Version classiqueVersion mobile

Les sept points cardinaux

 | 
Antoine Brawand
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Parcours bibliographique

Parcours bibliographique

Françoise Bruttin

Texte intégral

Notre bibliographie s’oriente davantage vers un aspect relationnel « homme-nature » que vers la tendance technologique et politique de certains ouvrages d’écologie.

Elle est loin d’être exhaustive et peut être un « guide » susceptible, je l’espère, d’inviter le lecteur à des recherches nouvelles vers une écologie qui se cherche et s’inspire d’un savoir écologique populaire.

Adams, R. N.
1975
Energy and Structure. A Theory of Social Power, Austin and London, University of Texas Press.
Ouvrage de base sur la relation entre le pouvoir et l’énergie. Le pouvoir social est directement dérivé du contrôle sur les processus d’énergie, la somme du pouvoir dans chaque système variant avec la somme de contrôle exercé sur l’environnement ; cette mainmise aboutit à une centralisation croissante des pouvoirs de décision, à une marginalisation sociale et à la destruction de l’environnement.
(Voir excellente bibliographie p. 317-338).

Boericke, A. et Shapiro, B.
1975-76 Maisons de charpentiers amateurs américains, Paris, Ed. du Chêne.
Cabanes, abris, toute une architecture sauvage où les déchets de la société de consommation et les matériaux les plus bruts sont utilisés pour retrouver un équilibre entre ce qui peut être produit par la main de l’homme et ce qui peut l’être par la machine. Une illustration photographique de la créativité marginale.

Chesneaux, J.
1976 Du passé faisons table rase ? A propos de l’histoire et des historiens, Paris, Maspéro (Petite coll.).
Court chapitre sur le rôle de l’écologie dans la société industrielle « avancée ». L’écologiste vu comme quelqu’un de solidement « enraciné dans un rapport au passé ». Important témoignage de vie de sociétés pré-capitalistes. Ouvrage militant qui s’inscrit dans un combat contre tout matérialisme a-historique. (Voir notamment chapitre 13 : p. 120-127).

Clastres, P.
1972 Chronique des Indiens Guayaki, Paris, Plon.
Un livre qui contribue à démystifier l’image du primitif enraciné chez les Occidentaux. Un savoir écologique raffiné se dégage de cette chronique de la vie quotidienne de « chasseurs sans village ». Un savoir qui se fonde sur des mythes et pratiques rituelles renouvelées.
(Voir spécialement chapitre IV : p. 149-187).

Clastres, P.
1974 La société contre l’Etat. Recherches d’anthropologie politique, Paris, Ed. de Minuit.
Tout l’héritage théorique de Pierre Clastres recueilli et synthétisé dans ce livre capital. Un effort magistral pour donner la parole à l’« autre » en démolissant les préjugés anthropologiques classiques concernant le pouvoir. De nombreux passages sur les conceptions indiennes de la nature et sur les pratiques anti-accumulatrices des sociétés sans Etat et sans surplus.
(Voir chapitre 11 : p. 161-186 et chapitre 8 : p. 88-111).

Dasmann, R.
1976 National parks, nature conservation and future primitive. Ecologist, vol. 6, No 5, june 1976.
Faut-il créer des réserves pour que des sociétés pratiquant des méthodes de culture traditionnelles s’y installent ?

Dumont, R. et de Ravignan F.
1977 Nouveaux voyages dans les campagnes françaises, Paris, Seuil (coll. Histoire immédiate).
René Dumont publiait en 1950 les voyages en France d’un agronome. Aujourd’hui en compagnie de F. de Ravignan, il revient sur les lieux étudiés alors, et montre l’extrême variété des situations et la « redoutable complexité » des problèmes. Il y a trente ans, un meilleur rendement des terres par des moyens mécaniques semblait devoir résoudre les problèmes de l’exploitant agricole. Aujourd’hui, l’agriculteur a généralement étendu son domaine et la productivité du travail agricole a été multipliée par neuf mais le rendement par hectare a diminué et nous assistons à un appauvrissement du sol. D’autre part, le paysan français est toujours plus dominé par les firmes qui lui fournissent ses principaux moyens de production : engrais et pesticides, tracteurs et matériels divers ; aliments pour le bétail. Excellent document de base pour une réflexion sur une nouvelle politique agricole.

