Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Atelier

Chapitre IV. Les objectifs « oubliés »

L’approche d’une deuxième boucle reformulation des systèmes en présence et définition de leurs logiques internes

Pierre Gurtner, Walter Lang et Michel Voillat

Texte intégral

1. Analyse des acteurs et des objectifs

  • 14 Nous nous inscrivons dans un courant de pensée dont la bibliographie orientée fait état, et nous pe (...)

1L’implantation de la raffinerie met en oeuvre des groupes aux « rationalités » très différentes, comme nous le soulignions déjà dans l’analyse introduisant notre première boucle. Négligeant la participation d’autres organes administratifs en raison de leur impuissance structurelle, nous avons retenu dans un premier groupe d’acteurs les organes de décision politico-économique (Ministères au Plan, de l’agriculture, de l’économie) ; dans un deuxième groupe, nous trouvons les institutions douées de pouvoirs technico-financiers (la société autonome d’Etat Sodesucre et ses sous-traitants ; la société HVA Socfinco, entrepreneurs ; la société de dragage, entreprise de terrassement et de construction ; le bureau AAUD, atelier d’architecture, d’urbanisme et de décoration). En troisième lieu nous trouvons les populations concernées : les ouvriers du complexe, les populations « induites » ainsi que le habitants de la région vivant en économie d’autosubsistance14.

2Nous tenterons de cerner chaque groupe d’acteurs, non plus cette fois en fonction seulement des buts que s’attribue chacun d’eux, mais dans sa dynamique de transformation ; pour ce faire, nous mettrons en relation ces buts et les moyens mis en oeuvre ou à la disposition de ces acteurs. Nous chercherons ainsi les « limites » du système en prenant la mesure de ses cohérences et ses incohérences internes.

3Acteurs du domaine politico-économique : pour les acteurs du domaine politico-économique, l’accélération du processus de développement passe par la croissance économique, par la création du besoin de consommer dans le cycle de l’économie monétaire et par conséquent par l’éducation de la population à ce nouveau système de production-consommation. Il s’agit de « combler le retard » sur le modèle occidental en affirmant la domination de l’homme sur l’environnement. La condition de la réussite est la création d’une élite nationale capable de prendre en main l’avenir du pays.

4La Côte d’Ivoire a choisi une voie de développement calquée sur le modèle occidental. Ce choix accompli, la réussite économique, basée sur la croissance, c’est-à-dire sur l’augmentation du pouvoir d’achat régional et national et de la capacité de produire et de consommer, montre une cohérence du mode de développement choisi. Mais cette réussite reste tributaire du contexte économique plus vaste dans lequel elle s’est elle-même inscrite. La cohérence interne du développement requiert l’acceptation d’une dépendance structurelle à l’égard des pays développés, aux niveaux économique, politique et culturel. Le sous-système se bornera donc aux limites-mêmes du système (absence de finalité par exemple). Il produit en outre, avec sa propre dépendance, inexorablement et simultanément, l’inégalité.

Le politico-économique

Le politico-économique

5Acteurs du domaine technico-financier : ils ont pour tâche de réaliser les buts généraux définis par les instances politico-économiques. Ils sont donc chargés d’accroître le capital et la rentabilité et doivent contribuer à l’équilibre des comptes extérieurs, favoriser l’apprentissage du fonctionnement d’une économie monétaire moderne selon un système de valeurs emprunté aux pays développés. Ils éduquent donc à la production et à la consommation et se chargent de promouvoir cette dernière activité à partir de pôles de production. La réussite se mesure en termes d’efficacité dans l’organisation de l’exploitation des ressources naturelles du pays. Une première limitation tient donc à ce que ces ressources (matières premières, terres agricole, main d’oeuvre) ne sont pas inépuisables. Il faudra donc à long terme trouver d’autres moyens d’alimenter la croissance. Or la situation de dépendance découlant des options générales interdit la recherche de solutions plus adaptées au milieu, plus autonomes. Pour alimenter le processus de croissance, le pays devra donc continuer à puiser dans ses propres forces, pour permettre aux systèmes « étrangers » de se perpétuer (importation de capitaux et technologie). Le système de production-consommation se développant à l’intérieur déterminera aussi l’apparition de catégories sociales correspondant aux divisions socio-économiques du travail. La production d’inégalités est assurée par la société différenciée et hiérarchisée que produisent les emplois spécialisés.

