Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Mécanisation agricole : le modèle européen et l'Amérique latine

Chapitre II. Conséquences du modèle européen : concentration des terres, exode rural et passage au temps-machine

Claude Auroi

Texte intégral

  • 11 K. Kautsky, op. cit., p. 58.
  • 12 D. Furia, P. - Ch. Serre, Techniques et sociétés, liaisons et évolution, Paris, A. Colin, 1970, 446 (...)

1En Europe le processus d’introduction de la mécanisation agricole a été relativement lent, s’étendant sur plus de 150 ans pour arriver à sa généralisation. En effet, ce n’est guère qu’après 1960 que l’on peut parler de mécanisation totale, ou « tractorisation » générale en Europe occidentale. Et encore faut-il se limiter à l’Europe du Nord. Au Portugal, en 1975, l’on utilisait encore la charrue à bœufs. La mécanisation intensive est un phénomène du xxe siècle. Pendant tout le xixe siècle la mécanisation ne s’est pas généralisée, du moins en ce qui concerne le tracteur. La batteuse représente le seul exemple d’une invention largement diffusée. En 1882, en France, il y en avait 211.045 contre 9288 tracteurs. A la même date l’Empire allemand comptait plus de 350.000 batteuses, et seulement 836 charrues à vapeur11 En 1939, en France, le nombre des tracteurs n’était encore que de 35.000, seulement quatre fois plus qu’en 1882. Mais en 1951 on en dénombre 151.000 et en 1966 : 1.110.00012. L’apparition du moteur à explosion a permis de construire des engins plus maniables, plus puissants et de les multiplier par la production en série. Le tracteur ne s’est donc imposé que lentement, très lentement, de même que d’autres inventions techniques.

2Pourquoi cette lenteur ?

  • 13 K. Kautsky, op. cit., p. 65.

3Il y eut tout d’abord son prix : « mais surtout ce sont les frais importants qu’elle (la charrue à vapeur) nécessite qui font obstacle à son emploi », note Kautsky13. Il faut en outre que la machine puisse être réparée, et pour cela il faut des réparateurs et la proximité de petites forges pouvant produire (au xixe s.) les pièces nécessaires. En outre il faut, en ce qui concerne la charrue, que le terrain soit relativement plat, sans trop de pierres. Et puis il faut former une main-d’œuvre spécialisée.

4Quelles étaient au xixe siècle les exploitations capables de réunir les conditions propres à une forte capitalisation, et ceci sans tenir compte de la conjoncture ? La réponse à cette question revient à examiner les différences de classe existant à la campagne.

Concentration des terres et mode de production capitaliste

  • 14 Cf. M. Yudelman G. Butler, R. Banerji, Evolution technologique de l’agriculture et emploi dans les (...)
  • 15 D. Furia, P. - Ch. Serre, op. cit., p. 249.
  • 16 Office statistique des Communautés européennes, Statistiques de base de la Communauté, Bruxelles, 1 (...)
  • 17 E. Mandel, Traité d’économie marxiste, 4 vol., Paris, UGE 1969, vol. 2.

5Les études sur la mécanisation agricole dans le Tiers-Monde examinent généralement les effets de celle-ci sur les structures agraires. Elles aboutissent presque toutes à la conclusion que la capitalisation de l’agriculture augmente les disparités de revenu entre paysans, la rente foncière des grandes propriétés étant accrue par la diminution des coûts de production14 Ceci entraîne à terme la diminution du nombre des petites exploitations : elles ne peuvent concurrencer les grandes propriétés qui ont alors tendance à s’agrandir. Or, l’évolution des structures agraires au xixe siècle montre au contraire une stabilisation, voire une augmentation de la petite et toute petite propriété. La France en est un exemple parfait. En 1862 comme en 1909, la petite exploitation de moins de 10 ha représente 85 % du total, dont 39 % d’exploitations de moins de 1 ha15. Il faut attendre le milieu du xxe siècle pour voir une évolution vers la propriété moyenne (20-50 ha) et grande. En 1967 les exploitations de moins de 10 ha étaient pourtant encore nombreuses (43,3 % du totale)16. Y aurait-il donc contradiction, le progrès technique n’ayant pas d’effet de concentration ? Prendre comme référence le xixe siècle n’est concluant que sur un point essentiel : la mécanisation est plus forte dans les grandes propriétés. Ou plus exactement : la grande propriété (ou exploitation) offre le meilleur champ pour la mécanisation des tâches agricoles, parce qu’on peut y réaliser le plus complètement les économies d’échelle et par là atteindre l’optimum de production. L’exemple de nombreux pays montre que la mécanisation a été historiquement plus avancée dans les grandes exploitations. Dès 1950, en Angleterre, il y avait 1 tracteur dans toute ferme de plus de 20 ha, mais seulement 60 % des fermes de 10 à 20 ha en possédaient, et 40 % des fermes de 5 à 10 ha17.

