’exploitation économique des océans » figure à l’ordre du jour des Grandes Puissances, des conférences internationales et des espérances (peut-être illusoires) des experts du Tiers Monde.
Mais il nous faudra sans doute revenir dans un autre article sur cette importante question pour laquelle l’analyse thermodynamique est également utile, mais aussi en raison del a militarisation qu’elle annonce (comme en témoigne l’essor des forces navales soviétiques et la part considérable de la recherche scientifique qui est contrôlée par la U.S. Navy.)

14 Sur l’historique de ctt réévaluation, voir Lynn White, « The Study of Medieval Technology, 1924-1974: Personnal Reflections », in Technology and Culture, 1975, 16, pp. 519-530. Lynn White est l’un des grands artisans de cette réévalution, voir son ouvrage désormais classique : Medieval Technology and Social Change, London, Oxford University Press, 1962. Paperback, 1964, 194 p. Traduction française : Technologie médiévale et transformations sociales, Paris, Mouton, 1969. Voir aussi son essai d’interprétation historique militant pour une nouvelle conception technologique : Machina ex Deo: Essays in the Dynamism of Western Culture, Cambridge, Mass., MIT Press, 1968. Réédité sous le titre (qui fait référence à l’historien Henry Adams) Dynamo and Virgin Reconsidered, MIT Press, Paperback, 1974, 186 p.
Voir aussi la synthèse (un peu trop polémique et qui contient une bibliographie assez incomplète) de Jean Gimpel, La revolution industrielle du Moyen - Age, Paris, Seuil, Points/Histoire, 1975, 249 p.
S. Lilley, Men, Machines and History, London, Lawrence & Wishart, 1965, chap. 4, The Middle Ages (500-1450).
M. Daumas, ed., Histoire générale des techniques, Paris, PUF, vol. I, Les origines de la civilisation technique, 1962, 651 p., vol. II, Les premières étapes du machinisme, 1965, 750 p.
D. Furia et P. - Ch. Serre, Techniques et sociétés, liaisons et évolutions, Paris, Armand Colin, 1970, Livre I, Techniques, économies et sociétés préindustrielles. (Un manuel très pratique, excellent sur la technologie médiévale).
A.C. Crombie, Histoire des sciences. De Saint Augustin à Galilée. (400-1650), traduit de l’anglais, Paris, PUF, 1959, 2 vols. 588 p.
Arnold Pacey, The Maze of Ingenuity. Ideas and idealism in the development of technology, London, Allen Lane, 1974, pp. 25-86.
On prêtera une attention particulière aux travaux monumentaux de Joseph Needham (et de ses collaborateurs) qui évalue la technologie et la science chinoises dans leur développement historique avec une comparaison intéressante, mais souvent discutable, du développement occidental.
Les nombreux volumes de son opus magnum, Science and Civilisation in China, sont en cours de publication depuis 1954 (London, Cambridge University Press).
Voir les recueils d’études en marge de cette grande œuvre :
Clerks and Craftsmen in China and the West, London, Cambridge University Press, 1970, 470 p.
La tradition scientifique chinoise, Paris, Hermann, 1974, 306 p.
L’évaluation comparée de Needham diffère sur un certain nombre de points importants de l’interprétation de L. White; à vrai dire, les deux perspectives sont philosophiquement divergentes. Voir J. Needham, La science chinoise et l’Occident (Le grand titrage), traduit de l’anglais, Paris, Seuil, 1973, 267 p. Date de 1969 dans sa version originale.

15 Cette question délicate est au cœur du débat sur la Renaissance. Elle concerne également le problème assez de la soi-disante « coupure galiléenne ». La difficulté des études tient notamment à la divergence de perspective des approches épistémologiques et sociologiques. L’histoire des sciences, comme toute historiographie, est confrontée au débat sur la continuité et la discontinuité culturelles. La question de la diffusion de la tradition scientifique grecque dans le bassin méditerranéen reste encore relativement mal connue, malgré quelques recherches importantes comme celles de Marshall Clagett.

