Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Repères économiques

Industrie en miniature

Jean Masini

Texte intégral

1L’expérience de développement industriel de la Côte d’Ivoire mérite l’attention particulière que l’on se doit de porter aux phénomènes économiques significatifs, même si l’intérêt se porte plus sur l’idée générale de cette expérience que sur ses résultats. L’objet de cet article est en effet d’analyser la valeur et les limites d’une voie d’industrialisation où l’Etat vise à promouvoir l’implantation d’unités de production en faisant largement appel à des investisseurs étrangers, tout en s’en constituant le partenaire quasi unique et progressivement obligatoire.

2Le processus d’industrialisation de la Côte d’Ivoire a suivi des étapes dont on peut dire qu’elles se sont succédées sans se remplacer complètement.

3Le bois, le café, le cacao, la banane, l’ananas constituaient les produits naturels de la Côte d’Ivoire qui, pendant la période de la colonisation, étaient largement exportés : économie primaire extravertie insérée dans le cadre de rapports économiques internationaux bien établis, cette situation n’était pas faite pour inciter la mise en place d’un processus d’industrialisation.

4Cependant des initiatives privées d’industriels français aboutissent à l’implantation de quelques unités (textile et huile de palme) qui mettaient à profit la possibilité de transformer sur place des produits disponibles à bas prix, en utilisant une main-d’œuvre peu coûteuse et une infrastructure permissive.

5La croissance économique est forte jusqu’en 1960 car les ressources naturelles du pays (disponibilités en terre et en main-d’œuvre bon marché et faciles à entretenir) permettent d’exporter des produits sur un marché extérieur en mesure de les absorber.

6Il faut donc attendre l’Indépendance pour que soit marqué le début d’une nouvelle étape qui viendra progressivement engager une phase de substitution des importations dans une économie primaire extravertie.

7L’exportation des produits primaires agricoles crée une importante source de revenus qui permet de chercher les voies de l’industrialisation par la substitution des importations.

8Cette décision pouvait sembler logiquement s’inspirer de l’expérience quelque trente années plus tôt des pays d’Amérique latine qui avaient suivi les premiers cette voie. Encore faut-il constater que ceux-ci avaient vu leur politique d’industrialisation pratiquement induite par la crise dans le système des rapports internationaux. Au contraire, la politique ivoirienne découle d’une initiative interne, qui se manifeste par la publication d’un code des investissements. Celui-ci est plus conçu pour attirer que pour réglementer, mais il vise à attirer plus spécifiquement du matériel d’équipement. Parallèlement, des mesures douanières permettent de protéger ces productions locales ; ainsi l’appel aux investisseurs étrangers permet-il de voir s’implanter des unités de production de biens de consommation principalement alimentaires, mais aussi de petits équipements domestiques ou d’appareils électriques.

9Mais des limites que nous étudierons plus loin apparaissent bientôt et, dès 1970, une troisième étape apparaît progressivement, et peu à peu viendra se substituer à la précédente : la valorisation des exportations. Les limites du marché intérieur n’ont pas permis l’établissement d’un ensemble large d’industries produisant, après de nombreux biens de consommation finale, des biens de consommation intermédiaire, puis des biens d’équipement.

10L’Etat se tourne alors encore vers le marché extérieur mais cherche de plus en plus à revaloriser les produits qu’il exporte. Il réduit progressivement les avantages précédemment accordés aux industries substitutives et favorise l’implantation des industries de première transformation des produits primaires, en l’occurrence généralement des firmes multinationales.

11Pour obtenir l’application de ses orientations économiques, l’Etat intervient en mettant en place un réseau d’institutions pour promouvoir et encadrer cette industrialisation.

12Le code des investissements, promulgué le 3 septembre 1959, prévoit pour les nouvelles entreprises (ou pour la partie nouvellement créée des entreprises qui s’étendent) deux régimes différents qui encadrent l’installation effective des firmes.

13Tout d’abord, le régime des entreprises prioritaires, ainsi baptisées quand elles appartiennent aux secteurs jugés moteurs de l’économie (les principaux secteurs, en fait) : elles bénéficient d’exonération quinquennale des principaux impôts ainsi que d’importants avantages douaniers à l’entrée (matières premières) et à la sortie (pendant cinq ou dix ans selon les droits).

