Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Atelier

Chapitre III. Un seul projet pour tous ?

Analyse, projétation et évaluation

Pierre Gurtner, Walter Lang et Michel Voillat

Texte intégral

1Nous avons tout d’abord tenté de clarifier notre conception du rôle de l’architecte, lorsqu’il est sollicité pour participer à la réalisation de projets de développement. Nous avons ensuite tenté de cerner la réalité économique, sociale et culturelle particulière qui constitue le contexte de cette intervention. Nous nous proposons maintenant d’appréhender l’ensemble du problème dans une première « boucle », au cours de laquelle nous commencerons à dessiner, dans les grandes lignes, les transformations prévues par le projet en question. Plus concrètement, cette « boucle » comportera trois phases : une brève phase analytique nous permettra de cerner les objectifs. Cette première phase nous permettra de définir, dans une deuxième étape, une proposition d’aménagement et d’architecture, proposition que nous nous emploierons enfin à évaluer dans un troisième temps.

2Notre démarche se caractérise par une « exploration concentrée », qui allie une vision globale à l’étude approfondie de certains points. C’est une vaste étude cartographique qui nous a servi d’instrument : le cartographie nous donne les composantes du projet, et par là-même les éléments de son argumentation. Elle permet d’effectuer le passage d’une approche générale vers un outil opérationnel pour l’architecte. Elle nous permet également de prendre en compte les données socio-économiques de départ, et de faire ressortir les indices du changement.

3Les données qui servent à l’accomplissement de cette première boucle nous ont été fournies par une étude de terrain, mais proviennent aussi, soulignons-le, du programme défini en termes généraux par le gouvernement et en termes plus précis par un organisme technico-financier : la Sodesucre. A l’issue de cette étape du travail, notre proposition est donc une variante du projet gouvernemental. Elle se distingue du programme officiel en cela que nous nous sommes efforcés d’atteindre les buts prescrits par la Sodesucre, tout en intégrant des objectifs qui traduisent notre souci propre, la nécessité de favoriser un développement rural intégré.

4Notre étude couvre différents niveaux d’investigation : de l’aménagement et de l’urbanisme à l’habitat ouvrier.

1. Définition des objectifs

5Une étude préalable, ainsi que les contacts établis sur le terrain nous ont donc amenés à nous forger une première idée des objectifs à poursuivre. Mais les objectifs de notre travail devront rester, dans la mesure du possible, ceux que poursuivent les groupes d’acteurs concernés. Le respect de ces objectifs fait partie intégrante de notre programme et nous les assimilerons, dans cette partie du travail, à des contraintes.

6Nous isolons plusieurs groupes d’acteurs. En établissant la liste des objectifs poursuivis par ces différents groupes, on constate aisément une grande diversité. En affinant l’analyse, on peut distinguer pour chaque groupe d’acteurs la finalité globale poursuivie, les buts concrets recherchés et les objectifs immédiats poursuivis. Là encore, l’opération de décomposition fait apparaître la multiplicité des conditions de succès dans ce foisonnement de buts et d’objectifs, nous repérons des occasions de contradiction. Un classement entre objectifs prioritaires et de moyenne importance nous permet d’effectuer un premier tri.

N. B. — Le chercheur s’identifie à une série d’objectifs propres à une approche socio-culturelle qui apparaissent dans le tableau suivant.

Nos objectifs socio-culturels

Développement régional équilibré

Objectifs prioritaires

7Economique :

  • autonomie du développement par la prise en charge du secteur agricole

  • diminution des importations

8Social :

  • diminution des ségrégations, salariés et non salariés

  • interprétation des différences hommes-femmes, jeunes-adultes

  • répartition des ressources

9De l’écosystème :

10— respect des possibilités de régénération de l’environnement

11Nous devrions tendre, en mettant l’accent sur ces points, vers un développement de type :

  • indépendant par son facteur économique autonome, en accord avec les potentialités naturelles à long terme

  • équilibré par l’homogénéité sociale des populations

Objectifs de moyenne importance

12Politique :

  • possibilité de décentralisation des pouvoirs politico-administratifs

13Car le facteur de prise en main de l’activité politique régionale nécessite préalablement un équilibre économico-social, qui permette à la région une auto-maintenance.

