Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Repères historiques

« King sugar »

Naissance et expansion de l’économie de plantation dans les caraïbes

Jacques Forster

Note de l’auteur

Le titre de cette contribution est emprunté à un chapitre de l’ouvrage de E. Williams, From Columbus to Castro, The history of the Caribbean 1492-1969, London, A. Deutsch 1970.

Texte intégral

1Il est des produits symboles. Ce sont des biens dont les systèmes de production, de transformation, de transport, de commercialisation, de consommation caractérisent à eux seuls une civilisation, une époque. Le pétrole aujourd’hui, par le biais notamment de l’automobile, de la pétrochimie, ne diffuse-t-il pas à l’échelle mondiale des modèles de consommation ainsi que des structures de répartition du pouvoir et de la richesse ? L’uranium ne dictera-t-il pas demain certaines formes d’organisation sociale et politique répondant aux exigences de la sécurité du fonctionnement des centrales nucléaires et de la production massive et centralisée d’énergie ?

  • 1 Williams E., Capitalism and Slavery, A. Deutsch Ltd. 2ème édition London, 1964, p. 27.

2Du xvième au xixème siècle, le sucre a profondément marqué l’histoire de l’Afrique, des Caraïbes et de l’Europe. Génocides, esclavage, profits énormes finançant la révolution industrielle sur laquelle l’Europe devait asseoir sa domination du monde, telles furent les manifestations les plus criantes qui accompagnèrent l’essor de la production sucrière dans le Nouveau Monde. D’où l’exclamation ironique d’Eric Williams : « Il est étrange qu’un article ... si doux et nécessaire à l’existence de l’homme ait provoqué tant de crimes et d’effusion de sang »1.

3Ironie, car c’est évidemment moins le sucre que son système de production qui engendra la société de plantation et son cortège de violence et de racisme.

4Ce système, nous tenterons de le caractériser après avoir esquissé les circonstances historiques qui, dans les Antilles anciennement britanniques et à Cuba, provoquèrent son apparition et son expansion.

5Nous verrons ainsi de quelle façon les grands complexes agro-industriels contemporains, qui opèrent dans les pays du Tiers Monde, s’apparentent à un système séculaire d’exploitation des terres et ... des hommes.

  • 2 La version anglaise de cet ouvrage est utilisée dans les pages qui suivent : Guerra y Sanchez R., S (...)

6Puisant aux sources d’une partie de l’abondante littérature antillaise consacrée au sucre, à l’esclavage et à la plantation, le présent article veut également signaler ces textes trop peu diffusés dans le monde francophone. L’étude qui suit doit en particulier beaucoup à deux historiens antillais : Ramiro Guerra y Sanchez qui, en 1927, réunit en un ouvrage une série d’articles sur l’histoire économique de Cuba et de la Barbade2 et Eric Williams, dont la thèse de 1944 « Capitalisme et esclavage » a profondément marqué l’étude des causes du développement et de l’abolition de l’esclavage.

Le périple du sucre

7Débarquant dans les Antilles, Christophe Colomb extrait des cales de ses caravelles des plants de canne à sucre récoltés lors d’une escale aux Canaries. Bien que cette plante ait existé à l’état naturel dans les Amériques, ce sont les variétés orientales qui s’y implantent au terme d’un long périple : en quelques siècles, la canne à sucre avait en effet parcouru le monde de son lieu d’origine, le Bengale, à l’île d’Hispaniola en passant par la Perse, l’Egypte et l’Espagne.

8Introduit en Europe par les Croisés, le sucre de canne est d’abord un produit de luxe, voire un médicament, dont la consommation se propage lentement, aussi bien géographiquement que socialement. Au milieu du xvième siècle, les premières cargaisons de sucre d’Hispaniola arrivent en Europe par les ports espagnols ; les prix baissent, la consommation se développe.

  • 3 Ces données sont tirées de l’ouvrage de F. Charny, Le sucre, Paris, PUF, 1965, 126 p. (Que Sais-je? (...)

9D’autres territoires du Nouveau Monde, Porto Rico, la Jamaïque, Cuba, le Mexique et le Brésil deviennent à leur tour producteurs de sucre de canne. Vers 1640, ce produit avait conquis l’Europe et l’expansion rapide de sa production et de son commerce ne connaît aucun répit jusqu’au début du xixème siècle. En 1807, la Grande-Bretagne riposte à la tentative napoléonienne d’étrangler son commerce extérieur en obligeant tous les navires à destination du continent européen à relâcher préalablement dans un port britannique. La France est coupée de son sucre ; ses importations passent de 25.000 tonnes en 1807 à 2.000 tonnes en 1808. La production de betteraves démarre alors massivement et, à la fin de l’Empire, ce nouveau produit est solidement implanté sur le marché ; le sucre de canne ne pourra plus l’en déloger3.

La canne à sucre avant la plantation (1500-1640)

  • 4 Williams E., From Columbus to Castro..., op. cit., p. 30.

10Dans l’histoire des Caraïbes, le sang et le sucre sont souvent mêlés. Cela débute par le génocide de la population indigène d’Hispaniola. On raconte, écrit Williams4, qu’en arrivant dans le Nouveau Monde, les Conquistadores tombèrent d’abord à genoux ... puis sur les populations indigènes : la population de l’île passe de deux à trois cents mille habitants en 1492 à quatorze mille environ en 1514. Mais la mise en valeur des colonies exige de la main-d’œuvre. Dès 1947, le gouvernement espagnol cherche par tous les moyens à repeupler le territoire : déportation de prisonniers de droit commun, d’esclaves blancs, encouragement à l’immigration des ressortissants des pays sous l’empire de Charles Quint. Ces mesures ne suffisent pas et dès le début du xvième siècle, la traite des noirs est instaurée.

