Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

L’introduction de nouveaux facteurs techniques de production en milieu rural : cas choisis dans l’histoire de l’économie agricole ancienne et contemporaine de l’Asie du Sud-Est

Chapitre I. Une problématique ambiguë

Jean-Luc Maurer

Texte intégral

Sociétés et besoins

  • 1 A. Leroi-Gourhan, Milieu et techniques, Albin Michel, Collection Sciences d’Aujourd’hui, Paris, 197 (...)
  • 2 M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Payot, Paris, 1947 ; cité par H. Baffet dans le chapitre consacré (...)

1Ce qu’il est convenu d’appeler les techniques de production agricole constituent, avec la pêche, la chasse et l’élevage, ce que André Leroi-Gourhan intitule fort pertinemment les « techniques d’acquisition »1 elles-mêmes n’étant qu’une partie des activités techniques, actes « traditionnels » et « conscients » selon Marcel Mauss2, qui forment le champ de la technologie. Ces techniques d’acquisition ne sont pas autre chose que des moyens-outils par lesquels l’homme entretient des relations avec son milieu ambiant afin d’en tirer ce qui lui est nécessaire pour pouvoir subsister. Cette action sur la matière a par conséquent comme objectif majeur la satisfaction de ses besoins. Méthodologiquement parlant, il serait donc absurde de mener une réflexion portant sur l’opportunité ou l’inopportunité de l’introduction de nouveaux facteurs techniques de production dans une société rurale donnée, sans au préalable identifier la nature des besoins de cette société et évaluer l’adéquation des moyens dont elle dispose pour les satisfaire. A cet égard, il faut dès ici introduire une distinction très claire entre les sociétés rurales qui disposent des techniques d’acquisition leur permettant d’assurer la satisfaction de leurs besoins de base, en particulier alimentaires, et celles, qui pour des raisons souvent fort variables, ne sont pas, ou plus, en mesure de le faire.

  • 3 Voir entre autres à ce sujet :
    — M. Sahlins, Stone Age Economies, Tavistock Publications, London, 19 (...)

2C’est ainsi que certaines formations communautaires peuplant le cœur des grandes îles insulindiennes et mélanésiennes sont détentrices de techniques d’acquisition (cueillette, chasse, pêche ou même agriculture de pré-domestication des espèces végétales), qui sont généralement taxées de « rudimentaires » par la terminologie ethnocentrique européenne, qui reflète la conception dominante de l’histoire et la forme la plus vulgaire de l’évolutionnisme. En fait, l’anthropologie a démontré avec pertinence la rationalité profonde de ces pratiques techniques qui permettent non seulement de satisfaire pleinement les besoins matériels très restreints de sociétés où la pression de l’homme sur la terre est encore infime, mais de le faire de surcroît à des coûts énergétiques minimes, parfaitement adaptés aux conditions d’exploitation et de mise en valeur d’écosystèmes particulièrement fragiles3. De plus, et c’est sans aucun doute là le point le plus important, les techniques d’acquisition de ce type de sociétés satisfont autant leurs besoins culturels que leurs besoins matériels car elles sont aussi et surtout mode d’organisation et langage sociaux.

  • 4 Partie occidentale de la Nouvelle-Guinée, anciennement inclue dans l’Empire Colonial des Indes Néer (...)
  • 5 Statistik Indonesia 1970-1971, Biro Pusat Statistik, Djakarta, 1972, p. 25.

3De nombreux groupes ethniques du Sud-Est asiatique sont encore actuellement dans cette situation d’autonomie et d’équilibre technologique. En Indonésie, c’est en particulier le cas pour la plupart de ceux qui occupent la province de l’Irian Jaya4 dont la densité moyenne de population n’était que de deux habitants par kilomètre carré lors du dernier recensement effectué en 19715, c’est-à-dire à peine supérieure à celle de l’Amazonie brésilienne qui constitue vraisemblablement la zone la moins peuplée de toute la ceinture intertropicale du globe. Il est absolument indispensable pour la sauvegarde de la diversité culturelle mondiale que ce type de société puisse avoir la possibilité de secréter la dynamique interne de sa propre « évolution ». Pour cela il faudrait sensibiliser peu à peu l’opinion publique des sociétés uniformisées de notre monde industrialisé à l’idée que le respect de cette diversité culturelle constitue le seul espoir véritable que l’Homme a de construire un monde plus libre, juste et égalitaire. Or, ce respect passe avant tout par celui des formes d’organisation sociale et par conséquent des techniques d’acquisition qui les déterminent en partie. En fait aujourd’hui, ce monde industrialisé, détenteur monopolistique de la technologie avancée, essaie plutôt, à travers l’introduction de nouveaux facteurs techniques de production, de créer dans ces sociétés rurales stables et autonomes des besoins artificiels. Ce sont d’ailleurs les gouvernements intégrateurs de la plupart des Etats-Nations en formation dans le « Tiers Monde », généralement constitués d’élites acculturées aux valeurs occidentales, qui lui servent de courroies de transmission. Ce faisant, ils poursuivent chacun de manière directe ou indirecte des objectifs économiques, politiques ou stratégiques qui leur sont propres. Il conviendrait donc, afin de contrer ces tactiques plus ou moins bien intentionnées, de développer rapidement une « stratégie de protection » de ce type de sociétés.