Friedman, Y.
1978 L’architecture de survie ou s’invente aujourd’hui le monde de demain, Paris, Castermann.
La pénurie est mère d’innovation sociale et technique. La société pauvre exige l’égalité ; poussée par la nécessité, elle déploie une ingéniosité technique exceptionnelle. C’est la société du monde pauvre qui est en train d’inventer l’architecture de survie.

Gallais, J.
1975 « Traditions pastorales et développement : problèmes actuels dans la région de Mopti (Mali). Les sociétés pastorales en Afrique tropicale, Ed. Th. Monod, London University Press, p. 354-368 (Études présentées et discutées au XIIIe séminaire international africain, Niamey, 1972).
L’auteur part d’une réflexion intéressante pour décrire la vie traditionnelle des Peuls. « Les valeurs traditionnelles comme instrument d’un développement économique de style moderne ». Il y décrit une société traditionnelle avec une organisation pastorale très élaborée parfaitement adaptée aux contraintes écologiques. Cette société s’appuie sur le code de la Dina : code pastoral et économico-politique bien défini.

Goethe, J. W.
1957 Métamorphose des plantes. Préface et notes de R. Steiner, Paris, Ed. du Centre triades.
Mentionnons que par tout un aspect de son personnage et de son œuvre, Goethe reste un des principaux maîtres à penser de R. Steiner.

Gonzalez, L.
1972 Les barrières de la solitude. Histoire universelle de San José de Gracia, village mexicain, Paris, Plon (coll. Terre humaine). L’histoire de ce village, nous la vivons autant à travers les événements, les personnages qui l’ont marquée qu’à travers les faits de la vie quotidienne. « La terre et la religion commandent tout : sans elles, on ne comprendrait rien à la politique et à la guerre ». Les faits de la vie quotidienne sont au centre de ce magnifique récit autobiographique.

Gorz, A. (Bosquet, M.)
1975 Ecologie et politique, Paris, Seuil.
« Mieux vaut laisser faire la nature que de la corriger au prix d’une soumission croissante des individus aux institutions, des hommes au pouvoir d’autres hommes ». A lire si on veut comprendre par un langage accessible le drame écologique de notre société industrielle. A la fin, une drôle de pièce de science fiction pour conclure par une note d’utopisme concret.

Gulliver, P. H.
1975 « Nomadic movements : causes and implications » Les sociétés pastorales en Afrique tropicale. Ed. Th. Monod, London, University Press, pp. 369-386. (Etudes présentées et discutées au XIIIe séminaire international afr., Niamey, 1972).

Habitats, constructions traditionnelles et marginales. Trad. et adapt. de P. Gac.
1973 Paris, Ed. Alternatives et Parallèles.
Chaque peuple de la terre résoud son problème d’habitat en utilisant les matériaux naturels offerts par son environnement immédiat. De l’habitat traditionnel africain aux constructions marginales aux Etats Unis en passant par l’architecture bretonne ou le tipi indien. Ouvrage richement illustré.

Hediger, P.-J.
1975 Le Cheval d’orgueil, Paris, Plon (Coll. Terre Humaine). Le milieu breton comme école de vie.
(Voir surtout chapitres 2 et 3).

Illich, I.
1977 Le chômage créateur, Paris, Seuil.
« Hétérotomie », « contre-productivité », « congestion », « majorité déviante », « biocrates », « sexocrates », « pédocrates »... « voici quelques échantillons d’outils conceptuels employés dans cette intéressante initiation à une écologie politique radicale ». Un programme de vie « la subsistance moderne » mode de vie dans une économie post-industrielle au sein de laquelle les gens ont réussi à réduire leur dépendance à l’égard du marché, et y sont parvenu en protégeant — par des moyens politiques — une infrastructure dans laquelle techniques et outils servent en premier chef, à créer des valeurs d’usage non quantifiées et non quantifiables par les fabricants professionnels.

