Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Dans le monde rural asiatique : les innovations techniques inévitables

Chapitre III. Après les considérations générales : le terrain

Gilbert Etienne

Texte intégral

La Chine, d’hier à aujourd’hui

1Depuis des millénaires, la Chine, ses empereurs, ses administrateurs et ses paysans ont accordé une grande place aux systèmes hydrauliques, à la lutte contre les inondations et à l’irrigation. Renforcé par l’idéologie communiste, le nouveau régime poursuit dans cette même voie ; levées en masses, énormes chantiers. La pression démographique incite à cultiver toujours plus de terres exposées aux inondations ou à la sécheresse. Elle exige une irrigation plus efficace et plus étendue. Or les moyens traditionnels se révèlent insuffisants, d’où l’entrée en scène de nouvelles techniques dans les années 1960-1970. De puissantes stations de pompage rendent possibles des opérations de drainage inconcevables dans le passé. Les calculs des ingénieurs, le recours à un gros parc de machines, au béton armé, aux armatures en acier sont seuls à la mesure de la violence des éléments.

2Nous en relevons des exemples dans le bassin du Hai Ho, plaine du nord où les Chinois utilisent à fond la brouette et les files de travailleurs en même temps que les moyens modernes. Nous voici à 100 km au sud de Tientsin devant un des principaux ouvrages sur la rivière Taching qui touche 40.000 km2 de cultures. Les premiers travaux commencent pendant le grand bond en avant (1958). Les digues construites avec les moyens habituels n’empêchent pas les inondations de 1963. Le débit saute à 1200 m3/seconde, alors que le lit de la rivière ne peut contenir que 100 m3.

  • 11 Coût total de la jonction : 5 millions de yuans (1 $ = 1,95 Y.), dont 20 % de main-d’œuvre, 80 % en (...)
  • 12 Non seulement la surface irriguée passe d’environ 35 millions d’ha en 1957 à 45-50 millions d’ha en (...)
  • 13 Pour plus de détails, cf. notre ouvrage La voie chinoise, la longue marche de l’économie 1949-1974, (...)

3En 1968, les travaux reprennent et, à fin juillet 1970, on compte une section de 25 vannes (300 m de longueur) une autre (48 m) de 4 vannes, une écluse de 160 m de long sur 10 de large, des digues et des canaux11. Ailleurs, il faut prévenir les remontées de la marée, drainer, puis irriguer les sols. De 1965 à 1970, la station de pompage de Lu Hsin Ho est édifiée : six pompes, de 1200 mm de diamètre chacune et de 280 kilowatts. Beaucoup d’autres exemples pourraient être cités en Chine du nord, dans le bassin du Yang Tse ou dans le sud12. Nous retrouvons partout ce judicieux dosage de techniques modernes et de recours à l’énergie manuelle13.

4La progression des petits travaux d’irrigation est non moins frappante avec la multiplication des puits tubes à pompe, irrigant chacun de 5 à 20 ha environ.

5Quant à la consommation des engrais (production et importation), sa courbe se relève très nettement :

61957 400-450’000 tonnes

71970 4,3 millions de tonnes

  • 14 Chiffres en termes de matière active ou éléments fertilisants.
    N : azote.
    P2O5 : acide phosphorique.
    K(...)

81975 6,4 millions de tonnes14

9La production de tracteurs et de motoculteurs est vivement menée. A noter aussi des progrès dans les pesticides. En revanche, la recherche agronomique et la mise au point de variétés de céréales à haut rendement avance lentement, surtout pour le blé.

L’Inde, deux régions, deux situations

10L’évolution de l’Inde s’apparente à celle de la Chine. La consommation des engrais chimiques progresse rapidement : 288.800 t en 1960-61, 2,3 millions de tonnes en 1971-72. Il en est de même dans l’irrigation par pompes :

11Ces chiffres globaux masquent de grosses différences régionales, d’où l’intérêt d’analyses détaillées. Très limitées en Chine à la suite de diverses restrictions, ces études sont beaucoup plus aisées dans le cas indien, ce qui nous amène à prendre quelques villages représentant des situations typiques.

