Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Débat

Théories et pratiques de l’urbanisation

Vers un débat sur le dévelopement spatial

Nicholas You et Nguyen Ngoc Anh

Texte intégral

« A partir de maintenant ce sera moi qui décrirai les villes, avait dit le Khan. Et toi, dans tes voyages, tu vérifieras si elles existent.
Mais les villes que Marco Polo visitait étaient toujours différentes de celles que l’empereur imaginait.
”Et pourtant, j’ai bien construit en esprit un modèle de ville à partir duquel déduire toutes les villes possibles. Il contient tout ce qui répond à la norme. Comme les villes qui existent s’éloignent à des degrés divers de la norme, il me suffit de prévoir les exceptions à la norme et d’en calculer les combinaisons les plus probables”.
— Moi aussi j’ai pensé à un modèle de ville duquel je déduis toutes les autres, répondit Marco. C’est une ville qui n’est faite que d’exceptions, d’impossibilités, de contradictions, d’incongruités de contre-sens. Si une ville ainsi faite est tout ce qu’il y a de plus improbable, en abaissant le nombre des éléments anormaux la probabilité grandit que la ville existe véritablement. Par conséquent, il suffit que je soustraie de mon modèle des exceptions, et de quelque manière que je procède j’arriverai devant l’une des villes qui, quoique toujours par exception, existent. Mais je ne peux pas pousser mon opération plus loin qu’une certaine limite : j’obtiendrais des villes trop vraisemblables pour être vraies ».
Calvino Itala

  • 1 Voir dans le présent cahier : Benoist J.P., Lettre du Pays Gouro : une certaine tendance migratoire (...)
  • 2 Au sens de mot anglais « commodities », marché qui comprend la soie, le café, le sucre, le soja etc
  • 3 Deux sens sont couramment attribués aux mots processus d’urbanisation :

1Tout développement global, tout projet de société marque nécessairement l’espace de son empreinte. Mais l’inverse est également vrai : toute transformation de l’espace entraîne avec elle des transformations socio-économiques et culturelles qu’assume et subit la société toute entière. Si l’on se réfère au projet de complexe sucrier à Zuénoula, on se trouve confronté à l’impact d’un tel projet1 sur une formation sociale donnée, à ce qu’une telle transformation de l’espace engendre comme dynamique évolutive de la société. A la base de l’idéologie véhiculée par le projet, il y a la croyance qu’un programme de développement est inéluctablement lié au passage d’une société traditionnelle à une société moderne. Car avant d’être « projetée » dans le marché mondial des « commodités »2, la région de Zuénoula sera, par la nature même du programme, « intégrée » au vaste projet industriello-urbain de la Côte d’Ivoire. Ce processus d’urbanisation3 entraîne une différenciation et une spécialisation dans l’utilisation de l’espace qui repose sur une destruction progressive — et parfois radicale pour certaines couches de la population — des anciens mode de vie et par la reconstruction d’une nouvelle totalité.

2Cette transformation, historiquement observable dans les événements de la fin du xixe et du début xxe siècle pour les nations européennes, est bien la projection d’un modèle de société, d’un ordre social. La production et la transformation de l’espace se concrétise en une pratique, qui elle-même repose sur des modèles propres à cette société. L’expérience historique du monde occidental industrialisé montre que ce processus, alors qu’il se déroulait de manière différente de pays en pays, fut un des facteurs à la base de la croissance de leurs économies.

  • 4 Voir à ce sujet : Castells, M., La Question Urbaine, Paris, Maspero, 1975.

3Aujourd’hui, on reconnaît l’incapacité du modèle occidental à couvrir la totalité du champ des processus de développement et d’urbanisation en cours dans le Tiers Monde. Il est évident que la majorité des pays en voie de développement n’arrivent pas à retracer les étapes du développement occidental, ni les formes d’urbanisation et d’urbanisme qui y sont associées. Encore tributaires du passé colonial, les facteurs plus récents de dépendance, d’échange inégal, de disparité démographique, technologique et économique se traduisent par un processus d’urbanisation dépendante4.

4Ce processus, dont l’ampleur est qualifiée par certains comme étant « sans pareille dans l’histoire », est à l’origine de problèmes épineux et complexes : crise du logement, scolarisation, santé, chômage, accélération de l’exode rural etc... Force est de constater que la mise en oeuvre de politiques et de stratégies et matière de développement économique et les solutions proposées pour les problèmes urbains, empreintes de paternalisme occidental, n’ont eu que des résultats peu convaincants.

  • 5 Nations Unies, Situation des Etablissements Humains dans le Monde, Vancouver, 1976, A/Conf. 70 LRPC (...)

5« En effet, si le développement démographique actuel se poursuit, en l’an 2000 près de 85 % de la population mondiale vivra dans les pays dits du « Tiers Monde », dont le rythme et la croissance de la population installée dans des conditions d’habitat « précaires » sont deux fois plus rapides que ceux de l’habitat « organisé »5.

  • 6 Ibid.

6Ces constatations récentes de la Conférence de Vancouver sur les établissements humains décrivent une situation qui, selon les propres termes de la Conférence, « appelle des mesures d’urgence capables d’enrayer les carences actuelles grandissantes »6.

7Cependant, dans la quête de solutions « réalisables » ou bien « appropriées », il ne suffit pas d’abondonner le modèle d’urbanisation occidental, il faut également abandonner les concepts et les théories qui le sous-tendent.

8L’objectif de l’étude consiste à examiner un certain nombre de théories et de concepts proposés autour du processus d’urbanisation. Nous n’avons pas l’intention de proposer des solutions ou des recettes, mais seulement d’exprimer une problématique. Pour ce faire, nous procéderons dans un premier temps à une lecture critique d’un certain nombre de théories et de concepts, choisis non pas en fonction de leur importance dans la littérature contemporaine, mais selon les conséquences pratiques qu’ils ont eues, et qu’ils ont encore, dans l’élaboration des politiques et stratégies concernant la dimension spatiale du développement.

9Dans un deuxième temps, nous essayerons de faire quelques réflexions épistémologiques et méthologiques sur la formation de l’espace dans le Tiers Monde, et sur ses conséquences.

10Partant d’une telle réflexion, le « concepteur » d’espace se doit de faire son autocritique, c’est-à-dire, entre autres, de réfléchir sur le système de valeurs qui lui a été inculqué lors de sa formation professionelle et les traces que celui-ci laisse encore dans sa manière actuelle de projeter et de réaliser l’espace bâti.

