Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Repères économiques

Qui se "sucre" sur les marchés mondiaux ?

Andràs November

Texte intégral

Une option fondamentale

  • 1 Plan de développement économique cité par les auteurs du travail de diplôme présenté au Professeur (...)

1Le projet de production de sucre de Zuénoula s’inscrit dans une stratégie d’insertion de la Côte d’Ivoire dans les circuits du marché mondial. Cette option apparaît clairement dans l’énoncé des objectifs de base du projet qui veut « mettre en œuvre un vaste programme de développement de la culture de la canne visant à une participation active au marché mondial du sucre »1.

  • 2 Projet sucrier de Zuénoula - Etude de Factibilité. Analyse économique et financière, Association SO (...)

2Par ailleurs, l’étude de factibilité réalisée par un groupe financier belgo-hollandais reprend cet objectif dans ses « hypothèses complémentaires » : « La production de sucre de Zuénoula est destinée, en principe, aux marchés d’exportation ... Il n’est pas inconcevable, et pour les besoins d’une étude comparative il est même recommandé, d’imaginer qu’une part du marché intérieur sera réservée à chaque producteur de sucre. On pourrait, par exemple, supposer que 2 % du sucre fabriqué à Zuénoula seraient écoulés en Côte d’Ivoire »2.

  • 3 Cité dans le document Processus de décision et de planification.

3Enfin, ce projet, cher au Chef d’Etat, a été conçu non seulement pour diversifier les ressources d’exportation de la Côte d’Ivoire, mais encore pour trouver de nouveaux débouchés, notamment dans d’autres pays en voie de développement. Le Président Houphouët-Boigny, en effet, prévoit que « le sucre va devenir une denrée recherchée par les pays en voie de développement » et, avec l’évolution de la demande dans ces pays, la production sucrière de la Côte d’Ivoire deviendra concurrentielle3.

4Voici les éléments de base du projet sucrier de la Côte d’Ivoire où l’intention d’intégration dans le commerce international est confirmée sans ambiguïté, mais où manque une analyse approfondie du fonctionnement du marché international du sucre. C’est précisément cette analyse que nous proposons de faire pour établir quels sont les effets probables — bénéfiques ou néfastes — de l’entrée d’un nouveau venu sur les marchés mondiaux.

Un produit chargé de symbolisme

5Le choix du sucre comme marchandise destinée aux marchés mondiaux n’est pas une simple décision économique, mais bien un acte chargé de symbolisme. Le sucre, en réalité, est un produit dont la production, l’échange et la consommation obéissent à des règles particulières. Sans pouvoir explorer tous les aspects du marché du sucre, nous examinerons les principaux points de repères qui caractérisent la consommation du sucre.

  • 4 Trémolières Jean, Nutrition, Paris, Dunod, 1973, p. 236.

6a) C’est un truisme de dire que le sucre joue un rôle important dans l’alimentation humaine. Mais au-delà des raisons physiologiques, l’homme est attiré depuis toujours, et sous toutes les latitudes, par le goût sucré. Pour feu le professeur Trémolières, l’attitude favorable prévalente dans nos sociétés pour le sucre est déterminée par les facteurs héréditaires et appris. « Le tonus émotif lié aux sensations orales paraît comporter des éléments primitifs et des éléments appris. Les éléments primitifs sont la pulsion à sucer, à aimer le sucre et l’onctueux. Les éléments appris aboutissent à créer des palettes affectives propres à chaque société ou individu »4. Toutefois, l’analyse des données disponibles sur la consommation du sucre nous amène à ajouter les facteurs économiques aux facteurs physiologiques et affectifs, comme déterminants de la consommation du sucre. En effet, le vieil adage « le sucre suit l’argent » semble confirmé par les statistiques de la consommation par habitant des divers pays : la quantité consommée par habitant est en forte corrélation avec la richesse économique des Etats. Ainsi, en établissant les groupes selon les quantités de sucre consommées, on peut classer dans une première catégorie les Etats-Unis, le Canada, la Suisse, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et les pays nordiques, dont la consommation annuelle par habitant avoisine les 50 kg (sucre industriel compris). Dans une catégorie intermédiaire, se situent les pays comme l’URSS, le Japon, la France, le Portugal, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne fédérale et les pays de l’Europe de l’Est, avec une consommation par habitant de 20 à 35 kg par an. Enfin, la consommation du sucre annuelle des pays du Tiers-Monde est au-dessous de 15 kg par habitant. A titre d’exemple, on peut noter qu’en Chine cette consommation atteint 4 kg par habitant.