Animation rurale

Objectifs prioritaires

14Sensibilisation de la population et participation :

  • formation de groupements et de responsables

  • structuration au niveau politique et travail de ces groupements

15Maintien d’une logique communautaire (diminution des inégalités) :

  • liberté du groupe et de l’individu dans le groupe

  • autogestion et collaboration

Objectifs de moyenne importance

16Développement social :

17— conscience collective

Satisfaction des besoins fondamentaux

Objectifs prioritaires

18Santé :

19— amélioration des conditions d’hygiène ; mesures prophylactiques et infrastructure sanitaire

20Education :

  • prise en charge du secteur éducatif

  • formation de main d’œuvre locale pour le complexe sucrier

  • formation de groupes d’exécution pour l’habitat

Objectifs de moyenne importance

21Le prise de conscience de la mutation d’une situation est préalablement nécessaire si l’on veut parler d’un développement social ; en outre, celui-ci devra s’appuyer sur des bases en accord avec un savoir régional

22Alimentation :

23— quantité, qualité, conditions de stockage.

Identité culturelle

Objectifs prioritaires

24Prise de conscience ethnique :

  • potentiel critique et liberté de pensée

  • réflexion sur l’évolution

25Respect des conceptions de la vie :

  • du pouvoir créatif indigène

  • du contenu mythique, religieux de l’éducation et du savoir

26Respect du mode social :

  • évolution à travers le mode culturel

  • maintenance du contenu des rapports de production / consommation

  • maintenance de l’identité dans le contexte ethnique

27Cet objectif porte en lui-même l’explication de son choix prioritaire.

28Subsister en tant que société et non comme satellite d’un contexte qui l’englobe mais ne la considère pas.

Objectifs de moyenne importance

29Logement :

  • respect du mode d’habitation

  • amélioration des conditions d’habitation

30Les conditions rencontrées actuellement, bien que minimales, satisfont aux exigences des villageois, en respectant leur mode de vie. Leur évolution suivra celle des facteurs socio-économiques

Rentabilisation de l’opération

Objectifs prioritaires

31A long terme

32Les contrecoups d’une opération financièrement ratée ne peuvent être que néfaste pour la région qui subira les conséquences négatives (inflation, salaires), sans apports compensatoires positifs

Objectifs de moyenne importance

33A court terme

34On ne peut pas considérer que la rentabilité immédiate apportera une amélioration pour la région ; au contraire, elle risque de créer une cassure, un stress. Une évolution progressive visant une rentabilité à long terme avec assimilation des populations lui serait plus profitable

35Le respect de ces objectifs devrait permettre le passage en douceur d’une société d’auto-subsistance à une société s’inscrivant dans un contexte plus vaste, mais indépendante et consciente de sa mutation.

36Reste à savoir si ces deux tableaux sont complémentaires et si les options que nous posons à travers notre approche socio-culturelle visant au développement régional, permettent de placer une agro-industrie comme élément moteur de ce développement.

37Prendre pour critère la rentabilité immédiate, ce n’est pas garantir à coup sûr une amélioration dans les conditions de vie des habitants de la région, mais bien au contraire courir le risque de provoquer une cassure, des tensions. Une évolution plus progressive, visant à une rentabilité à long terme, serait certainement mieux adaptée, croyons-nous, dans la mesure où elle permettrait d’associer plus activement les populations concernées aux transformations entreprises.

2. Reformulation de la perception du problème

38Cette hypothèse, que nous avons retenue par souci d’inclure dans notre projet un véritable développement régional, peut-elle se réaliser ? Première constatation : dans les transformations planifiées, un acteur aura une position privilégiée. Il s’agit de la Sodesucre, qui fonctionne à la fois comme maître d’œuvre délégué pour les aspects techniques et financiers. L’objectif prioritaire de cet organisme est bien la rentabilité immédiate. Des acteurs, et non des moindres puisqu’il s’agit des populations concernées, sont implicitement compris dans les objectifs généraux du gouvernement, mais sont « oubliés » par la Sodesucre, qui ne considère comme populations concernées que les ouvriers et leurs familles.

39Une telle orientation se trouve en contradiction avec notre souci de développement régional intégré. Notre rôle n’est pas, dans cette première phase de remettre en cause l’agro-industrie, en prônant par exemple le développement de la canne à sucre sur une base villageoise, mais bien plutôt de tenter d’influencer le mode de croissance proposé avec des critères autres que la seule rentabilité économique. Nous avons donc tenté de concilier le programme de Sodesucre avec nos convictions et pour accomplir cette première boucle, nous nous sommes basés sur une hypothèse : celle de la complémentarité, ou du moins de la compatibilité du développement régional avec la naissance d’une agro-industrie. Voyons dans la pratique si nous parvenons à démontrer la possibilité de cette coexistence dans un projet concret pour la région de Zuénoula.

