Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

L’introduction de nouveaux facteurs techniques de production en milieu rural : cas choisis dans l’histoire de l’économie agricole ancienne et contemporaine de l’Asie du Sud-Est

Chapitre II. Etude macrosociale du cas pratique indonésien

Jean-Luc Maurer

Texte intégral

L’homme et la terre en Indonésie

  • 20 Statistik Indonesia 1970-1971, op. cit., pp. 24-25.
  • 21 K.J. Pelzer, « The Agriculture Foundation » in Ruth Mc Vey’s Indonesia, Southeast Asia Studies, Yal (...)

1La société rizicole javanaise ne représente en fait qu’un élément du monde insulaire pluraliste indonésien, constitué de plusieurs milliers d’îles et peuplé de plus de 300 ethnies différentes parlant 250 langues distinctes. Cet élément est cependant prépondérant car le drame indonésien se résume à l’équation suivante : 65 % de la population vit sur 7 % du territoire national. Les trois îles contiguës de Java, Madura et Bali, qui ne représentent qu’une superficie de 140.000 km2, supportaient 79 des 120 millions d’habitants que comptait approximativement l’Indonésie lors du dernier recensement réalisé en 1971. La densité moyenne de population, qui est probablement la plus élevée du Tiers Monde rural, y atteignit 565 habitants par kilomètre carré alors qu’elle n’était que de 59 au niveau national et que certaines des grandes îles périphériques comme Sumatra, Kalimantan et Sulawesi apparaissaient sous-peuplées en termes relatifs avec des densités respectives de 38, 37 et 9 habitants par kilomètre carré20. Il n’y a plus un seul kilomètre carré de terre disponible à Java-Madura où en 1959 déjà, plus de 65 % de la superficie totale était plantée quasiment en permanence, 20 % seulement étant encore occupés par les forêts alors que le seuil écologique au delà duquel l’érosion peut devenir catastrophique a été estimé à 30 %21.

2La population indonésienne qui compte aujourd’hui approximativement 135 millions de personnes s’accroît à un rythme d’environ 2,4 % par an. Ce taux démographique a peu de chances de diminuer rapidement vu les progrès relatifs de l’hygiène et l’effet très marginal du programme de régulation des naissances. A cette cadence, l’Indonésie comptera 240 millions d’habitants en 2000 et 270 en 2006, soit un doublement en trente ans. Si l’efficacité du programme dit de transmigration, déjà mis sur pied à la période coloniale hollandaise, et qui consiste à redistribuer la population javanaise dans les îles extérieures, n’est pas améliorée, il y aura 155 millions d’habitants à Java-Madura-Bali en 2000, soit une densité moyenne supérieure à 1.100 habitants par kilomètre carré ! Comment les nourrir alors que l’Indonésie n’a atteint qu’à grande peine, et pour la première fois de son histoire indépendante, l’autosuffisance rizicole en 1974-75.

3La superficie totale de l’Indonésie est de 200 millions d’hectares dont 60 sont potentiellement exploitables pour l’agriculture d’après une étude relativement récente de la Banque Mondiale qui souligne encore que sur ces 60 millions, 16 sont cultivés, 12 constituent des concessions d’exploitations forestières, 12 sont des réserves de forêts et 20 sont des terres non exploitées qui pourraient être mises en valeur principalement à Sumatra, Kalimantan et Sulawesi. Sur les 16 millions d’hectares actuellement cultivés, 8,4 le sont à Java alors que le maximum écologiquement exploitable ne devrait pas dépasser 8 millions. Le reste, soit 7,6 millions d’hectares, est situé dans les îles extérieures où il resterait, d’après cette recherche un potentiel exploitable énorme de 44 millions d’hectares sans y inclure l’immense réserve de l’Irian Jaya. Il faut fortement nuancer l’optimisme exagéré, et écologiquement naïf, de ces estimations qui laissent faussement supposer que la situation alimentaire pourrait facilement être équilibrée.

  • 22 Voir à ce sujet O.W. Wolters, Early Indonesian Commerce, A Study of the Origins of Srivijaya, Corne (...)
  • 23 Voir à ce sujet KJ. Pelzer, Pioneer Settlement in the Asiatic Tropics, American Geographical Societ (...)

