Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

L’introduction de nouveaux facteurs techniques de production en milieu rural : cas choisis dans l’histoire de l’économie agricole ancienne et contemporaine de l’Asie du Sud-Est

La microéconomie du transfert technologique, étude du rôle des consultants dans le processus du transfert

Andràs November

Texte intégral

  • 1 Les pays en voie de développement revendiquent, par le truchement de la CNUCED, la réduction de la (...)

1Le discours global sur le transfert technologique voile souvent le déroulement concret de son processus et ne fait qu’une référence éloignée aux réalités devenant ainsi symbolique. Il généralise et synthétise le réel en l’absorbant et en le simplifiant. La vision globale et la formulation du problème, ainsi que les recommandations (souvent revendicatives) des instances internationales explicitent par quelques notions (idées-force) le transfert technologique et ses multiples facettes1.

  • 2 La CNUCED énumère les asymétries suivantes : asymétrie des moyens de production, asymétrie des conn (...)

2C’est le paradoxe : la formulation du problème est à la fois trop généralisée et trop limitative. Elle ne soulève la désapprobation de personne mais, en même temps, n’incite pas à agir, ni à accéder concrètement à la demande formulée. La revendication — apparemment audacieuse — n’est qu’un désir pieux, qui démobilise, voire même paralyse toute action tendant à aménager les voies du transfert technologique. En effet, les détenteurs de la technologie maintiennent l’état asymétrique, la subordination et la dépendance des receveurs, car même si les résolutions de la CNUCED sont suivies, les négociations juridico-économiques s’enliseront rapidement sans qu’un changement notable intervienne dans le statu quo actuel de la dépendance technologique des pays en voie de développement2.

3Nous voulons ici reconsidérer le transfert de technologie et ses aspects sous un angle différent et proposons une approche méthodologique microéconomique. En plongeant dans le concret — même limité et partiel — nous construirons la démarche cognitive à partir de l’observation d’un acteur spécifique qui participe activement au transfert technologique : le consultant, dont l’apport est souvent considérable, quoique souvent méconnu.

4Notre étude comprend deux volets : une partie descriptive et une partie méthodologique. Dans un premier temps, nous présentons le résultat d’une enquête auprès d’importantes organisations de consultants suisses, comme illustration et complément des différents travaux du présent Cahier. Dans une deuxième partie, nous esquissons quelques aspects de l’analyse microéconomique, élaborés ensemble avec plusieurs groupes d’étudiants dans le cadre de nos séminaires à l’institut universitaire d’études du développement.

Le consultant : un acteur méconnu du transfert

5Le consultant intervient dans le transfert technologique en tant qu’intermédiaire coordinateur entre le receveur et le donneur. Son rôle indirect est comparable à un catalyseur : il déclenche le processus sans y participer directement. N’étant pas habilité à prendre ou à imposer les décisions, il les prépare tout au plus et conseille les partenaires de l’opération. En outre, il ne détient aucune propriété sous forme de capital, de marchandise ou de brevet de procédé technique. Son pouvoir réside dans le savoir qui lui permet d’intervenir dans le choix de technologies et dans l’organisation du transfert à différents niveaux.

6Son véritable rôle est de trouver les solutions concrètes aux problèmes qui surgissent au cours du transfert de la technologie. En tant que telle, sa principale prestation est de mettre à la disposition du commettant une expérience et une connaissance dans un domaine déterminé. Chargé du pouvoir important que lui délègue le commentant, il influence le choix du contenu et contrôle la réalisation du projet dans les différentes phases du transfert.

  • 3 Comme nous le verrons, ce principe pourtant fondamental, n’est pas toujours respecté.

7En dernier recours, le donneur garde toutefois le pouvoir d’entériner les décisions. Le consutant est mandé quand une organisation (publique ou privée, administration ou entreprise) se voit confrontée à des problèmes qu’elle ne peut pas résoudre par ses propres ressources (manque de temps ou d’hommes, manque de maîtrise technologique), et ne souhaite pas se doter durablement d’un service spécialisé pour le faire. Dans ces conditions, l’intervention du consultant est justifiée : elle sera temporaire et se bornera à fournir un service spécialisé. Elle sera neutre et indépendante de tout intérêt qui pourrait influencer sa proposition. Le principal souci du consultant devrait être d’élaborer une solution adéquate au problème pour lequel il a été engagé3. Des principes de spécialisation, d’impartialité et d’indépendance devraient caractériser ainsi le métier de consultant. A titre d’exemple, présentons ci-après une organisation d’ingénieurs-conseils.