Théorie socio-économique et croissance urbaine

  • 7 Les meilleurs sources sur ce thème se trouvent dans une série de publications récentes sous forme d (...)

11L’ampleur du phénomène d’urbanisation dans les pays du Tiers Monde est sans pareil dans l’histoire du monde. Ce récent tournant dans le processus d’urbanisation mondiale reçoit une attention grandissante dans la littérature spécialisée, motivée par l’importance pratique qu’implique cette évolution7. Nous signalons à titre d’illustration deux préoccupations principales :

    • 8 Nous employons le mot « bidonvillisation » aux sens que A. Sayad attribue à ce terme :

    l’urbanisation accélérée, ainsi que le phénomène de « bidonvillisation »8 constitueraient une menace pour l’ordre social établi accroîtraient le potentiel de lutte urbaine et de changement.

  • la recherche de « correctifs » et de « palliatifs » d’un processus d’urbanisation considérée comme déviante ou pathologique par rapport à une évolution « naturelle ».

  • 9 Traduction anglaise par Peterson, Londres, 1606, A Treatise, Concerning the Causes of the Magnifice (...)
  • 10 You, N., Cours : Introduction aux Problèmes des Pays en voie de Développement, Cours du Prof. E.Y. (...)

12La première et sans doute la plus connue des théories considère le processus d’urbanisation comme corollaire de la croissance économique. Cette association d’idées ne représente d’ailleurs rien de nouveau : déjà au xive siècle, Ibn Khaldoun, dans son oeuvre « Un Traité, Concernant les Causes de la Magnificience et de la Grandeur des Cités »9 fait allusion à la puissance économique suggestive des villes. Cependant, il faut attendre le xixe siècle avec l’avènement de la révolution industrielle pour qu’apparaissent des théories prétendant à une universalité. L’industrialisation est alors associée au phénomène urbain qui, à son tour, est associé au processus d’urbanisation10.

  • 11 McGee, T.G., The Urbanization Process in the Third World, Londres, Bell, 1971, p. 17 (notre traduct (...)

13« Ainsi, l’urbanisation tend à être comprise dans le monde occidental comme une « condition nécessaire » de la croissance économique, celle-ci étant d’ailleurs généralement associée au niveau de développement d’une nation »11.

14Dans cette optique, certains auteurs interprètent ainsi l’urbanisation comme une séquence mécanique de la croissance économique, et en particulier de l’industrialisation. On explique alors le rythme actuel de l’urbanisation dans les pays du Tiers Monde comme une étape préalable au « décollage économique » et à la modernisation.

15Nous noterons l’arrière plan évolutionniste d’une affirmation (ou d’une telle croyance) qui pense l’industrialisation et l’urbanisation en termes de « modernisation », de « niveau culturel » d’une société. Il y a lieu également de remarquer les connotations de valeurs qui y sont adjacentes : le « moderne » (catégorie comparative décelable par sa conformité au modèle occidental) est perçu comme une valeur en soi, à part entière, physique et spirituelle, au lieu de n’être qu’une qualité formellement reconnaissable par certains attributs physiques et spatiaux. Le « moderne », ainsi perçu, véhicule inévitablement un certain « niveau » de culture de telle ou telle communauté, en tant qu’étape — du moins au plus, du traditionnel au moderne — orientée vers le « niveau » de production et de consommation de la société occidentale industrielle.

  • 12 Voir a ce sujet : Berry, Brian J.L., Some relations of Urbanization and Basic Patterns of Economic (...)

16Si nous nous rallions aux thèses évolutionnistes12, comme celle de Rostow, et concevons que l’industrialisation constitue un stade nécessaire du développement des nations, le « développement » selon le modèle occidental prend inévitablement la dimension d’une finalité et d’une valeur en soi. Il suffit ensuite de faire la liaison (historiquement vérifiée en Occident à la fin du xixe et au début xxe siècle) entre les trois phénomènes : industrialisation — urbanisation — modernisation, pour que ces deux derniers obtiennent leurs lettres de noblesse, leur justification a priori.

  • 13 Castells, M., La Question Urbaine, op. cité, p. 20.

17La confusion conceptuelle entre « urbanisation » en tant que « concentration spatiale d’une population », à partir de certaines limites de dimensions et de densité, et en tant que « diffusion du système de valeurs, attitudes et comportements » nommée « culture urbaine »13 rend possible la connotation entre le « moderne » en tant que catégorie physique et en tant que catégorie morale ou spirituelle. Ainsi, le « moderne » — caractéristique physiquement discernable au niveau d’une communauté, à travers son habitat, son habillement, etc., arrive à véhiculer dans son concept l’idée de « niveau de civilisation » de cette communauté par rapport à la civilisation occidentale. D’autre part, si nous affections à la « modernisation » une valeur en soi, la connexion faite entre industrialisation, urbanisation et modernisation tenterait rétrospectivement de justifier l’industrialisation et l’urbanisation comme des processus, ou des étapes, nécessaires pour accéder à la valeur ultime qu’est le « moderne ».

  • 14 Castells, M., « Théorie et Idéologie en Sociologie Urbaine », in Sociologie et Société, 16(12), nov (...)

18Cette démonstration par l’évidence s’efforce, d’une part, d’élucider en quoi l’urbanisation a pu être considérée, matériellement, comme une étape indispensable vers le développement, et moralement, comme une valeur permettant d’accéder au développement et à la modernisation, ces derniers pris eux-mêmes comme des valeurs, « urbanisation » devenant « synonyme de modernisation, et moderne équivalent de société capitaliste libérale »14.

19D’un autre côté, lier en un processus logique : industrialisation — urbanisation — développement économique, relève tout autant d’une confusion et d’un parti pris ethnocentrique :

  • 15 Castells, M., La Question Urbaine, op. cité, p. 77.

20Premièrement, la concomittance entre industrialisation et urbanisation ne s’est vérifiée que dans les pays actuellement industrialisés. Dans les pays du Tiers Monde, l’urbanisation n’est pas nécessairement entraînée par le processus d’industrialisation et n’est en aucune manière proportionnelle à cette dernière. (Cf. infra : facteurs « push » et facteurs « pull »). On le voit dans la plupart des pays d’Amérique Latine, par exemple, où le taux de croissance urbaine est largement disproportionné au taux de croissance industrielle, calculé sur la production. (Période 1950-1960 et pour ne citer que les exemples les plus probants : Brésil : 1,78 % à 5,2 % ; Vénézuela : 1,70 % à 6,30 % ; Equateur : 1,17 % à 4,6 %, etc...)15. Ce déséquilibre entre croissance urbaine et croissance industrielle n’affecte guère une politique d’investissement orientée vers une utilisation des moyens de production à haute valeur ajoutée (politique qui accroît le rendement sans multiplier les emplois).