  • 6 Le Triangle d’Or se situe aux confins des régions montagneuses du Nord de la Thaïlande, du Nord-Est (...)
  • 7 M. Gutelman L’économie politique du pavot à opium dans le Triangle d’Or, Etudes Rurales Nos 53 à 56 (...)

4Les Nations-Unies nous fournissent un exemple flagrant, quoique particulier et relativement marginal, de cette manière de faire. Soutenues financièrement par les principaux pays occidentaux victimes de la vague montante d’héroïnomanie, elles ont lancé, en collaboration avec les gouvernements des trois grands pays producteurs de pavot à opium du Sud-Est asiatique, un vaste programme intégré de substitution progressive de cultures dans une grande partie du Triangle d’Or6. Il ne s’agit donc plus uniquement d’introduire de nouveaux facteurs techniques de production dans un milieu rural donné, mais bien de changer radicalement, à la limite en employant la coercition, tout le cycle de vie socio-agraire en remplaçant la culture saisonnière du couple pavot-maïs par des cultures pérennes comme le café. A notre avis, ceci revient à remplacer la dépendance externe de ce que Michel Gutelman a appelé « une petite économie marchande »7 par une autre dépendance structurelle, a priori tout aussi grave, et ce au prix du bouleversement de tout le mode d’organisation social des tribus montagnardes concernées. La toxicomanie est indubitablement un terrible fléau contre lequel il faut trouver des moyens de lutte efficaces, mais il est navrant de constater que les pays du Centre n’ont pas imaginé d’autre solution pour régler l’une des crises de société auxquelles leur « évolution » les a menées, en l’occurrence la consommation accrue de drogues « dures » chez les adolescents, que de supprimer le mal à la Périphérie, chez des populations pour qui cette production constitue la source majeure de subsistance.

5Néanmoins dans l’ensemble, les sociétés comme celles de la Nouvelle-Guinée dont il a été question plus haut, qui sont restées relativement isolées pendant une grande partie de leur histoire et sont détentrices de techniques d’acquisition leur permettant de satisfaire entièrement leurs besoins, demeurent des cas exceptionnels en Asie du Sud-Est. D’une part en effet, la péninsule indochinoise et l’archipel insulindien ont de tout temps constitué le nœud central d’un intense réseau de communications terrestres, mais avant tout maritimes, entre la Chine et l’Inde. La plupart des groupes ethniques numériquement majoritaires qui les peuplent actuellement sont sortis très tôt de leur isolement et ont été intégrés, à des degrés divers, aux structures de l’échange commercial inter-asiatique qui s’est dessiné dès la fin des temps protohistoriques. Leur mode d’organisation social « primaire » a donc été profondément bouleversé et modifié sous l’impact de facteurs culturels exogènes dont la colonisation européenne n’a constitué que l’étape la plus traumatisante en raison du principe d’exploitation systématique qui la caractérisait. L’économie de ces sociétés dépend par conséquent fort étroitement, et ce depuis longtemps déjà, des structures du marché capitaliste international pour lequel elles produisent et sur lequel elles se fournissent. La « mentalité » collective de certaines de leurs couches sociales a changé au point qu’elles ont assimilé des motivations qui leur étaient auparavant totalement étrangères, telles que la recherche du profit, la maximisation du gain, l’esprit d’épargne ou la volonté d’investir. Cette « évolution » historique apparemment irréversible a engendré des besoins nouveaux, artificiels ou non, que ces sociétés ont du moins l’envie de satisfaire si elles n’en ont pas toujours les moyens. D’autre part, il s’ajoute à ce déséquilibre regrettable un problème encore bien plus grave ; car, si certaines d’entre elles sont encore en mesure d’assurer la satisfaction de leurs besoins alimentaires de base par l’intermédiaire de techniques de production agricoles traditionnelles ou même post-traditionnelles, d’autres, où la pression de l’homme sur les ressources disponibles a atteint des proportions insoutenables, n’ont, semble-t-il, plus d’autres solutions que de faire appel à des techniques modernes importées qui seules peuvent permettre d’assurer une hausse de productivité de leur agriculture de subsistance. C’est incontestablement le cas de la société rizicole javanaise que nous utiliserons comme exemple pratique dans la suite de notre analyse pour étudier la nature des effets secondaires résultant de l’introduction de nouvelles techniques de production en milieu rural.

