Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Repères historiques

Introduction à « Propriété foncière et développement »

Tendances générales et option négro-africaines

Guy Adjété Kouassigan

Texte intégral

1Qu’est ce que la propriété ? A cette question d’apparence anodine, et qui pourtant dissimule la complexité des rapports de l’homme aux choses, Proudhon répond : « La propriété, c’est le vol ». Cette réponse doit sa célébrité moins à sa clarté qu’à l’originalité de son auteur et aux circonstances historiques qui l’ont inspirée. Car l’esprit demeure instatisfait devant une formule aussi lapidaire qui occulte la diversité et la complexité des rapports que la propriété engendre dans l’espace et dans le temps. Rapports du propriétaire à sa chose, de l’utilisateur ou du possesseur à la chose utilisée ou possédée... Ces rapports des hommes aux choses se doublent de rapports des hommes. Le propriétaire se distingue de l’utilisateur et ne se confond pas nécessairement avec le possesseur et le détenteur sait qu’il détient pour autrui. Dans cet écheveau de relations qui naissent entre les hommes dans leurs rapports aux choses, la position la plus forte n’a pas nécessairement l’avantage de la légitimité et son ambiguité renvoie à la dialectique du juste et de l’injuste.

2En outre, ces mêmes rapports son différemment organisés selon les tendances majeures de l’ordre social et la nature des biens. Tantôt la propriété est considérée comme une manifestation de la liberté, et, au nom de cette liberté, le propriétaire sera protégé dans sa souveraineté sur son bien et dans la négation absolue ou relative d’autrui. Tantôt au nom de l’intérêt général qui se conçoit bien mais ne s’énonce pas toujours clairement, au nom de la justice sociale qui n’est pas toujours ni juste ni sociale, la préférence sera donnée à l’utilisateur de ce même bien parce qu’il y investit son travail créateur.

3Les choses, à leur tour, ont leur destin lié aux décrets des hommes. Toutes les choses ne sont pas des biens et tous les biens ne sont pas nécessairement des choses. Tel a été dans l’histoire le destin de la terre. De nos jours les hommes s’accommodent chaque jour davantage de l’idée d’appropriation de choses ou de droits incorporels. Titres et valeurs mobilières sont objet de droit de propriété. L’inventeur se voit reconnaître un droit de propriété protégé par un arsenal d’artifices juridiques qui s’expriment par les marques de fabrique, les dessins, modèles et autres brevets d’invention dont l’exploitation par autrui met en mouvement le mécanisme des droits d’auteur ou de transfert de technologie. On ne vend plus nécessairement les machines, mais plutôt le droit de les reproduire. Les traditionalistes prétendent qu’il s’agit là d’un abus de langage parce qu’il ne saurait y avoir de propriété que de choses matérielles, tangibles.

4Mais si les choses deviennent des biens il faudra encore savoir à quelle forme de propriété elles seront soumises. Car la propriété peut être collective ou individuelle avec des modalités infinies. Entre ces deux formes c’est tantôt la coexistence tantôt le conflit. Est-ce à l’assaut de ce conflit que partit Saint Just qui, dans les Institutions Républicaines, posa le principe de la société idéale : « Il ne faut ni riches ni pauvres ». Mais la diversité des situations que recouvre le concept de propriété, dans l’espace et dans le temps, s’accommode-t-elle de solutions aussi simples et radicales ?

5Dans cette confrontation d’idées, d’images et de vision, l’Afrique Noire en recouvrant la liberté d’accomplissement de son destin a-t-elle fait un choix.