6La concentration des terres qui résulte de la mécanisation est un processus lent mais irréversible. Il est lié à la diffusion du mode de production capitaliste dans l’agriculture. Ernest Mandel décrit ainsi ce processus : « la loi de la concentration du capital est une loi découlant du mode de production capitaliste, elle n’est nullement une loi universelle découlant de la simple existence de la propriété du sol.

  • 18 Ibidem, p. 199-200.

7« Là où le mode de production capitaliste commence seulement à pénétrer dans l’agriculture, où nous nous trouvons en face de vieux domaines semi-féodaux en décomposition, il serait aussi absurde d’aller rechercher la concentration agricole qu’il le serait d’examiner l’industrie de la fin du xviiie siècle sous l’angle de la concentration des capitaux. Ce n’est que lorsque l’ensemble de l’agriculture a été soumis aux bouleversements techniques inhérents au mode de production capitaliste, que le problème de la concentration peut se poser. Ne se rapportent donc pas à cette catégorie les phénomènes de l’extraordinaire concentration de la propriété foncière en Europe orientale avant la Deuxième guerre mondiale, en Espagne ou dans la plupart des pays de l’Amérique latine, où il s’agit soit de résidus de propriétés précapitalistes, soit de placements de capitaux dans l’absence de débouchés industriels (...) »18.

  • 19 P. Bairoch, Le Tiers-Monde dans l’impasse, Paris, Gallimard (Idées), 1971, 372 p. ; p. 40.
  • 20 K. Marx, Le Capital, livre 3, Paris, Editions sociales, 1974, 322 p. ; p. 78.

8Que Mandel ait raison, le livre de Kautsky, la Question agraire, publié en 1900, le montre bien. Kautsky est incapable de dégager une nette tendance à la concentration agraire, pour la bonne raison que celle-ci n’existait pas en tant que résultat de la pénétration capitaliste. Pour lui la grande propriété, qui avait tendance à s’étendre, il est vrai, était représentée par les latifundia (selon le mot de l’auteur) des grandes familles prussiennes, qui les considéraient comme moyens de production à des fins somptuaires. Mais Kautsky, en 1900, n’est pas encore en mesure de comprendre que la machine va provoquer l’élimination ultérieure des micro-domaines, et favoriser une classe paysanne moyenne et grande. Pourtant, s’il avait réfléchi aux conséquences spatiales de la mécanisation, il est possible qu’il aurait pu prévoir l’évolution future. Dans la mesure où la machine déplaçait la main-d’œuvre, ce que Kautsky avait remarqué, une mécanisation plus poussée ne pouvait qu’élargir la surface potentiellement cultivable chaque année « alors qu’au xviiie siècle il était possible de labourer environ 0,4 hectare de terre par jour avec des bœufs, avec des chevaux ce chiffre passe à 0,5 - 0,6 hectare ; l’amélioration de la charrue fera monter ce chiffre jusqu’à 0,8 hectare vers la fin du xviiie siècle et avec la traction à vapeur c’est 5 hectares par jour qu’il sera possibile de labourer au milieu du xixe siècle (aujourd’hui un bon tractoriste avec un équipement très moderne peut labourer jusqu’à 40 hectares en douze heures) »19. Sachant d’autre part, que « du point de vue de la production capitaliste, en ce qui concerne non pas l’accroissement de la plus-value, mais l’abaissement du coût de la production, l’emploi du capital constant est toujours moins cher que l’emploi de capital variable »20, il est facile de prévoir que le capitalisme chercherait inexorablement à accroître l’intensité-capital dans le secteur rural, afin d’abaisser les coûts de production et par là de maintenir aussi bas que possible les taux de salaires dans l’industrie.