8« Tant par son ancienneté et ses effectifs que par le nombre et la variété de ses réalisations, la Société Générale pour l’Industrie (SGI) est l’une des plus importantes organisations d’ingénieurs-conseils de Suisse. Jouissant d’une grande expérience professionnelle acquise au cours de nombreuses années d’activité, elle est reconnue comme conseil par divers organismes internationaux ; elle compte parmi ses clients les gouvernements de plusieurs pays.

9Indépendante de toute entreprise de construction et de tout fournisseur d’équipement, la Société Générale pour l’Industrie est en mesure d’apporter un concours parfaitement objectif et impartial à l’étude, la direction et la coordination de travaux. Le rôle de conseil qu’elle est en mesure d’exercer dans les différentes phases de l’étude et de la réalisation est une garantie d’efficacité et d’économie qui compense largement le coût de ses prestations.

10La société compte actuellement plus de 300 collaborateurs, dont une centaine d’universitaires. De plus, elle dispose, pour des investigations spéciales, du concours des laboratoires universitaires de recherche et des meilleurs experts scientifiques et techniques suisses ou internationaux ».

11L’intervention du consultant devient nécessaire par le fait qu’il existe une inégalité flagrante entre la capacité d’accueil du receveur de technologie et le pouvoir qu’a le donneur d’imposer sa technologie. En fait, les pays en voie de développement souhaitent acquérir les produits terminés (route, machine, usine, barrage), sans qu’aucune condition particulière les lient pour l’avenir. Les donneurs, par contre, tout en cédant la forme (l’objet), continuent à garder le contrôle du contenu de la technologie transférée (brevets, savoir-faire en matière de fonctionnement) et s’assurent ainsi un bénéfice durable sans se dessaisir entièrement de leur technologie. Il en résulte ainsi une double dépendance des pays en voie de développement : celle de l’obstacle devant le choix effectif de la technologie et celle de son pseudo-transfert puisque ils ne pourront pas s’approprier réellement des techniques reçues.

  • 4 Il faut encore que les pays en voie de développement puissent accéder ce « marché » pour engager le (...)

12Dans ces conditions, le recours à des tiers, c’est-à-dire aux consultants détenant le savoir (informations et connaissances) et le savoir-faire (expérience), pourrait aider à surmonter les inégalités inhérentes au transfert technologique entre pays en voie de développement et pays industrialisés. Leur existence rend possible la mise à disposition des connaissances sous forme de marchandise. Aussi un vaste marché se forme autour de la notion de savior-marchandise, qu’exploitent les organisations des consultants et que nous examinerons de plus près4.

Les organisations-conseils suisses et le processus le transfert technologique

13Après un rapide exposé des principes, regardons ce qu’il se passe dans la pratique. Nous limiterons néanmoins notre propos à l’analyse des grandes organisations de consultants. Ces dernières sont constituées en entreprises privées obéissant aux lois de l’économie de marché : elles offrent leurs services contre rénumération. Il ne s’agit pas d’organisations bénévoles d’aide ou d’assistance technique, le capital-savoir étant investi dans un but lucratif. Le marché suisse de ces organisations-conseils est vaste. Le montant global des honoraires — dépensés pour le service de consultants — se situe, selon les estimations, entre 250 et 300 millions de francs suisses. Ces frais d’études et d’honoraires de conseil représentent environ le 10 à 15 % des investissements. Une cinquantaine d’organisations (ingénieurs-conseils, conseils d’entreprises et conseils financiers) se partangent le marché. Les plus importantes sont la Société Générale pour l’Industrie, Motor-Columbus, Electrowart, Hayek, ICME. Ces grandes organisations tentaculaires sont diversifiées et couvrent, pour ainsi dire, tous les domaines du conseil en matière de transfert technologique : études économiques et financières, études préliminaires technico-commerciales, plans d’exécution, élaboration de spécifications techniques et de cahiers des charges, coordination et direction des travaux, contrôle technique du montage et de la mise en service des installations, gestion administrative et formation du personnel.