International Africain Institute
Bibliographie trimestrielle, London, IAI.

Jaulin, R.
1967 La mort sara. L’ordre de la vie ou la pensée de la mort au Tchad, Paris, Plon (coll. Terre humaine).
La terre est personnifiée « elle est l’épouse naturelle du clan et précède l’épouse humaine : toutes deux s’articulent de façon polaire et néanmoins complémentaire : la première est naturelle, endogamique et matrilocale, la seconde culturelle, exogamique et patrilocale ». Le schéma initiatique est légué par les ancêtres qui représentent le temps : ils ont le passé, ils autorisent le modèle à venir, et l’espace en un certain sens. On admet que les événements naturels, la pluie, la chance procèdent de leur bon vouloir. Magnifique synthèse d’une vision cosmologique et d’un savoir écologique.

Jaulin, R.
1970 La paix blanche. Introduction à l’ethnocide, Paris, Seuil (coll. Combat).
Le classique sur l’ethnocide des Indiens d’Amazonie. Une réflexion intéressante sur le discours mythique chez les Bari où la « terre humaine s’invente elle-même comme alliée, comme l’épousée prépare ses noces. »
(Voir en particulier le chapitre II : du côté des capucins).

Junck, R.
1974 Pari sur l’homme, l’optimisme comme défi, Paris, Laffont (coll. Réponses/Ecologie).
« Il y a autant à découvrit dans les profondeurs de l’homme que dans les profondeurs du ciel ». Ce grand futurologue ne renonce pas à son optimisme tous azimuths. Utile « boîte à outils » en matière d’écologie : suggestions, informations, contact, matériaux, notices, sources, citations.

Koepf, H.
1977 Bio-dynamie. Qu’est-ce que la culture bio-dynamique, Paris, Ed. du Centre Triades.

Kremniov, I.
1976 Voyage de mon frère Alexis au pays de l’utopie paysanne. 1984 ! Lausanne, Age d’Homme (coll. Slavica-Utopies).
Sous le nom de Kremniov, Tchayanov, important spécialiste des questions agricoles des années 1920, se lance dans un manifeste d’économie-fiction où la société paysanne remplace une société urbaine, où 1930 est l’année de la « grande révolution paysanne » alors que dans la réalité ce fut celle de la collectivisation, de la mort de milliers de paysans et du renforcement de la dictature du prolétariat.
Point d’interrogation sur les buts de la révolution russe ?

Kroeber, Th.
1968 Ishi, testament du dernier Indien sauvage de l’Amérique du Nord, Paris, Plon (coll. Terre humaine).
Après une vie passée dans la clandestinité, Ishi, le dernier survivant d’une tribu Yahi de Californie du Nord, se rendit à la « civilisation américaine » du xxe siècle. Quel sort les anthropologues pouvaient-ils lui réserver ? « Objet d’enquête » parmi les objets du Musée de Californie. Il nous reste un témoignage saisissant et tragique sur une civilisation de chasseurs, avec ses croyances où le naturel et le surnaturer se confondaient.

Leroi-Gourhan, A.
1943 L’Homme et les matières. Evolution et technique, Paris, Albin Michel (Sciences d’aujourd’hui).
Comment l’homme adapte l’outil au milieu à partir d’une vision évolutionniste. Que deviennent l’amour, la fête le rite, l’art ?

Lewis, I. M.
1975 « The dynamics of nomadism : prospects for sedentarization and social change ».
Les sociétés pastorales en Afrique tropicale. p. 426-442, London, Oxford University Press.
Le nomadisme est présenté comme un .type de réponses parfaitement adaptées à des conditions écologiques très dures. Une recherche sur la créativité sociale et technique qui s’exprime par la souplesse dans l’adaptation aux nouvelles contingences.