11Dans les colonies espagnoles, la culture de la canne à sucre démarre dès 1516 autour des premières sucreries dont l’élément central est le moulin destiné à extraire le jus de la canne. Ce dernier est d’abord mû par la traction animale ou même humaine (trapiche) et en l’espace de quelques décennies il est remplacé par le moulin à eau (ingenio) dont la capacité de production — une tonne de sucre par jour — est deux fois plus importante.

12Vers 1530, tout semble en place à Hispaniola, Porto Rico, Cuba et à la Jamaïque, pour qu’explose la production sucrière : les marchés européens sont en expansion, les terres fertiles et abondantes, la main-d’œuvre potentiellement disponible grâce au commerce naissant des esclaves ; la technologie du sucre est en progrès. Cette expansion n’a toutefois pas lieu et la production sucrière ne connaît qu’une croissance relativement lente : il y avait mieux à faire que de planter de la canne. Nous sommes en effet en pleine période de la conquête de l’Amérique. De 1511 à 1528, les Espagnols occupent le Mexique, le Pérou et presque tous les territoires compris entre ces deux pays. La découverte de l’or et de l’argent du continent hante l’imagination tant des autorités que des colons espagnols installés dans les Antilles. Ces derniers désertent massivement les îles afin de participer à la ruée vers l’El Dorado. La population d’origine castillane d’Hispaniola passe de quatorze mille personnes, vers 1510, à quelques cinq cents ménages en 1574, ceci malgré un décret royal de 1526 interdisant, sous peine de mort, l’émigration des Antilles vers le continent américain.

13Par ailleurs, la politique mercantiliste de l’Etat visant à conserver à tout prix le monopole du commerce entre les colonies et la métropole, le faible dynamisme de l’économie de cette dernière et la protection dont jouit l’économie sucrière, plongent les Caraïbes hispaniques dans une douce léthargie. Elles n’en sortiront qu’au début du xixème siècle (Cuba, Porto Rico) ou lorsqu’une puissance étrangère les arrache à l’Espagne (la Jamaïque prise par la Grande-Bretagne en 1655, Saint-Domingue par la France en 1697).

  • 5 Guerra y Sanchez R.. Sugar and Society in the Caribbean, an Economic History of Cuban Agriculture, (...)

14Jusqu’au milieu du xviième siècle, l’unité de production agricole typique des Antilles reste la petite ferme dont la production est très diversifiée : tabac, coton, indigo, épices, agrumes, sucre, élevage. Les esclaves africains, de plus en plus nombreux, ne représentent encore qu’une main-d’œuvre d’appoint. Illustrons cette situation par l’exemple de la Barbade car, comme l’écrit Guerra5, « cette île est un microcosme remarquable dont l’histoire nous offre, en miniature et au cours d’une période de quelques années, le même processus qui a eu lieu et qui continue d’avoir lieu dans les autres îles à sucre des Antilles sur des durées directement proportionnelles à la taille de chacune d’entre elles ».

15La Barbade est inhabitée, lorsqu’en 1625, la Grande-Bretagne en prend possession. Vers 1640, elle compte 37.000 habitants d’origine britannique qui se partagent 11.000 exploitations agricoles d’une dimension moyenne d’environ 4 hectares. Le nombre d’esclaves africains est inférieur à 6.000 : c’est dire qu’en moyenne près de la moitié des exploitations n’en possèdent pas.

  • 6 Cette institution — connue en anglais sous le nom « d’indenture » peut être qualifiée d’esclavage c (...)

16L’île ne produit pas de sucre. La population d’origine britannique est composée d’une minorité d’exilés politiques fuyant les guerres civiles de cette époque troublée et d’anciens serviteurs (engagés) ayant reçu un lopin de terre au terme de leurs obligations contractuelles envers leurs maîtres6.

17Quinze ans après le début de son occupation par les Anglais, la Barbade est une société de petits et moyens paysans, une des colonies les plus peuplées et les plus prospères de l’hémisphère.

La plantation à l’heure du mercantilisme triomphant

  • 7 Williams E., From Columbus..., op. cit., et Guerra y Sanchez R., Sugar and Society,.., op. cit..

18Avec l’introduction, en 1640, de la canne à sucre à la Barbade se développe l’économie de plantation qui s’étend rapidement dans les Antilles anglaises. Cette nouvelle culture survient à un moment où l’économie de l’île connaît une récession due à une surproduction de tabac. Les plants, les techniques de production sont transmis par des planteurs hollandais chassés du Brésil. Des banquiers, hollandais également, financent l’achat d’esclaves et d’équipement, acceptant les futures récoltes en guise de garantie. La transformation de l’île est fulgurante. La dimension des unités de production de canne s’adapte à la taille croissante des installations de broyage et de raffinage ; ceci conduit à une prodigieuse concentration de la propriété foncière. En moins de trente ans, (1640-1667) les quelques 11.000 petits et moyens propriétaires sont supplantés par 735 grands planteurs possédant chacun entre 40 et 400 hectares de terre. La plantation moyenne avec ses 120 hectares est trente fois plus grande que le domaine moyen de production diversifiée antérieur. Au cours de la même période, le prix de la terre se multiplie par vingt. Cette transformation structurelle se reflète sur le plan démographique7 :

19Les petits paysans blancs sont chassés par la concentration de la propriété foncière. En effet, ceux qui ne peuvent, faute de crédits, se convertir à la production de canne à sucre sont incités à vendre leurs terres à bon prix à des voisins plus fortunés.

  • 8 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 19.