16 Barry Barnes, Scientific Knowledge and Sociological Theory, London, Routledge & Paul Kegan, 1974, 192 p.
Luis Prieto,
Pertinence et pratique, essai de sémiologie, Paris, Minuit, 1975, 175 p.
Robert Serpell, Culture’s Influence on Behaviour, London, Methuen, Essential Psychology, 1976, 144 p.
Gregory Bateson,
Steps to an Ecology of Mind, St Albans, Paladin, 1973, 510 p.

17 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, traduit de l’américain, Paris, Flammarion, 1972, p. 246.

18 Voir l’utile présentation didactique de Pascal Perrineau, « Sur la notion de culture en anthropologie », in Revue française de science politique, 1975 XXV/5, pp. 946-968. (Cet article s’adresse bien entendu aux politologues et non à ceux qui suivent de près l’évolution épistémologique de la problématique anthropologique dans les pays industriels dits avancés). Melville J. Herskovits, Cultural Relativism. Perspectives in Cultural Pluralism, edited by Frances Herskovits, New York, Vintage Books, 1973, 294 p. Simone Clapier-Valladon, Panorama du culturalisme, Paris Epi, 1976, 236 p.
Voir aussi l’ouvrage très stimulant de G.E. von Grunebaum, L’identité culturelle de l’Islam, traduit de l’anglais, préface de Tacques Berque, Paris, Gallimard, 1973, 294 p.

19 A ma connaissance, la meilleure formulation théorique de cette épistémologie relativiste (ou culturelle) est :
Humberto Maturana, « Stratégies cognitives », in Centre Royaumont pour une science de l’homme, L’unité de l’homme, Invariants biologiques et universaux culturels, édité par E. Morin et M. Piattelli-Palmarini, Paris, Seuil, 1974, pp. 418-442.

20 John U. Nef, Les fondements culturels de la civilisation industrielle, traduit de l’américain, Paris, Payot, 1964. Date de 1958.
On peut consulter facilement l’article de synthèse de cet auteur : « La civilisation industrielle », in Encyclopedia Universalis, vol. 8, 1971, pp. 966-971.
Pour ce thème, évidemment inépuisable, on pourra consulter avec profit : Seyyed Hossein Nasr, Man and Nature. The Spiritual Crisis of Modem Man, London, George Allen & Unwin, 1968; rééd. Mandala paperback, 1976, 151 p. (S.H. Nars est l’auteur d’un ouvrage sur Science and Civilization in Islam, Cambridge, Mass. Harvard University Press, 1968).
R.J. Zwi Werblowsky,
Beyond Tradition and Modernity. Changing Religions in a Changing World, London, University of London, The Athlone Press, 1976, 146 p.
R. Hooykaas,
Religion and the Rise of Modern Science, Edinburgh, London, Scottish Academic Press, 1972, 162 p.
Lynn White, « The Historical Roots of Our Ecological Crisis »,
in Machina ex Deo: Essays in the Dynamism of Western Culture, op. cit., pp. 75-94.
Lewis W. Moncrief, « The Cultural Basis for Our Environmental Crisis »,
in Science, 1970, 70, pp. 508-512.
Sergio Cotta, « Homme et Nature », in Les études philosophiques, 1976, 2, pp. 167-181. (un résumé de L’uomo tolemaico, Milan, Rizzoli, 1976).

