Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Théories

Théories. Technique et rationalité

Eduardo Rallo

Texte intégral

Questions de méthode

1Au cours de ces dernières années, le concept de technologie a fait l’objet d’un certain nombre d’analyses ou de critiques, de valeur inégale, qui se sont efforcées d’étudier l’impact de la technique à tous les niveaux de l’environnement, depuis l’éco-système jusqu’aux aspects sociaux. De surcroît, de nouveaux concepts, de nouvelles typologies se sont répandus au gré des modes et des auteurs : techniques alternatives, techniques intermédiaires, techniques douces, etc. Le débat s’est déplacé vers des pôles d’intérêts différents : il y a eu les controverses sur la neutralité — ou non-neutralité — de l’instrument ; sur la problématique des sources d’énergie ; sur les conséquences de la technique sur l’écosystème ; enfin sur le problème du transfert de technologie.

2Lorsqu’on se penche sur un certain nombre de publications, qu’elles soient dues à des théoriciens ou à des praticiens, on est frappé par deux aspects : tout d’abord, on constate que la plupart des travaux fondent leur analyse sur un système causal (mécaniste) binaire, et délaissent tout le système de relations dans lequel s’insèrent les phénomènes décrits.

3En économie, par exemple, ce type de démarche est fréquent : à titre d’illustration, citons les courants de l’école marginaliste qui privilégient, souvent à l’exclusion de tout autre facteur, l’existence du capital financier dans l’apparition du développement. De même, lorsqu’on cherche à expliquer le développement industriel de l’Angleterre et de l’Allemagne au 19ème siècle seulement à partir de conditions écologiques — la présence du charbon dans ces pays — on ne fait qu’opérer une analyse du même genre. Ce n’est qu’à une date récente que sont apparues des explications plus sophistiquées, qui introduisent les indicateurs sociaux, lesquels, malgré leur degré de formalisation, ne se font pas faute d’opérer à l’aide d’un système binaire de relations, mettant ainsi entre parenthèses certaines variables. En effet, les indicateurs, qu’ils soient sociaux, financiers, écologiques ou autres, sont mis en relation par couple à l’intérieur d’un modèle plus complexe, certes, mais dans lequel certaines variables sont malgré tout neutralisées dans la dynamique du modèle, comme les variables politiques. Par exemple, le nombre d’universitaires d’un pays donné peut être choisi comme un indicateur de développement ; à un degré supérieur de sophistication, la composition de cet indicateur sera étudiée : pour ce faire, on établira une relation binaire entre le nombre de techniciens ou de « lettrés » et le degré de développement technologique, sans tenir compte du fait que le nombre plus ou moins élevé des uns ou des autres dépend de la structure historico-culturelle du pays concerné, à un moment de son histoire.

4Le second aspect est plus subtil et plus complexe : il consiste à faire du concept de technologie une « réalité » a-historique et uniquement matérielle, voire, serions-nous tentés de dire, omniprésente. C’est ainsi que la technologie devient fait en soi, naturalisé. Dès lors, on en analyse les avantages et les inconvénients. S’il est vrai qu’il y a eu des études historiques portant principalement sur la technologie comme phénomène isolé, il y en a eu d’autres qui ont envisagé la technologie comme un élément du processus de structuration sociale.

  • 1 J. Needham, The Great Tuitation: Science and Society, London, Allen & Vuwin, 1969.

5Ces dernières études sont malheureusement mal connues1 à une époque où le pragmatisme réaliste tient lieu d’explication globale définitive et s’accompagne d’un certain mépris pour toute analyse théorique, croyant à tort — et pour cause — échapper ainsi à toute espèce d’idéologie.

Technologie de gestion et technologie de reproduction

  • 2 Une anecdote peut éventuellement illustrer cette situation. Il y a quelques années un universitaire (...)