14Aussi, le savoir-marchandise est devenu une spécialité de la Suisse. Son marché trop exigu localement la contraint à étendre ses activités à l’étranger et à exporter le savoir accumulé. Dans ce domaine aussi, la qualité suisse inspire confiance. L’activité extérieure de certaines sociétés représente jusqu’à 65 % de leur chiffre d’affaires. L’exportation est aussi une mesure d’auto-défense en période de crise, comme le montre une remarque du rapport de l’Union des Banques Suisses :

  • 5 Union des Banques Suisses, L’économie suisse, 1976, Zürich.

15« En 1977, les quelque 2900 places de travail de cette branche ne pourront être maintenues qu’au prix d’une intensification de l’activité à l’étranger »5.

16Les besoins immenses des pays en voie de développement constituent un marché d’exportation particulièrement intéressant pour les grandes sociétés de consultants.

17Regardons maintenant de plus près quelques importantes organisations de consultants d’après les informations recueillies au cours de notre enquête, ainsi que la documentation qu’elles publient. La liste n’en peut pas être exhaustive, mais l’échantillon est assez représentatif pour illustrer la nature et le profil de leurs activités.

18* Motor-Columbus Ingénieurs-Conseils est une société affiliée du groupe Motor-Columbus SA. La maison mère est une société de financement dont la majeure partie des intérêts est concentrée dans les entreprises d’électricité. Depuis quelques années, la société Alusuisse a pris une participation importante dans Motor-Columbus. La société d’ingénieurs-conseils réalise un chiffre d’affaires de près 70 millions de francs suisse. A l’origine, l’organisation-conseil était spécialisée dans la construction de centrales électriques. Aujourd’hui, elle exerce son activité dans les domaines les plus divers de l’infrastructure et cela dans le monde entier : construction d’installations industrielles, transport et distribution de l’énergie, construction de routes, de tunnels, d’hôpitaux, installations d’approvisionnement en eau et projets de développement agricole. Pour renforcer sa capacité dans les domaines d’aménagement territorial, de planification des transports et d’automation. Motor-Columbus a repris quatre entreprises suisses d’ingénieurs-conseils qui ont gardé leur raison sociale autonome (Straub SA, Barbe SA, Holinger SA et Interdigit SA).

19Les principaux projets en cours dans les pays en voie de développement de Motor-Columbus SA sont les suivants : adduction d’eau (Mexique, Indonésie, Laos), développement hydroélectrique (Guatemala, Honduras, Maroc), projet routier et étude des transports (Iraq, Afghanistan), études et travaux dans le développement énergétique (Nigeria), réseau de transmission et de distribution de l’énergie (Pakistan, Iran), projet d’industrialisation (Bahrein), centrales thermiques (Algérie), tunnel routier (Venezuela), étude économique pour le développement du sucre (Equateur).

20* Electrowalt Ingénieurs-Conseils fait partie du groupe Electrowatt SA, qui est le plus important holding suisse dans l’énergie électrique. Electrowatt a des participations financières en Europe, au Etats-Unis et au Canada. Elle a étendu sa sphère d’intérêt à la construction en absorbant une entreprise générale du bâtiment (Göhner SA). Electrowatt Ingénieurs-Conseils se charge, avant tout, des études et de la réalisation de centrales électriques, de réseaux de distribution de courant, de l’aménagement des eaux, des projets touristiques, de même que de l’aménagement régional et de la mise en valeur agricole. Dans ce dernier domaine, sous le nom de FOPRO (Food and Agricultural Processing), elle offre un service intégré allant de la production agricole jusqu’à la distribution de produits alimentaires.

21Electrowatt Ingénieurs Conseils SA compte, actuellement, 1’000 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 83 millions de francs suisses. Dans les pays en voie de développement, ses activités comprennent les projets suivants : mise en valeur des forces hydrauliques (Népal), construction d’usines électriques (Guatemala), plan de développement international pour le bassin de Kagera (Ouganda, Tanzanie et Ruanda), plan de développement agricole (Afghanistan), projets d’irrigation (Nigeria, Yémen du Nord), protection incendie des aéroports (Arabie Saoudite), projet de développement (Abou Dhabi), verrerie (Iran).