  • 21 II est clair que la ruine du petit paysan peut aussi provenir de facteurs conjoncturels, comme la b (...)
  • 22 Une nuance doit être apportée lorsque l’on considère des cultures déterminées. Le maraîchage se con (...)

9Il est étrange de constater que les théoriciens du socialisme, et non seulement Kautsky, mais aussi Lénine, Rosa Luxembourg, etc., ont été incapables de prévoir les phénomènes de capitalisation à la campagne, alors qu’à leur époque les prémices de cette transformation étaient déjà présentes. Les machines étaient utilisées, les engrais chimiques inventés, et la théorie de la rente différentielle des terrains largement diffusée. C’est en effet à cause du processus de formation des prix agricoles d’après les terrains les moins rentables que peut se créer une énorme rente différentielle sur les terrains à forte intensité-capital, lesquels, à leur tour ont pu abaisser leur coût de production, ou élever leurs rendements à l’hectare. Les propriétaires ayant réalisé de ce fait des surprofits importants sont à même de racheter les terres des petits paysans ruinés21, incapables d’accroître leurs rendements. Il en est résulté en Europe l’apparition au xxe siècle d’une agriculture dominée, tout d’abord au point de vue de la surface, puis aussi du nombre, par une classe de propriétaires grands et moyens utilisant intensément la mécanisation et « chassant » peu à peu de leurs terres les derniers petits paysans qui subsistaient22.

L’attraction urbaine

  • 23 K. Marx, Le Capital, livre 1, chap. XXVII.
  • 24 Ibidem, livre 3, tome 3, pp. 28-29.
  • 25 D. Furia, P. - Ch. Serre, op. cit., p. 252.

10Pour Karl Marx la révolution industrielle s’est accompagnée de « l’expropriation de la population campagnarde »23 et de sa déportation outre-mer ou vers les industries nouvellement créées. Mais Marx faisait référence aux enclosures, à la transformation de terres de petits paysans en pâturages ou en forêts de chasse et non aux résultats de la mécanisation qu’il n’a que peu connue. L’exode rural du xixe siècle n’est pas fondamentalement attribuable à l’introduction des machines, car celles-ci n’existaient encore qu’en petit nombre, et ne fonctionnaient que sur de grands domaines déjà constitués ou loués collectivement (par exemple les batteuses). Marx avait cependant compris que la mécanisation allait inévitablement réduire la population paysanne : « La nature du mode capitaliste de production entraîne une diminution constante de la population paysanne par rapport à la population non agricole... Dans l’agriculture, le capital variable nécessaire à l’exploitation d’un terrain déterminé diminue de façon absolue ; il ne peut donc s’accroître que dans la mesure où de nouvelles terres sont cultivées, ce qui présuppose à son tour un accroissement plus important encore de la population non agricole »24. Tout au long du xixe siècle ce mouvement de diminution absolue a été fort lent, même s’il a été réel en termes relatifs, c’est-à-dire par rapport à la population industrielle. Ce n’est qu’à partir de 1850 que le mouvement s’accélère. De 1851 à 1911, la population rurale de la France diminue de 17 %, de 7 % dans le Royaume-Uni. De 1871 à 1911, elle ne baisse que de 1 % en Allemagne25.

  • 26 P. Bairoch, op. cit., p. 43 et suivantes.
  • 27 P. Bairoch, op cit., p. 45.
  • 28 G. Duby et A. Wallon, (sous la direction de), « Apogée et crise de la civilisation paysanne », Hist (...)

