Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Repères historiques

Prologue

Texte intégral

1Terres noires : Guy Kouassigan y relève l’empreinte des propriétaires et des idéologues européens en Afrique ; ombre blanche Jacques Forster cerne leurs silhouettes de colons, soldats, planteurs, commerçants, techniciens sur le sol des Caraïbes et dans leurs bureaux métropolitains ; ces deux contributions retrouvent les origines de l’échange inégal dans l’histoire de l’Europe mercantile à la comquête de nouvelles terres productives.

2Elles sont présentées ici comme des prolongements de la réflexion d’un groupe d’architectes ; à y regarder d’un peu près, la démarche paraît assez nouvelle, puisque ce courant critique nouveau-né dans le domaine architectural est lui-même issu d’une analyse économique, sociale et politique longtemps ignorée des praticiens du Développement. Sans épiloguer sur la question de savoir qui vient d’abord, de la poule ou de l’œuf, contentons-nous de nous réjouir de ce jeu de résonnances, de cette « réflexion » au sens propre du mot, puisque le regard critique est renvoyé d’une discipline à l’autre, élargissant le champ de l’interdisciplinarité.

3Il ne suffit pas de bâtir des villages prêts à accueillir une vie en commun pour que les habitants de ces villages-modèles entretiennent des rapports de type communautaire. De même, les violences qui ont marqué l’appropriation de la terre en Afrique, et l’histoire du sucre aux Caraïbes invitent à la réflexion sur l’abandon d’un mode de vie traditionnel imposé au nom de l’industrialisation. La défection d’un mode de vie traditionnel et l’intégration à un complexe agro-industriel est violence, même si la transition est adoucie par le souci d’urbanistes épris d’harmonie.

4Les architectes ont longtemps considéré comme donnés les rapports de production lorsqu’ils n’ont pas feint de les ignorer. Les économistes, les sociologues, les politiciens de leur côté ont voulu réduire les architectes au rôle de simples exécutants. Mais si l’ignorance réciproque n’est plus maintenant qu’une ruse hypocrite, les voies d’une pratique commune restent à explorer.

5Forster pour sa part relève dans l’histoire d’un « King Sugar » sanguinaire d’étranges coïncidences. Dès sa naissance, la plantation se révèle être une grande dévoreuse de main-d’oeuvre abondante et à bon marché ; et dès les xviie et xviii siècles elle repose sur un monopole commercial contrôlé par la métropole. La production de sucre est une entreprise par nature internationale, conclut-il à l’issue d’une étude dégageant les origines historiques des échanges sucriers. A travers l’histoire des planteurs, on quitte l’époque du mercantilisme pour traverser celle du libre-échange : une transformation profonde dont nous découvrons la nature conservatrice. Derrière le paradoxe, on lit clairement la lutte du centre et de la périphérie, la permanence de l’échange inégal.

6Etude historique aussi que celle de Kouassigan partant des modes d’appropriation de la terra cette fois. Le passage de l’économie d’autosubsistance en Afrique à l’exploitation industrielle du sol est aussi brutal que les réformes agraires les plus radicales. Mais alors que ces dernières tentatives font l’objet d’études nombreuses et de commentaires assidus, on se contente d’ordinaire de décrire la naissance de l’agro-industrie comme une suite « logique » de l’évolution menant de l’appropriation communautaire du sol vers la propriété privée.

7Aux « évolutionnistes » Kouassigan répond par une étude détaillée, loin des schémas simplificateurs d’inspiration néo-marxiste et loin des nostalgies néo-traditionnalistes. Au droit traditionnel on a substitué la notion de propriété issue du droit romain. Mais le grand législateur, c’est aujourd’hui l’Etat : à travers diverses réformes, la création parfois d’un droit nouveau, l’histoire de la terre africaine raconte l’émergence et le renforcement de ce nouvel acteur, qui est aussi un grand propriétaire. Plus encore : un grand organisateur de la production. Nous voilà retournés au même point stratégique : l’Etat périphérique subit les règles du marché bien davantage qu’il ne les crée. Partant de l’appropriation du sol, Kouassigan nous permet de jeter un regard nouveau sur le fossé entre les objectifs du développement et les moyens disponibles pour y parvenir. Les hésitations du législateur, les lenteurs administratives, renvoient aux blocages économiques et finalement encore à l’échange inégal. L’appropriation de la terre ne se comprend qu’à travers une étude des rapports de production : pour exporter le sucre, il faut d’abord importer les règles qui régiront toutes les étapes de sa fabrication, du Parlement à la raffinerie, et de la raffinerie à la villa ou au HLM construits tout spécialement pour les nouveaux travailleurs du sucre.

Acheter