4En effet, si de prime abord une île immense comme Sumatra (435.000 km2) peut apparaître comme étant relativement sous-peuplée, le poids de l’homme sur la terre y est en fait tout aussi lourd qu’à Java car l’écosystème qui la caractérise y est beaucoup plus fragile. Les techniques de production et d’encadrement du système d’agriculture itinérante sur brûlis ou ladang y sont encore largement dominantes en dehors de quelques poches restreintes de riziculture intensive (Pays Batak et Minangkabau). Comme tout autre technique de production, la pratique du ladang est le résultat d’une longue évolution historique dans un milieu physique donné ; elle comporte des limites importantes et sécrète des effets secondaires très spécifiques. Comme tous les sols de forêts tropicales, ceux de Sumatra sont particulièrement pauvres et risquent de se dégrader rapidement dès que la couverture forestière qui les protège et vit en équilibre instable sur elle-même est détruite — ce d’autant plus que, contrairement à ceux de Java et Bali, ils ne sont pas enrichis par un volcanisme actif —. De fait Sumatra n’a jamais été le cadre d’une civilisation détentrice des techniques d’encadrement sophistiquées qui auraient permis un réaménagement profond du paysage humain. La grande thalassocratie sumatranaise de Srivijaya, centrée sur le site de l’actuelle ville de Palembang, étendit pourtant son influence économique sur une grande partie du monde malais occidental en contrôlant pendant plus de trois siècles (x-xiiie siècle après J.C.) les détroits de la Sonde et de Malacca, voies de passage entre l’Océan Indien et la Mer de Chine. Il s’y développa une brillante civilisation commerçante et cosmopolite, essentiellement prestatrice de services, mais le paysage ne fut pas modifié au delà du périmètre restreint de la cité marchande, l’administration territoriale étant d’ailleurs quasiment inexistante22. Les groupes d’agriculteurs itinérants ne furent nullement encadrés et leurs techniques de production, qui constituent par ailleurs une adaptation écologiquement remarquable de l’homme à un milieu naturel ingrat, stagnèrent jusqu’à aujourd’hui. Or il s’avère que la stabilité de ce système dépend étroitement de la pression démographique. Si la population augmente, la superficie de terres disponibles pour chaque famille itinérante diminue proportionnellement ; l’alternance culture-jachère s’accélère rapidement ; la forêt n’a pas le temps de se régénérer et les sols s’épuisent. Il a été calculé que la densité de population maximum au delà de laquelle le système se dégrade se situe dans une fourchette de 25 à 50 habitants par kilomètre carré23. Or la densité sumatranaise était déjà de 38 en 1971. D’une part, nous sommes donc indubitablement confrontés au cas de techniques de production traditionnelles qui risquent, vu leur faible productivité, de ne plus pouvoir répondre à très court terme aux besoins alimentaires d’ethnies dont le taux de croissance démographique est parfois supérieur à la moyenne nationale de 2,4 % par an. D’autre part, il semble cependant peu réaliste d’imaginer de grandioses schémas de colonisation de terres soi-disant vierges afin d’y développer une agriculture vivrière intensive. En effet, outre que cela pourrait avoir de graves conséquences écologiques et impliquerait de vastes mouvements de population, il faut souligner une fois encore que ces espaces forestiers ne sont pas vides de populations et que les sols y sont particulièrement pauvres, épuisés qu’ils ont été par des essartages trop fréquents. Par ailleurs cela présupposerait un aménagement hydraulique titanesque et ruineux, pour le moment quasi inexistant car l’eau demeure la condition sine qua non de toute agriculture vivrière intensive sous les Tropiques.

  • 24 Cl. Geertz Agricultural Involution. The Processes of Ecological, Change in Indonesia, University of (...)
  • 25 Cl. Geertz, op. cit., p. 97.
  • 26 I. Palmer, Rural Poverty in Indonesia With Special Reference to Java, Rural Employment Policy Resea (...)