14L’autre catégorie est définie par une Convention d’établissement réservée aux entreprises prioritaires. Ce régime particulier, régi par des obligations réciproques codifiées et comportant une possibilité de suspension en cas de manquement, permet de fixer des conditions particulièrement avantageuses pour ces entreprises jugées importantes. Un régime fiscal dont la stabilité peut être prévue pour une période pouvant aller jusqu’à 25 années assure ainsi aux investisseurs étrangers une sécurité qu’a confortée, par la suite, l’exceptionnelle stabilité du régime politique ivoirien.

15Le rapatriement des profits et des capitaux n’est pas limité et aucune disposition ne vise à organiser le transfert de technologie.

16Le cadre institutionnel étant ainsi établi dans le but d’attirer les investisseurs, c’est vers les firmes étrangères que se tournent ceux qui ont conçu ces principes d’industrialisation.

17Il faut admettre que l’organisation en phases différenciées s’analyse plus au niveau de la constatation a posteriori que comme une suite de décisions de politique économique, orientant de manière exclusive tel ou tel type d’investissement. La tendance la plus récente marque le mieux cette volonté de l’Etat qui vise à favoriser l’implantation du plus grand nombre possible d’industries.

18Trois catégories d’investissements peuvent être considérées ici, pour faciliter l’analyse. Les deux premières s’orientent principalement vers le marché extérieur : les industries à forte intensité de main-d’œuvre et les industries valorisant les exportations. La troisième est orientée vers le marché intérieur.

19Les industries à forte capacité de main-d’œuvre sont encore peu importantes. La volonté de l’Etat de favoriser leur développement est certaine, mais certains pays se sont, avant la Côte d’Ivoire, spécialisés dans ce type de réalisation, offrant des structures de production organisées, des bourses de sous-traitance (Tunisie, Turquie, Hong-Kong, Malaisie, Singapour, etc.). Par ailleurs, les marchés des pays industrialisés ont montré les limites qu’ils toléraient à l’importation des produits ainsi fabriqués et un seuil semble être atteint.

20Une nouvelle division internationale du travail qui permettrait à plusieurs pays du Tiers-Monde de franchir en ce sens de nouveaux paliers verrait sans doute des investissements additionnels attribués aux pays déjà orientés plus nettement dans cette voie.

21Les industries de valorisation des exportations ont pour limite la capacité des marchés étrangers. Des problèmes de concurrence avec les autres pays exportateurs se posent, ainsi que la question de la stabilité des revenus des consommateurs en période de crise.

22Les industries ivoiriennes concernent marginalement le marché intérieur. Les industries plus spécifiquement orientées vers ce marché intérieur peuvent viser la substitution d’un produit déjà consommé, mais jusqu’alors importé. Elles peuvent aussi avoir pour objet de fabriquer un bien qui n’était jusqu’alors ni fabriqué, ni consommé, et qui pourrait faire l’objet d’un nouveau marché.

23Mais l’obstacle de la dimension du marché intérieur se dresse aussitôt.

24Pour nous faire une idée plus concrète de ces limites, nous pouvons comparer le marché d’un pays industrialisé à celui d’un pays en développement. Les exemples choisis sont ceux de la France et de la Côte d’Ivoire. Les résultats de l’analyse ne sont évidemment pas transposables sans précautions de ces pays à d’autres. Ils donnent, quand même, pensons-nous, une idée assez nette des mécanismes et l’étude a pu être menée assez commodément pour des raisons de cohérence des statistiques ainsi que pour l’intérêt qu’il y a eu à analyser la politique des mêmes firmes en Europe et en Côte d’Ivoire.

  • 1 Côte d’Ivoire, 1975 : « Ministère du Plan, Direction des Etudes de Développement », Indicateurs Eco (...)

25La première comparaison est celle des Produits intérieurs bruts par habitant. En 1974, en France, pour 52.000.000 d’habitants, le P.N.B. per capita était de 25.231 F. La même année, le P.I.B. per capita de la Côte d’Ivoire était de 2 436 F, pour 6.064.000 habitants1.