22* La Société Générale pour l’Industrie (SGI) emploie 300 collaborateurs, son chiffre d’affaires atteint environ 25 millions de francs suisses. Elle a été créée autour de l’expérience acquise lors de la construction de barrages et de tunnels, il y a 80 ans. Aujourd’hui, ses domaines d’activités englobent : aménagement hydro-électrique et hydraulique, ouvrages routiers et ferroviaires, bâtiments industriels, administratifs et résidentiels, protection de l’environnement et aménagement du territoire, eaux potables et usées, installations de pompage, infrastructure touristique, génie industriel, création de zones industrielles, transport et infrastructure, informatique et télécommunications. Elle groupe différentes socitétés spécialisées dans le développement des ressources pétrolières (Petroplanning), dans la protection de l’environnement (ECOPLAN) et dans la cimenterie (PEG).

23Les activités de la SGI s’étendent sur les projets suivants : aménagement de l’oued Loukkos (Maroc), aménagement hydro-électrique (Pérou, Equateur, Guatemala, Turquie), adduction d’eau (Algérie), étude du flux de transport (Algérie), étude du plan directeur de la zone franche industrielle de Dakar (Sénégal), projet touristique (Dahomey).

24* Universal Engineering and Finance Corporation (UNIFICO) a été fondée, il y a un an, par la Socitété de Banque Suisse et le bureau d’ingénieurs-conseils Universal Engineering. UNIFICO assume le rôle de conseiller dans l’organisation de projets et fournit un service dans le domaine d’ingénierie et du financement dans les pays en voie de développement.

25* Industrie et Développement SA (INDEVSA) est une forme particulière de société de consultants. Son but est d’aider les pays en voie de développement, afin qu’ils puissent renforcer leur capacité d’accueil de la technologie.

26INDEVSA fait des études pour aménager les voies de transfert et pour « amortir le choc mutuel » qui résulte de la rencontre de deux technologies fondamentalment différentes. INDEVSA conseille les investisseurs et les industriels dans leur adaptation aux milieux récepteurs dans les pays en voie de développement et se charge aussi de la gestion des investissements (ingénierie financière). INDEVSA gère plusieurs projets en Côte-d’Ivoire, en Arabie Saoudite et au Gabon. Il convient de remarquer que INDEVSA dépend d’une fondation internationale qui apporte son aide dans le domaine de l’éducation dans les pays en voie de développement.

27* Les services de Hayek Engineering-General-Services Group s’orientent davantage vers le conseil d’organisation et de gestion. Les principales activités de Hayek comprennent : les études préliminaires d’investissement, les études de modalités de transfert de la technologie, la direction des travaux de réalisation, le contrôle financier de la construction et des livraisons, la formation du personnel, la mise en marche des unités de production, ainsi que les études de rationalisation de la production.

28La Société Hayek vise, en outre, à aider ses clients à acquérir le know-how technique : les études préparées par Hayek sont conçues d’une façon didactique, qui permet de comprendre et d’apprendre la gestion de toutes les opérations de production.

29* Envisageons, en dernier lieu, une société de conseil de gestion (management consultant) : Industrial Consulting and Management Engineering (ICME).

30Pour pouvoir faire face aux problèmes de gestion spécifiques des pays en voie de développement, ICME a fondé une filiale, Conseils en développement et organisation (CONDOR). Cette société a pour vocation de promouvoir et d’accélérer le développement et l’organisation de l’industrie, du commerce, du tourisme, de l’administration publique et de l’infrastructure. CONDOR offre ses services dans tous les domaines du management, à savoir : la planification, la formation et la gestion du personnel, le marketing, la gestion financière, la production et l’informatique. Ses principaux projets sont : étude de l’approvisionnement en eau (Ruanda), projets de développement des industries textiles (Mexico), étude industrielle de la zone de Sahel (Mali), étude de l’industrie laitière (Turquie), étude sur le redéploiement industriel (ONUDI), projet sur la création de petites et moyennes entreprises (Zambie).

31Cette série de descriptions montre le vaste éventail de l’intervention des consultants, comme elle révèle l’enchevêtrement des intérêts et des activités.

32Les grandes organisations de conseil sont les démiurges modernes. Elles façonnent la surface et les entrailles de la terre, détournent les fleuves, aménagent, équipent, percent, irriguent et bâtissent, bref, elles changent le visage de la planète. A leur suite, arrive un autre genre de conseiller, celui qui fait fonctionner les usines et transforme les comportements humains.

  • 6 Voici une citation tirée de la documentation de la SGI, qui montre l’ambiguïté du rôle des consulta (...)