12L’ouest de l’Uttar Pradesh se met à bouger à la fin du xixe siècle, au moment où les Britanniques créent un ensemble de canaux d’irrigation entre le Gange et la Jamna. Voici l’évolution du village de Khandoï. De 1860 à 1961, la population triple pour atteindre 1227 habitants. Ceux-ci réagissent principalement dans le cadre de leurs techniques traditionnelles. A partir de 1889, toutes les terres cultivables sont ouvertes à la charrue. Par la suite, le nombre de puits augmente, faisant tripler en un siècle la surface irriguée (en 1963, 192 ha sur 260 cultivés). Vers les années 1920, l’outre de cuir actionnée par des bœufs (mot) est remplacée par la roue persane à godets métalliques de meilleur rendement. La canne à sucre remplace le coton car elle rapporte plus. Des variétés améliorées sont plus tard introduites, de même que des semences de blé qui donnent un rendement un peu plus élevé.

  • 15 State tubewell : puits tubé de l’Etat, secteur public.

13Après l’ouverture du bloc de développement (1955), les engrais chimiques font une entrée, au reste très modeste. Quelques paysans riches installent leur puits avec une pompe. Un State tubewell15 dessert une partie des terres.

  • 16 Investissement 8-10’000 roupies (1 roupie = 0,30 Frs suisses).

14En 1963, les rendements moyens du blé font 1200-1300 kg/ha, le sucre brut (gur) 5000 kg/ha. L’impact des engrais chimiques est faible. Quant à l’irrigation, elle est loin d’être adéquate. Une cascade de changements survient par la suite. En 1965, la fin du remembrement parcellaire encourage les paysans à moderniser leurs puits. En cinq ans, environ, les dernières terres de cultures sèches sont touchées par les puits. La roue persane disparaît au profit de 40 puits tubes à pompe électrique. A côte de celles des quelques notables (10-15 ha), plusieurs installations appartiennent à des propriétaires de 1 à 5 ha qui se débrouillent, parfois même sans crédit coopératif, pour trouver l’argent nécessaire16. Les nouvelles semences de blé à haut rendement font l’objet d’essais sur quelques hectares en 1966-1967. L’année suivante, la plupart des paysans les adoptent. En quelques années, mouvement analogue dans l’ensemble du nord-ouest de l’Inde. Le double mouvement irrigation-semences s’accompagne de la pénétration des engrais chimiques. Leur consommation au niveau du bloc de développement d’Unchagaon, dont fait partie Khandoï, décuple en moins de 10 ans pour atteindre 1400 t (en termes de matière active). Les rendements moyens du blé (principale céréale) doublent : 2500 kg/ha. En revanche, le maïs progresse faiblement, la canne à sucre reste stationnaire.

15Les autres secteurs de la vie rurale bougent également. La route asphaltée atteint maintenant le gros village d’Unchagaon, d’où part la mauvaise piste (3 km) de Khandoï. L’électricité se répand dans le village depuis 1965. Un nombre croissant de paysans moyens (1,5-5 ha) remplacent leurs maisons en torchis par la brique. Le négoce, à peu près inexistant en 1963-64, compte neuf petites boutiques vendant des tissus, quelques produits alimentaires, des boutons, des piles électriques... Le nombre des moulins à moteur passe d’un à quatre. La grande roue à couperet pour hacher le fourrage ne tourne plus à la main. Elle est actionnée par les bœufs qui ont moins de travail depuis la disparition des roues persanes. Plusieurs chars roulent maintenant sur pneus et sont tirés par un buffle au lieu d’une paire de bœufs (baisse du coût de transport). Dans toute la région, contrairement au Panjab, les tracteurs demeurent très rares. Les habitants de Khandoï restent loin de l’abondance, mais ils ont crevé avec beaucoup d’intelligence et de travail le plafond atteint au cours d’un siècle. Les changements techniques adoptés sont capitaux, mais en même temps ils ne produisent pas de bouleversement des habitudes, des traditions et même des conditions de travail. Il n’y a donc pas rupture, mais adaptation progressive. Qu’en est-il du niveau de vie ? Les deux anciens zamindars (15 ha chacun) continuent à bien mener leurs domaines respectifs. Ils jouissent de l’aisance selon les normes locales : alimentation assez diversifiée, habitat, mais, aujourd’hui comme hier, pas d’auto.

16Les paysans moyens voient leur frugalité s’atténuer. Au prix d’un dur labeur, ils arrivent à améliorer leur maison, manger plus souvent des légumes, agrémenter la garde-robe de leurs femmes, avoir une bicyclette, parfois un transistor ou une montre. Pour le reste, le cadre traditionnel change peu. Enfin les pauvres (manœuvres agricoles, paysans sans terre) vivent moins mal grâce à la hausse de leurs salaires en valeur réelle, grâce aussi à des possibilités d’emploi plus nombreuses, parfois hors de l’agriculture.

