Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Atelier

Chapitre V. Évaluation de notre projet

Pierre Gurtner, Walter Lang et Michel Voillat

Texte intégral

1Comme l’a montré l’analyse de la distance des champs propres à chaque groupe d’acteurs, l’évaluation de notre proposition doit se faire par rapport aux critères de l’ensemble des groupes concernés. Si les impératifs de rentabilité paraissent assez bien résumer le souci du groupe « technico-financier » et « politico-économique » — le premier réduisant les critères du second — il est plus difficile de confronter notre projet aux critères venant des populations concernées. Premièrement notre ethnocentrisme fait obstacle à une véritable connaissance des aspirations des populations locales. Deuxièmement ces aspirations sont biaisées, lorsqu’elles sont exprimées — comme nous l’avons déjà souligné — par l’image du futur projetée par l’élite au pouvoir. On ne saurait pourtant confondre, comme tente de le faire cette dernière, les aspirations réelles des populations concernées avec l’intérêt de la Nation, puisque cet intérêt est une fois encore défini par ceux-là même qui l’invoquent. Nous nous bornerons donc à présenter une première évaluation de notre projet en fonction des critères de l’entreprise, puis une seconde où nous adopterons une approche critique.

1. Évaluation de notre proposition architecturale selon les critères de l’entreprise

2Outre quelques lacunes imputables à la méconnaissance des champs de responsabilité propres à l’entreprise et propres aux organes du politico-économique, les principaux points « douloureux » qui ressortent de notre proposition ont trait à l’idée que se fait l’entreprise de ce que doit être l’individu employé. Cet individu doit avoir idéalement trois qualités :

  • il doit être dynamique, aspirer à changer ses conditions d’existence traditionnelle et vivre selon le modèle « moderne » ;

  • il doit être, par conséquent, un individu autonome c’est-à-dire non rattaché à une formation communautaire ;

  • il doit être disponible, c’est-à-dire soumis aux impératifs de la rationalité productive.

3C’est pourquoi nous allons procéder à l’évaluation des éléments du projet en fonction des qualités de la main-d’oeuvre souhaitées par l’entreprise.

4Le dynamisme : la politique de l’emploi axée sur les indigènes et leur formation n’est pas réaliste, car les populations locales indigènes et allogènes sont peu enclines à passer du mode de production communautaire au travail basé sur des conditions de production astreignantes et présentant d’ailleurs des possibilités de consommation réduites. Aussi, les personnes les plus motivées à franchir le pas du traditionnel vers la modernité sont celles des couches inférieures de la société traditionnelle.

5Les qualités dynamiques de cette couche de la population ne nécessitent pas un passage intégré, alors que notre projet matérialise justement le concept d’intégration de façon évidente, tant par la proposition d’habitat ouvrier réparti et greffé sur l’ensemble des communautés villageoises régionales que par les propositions d’urbanisme intégrées au village, ou la recherche d’équilibre entre quartiers nouveaux et anciens villages.

6La volonté d’échapper au contexte traditionnel et à ses connotations « primitives », pour tendre vers la modernité et l’individualisme rejette automatiquement tout lien entre le traditionnel et le moderne. L’ouvrier souhaite l’urbain et pour lui les signes d’appartenance au statut social auquel il aspire sont liés à la possession personnelle.

7Ainsi, nos propositions en matière d’urbanisme d’un droit de possession basé sur le droit coutumier ne tiennent pas compte de ces aspirations. Il en va de même pour les propositions en matière d’habitat : notre proposition de fournir à presque toutes les catégories socio-professionnelles une unité d’habitat identique va également à l’encontre du type de relations sociales asymétriques engendrées par l’entreprise : elle n’est pas satisfaisante pour les catégories socio-professionnelles supérieures, puisque dans une certaine mesure, elle ne respecte pas le statut de chacun. Etant donné le mode de répartition des revenus et les inégalités de consommation qui en découlent, il est probable que notre projet eût amené des distinctions sociales semblables déterminées par les individus eux-mêmes.

8De plus, notre solution d’un habitat semi-achevé, malgré les possibilités de participation du groupe dépendant du salarié (ou du groupe dont on a désigné un membre comme salarié) présente des incertitudes quant à sa rupture possible avec le modèle établi. Par sa qualité de produit semi-fini il ne satisfait qu’à demi la volonté d’acquérir. Dans la rationalité de l’entreprise, il n’est pas possible de prendre le risque de telles incertitudes.