21 Voir Georges Gusdorf, La révolution galiléenne, Paris, Payot, 1969, 2 vols. et « Galiléenne (Révolution) », in Encyclopedia Universalis, vol. 7, 1971, pp. 444-445.
L’affaire Galilée, présentée par Emile Namer, Paris, Gallimard, Julliard, Archives, 1975, 266 p.
Ludovico Geymonat, Galilée, traduit de l’italien, Paris, Robert Laffont, 1968, 342 p.
Galilée. Aspects de sa vie et de son œuvre, Centre international de Synthèse, Paris, PUF, 1968, 382 p.
William R. Shea, Galileo’s Intellectual Revolution, London, Macmillan, 1972, 204 p.
Toute la bibliographie concernant ladite Révolution scientifique, dont nous donnons quelques éléments d’introduction plus loin traite abondamment de Galilée et de son oeuvre.
Gene I. Rochlin écrit : « The Industrial Revolution became possible when the essence of the Galilean analytical and mathematical method had been thoroughly absorbed. » (Scientific Technology and Social Change, Readings from Scientific American, San Francisco, W.H. Freeman and Company, 1974, p. 69.
Robert Lenoble écrit : « 1632. Galilée demande à des ingénieurs de nous découvrir le vrai système du monde. Vous voyez que cette date mérite d’être retenue : la structure de la Nature et conjointement la structure de la société vont subir un remaniement complet ; l’ingénieur conquiert la dignité de savant, parce que l’art de fabriquer est devenu le prototype de la science. Ce qui comporte une nouvelle définition de la connaissance, qui n’est plus contemplation mais utilisation, une nouvelle attitude de l’homme devant la Nature : il cesse de la regarder comme un enfant regarde sa mère, prend modèle sur elle ; il veut la conquérir, s’en rendre « maître et possesseur ». Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969, p. 312.
Georges Gusdorf écrit : « La révolution galiléenne, la transformation radicale de l’établissement intellectuel de l’homme dans le monde, était la condition de possibilité de la révolution industrielle. (...) La mutation technique est la fille de ce nouveau rapport au monde ; elle met en œuvre le nouvel instrument épistémologique élaboré par Galilée et par ses émules. Les catégories modernes de l’expansion et du développement s’inscrivent dans le lointain prolongement de cette transfiguration de l’image du monde et de l’image de l’homme, oeuvre décisive du siècle mécaniste. » La révolution galiléenne, op. cit., t. II, p. 485.

22 Ce qui ne veut pas dire que la Révolution copernicienne, au sens large du terme, ne soit pas capitale dans l’histoire intellectuelle, et décisive pour l’étude des relations interculturelles. La discontinuité est bien marquée dans :
Alexandre Koyré, Du monde clos à l’univers infini, traduit de l’anglais, Paris, Gallimard Idées 1973, 349 p. Date de 1957. Du même auteur voir aussi La Révolution astronomique, Paris, Hermann, 1961, 525 p.
Thomas S. Kuhn, La révolution copernicienne, traduit de l’anglais, Paris, Fayard, Le Phénomène Scientifique, 1973, 331 p. Date de 1957. Le titre américain est The Copernican Revolution: Planetary Astronomy in the Development of Western Thought.
Arthur Koestler, Les somnambules, traduit de l’anglais, Paris, Le Livre de Poche, Calmann-Lévy, 1960, 1973, 692 p. Date de 1959.
Ces trois auteurs arrêtent leur histoire du changement de la vision de l’univers à la cosmologie classique (Newton-Laplace). Il est vrai que nous vivons encore essentiellement dans un univers newtonien, mais c’est cela notre anachronisme puisque aussi bien la cosmologie du xxe siècle a effectué une révolution aussi importante que celle dont l’éponyme est Copernic. Voir à ce sujet :
Jacques Merleau-Ponty et Bruno Morando, Les trois étapes de la cosmologie, Paris, Robert Laffont, 1971, 316 p. Jacques Merleau-Ponty, La cosmologie du xxe siècle, Paris, Gallimard, 1965, 533 p. « Les bases de la cosmologie moderne », in La Recherche, juin 1970, 2, pp. 143-148, republié in La Recherche en astrophysique, Paris, Seuil, Points/Sciences, 1977. Voir le beau livre de Roland Omnès, L’Univers et ses métamorphoses, Paris, Hermann, Savoir, 1973, 183 p.
Est - il nécessaire de rappeler l’importance de la cosmologie pour anthropologie culturelle?
Quelques textes fort intéressants :
— Hannes Alfven, « La cosmologie, mythe ou science? », in La Recherche, juillet-août 1976, 69, pp. 610-616.
— Raymond Ruyer, La gnose de Princeton. Des savants à la recherche d’une religion, Paris, Fayard, 1974, 303 p.
— Suzanne Lallemand, « Cosmologie, cosmogonie », in La construction du monde. Religion/Représentations/Idéologie, Paris, Maspero, 1974, pp. 20-32.
— Severo Sarduy, Barroco, Paris, Seuil, 1975, 143 p. Sarduy rappelle admirablement que : « Si se trouve promu au rang d’espace-type celui que décrit la cosmologie, c’est simplement que cette science, dans la mesure où son objet propre est l’univers considéré comme un tout, synthétise, ou pour le moins inclut, tous les autres savoirs : ses modèles, en un certain sens, peuvent figurer l’épistémé d’une époque. »
Christiane Barrier-Lynn a très justement écrit à propos du mouvement écologiste : « Par-delà les intérêts et les stratégies de classe, il a d’abord été, semble-t-il, un nouvel imaginaire, une nouvelle cosmogonie. » « Ecologie : vers un despotisme super-éclairé? » in Esprit, septembre 1975, 9, p. 185.

