Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Dans le monde rural asiatique : les innovations techniques inévitables

Chapitre I. Les limites des techniques traditionnelles

Gilbert Etienne

Texte intégral

1Agriculture itinérante à la houe, système de culture attelée constituent l’un et l’autre un ensemble de techniques qui n’a rien de primitif ou d’irrationnel. Bien au contraire, l’ensemble est cohérent, mais il ne peut, à moins de changements majeurs, supporter un accroissement démographique continu pendant des siècles.

  • 2 E. Le Roy Ladurie, Les paysans du Languedoc, Paris, Flammarion, 1969, p. 157.

2Observant l’évolution du Languedoc, E. Le Roy Ladurie met en relief les graves déséquilibres entre population et ressources, lorsque la première augmente en longue durée. Ainsi au xvie siècle, « l’expansion silencieuse de la démographie ne trouve pas sa contrepartie dans une augmentation du produit global ; elle tarit les capacités d’exportation frumentaire du Languedoc, elle oblige les paysans à se mal nourrir sur les lopins décroissants... elle favorise la paupérisation salariale... c’est le chômage croissant... »2.

  • 3 Ibidem, p. 164.

3Poursuivant son analyse, l’historien français compare le Languedoc du xvie siècle à la Catalogne du xviiie. Dans les deux cas, « la population double en moins d’un siècle », mais dans la seconde, une série d’innovations (politique hydraulique, fin des jachères, agriculture — élevage, vignobles) provoque un large processus de croissance : « Tout monte à la fois, et beaucoup plus vite que les prix : revenu global des dîmes, niveau de vie, rente, profit... Le salaire n’est plus le paria de l’expansion... il s’emballe, il dépasse même les prix »3. On croirait presque, dans ses lignes, lire l’histoire récente des zones de lente ou forte croissance en Inde.

4En Asie, la Chine représente l’exemple le plus frappant de ces déséquilibres, grosso modo entre le xviie et le xixe siècle. La paix et l’ordre instaurés par les premiers souverains de la dynastie mandchoue (les Ching : 1644-1911) provoque une lente mais constante hausse de la population : 63 millions en 1400, 400 millions en 1800. Mouvement qui s’accompagne de migrations de Chine du nord vers le bassin du Yang Tsé et vers la Chine méridionale.

5Les nombreuses innovations techniques introduites entre le viiie et le xiie siècle continuent à se propager durant toute cette époque. Dans l’irrigation, on recourt à la roue persane noria et probablement à la grande roue à eau avec palettes de bois, pompes à pédale, polders, multiplication des réservoirs et canaux... Progression des engrais, entre autres, les composts, et usage toujours plus intensif de l’engrais humain.

6Nouvelles semences : riz précoces, résistant à la sécheresse et permettant deux récoltes annuelles au lieu d’une seule. Nouvelles cultures : coton du Bengale ou d’Asie centrale ; plus tard, maïs, patate douce, arachide, tabacs, tous venant des Amériques.

7Si les innovations techniques se font de plus en plus rares, les paysans continuent au xixe siècle et plus tard, à défricher de nouvelles terres, surtout, au cours des dernières décennies, en Mandchourie. Enfin la surface cultivée s’accroît :

825 millions d’ha en 1400

933 millions d’ha en 1600

1063 millions d’ha en 1766

1181 millions d’ha en 1873

  • 4 Cf. D.H. Perkins, Agriculture Development in China, 1368-1968, Chicago, Aldine, 1969, Ping-Ti Ho, S (...)

12Cette évolution du monde rural va de pair avec les progrès des transports, l’essor des villes, du commerce et de l’industrie. Pourtant l’ensemble du processus finit par être dépassé par la pression démographique. L’agriculture commence à plafonner : les terres se font rares, les techniques ne changent guère. L’engrenage du Languedoc se répète, aggravé par l’affaiblissement de la dynastie Ching à la suite de ses propres fautes et sous la pression des puissances coloniales au xixe siècle. En substance, deux à trois siècles d’accroissement démographique, sans ruptures graves, ont eu raison de tout le talent des Chinois à cultiver leurs terres et développer les autres secteurs de leur économie4.

Renaissance à Kunduz

13Après ces quelques considérations sur le Languedoc et la Chine, examinons un exemple plus proche de nous dans le temps : le renaissance de la plaine du nord en Afghanistan. L’ancienne Bactriane des Grecs connaît des hauts et des bas dans son histoire, mais les terribles destructions de Gengis Khan à la fin du xiie siècle et au début du xiiie cassent pour de longs siècles la prospérité de la région. L’absence d’un pouvoir politique tant soit peu organisé prévient la reconstruction des systèmes d’irrigation, condition sine qua non de toute agriculture dans cette région.

14C’est seulement à partir des années 1930 que la région de Kunduz reprend vie sous l’impulsion d’un gouverneur énergique. Celui-ci recrée les canaux d’irrigation avec les moyens traditionnels. Il encourage le développement des villes, la diversification des cultures, le commerce, selon un processus qui rappelle la Catalogne évoquée par E. Le Roy Ladurie. Au xixe siècle cette région était si pauvre et insalubre que prit naissance le dicton : « Si tu as envie de mourir, va à Kunduz ». Un siècle plus tard, les Afghans se répètent : « Si tu veux t’enrichir, va à Kunduz », d’où de fortes migrations.

15L’expansion se poursuit sur sa lancée. L’infrastructure routière fait quelques progrès, la modernisation des villes reste modeste. Quant aux techniques d’irrigation et de culture, elles ne bougent pas. Peu à peu les sonnettes d’alarme démographiques se mettent à tinter. Vers 1965, les densités rurales se situent autour de 200 à 400 habitants au km2. Les quelques grands propriétaires fonciers ont rarement plus de 10-15 ha, moyens et petits propriétaires voient leurs domaines de quelques hectares se morceler.

  • 5 Cf. notre ouvrage, L’Afghanistan ou les aléas de la coopération, Paris, Presses Universitaires de F (...)

16Le prolétariat rural grossit même si, en période de pointe, la région attire des manœuvres qui viennent des vallées au sud de l’Hindukush. Les rendements honorables dans une agriculture de ce type (1000-1200 kg/ha pour le blé, 1300-2000 pour le riz, 300-400 pour le coton égrené) ne suffisent plus à renforcer l’économie. Seuls des facteurs techniques nouveaux permettront de crever le plafond de la production5.

Notes

2 E. Le Roy Ladurie, Les paysans du Languedoc, Paris, Flammarion, 1969, p. 157.

3 Ibidem, p. 164.

4 Cf. D.H. Perkins, Agriculture Development in China, 1368-1968, Chicago, Aldine, 1969, Ping-Ti Ho, Studies in the Population of China, Cambridge, Harvard University Press, 1959. M. Elvin, The Pattern of Chinese Past, Londres, Methuen, 1973.

5 Cf. notre ouvrage, L’Afghanistan ou les aléas de la coopération, Paris, Presses Universitaires de France, 1972 (Coll. Tiers Monde).

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site