5A Java par contre, cette eau ne manque pas puisque l’île est caractérisée par un écosystème entièrement différent basé sur la rizière inondée ou sawah. Le paysage tropical, à l’origine probablement semblable à celui des autres îles, a été entièrement réaménagé et domestiqué par les brillantes civilisations agraires hindouistes qui se sont succédées dans le centre et l’est de Java du viie au xive siècle après J.C., celles de Mataram et Majapahit demeurant les plus célèbres. Grâce aux techniques hydrauliques d’origine indiennes, la production rizicole augmenta rapidement dans un système théocratique où la religion jouait, quoique dans une moindre mesure qu’à Angkor, le rôle de technique d’encadrement ; les temples de Borobodur et Prambanan en constituent le témoignage somptueux. La population augmenta parallèlement à la production mais le sawah présente la particularité de posséder une capacité d’absorption de main d’œuvre additionnelle très élevée. Au fur et à mesure que la pression de l’homme sur la terre se fit plus lourde, le paysan javanais améliora et intensifia ses techniques de production rizicole afin d’une part, d’augmenter la productivité des sols, et d’autre part, de fournir du travail à la communauté villageoise plus nombreuse. Dans la philosophie propre à ces sociétés communautaires « précapitalistes » basée sur la responsabilité collective du bien être villageois, il était logique qu’il en fût ainsi. La liste chronologique des innovations secondaires qui permirent progressivement d’aboutir à une des agricultures les plus intensives et soignées du monde, est difficile à établir. Elles portèrent principalement sur le doublement, parfois le triplement annuel des récoltes, sur des techniques de préparation du sol — fumure végétale et repiquage — de plus en plus minutieuses, sur un contrôle millimétrique du niveau d’eau dans les sawah, ainsi que sur des méthodes de récolte et de préparation du riz destinées à éviter la perte du moindre petit gain. Pour ne prendre qu’un seul exemple significatif, Java et Bali sont une des quelques rares régions rizicoles du monde où le riz est encore récolté épi par épi à l’aide d’un petit couteau à poignée de bambou, ou ani-ani, ce qui permet d’employer une vaste main-d’œuvre féminine. Cette complication sibylline des techniques de production permit une intensification verticale de la riziculture, c’est-à-dire des rendements accrus à l’hectare. Elle s’accompagna d’une complication simultanée des rapports sociaux au sein des communautés villageoises, lesquels devinrent de plus en plus formels et reposèrent bientôt sur un tissu extrêmement dense d’obligations mutuelles, ainsi que sur des pratiques de délibérations et de consensus. C’est ce double phénomène que l’anthropologue américain Cliffort Geertz a dénommé l’« involution agricole » de Java24. Quand les limites de l’intensification verticale furent atteintes, les paysans javanais enclenchèrent alors un mouvement d’intensification latérale ou spatiale vers les terres les moins fertiles et les plus mal situées qui furent utilisées pour y pratiquer des cultures sèches au tegal. La colonisation hollandaise renforça encore cette tendance car le développement des grandes cultures commerciales à Java, principalement canne à sucre, tabac et café, limita plus encore la quantité de terres disponibles pour l’agriculture de subsistance. Un secteur économique totalement extraverti fut ainsi surimposé aux structures d’autosubsistance des villages, dont la main d’œuvre et les terres furent réquisitionnées afin de produire pour satisfaire la consommation de la métropole. La société javanaise fut pénétrée, désarticulée, partiellement « détraditionnalisée » et indirectement intégrée dans le marché capitaliste mondial. Toujours selon Geertz25, il n’y eut pas, dans toute cette phase coloniale l’émergence d’une stratification sociale très claire dans les villages javanais mais plutôt l’apparition de ce qu’il appelle un phénomène de « pauvreté partagée » dans lequel les ressources disponibles limitées sont réparties d’une manière égalitaire entre un nombre croissant de personnes. Cette théorie a en fait été sévèrement critiquée par de nombreux spécialistes du monde rural javanais qui y ont vu un euphémisme académique qui servait à camoufler des relations patron-client basées sur une exploitation croissante des paysans sans terre. Comme le note avec pertinence Ingrid Palmer, le système décrit par Geertz restituerait probablement mieux la réalité javanaise d’alors s’il était intitulé « pauvreté partagée entre les pauvres »26. Finalement, l’éradication partielle des grandes maladies tropicales, l’amélioration des conditions de l’hygiène et de l’infrastructure de communication et surtout l’imposition de la « Pax Neederlandica » sur toute la superficie de l’île, favorise l’accélération du taux de croissance démographique qui atteignit rapidement un niveau post-traditionnel.