6La première observation qu’il convient de faire, et la plus banale, c’est que la technologie n’est pas un fait a-historique et ne se réduit pas à une simple matérialité ; il est facile de constater qu’elle s’accompagne d’une technologie de gestion et d’une technologie de reproduction. (Pour la première, citons le développement d’un secteur de services spécialisé dans la manipulation et l’« entretien » de machines d’information et dans la traduction sémantique de leurs données technologiques. Pour la seconde, mentionnons la spécialisation très poussée qu’un haut développement technologique exige et qui entraîne la mise sur pied d’un système de production et de reproduction des connaissances, adapté aux exigences nouvelles de la technique). Anticipant sur notre analyse, nous dirons d’ores et déjà qu’il faut tenir compte de la « source d’énergie » de ces deux aspects du phénomène : les matières premières ne sont pas le seul élément important, il y a aussi le capital financier ; de même, les conséquences ne se limitent pas seulement à la pollution thermodynamique mais englobent aussi la « pollution réifiante » de la valeur d’échange ainsi que celle de l’information. En effet si l’information tend aujourd’hui à devenir polluante, c’est pour deux raisons essentielles. Tout d’abord, elle se caractérise par son accumulation quantitative ; ensuite sous l’influence des nouvelles techniques, elle se spécialise à l’excès, revêtant un aspect fragmenté, parcellaire. Cette situation est dangereuse à double titre : elle accroît l’opacité des relations sociales et provoque un isolement plus prononcé de l’individu, le rendant davantage perméable à toutes les formes de manipulation sociale (c’est-à-dire politique)2.

7Si l’on fait une autre constatation, également banale, et que l’on considère l’homme, agent historique, comme producteur à la fois de biens matériels et de rapports sociaux, cette production ne s’effectuant pas dans le vide, in abstracto, mais dans un monde concret, nous arrivons à la conclusion que la technologie n’est pas une réalité en soi, mais un produit historique dû aux hommes producteurs, à l’intérieur de certains rapports sociaux ; ce qui nous surprend, c’est que l’aspect génétique de ce phénomène technologique disparaisse dans la plupart des études sur le sujet. Tant la critique des conséquences que les solutions de rechange envisagées, s’inscrivent finalement en dehors de l’histoire ; par exemple citer certains pays comme la Chine parce que des solutions « alternatives » y ont été appliquées tout en escamotant les conditions et les transformations sociales ou historiques qui ont permis les expériences, c’est opérer une « naturalisation ». Pour être plus clair encore, formulons une question : est-il possible d’appliquer les solutions plus ou moins nouvelles qui ont été suggérées et qui toutes s’appuient sur une critique implicite ou explicite de la technologie (self-reliance, écodéveloppement, etc.) sans prendre en considération les rapports sociaux dominants, à l’échelle mondiale, ou faut-il au contraire transformer ces rapports au préalable ? Une analyse historique, même schématique, du phénomène technologique peut peut-être nous fournir des éléments de réponse.

  • 3 Pour illustrer par un exemple ce type de rationalité, nous allons décrire ce qui se passe en Galice (...)

8Si tous les groupes humains, toutes les formations sociales se sont dotés de moyens techniques pour se reproduire, il faut se demander pourquoi le monde occidental, pour sa part, a élaboré et structuré des moyens techniques qui lui ont permis le passage à une technologie tendant vers une universalisation de la domination. Nous pourrions aussi nous demander pourquoi aujourd’hui le développement menace l’équilibre, ou pis encore, la finalité même des moyens techniques, c’est-à-dire la reproduction du groupe, celle-ci étant entendue dans un sens large. C’est exactement comme si la rationalité interne de la technique débouchait sur une irrationalité au niveau global, la rationalité ne se limitant plus qu’à l’adaptation d’une production à une fin et au seul contrôle des résultats obtenus, et ce d’une manière immédiate, en fonction du présent, pourrions-nous dire (la vision synchronique domine). La finalité devient singulière et purement quantitative3. Nous précisons que la rationalité d’un système peut être non consciente pour l’agent historique.

La cohérence interne

9Avant de poursuivre, il convient de faire remarquer au préalable que toute formation sociale produit non seulement des techniques productives mais encore des techniques d’organisation internes et que ces deux types de techniques sont interdépendantes et se déterminent mutuellement : en principe, leur processus de structuration suppose une certaine profondeur historique, au même titre que le milieu écologique dans lequel elles déploient leurs activités et qui suppose aussi une transformation et un devenir. En résumé, le problème de l’origine de notre technologie de domination découle des conditions intrinsèques de notre mode de production ou de notre technification organisationnelle, et du substrat écologique sur lequel nos formations sociales se sont développées. La démarche causale classique tenterait de fournir une réponse en examinant séparément chacun de ces aspects. Or une réponse fondée sur une structuration génétique ou dialectique doit tenir compte de l’interdépendance des éléments ou sous-ensembles composant la totalité d’une formation sociale, à un moment historique donné ; ceci est d’autant plus vrai, si l’on veut élaborer une stratégie de changement ou de rupture.