7b) Cette analyse sommaire des données mondiales permet d’affirmer que la consommation du sucre est étroitement liée à un mode de vie. Le sucre devient une valeur de refuge psycho-sociologique dans un monde industrialisé, comme l’a souligné Roland Barthes :

  • 5 Barthes Roland, « pour une psychosociologie de l’alimentation contemporaine », Annales (Economies, (...)

8« Les habitants des Etats-Unis d’Amérique consomment presque deux fois plus de sucre que les Français : voilà un fait qui intéresse d’ordinaire l’économie et la politique. Est-ce tout ? Nullement : il suffit de passer du sucre-marchandise, abstrait, comptabilisé, au sucre-aliment, concret, « mangé » et non plus « consommé » pour deviner l’ampleur (probablement inexplorée) du phénomène ... Or quiconque a séjourné un peu aux Etats-Unis sait très bien que le sucre imprègne une part considérable de la cuisine américaine, qu’il sature les aliments ordinairement sucrés (pâtisseries), entraîne à développer leur variété (glaces, gelées, sirops) et s’étend à de nombreux mets ... Voilà qui suffirait à intéresser d’autres chercheurs que l’économiste : le psycho-sociologue, par exemple, qui s’interrogera sur la liaison constante du niveau de vie et de la consommation du sucre. Le sucre n’est pas seulement un aliment, même étendu, c’est une « attitude » ; il est lié à des usages, à des « protocoles », qui ne sont pas seulement alimentaires ; sucrer un condiment, boire un coca-cola à table, ces faits restent, après tout, intérieurs à l’alimentation, mais recourir d’une façon régulière aux boissons où l’alcool coïncide avec une surabondance de boissons sucrées, ce n’est pas seulement consommer du sucre, c’est aussi, à travers le sucre, vivre sa journée, le repos, le voyage, l’oisiveté ... Qui pourrait prétendre qu’en France le vin, n’est que du vin ? Sucre on vin, ces substances pléthoriques sont aussi des institutions. Et ces institutions impliquent fatalement des images, des rêves, des tabous, des goûts, des choix de valeurs »5.

9c) Les événements politiques marquants influent également sur la consommation du sucre et entraînent soit une augmentation de la consommation, soit un accroissement de l’achat. Durant les années 60, lors de l’accession à l’indépendance des pays africains, la consommation du sucre a fait un bond de 15 % sur le plan mondial. La crise de l’énergie s’est traduite par une fièvre d’achat du sucre et par une flambée des prix. Aussi, chaque rumeur de guerre ou de crise majeure est aussitôt accompagnée de l’augmentation de l’achat du sucre. Le fait que le sucre fait partie de la « réserve de guerre » des ménages en Suisse illustre parfaitement que ce produit est investi de pouvoirs sécurisants.

10Le choix de la Côte d’Ivoire d’entrer dans le circuit mondial par le biais de la marchandise-sucre reflète une foi résolue dans une certaine forme de société qui évolue vers une consommation accentuée du sucre. De ce point de vue, la prévision de M. Houphouët-Boigny semble juste : en suivant une certaine voie de développement, les pays du Tiers-Monde tendent vers une structure de consommation où le sucre prendra une part prépondérante. Certes, on peut poser la question : un modèle de société « sucrée » est-il souhaitable ?