6Depuis le début du siècle, le déficit alimentaire indonésien n’a cessé de s’accroître pour atteindre un niveau annuel régulier de 1 million de tonnes de riz dans les années 60. Il semble que les techniques traditionnelles de la riziculture javanaise aient atteint leur degré d’intensification maximum. Il se pourrait que la productivité des sawah puisse éventuellement être encore améliorée par l’apport d’excréments animaux ou humains, mais le cheptel javanais est bien trop faible pour que les premiers puissent jouer un rôle significatif ; quant à l’utilisation des seconds, elle est totalement étrangère à la culture javanaise. Etant donné que dans l’état actuel des choses la majeure partie du territoire des îles extérieures est impropre à toute forme d’agriculture vivrière intensive et qu’il n’y a plus un seul hectare de terre disponible à Java ou Bali, force est de conclure que l’Indonésie est un pays condamné à introduire de nouveaux facteurs techniques de production dans ses campagnes. Certains d’entre eux, comme les nouvelles semences de riz à haut rendement, sont réellement nouveaux ; d’autres comme les engrais chimiques le sont moins car de nombreux paysans javanais se sont familiarisés avec leur utilisation quand ils devaient planter leur champ en canne à sucre pour les fabriques hollandaises puis étatiques. Si le recours à une telle solution se révèle donc parfois indispensable pour certaines sociétés menacées de famine, il est par contre certain que les effets secondaires, plus particulièrement sociaux, résultant toujours de l’introduction des nouveaux facteurs techniques, varient profondément en fonction des conditions politiques dans lesquelles la nouvelle technologie est adoptée. Voyons donc en ce qui concerne l’Indonésie quelle a été la stratégie économique du gouvernement, les motivations politiques qui l’ont induite à ce choix, les modalités d’application du programme d’intensification de la production agricole et enfin les résultats atteints sur le plan national.

Le programme « BIMAS » et ses résultats

  • 27 The First Vive Year Development Plan, 1969-70 - 1973-74, Department of Information, Republic of Ind (...)

7Depuis l’arrivée violente des militaires anticommunistes au pouvoir en 1965, l’Indonésie a résolument opté pour un style de développement économique à l’occidentale basé sur une aide internationale importante et une ouverture généreuse aux capitaux étrangers. La production des biens alimentaires de base, dont le riz est évidemment la culture prépondérante, a constitué le secteur prioritaire du premier plan quinquennal (1969-1974), ou REPELITA I (REncana PEmbangunan LIma TAhun), dont le but essentiel était précisément d’atteindre à son terme l’autosuffisance rizicole fixée à 15,4 millions de tonnes27. Afin de stimuler la croissance de la production agricole, le gouvernement a mis sur pied un programme d’introduction massive des nouveaux facteurs techniques de production rizicole, pour la plupart importés, tels les engrais chimiques (urée et TSP pour Tri-Super Phosphate), les pesticides, les herbicides et surtout les nouvelles semences à hauts rendements (HYV pour High Yielding Varieties) dont principalement les fameux IR5 et IR8 de l’Institut de Los Banos aux Philippines. Le programme connu sous le nom de BIMAS (BImbimgam MASsal ou encadrement massif), élaboré en fait dès le début des années 60 et testé sous diverses formes depuis, est devenu strictement vertical et autoritaire. Il s’agit d’arriver à ce que les paysans adoptent les nouveaux facteurs qui leur sont proposés sous forme de package deal pour l’acquisition duquel ils peuvent bénéficier d’un crédit à très faible taux d’intérêt mensuel (1½ %) remboursable après la récolte, soit en moyenne six mois plus tard. Ce crédit est alloué partiellement en nature (engrais, pesticides, herbicides et éventuellement semences) et partiellement en espèce (somme d’argent destinée à contribuer au « coût de la vie ») à tout paysan qui présente un titre de propriété, et proportionnellement à la superficie de son exploitation.