  • 4 Si nous employons le terme de « concept opératoire » et que nous le lions au terme de cohérence, au (...)

10Nous allons pour ce faire employer un concept qui ne fait pas l’unanimité de tout le monde ; aussi allons-nous essayer de le préciser : c’est celui de cohérence interne d’une formation sociale. Cette cohérence obéit au principe logique de non-contradiction entre, d’une part, les techniques d’organisation et de production et, d’autre part, le système global de légitimation du groupe. Entendons-nous : un système de légitimation constitue le discours explicatif du monde (vision du monde) qui justifie une institutionnalisation des relations sociales à l’intérieur desquelles les techniques d’organisation s’inscrivent et se relient aux techniques de production. Ce discours sert à contrôler en dernière instance non seulement la production mais encore l’appropriation et la gestion des biens ainsi que la reproduction de la formation sociale. En ce sens, la cohérence n’est pas une permanence mais un concept opératoire4 qui nous permet, dans un moment historique donné, d’examiner les limites des variations internes (contradictions), compatibles avec le système et son procès de reproduction. Lorsque nous lisons aujourd’hui la littérature sur la technologie et ses conséquences, nous serions tentés de dire que nous nous trouvons à la limite de la cohérence du système. En fait, il faut se demander à quel moment précis de l’histoire de notre formation sociale apparaît le germe de la pseudo-rationalité qui nous a conduit à cette situation ?

  • 5 L. Goldmann, « Epistémologie de la sociologie », Logique et connaissance, Paris, Gallimard, 1968 (L (...)

11La non-adaptation de notre technologie en est-elle l’expression ou l’apparence ? Avant de poursuivre, il serait peut-être nécessaire d’expliciter le concept même de technologie car il prête à confusion. Pour nous, il signifie l’introduction dans les techniques de production empiriques et intuitives d’une réflexion abstraite, liée à une pensée formalisée, ce dernier terme étant entendu dans le sens piagétien. Ce serait en somme le passage d’un système opératoire concret à un système d’opérations formelles. Plus précisément, ce serait l’introduction d’une pensée logico-mathématique dans la production technique, soit artisanale, soit manufacturière, ou dans les techniques d’échange. Cette précision sur l’usage du terme de technologie nous fait penser qu’elle est antérieure à notre mode de production actuel et que nous pouvons la trouver dans d’autres formations sociales que celle du monde occidental. Nous pourrions au passage signaler qu’une des premières caractéristiques de la technologie apparaissant dans une quelconque formation sociale est qu’elle porte en elle le germe d’une division du travail non seulement technique mais aussi sociale, à en juger par l’histoire connue des sociétés humaines, et provoque une hiérarchisation à l’intérieur des groupes de fonction ou de production. Il se produit concrètement une différenciation entre travail intellectuel et travail manuel, avec une valorisation dominante du premier sur le second. C’est ainsi que la caste intellectuelle, dans le sens large du terme, depuis le savant jusqu’au technicien de terrain, élabore un système de rationalisation idéologique qui lui permet de reproduire son prestige et son pouvoir et qui constitue la limite de sa conscience possible5.

  • 6 R. Preiswerk, « Relations interculturelles et développement », Le Savoir et le Faire, Genève, Cahie (...)

12En ce sens, lorsque Roy Preiswerk6 parle de l’intériorisation du modèle occidental dans le processus d’auto-colonisation du Tiers Monde, et qu’il se réfère aux élites de ces pays, il convient de se demander s’il s’agit vraiment d’une donnée psychologique et non pas plutôt d’un moyen de légitimer et imposer un pouvoir afin de se reproduire en tant qu’élites. En effet la prise de conscience de leur auto-colonisation signifierait, en bonne logique, leur transformation (limite de la conscience possible) et en conséquence la perte de leur système de légitimation. Comment donc cette technologie, qui a existé à d’autres moments historiques et dans d’autres cultures que la nôtre, est-elle parvenue à s’organiser en Occident de telle manière qu’elle est devenue la technologie dominante du monde ? Pour tenter de répondre à la question, nous pensons qu’il est utile d’élaborer un modèle simple, capable de nous fournir quelques prises pour une tentative d’explication à la fois structurale et dialectique.