Le technico-financier

Le technico-financier

6Les populations concernées : les ouvriers, les chercheurs d’emploi dans le secteur moderne de l’économie vivent en général, du moins partiellement, d’économie domestique. Pour cette catégorie de personnes, le développement représente dans l’idéal une meilleure satisfaction des besoins essentiels immédiats et une plus grande sécurité face aux pénuries ou à la vieillesse par exemple. Accéder au système de consommation c’est également accéder à la possession d’objets, d’avantages, de techniques, en bref, d’un bien-être socialement défini. C’est enfin trouver les moyens d’améliorer le statut de toute la famille.

7Seuls quelques rares élus arriveront au bout de leurs espérances : il est bien évident que les limites du système seront bien davantage celle que l’entreprise fixera au rôle des individus, que celles que les aspirants au modernisme pourront se fixer eux-mêmes.

Ouvriers et induits

Ouvriers et induits

8Les populations résidentes, les planteurs indigènes et allogènes ne resteront bien sûr pas à l’écart lors de l’implantation d’un nouveau pôle de production intégré au cycle monétaire. Les formations communautaires sont hétérogènes, de nature mouvante et constamment remises en cause. Elles pourront bénéficier dans certains cas de cette faculté d’adaptation dans un premier temps, pour « absorber » d’éventuels changements. Le cas s’est d’ailleurs déjà présenté par le passé : plutôt que de sociétés traditionnelles il faudrait parler déjà de sociétés en mutation. Même dans le cas où les valeurs de la tradition semblent encore prévaloir nous remarquons par exemple que le prestige n’est pas attribué uniquement aux aînés, mais aussi aux lettrés, aux membres de la communauté ayant effectué le « rite d’initiation » de la ville... Par ailleurs l’accumulation de biens sans redistribution commence à institutionaliser des rapports de classe.

Populations résidentes

Populations résidentes

2. Les « distances » inter-systèmes

  • 15 Cf. Berthoud G., Sabelli F., L’ambivalenc de la production, cahiers de l’IUED, PUF, Paris, 1975 et (...)

9Les individus auront tendance à « prendre des distances » à l’égard de la communauté. Ils se réorienteront vers la production de cultures commercialisables (café, coton), subiront davantage l’attraction des villes et du salariat. La consommation des biens vivriers par les employés du secteur monétaire n’exclut pas la persistance de relations communautaires d’échange. L’ambivalence des pratiques sociales peut très bien subsister alors que le rapport de forces a changé : la logique individuelle tend à l’emporter sur la logique communautaire : c’est généralement le cas des planteurs allogènes en pays Gouro15.

10Les réflexions qui précèdent se réfèrent bien sûr directement à l’analyse du projet d’implantation d’un complexe agro-industriel discuté tout au long de ce travail. Si nous n’en avons pas fait mention nominale à l’occasion de chaque exemple, c’est pour éviter de tomber dans une discussion stérile visant uniquement à condamner ou à faire l’apologie des institutions mises en place dans ce cas particulier, et pour tenter de situer le débat dans le contexte d’une réflexion globale sur les problèmes du développement. Continuant notre démarche, du particulier au général, qui éclaire à nouveau la pratique, tentons maintenant d’évaluer les « distances » qui séparent les acteurs dont nous avons redéfini les rôles.

11On constate pour commercer une connexion très étroite des deux premiers groupes analysés : l’Etat ivorien, qui définit les options dans les domaines politique et économique, et les sociétés autonomes à caractère lucratif chargées de l’exécution financière et technique. La distinction opérée entre les deux groupes se justifiait à nos yeux essentiellement car les divers degrés de précision des objectifs poursuivis. Cependant ces groupes d’acteurs peuvent inscrire leurs buts dans une seule et même logique. Ils disposent tous deux de forts moyens d’action pour y parvenir. En rapprochant ces deux caratéristiques, nous en arrivons à souligner la concentration du pouvoir de décision dans les mains d’une minorité, et parfois même dans le mains d’un seul homme. Ce petit groupe d’acteurs possède les moyens techniques du changement et ce pouvoir est très largement renforcé par la diffusion non seulement de la technique mais aussi de son mythe qui permet d’agir sur les aspirations du plus grand nombre.

