Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces du Prince

 | 
Antoine Brawand
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

L’État dans les formations sociales périphériques : éléments pour un débat

Introduction

Faouez Mellah

Texte intégral

Champ et limites du débat

1Si, en ce qui concerne l’Etat dans les formations sociales centrales, nous disposons d’une multitude d’hypothèses pour en expliquer la genèse et en décrire les fonctions, nous ne disposons, à ce jour, d’aucune tentative systématique pour expliquer la mondialisation de l’Etat, sa genèse et ses fonctions dans les formations sociales périphériques. Si l’on excepte le positivisme qui constitue une approche empirique — pour ne pas dire pragmatique — du problème, ce vide nous laisse face à deux séries d’hypothèses qui constituent plus des interrogations tâtonnantes que des théories cohérentes, ce sont :

  • l’hypothèse dite « marxiste » qui renvoie à l’analyse des structures des formations sociales périphériques et des antagonismes qui y opposent les classes. Schématiquement l’Etat serait le « reflet » de l’infrastructure et l’« instrument »1 par lequel une classe en opprime une autre.
  • l’hypothèse de la modernisation, laquelle renvoie à une évolution inhérente à l’Histoire et tendant à secouer des sociétés retardataires et à les placer dans l’orbite de la modernité. Schématiquement, l’Etat serait alors, tout à la fois, objet- instrument de cette modernisation et siège de cette modernité2.

2Ces deux séries d’hypothèses, bien qu’ayant plusieurs points communs, restent insuffisantes pour les mêmes raisons :

  • Elles acceptent l’une et l’autre la mondialisation de l’Etat « comme un fait accompli (dit encore historique) ou comme une évidence (passant pour rationnelle) sans que l’on s’interroge plus avant sur ses motifs, son sens et sa finalité » (Lefebvre 1976 : 13).
  • Elles présupposent l’une et l’autre que les formations sociales périphériques reproduisent les caractéristiques et l’évolution même des formations centrales aujourd’hui dominantes.
  • Elles négligent l’une et l’autre la spécificité des conditions historiques dans lesquelles le nouvel Etat périphérique a émergé, et par conséquent les fonctions spécifiques qu’il remplit.
  • Et last but not least, elles ne tiennent pas assez compte du système mondial actuel dominé largement par l’impérialisme.

3Pour surmonter ces points d’achoppement sur lesquels bute une approche exhaustive du phénomène étatique dans les formations périphériques, un effort d’approfondissement conceptuel nous semble nécessaire. Plusieurs directions peuvent être proposées :

  • Toute contribution à une critique de l’Etat devrait intégrer la réflexion sur le processus de mondialisation de cette forme d’organisation sociale, l’analyse du système mondial des Etats qui en a résulté et la compréhension de l’impérialisme qui le détermine.
  • On ne peut partir de l’analyse des parties (les Etats modernes) pour expliquer le tout (le système mondial des Etats). C’est au contraire dans les structures globales du système actuel qu’il faut chercher les causes de l’émergence de l’Etat dans les formations sociales périphériques. Toute autre approche nous enfermerait dans l’impasse mécaniste consistant à représenter le système actuel comme une juxtaposition d’entités indépendantes et souveraines.
  • L’existence du système mondial et de l’hégémonie de l’impérialisme a entraîné de nouvelles fonctions pour l’Etat. Il s’agira de les cerner tant au niveau des formations centrales qu’au niveau des formations périphériques.
  • Cet élargissement des fonctions de l’Etat au niveau mondial implique un dépassement du sempiternel débat portant sur le point de savoir si « l’Etat est plutôt dans l’infrastructure ou plutôt dans la superstructure ». L’Etat est à saisir, aujourd’hui, au niveau des structures globales. C’est dans toutes les instances du système qu’il faut l’appréhender.
  • La généralisation de la forme étatique ayant entraîné, en même temps, la généralisation de sa contestation, il s’agira de tenir compte de cette multi-dimensionnalité des révoltes et d’approfondir en conséquence les concepts de lutte de classes, de dépérissement de l’Etat et de socialisme.
  • 3 Pour les aspects « internes » de cette crise, lire : La crise de l’Etat, (Poulantzas 1976).

4L’ensemble de ces directions indique clairement les limites de ce débat. Ces limites sont essentiellement politiques. En effet, il s’agit moins de dresser une typologie des Etats ou de proposer une quelconque description des fonctions de l’Etat périphérique que d’analyser les conditions d’un dépassement du système mondial actuel dans lequel l’Etat remplit des fonctions déterminées et dans lequel il apparaît de plus en plus comme le maillon faible3. Il ne s’agit pas de dépoussiérer le vieux concept de dépérissement de l’Etat et de l’intégrer à une vision de l’Etat périphérique, mais de démontrer en quoi la problématique des rapports centre-périphérie porte en elle l’exigence du socialisme et de son corollaire le dépérissement de l’Etat.

5« La division du système impérialiste en centres dominants et périphéries dominées a modifié radicalement la problématique de la révolution socialiste ». (Amin 1976 : 19).

6La réflexion sur l’Etat devrait être au centre de ce renouveau.

Notes

1 Cette conception instrumentale de l’Etat est encore celle des « marxistes » ... révisionnistes. Ne lit-on pas dès les premières pages d’un livre récent dû au PCF : « (L’Etat) c’est par excellence l’instrument grâce auquel la classe possédante maintient et reproduit sa domination » (Fabre, Hincker, Sève, 1977).

2 Pour le cas du Maghreb, Hermassi fait une bonne critique de cette approche dans : Etat et société au Maghreb, Paris, Anthropos, 1974. Cependant, s’enfermant lui-même dans ce qu’il appelle « une théorie réaliste », Hermassi ne présente pas une explication de la genèse des Etats maghrébins modernes.

3 Pour les aspects « internes » de cette crise, lire : La crise de l’Etat, (Poulantzas 1976).