20La terre vendue, que faire ? Rester sur place comme ouvrier agricole ? « A partir du moment où le marchand hollandais d’esclaves accepta du sucre en paiement de ses livraisons, le sort du travailleur blanc était scellé ... car l’argent qui payait les services d’un blanc pendant dix ans pouvait acheter un noir pour la vie »8.

  • 9 Williams E., From Columbus..., op. cit., p. 113.

21Williams9 nous donne une description synthétique de la plantation type du xviième siècle dans les Antilles anglaises : « elle s’étendait sur environ cent arpents (40 hectares), dont quarante étaient plantés en canne, quarante en jachère et vingt utilisés comme pâturages, potagers et pépinières pour la canne à sucre. Elle comprenait un moulin à vent qui actionnait les grands rouleaux de fer, ainsi que tout l’équipement requis pour la fabrication du sucre. La main-d’œuvre se composait de cinquante esclaves noirs, sept serviteurs blancs, un contremaître, un médecin, un maréchal-ferrant et un charretier. La plantation avait six chevaux et huit bœufs ... Elle produisait annuellement 80.000 livres de sucre — moins de livres que son homologue du xxème siècle ne produit de tonnes — ... et le bénéfice net de 540 livres sterling représentait environ 10 % de l’investissement ».

  • 10 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 19.

22En moins de trente ans, écrit Guerra, la Barbade « avait été transformée en quasiment rien de plus qu’une fabrique de sucre entre les mains de quelques capitalistes vivant à l’étranger10.

23A la fin du xviième siècle, les autres colonies britanniques des Indes occidentales avaient été « réduites au même statut d’économie de plantation et présentaient le même panorama monotone et triste : des centaines de milles de malheureux esclaves travaillant et mourant sous la plus cruelle des oppressions afin que le sucre puisse alimenter, au meilleur prix, le grand marché de Londres.

  • 11 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 22.

24L’organisation économique et sociale s’était sclérosée sous une forme précise et immuable : le planteur latifundiste en haut et l’esclave africain au-dessous »11.

25A côté de l’esclavage et du commerce d’esclaves, un second pilier soutient l’économie de plantation du xviième et xviiième siècle : le monopole commercial. Par le biais des compagnies coloniales, l’unité économique que représente la colonie ne peut commercer qu’avec la métropole. Celle-ci en échange accorde aux producteurs coloniaux le monopole du marché domestique du sucre. Le commerce triangulaire Grande-Bretagne-Afrique-Antilles-Grande-Bretagne représente, sans aucun doute, l’apogée du mercantilisme.

  • 12 C’est un des plus grands exploits de la politique mercantiliste britannique que d’avoir réussi à ve (...)

26Dans son ouvrage Capitalisme et esclavage, Eric Williams écrit : « Le commerce triangulaire fournit un triple stimulant à l’industrie britannique. Les Noirs étaient achetés contre des produits manufacturés britanniques ; transportés dans les plantations, ils produisaient du sucre, du coton, de l’indigo, de la mélasse et d’autres produits tropicaux dont la transformation créait de nouvelles industries en Angleterre : l’entretien des Noirs et de leurs propriétaires dans les plantations fournissait un autre marché pour l’industrie britannique, l’agriculture de la Nouvelle Angleterre et les pêcheries de Terre-Neuve12.

  • 13 Williams E., Capitalism and Slavery, op. cit., p. 52.

27En 1750, il n’y avait pratiquement plus une ville commerciale ou industrielle d’Angleterre qui ne soit d’une manière ou d’une autre impliquée dans le commerce triangulaire ou le commerce colonial direct »13.

28Un des pères fondateur du mercantilisme, Sir Josiah Child n’a-t-il pas calculé que chaque sujet britannique installé aux Indes occidentales créait par sa consommation et celle de ses esclaves quatre emplois dans la mère-patrie.

29Durant les trois premiers quarts du xviiième siècle, la flotte marchande britannique quadruple ; celle à destination de l’Afrique est multipliée par douze. Les grandes villes portuaires fleurissent, en particulier Liverpool dont on disait que les murs étaient cimentés par du sang africain. En effet, en 1790 par exemple, 138 bateaux appareillent de Liverpool pour l’Afrique et en 10 ans — de 1783 à 1793 — plus de 300.000 esclaves sont transportés sur des bateaux ayant cette ville pour port d’attache. Les profits sont énormes : si seul un bateau sur trois rentrait à bon port, on ne perdait rien ; or il en revenait quatre sur cinq. On imagine donc aisément que tous les nantis de la société britannique — rois, ducs, princes, juges, avocats, — se soient lancés par leurs investissements dans le commerce colonial. La « New Royal African Company », une société se livrant au trafic d’esclaves, avait parmi ses associés le duc de York et même le philosophe John Locke.

30Qu’advenait-il de ces profits ? Ils furent une des sources d’accumulation du capital qui finança la révolution industrielle.

31Mentionnons quelques exemples parmi l’abondance de faits fournis par Williams. La croissance de Liverpool, la métropole de l’esclavage, stimula celle de Manchester, capitale du coton.

32Les premiers profits de l’esclavage furent investis dans l’industrie du coton, les banquiers qui finançaient le développement industriel du pays étant souvent étroitement liés au trafic triangulaire. Enfin, le rôle des profits négriers dans le développement de l’industrie de la métallurgie fut important. La machine à vapeur de James Watt fut financée par du capital accumulé dans le commerce antillais ... Ceci n’empêcha pas les planteurs britanniques d’être parmi les derniers à adopter le moulin à vapeur pour broyer la canne.

L’abolition de l’esclavage

  • 14 Le surplus économique est ici, selon une définition de Paul Baran, « la différence entre la product (...)