9Enfin, la réflexion sur le mode de vie traditionnel à partir du communautaire « modernisé » est une vision intellectuelle ethno-centrique et déplacée, puisque l’individu a préalablement effectué son choix de tendre vers le moderne. De même les propositions de modèles de technologie et de construction (« structures-parapluies », solutions technologiques aux contraintes climatologiques,...) sont sans rapport ni avec celles pratiquées traditionnellement, ou dans les modèles reconnus modernes (les matériaux et les techniques étant toujours des choix culturels) ni avec les besoins des populations concernées, la formule du « gaspillage » proposée étant typiquement de conception occidentale.

10L’individualisme : notre politique de l’emploi, axée exclusivement sur le développement régional susciterait un rattachement des salariés à leurs nouvelles communautés.

11L’individualiste aspire à la domination ; il serait donc contradictoire de vouloir, comme nous le proposons, intégrer le salarié à une formation communautaire.

12Dans ce même sens, notre proposition d’aménagement sur des communautés existantes n’est pas souhaitable non plus. Psychologiquement, le salarié se trouverait chaque jour confronté à deux sortes de rôles : celui défini par son nouveau statut socio-professionnel et son rôle traditionnel. Ce conflit perpétuellement renouvelé placerait l’individu dans une situation de crise et d’anomie.

13Il se pourrait cependant que l’individu en crise puisse aider le groupe à franchir le passage brutal du traditionnel au moderne, passage dont il ne connaît pas toutes les répercussions en profondeur. Dans ce cas, le groupe serait un élément favorable. Cependant, dans l’ensemble, une prise de conscience de groupe n’est pas souhaitable pour l’entreprise car elle pourrait entraîner des retards de « productivité » (interruptions du cycle de production causées par des exigences de la vie communautaire : productions en plantations, funérailles...) et nuire ainsi à la rentabilité de l’entreprise.

14D’une manière générale, la conscience du groupe est un danger pour l’entreprise qui craint des mouvements de solidarité, de grèves ou de revendications.

15Nos propositions en matière d’urbanisme vont toutes dans le sens de l’intégration aux communautés et placent toujours l’individu dans le groupe : la structure d’accueil prévue comme élément-tampon entre le village traditionnel et les quartiers modernes est en fait le lieu reconnu du conflit et de l’anomie. Or l’entreprise n’a qu’un but, celui d’introduire son modèle.

16La structure locale de l’extension intégrée au village et la structure interne de l’extension par quartiers sont des propositions pouvant présenter certaines garanties d’intégration ; cependant elles font intervenir un rapport de forces en faveur des populations locales indigènes : les salariés, déjà en rapport de dominés dans les relations asymétriques de la vie socio-professionnelle, se retrouveraient dans les mêmes rapports de domination dans la vie au village.

17On peut, à ce niveau, critiquer l’hypothèse de structuration en quartiers sur la base de formations communautaires fondées sur des relations socioprofessionnelles. Malgré le temps mis à disposition à cet effet (4 à 8 mois), l’établissement de relations sociales électives pendant cette période transitoire est incertain. Le mode de répartition des terres par le processus de la palabre (consensus du groupe) ne correspond pas à la « rationalité » de l’entreprise et aux catégories socio-professionnelles.

18Il en est de même des propositions d’habitat (la structure d’accueil, ses aspects didactiques sur Le communautarisme et l’unité d’habitat, ses polarités collectives, ainsi que le mode de réalisation basé sur la participation), puisqu’elles sont toutes fondées sur le concept du communautarisme et prônent le rattachement au groupe.

19La disponibilité de l’ouvrier : la soumission de l’individu aux impératifs de production est nécessaire : les éléments du projet doivent faciliter la mise en relation de l’individu avec son lieu de production. Dès lors, notre politique d’emploi — préconisée dans l’optique d’un développement régional, et s’appuyant sur les indigènes et allogènes locaux non qualifiés pour le travail proposé — induit des coûts de formation incertains. Même si ces coûts étaient pris en charge par une structure administrative, cette politique entraînerait des retards dans la production.

20Dans l’optique du diffusionisme, la réduction de l’immigration n’est pas un avantage en ce qui concerne les équipements socio-communautaires puisqu’elle limite l’introduction du nouveau système de valeurs (scolarisation et méthodes, dominance de fonction, mode de production-consommation, salariat,…). De plus, l’entreprise a pour mission d’accélérer la croissance. La réduction de l’immigration régionale (10’000 personnes) et la réduction proportionnelle d’emplois induits, représenteraient donc un bilan plus défavorable au niveau du PNB régional et de façon globale une réduction des personnes touchées par le cycle monétaire.

