Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Dans le monde rural asiatique : les innovations techniques inévitables

Essai de synthèse

Gilbert Etienne

Texte intégral

  • 20 Le colloque de l’IUED qui est à l’origine de ce cahier l’a bien montré après maints autres exemples

1Observations générales et expériences sur le terrain concordent pour montrer le rôle fondamental de la démographie, véritable truisme que nous aurions scrupule à mettre en évidence, si ce facteur n’était pas fréquemment oublié ou sous-estimé dans les débats sur les transferts de technologie20.

  • 21 Nous ne faisons que mentionner ce sujet. Un nombre croissant de pays asiatiques, plusieurs pays au (...)

2Depuis plus de 20 ans, les conséquences socio-économiques de la croissance démographique sont bien connues, au point qu’en 1954 nous hésitions à prendre un sujet de thèse aussi peu inédit que l’évolution des ressources et de la population de l’Inde. Et pourtant les illusions restent tenaces. En substance, il ne devrait pas être difficile de comprendre que le milieu physique et humain constitue un tout. On ne peut pas, à long terme, introduire des techniques modernes dans la prévention de la mortalité sans modifier également les moyens de production et — ajoutons en passant — les conditions de reproduction des hommes21 .

3Deuxième élément, le besoin d’un minimum de sens pratique et de bagage technique, autre La Palissade. Certaines personnes qui s’intéressent au Tiers Monde n’ont pas compris les limites de manœuvre d’une agriculture traditionnelle. Elles croient que le panier à sable ou la brouette suffira à aménager les grands fleuves asiatiques. D’autres critiquent le recours aux engrais chimiques ou aux nouvelles semences, sous prétexte que l’Occident veut, par ce biais, imposer ses modèles au Tiers Monde, voire y écouler ses produits, ou bien ils évoquent l’écologie. Ces polémiques qui ont cours dans divers pays européens trouvent heureusement moins d’échos chez les responsables du développement en Asie.

  • 22 Processus qui se développe en Inde et au Pakistan. Il est certes intéressant, mais il favorise surt (...)

4Comme nous l’avons vu au début de cet article, de nouveaux systèmes agricoles sont en train de se développer en Asie. Plusieurs des erreurs commises, faute d’expérience, depuis le début des années 1950, sont en voie d’être corrigées. L’International Rice Research Institute des Philippines cherche, par exemple, à réduire les besoins en pesticides, grâce à de nouvelles variétés de semences génétiquement plus résistantes aux parasites ; le recours à des techniques intermédiaires commence à gagner du terrain, comme les installations qui permettent d’obtenir du gaz et des engrais à partir de la fermentation du fumier22. Les petites entreprises manufacturant pompes, moteurs et autres outillages agricoles selon des procédés rustiques prolifèrent en Chine et dans les régions avancées de l’Inde et du Pakistan.

5Qu’il s’agisse des industries soutenant l’agriculture ou des innovations techniques dans les modes de culture, nous sommes ramenés aux mêmes constatations. Le problème ne tient pas à un choix manichéen (techniques anciennes avec éventuellement l’appoint de technologies intermédiaires ou techniques modernes), mais à un dosage aussi harmonieux que possible de ces trois types de moyens de production.

6Les innovations techniques introduites durant les dix à quinze dernières années ne constituent qu’une première étape. Le déficit céréalier de la Chine, après une baisse ces dernières années, remonte en 1977. Baisse en Inde entre 1967 et 1972, puis reprise des importations jusqu’en 1975 à la suite de défaillances dans la planification et la gestion de l’économie et sous le coup de très dures calamités naturelles. En 1975 et l’an dernier, les bonnes grâces de la mousson permettent de redresser la situation.

7Au-delà des fluctuations à court terme, retenons deux faits saillants. Sous l’effet des techniques nouvelles ou semi-nouvelles, les agricultures asiatiques deviennent aujourd’hui moins vulnérables aux aléas de la nature que vers 1950-60. En même temps, elles sont plus sensibles aux erreurs des hommes. Quel que soit le régime politique, le calcul économique, le choix des techniques, une bonne connaissance du milieu socio-culturel deviennent décisifs.