Malaurie, J.
1976 Les derniers rois de Thulé, Paris, Plon, (coll. Terre humaine). En partageant la vie des chasseurs de phoques, de morses et d’ours, Jean Malaurie nous fait participer à l’exemple d’une société qui vit en parfaite harmonie avec son milieu. Travail de militant en faveur d’une société menacée par l’établissement d’une gigantesque base nucléaire des forces américaines. Ouvrages sur « l’éclairage en retour ». « J’ai appris à regarder ces hommes non comme des idées abstraites mais comme une provocation à l’histoire de l’humanité ; une société vivante mais contraignant à réviser mes idées unitaristes sur le destin et le progrès ».

Malinowski. B.
1974 Les jardins de corail, Paris, Maspéro.
Connaissances agronomiques, techniques culturales, rites, pratiques magiques, mythologie, économie au sens large tout cela est centré sur les jardins de corail. Un exemple magistral de « phénomène social total ».
(Voir spécialement chapitre II, p. 57-229).

Mc Luhan, M.
1974 Pieds nus sur la terre sacrée, Paris, Denoël.
L’harmonie qui existe entre l’Indien et la nature et où la terre devient une création sacrée. Ces très beaux témoignages d’Indiens d’Amérique du Nord nous révèlent comment l’environnement quotidien peut être source d’une immense vénération. Excellente anthologie d’écologiques.

Morin, E.
1977 La méthode. 1. La nature de la nature, Paris, Seuil.
Il vient de loin, il va loin, en cercles concentriques Sa « méthode » censure quelque chose de la dialectique mais ravigotée par le Yin et le Yang et le brainstorming du Calk Institute et autres lieux de la recherche dite de pointe.
Holistique, globale, vertigineuse, indisciplinée, cette méthode l’est. Descartes en frémit dans sa tombe. Les références sont nombreuses, les liaisons suggestives, les ouvertures fécondes. Certains raisonnements et quelques affirmations sont à discuter sérieusement. Morin le fera sans doute dans les deux tomes suivants.

Moscovici, S.
1972 La société contre nature, Paris, UGE (10 x 18).
« Le lien homme-nature est aussi un lien nature-nature. L’humanité avec ses bras, ses nerfs, ses cerveaux s’amalgame aux puissances qu’elle pénètre. L’homme est donc cheval, gravité, électricité et réciproquement ».

Moscovici, S.
1974 Hommes domestiques et hommes sauvages, Paris, UGE (10 x 18).
A lire particulièrement la première partie de l’ouvrage pleine d’intuitions stimulantes.
Une alternative : l’homme ou la nature : l’homme domestique
l’homme et la nature : l’homme sauvage.
Une proposition : l’ensauvagement.
Des sources d’inspiration : tous les courants hétérodoxes (les cyniques, les nomades, les sauvages, les marginaux, les fous, les femmes...) Un livre à lire et surtout à relire.

Moscovici, S.
1977 Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion. Un « sommet » du savoir écologique dans une perspective historique.

Neidhardt, J.
1977 Elan noir. Mémoires d’un Sioux, Paris, Stock.
Encore une biographie d’un témoin d’une civilisation qui peut nous apprendre l’attitude à retrouver vis-à-vis de la nature.

Pelt, J.M.
1977 L’Homme renaturé. Vers la société écologique, Paris, Seuil. Aimant les fleurs des champs et n’étudiant pas les plantes dans les herbiers quand elles sont mortes, un biologiste engagé dans la cité réfléchit à notre société occidentale. Il étudie la crise, l’inflation la récession pour suivre le processus dont ils sont l’aboutissement.

Pfeiffer, E.
1975 Fécondité de la terre. La rétablir, la maintenir, Paris, Ed. du Centre Triades.

Provent, A. et de Ravignan, F.
1977 Le nouvel ordre de la faim. Révolutions paysannes, Paris, Seuil (coll. Techno-critique).
L’assassinat de la paysannerie... ou comment le système capitaliste répand la mort physique et culturelle des deux tiers de l’humanité. Finalement des agronomes militants et lucides utilisent leur savoir technique pour aborder les vraies questions.