23 Consulter Th. S. Kuhn, « The History of Science », in International Encyclopedia of Social Sciences, vol. 14, 1968, pp. 74-83. Date un peu.

24 Voir M.N. Richter, Science as a cultural process, Cambridge, Mass., Schenkman Publishing Company, Inc., 1972, 130 p. Et notre note 13.

25 L’œuvre la plus intéressante à ce sujet est celle de Michel Serres, auteur qui renouvelle toute la question des rapports entre science et culture. Le lecteur trouvera la liste de ses ouvrages déjà parus dans le plus récent, à savoir Hermès IV, La distribution, Paris, Minuit, 1977.
Sur les perspectives de la nouvelle historiographie intellectuelle, voir les travaux de Judith, E. Schlanger, notamment « Sur le problème épistémologique du nouveau », in Revue de Métaphysique et de Morale, 1974, 1, pp. 27-49.
La bibliographie classique en matière de diffusion interculturelle se trouve dans : E.M. Rogers with F.F. Shoemaker, Communication of Innovations. A Cross-Cultural Approach, New York, London, The Free Press, Collier-Macmillan, 1971, 476 p. (bibliographie d’une centaine de pages).

26 Outre les ouvrages sur la révolution copernicienne de Th. Kuhn, A. Koyré et A. Koestler déjà cités et largement connus, ainsi que les grands travaux de Joseph Needham et de ses collaborateurs, dont on trouvera la liste dans Changing Perspectives in the History of Science, Essays in Honour of Joseph Needham, edited by M. Teich et R. Young, London, Heinemann, 1973, 490 p., consulter les ouvrages de synthèses suivants :
W.P.D. Wightman, Science in a Renaissance Society, London, Hutchinson University Library, 1972, 191 p. (paperback).
M. Boas, The Scientific Renaissance, 1450-1630, Glasgow, Fontana, 1970, 350 p. (paperback. Date de 1962).
A.R. Hall,
From Galileo to Newton, 1630-1720, Glasgow, Fontana, 1970, 379 p. (paperback. Date de 1963).
H. Kearney,
Science and Change, 1500-1700, London, Weidenfeld and Nicolson, World University Library, 1971, 253 p. (paperback).
H. Kearney, ed.,
Origins of the Scientific Revolution, London, Longman, Problems and Perspectives in History, 1964, 159 p. (paperback).
A.G.R. Shith,
Science and Society in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, London, Thames and Hudson, 1972, 216 p. (paperback).
M. Crosland, ed., The Emergence of Science in Western Europe, London, Macmillan, 1975, 201 p. (Une série d’approches sociologiques sérieuses).