11Les causes de l’exode rural, surtout après 1850, sont nombreuses et de nature variée. Ce n’est pas le lieu de les analyser ici, les avis des auteurs étant d’ailleurs partagés. Retenons cependant que la « révolution démographique »26 a de toute façon entraîné l’apparition d’un goulet d’étranglement pour le travail agricole. « La population (de l’Angleterre) qui avait mis plus d’un siècle pour s’accroître d’environ 8 - 10 % entre 1630 et 1740, s’accrut de plus de 150 % entre 1740 et 1850 »27. Ce n’est que dans une mesure limitée que le secteur agricole pouvait retenir la main-d’œuvre nouvelle, dans la mesure où de nouvelles terres étaient mises en culture, et dans la mesure où les rendements augmentaient. On trouve en effet ces deux phénomènes dans l’histoire agricole du xixe siècle, mais à un rythme relativement lent. Certaines landes et régions marécageuses ont été les dernières terres vierges colonisées28.

  • 29 P. Bairoch, op. cit., p. 47.
  • 30 P. Nizan, Antoine Bloyé, Paris, Grasset, 1971 (Le livre de poche), 314 p., p. 37-38.

12Quant aux rendements, ils ne se sont élevés qu’à la fin du siècle et surtout au xxe siècle. Par contre la productivité par travailleur agricole a crû relativement vite. Bairoch a calculé qu’entre 1840 et 1900 cette productivité a crû de 75 % en moyenne en Europe, avec des extrêmes de 140 % en Allemagne et 30 % en Russie29. L’amélioration des outils de travail n’est certainement pas étrangère à cette croissance de la productivité d’environ 1 % par année. Mais encore une fois, il s’agit d’une évolution lente, non d’un « décollage » fougueux. Et pendant ce temps l’emploi industriel progressait, absorbant bon an mal an son contingent de jeunes fils de paysans. Les nouveaux moyens de communication, le chemin de fer surtout, sont pour beaucoup dans le changement d’emploi. « Plus d’un garçon de la campagne est attiré par le halètement des locomotives au coup de cuivre, par les abeilles de métal bourdonnant sur le tablier des nouveaux ponts de fer qui franchissent l’un après l’autre les estuaires profonds des fleuves côtiers de la Vilaine à la Penfeld. Un jour ou l’autre, ces terriens se relèvent de la croûte de la terre, et ils sentent se dénouer les vieilles courbatures de leurs reins de laboureurs, de moissonneurs, de faucheurs. Ils font leur paquet et se dirigent vers les villes que la ligne traverse en se nouant, les villes où la Compagnie embauche. Ils abandonnent la maigre vie des champs cristallins, la parcimonie des landes, des champs d’orge et des champs d’oignons pour accoutumer leur corps à d’autres postures, à d’autres sortes de fatigue, pour travailler sous d’autres maîtres, avec d’autres groupes de muscles, des matériaux et des objets inconnus des paysans »30. Nizan a magnifiquement montré dans ce roman la progression sociale d’une famille d’extraction rurale. Au fil de la lecture on comprend ce que les statistiques ne peuvent rendre, que la machine attire autant sinon plus qu’elle n’expulse. Le départ en ville est souvent le résultat d’une attirance d’un monde nouveau, que l’on croit meilleur, peut-être moins dur, plus varié aussi. La ville donne du prestige, la mécanique est noble, envoûtante, mystérieuse. Le travail des champs est monotone, éreintant, soumis aux intempéries. Peut-on dès lors s’étonner que le fils de paysans, surtout s’il n’est pas l’aîné, cherche sa voie là où la technique s’est installée, et là où elle embauche, en ville ?

  • 31 P. George, « Questions de géographie des populations », Institut national d’études démographiques, (...)

13Oui, la mécanisation agricole détourne le travail, d’une manière générale, mais elle n’est pas la seule cause de l’exode rural. Le travail industriel jouissait de prestige au xixe siècle, alors qu’aujourd’hui il le perd de plus en plus. L’industrie appelait les jeunes paysans, allait les chercher. « L’industrie a besoin de main-d’oeuvre jeune, et si elle ne peut trouver une main-d’oeuvre professionnellement formée, elle doit la prendre à un âge où elle peut encore lui imposer ses cadences, ses rythmes de vie propres. L’émigration rurale vers les régions urbaines est un mouvement de jeunes de moins de trente ans »31. L’avenir des émigrants ruraux n’était pas bouché, même si les conditions du travail industriel étaient dures.