26L’écart est important. Mais il ne suffit pas à donner une image exacte de la réalité. Le marché intérieur d’un pays est composé d’un ensemble de consommateurs potentiels jouissant d’un certain revenu et susceptibles de se porter acquéreurs d’un bien disponible. Ce sont les acteurs décisifs de l’activité économique. S’ils n’effectuent pas l’achat, l’opération de fabrication aura été vouée à l’échec. La perte pour le fabricant se répercute chez ses propres fournisseurs de biens de consommation intermédiaire et ainsi de suite, en aval et en amont de la chaîne de production. Chacun des maillons de cette chaîne est bien sûr vulnérable, mais il est plus facilement envisageable de remplacer un bien de consommation intermédiaire défaillant qu’un consommateur final. En effet, si le bien vient à manquer dans le catalogue de la production locale, il est souvent possible de le remplacer par un bien équivalent importé. Les délais risquent d’être plus longs et le coût plus élevé car les taxes à l’importation protégent les produits locaux. Mais cela n’est pas un obstacle absolu à la production d’un bien qui sera alors peut-être vendu à un prix plus élevé ou avec une marge bénéficiaire réduite. Mais si le marché local n’achète pas le produit, alors l’issue est beaucoup plus aléatoire : l’exportation sur le marché international avec tous les problèmes de fret, de transport, de distribution, de taxes et de concurrence est, en fait, très limitée.

  • 2 J. Lecaillon et D. Germidis, 1977 : Inégalités des revenus et développement Economique, Paris, Pres (...)

27Remarquons que les 6 064 000 Ivoiriens n’ont pas chacun un revenu disponible de 2 436 FF. La disparité des revenus est très importante. Ainsi, on note qu’en 1970 la masse salariale des secteurs moderne et traditionnel agrégés est répartie comme ci-devant2.

Tableau I - Répartition des revenus salariaux, Côte d’Ivoire 1970.

28Cette répartition des revenus salariaux indique bien la disparité qui place plus de la moitié des salariés pratiquement en dehors du circuit d’un marché industriel, à quelques exceptions près que nous verrons plus loin.

29A noter que, selon les mêmes sources, les emplois du secteur moderne dans le secondaire s’élevaient au total à 82 200. C’est dans ce secteur que se distribuent les emplois de l’industrie (en dehors des industries extractives).

30Cette disparité des revenus indique que le marché ne peut faire état que d’une demande réduite car la concentration des revenus caractérise une société au dualisme marqué : l’industrialisation ne touche qu’une partie de la population, la majorité ne participant pas directement au fait industriel.

31Mais l’optique des revenus n’est peut-être pas suffisante pour décrire les marchés intérieurs. Un autre instrument d’analyse plus utile est celui qui consiste à comparer les niveaux de production par branche. Ce procédé prend comme hypothèse que le marché absorbe tout ce qui est produit ou importé. C’est sans doute surévaluer la capacité du marché mais cette surévaluation se reproduit dans les deux termes de l’analyse (le marché ivoirien et le marché français) ce qui limite l’erreur. Huit branches ont été sélectionnées pour deux raisons : elles sont représentatives d’une gamme d’industries produisant dans les deux cas pour le marché intérieur et il a été possible d’avoir des données homogènes pour chacun des deux pays considérés.

32La méthode a, dans les deux cas, différé quelque peu : pour la Côte d’Ivoire, le point de départ a été le chiffre d’affaires des entreprises locales consolidé dans chacune des branches. A ce chiffre, on a ajouté les importations CAF et retranche les exportations FOB, donnant ainsi une approximation de la taille du marché. Il est à noter que les importations comprennent les produits originaires des branches homologues dans d’autres pays, et non pas seulement les importations de la branche, ce qui biaise un peu l’analyse. De même, une évaluation correcte nécessiterait que l’on ôte du total obtenu les consommations intermédiaires de la branche. On a donc affaire à une surévaluation, particulièrement dans la branche industrie textile et habillement. En effet, dans cette branche, la consommation par l’industrie elle-même des fils et tissus importés est forte (110,34 millions de F. en 1975 et 230,25 millions de F. en 1974).

  • 3 La Côte d’Ivoire en chiffres. Edition 1976. « Indicateurs Economiques de la Côte d’Ivoire », BCEAO, (...)

TABLEAU COMPARATIF DES MARCHES INTERIEURS PAR BRANCHES INDUSTRIELLES3

TABLEAU COMPARATIF DES MARCHES INTERIEURS PAR BRANCHES INDUSTRIELLES3

Tous les chiffres sont en Millions de Francs français

1 Prix courants hors TVA déductible, chiffres semi-définitifs.
2 = FBCF + consommation intermédiaire + consommation finale.