Un rêve séculaire

13En effet, nous avons parlé auparavant de technification organisationnelle et de technification de production-échange, les deux étant liées et articulées sur un système de législation collectif, inscrit dans un cadre écologique. Il ne faut pas un grand effort d’imagination pour comprendre que la variabilité des combinaisons de ces sous-ensembles peut produire des réponses culturelles nombreuses, voire divergentes, surtout si l’on considère qu’elles ne sont ni statiques ni symétriques (la symétrie et l’harmonie constituant un rêve séculaire inscrit en filigrane de l’histoire des sociétés humaines). Ceci nous expliquerait que l’être humain vit dans le monde de la différence et non pas dans celui de l’homogénéité culturelle.

14Parler de développement humain sans tenir compte de la spécificité culturelle constitue une aspiration de type ethnocentrique ou une utopie idéaliste, sauf bien entendu si l’on se réfère au développement des différences, c’est-à-dire à l’utopie créatrice et concrète, à l’« enrichissement » dans la diversité.

15Malheureusement, nos instruments mentaux nous obligent à opérer par schématisation, par réduction de la réalité ; aussi sommes-nous obligés de ne leur concéder qu’une stricte valeur heuristique ou opératoire (oublier cela c’est reproduire l’origine instrumentale de la pensée universaliste occidentale et tomber dans la même erreur que ceux qui se veulent pratiques et réalistes). C’est pourquoi au préalable nous avons parlé de modèle et non pas de réalité. Supposons donc que les formations sociales, dans une certaine situation concrète, portent l’accent sur une forme de technification, de préférence à une autre. En bref, que certaines formations vont, à un moment donné, développer la technification organisationnelle, aussi bien à l’intérieur de leur propre système que dans leur rapport avec d’autres formations, tandis que d’autres vont choisir de technifier leur système d’échange sans pour autant oublier qu’il existe une possibilité d’accord ou de désaccord entre ces évolutions et leur système de légitimation collectif. Cela signifie que le degré de dépendance vis-à-vis de l’idéologie organique (vision du monde collective) sera plus ou moins étroit ou, plus précisément, que le groupe qui contrôle le pouvoir sera, selon le cas, conséquent ou non avec le système de légitimation collectif ; ou bien, au contraire, qu’il va briser l’« harmonie » de la formation sociale pour élaborer un type de légitimation qui lui soit propre. Le droit peut nous fournir l’exemple d’une institution de contrôle social. Le droit romain correspond à une technification organisationnelle ; il est cohérent avec un certain ordre aristocratique, tandis que le droit anglo-saxon « empirique » et mobile favorisera une technification d’échange dont, par ailleurs, il est le résultat. Ainsi, lorsque la bourgeoisie deviendra une classe à vocation hégémonique, l’« harmonie » collective en face du droit romain doit être modifiée. Il faut bien sûr tenir compte du fait que dans une formation sociale donnée les groupes de pouvoir et de fonction sont — ou peuvent être — conflictuels. Aussi pouvons-nous supposer qu’une technification d’organisation tendra davantage à justifier, alors qu’une technification d’échange sera plus indépendante de l’idéologie collective et davantage liée à la mobilité du groupe qui la contrôle.

16Il va sans dire qu’à l’intérieur de chaque formation sociale les deux formes de technification co-existent ; ce qui varie, c’est le degré de participation au pouvoir politique de l’une ou l’autre. La technologie associée à la forme organisationnelle différera d’une technologie associée à l’échange. La première exigera un développement et une rationalisation du système de communication interne pour pouvoir s’étendre et se maintenir, sans rupture de continuité de son système d’organisation administrative, et pour pouvoir réaliser les grands travaux utiles à l’ensemble de la collectivité ou les travaux de prestige issus des formes de légitimation du système. De même, elle développera la défense du territoire à l’intérieur duquel le système se développera. La technologie d’échange sera dans ce cas soumise aux exigences du système global.

