Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Dans le monde rural asiatique : les innovations techniques inévitables

Chapitre II. Les innovations techniques modernes

Gilbert Etienne

Texte intégral

1Malgré leur utilité, les enseignements de l’histoire ne donnent pas une image tout à fait adéquate des situations contemporaines du Tiers Monde. Dans le passé, les taux d’accroissement démographique ont rarement dépassé 1 % par an, alors qu’aujourd’hui la fourchette est de 2 à 3 % par an, accélération qui rend encore plus impérieuses les innovations techniques.

2A cet égard, des similitudes apparaissent nettement entre Chine et Inde, quelles que soient les différences d’ordre politique. Dans une première phase (1950-1960), l’agriculture progresse dans le cadre des moyens traditionnels et, dans le cas chinois, grâce à la restauration de l’ordre public après plus d’un siècle de désordre et d’anarchie. Les vieilles techniques intensives sont vivement encouragées.

3En Chine la surface cultivée nette passe de 108 millions d’hectares (21 millions irrigués) en 1952 à 112 millions d’hectares (35 millions irrigués) en 1957. Les rendements s’améliorent, permettant à la Chine de se libérer des importations de grain (1,5 million de tonnes par an de 1934 à 1938) et d’exporter dans les 600.000 tonnes de riz par an (1955 à 1957) contre 17.000 tonnes avant la guerre.

4En Inde, c’est surtout la surface cultivée nette qui augmente : 119 millions d’hectares cultivés (net) en 1950-1951 ; 136 millions en 1967-1968. La surface irriguée nette passe de 21,4 millions d’hectares en 1950-1951 à 25 millions en 1960-1961. Les rendements augmentent peu. Le déficit en grain qui oscillait autour de 3 millions de tonnes par an baisse fortement dans les années 1953-1957.

5Autour de 1960, dans ces pays, l’on éprouve une impression de plafonnement. La marge de progrès dans le cadre des moyens traditionnels commence à s’épuiser par rapport à la pression démographique qui s’aggrave. La Chine se remet à importer du grain (en moyenne 5,3 millions de tonnes de blé par an, 1961-1975). Elle continue par contre à exporter de 0,5 à 1 million de tonnes de riz. Les importations indiennes augmentent elles aussi : 5,4 millions de tonnes de blé en moyenne par an (1961-1970).

  • 6 En fait l’évolution se fait en deux temps, tout d’abord importance donnée à l’eau et aux engrais, p (...)
  • 7 Processus que l’on appelle à tort « la révolution verte ».
  • 8 Facteur moins contraignant en Chine dont la majeure partie du territoire se trouve en dehors de la (...)

6La notion de package programme, soit l’introduction d’un ensemble de nouveaux facteurs techniques interdépendants se propage en Inde, entre autres avec le concours de la Fondation Ford. Evolution analogue en Chine et dans d’autres pays asiatiques6. Ces conceptions ne correspondent pas simplement à l’adoption d’un modèle nord-américain, ouest-européen, voire soviétique. Dans nos pays, l’agriculture est toujours plus mécanisée, ce qui augmente la productivité du travail de l’homme à l’hectare. Dans la plupart des pays asiatiques, où la main-d’œuvre tend à être excédentaire, la hausse des rendements des terres à l’hectare représente l’objectif numéro un. Pour ce faire, seuls certains éléments des technologies modernes interviennent : semences à haut rendement, c’est-à-dire des variétés qui réagissent bien à des doses relativement élevées d’engrais chimiques, elles-mêmes absolument indispensables7. En effet, les engrais organiques sont en quantités relativement limitées, leur teneur en azote, acide phosphorique et potasse est faible. D’autre part, dans les climats tropicaux les effets fertilisants du fumier sont beaucoup plus courts que dans les pays tempérés8.

7Le tandem semences - engrais chimiques est étroitement solidaire d’un troisième élément : l’eau. Sans bonne humidité du sol, les engrais chimiques auront peu d’effets positifs, parfois ceux-ci seront même négatifs. Condition sine qua non dans les zones arides et semi-arides, l’irrigation devient toujours plus nécessaire, même dans l’Asie des moussons, pour contrebalancer d’éventuelles irrégularités des pluies et pour gagner une deuxième récolte en saison sèche.

8En matière de travaux hydrauliques également, l’éventail des moyens traditionnels se trouve dépassé par le nombre des bouches à nourrir. Les levées en masse, le panier à sable, la brouette ou si l’on préfère l’investissement humain ne suffisent plus. Sans abandonner ces moyens, il faut les renforcer par des facteurs techniques nouveaux : machines, équipements complexes, engineering moderne. On peut en dire autant de la lutte contre la salinité et l’excès d’eau, et des programmes de drainage. Au niveau de la petite irrigation, les puits tubés à pompe, les motopompes sur un puits à ciel ouvert se révèlent aussi décisifs qu’efficaces.

9La lutte contre insectes et maladies des plantes devient plus importante : génétiquement homogènes, les nouvelles semences sont dans certains cas plus exposées à ces fléaux. Cette lutte devient encore plus délicate en saison des pluies.

10Le tracteur représente un impératif moins inévitable ou tout au moins sa justification n’est pas automatique. Il faut juger de cas en cas. Lorsque le calendrier des saisons agricoles est très serré le tracteur, plus rapide que l’attelage de bœufs, permet une deuxième récolte annuelle sur le même sol. Dans un pays comme la Chine qui manque de bêtes de trait, le tracteur et le motoculteur sont ainsi souhaitables. D’autres éléments de mécanisation sont, selon les cas, nécessaires. Ainsi, en cas de double récolte par exemple, l’appareillage pour un battage rapide permet d’éviter que le grain ne soit abîmé par la pluie.

