Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces du Prince

 | 
Antoine Brawand
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Le mode de production capitaliste, en étendant son marché, a réussi à imposer son Prince, l’Etat moderne. Et cette mondialisation, pour la première fois dans l’histoire, d’une forme d’organisation sociale particulière tend à réduire et à uniformiser la multiplicité des existences et des consciences sociales à l’intérieur d’un seul système d’identification, l’Etat-Nation. La construction d’un Etat et d’une unité nationale sont paradoxalement devenus, pour les uns, un instrument privilégié à la fois d’expansion et de domination capitaliste et, pour les autres, une lutte de libération anti-impérialiste.

2S’interroger sur les « Espaces du Prince », c’est dénoncer cette prétention à l’universalité et c’est affirmer le droit à l’existence de formes sociales différentes. Quelle est la raison d’être de l’Etat et des Etats, comment ceux-ci se révèlent ou s’achèvent-ils dans un système qui se veut de plus en plus planétaire et exclusif et quelles sont les possibilités de son dépassement ? En d’autres termes, peut-on dans les conditions actuelles de l’impérialisme se situer en dehors de la problématique du renforcement de l’Etat ou du moins douter de l’inéluctabilité de son dépérissement ?

3La réflexion actuelle sur l’irréversibilité apparente de la mondialisation de l’Etat moderne et sur la nature totalitaire du pouvoir étatique nous a donné l’idée d’organiser une table-ronde dans le cadre des activités de l’Institut universitaire d’études du développement. Au cours de ce débat, les participants ont cherché à définir la spécificité des Etats périphériques, de leur histoire et de leurs fonctions, et à cerner les alternatives qui permettraient aux peuples dominés de reprendre l’initiative de leur histoire. La transcription de cette discussion, animée notamment par Henri Lefebvre, Laurent Monnier, Yves Person et Jean Ziegler constitue la partie DÉBAT de ce cahier. Quatre thèmes ont permis de centrer cette réflexion critique sur l’Etat.

4Tout d’abord, Laurent Monnier et Chahrokh Vaziri remettent en question les concepts élaborés en Occident et appliqués tels quels dans les formations périphériques, en mettant en évidence le lieu et les conditions de leur production et en démontrant concrètement leur non-pertinence pour l’analyse de l’Etat iranien. Cette approche épistémologique pose le problème de l’autonomie relative d’un discours sur l’Etat.

5Henri Lefebvre propose ensuite son concept de mode de production étatique pour définir l’apparition d’un mode de production nouveau qui s’est d’abord manifesté en Union soviétique. Caractérisé par la reproduction des rapports de domination, l’Etat gestionnaire se situant à la fois au-dessus et au dedans de la société toute entière, ce concept devrait permettre d’éclairer la transition du capitalisme au socialisme et de renouveler la thèse du dépérissement de l’Etat.

6Yves Person prolonge concrètement cette thèse en essayant de définir les espaces non-étatiques qui permettraient de conserver les identités culturelles de chaque peuple. Dénonçant la violence symbolique exercée sur les masses africaines, leur acculturation et leur marginalisation par l’Etat-Nation devenu l’instrument privilégié de l’aliénation culturelle, il inscrit son projet dans une alternative de développement autogestionnaire qui respecterait les différences.

7Enfin, et à l’encontre des thèses précédentes, Jean Ziegler considère que dans les conditions mondiales actuelles, l’Etat-Nation et son renforcement peuvent seuls s’insérer dans un projet politique de libération et devenir le point central de la dialectique entre lutte des classes et lutte anti-impérialiste. Son interrogation porte essentiellement sur les multiples voies possibles pour une construction nationale en Afrique et sur l’importance des luttes de libération pour une prise de conscience nationale.

8Les trois premiers articles réunis dans ce cahier sous la rubrique THÉORIE prolongent la réflexion critique abordée au cours de ce débat.

9Pour Faouez Mellah la nature et les fonctions de l’Etat périphérique, lieu d’expansion et de domination d’une classe hégémonique, la bourgeoisie européenne, ne peuvent être appréhendées qu’à partir de la structure globale du système mondial des Etats. La problématique des rapports centre-périphérie porte en elle l’exigence du socialisme et de son corollaire, le dépérissement de l’Etat. Au-delà de la logique d’intégration imposée par l’impérialisme, cette problématique met en lumière les conditions d’une « stratégie dissociative » fondée sur les logiques de la diversité telles qu’elles émergent des luttes qui, dans la périphérie comme au centre, sont en rupture avec la forme étatique et les multiples aspects de sa domination. La mondialisation du système des Etats implique une mondialisation des diverses formes de sa contestation.