La réalité du marché

11Le marché est un lieu de confrontation entre producteurs et acheteurs. Pour établir les contours du marché mondial du sucre, il faut laisser parler les statistiques qui rendent compte des rapports de force entre les parties en présence.

12a) Selon les dernières données, la production mondiale du sucre brut s’est élevée à environ 92,6 millions de tonnes, pendant la dernière campagne en 1977-78. La progression moyenne depuis 1974 est environ de 5 % par an. La consommation mondiale, en revanche, n’a absorbé que 86 millions de tonnes et son taux de croissance moyen, pour la même période, est plus lent : de l’ordre de 3 %. Comme l’évolution de la consommation et celle de la production ne s’équilibrent pas, la quantité résiduelle du sucre non-consommé en stock s’est accumulée au fil des quatre dernières années et atteint, actuellement, selon les estimations des experts, environ 30 millions de tonnes, ce qui représente un tiers de la production mondiale. Cette période de surabondance est intervenue après une période de pénurie, qui a duré de 1968 à 1974, époque au cours de laquelle la production du sucre a progressé de 2 % par an, tandis que la consommation s’est accrue de 4 %. Le déséquilibre chronique entre la production et la consommation est le premier facteur qui pèse sur le marché mondial du sucre.

13b) Comme le sucre est un produit de zone tempérée, il peut être produit pratiquement partout à partir de la canne à sucre ou des betteraves. Il n’y a qu’une quinzaine de pays au monde seulement qui ne produisent pas de sucre. Ainsi, la majeure partie de la production mondiale est auto-consommée par les pays producteurs et seulement 30 % de la production globale entre dans les circuits des échanges internationaux. Un autre trait marquant du marché international du sucre est que l’échange intervient généralement entre producteurs : d’une part, producteurs excédentaires, dont la consommation interne n’absorbe pas la totalité de leur production et, d’autre part, producteurs-acheteurs, où la production nationale ne couvre pas la demande interne. Dans ce domaine, comme dans bien d’autres encore, l’asymétrie des rapports de force entre pays industrialisés et pays en voie de développement apparaît avec évidence, car les pays exportateurs sont ceux du Tiers Monde (Cuba, Brésil, Philippines) et les pays-consommateurs sont les pays industrialisés (Etats-Unis, URSS, Japon et la Communauté économique européenne). Cette césure est aggravée par la concurrence entre les deux sources de matières premières servant à l’extraction du sucre, notamment entre la canne à sucre, produit tropical, et la betterave, produit du climat tempéré. Ainsi, l’acheteur — qui est également producteur pour une part de sa consommation — doit tenir compte de sa propre production sucrière et prévoir des mesures protectionnistes pour préserver les intérêts agricoles nationaux (par exemple, les producteurs de sucre constituent un groupe de pression puissant aux Etats-Unis et au sein de la CEE).

  • 6 Rahimi Said, Organisation du marché du sucre, IUED (travail de séminaire), ronéoté, février 1978.

14c) Le troisième trait marquant du commerce international du sucre est que la majeure partie des quantités échangées est réglementée par les marchés préférentiels et les accords d’achats entre Etats qui portent sur les contingents bien délimités que les partenaires s’engagent à livrer et à acheter, à un prix déterminé. Il existe des accords à long terme entre les Etats-Unis et les Philippines, l’Australie et le Japon, comme entre les pays du Comecon et l’Urss. Le poids de ces accords dans le commerce international du sucre est considérable, étant donné que les marchés préférentiels existant en 1975 ont absorbé 12 millions de tonnes de sucre brut soit 60 % des exportations nettes. Ainsi, on ne traite sur le prétendu marché libre que l’excédent ou le reliquat du sucre qui n’est pas échangé dans le cadre des accords bilatéraux entre Etats. Le « marché libre » du sucre est donc singulièrement rétréci, car c’est un marché étroit et résiduel6.

  • 7 L’indice de fluctuation est égal à l’écart moyen en % entre les données d’observations annuelles et (...)