  • 32 B. Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, Paris, Le Seuil (coll. P.), 1970, 187, p. ; p. 9 (...)

14Il nous paraît donc qu’au xixe siècle la machine agricole n’a pas été le facteur primordial de l’exode rural. Elle a pu accentuer légèrement le phénomène, mais sans conséquences massives. Par contre, au xxe siècle il est certain que la généralisation de la mécanisation agricole a provoqué un fort mouvement de concentration des terres et de réduction du nombre des agriculteurs. Le Marché Commun a même tenté d’accélérer ce mouvement « naturel » par une série de mesures « d’aide à la reconversion » des agriculteurs, ensemble de mesures contenues dans le Plan Mansholt. Ce plan visait à créer des exploitations économiquement rentables n’ayant plus besoin d’aide de l’Etat, ou du moins permettant de réduire cette dernière. Pour cela il s’agissait d’éliminer les « petits » en les incitant à se reconvertir dans l’industrie. « Le Plan Mansholt prévoit, pour la construction de nouvelles unités de production efficaces ou d’entreprises agricoles modernes, une aide financière égalitaire pouvant couvrir jusqu’à 35 % des investissements. Quel sera le résultat de cette fausse égalité ? Une association de 3 ou 4 paysans pauvres, mais dynamiques, décidés à entreprendre un nouvel investissement, ne disposera pas de richesses nouvelles, sous prétexte qu’ils auront additionné leur pauvreté. Elle ne pourra faire face à l’autofinancement nécessaire. Par contre, les gros exploitants, disposant (...) d’une capacité importante d’autofinancement, accumulée avec la complicité des pouvoirs publics, seront quasiment les seuls à mettre en place les outils efficaces et à bénéficier par là même des subventions prévues »32. Du point de vue des technocrates l’efficacité agricole se mesure d’après la rentabilité d’utilisation du capital, de la machine. C’est devenu le seul critère, reflétant le degré accentué de pénétration du mode de production capitaliste dans l’agriculture.

Temps machine et mode de vie paysan

15La machine ne marque pas seulement une rupture économique pour l’agriculteur, elle entraîne aussi de profonds changements dans son mode de vie. Cela va même plus loin, la machine modifie la vision du monde, la cosmogonie et le système de valeurs de celui qui tombe entre ses griffes. La perception de l’espace s’élargit. Le tracteur permet de voir loin, parfois jusqu’à l’horizon. Et lorsque se dressent des obstacles, arbres, haies, ruisseaux, fossés, on abat, détruit, détourne et comble pour que roule la machine, pour que s’éloigne l’horizon. Et cette conquête de l’espace est aussi découverte d’une nouvelle puissance, celle de l’homme sur la nature. La résistance du végétal et du minéral cède le pas à la morsure du métal. L’homme domine la nature, sur son tracteur il peut se croire un dieu, puisqu’il recrée la nature. A tel point qu’aujourd’hui il n’y a guère de taillis, de buisson, de forêt, de pâturage qui soit naturel. Tout a été taillé et remodelé.

16Conquête de l’espace — sentiment de puissance, certes. Mais le corollaire en est une soumission au temps-machine. L’homme a cru faire de la machine un outil comme un autre, mais la mécanique a beaucoup plus d’exigences que la houe. Elle n’est pas simple prolongement du bras. La mécanique rouille, se grippe, se casse, se tord. Il faut lubrifier, chauffer, redresser, souder, peindre. La machine est exigeante. Lorsqu’elle est à disposition, il faut l’utiliser, pour la rentabiliser. Le temps devient dès lors essentiel. Il faut aller vite, minimiser le temps-machine, qui coûte cher. « Posant pour la première fois au paysan le problème de la rentabilité de son exploitation, le tracteur lui a, du même coup, posé celui de la structure de la propriété. Le paysan n’a pas l’habitude de calculer son temps, ni sa peine. S’il se lève le matin une demi-heure plus tôt pour aller travailler une parcelle sise à quelques kilomètres de la ferme, il ne lui viendra pas à l’idée d’en imputer d’autant le bénéfice qu’il escompte de son travail.