3. Cartographie

40L’habitat est le résultat d’une série d’intentions et de choix. Ceux-ci sont déterminés par des facteurs socio-culturels ou par des facteurs modifiants (contraintes physique et économique).

41« La maison est une institution créée dans toute une série d’intentions complexes, et n’est pas simplement une structure. Comme la construction d’une maison est un phénomène culturel, sa forme et son aménagement sont fortement influencés par le milieu culturel à laquelle elle appartient ».

  • 7 Rapoport A., Pour une anthropologie de la maison, Dunod, Paris, 1972.

42« Si pourvoir d’un abri est la fonction passive de la maison, son but actif est la création de l’environnement le mieux adapté au mode de vie d’un peuple — en d’autres termes, une unité sociale de l’espace »7.

43L’étude entreprise se propose de fournir les éléments propices à une redéfinition du mode de vie et de l’habitat correspondant. Ainsi, c’est par la lecture des éléments signifiants du mode et du genre de vie des habitants, tant au niveau de l’habitat, de l’agglomération que des répercussions sur l’aménagement régional, que nous allons tenter de redéfinir l’habitat et son contexte humain. Le relevé cartographique offre en lecture les éléments nécessaires à une appréciation personnelle et permet d’autre part à chacun de poser ses propres hypothèses et d’en déduire ses conclusions. La cartographie que nous présentons distingue une première série de cartes qui constituent un relevé de données ou une superposition simple de données. Une deuxième série de cartes dites de synthèse — subjective — vise à confirmer ou infirmer une hypothèse orientée vers la solution à proposer. Cette seconde partie de la cartographie constitue de fait la part opérationnelle.

Tableau générique des cartes

44Le sens de lecture de l’ensemble des cartes s’inscrit dans une progression qui part d’éléments signifiants particuliers aisément décelable pour extrapoler au cas général et tenter de dégager la règle.

45La première série de cartes dites de données ou de superposition simple de données cherche à dresser un tableau descriptif de la situation. La plupart d’entre elles se veulent objectives, quoiqu’il intervienne dans toute forme de perception du monde extérieur une parte de subjectivité due au vécu de celui qui établit ou décide de l’établissement de telle ou telle carte. C’est pourquoi, nous avons cru bon d’expliquer, pour chaque carte, sur quelle hypothèse sous-jacente elle reposait, de détailler notre vision du contenu des cartes et de dégager les hypothèses qui en découlent.

46La deuxième série de cartes dites opérationnelles met davantage l’accent sur l’agglomération et l’habitat. En effet, cette deuxième série de cartes, véritablement orientées — ne serait-ce que par le fait d’un choix de superpositions destinées à répondre à des hypothèses bien précises — s’applique en bonne part à nous fournir le plus d’indications spatiales utilisables au niveau du projet. En bref, elle s’applique à nous définir les éléments structurants spatiaux des modes de vie.

TABLEAU GENERIQUE DES CARTES

TABLEAU GENERIQUE DES CARTES

* les cartes marquées d’un astérique n’ont pas été reproduites dans le présent ouvrage. Seules figurent les explications descriptives y relatives.

47Les éléments signifiants des cartes ont le genre et le mode de vie, l’habitat et l’agglomération, puis, plus loin encore, répercussions sur le cadre global de vie. La distinction entre mode de vie et habitat-agglomération comporte une part d’arbitraire dans la mesure où une même carte de données comporte plusieurs applications qui peuvent se raporter partiellement au mode de vie et partiellement aux signifiants architecturaux. Dans l’ensemble le mode de vie est constitué davantage de relations et d’activités, alors que l’habitat-agglo-mération s’attache plus aux objets.

48Afin de rendre notre démarche limpide, nous avons, au regard de chaque carte, décrit :

49sous le point 1 : notre domaine d’investigation (ou hypothèses de base) ;

50sous le point 2 : le contenu de la carte en y ajoutant les explications nécessaires ;

51sous le point 3 : des conclusions et des déductions pouvant être opérationnelles face au projet (hypothèses émergentes).

52Enfin, ci-dessous, le tableau générique des cartes indique les relations et interdépendances entre les cartes de bilan ou de données et les cartes dites opérationnelles.