11En revanche, toute une gamme de machines agricoles, moissonneuses-batteuses et autres, ne sont ni nécessaires, ni recommandables du point de vue de l’emploi, étant donné l’abondance de la main-d’œuvre disponible.

12Le genre de stratégie agricole esquissé ci-dessus se propage, à des degrés variables, en Asie, quels que soient les systèmes politiques, car l’arithmétique - sacs de grain-bouches à nourrir-reste une science neutre. Il faut néanmoins souligner les limites du processus. Il joue mal, ou pas du tout, dans les régions de très faible pluviosité et de potentiel d’irrigation restreint. L’absence d’eau bloque ou réduit tout le mouvement. Elle empêche l’application d’engrais chimiques, ou en limite les closes, ce qui atténue la portée des nouvelles semences et freine la hausse des rendements. Grâce à l’irrigation, aux nouvelles semences et à des doses d’engrais chimiques encore loin des limites maximales, de bonnes terres alluviales peuvent passer d’une récolte de blé ou de riz, de l’ordre de 1200 kg/ha à deux récoltes de 2000 kg/ha chacune (blé - riz, deux fois riz, ou blé-maïs). Dans une région manquant d’eau, on passera d’une récolte de type traditionnel de 200-500 kg/ha de blé ou de sorgho à un maximum de 700-1000 kg/ha. On n’aura toujours qu’une seule récolte.

13Ces écarts montrent combien il serait dangereux, sous prétexte d’atténuer les différences régionales, de se concentrer sur les zones les plus pauvres, idée chimérique qu’aucun gouvernement asiatique, quelle que soit sa tendance politique, n’a retenue.

14En effet, ce serait le plus sûr moyen de se condamner à la famine ou à une dépendance croissante de l’étranger, puisque, malgré de gros efforts, les zones pauvres n’arriveront pas à dégager le surplus de grain indispensable à nourrir les villes, à constituer des stocks en prévision des mauvaises années.

  • 9 La crise du pétrole et d’autres facteurs ont provoqué une flambée des prix des engrais azotés. Ceux (...)

15Dernière remarque d’ordre général, le processus évoqué plus haut modifie profondément les conditions du développement agricole, qui n’est plus seulement tributaire de l’habileté du paysan, des qualités de la terre et des caprices du ciel. Les facteurs techniques et économiques indépendants du monde rural prennent un poids croissant. La planification aux niveaux central et local devient délicate. Il s’agit d’investir à bon escient dans les industries qui soutiennent l’agriculture : engrais chimiques, pompes et moteurs, électricité, ciment, etc.. Les aléas du marché mondial interviennent également, car la plupart des pays (Chine, Inde, Pakistan, Indonésie, etc.) doivent importer une partie des inputs de base nécessaires à l’agriculture, d’où le danger de brusques hausses des prix9. L’acheminement de ces éléments au niveau local exige aussi l’amélioration des voies de communication et tout un appareil de distribution, que celui-ci relève de l’Etat, des coopératives ou du marché privé.

16Des tâches nouvelles et délicates s’imposent. Les instituts de recherche agronomique doivent constamment mettre au point de nouvelles variétés, comme on le fait dans nos pays, pour remplacer les semences qui, après quatre ou cinq ans, perdent leurs qualités et deviennent plus vulnérables aux maladies. Dans le cas des hybrides (millet, maïs), les semences doivent être remplacées chaque année. En conséquence, à côté des services de recherche, se développe toute une industrie pour la multiplication des semences, ainsi qu’un réseau pour leur distribution. Finalement surviennent les inévitables accidents de parcours : telle semence qui rate parce que mal adaptée au milieu local. Le fameux riz IR8 des Philippines qui fait fortune dans ce pays et à Java, ne réussit ni en Chine, ni dans les grandes zones rizicoles à mousson de l’Inde et du Bangladesh.

  • 10 Dures sécheresses clans plusieurs pays d’Asie.

17Lorsqu’on fait le compte de tous ces éléments, l’expression « révolution verte » et le climat d’euphorie des années 1967-70 apparaissent bien peu raisonnables. Seuls des esprits naïfs ou intéressés, asiatiques aussi bien qu’occidentaux, pouvaient proclamer que les semences « miracle » étaient en train de régler les problèmes alimentaires. Inversement, les déconvenues de ces dernières années font tomber dans l’autre extrême : le scepticisme, le retour au pessimisme des années 1965 et 196610.

Notes

6 En fait l’évolution se fait en deux temps, tout d’abord importance donnée à l’eau et aux engrais, puis nouvelles semences qui entrent en scène entre 1965 et 1966 dans plusieurs pays. Dans ce dernier domaine la progression est plus lente en Chine.

7 Processus que l’on appelle à tort « la révolution verte ».

8 Facteur moins contraignant en Chine dont la majeure partie du territoire se trouve en dehors de la zone tropicale.

9 La crise du pétrole et d’autres facteurs ont provoqué une flambée des prix des engrais azotés. Ceux-ci sont d’ailleurs retombés après coup.

10 Dures sécheresses clans plusieurs pays d’Asie.

Acheter