33Cette surévaluation peut parfois gêner mais elle est compensée par une sous-évaluation due au fait que les importations ont été regroupées par branche en tant qu’« importations principales », les autres importations, « non principales » représentant pour le total des branches 14,6 % des importations totales en 1973 et 12,4 % en 1974.

34Pour ce qui concerne la France, la taille du marché a été calculée en ajoutant les importations de produits finis aux ventes sur le marché intérieur des entreprises sises en France.

35La comparaison de branche à branche que l’on peut ainsi effectuer ne vise pas à permettre des calculs économiques sophistiqués. Elle n’a pour but que de montrer la disproportion entre des marchés qui utilisent une même technologie pour leur production. La proportion varie de 0,2 % pour le cuir et les chaussures à 0,75 % pour l’énergie (électricité, eau + gaz pour la France). Retenons un chiffre moyen global de 0,6 % pour la commodité de l’exposé.

36Il est utile d’insister sur l’étroitesse du marché ivoirien comparé au marché français pour aller au-delà du raisonnement qui, d’une manière simpliste, peut s’énoncer ainsi : un industriel peut trouver avantage à s’installer dans un pays s’il peut produire et mettre à la disposition du consommateur, sur le marché, des biens susceptibles d’y être vendus. En supposant le produit utile ou simplement susceptible de provoquer la volonté d’achat de la part du consommateur, le rapport important à connaître est celui du nombre d’unités du bien susceptible d’être produit à un coût qui permette à un nombre de consommateurs assez élevé et ayant des revenus suffisants pour justifier l’opération.

  • 4 Côte d’Ivoire, 1977 : Essai d’estimation de l’évolution des revenus agricoles et non agricoles de 1 (...)
  • 5 Les chiffres ont été calculés par l’Autorité de la Vallée du Bandama.

37Auparavant, citons encore quelques indicateurs plus récents caractéristiques du marché. En 1975, selon les estimations du Ministère du Plan ivoirien4, le revenu moyen total en francs courants était de 87 000 CFA (1 740 FF). Le revenu monétaire de 73 000 CFA (1 460 FF), la part du revenu monétaire allant d’ailleurs en décroissant légèrement du fait de l’augmentation des chiffres concernant les produits ivoiriens. Le revenu agricole monétaire moyen est de 29 000 CFA (580 FF), et le revenu non agricole moyen de 165 000 CFA (3.300 FF), la proportion de la population agricole par rapport à la population totale étant de 67,60 %, soit 4 548 000 agriculteurs pour 2 171 200 non agriculteurs pour une population totale de 6 720 000. Cette disparité entre la population agricole et non agricole se conjugue avec les disparités par région. La région du centre, par exemple, qui concentre 26,1 % de la population du pays, ne consomme que 16,6 % du total ivoirien5.

  • 6 Côte d’Ivoire, 1977 « Essai d’estimation de l’évolution des revenus agricoles et non agricoles de 1 (...)

38Il convient en outre de tenir compte du fait que les migrations des campagnes vers les villes qui font apparaître des chômeurs repérables dans le milieu urbain, alors que la situation de sous-emploi partiel du milieu rural ne modifie pas manifestement la structure de ce milieu. D’autre part, « tant que le revenu non agricole reste plus élevé que le revenu agricole, l’exode rural engendre mécaniquement une croissance du revenu moyen supérieure à celle de chacune de ses deux composantes »6, agricoles et non agricoles, qui font qu’en fait, le revenu moyen est souvent encore surestimé. Ce qui conduit à restreindre encore le nombre des consommateurs potentiels.

39Face à cette limitation, il peut être intéressant d’examiner les potentialités de production des firmes étrangères. Ces firmes ont été créées dans des pays industrialisés pour fournir en premier lieu les marchés de ces pays et donc la dimension de leur technologie est à cette échelle. Par ailleurs, leur principale richesse étant précisément leur capacité à utiliser la technologie existante d’une manière plus rentable que la firme concurrente, leur tendance est donc à rechercher l’innovation, ce qui les mène à une concentration technologique. Cette concentration conduit à la mise en place des structures aptes à produire un nombre d’unités de plus en plus élevé, éliminant les petites firmes qui n’ont pu bénéficier de l’avantage technologique, mais élevant progressivement leur plancher technologique, c’est-à-dire le seuil en deça duquel la production n’est plus rentable. Il n’y a d’ailleurs pas que la technologie de la production qui est concentrée dans les pays industrialisés, les firmes y concentrent aussi leur gestion, leur management, la définition de leur politique de marketing international et leur caractère de firmes transnationales les conduit surtout à n’exporter, lorsque les conditions de rentabilités sont réunies, que des unités de production dans les pays en développement. La fonction de ces unités se limite dès lors à la reproduction d’un produit conçu par la maison-mère, généralement en adéquation étroite avec les conditions concrètes de son propre marché d’origine. Les améliorations, les innovations technologiques, les efforts de recherche sont eux aussi concentrés dans le pays d’origine et aboutiront, à long terme, à l’apparition d’un nouveau produit dans le pays récepteur.