53Toutes ces cartes s’appuient sur un site précis : le village de Duonéfla. Après avoir vécu quelques temps dans six villages qui jouxtent le site prévu pour l’implantation du complexe sucrier nous avons porté notre choix sur Duonéfla. Une analyse de ce village, accomplie par Claude Meillassoux vingt ans auparavant, nous permettait en effet une vision diachronique et une meilleure lecture du milieu en évolution et des signes de changement (degré d’introduction du cycle monétaire...) par rapport à une société traditionnelle intacte.

Quelques données techniques sur Duonëfla

54Les habitants de Duonéfla sont d’ethnie Gouro et appartiennent à la tribu Nyanagon (qui signifie littéralement : gens de bravoure). Le nom de Duonéfla se rapporte au nom de l’ancêtre des familles : « Duo ». Le mot se décompose en trois : « Duo », « Ne » qui indique le lieu de descendance et « Fla » qui veut dire village.

  • L’implantation du village sur le site actuel remonte au siècle dernier, après une période d’abandon. En effet, lors de la colonisation, le village dut émigrer à quelques kilomètres au nord. Puis, à cause de nombreuses épidémies dues à l’insalubrité de l’eau, les habitants du village eurent l’autorisation de retourner sur l’ancien site et de rebâtir le village sur les ruinse des cases délaissées de force quelques vingt ans plus tôt. Depuis lors, le village ne s’est plus déplacé.

  • En se référant aux arbres généalogiques des habitants du village, on compte une population de 457 habitants indigènes. Il faut déduire de ce nombre 71 personnes, soit environ 15 % de la population, qui se trouvent de façon passagère ou définitive résider en dehors du village. Leur origine villageoise, néanmoins, fait qu’ils sont considérés comme des membres du village. Par contre une population allogène qui réside au village, soit environ 78 habitants, est comptée au nombre des habitants dans leur village d’origine. Les jours de congé, la population s’élève donc à environ 460 personnes. Le nombre est inférieur en semaine car bien des travailleurs agricoles et leur famille séjournent au campement du village et ne rejoignent leur case qu’un jour par semaine.

  • Enfin, environ 50 % de la population a moins de 20 ans... ce qui n’empêche pas tous les adolescents de se plaindre du manque de jeunes filles au village.

Démographie : permanence et migration sur le territoire de Goniwuo et du Dogi

551. Le village présente une continuité humaine à travers le temps, régie par des rapports de filiation ou de parenté. La famille africaine ne recouvre pas la même notion que la famille européenne. Il existe une relation entre le lien de parenté et le lieu où l’on habite.

562. Le nom de chaque habitant gouro du village a été relevé. Des arbres généalogiques ont pu être reconstitués, rattachant chaque habitant à l’une des trois familles du village. Au regard de chaque individu figure le numéro de la case à laquelle il est rattaché.

57Aux considérations de répartition spatiale des familles viennent s’ajouter des éléments d’évolution des vingt dernières années, grâce à l’existence d’un autre relevé démographique du village, datant de 1958.

583. La lecture de ces données peut fournir des hypothèses à propos de :

  • la taille des familles,

  • le processus de transmission du nom,

  • la répartition des âges (la répartition entre individus de plus de 20 ans et de moins de 20 ans ne correspond pas à une réalité sociale, mais découle de deux relevés distants de 20 ans),

  • la répartition des sexes,

  • les rapports de consanguinité entre ceux qui vivent sous le même toit,

  • des renseignements concernant la stabilité de la population, la présence et/ou l’appartenance au village ainsi que des indices de transformation.

59Comme les cartes de démographie ne figurent pas ici, on répondra à ces hypothèses à partir d’autres cartes spécifiques reproduites ci-après.

Goniwuos et Dogis : communautés lignagères, cellules domestiques

601. Il existe une relation entre la disposition des cases et la structure familiale. En d’autres termes, la structure hiérarchique familiale aurait un correspondant topographique au niveau du sol du village.

612. La notion de goniwuo correspond à un groupe de même descendance lignagère (indigène). La notion de dogi correspond à une « cour » ou une concession. Elle représente la cellule domestique indigène. Ainsi, un goniwuo est constitué de plusieurs dogis.

62Traditionnellement, les dogis constituaient les cellules de production, et les goniwuos les cellules de consommation. Actuellement, ce rapport entre cellules de production et de consommation n’est plus respecté et les cellules de consommation ont tendance à se nucléariser.