33La plantation, l’esclavage et le mercantilisme sont les trois instruments d’une politique qui permit d’extraire un surplus économique14 considérable de l’exploitation de la main-d’œuvre africaine et des terres antillaises. Ce surplus est investi dans l’économie britannique et, vers la fin du xviiième siècle, la croissance de cette dernière est telle que ses industries, ses banques, sa flotte marchande ne peuvent plus se contenter des sources d’approvisionnement et des débouchés coloniaux. L’habit mercantiliste, devenu trop petit, avait servi ; le grand couturier David Ricardo façonne l’ample costume du libre-échange. Dans le Antilles britanniques, l’économie stagne. Les coûts de production sont très élevés sous l’effet conjugué de l’épuisement des terres, et de l’accroissement de la main-d’œuvre esclave utilisée improductivement à des tâches domestiques plutôt que dans les plantations.

34L’oreille de paresse du monopole n’incite pas les planteurs à se soucier de cette situation. Cependant, comme d’autres producteurs plus compétitifs apparaissent en dehors de l’Empire, le monopole du sucre coûte de plus en plus cher à la métropole (1.500.000 livres sterling en 1828, plus de 3.500.000 en 1844).

35En outre, les marchés antillais deviennent de moins en moins intéressants en termes relatifs et en valeur absolue pour les exportateurs anglais. Le Brésil, par contre, allie les avantages d’offrir du sucre bon marché et de vastes débouchés pour les produits industriels. Il s’agit donc pour la nouvelle classe industrielle anglaise de briser le monopole.

36Le lobby des planteurs est cependant encore puissant. On procède donc par étapes en cherchant tout d’abord à réduire la production sucrière des colonies afin d’accroître la part du marché libre du sucre. Williams écrit : « L’attaque (contre le monopole) connaît trois phases : contre le commerce des esclaves, contre l’esclavage, et enfin contre les droits de douane préférentiels sur le sucre. Le commerce des esclaves fut aboli en 1807, l’esclavage en 1833, les préférences sucrières en 1846. Les trois événements sont inséparables. Les mêmes groupes d’intérêts qui s’étaient édifiés sur le système esclavagiste se retournaient alors pour détruire ce système. Les humanistes qui militent en faveur de l’abolition de l’esclavage en attaquant le système là où il était le plus faible, le plus indéfendable, parlaient une langue que les masses comprenaient. Ils n’auraient jamais réussi cent ans plus tôt, alors que l’ensemble des intérêts capitalistes soutenait le système colonial... les planteurs des Indes occidentales, dorlotés et gâtés pendant un siècle et demi commirent l’erreur de prendre pour une loi naturelle ce qui n’était en fait qu’une loi du mercantilisme.

  • 15 Williams E., Capitalism and Slavery, op. cit., p. 136.

37Ils se crurent indispensables et transposèrent à l’âge de l’anti-impérialisme les leçons apprises à l’époque de l’impérialisme commercial. Quand, à leur étonnement, la « main invisible » d’Adam Smith se retourna contre eux, ils ne purent que se confier à la main invisible de Dieu. Montée et déclin du mercantilisme et montée et déclin de l’esclavage sont indissociables »15.

38L’économie de plantation fondée sur le travail forcé allait-elle survivre à l’abolition de l’esclavage ? L’histoire, en l’occurrence, vérifie l’adage selon lequel il faut que tout change pour que tout reste la même chose, puisque le système sort renforcé de cette mutation. Tout d’abord, les planteurs des Antilles britanniques reçoivent du Gouvernement anglais quelques vingt millions de livres sterling à titre de compensation. Au Surinam, les esclaves eux-mêmes doivent participer à l’indemnisation de leurs propriétaires ! Ensuite, un système de travail forcé rémunéré — appelé de façon euphémique « l’apprentissage » — est introduit pour une période de six ans afin de faciliter la transition de l’esclavage à la liberté. L’« apprenti » reste attaché à la plantation pour un salaire d’un shilling par jour. Selon Guerra, l’esclave coûtait plus cher à son maître avant l’émancipation. Les planteurs gagnent donc sur tous les tableaux. Afin de poursuivre l’exploitation d’une main-d’œuvre bon marché, ils proposent, prennent ou font prendre, en outre, diverses mesures : il s’agit d’abord de priver autant que possible les anciens esclaves d’emplois autres que sur les plantations. Là où toutes les terres sont occupées par des plantations, la question ne se pose même pas ; ailleurs, comme en Jamaïque, les planteurs proposent d’imposer très fortement toutes les terres destinées aux cultures vivrières, afin d’empêcher les Noirs de produire eux-mêmes leur nourriture.

39En Guyane britannique, on détruit tous les arbres à fruits comestibles pour priver les esclaves émancipés de sources de subsistance autonomes. Mais ceci ne suffit pas. Voulant manipuler le marché du travail « libre » à leur profit, les planteurs demandent et obtiennent l’autorisation de recruter des « engagés » venant de l’Inde.

40De 1839 à 1917, 238.000 Indiens arrivent en Guyane britannique, 145.000 à Trinidad, 21.500 en Jamaïque, 39.000 en Guadeloupe, 34.000 au Surinam.

  • 16 Williams E., From Columbus..., op. cit., p. 351.

41« Le travailleur indien n’était pas un esclave. C’était un homme libre qui venait dans les Antilles sous contrat, généralement pour une durée de cinq ans. Ainsi les Caraïbes qui, au xviième siècle, avaient cherché à remplacer l’Amérindien par l’engagé blanc, se tournaient au xixème siècle vers l’engagé asiatique pour remplacer l’esclave africain qui avait lui-même remplacé l’engagé blanc »16.