  • 7 Masini J., Ikonicoff M., Jedlicki C, Lanzarotti M., 1978, Multinationales et Développement : La Côt (...)

40Une étude effectuée à partir de trois firmes7 indique que la limitation, par les dimensions du marché, se situe à plusieurs niveaux : celui du premier investissement, celui de la création des effets directs en amont et en aval, celui des augmentations de capacité.

41Au premier niveau, la décision de venir investir a été prise dans des conditions qui, dans le plus grand nombre des exemples étudiés, montrent une double tendance : d’une part, l’écart entre les tailles des différents marchés rendait la plus petite des unités de production trop importante par rapport au marché ivoirien, d’autre part, une anticipation sur l’augmentation de la taille de ce marché incitait à l’investissement, parfois par des conditions d’établissement exceptionnelles (du point de vue fiscal).

42Au second niveau, il faut bien constater que la demande de biens de consommation intermédiaire a suscité bien peu de création d’industries fournisseuses, en amont. Un exemple intéressant est celui du conditionnement des produits. Si on a pu constater une augmentation des capacités des fabriques de carton d’emballage, il n’y a pas eu jusqu’à ce jour la possibilité de créer sur place une industrie complémentaire : une imprimerie utilisant le système Offset à 4 rouleaux capable de fabriquer les étiquettes. Cent millions d’étiquettes sont utilisés chaque année (dans 50 articles différents), ce qui ne justifie pas encor l’investissement, lequel se monte à 100 000 000 CFA environ (2 000 000 de FF).

43Le troisième niveau de limitation concerne les seuils. Le passage à un stade de fabrication d’un plus grand nombre d’unités se fait donc soit par augmentation d’un nombre de lignes (des chaînes, des trains), soit par augmentation de la capacité de production de tel ou tel maillon de la chaîne. Ainsi, lorsque la mise en place d’une augmentation de capacité devient envisageable, il faut prévoir le temps d’installation des nouvelles machines (18 à 24 mois dans nos exemples). Cela implique que, pendant la première période de fonctionnement, la capacité de production soit sous-utilisée, ce qui peut rendre non bénéficiaire l’opération pendant un temps plus ou moins long.

44Lorsqu’on définit la capacité additionnelle à installer, il faut encore prévoir la sous-utilisation pendant une période plus ou moins longue selon les prévisions de développement du marché. Et, dans des pays qui en sont à un stade peu avancé d’industrialisation, où chaque nouvel investissement peut signifier, pour les industries en amont, la possibilité d’une augmentation de capacité, la nécessité pour les firmes de « coller au plan » est impérieuse.

45Si les projets retenus par le Plan se déroulent selon les prévisions, alors les programmes d’investissement des firmes sont susceptibles d’être établis avec efficacité et rentabilité. Si des retards surgissent, si le calendrier des projets n’est pas respecté, alors se posent des problèmes pour la firme qui doit faire ses propres prévisions, avec des résultats plus ou moins fiables. L’anticipation est donc coûteuse et ce problème ne doit pas échapper aux responsables, particulièrement dans le cas des joint-ventures. L’anticipation est de surcroît une nécessité de par la taille du marché, laquelle ne peut absorber dans bien des cas que la production d’une unité qui a généralement implanté la capacité minimum installable dans les conditions technologiques du moment. Si l’on mise sur un développement du marché, le premier installé aura généralement l’avantage, même dans le cas où les conditions faites aux nouveaux investisseurs par le code des investissements sont avantageuses. Mais ce sont là encore les conditions technologiques du moment, existant dans les pays industrialisés, qui dictent les caractéristiques de l’investissement. Et cette technologie n’appartient pas au pays d’accueil. Elle y est transférée à un stade défini et toute modification, amélioration, progrès passe par le pays d’origine.