27 Bien entendu cette question de la continuité ou de la discontinuité n’est pas close et la situation du personnage et de l’œuvre de Galilée fait toujours l’objet d’un débat très animé. Sur les différentes thèses, voir l’excellente étude de Dudley Shapere, Galileo. A Philosophical Study, Chicago, London, University of Chicago Press, 1974, 161 p. (paperback) et celle, plus difficile de William R. Shea, Galileo’s Intellectual Revolution, London, Macmillan, 1972, 204 p.
Dans la ligne ouverte par l’étude d’Alexandre Koyré intitulée « Du monde de l’« à-peu-près » à l’univers de la précision » (1948), l’historien de la mécanique Pierre Costabel écrit : « La notion de précision prend effectivement au cours du xviie siècle une consistance radicalement nouvelle et engage entre les savants et les praticiens un dialogue de plus en plus pressant. » (« L’avènement de la précision », in Revue internationale de philosophie, 1975, 114, p. 447-452. Numéro consacré à la catégorie xviie siècle en philosophie et en science.)

28 W.H.G. Armytage, A Social History of Engineering, London, Faber, 4e éd. révisée, 1976, 381 p (paperback. Original, 1961).
James K. Finch,
The Story of Engineering, New York, Doubleday, 1960, 528 p.
R.J. Forbes,
The Conquest of Nature: Technology and Its Consequences, New York, Praeger, 1968, 142 p.
« Science and Engineering », no. 4, vol.
II, de la revue Technology and Culture, 1961.
Le meilleur ouvrage d’ensemble sur le développement de la technologie occidentale est à ma connaissance :
Arnold Pacey, The Maze of Ingenuity. Ideas and idealism in the development of technology, London, Allen Lane, 1974, 350 p.
Et Cambridge Mass. MIT Press 1976 paperback avec une nouvelle introduction. La perspective de Pacey souffre cependant de ne pas intégrer l’aspect militaire.

29 Bertrand Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964, 239 p.
William Barclay Parsons, Engineers and Engineering in the Renaissance, réédition MIT Press, 1968, 661 p. Date de 1939.
Pierre Thuillier, « Au commencement était la machine », in La Recherche, 1976, 63, pp. 46-57.
Ladislao Reti, « The Leonardo da Vinci Codices in the Biblioteca of Madrid », in Technology and Culture, 1967, 8, pp. 437-445.
Serge Moscovici, Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion, 1968, 604 p. (rééd. coll. Champs, Flammarion, 1977) Un ouvrage indispensable pour l’étude du relativisme culturel naturel.
Donald S.L. Cardwell, « Technology », in Dictionary of the History of Ideas New York, Scribner, t. IV, 1973. pp. 57-365.
Philip Sporn,
Foundations of Engineering, New York, Macmillan, 1964, 143 p. Thorstein Vehlen, Les ingénieurs et le capitalisme, Paris, Gordon & Breach, Publications Gramma, 1971. (Traduction de « The Engineers and the Price System », 1948, et de « On the Nature of Capital », 1908).
Jacques Guillerme et Jean Sebestik, « Les commencements de la technologie », in Thaïes, année 1966, PUF, 1968, pp. 1-72. (Synthèse d’une recherche collective entreprise à l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de l’Université de Paris, unique en son genre. Indispensable).

30 A ma connaissance, la littérature sur cet aspect du développement occidental est encore très insatisfaisante pour l’historien et le sociologue. Voir A. Pacey (1974), J.U. Nef (1958), A. Koyré (1948), CM. Cipolla (1965, 1967).
Morris Kline,
Mathematics in Western Culture, Harmondsworth, Pelican Book, 1972, 543 p. (Date de 1953).
H. A. Klein, The World of Measurements, London, Allen & Unwin, 1975, 736 p. (Une encyclopédie chronologique, un instrument de travail utile).
Joseph Needham, « Les mathématiques et les sciences en Chine et en Occident », in La tradition scientifique chinoise, traduit de l’anglais, Paris, Hermann, 1974, pp. 27-53.
Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle, ed. par R. Taton, Paris, Hermann, 1964. (On y verra l’importance des institutions militaires. Notamment marine, génie et artillerie.)
A.N. Whitehead, Science and the Modern Wold, Glasgow, Collins, Fontana Books, 1975, chap. II, Mathematics. (Date de 1925. Un classique.)