633. 1. Au niveau de la relation entre le sol et la structure de la famille, on remarque que chaque famille a tendance à occuper un espace d’un seul tenant en rapport avec la notion de quartier. Les limites foncières du goniwuo ne sont pas marquées par des éléments comme des murs, barrières ou bornes, mais sont clairement définies spatialement dans l’esprit de chacun.

643. 2. Au sein de cet espace homogène apparaissent les subdivisions spatiales des dogis qui correspondent aux plus petits noyaux familiaux. La frontière entre les dogis est marquée par les limites des surfaces balayées quotidiennement par les occupants du dogi.

653.3. Les allogènes ne sont pas implantés au milieu du territoire d’un goniwuo, mais sont plutôt groupés dans d’autres quartiers situés en périphérie.

GONIWUOS ET DOGIS
CELLULES DOMESTIQUES
CELLULES DOMESTIQUES

Rapport de commensalité. Qui mange autour de quel plat ?

66Selon C. Meillassoux, « en période d’abondance, les Gouro prennent deux principaux repas par jour. A cette occasion, les membres d’une communauté familiale se rassemblent sous un bô ou en plein air et se répartissent par groupes distinctifs selon l’âge et le statut social. L’aïeul mange avec les autres hommes adultes (gonemu). Ces derniers, les hommes mariés et pères de famille ou les célibataires divorcés sans enfants, mais ayant atteint environ 35 à 40 ans, mangent ensemble avec leur aîné indépendamment de la génération à laquelle ils appartiennent. Les hommes non adultes, les adolescents, les célibataires ou les hommes sans enfants (penu) forment un groupe distinct.

  • 8 Meillassoux, C, Anthropologie économique..., p. 124.

67De leur côté, les épouses et leurs enfants en bas âge des deux sexes prennent leur repas à l’écart des hommes. Lorsque les effectifs de la communauté sont nombreux et qu’une distinction plus nette apparaît dans la hiérarchie des hommes, les épouses se répartissent en groupes domestiques formés de toutes les épouses d’un même homme ou d’une même classe d’hommes : les épouses de l’aîné, les épouses des frères de l’aîné, les épouses des autres frères. La femme ou la veuve du vieillard mangera dans ce cas à part. Enfin, les adolescents, ou jeunes’ filles mariées (blenu) peuvent éventuellement former aussi un groupe séparé »8.

681. La démographie du village constitue un élément de support et de vérification pour la définition des rapports de commensalité. La répartition des personnes autour des différents plats est un indicateur de la hiérarchie sociale.

692. La carte permet de connaître la provenance des personnes mangeant autour d’un plat : la localisation et la séparation des plats selon l’appartenance au genre masculin ou féminin — séparation dans le lieu et dans le temps, les femmes mangeant généralement après que les hommes se soient rassasiés.

70La carte révèle aussi la présence au village les jours chômés de personnes vivant en campement et ses répercussions sur les rapports de commensalité. Elle montre, de plus, les liens distendus à l’intérieur de certaines cellules domestiques — entre jeunes et aînés — de même que la survivance de quelques relations de commensalité.

713. Les rapports de commensalité reflètent bien de façon formelle la hiérarchie sociale, mais de façon plus nuancée qu’il y a 20 ans, lors de l’observation de C. Meillassoux. Si la signifiance des rapports, de commensalité a quelque peu évolué, leur contenu n’a pas été amoindri. La distinction selon l’appartenance biologique est présente dans toutes les communautés, y compris les groupes allogènes : la distinction des cartes féminines et masculines est rendue à l’évidence. Les répartitions selon les classes d’âge sont moins visibles, néanmoins, la séparation des femmes âgées est nette. De façon générale, cette répartition n’est pas déterminée spatialement, mais bien dans le temps : les aînés ont priorité sur leurs cadets.

RAPPORTS DE COMMENSALITE QUI MANGE AUTOUR DE QUEL PLAT

Usage communautaire et usage privé

721. Nous supposons que l’emploi des préaux et des douchières, le réseau d’utilisateurs de ces unités privées, communautaires ou publiques, est révélateur de l’organisation sociale.

732. L’habitat comprend des unités « privées » et des unités à l’usage d’un groupe : plusieurs cases dépendent du même préau et plusieurs cases se servent d’une seule douchière.

74On constate au village les rapports moyens suivants :

755 cases / préau pour les indigènes

763 cases / préau pour les allogènes

776 cases / douchière por les indigènes

786 cases / douchière pour les indigènes

793. L’usage communautaire du préau et des douchières reste important dans l’ancien village ; par contre, il tend à diminuer dans les zones plus récentes. Ce sont surtout les migrants qui au sein du village ont des pratiques de moins en moins communautaires.