33Le pouvoir dont disposent les consultants, en matière de transfert technologique, est souvent exorbitant. Il est en proportion des moyens employés. Les sommes engagées, les intérêts financiers et commerciaux en jeu et les technologies modernes ont leurs conséquences inéluctables : la spécialisation du travail, le morcellement du processus de fabrication et l’accroissement des délais de gestation industrielle. De plus, la complexité et la dimension des problèmes économiques et techniques escamotent complètement l’environnement socio-culturel. Le transfert technologique cristallise les contradictions latentes et réelles du monde industriel. Les consultants, prisonniers de leur rôle, sont au service du perfectionnement technique qui évacue de la problématique l’acteur principal : l’homme. Pourtant, les intentions louables et les paroles rassurantes ne manquent pas, mais l’émergence irrésistible de la technologie omnipuissante rend impossible toute tentative qui veut renverser cette situation6.

34En effet, toute l’évolution de notre société industrielle est pénétrée et conditionnée par la technologie. Cette technologie surdimensionnée domine les structures économiques et sociales. Comme le remarque Johan Galtung, il y a une incompatibilité fondamentale entre les structures receveuses et la technologie industrielle que l’on veut transposer (comprise comme l’ensemble des procédés techniques et du processus structurel), qui ne résistent pas au poids de la technologie transférée. Les organisations-conseils sont les représentants et les précurseurs, dans les pays en voie de développement, de cette nouvelle technologie transformatrice et dominante.

35Ainsi nous pouvons nous poser la question fondamentale de l’indépendance et la neutralité réelle des organisation-conseils dans le transfert de la technologie. La plupart des organisations d’une certaine importance émanent de groupes financiers et ont des liens, plus ou moins étroits, avec les grandes banques suisses. Derrière Electrowatt, il y a l’ombre du Crédit Suisse et Motor-Columbus est dans l’orbite de l’Union de Banques Suisses. Quand à la Société de Banque Suisse, elle a contribué à la création d’une nouvelle société de conseil, qui est appelée à être active dans les pays en voie de développement, (tout en ayant déjà pris des participations dans Swisselektra et dans la société Emsch et Berger).

36Ainsi, le puzzle est reconstitué : financiers et industriels restent vigilants aux principales organisations de conseils et se réservent le contrôle du processus de transfert. Ce sont les investissements qui conditionnent la nature du transfert :

37— D’abord, les organisations de conseils jouent un rôle dans la reconnaissance du terrain, avant que les investisseurs entrent en jeu. Comme il ressort d’une étude réalisée par ICME à la demande de l’ONUDI, les industriels suisses restent réticents à l’égard du transfert de capitaux. Pour eux, la rentabilité rapide et la protection des capitaux investis sont les conditions primordiales des transactions économiques avec les pays en voie de développement. La citation suivante tirée de la documentation de la société CONDOR confirme cette observation.

  • 7 Documentation de Condor Engineers.

38« CONDOR consacre ses efforts à tous les programmes d’action propres à faire progresser les économies attardées. CONDOR pose toutefois une condition à l’acceptation d’un mandat, quel qu’il soit : l’étude préliminaire entreprise par ses experts doit garantir une rentabilité suffisante, à long terme, du projet... Il nous semble impérieux, en effet, d’éliminer d’emblée toutes les sources d’erreurs qui, par le suite, pourraient compromettre la croissance future et le succès espéré »7.

39Vendre le savoir-faire au lieu d’investir dans les pays en voie de développement, limite en même temps les risques et répond à l’attitude prudente de l’industrie suisse. Faire l’investigation d’abord et investir (éventuellement) après, est un principe de prudence qu’observent scrupuleusement les industriels suisses.

  • 8 J. De Heller, « Améliorer les performances des entreprises suisses à l’exportation des produits ind (...)

40— En deuxième lieu, les études préalables qui entourent les investissements constituent une sécurité supplémentaire pour les investisseurs qui peuvent s’engager en connaissance de cause et en mesurant les risques. Comme Monsieur de Heller le remarque : « Le rôle des banques suisses ne semble pas être de prendre des initiatives pour lancer les projets : elles attendent qu’un dossier soit bien « monté » avant même de donner un avis de principe sur un appui financier éventuel »8

41— Enfin, on peut aussi se demander si le développement des organisations-conseils comme « spécialité suisse » n’est pas lié à l’importance de la Suisse en tant que place financière internationale.

42Il reste à connaître le point de vue des organisations-conseils concernant leur vécu dans le transfert de technologie.