  • 28 Le taux d’inflation était de 615 % en 1964.
  • 29 En 1971 le Golkar remporta les élections avec 62,5 % des suffrages. Lors de la nouvelle consultatio (...)
  • 30 Statistik Indonesia 1974-1975, Biro Pusat Statistik, Jakarta, 1975, pp. 168-175.
  • 31 Ibidem, p. 23.

8Le programme BIMAS est vertical et paternaliste en ce sens qu’il part explicitement du principe que, selon le vieil adage javanais, les masses paysannes sont « encore trop stupides » (rakjat masih hodoh) pour prendre des initiatives personnelles et qu’il convient donc de les moderniser malgré elles. Il est autoritaire car le gouvernement militaro-technocrate indonésien estime que le militantisme politique dans les villages avant 1965 est en grande partie responsable du marasme économique dont il a hérité par la suite28. Partant du principe que cela détournait le paysan de son « devoir de production », une théorie dite de la « masse flottante » a été élaborée qui vise à isoler les villages de la vie politique en interdisant les activités des quelques rares partis qui n’ont pas encore été démantelés, en dessous du niveau du district (kabupaten). Finalement tout membre de l’administration indonésienne, y compris les fonctionnaires villageois et autres responsables de l’application du programme BIMAS, doivent obligatoirement être membres du parti gouvernemental GOLKAR (GOLongan KARya), formé à l’occasion des élections de 1971 qu’il remporta d’ailleurs avec une vaste marge de sécurité29. C’est donc dans un climat politique bien spécifique que le programme d’intensification de la production rizicole a été développé. Il a, selon le principe néo-libéral bien connu des pôles de développement, été appliqué en priorité aux zones agricoles les mieux intégrées et les plus productives, c’est-à-dire principalement Java et Bali. Si l’on analyse les résultats du programme BIMAS à l’échelle nationale, il s’avère qu’apparemment il constitue un succès appréciable. En effet, pendant la période couverte par le premier plan quinquennal (1969-1974), il semble, pour autant que l’on puisse faire confiance aux statistiques officielles, que la production rizicole de l’Indonésie soit passée de 12,2 millions de tonnes de riz décortiqué en 1969 à 15,4 millions en 197430, soit une augmentation globale de 26 % et un taux de croissance annuel moyen de 5,2 %. Bien que l’on puisse émettre quelques réserves sur l’ampleur du succès de cette « révolution verte » du simple fait que le chiffre de la production réalisée en 1974 correspond un peu trop exactement à l’objectif qui avait été fixé dans le plan dès 1969, on peut admettre que l’ordre de grandeur a sensiblement été celui-là.31 Pendant le même laps de temps, la population indonésienne est passé de 114,8 à 129 millions de personnes, s’accroissant à un taux annuel moyen de 2,4 %. Il apparaît donc que la production rizicole per capita a sensiblement augmenté, de 106,7 kg à 119,3 kg pendant le REPELITA I. Deux phénomènes permettent d’expliquer cette hausse substantielle de la production rizicole indonésienne. Ce sont d’une part l’augmentation de la surface récoltée et, d’autre part, celle des rendements à l’hectare. Le tableau I donne une idée précise de l’ampleur respective de ces phénomènes entre 1969 et 1974 à la fois pour l’Indonésie dans son ensemble et pour chacune des deux entités majeures qui la composent, le couple Java-Madura et l’amalgame des Iles Extérieures.

TABLEAU I : Production de riz (irrigué et non-irrigué), surface récoltée et rendements à l’hectare en 1969 et 1974 pour l’Indonésie, Java/Madura et les Iles Extérieures

TABLEAU I : Production de riz (irrigué et non-irrigué), surface récoltée et rendements à l’hectare en 1969 et 1974 pour l’Indonésie, Java/Madura et les Iles Extérieures

Source : Statistik Indonesia 1974-1975
Biro Pusat
Statistik, Jakarta, 1975, pp. 168-175.