USUGE COMMUNAUTAIRE ET USAGE PRIVE

Processus d’arrivée des allogènes. Liens familiaux et liens sociaux

801. Le village accueille un nombre sans cesse croissant d’allogènes. Il semblerait que ceux-ci se déplacent seuls dans un premier stade, et que les colonies ethniques soient issues du même village. De plus, les liens allogènes-indigènes se limiteraient aux relations de travail et aux obligations villageoises.

812. La traduction graphique du processus d’arrivée des allogènes nous donnerait des indications sur les facultés et le mode de déplacement de ces populations et sur leurs activités.

  • Au moment de l’implantation au village, trois types de travail peuvent être pratiqués. L’un sous forme de contrat, l’autre sous forme de métayage dit « sous boussu » et le dernier en travaillant à son compte.

  • Les déplacements peuvent être individuels ou familiaux.

  • Les lieux de rencontre entre indigènes et allogènes sont révélateurs des types de contacts, et par là même nous permettent d’émettre des suppositions quant aux possibilités d’une réelle intégration à la vie du village.

823. Les facultés de migration de ces populations sont fortes. Huit allogènes sur dix se déplacent plusieurs fois. Il faut donc y voir un certain dynamisme propre à leur caractère. Ils recherchent en famille des terres qu’ils travaillent dès que possible indépendamment. Le fait que peu d’entre eux proviennent d’un même village et soient liés par des liens familiaux nous permet de supposer que les familles sont déjà fortement nucléarisées et qu’elles ne gardent que l’apparence d’un mode de vie communautaire. Cette hypothèse semble confirmée d’une part par les rapports superficiels qu’ils entretiennent avec les indigènes, d’autre part par l’absence de désir de fixation au village.

Cases, dogis et structure familiale

831. La structure familiale Gouro accorde aux individus une importance et une autorité différentes selon l’âge. Ce privilège accordé à certains groupes de personnes pourrait se lire à travers l’examen des rapports de cohabitation.

842. Jeunes et vieux, grands-parents, parents et enfants vivent généralement ensemble dans les cases. Les seules ségrégations se rapportent à un groupe de cases en bordure du goniwuo occupées par de jeunes garçons d’âge adulte mais encore célibataires et à quelques cases isolées où se regroupent quelques vieilles femmes (veuves pour la plupart). Ces deux types d’exception ont une caractéristique commune : les occupants de ces cases proviennent respectivement des mêmes goniwuos, mais pas forcément des mêmes dogis.

853. Il découle donc de cette carte qu’il n’y a généralement pas de correspondance immédiate entre les hiérarchies respectées au sein de la famille et l’occupation ou la disposition des cases sur le dogi.

86Un autre fait est à remarquer : c’est l’extrême mouvance qui caractérise ce type de société. La superposition des renseignements issus de cette carte ne correspond pas exactement aux renseignements que nous fournissent les données démographiques du village, ainsi que les lieux respectifs d’habitat de chaque habitant.

87Ce phénomène s’explique par un constant va-et-vient de gens venus visiter des habitants auxquels ils sont plus ou moins apparentés. Lorsqu’une personne est en visite chez une autre, elle s’intègre à la famille dont elle est l’hôte et participe aux travaux quotidiens ; sa subsistance lui est ainsi assurée. Lorsque le temps est venu pour elle de retourner à son village, la famille qui l’a accueillie lui finance son voyage de retour. La durée de ces visites est variable, et peut atteindre plusieurs semaines, comme par exemple lors d’un deuil, où les sœurs d’un homme devenu veuf viennent lui tenir compagnie pendant deux mois.

CASES, DOGIS ET STRUCTURE FAMILIALE

Rapports de commensalité. Lieux de préparation et de consommation des plats

881. L’analyse des rapports entre la préparation des plats et la consommation de ceux-ci définit le degré de communautarité des groupes en présence.

89Selon C. Meillassoux, « chacun des groupes domestiques a la responsabilité d’un foyer et prépare un plat pour la communauté. Le plat est divisé en autant de portions qu’il y a de groupes, soit par exemple :

  • une part pour le vieillard

  • une part pour les hommes

  • une part pour les jeunes gens

  • une part pour chacun des autres groupes d’épouses

  • une part pour les adolescents, etc..