  • 33 S. Mallet, Les paysans contre le passé, Paris, Le Seuil, 1962, 237 p. ; p. 35.

17Mais lorsqu’il s’y rend avec son tracteur, il lui faut bien chiffrer le prix du carburant33 ». Chaque heure-machine, utilisée ou non, représente un coût. D’où la constante fondamentale de la mécanisation : utiliser au maximum le capital, car jusqu’à certaines limites le rendement monétaire, à prix fixe, sera croissant.

18Ainsi l’homme est-il-devenu l’esclave du temps-machine, se levant à l’aube pour se mettre sur son tracteur, et rentrant à la nuit à la lueur des phares.

19Mais cet esclavage n’est-il pas tout de même préférable à la bonne vieille fatigue de l’effort manuel, musculaire ? La mécanisation ne signifie-t-elle pas gain de temps ? Il faut distinguer ici le niveau individuel et le plan collectif.

  • 34 P. Lafargue, Le droit à la paresse, Paris, Maspéro (Petite collection Maspéro), 1969, 157 p. ; p. 1 (...)

20Au niveau du paysan individuel, la machine, parce qu’elle doit être rentabilisée, impose des rythmes industriels. N’oublions pas que le tracteur est polyvalent, pouvant servir plusieurs types de machines aux différentes phases de la production. Il sert à tout. En outre, et c’est l’élément décisif, la machine a posé un problème de structure agraire, comme le dit Mallet dans la citation précédente. Le tracteur a entraîné la concentration des exploitations, la suppression du morcellement. Il a par conséquent aussi allongé la durée de travail du paysan par rapport à une propriété plus restreinte. A chaque « saut » technologique la surface cultivée par exploitation augmente en moyenne, et par conséquent le temps de travail reste constant ou même s’accroît. Au lieu que la machine réduise la fatigue et augmente les loisirs, c’est le contraire qui se produit, comme l’a si bien expliqué Paul Lafargue : « A mesure que la machine se perfectionne et abat le travail de l’homme avec une rapidité et une précision sans cesse croissantes, l’ouvrier, au lieu de prolonger son repos d’autant, redouble d’ardeur, comme s’il voulait rivaliser avec la machine. Oh ! concurrence absurde et meurtrière ! »34. Pour l’agriculteur le processus est le même, sauf qu’il se traduit par une extension des terres cultivées.

21Au niveau collectif il est certain que la mécanisation entraîne un gain de temps en ce qui concerne la production agricole stricto sensu. Mais ce gain, dans les économies développées, est compensé par l’extension du travail industriel, à la suite de la multiplication des « besoins ». La main-d’œuvre qui devient excédentaire ne se divise pas entre elle les fruits des gains de productivité, en travaillant moins par exemple, elle s’en va en usine pour travailler autant. Le paysan qui reste sur sa terre continue à travailler aussi intensément qu’auparavant, sans loisirs et sans vacances.

22Par contre, si l’intensité du travail est aussi forte qu’auparavant, la nature du travail a changé. Aujourd’hui le paysan doit aussi être un peu mécanicien, voire forgeron, électricien. Ceci suppose une certaine formation professionnelle et une accoutumance au matériel dont il dispose.

  • 35 S. Mallet, op. cit., p. 34.

23Et puis il y a l’élément décisif, le crédit, cordon ombilical qui rattache le paysan fermement au monde du capital. « ... l’introduction du tracteur (et de sa suite) à la campagne, allait (...) être l’élément dynamiseur de la rénovation technique. En introduisant dans l’exploitation familiale autarcique, encore rattachée pour la plupart du temps à une économie de troc, et dans laquelle nul ne faisait le compte de son travail, un élément de capital fixe — il fallait bien rembourser les intérêts, donc penser en termes d’investissements — il jetait la paysannerie dans l’économie industrielle »35.