21De plus, en matière d’aménagement, notre proposition d’intégration et de renforcement de la hiérarchie des pôles est contraire au diffusionisme qui voudrait créer un centre de production et de consommation le plus large possible. En effet, une concentration humaine offre à l’entreprise qui s’y installe une garantie de main d’oeuvre, une facilité de contrôle et de transport accrues.

22Un avantage de la politique de l’emploi que nous préconisons réside dans une meilleure proportion de surface agricole par habitant. Il est à l’avantage de l’entreprise d’avoir un rapport surface agricole/habitant positif, car en fournissant des terres agricoles aux ouvriers, elle en obtient en échange une sorte de travail gratuit puisqu’elle peut payer moins l’ouvrier.

23En conclusion, nous pensons que notre proposition bien que souvent divergente, se situe dans le cadre de la problématique générale de l’entreprise. Telle que nous la formulons, notre proposition reste limitée au contexte du dualisme et du diffusionisme, même dans son projet d’intégrer des technologies adaptées. Certes, notre solution constitue un effort de reconnaissance du dualisme, c’est-à-dire la reconnaissance de deux états, de deux sociétés (traditionnel-moderne) et une tentative de diffusionisme intégré (coûts sociaux). Par son caractère intégré, elle ralentit l’introduction du système de valeurs « moderne » et permet une certaine adaptation de l’environnement humain et physique : l’acheminement vers ce modèle adapté et sa perpétuation. Toutefois, notre projet apparaît en plusieurs points, sinon lacunaire, du moins en opposition directe aux finalités de rendement de l’entreprise. Analysons donc si la distance qui les sépare ne provient pas de contradictions dans le programme même. Nous allons donc porter notre regard critique sur la cohérence interne de celui-ci.

2. Notre regard critique sur la cohérence du programme de l’entreprise

24Sur la base des moyens pratiques que développe l’entreprise quelques remarques critiques s’imposent, issues de notre observation personnelle, tant sur le terrain qu’au contact des personnes participant au programme et à sa réalisation concrète. Nous n’en ferons pas une évaluation complète ; nous n’en ferons pas non plus le procès d’ailleurs.

25La proposition est caratéristique d’une analyse coûts-bénéfices et présente un degré de cohérence notoire en elle-même, mais elle montre de façon évidente le système de relations fortement asymétriques qu’elle met en oeuvre pour assurer la rentabilité tant au niveau social que spatial.

26La proposition de l’entreprise engendre la ségrégation, l’inégalité entre les populations employées au complexe et les populations résidentes, elle fait naître des inégalités au sein de chacun des deux mondes : dans l’univers du complexe agro-industriel, on opère la distinction entre une élite de techniciens et un sous-prolétariat tandis que dans l’univers hors complexe, on assiste à l’apparition de populations désoeuvrées vivant de « miettes » et une catégorie d’emplois du secteur des services sachant tirer parti de la situation. L’entreprise peut sublimer les aspirations des populations résidentes dans l’intérêt de la nation.

27D’une façon générale, l’entreprise instaure un climat de dépendance (politique de renouvellement de l’emploi, emploi tributaire des moyens de production, dominance de fonction, exacerbation de l’individu, définition d’une part de sa consommation, investissement dans l’habitat défini et localisé par l’entreprise). L’instauration de la propriété foncière qui peut être prise comme forme d’émancipation de l’individu, n’est qu’une autre forme de dépendance : le « cadeau » pour les ouvriers ayant travaillé un laps de temps suffisant, ou le contrôle d’une situation mouvante par les taux de renouvellement constant de l’emploi.

28Ces relations asymétriques trouvent aussi leurs correspondants spatiaux. La définition spatiale du mode de vie proposé — ville, propriété foncière, villa — permet de classer chaque individu selon son statut socio-professionnel et de le placer hors du contexte de production dans le même climat de disponibilité et de domination.

29La transcription spatiale du dualisme et du diffusionisme ignore le monde traditionnel et évacue les répercussions que créent les possibilités d’accueil des populations et du site : démographie, infrastructure d’équipements, potentialité en eaux et en terroirs agricoles... Il est donc incohérent d’entretenir un sous-prolétariat aspirant à une vie dans et pour le cycle monétaire qui serait condamné à vivre simultanément du salariat et d’économie de subistance.