17Khandoï est un bon exemple d’un milieu physique favorable à l’agriculture, d’un milieu humain non moins remarquable. La caste dominante des Jat et la plupart des autres castes de propriétaires sont dures à la tâche, habiles à saisir toutes les occasions d’améliorer leurs champs et leurs cultures.

18Cette première percée des nouvelles techniques ne représente qu’un début ou qu’un répit. Malgré l’éveil des villageois au planning familial, Khandoï est encore assez loin d’un arrêt de sa croissance démographique. Beaucoup de domaines économiques aujourd’hui (à partir de 1,5 ha environ) vont se diviser en deux, trois ou quatre à la prochaine génération. Avoir doublé les rendements du blé ne suffit pas. Pousser les moyennes au-delà de 2500 kg/ha jusqu’à 3000-3500 n’est pas impossible. Néanmoins, d’autres éléments doivent intervenir : recherche en vue d’améliorer la canne à sucre dont les rendements restent modestes. Développer mieux le maïs, stimuler le secteur maraîcher lorsque transports et communications seront plus rapides. Enfin élargir la diversification de l’économie : ateliers de réparation des pompes, petites industries, commerce rural. Dans tous ces domaines, il s’agit, comme pour l’agriculture, de combiner certains facteurs techniques modernes et d’autres plus anciens.

  • 17 Recensement de 1971 : + 19% de 1961 à 1971 (enquêtes en 1964 et 1975).
  • 18 Trait caractéristique des climats tropicaux : plus la moyenne des pluies est faible, plus les varia (...)

19Passons à une région où la marge de manœuvre des paysans et des planificateurs se trouve très limitée par le milieu naturel : le district de Satara au Maharashtra. Le village d’Eksal compte 1359 habitants17. La surface cultivable atteint 606 hectares dont une centaine sont à peine utilisables et ne donnent qu’un maigre fourrage lorsque la mousson est généreuse. 232 ha de sols médiocres portent du millet (sorgho). Environ 270 ha consistent en terres noires qui, si elles sont irriguées, assurent de bonnes récoltes et des cultures plus riches que le millet. Les pluies sont faibles (650 mm par an) et surtout fort irrégulières d’une année à l’autre18. La surface irriguée passe de 92 hectares à 132 entre 1964 et 1975, ce qui représente à peu près le maximum possible. Lors de notre première visite, sur une quarantaine de puits, les trois quarts utilisent l’ancienne technique du mot (outre retirée du puits par les boeufs et vidée dans la rigole d’irrigation). Sur les autres puits sont installées des pompes diesel. Depuis lors, le nombre des puits augmente et tous sont mécanisés : 53 avec pompe diesel, 22 utilisant l’électrité dont la ligne atteint Eksal depuis quelques années.

20Cette irrigation n’est pas sûre comme celle de Khandoï. Même en temps normal, plusieurs puits tarissent ou donnent très peu d’eau dans les derniers mois avant la mousson. Que celle-ci ne soit pas au rendez-vous comme en 1970, 1971, 1972, et le nombre de pompes qui s’arrêtent augmente.

21Qu’en est-il des cultures et des rendements ? Le millet faisait dans les 330-460 kg/ha il y a une dizaine d’années, chiffres qui n’ont guère changé. Grâce à de très bonnes pluies comme en 1975, le rendement monte exceptionnellement à 800-1000 kg/ha. L’incertitude des pluies décourage les paysans d’utiliser engrais chimiques et hybrides de sorgho. L’arachide ne progresse pas non plus, pour les mêmes raisons. Sur les terres irriguées, les paysans cultivent un peu de riz (10 ha) et des sorghos hybrides (10 ha) qui donnent 2000-4000 kg/ha moyennant des doses adéquates d’engrais chimiques. A noter aussi 28 hectares irrigués de blé (1800 kg/ha).

  • 19 Eksal se trouve sur une route secondaire récemment asphaltée, à 4 km du bazar de Koregaon et à 14 k (...)

22Non sans habilité, les Maratha (caste dominante) et les Mahar (caste d’ex-intouchables) cherchent à tirer le meilleur parti possible de leurs terres. Les paysans consacrent le gros de leurs terres irriguées à des cultures riches, source d’argent liquide, ce qui leur permet d’acheter les céréales qui leur manquent. La canne à sucre occupe une dizaine d’hectares, après être tombée à 2 hectares au moment de la sécheresse de 1972. Légumes, piments, bananes, papaye, vigne, voient leur surface totale passer de 23 à 36 hectares19.

