Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Dans le monde rural asiatique : les innovations techniques inévitables

Introduction à « Dans le monde rural asiatique : les innovations techniques inévitables ».

Gilbert Etienne

Texte intégral

  • 1 Avril 1964.

1Le batelier pousse notre sampan de sa gaffe en chantant de vieilles ballades du Bengale. Nous remontons la rivière Sungari, dans les collines de l’Arakan (Bangladesh), en direction de la frontière birmane1. Puis, par un chemin fraîchement aménagé, une jeep nous dépose chez les Murung, une des nombreuses tribus aborigènes, telles qu’on en trouve dans les jungles isolées sur le pourtour du golfe du Bengale ou sur les plateaux de la péninsule indochinoise.

2Spectacle émouvant que cette société restée en marge des grandes civilisations asiatiques. Les Murung sont classés comme animistes ; ils vivent en symbiose avec leur milieu naturel, vénérant les forces de la nature. Ils ignorent certaines contraintes des sociétés hindoues ou musulmanes d’aujourd’hui. Ainsi le mariage se fait selon le libre choix des intéressés.

3Les Murung pratiquent les cultures itinérantes sur brûlis, déplaçant leurs paillotes sur pilotis de bambous tous les dix ans. Les hommes défrichent, les femmes cultivent le sol. Les voici en train de semer : un rapide coup de machette entaille le sol dans lequel on dispose les semences : coton, maïs, riz de montagne, sans oublier les fleurs que l’on fait pousser à côté. De petites calebasses soigneusement fermées d’une feuille contiennent les semences.

4Pointe de modernisme : les femmes se couvrent la poitrine d’une méchante cotonnade grise pour travailler au champ. Autour des cases, elles ne portent qu’un petit pagne à bordure brodée, tissé sur place. Hommes et femmes pratiquent une danse circulaire accompagnée d’un curieux instrument de musique : plusieurs tubes de bambou verticaux, selon le principe de l’orgue, qui se rejoignent dans le tube horizontal par lequel l’homme souffle. Habitat soigné, d’une propreté parfaite, hommes et femmes parlent doucement. Souriants sans être exubérants, les Murung se sentent néanmoins menacés. Ils n’aiment pas les Bengali des plaines. Lorsque la piste carrossable a atteint leur village, ils ont déplacé celui-ci de trois cents mètres pour rester tranquilles. Îlot perdu comme d’autres dans le moutonnement des chaînes boisées qui se déroulent sans fin, presque vides jusqu’en Birmanie, ce monde harmonieux ne représente pas un cas exceptionnel. En 1954, nous trouvions une atmosphère semblable chez d’autres aborigènes, les Saura de l’Orissa, de l’autre côté du golfe du Bengale.

5Ne touchez pas à ces sociétés, dira l’homme déçu de la civilisation occidentale. Et pourtant, le moment n’est pas très éloigné où des interventions deviendront nécessaires. Même faible, la pression démographique commence à se faire sentir. Les défrichements s’amplifient, les temps de jachère se réduisent, ce qui peu à peu provoque un déséquilibre entre techniques — production — population et condamne le système actuel à de profonds changements.

6Comme nous allons le voir, la nécessité d’innovations techniques se pose avec encore plus d’acuité dans les sociétés qui, depuis de nombreux siècles, pratiquent une agriculture plus productive à l’hectare grâce au labour et à la charrue.

7Ce besoin de rééquilibrage devenu si aigu aujourd’hui à la suite de la forte pression démographique, ne représente pas un phénomène nouveau. Si les spécialistes du développement avaient mieux tiré parti des leçons de l’histoire, ils auraient pu prévenir ou dissiper une partie des erreurs commises depuis plus d’un quart de siècle en matière de politique agricole.

Notes

1 Avril 1964.

Acheter