Version classiqueVersion mobile

Les sept points cardinaux

 | 
Antoine Brawand
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Témoignages – réflexions

La dernière guerre indienne

Paula Giese

Texte intégral

1« L’eau fut au cœur des discussions, lors de la conférence qui eut lieu en juin 1977 dans la réserve de Standing Rock, Dakota du Sud, à laquelle participèrent plus de mille Indiens américains appartenant à cinquante tribus...

2Les délégués campaient autour d’un centre missionnaire où les groupes de travail se réunissaient trois fois par jour.

3Par une ironie du sort, le Corps des sapeurs de l’armée des États-Unis dut amener des citernes d’eau, celle du puits qui alimente les résidents de cette partie de la réserve n’étant plus buvable par suite d’une contamination à l’alcali. Cette contamination est l’une des conséquences d’une autre réalisation du Corps des sapeurs : un barrage sur le Missouri qui a inondé des terres fertiles de la réserve, autrefois couvertes de forêts et aimées des Indiens auxquels elles fournissaient une bonne part de la nourriture. L’élévation du niveau de l’eau a entraîné la dissolution de sels et d’alcalis se trouvant sur d’anciens lits de la rivière. On voit partout se dresser des squelettes d’arbres, sans écorce et décolorés par des années de soleil brûlant et d’hivers glacials, encore enracinés dans les baies peu profondes de ce qui est devenu le Lac Oahe. Presque un demi-siècle s’est écoulé depuis que les eaux du Missouri ont été emprisonnées dans ce lac artificiel ; mais aucune écologie naturelle, aucun cycle de vie permanent ne s’y sont établis. Pourtant en se rendant à la conférence indienne, on pouvait voir le résultat d’une sorte d’écologie artificielle qui s’est installée ici : un cycle d’argent reliant les gouvernements de l’État et de l’Union, les touristes et les hommes d’affaires qui ont profité à la fois de l’expropriation et de l’inondation des terres indiennes. Il y avait des remorques à bateau de pêche parquées autour du lac. Les agences de protection de la nature doivent repeupler régulièrement le lac en poissons, afin que les visiteurs puissent se livrer à leur sport favori, car aucune espèce ne se reproduit naturellement dans ces eaux stériles.

4Lors de cette conférence, le recoupement d’informations révéla que le peuple indien, particulièrement dans la région des Plaines et dans le Sud-Ouest, est menacé par ce qui est probablement une ultime crise, une certitude de génocide et la destruction de ce qui lui reste de terres, d’identité et d’intégrité physique. Cette ultime crise est une conséquence directe de la politique énergétique américaine, commencée sous Nixon et développée sous Carter. Cette politique, baptisée « Projet d’indépendance » par le président Ford, a pour but de développer des sources « internes » d’énergie, tant pour satisfaire les besoins futurs dont on prévoit l’augmentation, que pour avoir des substituts au pétrole, actuellement importé principalement des pays arabes. Le prix de cette indépendance est le génocide de centaines de milliers d’Indiens vivant dans les régions des Plaines destinées à ce « développement », ou près de celles-ci. Une portion importante de ces terres est ou devrait être possédée et contrôlée par des nations indiennes sur la base des traités conclus au xixe siècle avec le gouvernement américain et de décisions judiciaires du xxe siècle, particulièrement en ce qui concerne les droits sur l’eau. Les Indiens ont l’intention de porter ces problèmes devant la communauté mondiale car l’histoire montre en effet qu’il y a peu de chances que les États-Unis respectent leurs obligations ou permettent aux Indiens de survivre.

5Selon toute évidence, le gouvernement des États-Unis a prévu que les indigènes américains — comme ceux des autres régions colonisées du monde qui ont essayé de résister au vol de leurs ressources naturelles — pourraient prendre les armes. En tout cas, cela semble être la conclusion la plus logique qu’on puisse tirer du projet de loi sénatorial 826 qui devrait être un appendice à la loi fédérale sur l’énergie (Federal Energy Act)... Le paragraphe 616 de ce projet propose que l’administrateur de l’énergie soit « autorisé, dans l’exercice de ses fonctions, à engager du personnel militaire ». La force ainsi recrutée constituera en fait une « armé de l’énergie » sous le contrôle direct du département de l’Énergie.

6Les prévisions des Indiens sur ce qu’il adviendra de leurs terres ne sont pas alarmistes ou spéculatives. Elles sont basées sur plusieurs documents du gouvernement qui présentent en détail les plans de développement des ressources énergétiques dans la région des Grandes Plaines du Nord, et leur impact sur l’environnement...

7Une étude (North Central Power Study) faite par des sociétés productrices d’électricité et des fonctionnaires du gouvernement, publiée en 1971, propose le développement de mines de charbon à ciel ouvert dans le Montana, le Wyoming et les Dakota, et prévoit la construction de 42 centrales électriques sur le site même des mines. En 1973, une étude de l’Académie nationale des Sciences a évalué l’impact de ce projet sur l’environnement. Selon ces savants, les effets en seraient tellement dévastateurs que les régions touchées devraient être appelées « régions de sacrifice national », sans aucun espoir qu’elles recouvrent un jour leur état antérieur.

8La dévastation sera telle que des changements climatiques et atmosphériques pourront se produire dans un rayon de plusieurs centaines de miles. Par exemple, à l’Est de la région de « développement » se trouvent les riches cultures du Minnesota et du Wisconsin et les zones de maïs de Iowa. Sur celles-ci les précipitations seront en forte augmentation, étant donné que des particules vomies dans l’air par les industries nouvelles retiendront dans l’atmosphère des gouttelettes d’eau qui normalement alimentent les pluies déjà peu abondantes (35-45 cm) qui tombent sur la région voisine prévue pour ce « développement ». Des vents soufflant vers l’Est amèneront ces particules avec leur enveloppe d’eau au-dessus des zones de culture où des pluies de boue chimique tomberont. A l’Ouest, le changement de climat fera de la prairie un désert, un désert industriel.

9Personne ne peut dire quels effets ces changements massifs dans l’équilibre climatique et hydrographique de millions de kilomètres carrés auront sur le climat de la terre entière. Les Indiens seront exposés à une telle pollution de l’air que, selon une étude, leur moyenne de vie qui est maintenant de 43 ans, sera raccourcie de vingt ans.

10Selon les participants à la conférence, il n’y a vraiment qu’une solution à ce qu’ils appellent la « phase III » du génocide auquel ils sont soumis. Cette solution constitue aussi la seule voie permettant de remédier aux causes ayant décimé leurs populations pendant des siècles, à savoir le dénuement et la ruine de leur santé et de leur culture. Cette solution est la souveraineté des nations indiennes ».

Auteur

Auteur de « The Last Indian War : For Energy » in The Third International Indian Conference, Standing Rock Sioux Reservation, Wakpala, South Dakota, June 15-19 1977, Marian Wing Ed., International Indian Treaty Council, New York, 1977.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search