46La technologie existe dans le pays de la maison-mère à l’état de flux, évoluant par l’enrichissement des procédés grâce à la Recherche. Transférée dans un pays en développement, cette technologie s’établit à l’état de stock, passant d’une fonction de production à une fonction de simple reproduction.

47Il est d’ailleurs important de constater que cette technologie de la production n’appartient pas au pays d’accueil et que cela est le fait constant. La firme qui l’utilise, qui la transfère et qui l’implémante en est ou n’en est pas le propriétaire. Mais ce qu’elle a acquis, et ce qui fait sa richesse, c’est sa capacité à utiliser cette technologie. Technologie de la production dans laquelle la firme est spécialisée, mais aussi technologie du marketing, du cash-flow, capacité à s’endetter et à minimiser le temps de récupération de son investissement initial.

48Aussi ce bref tour d’horizon, qui a permis la confrontation de deux aspects du problème de l’industrialisation (dimension technologique et taille du marché, à l’exclusion de tous les autres aspects) peut-il amener à quelques considérations.

  • Le gigantisme auquel ont été conduites les firmes pour acquérir un avantage technologique rend souvent cette technologie inadéquate à la taille du marché africain.

  • la création technologique ne se fait pas dans le pays d’accueil,

49Face à ces conditions, et devant la volonté d’industrialisation des pays, il n’est pas de solution miracle. Peut-être peut-on indiquer que les solutions existent aussi ailleurs que dans les voies actuellement suivies.

50L’appel aux grandes firmes peut être diversifié par une recherche de coopération plus élargie avec les firmes de petites et moyennes capacités de production. L’implantation à la place d’un gros projet d’investissement d’une grappe de projets complémentaires, organisés par les autorités du pays d’accueil, peut être une voie plus efficace, même si elle oblige à renoncer à l’utilisation d’une technologie de pointe. Bien sûr, cette procédure n’est applicable qu’au cas par cas, après étude des caractéristiques des différents facteurs locaux.

51Enfin et surtout, il est indispensable que soient organisées et mises en place au plus tôt des structures locales de recherche qui permettront à terme aux pays d’acquérir la maîtrise de leur technologie, au moins en partie.

52Une politique concertée des différents Etats, instituant çà et là des organes de recherche, faisant appel en un premier stade à des experts d’origines diverses, et mettant l’effort dans des domaines de recherche significatifs de différentes spécialités locales (l’exemple des recherches sur l’huile de palme en Côte d’Ivoire mérite l’attention), peut amener à un contrôle progressif d’un appareil industriel adéquat.

Notes

1 Côte d’Ivoire, 1975 : « Ministère du Plan, Direction des Etudes de Développement », Indicateurs Economiques de la Côte d’Ivoire.

2 J. Lecaillon et D. Germidis, 1977 : Inégalités des revenus et développement Economique, Paris, Presses Universitaires de France citant un rapport de la Setef : « L’image de la Côte d’Ivoire », avril 1973.

3 La Côte d’Ivoire en chiffres. Edition 1976. « Indicateurs Economiques de la Côte d’Ivoire », BCEAO, janvier 1977. « Tableau des entrées et des sorties en 36 branches et 35 produits », Rapport sur les Comptes de la Nation, INSEE, 1975.

4 Côte d’Ivoire, 1977 : Essai d’estimation de l’évolution des revenus agricoles et non agricoles de 1970 à 1975, Ministère du Plan, Abidjan.

5 Les chiffres ont été calculés par l’Autorité de la Vallée du Bandama.

6 Côte d’Ivoire, 1977 « Essai d’estimation de l’évolution des revenus agricoles et non agricoles de 1970 à 1975 », Ministère du Plan, Abidjan.

7 Masini J., Ikonicoff M., Jedlicki C, Lanzarotti M., 1978, Multinationales et Développement : La Côte d’Ivoire, Paris, Presses Universitaires de France, C.E.E.I.M.

Table des illustrations

Légende Tableau I - Répartition des revenus salariaux, Côte d’Ivoire 1970.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABLEAU COMPARATIF DES MARCHES INTERIEURS PAR BRANCHES INDUSTRIELLES3
Légende Tous les chiffres sont en Millions de Francs français
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende 1 Prix courants hors TVA déductible, chiffres semi-définitifs.2 = FBCF + consommation intermédiaire + consommation finale.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

Auteur

Institut d’Etudes du Développement Economique et Social de Paris.