Transfert de technologie et innovation technologique

6Ayant fait cette distinction fondamentale, au niveau des besoins alimentaires de base, entre les sociétés rurales autosuffisantes et les sociétés déficitaires, et ce quelles que soient les techniques d’acquisition qu’elles maîtrisent, il s’agit de pousser plus loin l’analyse. Il convient donc avant de passer à l’étude du cas pratique indonésien, de relativiser toute la problématique des transferts de technologie. Il est pour cela nécessaire de se livrer, à ce niveau du raisonnement, à l’exercice sommaire de sémantique dont il était question dans l’introduction de cet article afin de préciser, entre autres, la validité de la distinction classique entre l’innovation technologique et le transfert de technologie, tout en soulignant que l’un comme l’autre entraînent des conséquences importantes, mais pas nécessairement semblables, pour le milieu social considéré.

  • 8 A. Leroi-Gourhan, op. cit., p. 373.

7Si l’on s’en tenait à l’étymologie stricte des mots, on pourrait effectivement être tenté d’opposer, comme le font un peu trop systématiquement certains, les deux concepts de transfert et d’innovation. Dans une telle optique, l’innovation se définirait comme étant le pur produit culturel endogène d’une société particulière à un moment donné du développement de ses forces productives. A l’inverse, le transfert serait un phénomène strictement exogène ; il ne serait le résultat d’aucune « sécrétion sociale interne » du milieu récepteur mais serait importé et artificiellement greffé. Par ailleurs, il ne constituerait pas obligatoirement le moyen servant à satisfaire un besoin social objectivement ressenti et devrait donc être considéré comme une introduction de technologie à proprement parler. En réalité, les phénomènes technologiques sont beaucoup plus subtils et complexes que les mots qui sont utilisés pour les restituer et les traduire. Tout d’abord, comme le note fort justement André Leroi-Gourhan, l’emprunt pur n’existe pas car « pour emprunter, le milieu technologique doit être favorable à l’emprunt »8. De plus, il est difficile d’accepter que les innovations technologiques puissent être un pur produit culturel endogène car d’une part, il n’a probablement jamais existé de groupe ethnique qui ait été en situation permanente d’isolement total et d’autre part, toute innovation part d’un acquis technologique qui contient déjà lui-même de nombreux éléments empruntés. Il est donc raisonnable de penser que dans le domaine des techniques il n’existe pas de phénomènes purs ou sut generis.

  • 9 J. Barrau, L’Asie du Sud-Est, berceau cultural, Etudes Rurales Nos 53-56, op. cit., pp. 17-39.
  • 10 H. Garrison et S. Wilkes, The Green Revolution, Environment, vol. 14, No. 8, oct. 1972, pp. 32-39.

8D’ailleurs, si l’on ne néglige pas de considérer l’évolution historique des techniques de production agricole (méthodes, outils, semences, plantes et animaux) force est de constater que les emprunts ont existé de tout temps, bien avant que le mode de production capitaliste ne soit dominant à l’échelle planétaire et que, les innovations technologiques décisives, qui ont marqué le progrès économique de nombreuses sociétés rurales « précapitalistes », n’ont très souvent été, à l’origine, que le résultat d’un emprunt. Ceci est particulièrement vrai pour une région géographique comme l’Asie du Sud-Est, ne serait-ce que parce qu’elle correspond au centre indo-malais d’origine des plantes cultivées que le grand botaniste soviétique N. I. Vavilov a défini aux alentours de 1920 comme étant le plus important et le plus ancien du monde : l’on y a dénombré quelque 45.000 espèces de végétaux supérieurs9. Il est en particulier à peu près certain maintenant que c’est dans cette région du monde tropical que le riz (Oryza Sativa L.), qui compte actuellement pour un quart de la consommation annuelle mondiale en calories alimentaires10, a été domestiqué en tout premier lieu avant de s’étendre à d’autres zones, d’abord tropicales, puis plus tempérées.