15d) Enfin, on peut noter que le prix mondial du sucre est particulièrement volatil. Les calculs de la CNUCED font ressortir que l’indice de fluctuation du prix du sucre, avec 33,4 % entre 1953 et 1972, accuse de loin la plus importante variation parmi les matières premières7. En analysant l’évolution du prix du sucre, on observe d’abord une période de hausse entre 1968 et 1974, due à une pénurie d’approvisionnement. Au mois de novembre 1974, le prix du sucre sur les marchés mondiaux « crève le plafond » et atteint un record historique de 57 cents la livre, qui est six fois supérieur au prix du même mois de l’année précédente. Depuis lors, la chute des cours mondiaux a été vertigineuse et le prix est tombé au-dessous de 10 ct./lb. A titre d’exemple, le prix moyen pour la campagne 1977-78 s’établit à 7,4 ct./lb. Les prévisions des experts ne sont guère optimistes, ils estiment que le prix du sucre ne dépassera pas 11 ct./lb en 1979.

16Pour conclure l’analyse de la situation du marché international du sucre, on peut affirmer que ce marché a une structure particulière qui est déterminée par la distorsion entre l’offre et la demande, par l’existence parallèle des marchés préférentiels et dits « libres » et par la grande amplitude des fluctuations de prix.

17La coexistence des deux marchés du sucre, notamment l’un réglementé par les accords et l’autre où l’échange s’effectue selon l’offre et la demande, est un phénomène qui contribue fortement à la déstabilisation des échanges commerciaux. En effet, on a recours au marché « libre » lorsqu’il y a un excédent de quantité de sucre après avoir livré les quantités prévues par les contrats. Dans ce cas, le pays en question essaiera d’écouler son excédent de production sur le marché libre. Par contre, lorsqu’un pays producteur de sucre a un déficit de production, il est toujours lié par son contrat et se trouve dans l’obligation de livrer les quantités fixées par l’accord. Dans ce cas, le pays producteur doit s’approvisionner sur les marchés libres afin de tenir ses engagements contractuels. L’interaction des marchés réglementés par les accords et libres n’a pas un effet équilibrant, mais au contraire chaque écart positif ou négatif est fortement amplifié.

18Les perspectives d’avenir du marché du sucre sont plutôt sombres. La consommation mondiale du sucre a atteint un palier au-delà duquel la croissance ne peut être que très lente. D’autant plus que dans les pays industrialisés, gros consommateurs de sucre, les signes de saturation apparaissent et on prévoit la stagnation ou un léger déclin de la consommation de celui-ci. Il existe un seul pays où il y a un marché potentiel capable d’absorber encore du sucre en quantités considérables, c’est la Chine. Mais peut-on tabler sur cette capacité d’achat virtuel ou faut-il prévoir qu’en cas de besoin la Chine produira du sucre par ses propres moyens, au lieu de l’acheter sur les marchés internationaux instables ?

19Un autre phénomène mérite l’attention : c’est la possibilité de substitution du sucre. On a récemment mis au point un édulcorant à base de maïs qui peut remplacer le sucre dans les procédés de fabrication des boissons. Or, l’industrie des boissons sucrées (limonades, boissons à base de fruits et de cola) est l’un des plus importants acheteurs du sucre à usage industriel.

  • 8 Rahimi Said, Organisation du marché du sucre, op. cit., p. 14.

20Pour les pays en voie de développement, l’évolution du marché du sucre présente, actuellement, des difficultés quasi insurmontables. « L’élasticité de la demande étant basse, de même que l’élasticité de l’offre, les petites variations de l’un ou de l’autre se traduisent par de grandes variations de prix. A ceci, il faut ajouter le fait que l’exportation du sucre de certains pays constitue la plus grande, sinon l’unique source de revenus, et qu’il est destiné non plus à un grand nombre de pays, mais centré vers quelques pays, ce qui est la source d’un autre problème, celui de la dépendance des pays spécialisés dans la production du sucre envers les pays développés acheteurs. Dans un tel cadre, le libéralisme aboutit à la dégradation de la position des exportateurs de sucre, comme tous les produits de base, et à leur domination par les pays industriels et, ultérieurement, à leur mise hors du jeu économique international. Les pays riches préfèrent recourir à l’auto-approvisionnement et commercer entre eux »8.