31 Les ouvrages et articles sont aujourd’hui de plus en plus nombreux sur cette question des relations de la science, de la technique et de la révolution industrielle.
Voir surtout :
A.E. Musson et Eric Robinson,
Science and Technology in the Industrial Revolution, Manchester, Manchester University Press, 1969, 534 p.
A.E. Musson, ed.,
Science, Technology and Economic Growth in the Eighteenth Century, London, Methuen, University Paperbacks, 1972, 211 p.
Peter Mathias, ed.,
Science and Society 1600-1900, London, Cambridge University Press, 1972, 284 p.
Arnold Thackray, « Natural Knowledge in Cultural Context : the Manchester Model »,
in American Historical Review, 1974, 79, pp. 672-709.
W.W. Rostow,
Comment tout a commencé. Les origines de l’économie moderne, Paris, Hachette, 1976, 234 p. (traduction de How It All Began. Origins of the Modern Economy, London, Methuen, 1975, 264 p.
Dans cette étude, le père de la théorie du take-off et des étapes de la croissance économique développe la thèse que « la révolution scientifique et toutes ses conséquences constituent, dans l’équation de l’histoire, l’élément qui distingue l’Europe moderne à ses débuts de toutes les périodes d’expansion économique précédente. » (p. 127).
Rostow se livre à une analyse comparée de la science grecque, de la science chinoise, des différentes traditions intellectuelles qu’il nomme « pré-modernes » avec la science galiléenne, exclusivement établie dans l’Europe issue de la Renaissance. Une thèse fort proche de celle de Joseph Needham, largement utilisée par Rostow. Chez ces deux auteurs, malheureusement, le contenu même de la science n’est pas soumis à une analyse socio-épistémologique si bien que la « science moderne » européenne devient miraculeusement la science universelle. On reconnaîtra là la doctrine officielle de l’Unesco et du système ds Nations-Unies.
Voir aussi :
D.S.L. Cardwell,
The Organisation of Science in England, London, Heinemann, revised edition, 1972, 268 p. (Première édition, 1957).
D.S.L. Cardwell, ed.,
Artisan to graduate, Manchester, Manchester University Press, 1974, 284 p.
Neil Mickendrick, « The role of science in the industrial revolution : A study of Josiah Wedèwood as a scientist and industrial chemist »,
in Changing Perspectives in the History of Science, op. cit., pp. 274-319. (Dépasse largement le cadre d’une simple étude de cas).
Otto Mayr, « The science-technology relationship as a historiographic problem »,
in Technology and Culture, 1976, 17, pp. 663-672. (Tout ce numéro est consacré à ce problème).
Werner Plum, Les sciences de la nature et la technique sur la voie de la « révolution industrielle », Bonn-Bad Godesberg, Friedrich-Ebert-Stiftung, 1976, 144 p. (Version anglaise, 1974. Ouvrage didactique destiné aux étudiants du Tiers Monde selon le propos de l’auteur).
The Pratonage of Science in the Nineteenth Century, edited by G. L. E. Turner, Leyden, Noordhoff International Publishing, 1976, 218 p. (Sur les transformations sociologiques de la science européenne contemporaine de la révolution industrielle).
Cyril S. Smith, « Art, Science and Technology: Notes on Their Historical Interaction », in Perspectives in the History of Science and Technology, edited by D.H.D. Roller, Norman, University of Oklahoma Press, 1971, pp. 129-165 (ègalement in Technology and Culture, 1970, 11, pp. 491-549. Un point de vue résolument non-productiviste très intéressant).

Acheter