  • 11 A. Leroi-Gourhan, op. cit., p. 394.
  • 12 D. Ribeiro, O processo civilizatorio, etapas da evoluçao sociocultural, Ed. Civilizaçao Brasileira, (...)
  • 13 Voir à ce sujet G. Coedes, Les peuples de la péninsule indochinoise, Dunod, Collection Histoire et (...)
  • 14 J.E. Spencer, La maîtrise de l’eau en Asie du Sud-Est, Etudes Rurales Nos 53-56, op. cit., pp. 73-9 (...)

9Si les concepts de transfert et d’innovation prêtent à confusion c’est principalement parce que les techniques empruntées sont progressivement domestiquées au cours des siècles par le milieu récepteur ; celui-ci les intègre ou les substitue entièrement à ses pratiques d’acquisition préexistantes ; il développe les moyens de les contrôler, partiellement au moins ; parfois même il les améliore par des modifications secondaires endogènes, de telle sorte que l’on perd souvent la trace du transfert initial ou de l’emprunt. A la limite, comme le note une nouvelle fois A. Leroi-Gourhan, « il y a fusion entre l’emprunt et l’invention »11. Par ailleurs, il n’est pas rare que ces transferts entre sociétés « précapitalistes » se soient inscrits dans des rapports de dépendance politique et culturelle du milieu récepteur par rapport au milieu donneur, ce qui confirme les thèses fameuses de Darcy Ribeiro12. Prenons l’exemple le plus significatif des nombreux cas d’espèces qui jalonnent l’histoire antique du Sud-Est asiatique : si les vietnamiens ont pu libérer le delta du Fleuve Rouge du joug de l’Empire du Milieu en 938 après J. C, puis entreprendre « la poussée vers le Sud » qui leur permettra de coloniser progressivement les plaines côtières de l’Annam et de la Cochinchine jusqu’au delta du Mékong, chassant ou assimilant les populations hindouistes cham qui les occupaient auparavant13, c’est grâce aux techniques de production rizicole qu’ils ont empruntées à la civilisation chinoise pendant plus d’un millénaire de dépendance quasi-coloniale et parmi ces techniques, plus particulièrement l’usage systématique d’une fumure organique unique dans toute la région et la mise sur pied d’une infrastructure hydraulique sophistiquée basée sur le trio digue-canal-vanne14.

  • 15 Voir entre autres P. Gourou, Pour une géographie humaine, Flammarion, Nouvelle Bibliothèque Scienti (...)

10Comment penser par ailleurs que les techniques d’encadrement, si chères à Pierre Gourou15, héritées conjointement des chinois, n’ont pas contribué, au moins partiellement, à donner au peuple vietnamien le dynamisme, les facultés d’organisation et de résistance qui le caractérisent, et n’ont pas indirectement permis de venir successivement à bout du colonialisme français en 1954 et de l’impérialisme américain en 1975.

11Finalement, qu’elle prenne la forme d’une innovation plutôt endogène ou, à fortiori, celle d’un emprunt-transfert, la technologie n’est neutre ni socialement ni physiquement. Sur le plan social, elle entraîne des modifications conjoncturelles profondes dans le mode d’organisation des sociétés rurales touchées, que celles-ci soient « précapitalistes » ou capitalistes, et peut à plus long terme déboucher sur des transformations structurelles décisives. Sur le plan physique, elle peut engendrer des altérations irréparables de l’éco-système qui font que les avantages résultant, à court terme, d’une augmentation de la production agricole, par exemple, paraissent absolument disproportionnés par rapport au dommage social qu’une dégradation de l’environnement crée, à long terme, pour les générations futures. Par conséquent, même si, comme nous le verrons dans le cas javanais, l’introduction de nouveaux facteurs techniques de production semble quasiment indispensable pour couvrir les besoins alimentaires d’une société rurale donnée, elle devrait quand même être conditionnelle à une évaluation socio-écologique préalable des effets secondaires qu’elle engendrera, compte tenu des quatre niveaux d’analyse susmentionnés (conjoncture/structure-court terme/long terme). Enfin, même si les effets secondaires négatifs d’un transfert de technologie sont identifiés mais s’avèrent tout compte fait comme un moindre mal pour sauvegarder l’équilibre fragile qui règne dans une grande partie de l’Asie entre population et production alimentaire, la société réceptrice devrait néanmoins pouvoir se doter des moyens qui permettraient de les contrôler, et éventuellement de les corriger. Or, si les difficultés liées à l’évaluation des effets secondaires sont évidentes, il n’en va pas de même en ce qui concerne la définition des moyens permettant de contrôler un nouveau facteur technique de production introduit en milieu rural.