  • 9 Plomb Georges, Journal La Suisse, 12 septembre 1978, p. 41.

21Rien n’illustre mieux la ténacité aberrante de l’idée d’auto-approvisionnement et le dédain de toute solidarité avec les producteurs de sucre du Tiers Monde que la décision du Conseil fédéral suisse — prise au cours du moins de septembre 1978, donc en pleine crise de surproduction sucrière mondiale — d’apporter une aide aux paysans suisses afin d’augmenter la surface agricole consacrée aux betteraves sucrières pour permettre d’assurer 45 % de la consommation suisse (au lieu de 30 % actuellement). Comment justifie-t-on une pareille décision gouvernementale ? Avec des principes politiques qui évacuent toute rationalité et solidarité économiques. Citons le commentaire qui accompagne la nouvelle parue dans la presse : « L’idée d’améliorer notre capacité nationale d’approvisionnement alimentaire est une grande et vieille idée. Elle fait partie intégrante de notre politique de défense comme notre politique d’agriculture. A coup sûr, le sucre offrait l’un des meilleurs champs d’application. Le prix du sucre suisse, en effet, n’est pas compétitif. Les cours du marché mondial sont infiniment plus bas. Ces temps, ils ont même tendance à descendre plus qu’à l’ordinaire. Bref, il faut payer la différence ... »9.

22Une remarque ultime : le coût de l’opération s’élève à environ 100 millions de francs suisses, ce qui est équivalent à un tiers de l’aide publique au développement de la Suisse.

23Où se situera la production sucrière de la Côte d’Ivoire dans la jungle du marché international ?

24Le projet sucrier de Zuénoula prévoit, pour 1985, la production de 700 mille tonnes de sucre par an, ce qui représente environ 0,75 % de la production mondiale en se basant sur les chiffres actuels. Même en acceptant de rester un petit producteur sur le plan mondial, on peut se demander s’il existe pour la Côte d’Ivoire une niche où on peut commercer paisiblement, à l’ombre des batailles qui opposent vendeurs et acheteurs sur ce marché particulièrement encombré.

Les remèdes préconisés

25Le marché du sucre étant capricieux, on essaie donc de le dompter en utilisant la panoplie classique des méthodes de stabilisation. Il existe pratiquement deux voies, du reste diamétralement opposées : la première méthode est de laisser libre cours aux forces du marché et l’autre est de trouver les modus vivendi en établissant un cadre pour canaliser les énergies débordantes du marché. En fait, les deux méthodes ont pour cadre d’opération le marché qu’elles proposent d’aménager.

26a) Le marché libre des matières premières et des produits pour lesquels les fluctuations de cours sont importantes, a sécrété certaines méthodes pour se prémunir contre les effets néfastes que peut entraîner l’instabilité du marché. Cette méthode est connue sous la désignation de « marché à terme ». La notion n’est pas exempte de relent de spéculation boursière. Pourtant, à l’origine, cette méthode ne vise qu’à assurer aux producteurs une certaine rémunération en vue d’une récolte qui interviendra ultérieurement. Prenons un exemple pour démontrer brièvement le fonctionnement du marché à terme ou l’arbitrage : un producteur peut recourir au marché à terme pour fixer, au mois de mars, le prix de vente de son produit qu’il doit livrer au mois de novembre de la même année. Il donne ordre, à son courtier, de vendre des contrats à terme novembre pour la quantité correspondante à sa production prévue. Au mois de novembre, il vend sa production au prix du marché courant, mais aussi, il rachète des contrats à terme pour « liquider sa position », selon le jargon des courtiers. Il encaisse donc le prix effectif de son produit vendu au prix du marché prévalant au mois de novembre, mais il débourse le prix du rachat des contrats au prix fixé au mois de mars. Même en cas d’écart négatif ou positif, le résultat de cette opération aboutit à ce que le producteur obtienne effectivement le prix qu’il a fixé au mois de mars. Le recours au marché à terme est un moyen efficace, d’une part pour protéger le prix de vente que le producteur souhaite obtenir lors de la vente de son produit et, d’autre part, pour limiter les risques de fluctuation des prix.