  • 9 Meillassoux C, Anthropologie économique..., op. cit., p. 124 et 125.

90Par ce mécanisme assez enchevêtré, les produits vivriers sont redistribués à l’ensemble des membres de la communauté et de cette façon le repas collectif se trouve être l’aboutissement du processus de coopération agricole : le travail indistinct de chacun se retrouve dans un produit commun. Tous ont mêlé leur travail et tous participent au produit du travail de tous les autres... »9.

912. La carte désigne les lieux de préparation des cellules domestiques restreintes — familles généralement nucléarisées — ainsi que la relation au groupe domestique responsable du foyer.

92Elle met en évidence la subdivision des plats, une fois la préparation terminée pour leur consommation en commun.

93Elle montre enfin les lieux de préparation-consommation isolés (post-accouchement, maladie).

943. Le rite de production-consommation des biens vivriers a perdu généralement de son contenu. De plus en plus, la cellule familiale nucléarisée est responsable d’un foyer : l’aîné y « distribue » la nourriture. Le rite de consommation n’est donc plus la redistribution des biens produits en commun dans le cadre de communautés élargies, mais la réduction de celui-ci à la prise en commun d’un repas dans le cadre de ces mêmes groupes de parenté sociale (dogi, généralement). En termes de linguistique, l’acte de consommation a conservé la signifiance traditionnelle mais a perdu son signifié.

RAPPORTS DE COMMENSALITÉ LIEUX DE PREPARATION ET DE CONSOMMATION DES PLATS

Cheminements, aires à activité particulière et « focus points »

951. Bien que non marqués au sol, il existe des cheminements villageois découlant de la perception spatiale propre aux villageois. De même, il existe des points d’attraction forts, définis par des activités particulières.

962. Dans le village, il n’y a pas réellement de chemins déterminés. Les passages sont marqués par les lieux à atteindre, points d’attraction (zones d’artisanat, de transmission du savoir traditionnel,...) ou lieux de forte activité (cour du chef). Un seul itinéraire est fixe, celui de la procession mortuaire qui relie la cour aux dogis du village.

97En périphérie villageoise, par contre, les sentiers sont clairement fixés jusqu’aux entrées du village qui se trouvent ainsi nettement délimitées.

983. On ne peut pas délimiter par avance les cheminements du village, ceux-ci se feront naturellement, calqués sur la structure sociale et sur le mode de relation villageois. Il seront multiples, souples et variables, selon chaque individu. Il en est de même pour les aires à activité particulière.

99Ainsi, il serait absurde de prévoir un lieu déterminé pour les consultations religieuses. Cette activité trouvera sa place naturellement au lieu où le consultant aura décidé d’implanter sa case.

CHEMINEMENTS AIRES A ACTIVITÉS PARTICULIÈRES FOCUS POINTS

Éléments religieux et surface d’action

1001.1. Des personnes élues ou initiées s’occupent de la pratique religieuse au nom des autres.

1011.2. Il existe une relation entre le lieu de vénération et le sentiment d’appartenance au village.

1022. Des fétiches protecteurs appelés Jiri-bô sont parfois placés au devant des cases. Leur surface d’action s’étend généralement à la cour entière, bien que souvent le fétiche soit placé devant la case du chef de la cour. Il existe aussi d’autres types de fétiches qui varient en fonction des totems des familles. La famille qui place un saa-bô, fétiche du riz, dans sa cour dédie un culte au riz.

103Les pierres à sacrifices sont les lieux du culte. Ce sont les lieux où, suivant la gravité du cas, le consultant, le chef du village ou le chef de famille, pratique les sacrifices incantatoires. La « surface d’action » d’une pierre à sacrifices varie en fonction du type de sacrifice exigé, et de la personne officiant. Une pierre à sacrifices dotée d’un pouvoir religieux qui s’étend au village entier est située en brousse. Elle est utilisée pour les sacrifices auxquels les femmes ne peuvent assister. Enfin, il arrive que des étrangers au village viennent pratiquer des sacrifices sur les pierres du village.

104Toutes les cours ne sont pas animistes, bien des cours allogènes sont musulmanes.

1053. La vénération s’effectue sur le noyau ancien du village, c’est-à-dire sur la terre-même des ancêtres. Les parties indigènes éclatées restent attachées au goniwuo mère où la vénération s’effectue par l’intermédiaire des aînés.

106Les parties allogènes animistes ne présentent pas de signes d’une intégration de leurs esprits religieux respectifs à la terre.