17Ainsi, nous fondant sur l’histoire connue des sociétés humaines, pourrions-nous parler en ce cas d’une technologie impériale. Si nous considérons que la mobilité ou la transformation de moyens techniques utilisés dépendent de l’élévation des résultats et de leur degré de conformité aux buts premiers de la production, ce type de technologie, issu du système organisationnel, aura un croissance lente puisqu’il se déroulera selon un espace et une durée étirés. Une pyramide, une voie romaine, un système hydraulique s’inscrivent davantage dans une perspective de permanence que dans celle de changement. En revanche, quels sont les effets d’une technologie orientée vers la technification de la production et de l’échange ? Le contrôle exercé sur les résultats permet déjà une transformation plus rapide des moyens puisque ce processus va se dérouler selon des espaces et durées plus resserrés. La conséquence immédiate en sera, d’une part, une plus grande mobilité créatrice, d’autre part, un fractionnement technique en groupes de fonctions indépendants qui tendront infailliblement à devenir « fins en soi », autonomes par rapport à l’ensemble social. De même, ces groupes entreront en situation de concurrence entre eux, donnant lieu à une plus grande créativité au niveau de leurs fonctions.

  • 7 La rupture de la cohérence ou l’irrationalité dominante (voir ci-dessus).

18Cette notion d’un double développement de la technologie (avec toutes les formes de transition imaginables) peut peut-être donner la clé du phénomène actuel7. Nous allons donc essayer d’appliquer ce schéma à l’histoire du monde occidental.

Retour à l’histoire

19A la chute du monde grec caractérisé par une organisation en villes, par le développement conjoint d’une technification d’échange et d’une première technologie de production, c’est l’empire romain qui va donner la priorité aux formes organisationnelles ; c’est pourquoi elles seront dominantes durant toute cette période. Nous n’allons pas analyser ici les raisons de la désintégration de cet empire, bien que nous pourrions y déceler certains éléments présents également dans d’autres formes similaires d’organisation : conflits entre les groupes de fonction (militaires, administrateurs, etc.), crise des systèmes de légitimation, tendances centrifuges des administrations périphériques, qui pourraient expliquer la diminution de sa capacité de résistance face aux pressions des peuples situés aux marches de l’empire.

  • 8 Il ne faut pas oublier que ces villes s’étaient déjà dotées d’une organisation politique et militai (...)

20Nous n’allons pas non plus analyser en détail les organisations du Bas Moyen-Age ; cependant il est intéressant d’observer qu’à cette époque les formes de technification organisationnelle vont susciter un renforcement des unités de production localisées ; autrement dit, des formes de stratification sociale vont coïncider dans un même espace économique et géographique et vont donner lieu à un certain développement technique de la production matérielle dû aux formes naissantes de technification d’échange ; ce phénomène surviendra dans les villes dotées d’une organisation politique interne et permettra un certain équilibre relatif entre les secteurs de production et d’échanges de biens (corporations marchandes). En effet, l’espace de consommation (ou de communication) commun à la ville et à la campagne est relativement étroit et limité. Ce n’est que plus tard, avec l’organisation des foires régionales, que l’équilibre va se rompre et que la classe marchande des villes va acquérir plus de poids politique. L’émergence des nations et la consolidation des monarchies centralisatrices vont marquer une époque de conflits et d’alliances fluctuantes entre les villes, l’aristocratie et la monarchie. Cependant, il est utile d’observer que la technique d’échange va, dans certaines régions d’Europe, précéder les système de technification organisationnelle. Il ne faut pas oublier que les techniques commerciales et financières parviennent à un point de développement surprenant, aussi bien dans les villes italiennes que dans les villes hanséatiques, à tel point que les techniques financières n’ont guère changé depuis l’époque hanséatique jusqu’à nos jours, du moins du point de vue qualitatif8.

21C’est à partir du xiiième siècle que nous allons assister en Europe à une lutte pour le pouvoir politique entre les formes développées de technification d’échange et les formes organisationnelles, partielles et conflictuelles. L’idéologie aristocratique, fondée sur une idée de hiérarchie, ou d’inégalité, et inspirée du christianisme, est « cohérente » dans le sens que nous avons donné au terme ; elle s’accorde à l’inégalité de la stratification sociale.

22Dans une Europe de période de cristallisation des nations-Etats, les exigences productives et le développement d’un puissant mercantilisme en quête de nouveaux marchés vont achever de détruire le cadre des rapports techniques et sociaux issus du Moyen-Age. Ces deux facteurs vont ouvrir la voie à un changement qualitatif dans la division technique et sociale du travail. Les premières ébauches d’une science empirique apparaissent. Il est curieux de constater qu’à l’époque du premier parlement anglais (instauré en 1264) où chaque comté est représenté par deux chevaliers et les villes par deux bourgeois, Roger Bacon utilise déjà le mot d’expérimentation... Ce fait n’a qu’une valeur anecdotique mais il nous a semblé intéressant de faire le rapprochement.