21Deuxièmement, la relation postulée entre industrialisation et développement économique éclate d’elle-même ; lorsqu’il s’agit d’un pays du Tiers Monde, l’industrialisation est le plus souvent dépendante de l’étranger, extrovertie, le pays n’a généralement pas la capacité de réinvestir utilement ses plus-values en vue d’un effet d’entraînement pour les autres secteurs économiques. Ce « dualisme économique » ne fait qu’accentuer les déséquilibres et les disparités régionales, spatiales et sociales du pays.

22Or, y a-t-il lieu de parler de développement (même économique) lorsqu’il y a désarticulation croissante entre secteurs primaire et secondaire, hypertrophie du secteur informel, exode rural, chômage, dépendance externe même pour des biens de consommation (et de toute manière pour des biens de production) ?

23Enfin, vouloir lier étroitement l’urbanisation au développement se révèle aussi fortement discutable : la croissance des bidonvilles, le gonflement « pathologique » du secteur des services (et surtout de celui des « services divers » qui déguise mal le chômage) témoignent plutôt de la migration forcée d’une part importante de la population venant des campagnes, preuve d’une destructuration économique du pays plutôt que d’un développement.

24Ainsi, les relations qu’on établit habituellement entre urbanisation/industrialisation et urbanisation/développement économique d’une nation ne permettent-elles pas, en fin de compte, de mystifier les déboires en matière de politique de développement ?

  • 16 Soares, G.A.D., Congruency and Incongruence Among Indicators of Economic Development, Institute of (...)

25Cela dit, nous n’avons nullement l’intention de nier qu’une certaine relation puisse exister entre les deux variables : par exemple, G.A.D. Soares, sur des données concernant le Brésil et le Venezuela, montre une variance commune de 64 % entre les indicateurs d’urbanisation et de l’industrialisation, même si l’auteur conclut à la « non-identité » des deux variables16.

  • 17 Hoselitz, B., The Role of Cities in the Economic Growth of Underdeveloped Countries, in Breese, G., (...)
  • 18 Sjöberg, G., The Rural-Urban Balance and Models of Development, in Smelser N., and Lipet, S., (Eds) (...)

26La confusion conceptuelle que nous venons de voir sous-tend maintes théories sur le rôle économique des villes où l’on considère l’urbanisation comme le moteur du développement. Pour Hoselitz, « le commerce, les institutions financières, le complexes industriels, la bureaucratie gouvernementale, les institutions d’études et de formation supérieures nécessitent un climat urbain pour pouvoir se développer et s’« épanouir »17. Pour Sjöberg18, il est évident que le développement économique doit reposer sur l’expansion du secteur urbain.

  • 19 D’ailleurs, le Japon semble avoir effectué sa Révolution Industrielle et maintenant pendant une pér (...)

27Que le développement économique, l’industrialisation et l’urbanisation soient apparus en Europe et en Amérique du Nord d’une façon concomitante n’implique par pour autant — du moins pas d’une manière aussi linéaire — que l’urbanisation constitue une précondition pour que le développement économique puisse avoir lieu19. En dépit des graves lacunes qu’elle comporte, cette assertion continue à jouer un rôle important dans l’élaboration des politiques d’habitat.

  • 20 Reissman, L., op. cité, p. 158.

28« Notre hypothèse est que l’histoire de l’Occident depuis le xixe siècle est en train de se répéter aujourd’hui dans les pays sous-développés »20.

29Les conséquences qui découlent de ce qui vient d’être dit sont assez claires. Si le processus d’urbanisation dans les pays du Tiers Monde était une réplique de celui des pays occidentaux, il serait possible de suggérer une sorte de modèle théorique basé sur l’expérience occidentale et utilisable dans l’interpétation du processus actuellement en cours. Encore faut-il savoir si les nations en développement sont à l’époque actuelle capables de s’assurer une croissance urbaine aussi soutenue que celle qu’avaient connue les anciennes métropoles sans l’apport de l’exploitation coloniale dont ces dernières avaient bénéficié.

  • 21 Engels, F., La Situation de la Classe Laborieuse en Angleterre, ed. Sociales, Paris, 1960 ; voir ég (...)
  • 22 Effet selon lequel les fruits de la croissance économique, qui se concentre en premier lieu dans le (...)

30Nous pouvons également nous poser la question de savoir si aujourd’hui, ceux qui établissent un parallèle entre Révolution Industrielle des pays européens au xixe siècle et développement actuel dans le Tiers Monde sont pleinement conscients des inégalités sociales et des conditions de vie décrites par Engels21. Quand ils y font allusion, ils ont tendance à les considérer comme des difficultés passagères, surmontables à terme par l’effet du « trickling down »22.

31Lorsque l’ampleur de la croissance urbaine et le rythme de l’urbanisation dans le Tiers Monde étaient reconnus à leur juste échelle (grâce en partie à des enquêtes démographiques plus précises), et lorsqu’on avait commencé à se rendre compte des conséquences que cela impliquait à tous les niveaux de la vie économique et sociale de ces pays, il s’agissait dès lors, avec un retard de quelques décennies, de revoir les prémisses des théories selon lesquelles urbanisation- = industrialiation = développement.

  • 23 Nations Unies, L’Urbanisation pendant la Deuxième Décennie des Nations Unies pour le Développement, (...)
  • 24 Davis, K., Golden, H., Urbanization and the Development of Pre-industrial Areas, in Economic Develo (...)
  • 25 Voir à ce sujet : Bose, N.K., « Calcutta, A Premature Metropolis », in Scientific American, Septemb (...)

32« Il y a peu d’espoir que se reproduise la spirale favorable qui, en libérant le fermier japonais des impôts féodaux et en doublant sa productivité, lui a permis de payer l’impôt foncier nécessaire au financement de l’industrie... et d’acheter les bicyclettes et les machines de la nouvelle ère industrielle »23. De même en ce qui concerne le mi lieu urbain. « Pour un même taux de population urbaine atteint aujourd’hui par les pays ”sous-développés”, le niveau d’industrialisation des pays ”développés » était bien plus élévé »24. La constatation des écarts entre ces deux processus de « développement » renforce des concepts tels que « villes parasitaires » par opposition aux « villes génératrices », selon qu’elles entraînent ou freinent la croissance économique25.