  • 9 Ce qui explique en partie le rapprochement entre les organisations de conseils et les banques. Les (...)

43— La première préoccupation de toute entreprise de conseil est d’obtenir un mandat de conseil. Il faut, en effet, donner du travail au personnel et maintenir les rouages de l’organisation — souvent lourde — constamment en mouvement9.

  • 10 J. De Heller, Chefs - Revue suisse de management, art. cit.

44La plupart des organisations-conseils suisses estiment qu’elles manquent d’appuis (surtout gouvernementaux) dont disposent les concurrents étrangers, pour obtenir les mandats. Les responsables des organisations font remarquer que les frais d’études sont souvent offerts gratuitement par les gouvernements de certains pays industriels aux pays receveurs car généralement, elles débouchent sur les ventes d’importantes installations (comme quoi certaines études « prospectives » devraient s’appeler simplement études de « prospection »)10.

45— L’envahissement de la sphère des ingénieurs-conseils par les intérêts financiers est douloureusement ressenti. Comme un de nos interlocuteurs l’a déclaré : « C’est l’argent qui commande. L’ingénieur-conseil ne peut plus jouer son rôle de conseil impartial. Il devient simple sous-traitant ».

46— Sur le terrain, le consultant doit affronter de nombreuses difficultés (physiques, psychiques) en travaillant dans un milieu fondamentalement différent (culturel, économique, politique). Il doit assumer une très grande responsabilité (car un grain de sable peut détraquer la machine sophistiquée). Il constate aussi, non sans désenchantement, que les cadres locaux désertent rapidement les chantiers situés dans la brousse, pour occuper une place plus confortable dans l’administration en ville. Le recrutement du personnel expatrié devient de plus en plus difficile et de plus en plus cher.

47Ces trois points montrent succinctement comment les consultants vivent les avatars du transfert technologique.

Que peut apporter l’analyse microéconomique ?

48Dans le vaste débat qui s’instaure autour du transfert technologique, une question se pose : l’analyse microéconomique peut-elle contribuer valablement à une meilleure compréhension de la problématique en général ?

49Cette interrogation est constante dans les recherches que nous poursuivons dans le domaine de la microéconomie : la connaissance de la praxis peut-elle enrichir le processus cognitif, autrement dit, peut-on, en partant de l’analyse d’une infime partie de la réalité, découvrir les rapports structurels fondamentaux et aboutir à la conceptualisation ? N’existe-t-il pas une rupture épistémologique entre les méthodes d’approche des microstructures et celles des macrostructures économiques ?

50Dans l’avant-propos d’un précédent Cahier, nous retrouvons la même question, avec une ébauche de réponse :

  • 11 Le savoir et le faire, Cahier de l’IUED no 2 avant-propos.

51« En fait, qu’est-ce qu’une méthodologie, sinon d’abord un examen de conscience des mécanismes d’approche et, parallèlement, une découverte méthodique de liaisons, parfois cachées, entre l’ensemble des concepts et théories qui font l’objet de la recherche sur le « développement » et les facteurs de domination culturels et économiques ?... Une même problématique unifie théorie et pratique, le savoir et le faire »11.

  • 12 O. Gelinier, L’entreprise créatrice, Paris, Editions Hommes et Techniques, 1972, p. 29.

52L’évolution des concepts élaborés en sciences économiques remet également en cause la question méthodologique. Plusieurs auteurs remarquent le malaise grandissant des sciences économiques : « Le développement même de l’économie provoque un malaise profond, car il y a un décalage entre le modèle et la réalité »12.

  • 13 Allocution du Professeur Leontief devant l’American Economic Association, en 1971.

53Le professeur Léontief s’exprime aussi dans le même sens : « Un sentiment de malaise à l’égard de la situation de notre discipline s’est développé... Le malaise ne provient pas du manque d’intérêt des problèmes pratiques auxquels s’attaquent les économistes, mais de l’insuffisance manifeste des moyens scientifiques avec lesquels ils s’efforcent de les résoudre ». Et il ajoute plus loin : « Il est évident que les fondements empiriques chétifs et à croissance bien trop lente ne sont plus en état de soutenir la superstructure proliférante de la théorie économique pure, ou je devrais dire, spéculative »13.

  • 14 « L’effet des institutions, des règlements, des services, des assurances, des bureaux et de leurs t (...)