42Ce gigantesque carrousel humain de souffrance, de déracinement, d’exploitation qui s’étend sur quatre siècles reflète une réalité constante de l’économie de plantation qui requiert pour survivre une main-d’œuvre abondante, docile et bon marché.

L’avènement de l’économie de plantation à Cuba

43Le développement frénétique de la canne à sucre et de l’économie de plantation dans les Antilles du xviiième siècle ne touche pas Cuba. L’île, relativement peu peuplée, est couverte de grands domaines d’élevage de bétail s’étendant sur des milliers d’hectares. Cette prédominance du latifundium ne gêne cependant pas le développement d’une petite paysannerie, grâce à un mode d’attribution des terres qui donne la priorité à la production vivrière. Parallèlement, la grande propriété se subdivise par le jeu des successions.

44Liée par la politique mercantiliste à une métropole sur le déclin, la production sucrière de Cuba se développe lentement (en 1763, l’île exporte moins de 250 tonnes de sucre). Vers la fin du xviiième siècle, Cuba est donc une société agraire relativement harmonieuse à la production diversifiée, comprenant des cultures vivrières, de l’élevage, du tabac, du sucre. La longue guerre d’Indépendance en Haïti entraîne une chute de la production sucrière de cette île, qui était la plus riche colonie des Indes occidentales. Ces événements provoquent un boom dans l’économie sucrière cubaine. Le carcan mercantiliste, déjà mis à mal par l’invasion britannique de la Havane, éclate. Les hauts prix du sucre et du café sur le marché mondial amènent une prospérité sans précédent pour le pays, accompagnée d’une arrivée massive d’esclaves, dont le nombre passe de 44.000 vers la fin du xviiième siècle à 286.000 en 1827.

  • 17 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society…, op. cit., p. 49.
  • 18 L’absence de grandes plantations sucrières n’empêche pas le développement de l’esclavage. Dès le dé (...)

45Contrairement à ce qui s’était passé un siècle et demi plus tôt dans les autres îles, cette conjoncture n’encourage toutefois pas la grande plantation. Au contraire, elle accélère la dissolution des grands ranches et accroît le nombre de petites et moyennes exploitations agricoles produisant tout autant du café et du tabac que de la canne. « La société agraire cubaine était fermement établie et Cuba pouvait compter sur des milliers de familles solidement unies, attachées à leur terre, la cultivant directement ... »17. Vers 1820, la machine à vapeur fait son apparition dans la technologie sucrière. Les moulins à canne mus à la vapeur accroissent le rendement en sucre et permettent un abaissement bienvenu des coûts face à la concurrence croissante du sucre de betterave. Les moulins deviennent plus grands. La nouvelle échelle de production soulève de nombreux problèmes tel que le transport de la canne sur de plus longues distances ainsi que celui du bois destiné à alimenter les chaudières des sucreries. Il faut également élever et entretenir d’importants troupeaux de bœufs pour assurer ces transports. Ces problèmes limitent la dimension des sucreries et des domaines sucriers, chaque domaine possédant son moulin et sa sucrerie18.

  • 19 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 63 et 64.

46Mais cette situation est précaire car une plantation moderne vers 1860 requiert beaucoup de capital qui reste inactif en dehors de la période de récolte. Il devient de plus en plus difficile d’être un planteur-fabricant sans être un capitaliste. Le nombre de fabriques, qui jusqu’en 1860 avait augmenté, suivant l’évolution de la production, se met à diminuer en même temps que croît la dimension des moulins. La conséquence est « l’apparition d’un nouveau type de producteur, le colono, qui produit de la canne à sucre sans posséder ni le moulin pour la broyer, ni l’équipement pour la transformer en sucre. Il fait fabriquer son sucre à la sucrerie la plus proche, payant le propriétaire en lui laissant une partie de sa récolte ... Les fabriques transformant la canne des colonos s’appellent des « centrales ». Ceci marque le début d’une ère nouvelle dans l’histoire de l’industrie sucrière en créant et développant une nouvelle classe sociale — les colonos — qui lentement mais sûrement, devient économique et dépendante des centrales »19

47Dans un premier temps, le colon est favorisé par la concurrence entre centrales, rendue possible par l’introduction du chemin de fer pour transporter la canne. Ainsi les relations centrales-colonos sont assez équilibrées jusqu’à l’Indépendance de Cuba en 1898.

48Cet événement a des conséquences décisives pour l’industrie sucrière cubaine. En premier lieu, les autorités favorisent la création d’un « climat » d’investissement qui attire le capital étranger ; celui-ci peut se déployer sans rencontrer les obstacles d’une législation anti-trust. Deuxièmement, le traité de commerce avec les Etats-Unis réduit de 20 % le tarif douanier de ce pays applicable au sucre cubain.

  • 20 Williams E., Front Columbus..., op. cit., p. 438.

49Troisièmement, la politique des concessions dans le secteur des chemins de fer renforce le pouvoir des centrales en leur garantissant le monopole du transport dans leur rayon d’activité. Enfin — last but not least — la main-d’œuvre étrangère, le nerf de l’économie de plantation, est à nouveau introduite dans le pays après une brève accalmie vers la fin du xixème siècle. « Entre 1913 et 1927, Cuba reçoit 217.000 travailleurs d’Haïti, de la Jamaïque et de Porto Rico ; pour 1920 seulement, le chiffre est de 63.000 Haïtiens et Jamaïcains »20.