  • 26 Pour une critique du concept d’hyperurbanisation, voir : Hoselitz, B. ; Rivkin et Nathan ; Sovani, (...)
  • 27 Castells, M., La Question Urbaine, op. cité, p. 60 et ss.

33L’intention des nouvelles recherches dont il vient d’être question fut en premier lieu d’expliquer les dichotomies qui s’accentuent entre le processus historiquement constaté en Occident et celui qui est en cours dans la plupart des pays du Tiers Monde. Soucieux de trouver des implications pratiques dans l’immédiat, et conscients de l’incapacité des pouvoirs publics de ces pays d’assurer le « bien-être » de la population urbaine en logements, équipements, emplois et services, des « experts » en matière d’urbanisation ont pris comme point de départ de ces nouvelles théories le concept d’« hyperurbanisation »26. Jugée particulièrement pertinante en tant que cadre conceptuel pour expliquer certains aspects du processus d’urbanisation en cours depuis une vingtaine d’années, l’« hyperurbanisation » découle d’un exode rural excessif par rapport à ce qu’on pourrait attendre, « normalement », vu le niveau d’industrialisation27.

  • 28 You, N., Introduction aux Problèmes.., op. cité, pp. 28-32.
  • 29 Payne, G.K., Urban Housing in the Third World, Leonard Hill, London, 1977, pp. 3-42.
  • 30 Il y a lieu aussi de tenir compte du fait que les pays européens ont pu bénéficier à cette époque d (...)

34Nombre d’analyses portent sur deux indices observables, couramment appelés facteur « push » et facteur « pull », désignant respectivement la répulsion de la campagne causée par des transformations capitalisantes qui utilisent de moins en moins de main-d’oeuvre dans le secteur agricole, et par l’attraction de la ville due à l’expansion du secteur industriel28. Selon l’expérience occidentale, ces facteurs contribuent également « à effectuer un changement à la fois dans la structure de l’emploi et dans la localisation spatiale de la population ; à chaque étape la population dans ces deux secteurs était assurée du plein emploi »29. En revanche, l’« hyperurbanisation » dans les villes du Tiers Monde serait due au fait que le facteur « push » l’emporte sur le facteur « pull », ceci à cause d’une décélération relative dans les taux de création d’emplois au fur et à mesure que l’industrialisation s’opère dans les campagnes (le capitalisme foncier y progresse) et dans les villes (utilisation de technologies à faible taux de création d’emplois). A la différence de la situation de l’emploi en Occident à l’époque de la Revolution Industrielle, le « migrant » se déplace d’un secteur rural ne pouvant plus assurer sa survie pour s’insérer dans le secteur urbain, devenu incapable de lui fournir un travail30.

  • 31 Hauser, P.M., Urbanization in Asia and the Far East, Calcutta, Unesco, 1957.

35Ceci nous permet de comprendre la structure causale réelle de l’exode rural : « la population est chassée de la campagne vers les villes, plutôt qu’attirée dans les zones urbaines par des possibilités d’emploi et d’activités industrielles31.

36De là, il est facile de suivre le raisonnement des instances politiques, qui sont confrontées aux déficits croissants en logements, emplois et services, et qui aboutissent à la conclusion que l’hyperurbanisation est due à un exode rural excessif, et que ce sont les migrants ruraux qui sont désormais responsables de la déviation pathologique du processus d’urbanisation « normal ».

37Considérant ces migrants comme cause plutôt que comme victimes des déséquilibres socio-économiques régionaux, les politiques et stratégies, tout aussi bien en matière de développement rural qu’urbain, seront profondément marquées par de telles attitudes. Les implications directes des politiques d’habitat urbain et d’aménagement des espaces de la ville, seraient caractérisées par des attitudes de « laissez-faire », sinon de négligence totale, de la part des pouvoirs publics envers les « besoins » et le « bien-être » de ces migrants venus réclamer « le droit à la ville ». Pendant ce temps les fonds publics sont employés pour améliorer les conditions d’habitat dans les quartiers plus aisés où pourront vivre la partie de la population « solvable », c’est-à-dire tous ceux qui sont intégrés dans l’économie urbaine.

38Ainsi, le système est lui-même créateur de « marginalité sociale », en perpétuant le dualisme travailleur-chômeur, logé-bidonvillisé : dualisme commun à presque toutes les villes du Tiers Monde, dont la particularité du processus d’urbanisation est caractérisée par les conditions mêmes de l’amplification du sous-développement.

39Dans les pays industrialisés, la localisation spatiale des activités reflète un système d’organisation sociale aux fonctions diverses et spécialisées, dont la complexité des liens et des relations sous-tend un ordre apparent entre les rapports sociaux, économiques et politiques d’une région donnée, à un moment donné.

40La transformation des espaces existants, ou la formation des espaces nouveaux, se meut dans une structure qui permet à l’organisation sociale de « progresser », c’est-à-dire de voir se multiplier le nombre des activités sans que leur localisation dans l’espace entrave le bon fonctionnement d’autres activités. Même si le déséquilibre et l’inégalité entre différentes entités de l’organisation sociale (régions, pôles, strates sociales) demeurent pratiquement inchangés, le « progrès » y gagne : le nombre d’échanges augmente et également, diront certains, la plus-value prise au passage. Des mécanismes de contrôle s’opèrent constamment afin de réduire les « déviances », ou les excès, qui sont inhérents au système.

41La mise en oeuvre de la planification spatiale se fait à travers des plans d’aménagement qui déterminent des « modèles » normatifs de l’utilisation de l’espace (affectation des zones : industrielles et agricoles, zones à urbaniser, rapport emplois/surface équipée, etc.). Ces « modèles » sont essentiellement « morphostatiques », c’est-à-dire associés à un système spatial intégré et se trouvant dans un état d’équilibre. Toute amplification de « déviance » selon la logique propre du système, aboutirait à une « déséconomie » (de taille, de concentration par exemple) destinée à être corrigée. Dans un tel processus de « développement spatial » les modalités et les normes sont conçues simultanément avec les « modus operandi » issus de la politique économique et sociale (par exemple : économie urbaine, législation urbaine, etc..) pour constituer un cadre référentiel selon lequel le concepteur d’espace contribue à maintenir l’ordre spatial d’une société (Plan d’aménagement, plan de structures, etc.). Ce cadre référentiel sert de base à l’évaluation de la « production de l’espace » et ses éventuelles « déviances ».

