Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Révolution industrielle, technologie de la puissance et révolutions scientifiques essaie de bibliographie critique

Introduction à « Révolution industrielle, technologie de la puissance et révolutions scientifiques. Essai de bibliographie critique ».

Jacques Grinevald

Testo integrale

1Cet essai ne cherche pas à démontrer la puissance de la technologie occidentale moderne. Face à son développement, pour lequel il serait imbécile de rejeter l’idée de progrès, il est évident que tout le reste est dérisoire. Sans le développement de cette technologie de la puissance, l’homme est sans doute insignifiant dans le cosmos. Mais, pour les puissances de ce monde, la révolution copernicienne n’a pas eu lieu : le système du monde militaro-industriel reste ptoléméen. Les forces de l’ordre nous empêchent de rire de cette mégalomanie, alors que pour leur part les technologies douces les font bien rire.

2Quelques révolutions scientifiques nous autorisent cependant à croire déraisonnable cette ambition de puissance. Si aux fondements de l’actuelle inégalité économique de l’humanité il y a la technologie thermodynamique d’une civilisation militaro-industrielle, la critique de cette différence, fondée sur la domination, peut et doit passer par la théorie de cette pratique thermodynamique. Des métaphores de la société chaude et de la surchauffe de la croissance, le développement de la thermodynamique théorique suggère une thermodynamique du développement.

3Nous laissons ici de côté les doctrines du moteur du développement, « engine of growth » pour certains, moteur de l’histoire pour d’autres. Nous nous occupons du développement des moteurs, des machines à feu et de leur théorie physique. A partir de la Révolution, française et industrielle, la chaleur a envahi le système du monde. Le monde des systèmes se retrouve en feu. C’est la révolution carnotienne. Ses conséquences sur le développement technologique et économique ne sont qu’un juste retour aux origines de la science fondée par Sadi Carnot, la plus industrielle des sciences de la nature. Sa philosophie est une épistémologie des limites, démontrées rigoureusement à partir de la technologie de la puissance motrice du feu et, en thermodynamique généralisée, pour tous les systèmes clos. Or, la Révolution industrielle, comme chacun sait, inaugure le temps du monde fini, invente et l’histoire et sa fermeture.

4L’alternative est celle de tout vivant, l’ouverture et la diversité.

dessin : Jacques Grinevald (1973)

Indice delle illustrazioni

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3823/img-1.jpg
File image/jpeg, 464k
Legenda dessin : Jacques Grinevald (1973)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3823/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,0M

Acquista