Contrôle et maîtrise des techniques de production

  • 16 H.H. Lamb Is the Earth’s Climate Changing ?, The Ecologist, Vol. 4, No. 1, January 1974, pp. 10-15.

12L’histoire de l’évolution des sociétés, qu’elles soient précapitalistes, capitalistes ou socialistes, nous enseigne que l’homme ne maîtrise jamais totalement les effets secondaires négatifs qui peuvent résulter, à plus ou moins long terme, de l’application des techniques de production qu’il élabore. Les problèmes d’environnement auxquels sont actuellement confrontées les sociétés occidentales d’hyperconsommation en sont un exemple flagrant. Il est probable que peu de gens imaginaient, à l’époque du début de la révolution industrielle, que cette industrialisation balbutiante et l’urbanisation parallèle qui l’a accompagnée allaient sécréter un siècle plus tard des phénomènes de pollution pouvant mettre la survie de l’espèce humaine en danger. Il en va de même pour les techniques de production agricole. Les inconvénients pédologiques catastrophiques provenant d’essartages trop fréquents chez les ethnies d’Asie du Sud-Est pratiquant encore une agriculture itinérante sur brûlis sont à rapprocher dans ce sens de ceux, tout aussi graves pour la collectivité, résultant de l’application massive et superflue d’immenses quantités d’engrais chimiques dans les champs américains ou européens. Il est d’ailleurs à peu près certain maintenant que cette surconsommation d’engrais chimiques n’est pas totalement étrangère aux dérèglements climatologiques auxquels nous assistons depuis une trentaine d’années16.

13Si une société n’est pas en mesure de prévoir à long terme les effets négatifs de ses activités et donc de les contrôler, elle peut par contre, semble-t-il, corriger ces dernières, les modifier ou même les abandonner si elles s’avèrent trop dangereuses. Cette possibilité de contrôle secondaire dépendrait alors principalement du degré d’exogénéité de la technique ou du degré de domestication qu’elle aurait atteint dans la société considérée. En fait, les choses ne sont pas si évidentes car il apparaît que même dans le cas de techniques de production agricole à dominante endogène ou ayant été totalement domestiquées et améliorées localement, les possibilités de correction des effets négatifs à priori invisibles ne sont pas garanties pour autant. L’étude d’une société « précapitaliste » comme la monarchie khmère angkorienne est on ne peut plus instructive à cet égard.

  • 17 B. - Ph. Groslier, Agriculture et religion dans l’Empire Angkorien, Etudes Rurales Nos 53-56, op. c (...)
  • 18 Le baray occidental construit au xie siècle avait 8 km de long sur 2 km de large. Couvrant une supe (...)

14L’introduction de nouvelles techniques de production agricole vers le ve siècle après J. C, puis leur amélioration locale vers le xe siècle, a en effet suscité un essor économique remarquable dans cette région de la péninsule indochinoise dont les ruines d’Angkor constituent le témoignage le plus sublime. Cependant, d’une part, l’adoption de cette technologie nouvelle a profondément bouleversé le mode d’organisation social préexistant de l’ethnie khmère réceptrice ; d’autre part, elle contenait une série de facteurs techniques non contrôlés dont les effets secondaires auraient été, selon B.-Ph. Groslier, un des meilleurs spécialistes de la question, en grande partie responsables du déclin et de la chute de la monarchie angkorienne aux alentours du xive au xve siècle17. La base de la prospérité du Cambodge angkorien reposait sur le développement d’une technologie hydraulique de captage des eaux dans d’immenses bassins d’accumulation, ou baray18 ; technologie adoptée à l’origine sous l’influence de la culture indienne qui s’exerçait depuis le début de l’ère chrétienne dans toute la péninsule indochinoise ainsi que sur l’archipel insulindien. L’eau ainsi stockée pendant la saison des pluies était redistribuée en période sèche grâce à une infrastructure de canaux de distribution, qui s’étendit progressivement à de vastes surfaces sur lesquelles il fut désormais possible de pratiquer une double récolte annuelle de riz. La taille des travaux d’irrigation nécessitait un contrôle administratif centralisé et despotique qui fut perpétré à travers le culte religieux du Dieu-Roi, système subtil où religion et économie devenaient deux variables strictement interdépendantes. Des communautés villageoises, à l’origine totalement autonomes, en vinrent à dépendre largement du pouvoir central qui non seulement monopolisait et redistribuait l’eau, créant ainsi la richesse, mais mobilisait également la main-d’œuvre corvéable à merci pour assurer l’édification des temples du culte autour desquels se développait une cité hydraulique de plus en plus complexe.