9En ce qui concerne l’augmentation de la productivité, on peut tout d’abord noter qu’elle n’a pas été excessivement élevée, d’autant plus que l’Indonésie partait déjà d’un niveau relativement bas en 1969. On peut signaler, à titre de comparaison, que les rendements moyens japonais tournent autour de 5 tonnes de riz à l’hectare soit deux fois et demi ceux de Java en 1974. Par ailleurs, si les rendements de l’île centrale sont beaucoup plus élevés que ceux de ses voisines, cela tient principalement à la plus grande fertilité de ses sols et à la meilleure qualité de son réseau d’irrigation. On peut de ce fait s’étonner que leur augmentation n’ait pas été plus importante, ce qui traduit peut-être un phénomène inquiétant de stabilisation des rendements sur lequel nous aurons à revenir par la suite.

  • 32 R.S. Loomis Agricultural Systems, Scientific American, September 1976, pp. 99-105.
  • 33 Le padi est un mot d’origine malaise repris par les anglais (paddy) qui caractérise le riz avant qu (...)

10Cependant, étant donné le niveau actuel de sa productivité rizicole, on peut être amené à penser que l’Indonésie possède encore une marge de manœuvre appréciable, et qu’elle pourra facilement assurer son autosuffisance à l’avenir en faisant appel à une introduction encore plus massive et toujours croissante de nouveaux facteurs techniques de production. Il suffirait en effet pour cela que les rendements moyens nationaux s’améliorent progressivement et passent par exemple de 2 à 4 tonnes d’ici à l’an 2000, pour que la production de riz double sur la même surface de 16 à 32 millions de tonnes et que le pays soit en mesure de nourrir sa population qui sera deux fois plus nombreuse qu’elle ne l’est aujourd’hui, avant la fin du siècle. Certains pensent même que la productivité rizicole indonésienne peut être à terme l’équivalente de celle du Japon moyennant l’adoption de pratiques agraires nouvelles32. Il est difficile de partager cet optimisme car il se base sur une vue globale qui part de l’observation sommaire selon laquelle les rendements indonésiens sont uniformément bas en dépit des légères différences régionales sus-mentionnées. En fait, même si l’on prend la peine de collecter des statistiques district par district, les chiffres de rendements moyens sont encore trop niveleurs pour pouvoir donner une idée exacte de la diversité des conditions d’exploitation qui varient parfois du tout au tout entre deux villages distants de quelques kilomètres. Or, on s’aperçoit vite en travaillant au niveau de ces villages que là où les conditions naturelles sont les meilleures, comme dans certaines zones privilégiées de Java Central, les rendements sont déjà très élevés, certains atteignant même jusqu’à 7 ou 8 tonnes de padi33 à l’hectare. Ailleurs, et cet ailleurs constitue malheureusement une large proportion du monde rural indonésien, il est impensable de pouvoir atteindre de telles performances.

  • 34 Statistik Indonesia 1974-1975 op.cit., pp. 168-175.
  • 35 Ibidem.
  • 36 Statistik Indonesia 1974-1975, op. cit., pp. 168-175.