42La logique implicite de ce processus, de nature essentiellement productiviste trouve son champ propice dans le développement industriel conduisant à une « physis » de plus en plus industrielle, rationnelle et de type « moderne ». L’influence d’une telle option fondamentale dans la vision du monde d’une société est considérable quand il s’agit de choisir les critères d’évaluation pour toutes les activités humaines. Par ce biais, le rapprochement entre planification économique et planification spatiale, et la prépondérance des critères émanant de la première, influent d’une manière notable sur le choix lors du processus de prise de décision d’un mode d’habitat, d’un mode de vie. Nul ne peut nier l’importance qu’a prise la rationalisation dans la production de l’habitat : la préfabrication, le logement standardisé, la soumission de l’espace urbain aux impératifs du transport...

43Ce sont les modes d’habitat et les modes de vie de l’Occident contemporain qui servent de références à la plupart des pays du Tiers Monde dans leur planification spatiale. A partir de cette image finie de l’agencement de l’espace occidental, ceux-ci projettent ce que pourrait (ou devrait) être leur espace aménagé.

44Or, les structures spatiales actuelles de l’Occident sont l’aboutissement d’un processus historique de transformation technique et sociale de l’espace rural et urbain, processus lié à un développement industriel propre à l’Occident !

45La projection de cette image de l’Occident contemporain sur les projets de planification spatiale dans un pays du Tiers Monde entraîne des distorsions dues à la méconnaissance de l’identité du pays en question, de son arrière plan culturel, économique et social, ou simplement du dédain qu’on y porte.

46De surcroît, les vestiges de la colonisation jouent dans le même sens dans nombre de pays encore où l’espace lui-même peut être « extroverti » :

  • 32 Abu-Lughod, J., Hay, R. Jr., Third World Urbanization, Maaroufa, Chicago, 1977, p. 154.

47« Le réseau ferroviaire, ainsi que les autres éléments du système de transport, convergeant des lieux d’extraction des ressources à l’intérieur du pays vers les villes portuaires, enclaves coloniales, conçues pour le transbordement maritime de ces mêmes ressources, le manque de lignes transversales reliant entre elles les régions de l’intérieur, la lourde concentration des accoutrements de la « modernité » usines, écoles, institutions gouvernementales, etc..) dans quelques grandes villes reliées aussi bien à l’Europe qu’à leur arrière pays — tout cela constitue des déséquilibres spatiaux qui se retrouvent dans de nombreux pays du Tiers Monde, même dans ceux qui n’ont pas été colonisés directement. Pas plus que ces modèles n’ont disparu avec l’Indépendance »32.

48La dépendance vis-à-vis des capitaux et des investissements étrangers rend précaire le succès d’un plan d’aménagement du territoire qui vise un développement harmonieux des secteurs rural et urbain. Le développement industriel (sur lequel misent nombre de technocrates du développement) tend soit à consolider les structures urbaines déjà existantes, soit à en créer de nouvelles, les unes et les autres considérées arbitrairement comme moteur de développement.

  • 33 Satoris, A., Galanty, E., You, N., Rapport a la Cooperation Technique, Berne, 1976.

49Dans la plupart des pays du Tiers Monde, des programmes de développement régional, apparemment bien conçus, favorisent la croissance plutôt que la réduction des déséquilibres spatiaux, des inégalités sociales et économiques. Comment s’étonner que des politiques et stratégies de « décentralisation » restent « lettre morte » ? Tandis qu’on s’efforce de disperser des activités sur le territoire, la « logique situationnelle » du pouvoir économique et décisionnel renforce le poids spécifique et relatif de quelques grandes villes. La « macrocéphalie » atteint des proportions telles que les efforts pour décourager la migration, même s’ils sont couronnés de succès, ont un impact minime sur la croissance urbaine, étant donné que la population sur place est jeune et sera génératrice d’un accroissement rapide par la seule force de la fécondité naturelle33.

50L’échec d’une telle planification économique et spatiale une fois reconnu, il faudrait, pour sortir de l’impasse, pouvoir se défaire des exigences des investisseurs nationaux ou étrangers qui, eux, raisonnent surtout en termes de maximisation des profits et de minimisation des coûts (par exemple : coûts de transport). Tel est le cercle vicieux auquel nombre de gouvernements du Tiers Monde ont à faire face : d’une part, il est vrai que le développement du pays et l’aménagement du territoire ont besoin de capitaux pour se réaliser, d’autre part, tant que les investisseurs disponibles ne s’en tiennent qu’à leur propre logique en ce qui concerne l’aménagement de l’espace et la localisation de leurs entrreprises, il est peu probable que le pays puisse connaître un développement harmonieux et intégré.

51La question est cependant moins de chercher à savoir, normativement, ce qu’est un développement harmonieux entre régions, que de le constater d’une manière empirique et « vivante » :

  • 34 Abu-Lughod, J., Hay, R. Jr., Third World..., op. cité, p. 154.

52« ... lors même que la science n’arrive pas à résoudre la question de savoir ce qu’est un développement régional équilibré, la politique s’y essaye certainement. En dernière analyse, un système urbain est déséquilibré lorsque la distribution des revenus et des biens résultant de l’inégalité spatiale est jugée non satisfaisante par ceux-là mêmes qui sont capables d’exprimer leur volonté dans le système politique. La question de la distribution spatiale équilibrée est dès lors intimement liée à la question d’une justice de distribution telle qu’elle est définie par la société »34.

  • 35 Preiswerk, R., « Relations interculturelles et développement », Le Savoir et le Faire, Genève. Cahi (...)

53L’utilisation des critères et des concepts occidentaux dans l’élaboration des plans, la représentation du modèle d’aménagement de l’espace des pays industrialisés comme forme idéale nous incite à aborder la problématique de l’auto-colonisation : « on veut dire par là que le partenaire soumis ou dépendant accepte volontairement les systèmes de valeurs, les formes de comportement et les schémas de pensée extérieurs, rendant ainsi superflu l’exercice de la contrainte par le partenaire dominant »35.

  • 36 Ibidem.