  • 19 Voir à ce sujet L. Sedov, « La société angkorienne et le problème du Mode de Production Asiatique » (...)

15Sur le plan social, le mode de réaménagement de l’espace eut des effets secondaires structurels déterminants puisqu’une aristocratie religieuse et guerrière de prêtres-ingénieurs s’appropria le surplus alimentaire pour organiser la croissance de l’Etat et financer les innombrables expéditions militaires. On assista de fait à une stratification, puis à une polarisation sociale importante entre une minorité autocratique exploitante et une majorité paysanne exploitée, début d’une société de classes structurée. Cependant ce fut le système de tenure-fief qui eut probablement l’effet social le plus déterminant ; à l’origine non héréditaire et alloué, à titre de rétribution, aux membres de l’administration territoriale pléthorique, il dégénéra par la suite en pratique héréditaire. Les petits fonctionnaires provinciaux se transformèrent en seigneurs féodaux, s’appropriant la terre publique et le surproduit social et sapant ainsi les bases de la prospérité économique des rois d’Angkor19.

16Sur le plan économique, le système angkorien portait en lui les germes de son déclin car il était très peu diversifié et strictement fermé. La croissance était dans ce système une nécessité vitale. Elle était garantie par l’impôt, ou salaire du roi, qui était largement réinvesti dans de nouveaux travaux jusqu’au moment où la machine économique trop pesante échappa au contrôle despotique du pouvoir central.

17Sur le plan physique enfin, les effets secondaires négatifs des nouvelles techniques hydrauliques furent peut-être encore plus décisifs. En effet, d’une part, la fièvre de construction entraîna un déboisement intensif qui enclencha un phénomène de latéritisation des sols ; d’autre part, les rois-ingénieurs angkoriens ne prévoyèrent pas, semble-t-il, l’effet pernicieux de sédimentation, lente mais constante, que comportait le système hydraulique par gravitation qu’ils avaient élaboré. Au xive siècle les canaux obstrués ne permettaient plus un écoulement régulier de l’eau ; la nappe phréatique baissa, ce qui facilita les infiltrations ; le faible volume qui était encore néanmoins distribué dans les rizières n’était plus porteur de la même quantité de matière minérale fertilisante.

18Alors que l’impôt ne rentrait plus dans les caisses royales, l’impérialisme Thaï émergeait dans la plaine centrale de la Ménam se faisant bientôt pressant aux frontières occidentales ; et le bouddhisme hinayana orthodoxe, religion anti-aristocratique et populaire originaire de Ceylan, s’étendait à une grande partie de la péninsule indochinoise. La combinaison de ces facteurs externes avec les effets secondaires internes qui avaient résulté, sur les plans social, économique et physique, de l’introduction puis du développement des nouvelles techniques hydrauliques de captage des eaux causa la ruine de l’Empire angkorien.

19L’exercice de relativisation dont il était question dans le premier paragraphe de cet article a permis, à travers une analyse sémantique sommaire et l’étude de divers exemples pris dans l’histoire ancienne et contemporaine de l’Asie du Sud-Est, de démontrer que la problématique des transferts de technologie dans le monde rural est loin d’être récente, et que les effets pernicieux qui résultent de l’adoption de nouvelles techniques de production sont des phénomènes relativement courants pour ne pas dire « normaux ». Il s’avère nécessaire, pour pouvoir mieux comprendre l’extrême ambivalence de toute cette problématique, d’aborder l’étude macrosociale du cas pratique indonésien.