10Se situant dans le même cadre de réflexion globale, Theodor Pangalos, par trois exemples historiques concrets — le Nigéria, le Cameroun et le Bénin — tente de cerner les caractéristiques de l’Etat périphérique dont la constitution ne relève nullement de la dialectique entre Etat et nation propre au centre. L’Etat périphérique, seul acteur possible d’une maximalisation de la croissance dans le cadre du marché mondial, essaie de faire concorder ses intérêts avec ceux des corporations transnationales du centre ; au-delà de la diversité des pouvoirs dictatoriaux et des processus de croissance, le nationalisme d’Etat devient de plus en plus l’apanage exclusif des bureaucraties du Tiers Monde. Seule une réflexion critique des intellectuels africains eux-mêmes sur la corrélation souvent établie entre nationalisme et indépendance et sur l’enchaînement généralement postulé entre croissance, nation et Etat permettra, dans le cadre du panafricanisme, la création d’un projet original de dépassement du système actuel.

11Enfin Marianne Enckell fait ressortir, à partir de l’émergence — dans les sociétés périphériques — d’un Etat qui devient lui-même moteur de l’économie et gérant des ressources, la convergence des systèmes étatiques qui se constituent en appareils autonomes, en classe dominante à proprement parler. Partout le pouvoir est aux mains de la technobureaucratie ; la thèse du dépérissement de l’Etat est plus que jamais une chimère. Avec de nombreux exemples, Marianne Enckell démontre comment le devenir des Etats périphériques, qu’ils soient capitalistes ou socialistes, confirme le projet libertaire : une révolution ne peut se réaliser qu’en dehors de l’Etat.

12Contrairement à ces trois perspectives, les deux autres articles de ce cahier situent moins leur problématique à l’intérieur du système mondial des Etats que par rapport à la spécificité des conditions internes de développement étatique propre à chaque peuple.

13La riche étude de Jack Goody vise à dénoncer le concept de féodalisme appliqué hier et aujourd’hui encore à certaines sociétés précoloniales africaines en démantelant les prétendus isomorphismes établis entre les systèmes sociaux africains et les structures féodales de l’Europe médiévale. Loin de se contenter d’un concept global, il souhaite une analyse qui, en partant des forces productives et de l’organisation de la production, tienne compte de la diversité des sociétés. Ce sont par exemple, les innovations technologiques telles la charrue, la roue et l’étrier qui, chacune dans leur domaine et en des lieux donnés, ont bouleversé les formes de sociabilité et de pouvoir des sociétés africaines. Cette approche anthropologique de l’économie, contrairement aux autres articles plus centrés sur l’appareil d’Etat, cerne dans toutes leurs différences la multiplicité des rapports sociaux qui permettraient de mieux définir les communautés africaines.

14Enfin, dénoncer et comprendre la violence du pouvoir étatique en Iran et pour cela l’analyser à partir de la thèse classique du marxisme selon laquelle l’Etat résulte d’un mode de production déterminé et de la lutte des classes dont il émerge, tel est l’objectif de Kazem Radjavi dans ce dernier texte du cahier. En Iran, c’est le concept de mode de production asiatique, structure dominante jusqu’au milieu du xixe siècle, qui permet le mieux de saisir la nature spécifique du pouvoir étatique. Bien qu’à la rente foncière se soit substituée la rente pétrolière et que l’Etat iranien soit devenu le garant de la pénétration impérialiste et de l’intégration au marché mondial, la classe dirigeante tente en effet, contre l’histoire, de maintenir la superstructure propre au mode de production asiatique : le despotisme oriental.

15Ce Cahier s’achève sur une bibliographie critique d'Ioanna Kaftanzoglou. L’auteur a choisi quelques ouvrages s’insérant dans la problématique de l’Etat à la périphérie.

16Ces quelques textes, sans nous permettre de conclure sur une définition de l’Etat pris dans son contexte politique, économique et social, ouvrent une très large brèche sur la complexité des phénomènes à analyser, sur les riches nuances dont on aurait à tenir compte et sur l’approche pluridisciplinaire nécessaire pour aborder un sujet aussi vaste et mouvant.

17Ce Cahier n’a que la prétention de se poser en interrogation sur les multiples formes de naissance ou d’existence de l’Etat dans les formations périphériques.

18L’équipe des Cahiers