50Le résultat de cette politique est une prodigieuse concentration de l’industrie. En 1877, après l’apparition de la machine à vapeur, il y a encore 1190 sucreries à Cuba. En 1927, seules 185 fabriques fonctionnent durant la récolte. Au cours de ce demi-siècle, la production cubaine de sucre décuple, passant de 500.000 à 5 millions de tonnes par an. Cette concentration industrielle s’accompagne d’une ruée sur les terres des grandes compagnies étrangères, ceci afin de contrôler le prix de la canne dans les régions où le colono peut encore utiliser le chemin de fer public pour transporter sa récolte. Ceci conduit à la constitution d’empires verticalement intégrés (production de canne/transports internes/production de sucre exportation).

51Les 185 fabriques contrôlent plus de 22.000 km2, soit 20 % environ du territoire cubain et quatre grandes compagnies américaines (dont la célèbre United Fruit Company) dominent à elles seules près de 6.000 km2 et 29 « centrales ».

  • 21 Porto Rico et la République dominicaine connaissent exactement la même évolution sous l’effet du ca (...)

52Le capital américain contrôle plus de la moitié de la production sucrière cubaine21.

  • 22 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 86.

53Ainsi en moins d’un demi-siècle, l’alliance d’une technologie nouvelle — la machine à vapeur, le chemin de fer — et du capital étranger transforme radicalement la société et l’économie cubaines. Ainsi que le note Guerra, cette société relativement prospère, composée de paysans qui s’étaient forgés une indentité distincte de celle du colonisateur espagnol, reposait sur une répartition relativement équitable des terres et sur une production diversifiée. « Le système du latifundium renverse ce processus. Il fond des milliers de petites exploitations en d’immenses unités agricoles ; il arrache le paysan à sa terre, il détruit la classe des propriétaires agricoles indépendants qui sont l’épine dorsale de la nation, et finalement, il met un terme à l’indépendance économique en faisant de la société une simple dépendance, un satellite, un atelier au service d’une puissance étrangère. Il renverse le long processus de formation de la société cubaine et ruine, détruit et efface son identité nationale »22.

  • 23 On peut rappeler que c’est en 1899 que la United Fruit commence à établir son empire bananier en Am (...)

54La paupérisation de la classe des colonos et l’entrée massive de travailleurs étrangers mal payés réduit considérablement le pouvoir d’achat de 50 % environ de la population cubaine. Il s’ensuit une crise économique qui affecte l’ensemble du commerce et de l’industrie du pays. Les compagnies sucrières en profitent pour étendre leur contrôle sur le commerce en s’arrogeant sous diverses formes un monopole pour la vente de biens de consommation dans leurs zones d’influence. En plein xixème siècle, renaissent ainsi un mercantilisme et un esclavage économiques. L’économie de plantation, de monoculture du xxème siècle était née !23.

La plantation, exemple de darwinisme économique

55L’histoire de l’économie du sucre dans les Antilles du xvième siècle au xxème siècle, dont nous venons de survoler quelques phases charnières, illustre la capacité d’un système de production — la plantation — à s’adapter et à se perpétuer à travers des périodes où l’économie et la société connaissent de profondes transformations. Essayons de dégager les traits qui caractérisent cette permanence et qui font de la plantation l’ancêtre des sociétés multinationales du secteur primaire de la seconde moitié de notre siècle.

  • 24 Mandle Jay R., The Plantation Economy, Population and Economic Change in Guyana 1838-1960, Philadel (...)

56L’économie de plantation a évidemment donné lieu à de nombreuses études dans les pays où cette forme de production domine, et en particulier en Amérique latine et dans les Caraïbes24. On peut tirer de ces recherches des caractéristiques de la plantation qui défient les distances spatiales et temporelles et qui la distinguent d’autres types d’exploitations agricoles :

  1. La plantation est une entreprise de grande dimension, généralement spécialisée dans la production d’un ou deux produits agricoles (sucre, thé, café, bananes, etc.).

  2. C’est une entreprise dont les activités sont par nature internationales : elle produit pour les marchés extérieurs, ses capitaux ainsi que ses dirigeants sont le plus souvent étrangers aux pays ou territoires dans lesquels elle opéré. Dès le xviième siècle, elle met en œuvre, dans une entreprise, des facteurs de production issus de continents différents : main-d’œuvre africaine, terre antillaise, capitaux européens.

  3. L’intégration verticale est très poussée. L’entreprise tend en effet à contrôler non seulement le transport, la transformation, voire la commercialisation de son produit, mais aussi la fourniture des « inputs » nécessaires à la production. L’entreprise peut, par exemple, aller jusqu’à s’arroger un monopole pour la vente de biens de consommation à ses ouvriers.

  4. Sur le plan de la technologie, la plantation présente un tableau très contrasté : des techniques sophistiquées, intensives en capital, utilisées dans certaines phases du processus de production et/ou de transformation coexistant avec des techniques très intensives en main-d’œuvre pour d’autres opérations. De par la puissance de son réseau d’information, l’entreprise peut choisir son « paquet technologique » à l’intérieur d’une vaste gamme : ainsi, par exemple, le remplacement de la main-d’œuvre par des machines dépendra du coût de celles-ci mesuré sur tout un cycle agricole. En saison morte, en effet, un ouvrier saisonnier mis au chômage ne coûte rien à la firme, tandis qu’on ne peut pas en dire autant d’une machine immobilisée.

  • 25 Beckford G. L., « The Economics of Agricultural Resource Use and Development in Plantation Economie (...)
  • 26 On peut sans se rendre coupable de généralisation abusive, étendre cette remarque à maintes entrepr (...)