Notes

1 A. Leroi-Gourhan, Milieu et techniques, Albin Michel, Collection Sciences d’Aujourd’hui, Paris, 1973, 475 p.

2 M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Payot, Paris, 1947 ; cité par H. Baffet dans le chapitre consacré à la technologie (chap. 12, vol. 2 ; p. 44) de l’ouvrage édité par R. Cresswell et intitulé : Eléments d’ethnologie, Armand Colin, Collection U, Paris, 1975, 2 vol., 320 p. et 284 p.

3 Voir entre autres à ce sujet :
— M. Sahlins, Stone Age Economies, Tavistock Publications, London, 1974, 348 p. et du même auteur, The Original Affluent Society, The Ecologist, vol. 4, no. 5, June 1975, pp. 181-189.
— R.A. Rappaport, The Flow of Energy in an Agicultural Society, Scientific American, vol. 224, no. 3, sept. 1971, pp. 117-132.

4 Partie occidentale de la Nouvelle-Guinée, anciennement inclue dans l’Empire Colonial des Indes Néerlandaises et finalement intégrée au territoire national indonésien, 18 ans après que le nouvel Etat ait formellement conquis son indépendance.

5 Statistik Indonesia 1970-1971, Biro Pusat Statistik, Djakarta, 1972, p. 25.

6 Le Triangle d’Or se situe aux confins des régions montagneuses du Nord de la Thaïlande, du Nord-Est de la Birmanie et du Nord-Ouest du Laos. C’est l’un des hauts lieux de la production mondiale de pavot à opium. Cette plante qui est à la base de la fabrication de l’héroïne y est essentiellement cultivée par les tribus montagnardes (Hill Tribes) minoritaires comme les Méo, les Yao, les Lisus, les Lahus, etc.. Pour de plus amples informations sur ce problème très complexe voir : P. Kunstadter, Southeast Asian Tribes, Minorities and Natives, Princeton University Press Princeton, 1967, 2 vol., 902 p. et A.W. Me Coy et autres ; The Politics of Heroin in Southeast Asia, Harper and Row, New-York, 1972, 472 p.

7 M. Gutelman L’économie politique du pavot à opium dans le Triangle d’Or, Etudes Rurales Nos 53 à 56, Ecole Pratique des Hautes Etudes, VIe section, Mouton, Paris, 1974, pp. 513-525.

8 A. Leroi-Gourhan, op. cit., p. 373.

9 J. Barrau, L’Asie du Sud-Est, berceau cultural, Etudes Rurales Nos 53-56, op. cit., pp. 17-39.

10 H. Garrison et S. Wilkes, The Green Revolution, Environment, vol. 14, No. 8, oct. 1972, pp. 32-39.

11 A. Leroi-Gourhan, op. cit., p. 394.

12 D. Ribeiro, O processo civilizatorio, etapas da evoluçao sociocultural, Ed. Civilizaçao Brasileira, Sao Paolo, 1975, 263 p.

13 Voir à ce sujet G. Coedes, Les peuples de la péninsule indochinoise, Dunod, Collection Histoire et Civilisations, Paris, 1962, 229 p.

14 J.E. Spencer, La maîtrise de l’eau en Asie du Sud-Est, Etudes Rurales Nos 53-56, op. cit., pp. 73-94.

15 Voir entre autres P. Gourou, Pour une géographie humaine, Flammarion, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Paris, 1973, 380 p.

16 H.H. Lamb Is the Earth’s Climate Changing ?, The Ecologist, Vol. 4, No. 1, January 1974, pp. 10-15.

17 B. - Ph. Groslier, Agriculture et religion dans l’Empire Angkorien, Etudes Rurales Nos 53-56, op. cit., pp. 95-117.

18 Le baray occidental construit au xie siècle avait 8 km de long sur 2 km de large. Couvrant une superficie de 1600 hectares, il avait une capacité de stockage de 42 à 70 millions de m3 d’eau. Voir à ce sujet B. - Ph. Groslier, op. cit. et Don Cl. Miles, Angkor : a Théocratie System of Urban Development, Ekistics, Vol. 33, No. 195, Feb. 1972, pp. 130-136.

19 Voir à ce sujet L. Sedov, « La société angkorienne et le problème du Mode de Production Asiatique », in Sur le Mode de Production Asiatique, Editions Sociales, Centre d’Etudes et de Recherches Marxistes, Paris, 1974, pp. 327-343 ; et plus généralement, M. Godelier, Préface in Sur les sociétés précapitalistes, Editions Sociales, CERM, Paris, 1973, pp. 13-142.

Acheter