54Il est cependant nécessaire de minimiser le sens du mot « volontairement », comme le souligne R. Preiswerk lui-même, car « endoctriné pendant des siècles »36, l’enfant du Tiers Monde aurait-il eu vraiment une possibilité de ne pas intérioriser les valeurs et les « formes » occidentales ?

55Il n’est pas dans nos intentions de faire ici une analyse de l’autocolonisation moderne (dans ses processus historiques de formation), ni de revenir sur les valeurs et les concepts qui la sous-tendent. Toutefois, il est temps pour nous de dénoncer les conséquences pratiques de ces processus dialectiques de néo-colonisation et d’au to-colonisation sur — entre autres choses — l’aménagement de l’espace dans le Tiers Monde. Dans la planification régionale et urbaine de ces pays, il est évident que l’utilisation des critères, des normes et des pratiques forgés en Occident dans des circonstances dissemblables, ne peut qu’entraîner la formation d’un espace « biaisé » : biaisé par rapport aux exigences culturelles, sociales et économiques propres au pays, et par conséquent, mal adapté aux besoins et au mode de vie de la population.

  • 37 Santos, M., La spécificité de l’espace en pays sous-développés, quelques aspects significatifs, IED (...)
  • 38 Paix, C, Approche théorique de l’urbanisation, in Revue Tiers Monde, 13 (50), juin 1972, p. 303.

56Milton Santos a introduit à ce propos la notion des « espaces dérivés » en écrivant que ceux-ci « doivent beaucoup plus à une volonté lointaine qu’à des impulsions ou arrangements locaux. Du fait qu’ils sont dérivés, ces espaces s’organisent et se réorganisent par rapport à des intérêts lointains »37. Catherine Paix s’est appuyée sur cette dernière analyse pour aborder le problème de l’urbanisation : « Dans son processus dynamique, ses formes, son contenu, sa position géographique, l’urbanisation dans les pays aujourd’hui ”sous-développés” est à proprement parler un phénomène ”dérivé” »38.

57On pourrait se demander dès lors quelles peuvent être les implications d’une telle « pratique » de l’espace pour l’homme, en ce qu’il s’impose à lui tout en lui restant étranger.

***

58Toute planification de l’espace, nous l’avons dit, relève d’un projet de société, et réciproquemment, tout aménagement spatial affecte d’une manière inévitable la vie culturelle, sociale et économique d’une nation. De ce fait, il est bon de savoir dans quelle mesure un espace « biaisé » peut faire obstacle à l’épanouissement d’une culture, d’une société ou d’un individu.

  • 39 Rapoport, A., Human Aspects of Urban Form, Sydney, Pergamon, 1977, p. 3. L’auteur signale, en outre (...)

59Parmi les formes d’aménagement qui pourraient particulièrement affecter les formes de sociabilité, Amos Rapoport cite : « Celles, par exemple, qui empêchent ou détruisent des formes particulières d’organisation familiale, entravent la formation de groupes homogènes d’entraide, rompent le réseau social et certaines institutions, perturbent certaines activités rituelles ou économiques, etc... »39.

  • 40 Nous entendons par développement endogène, l’évolution socio-culturelle, économique, et technologiq (...)
  • 41 Supra.

60Il y a lieu de se demander si les impacts de l’influence occidentale sur les possibilités d’un développement endogène40, créant, entre autres, des espaces « biaisés » — soit indirectement (grâce à l’auto-colonisation) — soit directement (par le « transfert » technico-économique par exemple) — peuvent aller en s’accentuant ou en diminuant avec le temps. D’un autre point de vue, pourrait-il y avoir effet cumulatif des contradictions entre les processus de formation d’un tel espace et les impératifs socio-culturels de la formation d’un espace culturellement « authentique »41.

61Ces impacts varient en partie en fonction de la nature des relations politiques, économiques, culturelles, militaires, etc.... entre les pays du Tiers Monde et les autres. Cependant, même une production de l’espace libérée de toute dépendance externe directe ne suffira pas à enrayer dans l’immédiat les conséquences qui se sont manifestées jusqu’à nos jours. L’espace continuera d’être « biaisé », même lorsque le transfert de technologies inadaptées, de capitaux, etc… aura cessé. D’abord, l’auto-colonisation peut se perpétuer, voire se renforcer dans un premier temps, jusqu’à qu’elle soit fondue, par un processus dialectique d’interactions, dans la culture indigène. D’autre part, les aménagements de l’espace seront suffisamment nombreux et importants dans chaque pays pour que les futurs projets ou réalisations doivent en tenir compte d’une manière plus ou moins contraignante : les concepteurs sont toujours dépendants de ce qui a été fait ou construit.

62Nous parlerons à ce propos d’un « espace dépendant », héritage d’une logique et de normes occidentales. Cet espace possède une dimension « objective » de dépendance et d’aliénation, en ce qu’elle s’impose comme une réalité, mais une réalité qui fausse les perceptions et les possibilités d’une création culturelle, adaptées à l’identité d’un peuple. Une des possibilités extrêmes consiste naturellement à dire que l’espace dépendant détermine à plus ou moins long terme la déperdition de l’espace culturellement « authentique ».

  • 42 Dans le cadre de cette réflexion sur l’urbanisation, nous nous limiterons strictement à l’environne (...)

63Pour notre part, nous croyons en une interaction possible entre l’être et son milieu : le milieu peut se révéler contraignant42 pour l’homme, certes, mais ce dernier a aussi la possibilité de le transformer, d’une part, et de s’y adapter, de l’autre. En effet, l’éclatement total de la structure contraignante d’un espace dépendant suppose que l’homme ait la pleine conscience de son aliénation par l’espace, et qu’il soit en plus en possesion de tous les moyens théoriques et pratiques nécessaires à son émancipation (ce qui est peu probable) ; par ailleurs, l’éclatement de la sphère culturelle propre à un peuple (avec ses impératifs de la formation d’un espace culturellement « authentique ») signifie que cette société humaine n’a point de dynamique interne et qu’elle ne dispose d’aucun moyen pour agir sur la réalité environnante (ce qui est encore moins le cas).

64Cependant, les effets néfastes (physiques et moraux) ressentis par une société qui évolue — consciemment ou non — au sein d’un espace qui l’aliène peuvent se renforcer, car en se développant cet espace « dépendant » les multiplie, les perpétue, et les rend de plus en plus difficiles à enrayer. Au rythme actuel de la « modernisation » dans le Tiers Monde, la formation de l’espace dépendant risque d’aller beaucoup plus vite que le processus d’adaptation de l’être à son milieu.