57Si l’on définit l’économie de plantation comme un système économique où la plantation représente la forme dominante d’organisation des ressources agricoles d’un pays25 on peut sans autre affirmer que ce système est l’expression la plus achevée de la dépendance économique. A examiner les relations entre l’entreprise-mère et la filiale, entre la métropole et l’économie le plantation, on constate que le passage du mercantilisme du xviième siècle au libéralisme des xixème et xxème siècle n’a guère altéré les caractéristiques de base de la plantation. Cette réflexion vaut aussi, hélas, pour ce que l’on peut considérer comme le principal pilier de l’économie de plantation : une source abondante de main-d’œuvre bon marché. Cette exigence a, au cours de l’histoire, donné à la plantation son sceau distinctif, celui d’un système d’exploitation de l’homme comparable au bagne ou au goulag26. En ne prenant que l’exemple du sucre, on voit que de la Barbade du viième siècle à Cuba du xxème siècle, les planteurs ont admirablement su, par des procédés pudiquement nommés « non market mechanisms », et avec l’appui des pouvoirs publics, s’assurer un réservoir de main-d’œuvre correspondant constamment à l’état du marché et de la technique.

58Quelques repères :

  • Dans les Antilles du début du xviième siècle qui disposent de terres encore inexploitées, il est impensable que des hommes s’engagent comme salariés dans une plantation alors qu’ils ont la possibilité de travailler leurs propres terres. L’institution du travail forcé puis de l’esclavage se charge de fournir une main-d’œuvre qui n’aura pas d’autre alternative. Pendant environ deux siècles, quelques 10 millions d’Africains passeront l’Atlantique pour enrichir la plantocratie des Amériques.

    • 27 Lewis G., The Growth of the Modem West Indies, London, Macgibbon and Kee, 1968, p. 84.

    L’abolition de l’esclavage au xixème siècle, imposée aux planteurs, sert finalement leur intérêt. Lâché dans une économie de plantation, le travailleur libre a-t-il une autre alternative que de vendre son travail à son ex-maître ? S’il en a une, l’immigration organisée de travailleurs indiens (en Guyane et à Trinidad), Haïtiens ou Jamaïcains (Cuba) viendra vite « régulariser » le marché du travail. Dans certaines îles note Gordon Lewis, un excellent connaisseur des Antilles, le niveau des salaires dans l’industrie sucrière en 1937 dépassait à peine le taux du shilling journalier introduit au moment de l’émancipation un siècle plus tôt27.

  • A Cuba, durant le premier tiers du xxème siècle, l’importation de main-d’œuvre et le quasi monopole des transports et des sucreries dont jouissent les grandes compagnies asservissent progressivement le colono libre.

  • 28 E. Wolf cite par Mandle J. R., The Plantation Economy..., op. cit., p. 9.
  • 29 Voir Mandle J.-R., The Plantation Economy..., op. cit., p. 14.

59On le voit, l’économie de plantation est inexorablement associée à des systèmes de contraintes destinés à lier le travailleur à une tâche pénible et mal rémunérée. Ce dernier trait, joint à ceux mentionnés plus haut, conduit à une structure sociale propre à ce type d’économie. « ... Là où la plantation s’est développée, ou là où elle a été importée, elle a toujours détruit les normes culturelles préexistantes et imposé ses propres normes, parfois par la persuasion, parfois par la force, mais des normes qui étaient toujours en conflit avec les définitions culturelles de la population concernée. La plantation est donc un instrument de contrainte modelé pour créer et maintenir une structure de classe de travailleurs et de propriétaires reliés hiérarchiquement par les contremaîtres et les managers »28. Là où la plantation domine, elle tend à devenir une institution comparable à une prison ou un asile psychiatrique dans la mesure où elle vise à remodeler la personnalité, la culture de ceux qui en font partie, les maîtres comme les esclaves29. Ceci conduit un sociologue antillais, O. Patterson, à dresser un acte d’accusation contre les actuelles plantations de sucre en Jamaïque, notant par exemple :

  • que les salaires versés ne peuvent suffire à nourrir une famille et que, par conséquent, la plantation détruit la cellule familiale ;

  • que la plantation maintient une structure de classe très rigide ;

  • qu’elle détruit tout esprit communautaire dans la mesure où les centres de décision sont extérieurs à la communauté ;

    • 30 Patterson O., « Social Aspects of the Sugar Industry » in New World Kingston, vol. 5, No 1-2, Dead (...)

    qu’elle conduit à la « déshumanisation » des travailleurs : « il n’y a pas de doute que le caractère saisonnier de l’emploi, son insécurité, les bas salaires, l’absence de dignité et de respect accordés au travailleur due à la nature paternaliste de la direction, et l’ambiance générale d’insécurité, de nonchalance et d’instabilité qui caractérise la plantation, conduisent à la démoralisation du travailleur jamaïcain30.

***

  • 31 Dans son article, Beckford analyse minutieusement les distorsions qu’entraîne la plantation sur l’a (...)

60Les traits caractéristiques de l’économie de plantation en font une caricature malheureusement bien réelle de la dépendance économique. L’étude de ce système de production n’a cependant pas qu’un intérêt historique ; non seulement parce que la plantation est aujourd’hui encore une forme dominante de production dans de nombreux pays du Tiers Monde, mais aussi parce que les politiques actuelles de promotion des exportations de produits agricoles poursuivies souvent au détriment de cultures vivrières ont des effets pernicieux sur l’allocation des ressources agricoles, semblables à ceux exercés par la plantation : fuite des profits hors du secteur agricole, utilisation des meilleures terres pour les cultures d’exportation, etc.31.

  • 32 Williams E., From Columbus to Castro..., op. cit., p. 343.