12Nous pouvons constater qu’il est impossible pour les populations qui désirent conserver leur mode de vie traditionnel de rester à l’écart du développement, puisque celui-ci est basé sur le principe du diffusionisme (effet de tache d’huile). Pourtant quelques points de résistance apparaissent qui sont caractérisés par des aspects socio-culturels.

Schéma de dépendance

Schéma de dépendance

13En raison de l’état de dépendance à l’égard du système capitaliste les possibilités actuelles du groupe décisionnel ivoirien d’influencer en sens inverse le processus général sont très limitées.

14L’ouverture de la Côte d’Ivoire au savoir et aux investissements étrangers (européens comme africains) se traduisant par une « aide » massive technique et financière l’empêche d’assumer un rôle important.

15Dans le système global des pouvoirs décisionnels, les populations concernées (à l’exception de la petite minorité inclue dans les rouages administratifs à un haut niveau) n’ont guère de pouvoirs décisionnels et sont peu ou pas représentées aux niveaux de décision. Nous pouvons constater qu’il est impossible pour les populations qui le désireraient de conserver leur mode de vie traditionnel ; on ne peut rester à l’écart d’un développement dont le principe même est de se diffuser. Le schéma ci-dessous n’a pas la prétention de résumer la théorie de la dépendance, mais simplement de nous permettre de resituer les populations concernées dans le nouveau « parcours » de la logique productiviste.

Logique capitaliste-productiviste

Logique capitaliste-productiviste

16Notons encore qu’en raison notamment de l’état de dépendance à l’égard du système capitaliste « importé », les possibilités sont actuellement très limitées pour le groupe décisionnel ivoirien d’influencer en sens inverse la logique du changement. L’ouverture de la Côte d’Ivoire au savoir et aux investissements étrangers (européens et africains) se traduit par une « aide » massive technique et financière qui fait obstacle ou écran à toute remise en question fondamentale.

17Dépendance d’un Etat à l’égard d’une logique importée. Dépendance d’une population à l’égard d’une élite au pouvoir. Dans les deux cas, l’évolution du groupe dominé est directement fonction du groupe dominant. Malgré les apparences, qui porteraient à croire à une étroite liaison des groupes d’acteurs dans le pays « en développement » (distances confondues), il faut souligner toutefois les distances qui continuent de séparer ceux dont le choix est délibéré — il correspond à des aspirations — de ceux dont le « choix » est plutôt une contrainte imposée par leur situation.

18Nous émettons ici de grosses réserves quant à la collusion des masses et de l’élite, surtout face aux raisons de cette collusion et du poids décisionnel de chaque groupe d’acteurs en présence. La collusion s’appuie sur un mythe engendré par une élite. Car si, comme le études le prouvent, tout le monde s’enrichit en Côte d’Ivoire, il n’en reste pas moins, et elles le prouvent aussi, que le développement ne suit pas la croissance économique et que les inégalités s’accroissent.

19La résistance passive que font les populations vivant d’économie domestique est certainement le fait qui démontre le mieux la distance qui sépare un système d’un autre. Le mutant est l’élément qui réduit de jour en jour cette distance. Sa position est loin d’être facile car s’il se trouve rejeté du système auquel il aspire (parce que non assez productif), il éprouvera des difficultés de réinsertion au sein du groupe traditionnel. Le changement est en partie irréversible.

20En conclusion, il semble que le caractère irrémédiable du passage d’une structure familiale centrée sur la communauté, où les relations sociales du groupe déterminent le bien-être, vers une structure individualisée, où les relations sociales prennent une valeur marchande, ne peut se faire qu’en devenant plus complexe. Il ne nous reste plus pour notre part qu’à espérer que cette complexité accrue permettra de trouver une adéquation entre le bien-être social, incarné par le groupe, et le bien-être physique (besoins fondamentaux) favorisé par des apports technologiques.

Notes

14 Nous nous inscrivons dans un courant de pensée dont la bibliographie orientée fait état, et nous pensons exprimer notre système de valeurs à travers l’analyse que nous allons faire.

15 Cf. Berthoud G., Sabelli F., L’ambivalenc de la production, cahiers de l’IUED, PUF, Paris, 1975 et Meillassoux C, Anthropologie économique..., op. cit.

Table des illustrations

Titre Le politico-économique
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Le technico-financier
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Ouvriers et induits
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3696/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Populations résidentes
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3696/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Schéma de dépendance
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3696/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Logique capitaliste-productiviste
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3696/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 366k