65Le transfert des technologies et des modes de production du centre vers la périphérie ne doit pas ainsi se faire sans une pleine conscience des conséquences qui peuvent découler du choc interculturel, du changement de rapports de production et de rapports sociaux entre les hommes, et de la modification plus ou moins violente des sphères de valeurs traditionnelles : ce qui veut dire qu’il exige un sens des responsabilités accru de la part des partenaires de l’échange — ceux qui prétendent « donner » et ceux qui prétendent « bénéficier ».

66Dès lors, s’agit-il pour le Tiers Monde et pour tous ceux qui y conçoivent et y produisent de l’espace, de vouloir réconcilier à tout prix le triste réalité de ces pays (désintégration socio-culturelle et économique, « bidonvillisation », etc...) avec les politiques et stratégies qui, pour la plupart, dans la quête même de la croissance accélérée, empêchent un développement « authentique » et la génération d’espaces propres à assumer une évolution plus harmonieuse de l’ensemble de la communauté ?

67On ne cesse de nous répéter qu’il faudrait mener de pair planifications spatiale, économique et sociale. Or, planifier c’est choisir : choisir ici entre un développement dépendant de théories et de pratiques étrangères, et celui élaboré en fonction des conditions et des valeurs spécifiques à chaque aire culturelle.

68Nous devrions par ce fait pouvoir nous délivrer des connotations largement technocratiques du mot « planifier » afin de le placer dans le contexte plus juste du « projet de société ». D’autre part, à la lumière actuelle de la réalité dans le Tiers Monde, faire le choix d’une forme de développement c’est opter fondamentalement soit pour une évolution sociale vers un plus grand équilibre et une meilleure harmonie, soit tout simplement pour le mythe d’une telle société.

Notes

1 Voir dans le présent cahier : Benoist J.P., Lettre du Pays Gouro : une certaine tendance migratoire commença déjà à se dessiner avant toute réalisation.

2 Au sens de mot anglais « commodities », marché qui comprend la soie, le café, le sucre, le soja etc.

3 Deux sens sont couramment attribués aux mots processus d’urbanisation :

  • processus physique d’urbanisation, le rythme et la croissance de la population urbaine (accroissement naturel + exode rural) ;

  • processus global d’urbanisation : changement qualitatif de mode de vie, diffusion géographique de valeurs urbaines.

4 Voir à ce sujet : Castells, M., La Question Urbaine, Paris, Maspero, 1975.

5 Nations Unies, Situation des Etablissements Humains dans le Monde, Vancouver, 1976, A/Conf. 70 LRPC/9.

6 Ibid.

7 Les meilleurs sources sur ce thème se trouvent dans une série de publications récentes sous forme d’oeuvre collective : Abu-Lughod, J., Hay, R. Jr., (Eds), Urbanization in the Third World, Maaroufa, Chicago, 1977, 395 p. ; Dwyer, D.J., (Ed), The City in the Third World, Geographical Readings, McMillan, London, 1974, 253 p. ; Brees, G.W., (Ed), The City in Newly Developing Countries, Readings on Urbanism and Urbanization, Prentice Hall, N.J., 1972, 553 p. ; Santos Milton, (Ed), La Ville et l’organisation de l’espace dans les pays en voie de développement in Revue Tiers Monde, 12 (45), 1971, 256 p.

8 Nous employons le mot « bidonvillisation » aux sens que A. Sayad attribue à ce terme :

  • il s’agit d’une part du résultat d’un processus de migration forcée de la campagne à la ville, processus qui se traduit par l’occupation soit des terrains, soit des locaux désaffectés aux alentours ou à l’intérieur des villes. La vie des « bidonvillisés » se caractérise par la précarité de leur situation économique (sous-emploi, chômage), par l’insécurité de leur tenure foncière, par leur manque d’accès aux infrastructures urbaines (transports, eau potable, communications, etc.), aux équipements socio-culturels (écoles, loisirs, centres de santé...) et aux services. Il en résulte le plus souvent une forme d’organisation sociale, communautaire et familiale de type « pathologique », compte-tenu de la sur-occupation des espaces vitaux. Les bidonvilles représentent également une « déviation pathologique » par rapport à la ville conventionnelle, en ce qu’ils constituent une « ruralisation » de cette dernière ;

  • d’autre part, nous pouvons continuer à parler de « bidonvillisation » lorsque les habitants du bidonville sont contraints d’occuper des logements dits sociaux. En effet, par la situation géographique souvent périphérique de ces derniers dans la ville, par leur conception « architecturale », ainsi que par les habitudes que les occupants doivent acquérir afin de se plier à un mode de vie jusqu’alors culturellement inconnu (loyer mensuel, habitat vertical, ségrégation des activités, violations des espaces privatifs, etc.) ceux-ci se trouvent dans une situation plus aberrante que lorsqu’ils habitaient le bidonville. Ceci nous rappelle que le fait d’occuper un espace ne signifie pas forcément y habiter.

Voir à ce sujet : Sayad, A. La bidonvillisation de l’habitat en Algérie, Dept. d’Architecture, EPF-Lausanne, février 1978, non publié.

9 Traduction anglaise par Peterson, Londres, 1606, A Treatise, Concerning the Causes of the Magnificence and Greatness of Cities (notre traduction).

10 You, N., Cours : Introduction aux Problèmes des Pays en voie de Développement, Cours du Prof. E.Y. Galantay, EPF-Lausanne, D.A., 1977.

11 McGee, T.G., The Urbanization Process in the Third World, Londres, Bell, 1971, p. 17 (notre traduction).

12 Voir a ce sujet : Berry, Brian J.L., Some relations of Urbanization and Basic Patterns of Economic Development, University of Oregon, 1962 ; Reissman Leonard, The Urban Process, Cities in Industrial Societies, Glencoe, Illinois, 1964 ; Rostow, W.W,. The Stages of Economic Growth, A non-communist manifesto, Cambridge, 1967.

13 Castells, M., La Question Urbaine, op. cité, p. 20.

14 Castells, M., « Théorie et Idéologie en Sociologie Urbaine », in Sociologie et Société, 16(12), novembre 1969, pp. 171-191.

15 Castells, M., La Question Urbaine, op. cité, p. 77.

16 Soares, G.A.D., Congruency and Incongruence Among Indicators of Economic Development, Institute of International Studies, Berkeley. Voir également, Gibbs, J.P., Martin, W.T., « Urbanization, Technology and the Division of Labour : International Patterns », in American Sociological Review, 1962.