24Le crédit est étroitement lié à la mécanisation, il en permet l’universalisation, l’extension à des couches moyennes du paysannat qui, autrement, ne pourraient se procurer les machines par manque de moyens financiers. Mais le crédit c’est aussi l’asservissement définitif au temps-machine, aux trépidations des voitures et parfois aux accidents, hélas trop fréquents, que provoquent les engins agricoles.

Notes

11 K. Kautsky, op. cit., p. 58.

12 D. Furia, P. - Ch. Serre, Techniques et sociétés, liaisons et évolution, Paris, A. Colin, 1970, 446 p., p. 327.

13 K. Kautsky, op. cit., p. 65.

14 Cf. M. Yudelman G. Butler, R. Banerji, Evolution technologique de l’agriculture et emploi dans les pays en voie de développement, Paris, OCDE, 1971, 225 p., pp. 62-75.

15 D. Furia, P. - Ch. Serre, op. cit., p. 249.

16 Office statistique des Communautés européennes, Statistiques de base de la Communauté, Bruxelles, 1967, p. 136-137. Entre 1892 et 1970 les exploitations de 20 à 50 ha passent de 5,8% à 25,4% du total.
Kostas Vergopoulos (in S. Amin, K. Vergopoulos, La question paysanne et le capitalisme, Paris, Anthropos, 1974, 245 p., p. 227) cite ces chiffres pour montrer qu’il n’y a ni concentration excessive ni prolétarisation des agriculteurs. Le paysan serait « déviant » et la structure agraire ne répondrait à aucune loi précise. Mais le renforcement de la propriété moyenne est justement la loi du développement du MPC dans l’agriculture, parce que la propriété moyenne représente l’optimum rêvé de l’utilisation du capital privé dans l’état actuel de la technologie. En outre on ne peut que sourire lorsqu’on lit que « le paysan persiste à attacher non seulement à son lopin de terre, mais surtout à son mode de vie » (op. cit. p. 228). C’est justement le mode de vie paysan qui a énormément changé depuis cent ans, à tous les points de vue (cf. plus loin).

17 E. Mandel, Traité d’économie marxiste, 4 vol., Paris, UGE 1969, vol. 2.

18 Ibidem, p. 199-200.

19 P. Bairoch, Le Tiers-Monde dans l’impasse, Paris, Gallimard (Idées), 1971, 372 p. ; p. 40.

20 K. Marx, Le Capital, livre 3, Paris, Editions sociales, 1974, 322 p. ; p. 78.

21 II est clair que la ruine du petit paysan peut aussi provenir de facteurs conjoncturels, comme la baisse des prix agricoles au xixe siècle par la concurrence américaine et russe. Mais on peut aussi « provoquer » la ruine, par la création de surplus, les limitations de crédit, etc.

22 Une nuance doit être apportée lorsque l’on considère des cultures déterminées. Le maraîchage se contente de très faibles extensions de terre.

23 K. Marx, Le Capital, livre 1, chap. XXVII.

24 Ibidem, livre 3, tome 3, pp. 28-29.

25 D. Furia, P. - Ch. Serre, op. cit., p. 252.

26 P. Bairoch, op. cit., p. 43 et suivantes.

27 P. Bairoch, op cit., p. 45.

28 G. Duby et A. Wallon, (sous la direction de), « Apogée et crise de la civilisation paysanne », Histoire de la Trance rurale, Paris, Le Seuil, 1976, 3 vol. ; tome 3, pp. 145 ss.

29 P. Bairoch, op. cit., p. 47.

30 P. Nizan, Antoine Bloyé, Paris, Grasset, 1971 (Le livre de poche), 314 p., p. 37-38.

31 P. George, « Questions de géographie des populations », Institut national d’études démographiques, Cahier No 34, Puf, 1959, p. 213. Cité dans Furia, Serre, p. 255.

32 B. Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, Paris, Le Seuil (coll. P.), 1970, 187, p. ; p. 92-93.

33 S. Mallet, Les paysans contre le passé, Paris, Le Seuil, 1962, 237 p. ; p. 35.

34 P. Lafargue, Le droit à la paresse, Paris, Maspéro (Petite collection Maspéro), 1969, 157 p. ; p. 134.

35 S. Mallet, op. cit., p. 34.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter