Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Débat

Prologue

Jean-Marie Byll

Texte intégral

1Chez les Mina du Togo, « Ame Gnaoma », une personne qui connaît le papier est digne de respect du fait de cette qualité. Les lauréats sortis des écoles remplacent peu à peu en Afrique les sages porteurs des valeurs de la société traditionnelle. Aux yeux des administrations, les gens prennent de l’importance en vertu des diplômes accumulés, et non en vertu de l’expérience qu’ils ont acquis durant leur vie. Au cours de sa carrière scolaire, tout jeune africain a probablement entendu ces remarques, lorsque son bulletin n’était pas suffisamment rempli de bonnes notes à la fin du trimestre : « Si tu ne réussis pas mieux en classe, tu iras cultiver la terre, si tu continues, tu iras en apprentissage ! ». Le travail manuel, les travaux des champs sont devenus les sanctions frappant ceux qui « manquent d’éducation ». Parallèlement, on constate une dévalorisation et même un mépris de tout ce qui est traditionnel, c’est-à-dire de tout le savoir qui n’est pas enseigné dans les écoles.

2Ainsi l’école devient peu à peu le seul réseau de sociabilité reconnu, elle est la seule filière à travers laquelle un jeune africain peut espérer améliorer son statut social et professionnel. L’école accorde des privilèges économiques : qu’il y ait en effet sécheresse ou inondation, le fonctionnaire touchera toujours son salaire à la fin du mois, ce qui n’est pas le cas du paysan. L’école est aussi le chemin du pouvoir politique, puisqu’elle est officiellement le lieu de l’accumulation du savoir.

3Or, dans la plupart des pays africains, les écoles sont essentiellement concentrées dans le villes. Les campagnes abritent pourtant près de 80 % de la population de ces pays. Comment analyser dès lors les efforts prévus pour « développer » la campagne, des efforts qui se manifestent par l’apparition d’innombrables projets dont la réalisation est prévue en zone rurale ?

4Constatons-le d’emblée avec le choeur des experts : la majorité des tentatives de développement rural a été sanctionnée par des échecs. Pour expliquer ces insuccès, on parle bien souvent de la passivité, du caractère rétrograde de la population paysanne ; il faut, dit-on alors, « changer la mentalité » des populations concernées. Dans le meilleur des cas, on préconise « d’accroître la participation » de ces mêmes populations.

5Qu’elles soient le fait d’experts occidentaux ou africains, de telles attitudes reflètent pour moi le mépris de la classe paysanne : elles reviennent à planifier pour le paysan, ne lui laissant que le soin de l’exécution, avec la promesse que le miracle du développement se produira s’il obéit aux instructions reçues... Les paysans sont de « grands enfants », puisqu’ils manquent d’éducation. Il faut planifier pour eux le développement.

6Dans la pratique générale, le développement rural est donc une affaire de citadins, et non l’affaire des paysans. Un réalité, dans de très nombreux cas, les projets de développement se proposent de favoriser l’extension de la ville, de son pouvoir, de sa logique dans les zones rurales.

7Une brève anecdote : Anecho est une petite ville togolaise située à 45 km à l’est de Lomé. Aux dires d’un vieux grand’oncle, la première fois qu’un train à vapeur est arrivé dans cette ville, au début du siècle, les habitants d’Anecho ont chanté : « Xeluweva, miade tro yovode du » : « le train est arrivé, notre ville est devenue une ville européenne ! ». En d’autres termes, ce qui ressemble à l’Europe participe du développement. Ainsi doit-on comprendre par exemple la politique d’urbanisation pratiquée aujourd’hui dans certaines capitales africaines, où la construction de cases couvertes de toits de paille est interdite.

  • 1 Muller, J.O., Le paysan face au développement, Enquête sociologique, Institut pour l’agriculture ét (...)

8La ville d’Afrique doit se calquer sur le modèle de la ville d’Europe, et la campagne se conformer au modèle imposé par la ville. Et puisque la contrainte exercée par la ville est à la fois d’ordre matériel et d’ordre psychologique, les besoins des citadins influencent les désirs des paysans. C’est ce qui apparaît clairement à la lecture de l’enquête sociologique réalisée par J.D. Müller parmi les paysans Ouatebi, Ewé, Kabyé-Losso et Moba du Togo1.

  • 2 Muller, J.O., Le paysan..., op. cit., p. 113 et ss.

9Le but de l’enquête était de recueillir l’expression des désirs et des espoirs des paysans et d’en analyser des motivations. Trente-sept personnes interrogées formulèrent cent-vingt-six désirs, ramenés ensuite à vingt-trois voeux-type, allant de la construction d’une nouvelle case au voyage en France. Les résultats de l’enquête permettent de classer au premier rang des désirs exprimés le souhait de construire une habitation en dur, avec un toit de tôle ondulée. Selon Müller, la motivation de ce désir varie beaucoup suivant les personnes interrogées, et surtout selon les ethnies concernées ; ainsi, chez la plupart des paysans Ewe la construction en dur este une preuve de progrès, et d’aisance ; voici quelques réponses qui permettent de parvenir à cette conclusion :2

10Un paysan de 35 ans : « Bâtir une grande maison, que ce soit à Lomé ou à Atakpamé. Quand je serai là-bas, je la louerai à toute personne qui me le demandera ».

11— « Pourquoi Lomé ou Atakpamé ? »

12— « Farce que ce sont les plus grandes villes du Togo. Je pourrai rester là quelques temps de ma vie pour me reposer ».

13— « En faisant quoi ? »

14— « Me promener dans les belles villes ».

15Un paysan de 48 ans : — « Une maison jolie et bien commode. Il faut qu’il n’y ait pas de moustiques. Il faut un gardien. S’il vient quelqu’un il peut dire : le type est riche ».

16Un paysan de 33 ans : — « Améliorer ma maison, pour que ma maison soit bien à voir aux passants ».

17Dans les pays africains, on ne peut parler de développement rural sans parler de la ville, puisque les rapports de force existants rendent la campagne dépendante des centres urbains. Le pouvoir de décision, qu’il soit politique ou financier est détenu par la ville. Et la campagne ne peut résister à cette pression urbaine que pour autant qu’elle dispose d’une certaine autonomie, y compris sur la plan économique.

18Le développement rural en Afrique ne peut être dissocié de celui que l’on tente de promouvoir dans l’ensemble du pays concerné. En règle générale, la ville définit le modèle de développement, et c’est sur ce modèle dans son ensemble qu’il convient de s’interroger. C’est dans la mesure où la ville peut remettre en question son propre modèle de développement, et dans cette mesure seulement, que l’on pourra parler de développement intégré dans les zones rurales.

19Concrètement, les structures traditionnelles de l’habitat ne pourraient être sauvegardées dans le cadre d’un projet de complexe agro-industriel en Côte d’Ivoire que si la ville ivoirienne remettait en question simultanément son propre mode d’habitat, si elle cessait d’imiter la mode européenne d’une façon servile. Faute de quoi des constructions en zone rurale inspirées du modèle traditionnel ne sauraient être aux yeux de ceux qui les habitent qu’une solution provisoire, une simple étape sur le chemin inévitable qui mène à la villa, orgueil des villes ivoiriennes.

Notes

1 Muller, J.O., Le paysan face au développement, Enquête sociologique, Institut pour l’agriculture étrangère, Université de Göttingen, 1965.

2 Muller, J.O., Le paysan..., op. cit., p. 113 et ss.

Auteur

Institut universitaire d’études du développement, Genève.