61Les mises en garde contre les conséquences de ces politiques ne manquent pourtant pas. Ainsi, un haut fonctionnaire britannique, en poste en Amérique du Sud, recommandait que plus d’attention soit accordée dans son pays de résidence à la culture du riz, du maïs, ainsi qu’à l’élevage, ceci afin de répondre à la demande locale. Mais malheureusement ajoutait-il dans un rapport à son gouvernement « ces voies modestes vers un certain produit sont négligées par les gens dont toute l’attention est absorbée par l’attente de fortunes rapides provenant de la culture du sucre, du café ou du coton »32. Faute d’avoir été entendu, ce haut fonctionnaire peut au moins se flatter — à titre posthume — d’avoir eu des émules au xxème siècle. Il était le Gouverneur britannique de la Guyane. Il écrivait ces lignes en 1813.

Notes

1 Williams E., Capitalism and Slavery, A. Deutsch Ltd. 2ème édition London, 1964, p. 27.

2 La version anglaise de cet ouvrage est utilisée dans les pages qui suivent : Guerra y Sanchez R., Sugar and Society in the Caribbean, an Economic History of Cuban Agriculture with a foreword by Didney W. Mintz, New Haven and London, Yale University Press, 1964, 218 p. Une nouvelle édition espagnole est parue : Azucar y poblacion en las Antillas, La Habana, Instituto cubano del libro, 1970.

3 Ces données sont tirées de l’ouvrage de F. Charny, Le sucre, Paris, PUF, 1965, 126 p. (Que Sais-je? No 417).

4 Williams E., From Columbus to Castro..., op. cit., p. 30.

5 Guerra y Sanchez R.. Sugar and Society in the Caribbean, an Economic History of Cuban Agriculture, op. cit., p. 9 et 10.

6 Cette institution — connue en anglais sous le nom « d’indenture » peut être qualifiée d’esclavage contractuel. L’engagé — comme on l’appelait en France — était un homme ou une femme que sa condition économique amenait à signer un contrat de travail de trois ou quatre ans au terme duquel il recevait généralement un à deux hectares de terres en friche. Les engagés étaient souvent plus mal traités que les esclaves ; comme le note un historien du xviiième siècle (cité par Williams dans son livre : From Columbus..., op. cit., p. 96), la cruauté des maîtres s’expliquait par la courte dure du contrat de l’engagé ; l’esclave, lui, devait être ménagé pour durer.

7 Williams E., From Columbus..., op. cit., et Guerra y Sanchez R., Sugar and Society,.., op. cit..

8 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 19.

9 Williams E., From Columbus..., op. cit., p. 113.

10 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 19.

11 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 22.

12 C’est un des plus grands exploits de la politique mercantiliste britannique que d’avoir réussi à vendre du poisson à un archipel ! Aujourd’hui encore, le poisson salé est un plat national et le poisson vient encore d’Europe !

13 Williams E., Capitalism and Slavery, op. cit., p. 52.

14 Le surplus économique est ici, selon une définition de Paul Baran, « la différence entre la production courante effective de la société et sa consommation effective ».

15 Williams E., Capitalism and Slavery, op. cit., p. 136.

16 Williams E., From Columbus..., op. cit., p. 351.

17 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society…, op. cit., p. 49.

18 L’absence de grandes plantations sucrières n’empêche pas le développement de l’esclavage. Dès le début du xixème siècle, le nombre d’esclaves augmente rapidement pour atteindre 372.000 en 1857. A ce moment là, on sait déjà à Cuba que le main-d’œuvre libre — qui est abondante — est plus productive que les esclaves; il n’en faudra pas moins attendre 1880 pour que l’esclavage soit aboli.

19 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 63 et 64.

20 Williams E., Front Columbus..., op. cit., p. 438.

21 Porto Rico et la République dominicaine connaissent exactement la même évolution sous l’effet du capital américain.

22 Guerra y Sanchez R., Sugar and Society..., op. cit., p. 86.

23 On peut rappeler que c’est en 1899 que la United Fruit commence à établir son empire bananier en Amérique centrale.

24 Mandle Jay R., The Plantation Economy, Population and Economic Change in Guyana 1838-1960, Philadelphia, Tempre University Press, 1973, 170 p. Cet ouvrage contient de nombreuses références à cette littérature. Cette partie de l’article doit beaucoup à la lecture de Wolf, E.R. et Mintz, S.W., « Haciendas and Plantations in Middle America and the Antilles » Social Economie Studies, Kingston, Vol 6, No. 3, September 1957, pp. 380-412, de Beckford, G.L. et de Mandle, J.R., cités ci-dessus et dans la note 25. La revue « Social and Economie Studies » publiée en Jamaïque par un institut de l’Université des Indes occidentales est une source importante d’articles sur l’économie de plantation.

25 Beckford G. L., « The Economics of Agricultural Resource Use and Development in Plantation Economies » in Social and Economy Studies, Kingston, vol. 18, No 4, December 1969, p. 325.

26 On peut sans se rendre coupable de généralisation abusive, étendre cette remarque à maintes entreprises minières opérant dans le Tiers monde.

27 Lewis G., The Growth of the Modem West Indies, London, Macgibbon and Kee, 1968, p. 84.

28 E. Wolf cite par Mandle J. R., The Plantation Economy..., op. cit., p. 9.

29 Voir Mandle J.-R., The Plantation Economy..., op. cit., p. 14.

30 Patterson O., « Social Aspects of the Sugar Industry » in New World Kingston, vol. 5, No 1-2, Dead season Croptime, 1969, p. 48.

31 Dans son article, Beckford analyse minutieusement les distorsions qu’entraîne la plantation sur l’allocation des ressources agricoles, cf Beckford G. L., The Economics of Agricultural Resource Use..., op. cit., p. 342-346.

32 Williams E., From Columbus to Castro..., op. cit., p. 343.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k