27Le fonctionnement du marché à terme suppose une réciprocité, c’est-à-dire qu’à tout vendeur il faut un acheteur qui prend la position inverse sur le marché. C’est ici qu’intervient la spéculation car, comme on le sait, les achats et ventes ne débouchent que rarement sur un échange physique de marchandises qui font l’objet même du marché Les engagements (ou, dans le jargon, les « positions ») pris par le vendeur et l’acheteur sont « liquidés » (un terme technique chargé de significations) dès l’échéance des contrats et de nouvelles positions sont prises. Entre-temps, les prix du marché varient, si bien que l’un ou l’autre des partenaires voit sa mise appréciée ou dépréciée, d’où les gains et les pertes. Cette spéculation qu’attirent les marchés aux cours volatils à cause des incertitudes ambiantes, peut être évaluée de diverses manières : les parieurs, pour qui ces marchés constituent une forme de jeu, apportent leurs pactoles et mettent en marche les rouages grippés d’une machine qui aurait, sans eux, beaucoup de peine à démarrer. Mais aussi, la machine a tendance à s’emballer et ce qui est un jeu pour l’un ne l’est pas nécessairement pour l’autre, surtout s’il prend des proportions dramatiques. Une soupape de sécurité pour les producteurs peut se transformer en fusée destructrice qui décolle et s’éloigne complètement de la réalité économique.

28b) La conclusion d’un accord international réglementant les opérations et les interventions sur le marché constitue la deuxième grande voie pour stabiliser le marché international du sucre. Le problème de l’accord international sur le sucre préoccupe les Etats producteurs depuis le début du xxe siècle. Un premier accord important fut signé en 1937 par 21 pays et a été successivement reconduit avec différentes modifications. C’est l’accord sur le sucre, signé en 1958, qui établit les quotas d’exportation, afin de stabiliser par ce moyen le prix du sucre. Les événements politiques et, en particulier, la cessation des achats américains du sucre en provenance de Cuba ont fait échouer cet accord. Un nouvel accord a vu le jour en 1968 et a eu pour but de relever le prix du sucre sur le marché mondial, au bénéfice des pays producteurs du Tiers Monde et de stabiliser le prix du sucre coté sur le marché libre. Le mécanisme de la mise en place de cet accord a établi les limites inférieures et supérieures du prix (prix-plancher 3,25 cents par livre et prix-plafond 5,25 cents par livre) en même temps que le contingentement des exportations. L’évolution erratique du prix du sucre a torpillé cet accord à son tour. Les négociations qui ont suivi cet échec ont abouti à un nouvel accord international dont la dernière mouture a été paraphée en 1977 par 24 pays exportateurs et 8 pays importateurs dans le cadre de la CNUCED.

29Cette version de l’accord vise à stabiliser le prix du sucre dans une fourchette de 11 cents à 21 cents la livre, en répartissant, d’une part, les contingents d’exportation et, d’autre part, en constituant des stocks intermédiaires. L’accord préconise une double action pour influencer l’évolution du marché du sucre et la maintenir entre des limites raisonnables et acceptables pour les partenaires : les différents contingents répartis entre les pays signataires de l’accord tendent à harmoniser l’offre et la demande ; de même que les stocks régulateurs devraient permettre d’exercer une pression sur les quantités offertes sur le marché en fonction de l’évolution du prix. Lorsque le niveau du prix s’approche des limites supérieures fixées, les stocks préalablement constitués sont mis sur le marché ; par contre, quand le niveau du prix baisse, l’organe compétent de l’Organisation internationale du sucre rachète du sucre, sur le marché libre afin de soutenir le cours.

