Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fin des outils

 | 
Antoine Brawand
, 
Louis Necker
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Au printemps 1976, l’Institut universitaire d’études du développement organisait un colloque sur le thème : « Sociétés rurales, technologie et développement ». Centré d’abord sur l’étude des transformations dans les communautés paysannes, le débat prit une tournure plus générale et devint une réflexion sur les rapports entre le Tiers Monde et les sociétés industrialisées, réflexion qui se poursuivit au-delà de ces quelques journées et donna aux études de terrain leur pleine dimension ethnique et politique. Il fut donc décidé de refléter cet élargissement de la démarche dans un cahier consacré au phénomène de la domination technologique. Le choix du thème présentait tout ensemble un inconvénient et un avantage ; un inconvénient parce que sur ce terrain-là, encore peu exploré, et très controversé, l’unité des points de vue ne pouvait se faire d’emblée, un avantage dans la mesure où la diversité des opinions signifiait moins la disparité qu’un foisonnement fécond et donnait lieu à une riche matière. Finalement ce cinquième cahier fut conçu comme un éventail de tendances et d’expériences autour d’un problème de fond, les modes d’implantation de la domination technologique.

2Les techniques qui autrefois étaient représentatives de la structure et de la diversité des civilisations, sont devenues aujourd’hui les sous-systèmes de la technologie mondiale. L’ouvrier et ses instruments risquent fort de faire les frais de ce procès d’uniformisation et d’y perdre leur identité ou, si l’on préfère, leur caractère irremplaçable. Notre époque sera-t-elle celle de « la fin des outils » ? En bien des points du globe, elle a marqué la fin de l’état de différence ; signifiera-t-elle aussi la suppression pure et simple du droit à la différence ? S’agit-il d’une évolution inéluctable, est-ce la rançon de ce que l’on appelle fort mal à propos le progrès ? Autour de ces questions essentielles, traitées selon l’optique personnelle de chaque auteur, des thèmes complémentaires ont surgi : la critique des méthodes conventionnelles d’analyse, l’importance de l’approche historique, l’étude des incidences (économiques, sociales, politiques, culturelles, écologiques, etc.) du transfert (ou du non-transfert effectif !) de technologie. Au-delà de l’étude des processus passés et en cours certains auteurs ont voulu contribuer à la recherche de solutions : quelles sont les structures favorables au progrès technique ? Quelles devraient être les critères de choix des techniques — « appropriées », « intermédiaires », « douces », « traditionnelles », « de pointe » — ? Quelles innovations, quelles « utopies concrètes » permettraient-elles de sortir des impasses du développement ?

3Les trois premiers textes de la partie ETUDES approfondissent l’analyse du changement technologique dans les sociétés rurales d’Amérique latine (Claude Auroi) et d’Asie (Gilbert Etienne, Jean-Luc Maurer). Après avoir constaté les traumatismes déjà subis par les sociétés traditionnelles (inflation démographique, famines, dépendance, bouleversement des normes culturelles), les auteurs cherchent à déterminer et les transferts techniques indispensables et les conditions dans lesquelles ils peuvent être effectués à partir des dynamismes locaux.

4Mais il ne suffit pas d’étudier les conditions du changement technique dans le Tiers Monde, il faut aussi analyser la fonction des agents du transfert ; dans cette perspective, Andras November tente de mettre en lumière, à travers une approche microéconomique, le rôle déterminant des organisations-conseils suisses.

5Les auteurs de la partie THEORIE s’efforcent respectivement de contribuer à une explication des processus de domination technologique, et même s’ils divergent quant au fond, ils s’accordent à reconnaître l’urgence d’une alternative. Ces textes très denses méritent une lecture attentive car ils contiennent d’importants développements méthodologiques.

6Comment la technologie occidentale a-t-elle pu devenir dominante ? Pourquoi sa logique interne entre-t-elle en contradiction avec la rationalité collective ? Pour répondre à ces questions, il ne faut pas considérer la technologie comme une réalité en soi, écrit Eduardo Rallo : il faut l’analyser comme un produit historique, à l’intérieur de certains rapports sociaux.

7Jacques Grinevald estime que dans un débat sur la technologie, l’on ne saurait faire abstraction de l’histoire de la révolution industrielle et du développement de la thermodynamique. Les sciences sociales, encore largement inspirées par les principes de la mécanique, devraient se mettre à l’école de la biologie et intégrer le principe d’entropie à leurs fondements théoriques.

8Dans son approche de la technologie, Johan Galtung distingue la technique, pointe visible de l’iceberg, et la structure sociale et cognitive. Il oppose deux systèmes : la structure occidentale dominante alpha et les structures alternatives bêta. Le transfert de technologie sert de vecteur à la domination ; pour abolir cette dernière, il propose le développement de techniques des self-reliance qui permettraient à des communautés de taille réduite de compter sur leurs propres forces.

9Selon Antoine Ayoub, enfin, un changement dans les rapports de force entre le Nord et le Sud, ainsi qu’une nouvelle répartition des revenus, sont nécessaires au développement du Tiers Monde. Face aux pays industrialisés disposant d’un monopole technologique dynamique et permanent, les exportateurs d’énergie et de matières premières sont obligés de constituer un vaste front commun.

10Malgré la pluralité des conceptions qui inspirent les textes théoriques, la discussion n’est pas épuisée, bien au contraire ! La partie DEBATS le montre bien.

11Abdelhak Makki, le seul critique qui adhère sans réserve à l’une des analyses précédentes, souligne, à la suite d’Eduardo Rallo, que la rationalité de la technique s’inscrit dans une logique globale, celle du mode de production dominant.

12Faouez Mellah relève que Johan Galtung préfère se réfugier dans l’utopie au lieu d’analyser les caractéristiques spécifiques du capitalisme et d’étudier rigoureusement les conditions de son dépassement.

13Danielle Provansal répond enfin à Jacques Grinevald que le concret explique l’histoire de la pensée et non l’inverse. Elle ne voit pas de continuité dans les théories et dans les cosmologies dominantes depuis l’époque pré-industrielle, mais bien une rupture. De même, l’humanité ne préservera pas son avenir par un dépassement mental.

14Avec la partie ATELIERS, le cahier s’achève par une lueur d’espoir. François de Ravignan et Jean-Pierre Gontard ont perçu, lors de leurs voyages dans les villes et les campagnes africaines, un dynamisme local qui ne demande qu’à s’affranchir des structures économiques et administratives étouffantes. Les artisans sauront-ils, par la seule grâce de leurs arts et de leurs secrets d’antan, empêcher que ne survienne la fin des outils ? C’est peut-être la seule voie, mais elle est étroite, face à une technologie aussi tentaculaire qu’impuissante.

15L’équipe des Cahiers

Acheter