23Il faut attendre le xviie siècle pour que se produise un renversement dans les rapports du monde scientifique. Les branches spéculatives subissent alors une perte de pouvoir, tandis que le monde de la mathématisation — l’astronomie — voit croître son prestige grâce à une collaboration chaque fois plus étroite avec le monde de la technique et entre autres avec la production artisanale directe — travaux d’optique —. Parallèlement, se constitue une caste d’ingénieurs responsables de grands travaux : communication, défense et fabrication d’armes. Les lieux de cette rencontre vont se situer dans les pays où le mercantilisme connaît justement un essor sans précédent. Citons un exemple de cette triple convergence : c’est devant le parlement des Pays-Bas en 1636 que Galilée présente ses travaux sur la détermination en mer des longitudes par l’observation des satellites de Jupiter. Dans ce cas précis, on peut voir comment la science et le progrès technique (tous deux considérés dans une relation dialectique, s’enrichissant mutuellement de leur acquis) vont se mettre au service de la navigation et en conséquence au service du progrès des la marine marchande hollandaise. Ce courant de pensée va déclencher un phénomène généralisé d’intérêt pour les travaux techniques. Désormais, ce qui se dit ou se fait dans les ateliers pourra faire l’objet d’un traitement intellectuel. Le travail manufacturier peut et doit être un objet de réflexion. C’est dans ce cadre de pensée que le concept de technologie va être utilisé pour la première fois. Avant de poursuivre, il nous semble utile de rappeler que, depuis leur origine, les développements de la technique et de la science, incarnent déjà une division des tâches dans leur mutuelle interdépendance et recouvrent une division sociale du travail. Or celle-ci-implique à l’intérieur des rapports sociaux, une participation au prestige et aux pouvoirs de décision, différente. Il y a tout d’abord la mathématisation, puis la normalisation des techniques et de leur langage de transmission, enfin au bas de l’échelle, la réalisation pratique. Qu’est-ce que cela signifie sinon la rupture du procès de travail productif antérieur ?

Rationalité interne, irrationalité collective

  • 9 « En dépit de ces moyens de protection, la grande industrie rendit la concurrence universelle (elle (...)

24Aussi voyons-nous que le secret de notre technologie suppose son développement à l’intérieur d’un monde chaque fois plus dominé par une technification d’échange. Ce n’est pas par hasard si l’Angleterre est le pays où la bourgeoisie contrôle déjà le pouvoir politique lorsque le terme « technologie » apparaît dans sa signification actuelle, c’est-à-dire au début du xixe siècle. En somme, l’interaction, ou interdépendance, entre la science et la technique va obéir à une finalité de classe dont la rationalité interne est indépendante de la rationalité collective. De là découle la rupture de la cohérence sociale. Le processus de complexification technologique s’accélère parallèlement, et ce pour trois raisons essentielles. Premièrement, la technologie réduite à une finalité précise, l’augmentation du profit, s’applique dans des espaces et temps abrégés ; cela permet, à travers le contrôle des résultats, de juger rapidement de l’efficacité, ou inefficacité, des moyens — ou outils — employés et de les changer ou modifier en conséquence. Deuxièmement, le système de production tend à se parcelliser (à se spécialiser) et manifeste une apparente autonomie. Troisièmement, la relative indépendance de la technologie, sur le plan idéologique, éthique, et par rapport à la vision du monde lui donne une plus grande mobilité ; alors qu’au contraire, les techniques d’organisation sont plus dépendantes des systèmes de légitimation, ce qui constitue finalement un frein au développement technologique9.