30Dans ce sens la « rationalité » de l’entreprise ne peut faire appel à la participation locale. Elle ne peut que recourir au « centre » avec lequel elle est elle-même en relation de dépendance pour la planification et la réalisation de l’ouvrage.

31En conclusion, la description des relations asymétriques que l’entreprise entretient avec son environnement laisse apparaître de façon significative son système de valeurs, qu’elle cherche à inculquer plus qu’à remettre en cause ou enrichir au contact d’autres systèmes.

3. Conclusions de l’évaluation

32Après avoir procédé d’une part à l’évaluation de notre projet en fonction des critères de l’entreprise, d’autre part, à l’évaluation critique de la proposition de l’entreprise, nous pouvons affirmer l’incompatibilité d’un développement régional avec le complexe sucrier comme catalyseur préconisé. Ainsi donc, notre analyse infirme la coexistence et la collaboration possibles des deux modes de développement que nous prônions au début, et dont nous avions fait l’hypothèse de base. Les causes de l’incompatibilité sont imputables aux limites de cohérence de chaque acteur et à la démarche préconisée.

33En nous tournant vers notre démarche et vers le projet qui en résulte, nous constatons que notre proposition n’est pas véritablement fondée sur une logique autonome mais se rapproche de la logique de l’entreprise. Elle apparaît, de fait, comme la logique de l’entreprise biaisée par la prise en compte des coûts sociaux. Elle introduit un facteur de résistance par rapport à l’implantation ponctuelle et rigide de l’entreprise.

34En bref, nous pouvons la qualifier de logique de négation. Elle est à mettre en relation avec notre éthique qui fixait souvent les limites tolérables au-delà desquelles nous ne pouvions faire de concession. Il est évident que ceci n’est pas à rattacher à une démarche méthodique mais bien à l’approche intuitive qui nous a guidés au long de la phase projet.

35Examinons maintenant les autres acteurs et leurs champs de cohérence respectifs et voyons où se situent les recoupements possibles avec notre projet. La rationalité économique contraint l’entreprise à limiter ses propositions et à les décrire uniquement en termes de coûts et bénéfices. Il va de soi que l’entreprise pourrait donner plusieurs définitions à la rationalité économique qui, de toute façon, comporte une part importante d’arbitraire. Pour le démontrer, il suffit d’inclure à cette définition le facteur temps : la rationalité économique à long terme peut modifier la rationalité à court terme.

36Enfin le champ de cohérence peut-être le plus incompatible avec : notre projet, est celui de la rigidité structurelle du programme. Pour faire face aux incertitudes des répercussions sociales, écologiques et économiques, l’entreprise adopte un système de moyens unifonctionnels et hors de proportions avec le contexte régional ; un système de moyens rigides exclut en soi une modification partielle du résultat car vouloir modifier un sous-système entraîne souvent la remise en question du système global. La remise en question de celui-ci est un danger à éviter. D’un autre côté, les négociations politiques des organes décisionnels, les réactions des populations concernées (grèves, flux constant de la main d’oeuvre...) le manque de connaissance du contexte dans lequel s’inscrit l’entreprise peuvent bloquer le processus planifié. En outre, les risques de destruction de l’environnement ne sont pas pris en compte. Dans un projet classique, les facteurs d’incertitude sont considérés comme négatifs. Dans le cas du développement rural intégré et à travers une méthode de planification souple, les éléments précédemment négatifs prennent une autre signification et sont considérés comme un reflet des préoccupations et des besoins ; ils sont intégrés dans le processus, ce qui leur confère un caractère positif voire de stimulant à l’opération générale.

37Ainsi, l’antagonisme entre les deux modes de projétation apparaît plus accentué encore au niveau des démarches qu’au niveau des résultats qui par leurs finalités différentes deviennent difficilement comparables.

38Si l’on admet la similitude des résultats c’est donc sur les différences de moyens et de méthodes que l’attention de l’architecte devrait se porter.

4. En marge de l’évaluation

39Notre cas pratique montre un autre point sensible : il s’agit des problèmes auxquels l’architecte est confronté et des situations parfois paradoxales qui motivent son intervention. En effet, le projet met en jeu, d’une part, une opération de production de canne à sucre industrielle, livrée clé en main par des entreprises techniques européennes, et d’autre part, une région dont la population, l’ethnie Gouro, est restée relativement à l’écart des grands axes de la modernisation. Deux mondes qui, généralement, par leurs règles respectives, s’ignorent. Notre projet d’architecte se proposait, à titre d’examen, de tenter de les concilier et d’intégrer tant les populations autochtones au complexe sucrier que la culture industrielle aux valeurs traditionnelles de l’ethnie.