17 Hoselitz, B., The Role of Cities in the Economic Growth of Underdeveloped Countries, in Breese, G., (Ed), The City in Newly Developing Countries, Prentice Hall, New Jersey, 1972, p. 240.

18 Sjöberg, G., The Rural-Urban Balance and Models of Development, in Smelser N., and Lipet, S., (Eds), Social Structure and Mobility in Economic Development, London, 1966, p. 237.

19 D’ailleurs, le Japon semble avoir effectué sa Révolution Industrielle et maintenant pendant une période de 20 ans un taux d’urbanisation très stable.

20 Reissman, L., op. cité, p. 158.

21 Engels, F., La Situation de la Classe Laborieuse en Angleterre, ed. Sociales, Paris, 1960 ; voir également : Benevolo, L., Le Origini dell’Urbanistica Moderna, Bari, Laterza, 1963.

22 Effet selon lequel les fruits de la croissance économique, qui se concentre en premier lieu dans les strates supérieures de la société, vont peu à peu profiter aux couches inférieures, augmentant ainsi leur niveau de vie. Il suffirait alors de poursuivre une politique de croissance accélérée pour atteindre à terme un développement harmonieux.

23 Nations Unies, L’Urbanisation pendant la Deuxième Décennie des Nations Unies pour le Développement, New York, 1970, p. 4.

24 Davis, K., Golden, H., Urbanization and the Development of Pre-industrial Areas, in Economic Development and Cultural Change, (3)1, octobre, 1954.

25 Voir à ce sujet : Bose, N.K., « Calcutta, A Premature Metropolis », in Scientific American, September 1965, pp. 91-102.

26 Pour une critique du concept d’hyperurbanisation, voir : Hoselitz, B. ; Rivkin et Nathan ; Sovani, N.V., in Breese, G., (Ed), The City in Newly Developing Countries, op. cité.

27 Castells, M., La Question Urbaine, op. cité, p. 60 et ss.

28 You, N., Introduction aux Problèmes.., op. cité, pp. 28-32.

29 Payne, G.K., Urban Housing in the Third World, Leonard Hill, London, 1977, pp. 3-42.

30 Il y a lieu aussi de tenir compte du fait que les pays européens ont pu bénéficier à cette époque de l’émigration massive de la population active vers le Nouveau Monde, ce qui a permis au plein emploi, dont parle Payne, d’avoir été possible, ou virtuellement possible. Parallèlement, le taux de mortalité était bien plus élevé que celui des pays du Tiers Monde à l’heure actuelle, tandis que l’espérance de vie ainsi que le taux de natalité étaient sensiblement plus bas. Les statistiques de 1841 montrent une espérance de vie d’environ 36 ans pour Londres et de 26 pour Liverpool et Manchester. En 1800, les femmes habitant les villes aux Etats-Unis eurent 36 % moins d’enfants que les femmes habitant la campagne; en 1840, 38 % de moins et en 1930, 4195 de moins. Voir à ce sujet : Davis, K., in Breese, G., The City in Newly Developing Countries, op. cité; McGee, T.G., The Urbanization Process in the Third World, op. cité.

31 Hauser, P.M., Urbanization in Asia and the Far East, Calcutta, Unesco, 1957.

32 Abu-Lughod, J., Hay, R. Jr., Third World Urbanization, Maaroufa, Chicago, 1977, p. 154.

33 Satoris, A., Galanty, E., You, N., Rapport a la Cooperation Technique, Berne, 1976.

34 Abu-Lughod, J., Hay, R. Jr., Third World..., op. cité, p. 154.

35 Preiswerk, R., « Relations interculturelles et développement », Le Savoir et le Faire, Genève. Cahiers de l’IUED, 1975.

36 Ibidem.

37 Santos, M., La spécificité de l’espace en pays sous-développés, quelques aspects significatifs, IEDES, doc. de travail, n. 28, 1971, p. 3.

38 Paix, C, Approche théorique de l’urbanisation, in Revue Tiers Monde, 13 (50), juin 1972, p. 303.

39 Rapoport, A., Human Aspects of Urban Form, Sydney, Pergamon, 1977, p. 3. L’auteur signale, en outre, que les impacts d’un tel espace mal adapté peuvent être très graves en cas d’incapacité physique ou psychique, et que cette incapacité peut aussi être culturelle, notamment dans les formations sociales dépendantes.
Certaines contraintes telles que la densité, l’insuffisance de l’espace, peuvent être identifiées aisément. D’autres, de caractère qualitatif, ne sont guère perceptibles et jouent un rôle plus fondamental qu’on peut imaginer. On peut citer comme exemple la rigidité stérile des constructions, l’absence des espaces privatifs, le manque de possibilités d’identification personnelle par rapport au cadre physique, qui ont tous un impact renouvelé sur l’homme et dont les conséquences conjointes sont largement méconnues.
Voir à ce sujet Studer Raymond G., Stea David, Architectural Programing and Human Behavior, in Journal of Social Issues, n. 22(4), pp. 127-136, 1966.
Dubos, R.,
Man Adapting, Yale University Press. New Haven, 1965.

40 Nous entendons par développement endogène, l’évolution socio-culturelle, économique, et technologique propre à un peuple, non pas déformée ou désarticulée par le colonialisme, le néo-colonialisme, ou par l’auto-colonisation. Le développement endogène, qui relève de la dynamique interne de chaque groupement humain, ne signifie pas nécessairement une évolution en autarcie absolue vis-à-vis des influences extérieures : il y a une différence entre un développement perméable aux influences externes et celui qui se fait en jonction des normes et des valeurs étrangères. Par la suite, nous serons amenés à parler d’espace « culturellement authentique » : nous voulons dire par là un espace produit dans les conditions d’un dévelopement endogène par opposition, par exemple, à « l’espace dérivé » dont parlait Milton Santos. (Cf. note 37).

41 Supra.

42 Dans le cadre de cette réflexion sur l’urbanisation, nous nous limiterons strictement à l’environnement bâti, et non point au milieu naturel : en effet, les contraintes imposées par le milieu naturel peuvent être vécues plus facilement non pas en tant que telles, mais uniquement comme des « données » objectives non contingentes dont l’homme doit tenir compte.

Auteurs

Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Auteur de Les villes invisibles, Paris, Seuil, 1974.