Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Repères économiques

Prologue

Texte intégral

1Le projet sucrier de Zuénoula constitue un élément significatif de la stratégie ivoirienne de développement. Les dirigeants de ce pays parient que l’intégration accélérée dans l’économie internationale apportera une prospérité capable d’absorber les tensions sociales provoquées par la croissance.

2Les auteurs des deux contributions suivantes doutent de la solidité des fondements économiques de ce pari Le premier auteur analyse le processus général d’industrialisation de la Côte d’Ivoire et ses débouchés commerciaux internes, le second se penche sur les perspectives d’écoulement de la production sucrière ivoirienne sur le marché mondial.

3J. Masini s’interroge sur la valeur et les limites de cette industrialisation, réalisée conjointement par l’Etat et par les investisseurs étrangers. Les pouvoirs publics se tournent d’ailleurs toujours davantage vers le marché extérieur et réduisent les faveurs accordées jusqu’ici aux industries de substitution d’importations. Reproduisant pour une minorité privilégiée, donc en quantités singulièrement limitées, des biens naguère importés, ces industries contrôlées par les firmes étrangères n’induisent pas un processus de croissance autonome. Il s’agit plutôt de modèles réduits, et donc peu rentables, d’installations productives conçues originellement pour les vastes marchés du monde industrialisé.

4La stratégie d’exportation aura-t-elle plus de succès ? A. November estime, pour sa part, que cette option ivoirienne s’appuie sur des études de marché insuffisantes. En ce qui concerne le sucre, l’auteur propose d’effectuer ces analyses afin d’établir les effets probables — bénéfiques ou néfastes — de l’entrée de la Côte d’Ivoire dans le marché mondial.

5Le sucre représente un des symboles de la civilisation occidentale : on comprend par conséquent qu’il fascine les dirigeants ivoiriens. Mais la réalité du marché n’est pas douce car elle consiste dans un rapport de force entre producteurs et acheteurs. Constatant précisément l’instabilité du marché, les faibles perspectives de croissance de la consommation, l’apparition de produits de substitution, l’absence de solidarité de la part de pays qui, comme la Suisse, visent un auto-approvisionnement accru, A. Novembre s’oppose à l’optimisme des promoteurs du complexe de Zuenoula : la niche ou la Côte d’Ivoire pourrait commercer paisiblement n’existe probablement pas ! A l’occasion de ce diagnostic réaliste, l’auteur souhaite enfin que la théorie économique de notre temps ne se fonde plus seulement sur la notion de marché.