40L’évaluation critique de notre projet montre qu’il est vain de vouloir faire coexister fructueusement deux mondes régis par des valeurs antinomiques. Le rapport des forces est très favorable à l’un de ces deux systèmes de valeurs. Dans un tel cas, il serait théoriquement possible de nier aux « modernisateurs » tout droit d’intervention, car il est hypothétiquement concevable que le Tiers Monde se refuse à utiliser tout apport technique importé. Il ne nous appartient pas de prôner un retour pur et simple aux valeurs traditionnelles : nous n’en avons ni le désir ni les moyens. Ce serait en effet faire preuve de passéisme que de proposer une architecture vernaculaire comme solution à la « transition vers le modernisme ».

41Nous refusons une prise de position et un engagement qui trancheraient de façon caricaturale : pour ou contre la tradition, pour ou contre le changement tel qu’il est proposé par les autorités étatiques. D’une part, notre engagement refuse la pratique architecturale courante au point de s’inscrire en réaction violente et directe aux modèles de développement classiques ; d’autre part, ce sont les populations concernées elles-mêmes qui, pensons-nous, devront fournir les réponses aux questions les concernant. Dans ce sens, nous rejetons une certaine pratique de notre profession d’architecte qui ne tient pas compte des problèmes essentiels. Dans l’analyse que nous avons faite du projet de développement en pays Gouro, nous croyons pouvoir affirmer que, dans la phase de mutation actuelle, les problèmes essentiels ne sont pas d’ordre physique et économique, mais socio-politiques.

42Notre étude montre que traditionnellement la société Gouro ne vise pas à l’accroissement du capital ou à la production excédentaire par rapport à la demande immédiate néanmoins elle ne connaît pas de forte pénurie alimentaire.

43Et dans le contexte actuel, l’adoption d’un système monétaire n’est pas basée sur le principe du cumul, mais sur la satisfaction immédiate d’un besoin précis. Le cumul des biens, synonyme de sécurité dans notre esprit occidental, ne trouve pas son correspondant dans la vie sociale Gouro.

44Il est pour nous des règles essentielles pour toute intervention d’architecte dans le Tiers Monde dont la méconnaisance rendrait tout apport stérile. C’est sur ces points là que nous voudrions voir porter le débat. Il s’agit primordialement d’un dialogue élargi par la conscience globale des relations entre le Tiers Monde et l’Occident, un dialogue qui doit se situer à l’échelle du cas pratique, à l’occasion de chaque intervention ponctuelle, de chaque cas spécifique. Nous situons notre interlocuteur au niveau de l’individu, membre d’une communauté, et de cette communauté elle-même. C’est à travers une prise de conscience politique et sociale que les personnes concernées détermineront une série d’objectifs et de revendications qui pourront s’inscrire dans un programme de développement.

45C’est alors seulement que nous pourrions intervenir, nous « techniciens occidentaux », apportant des éléments de réponse aux besoins formulés par les populations. Mais en attendant que toutes ces conditions idéales soient réunies, il ne s’agit certes pas pour nous de renoncer à toute intervention ; car une telle attitude n’établirait aucun dialogue et par conséquent aucun embryon de solution. Nous proposons donc de mettre en pratique une démarche particulière à la recherche de cette démarche. C’est là notre deuxième point majeur.

46Notre démarche étant issue du monde occidental, elle en véhicule les valeurs, tout comme le praticien-chercheur-technicien est le véhicule de son propre ethnocentrisme. Mais la caractéristique majeure de cette démarche consiste justement à prendre en compte cet ethnocentrisme et ces valeurs, à les expliciter et par là-même à les objectiviser, étant entendu que les populations concernées restent idéalement détentrices du pouvoir décisionnel, capables de définir le problème et d’avoir recours à notre capacité de chercheur expérimentateur pour la recherche de solutions.

47Ainsi, pourrait, à nos yeux, s’établir un vrai dialogue mettant en présense d’un côté une démarche et un représentant praticien de provenance étrangère, et de l’autre les acteurs directement concernés. Ceci s’inscrit dans un processus de libération de la dépendance, à tous les niveaux jusqu’au niveau individuel. Une raison de plus de renoncer à la mégalomanie fondamentale des grandes interventions technocratiques au profit d’interventions plus modestes satisfaisant aux besoins immédiats des populations.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site