11L’augmentation de la production rizicole entre 1969 et 1974 semble donc moins tenir à une croissance de la productivité à l’hectare qu’à l’extension verticale et horizontale des cultures de riz. On notera en effet avec intérêt que la surface totale récoltée a augmenté d’un demi million d’hectares en l’espace de 5 ans et que, paradoxalement à première vue, c’est à Java, île surpeuplée et déjà mise en valeur au delà de ce qui est écologiquement raisonnable, que cette extension a pris place pour les 4/5ème et non pas dans les Iles Extérieures où la terre est pourtant relativement plus abondante. On est donc en partie seulement en présence d’un phénomène d’extension verticale qui lui même tient principalement au fait que l’intensité des cultures s’est accélérée avec l’introduction de semences à temps de maturation plus court. C’est principalement à Java que la pratique de la double récolte annuelle, et même parfois de 5 récoltes de riz tous les deux ans, a pu rapidement se généraliser. En dehors des raisons maintes fois explicitées, il est certain que la réfection d’une grande partie de l’infrastructure hydraulique, qui avait été passablement négligée jusqu’en 1965, permet également de mieux comprendre ce phénomène. En 1974, sur les 4,7 millions d’hectares de riz récoltés à Java-Madura, 4,4 millions, soit 93 %, étaient constitués de sawah irrigués34. Il y a cependant un important phénomène d’extension spatiale ou horizontale, aussi bien à Java que dans les Iles Extérieures, car il semble que l’augmentation de la surface cultivée en riz se soit faite au détriment de celle consacrée aux cultures alimentaires secondaires comme le maïs, le manioc, les arachides et le soya, qui constituent pourtant une source importante de calories et même de protéines pour certaines d’entre elles. Le point tournant de cette mutation agricole semble se situer en 1968-69 au moment même ou le Repelita I, qui avait comme objectif premier l’autosuffisance rizicole, allait être lancé. C’est ainsi que pour toute l’Indonésie la surface de maïs récoltée est passée de 3.2 millions d’hectares en 68 à 2.4 en 69 pour ne remonter qu’à 2.6 en 197435. Les mêmes phénomènes, quoique en général moins marqués, peuvent être observés en ce qui concerne les autres cultures secondaires. Dans l’ensemble, leur production a stagné de 69 à 74 quand elle n’a pas fortement baissé. Ceci est particulièrement marqué pour Java-Madura ou la production de maïs qui était de 2.3 millions de tonnes en 1968 est tombée à 1.6 en 1969 pour se stabiliser à 2.1 en 1974, principalement grâce à une augmentation substantielle des rendements36. Cette tendance à la substitution des cultures alimentaires secondaires par le riz, une fois identifiée, éclaire d’un jour nouveau toute la problématique de la « révolution verte » en Indonésie.

  • 37 I. Palmer, op. cit., p. 25.

12Il apparait même, à la limite, que l’augmentation de la production rizicole a été en partie annulée par la diminution ou la stagnation de celle des autres cultures alimentaires. Si l’on tient compte de ce phénomène singulier, les résultats du programme BIMAS n’apparaissent plus comme étant aussi spectaculaires qu’on aurait pu le croire à la seule étude des chiffres de la production rizicole. En fait, la situation alimentaire des Indonésiens ne semble pas s’être améliorée dans les cinq dernières années ; elle montre même une certaine tendance à la dégradation. Plusieurs auteurs ont souligné ce fait troublant dont Ingrid Palmer qui, en convertissant en « équivalent riz » la production de toutes les cultures alimentaires secondaires, montre qu’entre 1968 et 1973 la production alimentaire per capita a diminué de 167.4 kilos à 162.1 kilos37.

  • 38 P. Mc Cawley and C. Manning, Survey of Recent Developments, Bulletin of Indonesian Economic Studies (...)

13Au terme de cette étude macro-sociale des effets secondaires relatifs à l’introduction de nouvelles techniques de production dans la riziculture indonésienne, on est amené à constater que si le recours à ce type d’emprunt paraissait a priori indispensable pour assurer les besoins alimentaires du pays, les résultats, eux, ne sont guère probants. Même la croissance de la production rizicole semble montrer des signes d’essoufflement depuis deux ans. En 1975, elle n’a été que de 15.3 millions de tonnes, soit moins qu’en 1974, et il semble d’après les premières estimations disponibles que la récolte de 1976, fortement affectée par la sécheresse, ne sera guère plus élevée38. La situation d’avenir ne semble pas brillante pour une population croissante qui tarde à voir venir la récompense tant promise pour les sacrifices sociaux, politiques et moraux qui lui sont demandés au nom de la « religion du développement ». Il est quasiment impossible de pousser plus avant ce type d’analyse sans aborder le niveau micro-social de l’étude de villages qui permet d’observer et d’identifier beaucoup plus en profondeur les phénomènes de déséquilibre se produisant sous l’impact du changement technique.