30L’existence de ce dernier accord semble également compromise : d’abord, parce que la Communauté économique européenne ne compte pas parmi les signataires et, ensuite, à cause du retard pris par les Etats-Unis pour ratifier l’accord. Si cette ratification n’intervient pas dans les délais prévus lors de la signature de l’accord, on peut le considérer comme mort-né et il n’entrera pas en vigueur. Cette éventualité pourrait entraîner des conséquences désastreuses, car le stock déjà constitué par l’Organisation internationale du sucre devrait être vendu. Cette quantité de sucre déversée sur le marché provoquerait l’effondrement du prix qui se trouve déjà à un niveau extrêmement bas.

31Quelle est l’issue pour la Côte d’Ivoire dans une situation où l’impasse semble être totale sur les marchés mondiaux ? La principale hypothèse avancée par les auteurs de l’étude de factibilité du projet sucrier est que la production de la Côte d’Ivoire trouvera un débouché dans le cadre du Marché Commun, grâce à la convention de Lomé. Pour des raisons déjà exposées, il semble que c’est une hypothèse trop faible pour soutenir l’échafaudage du projet sucrier.

Le simulacre du marché

32Au-delà de cet aperçu synthétique de la structure du marché international du sucre, il convient de prolonger l’interrogation sur la logique même du système du marché.

  • 10 Engels Wolfram cité par M. Raymond Broger, dans son article paru dans Le Mois, juillet 1978, p. 3.

33La notion de marché est une catégorie épistémologique fondamentale de la science économique, car elle constitue — soit en tant qu’instance idéalisée, soit en tant qu’institution critiquée — la clef de voûte de la théorie économique. Ainsi, la principale controverse des économistes oppose ceux qui préconisent une réglementation plus ou moins stricte des marchés à ceux qui sont adeptes d’une plus grande liberté des échanges sur les marchés et qui voient dans la limitation du libre jeu des forces du marché la cause des principaux déséquilibres économiques et sociaux. Ces derniers expriment leur postulat de la primauté du marché comme suit : « Sur le marché pur, il n’y a ni ordre, ni domination. A leur place, règne le commerce, c’est-à-dire la liberté d’agir, pour le bien réciproque. Sur le marché, l’initiative part de chaque partie en présence, c’est-à-dire de la base »10.

34C’est une idéalisation excessive, certes, mais il n’en demeure pas moins que le marché authentique, en tant que phénomène anthropologique, est bien plus qu’un endroit où les marchandises s’échangent, c’est un lieu de rencontre et de communication. Le marché a ses rites, règles, coutumes et symboles et les échanges économiques s’accomplissent selon des codes bien établis. Aussi le déroulement des échanges s’accompagne de liens personnels et sociaux étroits entre les partenaires : ils engagent le dialogue, le marchandage se mettent d’accord par approximations successives sur le prix et, enfin, chacun prend l’engagement (en « donnant sa parole » ou en concluant par un serrement de main rituel) de respecter l’acte d’échange. Prenons par exemple le marchandage tant dédaigné dans nos sociétés, où toute tentative de marchandage est frappée d’interdit. Les partenaires qui marchandent utilisent un langage indirect qui est censé indiquer le degré d’intérêt manifesté par l’acheteur pour vouloir acquérir l’objet, comme les conditions du marchand pour se dessaisir de l’objet qu’il détient. Le marchandage est un dialogue subtil et habile, une joute oratoire, une sorte de jeu, qui (il est nécessaire de le souligner) permet de préserver la dignité des interlocuteurs, tout en accomplissant un acte économique d’achat et de vente, qui est en dernier lieu un acte de soumission.

35Enfin, le marché traditionnel est également une fête colorée et chaleureuse (« foire ») chargée d’éléments ludiques, qui n’exclut pas une certaine solennité des rapports socio-économiques qui s’y tissent dans un espace de temps limité. Il est intéressant de mentionner, à cet égard, qu’en hongrois le mot correspondant à dimanche est « vasàrnap », traduit en français par « jour du marché ».