25C’est ce qui explique l’universalisation et la domination de l’espace économique occidental. A l’heure actuelle, la technologie occidentale échappe au contrôle de la rationalité collective et nous conduit à une rupture de la « cohérence » du système dominant, pas seulement dans son aspect matériel mais aussi dans son aspect social ; par sa logique interne de la division du travail, ce système fait des agents historiques les pièces d’une mécanique. Aujourd’hui le problème n’est pas tant le contrôle des sources d’énergie que celui de l’information afin de contenir dans certaines limites les processus partiels de production, de gestion et de reproduction du système. Finalement, le problème consiste moins à changer les aspects externes, apparents et matériels de la technologie, ou ses formes d’application, qu’à transformer la logique interne qui lui a permis de se développer, celle d’un mode de production. Ainsi, pouvons-nous un jour découvrir qu’équité ne veut pas dire égalité mais reconnaissance de la différence.

Notes

1 J. Needham, The Great Tuitation: Science and Society, London, Allen & Vuwin, 1969.

2 Une anecdote peut éventuellement illustrer cette situation. Il y a quelques années un universitaire suisse devait voter pour ou contre la construction d’un barrage. Afin d’éclairer son choix, il requit l’information nécessaire. Un volumineux dossier lui fut remis. A l’issue d’une lecture attentive, il prit en toute conscience la décision de s’abstenir : ce fut le dossier et non le barrage qui le plongea dans la plus complète incertitude.

3 Pour illustrer par un exemple ce type de rationalité, nous allons décrire ce qui se passe en Galice (nation de l’Etat espagnol) où de nombreuses usines de papier ont été construites. Le problème de leur approvisionnement en bois a été résolu en plan tant des arbres à croissance rapide qui assurent une bonne rentabilité à ce secteur indusstriel. L’arbre choisi a été l’eucalyptus. A aucun moment, les conséquences, à moyen terme, de ce type de boisement n’ont été envisagées. Or il modifie l’équilibre du milieu, rendant le sol inapte à toute autre culture. Résultat : le problème global d’une région déjà sous-développée n’a fait que s’accentuer.

4 Si nous employons le terme de « concept opératoire » et que nous le lions au terme de cohérence, au principe logique de non-contradiction, c’est pour éviter un piège épistémologique fréquent dans la lecture que certains auteurs font du matérialisme dialectique. Le concept de contradiction devient un deus ex machina, à l’extrême naturalisé : « la contradiction est l’essence des choses », fait l’objet d’une interprétation littérale. Or ce concept se réfère au niveau de l’explication. Pour parler plus clairement, la contradiction n’est pas la réalité mais le produit de l’explication de la réalité (explication issue d’une action sur la réalité). Elle provient d’une nécessité : celle inhérente à toute explication qui doit préciser le point de vue, la référence ou la pertinence, ce qui obligatoirement exclut d’autres points de vue. Les contraires sont des couples d’opposition au niveau descriptif qui sont confondus avec le concept de contradiction.

5 L. Goldmann, « Epistémologie de la sociologie », Logique et connaissance, Paris, Gallimard, 1968 (La Pléiade).

6 R. Preiswerk, « Relations interculturelles et développement », Le Savoir et le Faire, Genève, Cahiers de l’IED, 1975.

7 La rupture de la cohérence ou l’irrationalité dominante (voir ci-dessus).

8 Il ne faut pas oublier que ces villes s’étaient déjà dotées d’une organisation politique et militaire qui leur permettait de faire front aux monarchies nationales en période de consolidation (le roi du Danemark doit être élu avec l’assentiment de la ligue hanséatique). D’ailleurs, ces villes avaient déjà suscité à l’époque une forme de lutte contre l’accumulation mercantiliste, peu originale certes dans sa structure — il s’agit des pirates —, mais prémonitoire quant au nom de ces derniers : « Likendeeler » : les « égalisateurs ».

9 « En dépit de ces moyens de protection, la grande industrie rendit la concurrence universelle (elle représente la liberté commerciale pratique, et les douanes protectrices ne sont chez elle qu’un palliatif, une arme défensive à l’intérieur de la liberté du commerce), elle établit les moyens de communication et le marché mondial moderne vit le commerce sous sa domination, transforma tout capital en capital industriel et engendra de ce fait la circulation (perfectionnement du système monétaire) et la centralisation rapide des capitaux. Par le moyen de la concurrence universelle, elle contraignit tous les individus à une tension maximum de leur énergie. Elle anéantit le plus possible l’idéologie, la religion, la morale, etc..., et, lorsque cela lui était impossible, elle en fit des mensonges flagrants. »
Marx & Engels, l’Idéeologie Allemande, Paris, Edit. Sociales, 1971, p. 89.

Acheter