Rapoport, A.
1972 Pour une anthropologie de la maison, Paris, Dunod (coll. Aspects de l’urbanisme).
Parce que avant tout culturelles, les relations qui lient l’homme et son espace sont complexes. Dans cet ouvrage, Rapoport privilégie un aspect de cette complexité, l’habitat. Il tente une analyse de tous les facteurs qui interviennent dans son élaboration : climat, matériaux, répartition spatiale et dimension culturelle. Bâtir signifie avant tout posséder un savoir profond du milieu. La complexité de l’habitat exige la considération de nombreux facteurs qui interviennent dans son élaboration : climat et dimension culturelle. Une pluralité d’exemples de créations architecturales des non-professionnels.

Rappaport, R. A.
1973
Pigs for the ancestors. Ritual in the ecology of a new Guinea people, New Haven, Yale University Press.
Analyse fonctionnaliste des rituels d’une population du centre de la Nouvelle Guinée qui règle à travers ses rites son adaptation à l’environnement. Un classique de l’écologie culturelle américaine.

Ravignan, F. de
1977 Un village du Niger devant les experts occidentaux. Le Monde diplomatique, Nov. 1977.
Excellent article qui nous montre comment un plan de développement dirigé par une organisation internationale peut détruire un écosystème basé sur l’alternance entre l’élevage et les cultures et sur l’échange établi entre cultivateurs, bergers et pêcheurs. La responsabilité des « experts » gérant le savoir des autres. Ingérence !

Rosnay, J. de
Le macrocosme, Paris, Seuil.
Pour une analyse systemique de la société : « Tout se tient, s’enchaîne, se boucle, et s’imbrique ». Préparer une autre forme de société, une éco-société où la décentralisation de l’information provoque la transparence du fonctionnement des systèmes. Ouvrage essentiel « sur l’éco-connaissance » de notre société. Dommage : aucune inspiration provenant des sociétés « autres ».

Sahlins, M.
1976 Age de pierre âge d’abondance, l’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.
Un livre fondamental qui renverse toutes les positions acquises par le « développementisme » vulgaire. Un essai anti-matérialiste et anti-productiviste duquel, par effet de miroir, on apprend beaucoup sur notre logique industrielle et sur la nature de notre « abondance ». « Les peuples les plus primitifs du monde ont peu de biens, mais ils ne sont pas pauvres. Car la pauvreté ne consiste pas en une faible quantité de biens, ni simplement en une relation entre moyens et fins ; c’est avant tout une relation d’homme à homme, un statut social. En tant que tel, la pauvreté est une invention de la civilisation ». De quoi faire réfléchir les responsables de la Banque mondiale et Mc Namara en premier chef.

Schumacher, E. F.
1976
Small is beautiful. A study of economics as if people mattered, London, Blon Briggs.
« A notre époque, le danger principal qui menace notre sol, et au delà non seulement l’agriculture mais la civilisation toute entière, vient de la détermination du citadin d’appliquer à l’agriculture les principes de l’industrie ». Intéressant chapitre sur l’économie bouddhiste : un minimum d’effort pour la production pour un maximum de temps de créativité. Critique d’une économie occidentale qui vit de « manière parasitaire » sur son capital de ressources non renouvelables au lieu de vivre sur son rendement.

Shepard, P. et Micklinley, D.
1969 The subversive science ; essays toward an ecology of man, Boston, Houghton Mifflin Cie.
Important ouvrage collectif sur le rapport de l’homme avec la nature. Vision globale et transdisciplinaire qui s’oppose au réductionisme scientifique. A lire en particulier la partie 5 intitulée « Ethos, Ecos and Ethics ».
A signaler une bonne bibliographie.
Voir plus spécialement l’article de Lynn White : « The historical roots of our ecological crisis », pp. 341-350 et l’article de L. Thompson : « Science and the study of mankind », pp. 384-394.