36Toute la notion du marché et les processus qu’il englobe ont subi une profonde transformation dans notre société, l’échange est devenu une opération banale.

  • 11 Baudrillard Jean, « La précession des simulacres », Traverses, N° 10, février 1978, pp. 4-35.

37Le marché, dans la société industrialisée, est un simulacre ou un lieu de pseudo-échange11. Le marché international n’implique plus la présence des partenaires de l’échange, mais on passe par personnes interposées (« intermédiaires ») comme on n’échange pas réellement des marchandises, seulement leur signe circule sous forme de contrats et d’options. Une immense mémoire déshumanisée rassemble les données et enregistre les pseudo-achats et les pseudo-ventes et le résultat de ce brassage est réinjecté dans l’économie sous forme de prix mondial. Ce marché dit mondial est de plus en plus détaché de toute contingence réelle, qu’elle soit la production, la transformation industrielle ou l’achat en vue de la consommation.

38Du point de vue économique, pris au sens strict, le marché reste un instrument indispensable pour mettre en relation producteurs et acheteurs, de même que pour ajuster effectivement l’offre et la demande. Il faut toutefois se garder d’attribuer un rôle trop grand au marché et de l’ériger en institution principale régulatrice des activités économiques et sociales. Ce serait oublier une réalité fondamentale, que toute opération sur le marché est ponctuelle et qu’elle affecte nécessairement le court terme.

39Le prix qui se forme sur le marché sanctionne la capacité d’anticipation des partenaires économiques (acheteurs et vendeurs). Il existe toutefois un décalage dans le temps entre le début du processus économique et son aboutissement sur le marché. C’est la raison pour laquelle les indications qu’on peut tirer des analyses de l’évolution des prix de marchés doivent être interprétées avec prudence. Les prix élevés sur les marchés mondiaux sont des appâts attirants, mais induisent souvent en erreur en ce qui concerne la véritable nature du marché. Les notions comme « la loi du marché » et « la vérité du prix » sont des mythes tenaces entretenus par une certaine doctrine économique. Il n’en reste pas moins que le concept du marché reste l’obsession des économistes, car il est autant irremplaçable qu’indésirable. La théorie économique de notre temps cherche désespérément les moyens d’aménagement du fonctionnement des marchés, faute de pouvoir dépasser mentalement et épistémologiquement et aller au-delà d’une économie uniquement centrée sur la notion du marché.

Notes

1 Plan de développement économique cité par les auteurs du travail de diplôme présenté au Professeur Veuve à l’EPFL. Processus de décision et de planification, p. 6, document polycopié.

2 Projet sucrier de Zuénoula - Etude de Factibilité. Analyse économique et financière, Association SOCFINCO-H.V.A., août 1976, p. 81.

3 Cité dans le document Processus de décision et de planification.

4 Trémolières Jean, Nutrition, Paris, Dunod, 1973, p. 236.

5 Barthes Roland, « pour une psychosociologie de l’alimentation contemporaine », Annales (Economies, sociétés, civilisations), 1961, N° 16, pp. 977-978.

6 Rahimi Said, Organisation du marché du sucre, IUED (travail de séminaire), ronéoté, février 1978.

7 L’indice de fluctuation est égal à l’écart moyen en % entre les données d’observations annuelles et les valeurs de tendance calculées pour la période considérée. Cf CNUCED IV : Produits de base, Nairobi, mai 1976, TD/184, p. 7.

8 Rahimi Said, Organisation du marché du sucre, op. cit., p. 14.

9 Plomb Georges, Journal La Suisse, 12 septembre 1978, p. 41.

10 Engels Wolfram cité par M. Raymond Broger, dans son article paru dans Le Mois, juillet 1978, p. 3.

11 Baudrillard Jean, « La précession des simulacres », Traverses, N° 10, février 1978, pp. 4-35.