8Secondement, dans les pays comme la Chine, l’Inde, le Bangladesh, voire le Pakistan, la marge de manœuvre est restreinte. Compte tenu de gros efforts dans la gestion économique et la recherche agronomique, la première pourrait augmenter sa production alimentaire de base de 40 à 65 % d’ici à l’an deux mille, face à un croît démographique qui a peu de chances d’être très inférieur à 40 %. Pour l’Inde, la démographie risque d’avancer un peu plus vite, mais la hausse potentielle de la production s’annonce plus large (+ 80 à 100 %) car, dans bien des régions, le point de départ est plus bas qu’en Chine.

9Dernière grave question, ces changements vont-ils faire éclater les civilisations traditionnelles, provoquer une sorte d’ethnocide ? Si les tendances actuelles de la production ne s’amplifient pas, ce ne sont pas les civilisations (ou les cultures) qui disparaîtront, mais les hommes. Par ailleurs, les sociétés asiatiques ne vont pas brusquement s’effondrer sous le poids de moyens techniques modernes : pompes, engrais, semences...

10Bien des exemples, en Inde et dans le reste de l’Asie, montrent que la rupture entre traditions et modernisation est beaucoup moins brutale qu’on ne l’imagine. Les sociétés asiatiques et leurs civilisations ne sont pas restées figées dans le passé. Aujourd’hui, elles sécrètent en leur sein d’autres changements et adaptations : érosion ou cassure dans certains cas, évolution ou persistance des traditions dans d’autres.

11Particulièrement typique est, en Inde, la vitalité des grandes fêtes religieuses. De retour à Khandoï en 1975, nous participons à nouveau au pèlerinage au Gange, retrouvant cette atmosphère qui nous avait tant frappé douze ans plus tôt. Les files de chars à boeufs convergent en direction du fleuve par les chemins de terre entre la canne à sucre et les tiges de blé qui sortent à peine du sol. Les femmes parées de leurs plus beaux saris chantent à la déesse Ganga, symbole de purification et de fécondité. Sur les berges le recueillement du bain rituel se mêle à la gaieté de la fête foraine.

  • 23 Toutes les régions de l’Inde ne connaissent pas les mêmes conditions. Certaines castes sont beaucou (...)

12Les modes de travail ne sont pas fondamentalement altérés et l’effort des hommes reste considérable23. En octobre-novembre, il faut presque simultanément récolter millet et maïs, labourer les terres ainsi libérées pour semer le blé, commencer la coupe de la canne. Les attelages de bœufs partent pour les champs à l’aube, ou même en pleine nuit si la lune est assez grosse. Les innovations techniques ne modifient guère non plus les autres activités : la hausse des niveaux de vie est modeste comme le volume des biens de consommation semi-durables. L’alimentation s’en tient aux normes traditionnelles Rites et coutumes pour les mariages ou les funérailles changent peu.

13N’allons pas conclure de ces lignes à l’idéalisation du monde rural et de ses traditions. Ces sociétés gardent des aspects durs : les querelles, la méfiance, le sort des plus pauvres, les abus des riches, surtout lorsque, contrairement à un village du type de Khandoï, ils vivent de leurs rentes. Et pourtant, bien souvent, derrière l’agriculture, se profile un héritage spirituel sans mièvrerie, des manières et des habitudes qui ignorent la vulgarité, cette tare si répandue de la civilisation moderne.

Notes

20 Le colloque de l’IUED qui est à l’origine de ce cahier l’a bien montré après maints autres exemples.

21 Nous ne faisons que mentionner ce sujet. Un nombre croissant de pays asiatiques, plusieurs pays au nord et au sud du Sahara, de même que certains Etats latino-américains, sont en train, souvent tardivement, de renforcer leurs efforts dans le domaine de la prévention des naissances.

22 Processus qui se développe en Inde et au Pakistan. Il est certes intéressant, mais il favorise surtout les paysans moyens et aisés : une installation exige 4-5 têtes de bétail pour fournir assez de fumier. Son coût est d’environ 3000 roupies en Inde. De plus, le procédé est surtout utile comme apport d’énergie, car la teneur en éléments fertilisants (NPK) du fumier ainsi traité est faible. Celui-ci ne pourrait pas remplacer les engrais chimiques.

23 Toutes les régions de l’Inde ne connaissent pas les mêmes conditions. Certaines castes sont beaucoup moins dures à la tâche que nos Jat de Khandoï. Des contrastes analogues se retrouvent dans d’autres milieux ruraux, que ce soit dans le monde islamique ou en Afrique noire.

Acheter