Notes

20 Statistik Indonesia 1970-1971, op. cit., pp. 24-25.

21 K.J. Pelzer, « The Agriculture Foundation » in Ruth Mc Vey’s Indonesia, Southeast Asia Studies, Yale University, New Haven, 1963, pp. 118-154.

22 Voir à ce sujet O.W. Wolters, Early Indonesian Commerce, A Study of the Origins of Srivijaya, Cornell University Press, Ithaca, 1967, 404 p.

23 Voir à ce sujet KJ. Pelzer, Pioneer Settlement in the Asiatic Tropics, American Geographical Society, Special Publication No. 29, New-York, 1948, 290 p.

24 Cl. Geertz Agricultural Involution. The Processes of Ecological, Change in Indonesia, University of California Press, Berkeley, 1971, 176 p.

25 Cl. Geertz, op. cit., p. 97.

26 I. Palmer, Rural Poverty in Indonesia With Special Reference to Java, Rural Employment Policy Research Program, World Employment Program Research, International Labour Office, Geneva, july 1976, 30 p.; voir aussi B. White, Population, Involution And Employment in Rural Java, Development and Change, No. 7, 1976, pp. 267-290.

27 The First Vive Year Development Plan, 1969-70 - 1973-74, Department of Information, Republic of Indonesia, Jakarta, February 1969, vol. 2A, pp. 13 ss.

28 Le taux d’inflation était de 615 % en 1964.

29 En 1971 le Golkar remporta les élections avec 62,5 % des suffrages. Lors de la nouvelle consultation électorale qui vient d’avoir lieu le 2 mai 1977, le gouvernement avait prévu d’obtenir entre 65 et 70 % des voix. Il s’agissait pour lui d’une part d’obtenir un score sensiblement supérieur à celui de 1971 afin de prouver la popularité de sa politique de développement face à l’opinion publique des principaux pays occidentaux bailleurs d’aide d’autre part d’éviter un raz de marée en faveur du Golkar afin de sauver les apparences démocratiques du processus de consultation électoral. Il semble, au vu des premiers résultas qui nous nous sont parvenus (juin 77) que cet objectif n’aurait pas été atteint ; le Golkar aurait obtenu un score sensiblement inférieur à celui de 1971 alors que les partis musulmans, obligés de se regrouper dans une coalition unique baptisée PPP (Partai Persatuan Pembangunan : parti uni pour le développement) auraient obtenu plus de 30 % des voix. Dans le contexte politique indonésien et étant donné les moyens disproportionnés dont il disposait, cette stagnation du Golkar est interprétée par beaucoup comme un désaveu partiel de la politique suivie depuis 1965 par l’Orba (ORder BAru : ordre nouveau). Quoiqu’il en soit il semble que l’on assiste à une polarisation politique très claire menant à un clivage entre le Golkar pro-gouvernemental et la coalition musulmane comme seule force d’opposition légale organisée.

30 Statistik Indonesia 1974-1975, Biro Pusat Statistik, Jakarta, 1975, pp. 168-175.

31 Ibidem, p. 23.

32 R.S. Loomis Agricultural Systems, Scientific American, September 1976, pp. 99-105.

33 Le padi est un mot d’origine malaise repris par les anglais (paddy) qui caractérise le riz avant qu’il ne soit décortiqué. En général l’équation de conversion la plus utilisée en Indonésie est : 100 kg de padi = 52 kg de riz décortiqué.

34 Statistik Indonesia 1974-1975 op.cit., pp. 168-175.

35 Ibidem.

36 Statistik Indonesia 1974-1975, op. cit., pp. 168-175.

37 I. Palmer, op. cit., p. 25.

38 P. Mc Cawley and C. Manning, Survey of Recent Developments, Bulletin of Indonesian Economic Studies, vol. XII, no. 3, Nov. 1976. Australian National University, Canberra, p. 1 et 3.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I : Production de riz (irrigué et non-irrigué), surface récoltée et rendements à l’hectare en 1969 et 1974 pour l’Indonésie, Java/Madura et les Iles Extérieures
Légende Source : Statistik Indonesia 1974-1975Biro Pusat Statistik, Jakarta, 1975, pp. 168-175.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site