54Il semble que les méthodes d’analyse microéconomique — qui s’intéressent principalement aux comportements d’agents économiques individuels (entreprises, ménages), par opposition à la macroéconomie qui a un champ d’investigation étendu aux quantités globales — peuvent contribuer à faire progresser la conceptualisation économique, car elles vont au-delà des limites du fait économique isolé, pour l’étendre à l’analyse de facteurs sociaux et anthropologiques. Les sociologues et anthropologues ont été les premiers à découvrir la nécessité d’élargir la vision épistémologique aux micro-événements et à la micro-action (Abraham Moles)14. Ils ont, toutefois, minimisé ou ignoré l’importance du fait économique. Or, dès qu’il faut mettre en œuvre des ressources pour accomplir un acte social, le fait économique intervient.

55L’examen des microstructures économiques n’est justifié qu’à condition qu’elles se restructurent dans un ensemble cohérent de concepts. En conséquence, la seule voie pour saisir les phénomènes socio-économiques, réside dans l’emploi de plusieurs procédés méthodologiques, parmi lesquels la méthode microéconomique devrait occuper une place importante.

56L’exemple sur le rôle des consultants semble démontrer la viabilité de la méthode : en examinant : un détail, un acteur souvent ignoré par tous ceux qui participent au débat sur le transfert technologique, on remonte à la surface où les différentes interrelations cachées deviennent apparentes.

Notes

1 Les pays en voie de développement revendiquent, par le truchement de la CNUCED, la réduction de la dépendance technique sous deux formes : - restructuration du cadre juridique international (code de conduite et régime de propriété industrielle) - renforcement de la capacité technologique des pays en voie de développement. CNUCED IV - Transfert des techniques - Point 12, Grands problèmes de la politique générale), Nairobi, mai 1976, Doc. TD/190.

2 La CNUCED énumère les asymétries suivantes : asymétrie des moyens de production, asymétrie des connaissances techniques, asymétrie des compétences, asymétrie des ressources financières, asymétrie des pouvoirs de décision et asymétrie en matière d’initiative.
CNUCED IV, Tranfert des techniques, op. cit.

3 Comme nous le verrons, ce principe pourtant fondamental, n’est pas toujours respecté.

4 Il faut encore que les pays en voie de développement puissent accéder ce « marché » pour engager les consultants qui se mettent uniquement à leur service.

5 Union des Banques Suisses, L’économie suisse, 1976, Zürich.

6 Voici une citation tirée de la documentation de la SGI, qui montre l’ambiguïté du rôle des consultants :
« Le développement de notre société durant ce siècle est allé de pair avec l’évolution des conditions de vie, actuellement en plein essor de productivité, portant l’accent sur les valeurs humaines. Le prix de l’industrialisation effrénée que nous connaissons est un gaspillage sans précédent de nos ressources naturelles. Nous nous trouvons aujourd’hui à l’orée d’une nouvelle époque dans l’évolution technique et scientifique : celle où l’effort doit être porté sur une meilleure utilisation des matériaux et des ressources humanines. La planification de cette nouvelle ère d’existence est la préoccupation première de la Société Générale pour l’Industrie en tant qu’ingénieur-conseil conscient de son devoir envers l’homme ».

7 Documentation de Condor Engineers.

8 J. De Heller, « Améliorer les performances des entreprises suisses à l’exportation des produits industriels en aménageant le transfert de technologie », Chefs, Revue suisse de management, août-septembre 1976, p. 19.

9 Ce qui explique en partie le rapprochement entre les organisations de conseils et les banques. Les financiers sont, en principe, fournisseurs de mandats.

10 J. De Heller, Chefs - Revue suisse de management, art. cit.

11 Le savoir et le faire, Cahier de l’IUED no 2 avant-propos.

12 O. Gelinier, L’entreprise créatrice, Paris, Editions Hommes et Techniques, 1972, p. 29.

13 Allocution du Professeur Leontief devant l’American Economic Association, en 1971.

14 « L’effet des institutions, des règlements, des services, des assurances, des bureaux et de leurs titulaires, fragmente et décompose beaucoup de « grandes actions »... La Société perce les montagnes, va sur la lune, refait ses gouvernements par l’intermédiaire d’un tissu serré d’interactions, de microdécisions, de données de réactions... ».
Moles, A. : Micropsychologie de la vie quotidienne - Paris, Denoël, p. 8-9.

Acheter