23Eksal a la chance de jouir de quelques terres irriguées. D’autres zones du district (450 mm de pluie) n’ont pratiquement pas de possibilités d’irrigation. Pour l’ensemble du Maharashtra (population : 50 millions en 1971), la production de céréales et de légumineuses n’a fait que fluctuer sans hausse décisive entre 1960-61 et 1974-75. La surface cultivée nette n’augmente plus, car elle a atteint ses limites. La part des terres irriguées pourrait passer de 10 à 26 % dans le long terme, sans être toujours sûre.

24Le Maharashtra a heureusement des atouts dans d’autres secteurs. Le taux d’urbanisation est relativement avancé (31,7 contre 19,3 % pour toute l’Inde). Les secteurs secondaire et tertiaire offrent des possibilités d’emploi. Ainsi, à Eksal, 155 hommes travaillent hors du village et envoient leurs économies à leurs familles. Cet appoint explique pourquoi, malgré des conditions agricoles difficiles, le niveau de vie moyen d’Eksal n’est pas inférieur à celui de Khandoï.

25Une telle constatation met en relief l’importance des pôles de développement, mais elle ne doit pas faire oublier que les débouchés hors des villages risquent de se restreindre à cause de l’accroissement naturel des populations urbaines. Il faut aussi tenir compte des régions à agriculture pauvre qui ne disposent pas de grands centres urbains et industriels comparables à ceux du Maharashtra.

L’Iran et l’Afghanistan, un survol

26L’avenir paraît encore plus préoccupant dans les terres arides comme les plateaux iranien et afghan ; partout où l’irrigation est impraticable. Or, à l’heure actuelle, les cultures sèches jouent un rôle non négligeable. Selon des estimations sommaires, en Iran, la surface irriguée en céréales serait de 2,2 millions d’hectares contre 4,6 millions sans irrigation.

27En Afghanistan, les plateaux au nord de l’Hindukush reçoivent juste assez de pluie et de neige pour que les paysans se hasardent à semer. Il n’est pas rare que le paysan retire seulement le double du poids de ses semences, soit 150 kg/ha. Circonstance aggravante, sous la pression des hommes, les labours avancent au détriment des pâturages, ce qui avive les tensions entre agriculteurs sédentaires et nomades pasteurs. De plus, après quelques années de cultures, les terres s’érodent et deviennent stériles.

28Des techniques modernes et d’ailleurs délicates de dry farming peuvent améliorer la situation en utilisant mieux le peu d’humidité des sols, mais les rendements n’ont guère de chance de dépasser le millier de kilos à l’hectare.

Notes

11 Coût total de la jonction : 5 millions de yuans (1 $ = 1,95 Y.), dont 20 % de main-d’œuvre, 80 % en machines, acier, béton.

12 Non seulement la surface irriguée passe d’environ 35 millions d’ha en 1957 à 45-50 millions d’ha en 1976, mais la qualité de l’irrigation s’améliore grâce aux divers types de pompes. La surface cultivée nette s’élève actuellement à 110-115 millions d’ha.

13 Pour plus de détails, cf. notre ouvrage La voie chinoise, la longue marche de l’économie 1949-1974, Paris, Presses Universitaires de France, 1974 (Coll. Tiers Monde).

14 Chiffres en termes de matière active ou éléments fertilisants.
N : azote.
P2O5 : acide phosphorique.
K2O : potasse.

15 State tubewell : puits tubé de l’Etat, secteur public.

16 Investissement 8-10’000 roupies (1 roupie = 0,30 Frs suisses).

17 Recensement de 1971 : + 19% de 1961 à 1971 (enquêtes en 1964 et 1975).

18 Trait caractéristique des climats tropicaux : plus la moyenne des pluies est faible, plus les variations annuelles sont élevées. Très rares sont les précipitations en dehors de la mousson. Une seule récolte est donc possibe dans l’année.

19 Eksal se trouve sur une route secondaire récemment asphaltée, à 4 km du bazar de Koregaon et à 14 km de Satara, chef-lieu du district, ce qui facilite la commercialisation de ces produits.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3810/img-1.jpg
Fichier image/, 320k

Acheter