Steiner, R.
1957 L’apparition des sciences naturelles, Conférences faites à Dornach du 24-12-1922 au 7-1-1923, Triades, suppl. No 7, Hiver 1977.
Rudolf Steiner est le créateur de l’anthroposophie. Il a repensé notre rapport avec le milieu dans une série de conférences données à Dornach en 1922, il présente une réflexion originale sur l’apparition des sciences naturelles au cours de l’histoire. L’homme commence à s’opposer à la nature, à se différencier d’elle, il la regarde, il l’observe, il a envie de l’étudier, de la déchiffrer ; il perd petit à petit la connaissance intuitive des choses, de leur essence. Pour répondre à cette carence, Steiner propose une nouvelle façon de cultiver la terre, la bio-dynamique. La bio-dynamique est une polyculture biologique basée sur la connaissance du milieu et des cycles.
« Une entreprise agricole répond vraiment complètement à sa nature, au meilleur sens du terme, lorsqu’elle peut être considérée comme une sorte d’individualité formant vraiment un tout ». Cette pensée essaie de rapprocher la science d’une conception animiste de la nature.
La Revue Triades est une publication de la pensée anthronosophique, nous avons repéré les articles suivants :

Simonnot, D.
« La biodynamique et son action dans les domaines de la vie », T. XIV, No 4.
« Le jeune et la jachère », T. XVI, No 4.
« L’agriculture dans l’organisme social »,, T. XVI, No 1.

Hediger, R.
« Une société marginale, histoire d’une idée en marche avec son temps », T. XVII, No 3.

Centre Triades
1977 La méthode agricole qui fait comprendre la terre, Paris. Quelques témoignages de la revue « Triades ».

Swift, J.
1975 Pastoral nomadism as a form of land use. The Twareg of the Adrar in Iforas.
Sociétés pastorales en Afrique tropicale, London, Oxford University Press.
Comment adapter la taille des troupeaux aux ressources disponibles ? Une analyse détaillée du savoir Touareg en la matière, et de l’impact de la médecine vétérinaire sur cet équilibre.

Talayesva, C.
1959 Soleil Hopi, Paris, Plon (coll. Terre humaine).
Autobiographie d’un chef Indien Hopi. Le ch. III nous relate le système d’éducation de l’enfant Hopi, apprendre à respecter les éléments fondamentaux de la vie : nourriture, eau et feu ; ici, les anciens sont les livres de classe !

Toupet, Ch.
1975 Le nomade conservateur de la nature ? L’exemple de la Mauritanie centrale. Sociétés pastorales en Afrique tropicale, London, Oxford University Press.
Dans une région semi-aride, le nomade contribue davantage à la conservation de la nature que le sédentaire. Un exemple qui ébranle nos préjugés sur les sociétés pastorales... Revalorisation d’un savoir qui naît de l’expérience de l’environnement.

Uexkull, J. van
1956 Mondes animaux et monde humain, Gauthier.
Animal en tant que sujet capable de percevoir et d’agir sur son milieu.
« Les choses ne se disposent pas seulement dans les deux dimensions de l’espace et du temps. Une troisième dimension s’y ajoute : celle des milieux dans lesquels les objets se répètent selon des formes toujours nouvelles ».
Nous rejoignons ici l’école américaine : interactions entre organisation sociale et environnement.

Ushte, T.
1977 De mémoire indienne, Paris, Plon (coll. Terre humaine).
Merveilleux livre de vie et de sagesse, cette mémoire indienne s’imprègne de symbolisme « où le spirituel et l’ordinaire des jours ne font qu’un ».
Ecoutons Ushte : « Pour nous, ils (les symboles) sont une partie de nous-mêmes... Nous essayons de les comprendre pas avec la tête mais avec le cœur, et une simple indication suffit à nous en révéler le sens ».
Nature humaine, homme naturel, réhabilitation du cœur !
(Voir spécialement chapitre VI, pp. 118-129).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search