107Il faut remarquer que le deuil, qui implique traditionnellement une semaine de jours chômés pour assurer la veillée du corps, n’est pas respecté par tout le village. Si un indigène meurt, seules les cours indigènes respecteront le deuil.

ELÉMENTS RÉLIGUEUX ET SURFACE D’ACTION

Lieux de stockage des produits agricoles

1081. Les lieux de stockage sont régis par les lois de la communauté ; stockage par dogi ou goniwuo, c’est-à-dire en relation avec les unités économiques Ces lieux (mis à part le riz) ne sont pas des espaces particuliers typiques (greniers-silos, séchoirs), mais des espaces mixtes.

1092. La carte localise les lieux de stockage des denrées agricoles, ainsi que les types de denrées stockées dans le village.

1103. Le produit est propriété de la personne qui l’a cultivé sur son champ et qui ensuite le stocke dans sa case. On constate donc une individualisation du stockage. L’étranger et l’indigène pratiquant de nouvelles cultures construisent des espaces particuliers pour stocker ces produits ; une récolte abondante de coton, par exemple, peut déterminer la construction d’une nouvelle case pour un entreposage momentané. Une fois le coton vendu, la case ne sera plus hangar de stockage, mais habitée normalement.

111Dans le cas des produits vivriers, le gros des produits ne se stocke pas au village mais sur les terroirs ou aux campements.

Lieux excreta et douchières

1121. Les lieux sanitaires, tant excreta que douchières, sont implantés en marge du village. Ils constituent deux « ceintures » villageoises.

1132. Les douchières sont installées dans un cadre qui se réfère au village entier. Bien qu’elles soient ponctuelles, elles ne se situent pas uniquement par rapport à la cour, mais bien par rapport à la configuration globale du village Elles définissent un type d’espace alentour. Il faut encore signaler à se sujet qu’en principe l’écoulement se déverse dans une fosse attenante qui tient lieu de dépotoir.

114De même, on dénote des zones cabinets (et non pas une ceinture cabinet), qui se réfèrent géographiquement à tout le village. Ces zones sont en bordure des sentiers qui quittent le village.

1153. Les activités cabinets sont liées à des activités communautaires. « Aller cabiner » est une activité de groupe. On parcourt à plusieurs le chemin qui mène à la zone excreta, on se disperse ensuite sur les lieux, puis l’on revient ensemble au village.

116La présence de quelques douchières au sein même du village pourrait être due à une extension ultérieure du village. Ces douchières auraient été construites en un lieu qui se trouvait alors en périphérie du village, ou, autre hypothèse, elles auraient été situées en périphérie non du village mais de l’unité familiale large : le goniwuo.

Occupation spatiale selon le sexe

1171. Certaines aires sont caractérisées par des occupations féminines, d’autres par des occupations masculines. Il y aurait une alternance d’occupation des zones en fonction du sexe et de l’heure de la journée.

1182. La carte décrit quatre occupations spatiales :

  • les aires exclusivement féminines

  • les aires exclusivement masculines

  • les aires mixtes

  • les aires alternativement masculines et féminines.

1193. Les aires spécifiquement féminines correspondent en bonne part aux activités domestiques : lieux de préparation des plats, lieux de puisage de l’eau, lavoirs. Quelques cases sont aussi occupées par des veuves qui vivent ensemble sous le même toit. On ne trouve le cas d’alternances réelles des sexes qu’au niveau des douchières et les zones excreta. En revanche, on rencontre beaucoup de zones d’occupation de l’espace plutôt féminines qui deviennent à la rentrée des champs ou les jours chômés des espaces mixtes : par exemple, les préaux où, en présence d’hommes et de femmes, les chaises, bancs et autres mobiliers sont l’apanage des hommes.

120Trois cases sont réservées uniquement aux hommes. Il s’agit d’une case publique où se déroulent des activités de jeu ou parfois de palabre et de deux cases occupées par des célibataires, celle des jeunes et celle des travailleurs étrangers. Enfin, il existe encore des zones exclusivement masculines non négligeables qui n’apparaissent pas sur la carte, parce qu’elles ne sont ni permanentes, ni fixes : il s’agit des lieux de sortie des masques. Les cours dans lesquelles le masque va danser varient en fonction de l’évènement pour lequel le masque danse. L’interdiction momentanée de ces lieux aux femmes leur est signifiée tant par des rythmes de tam-tam que par des « barrages » symboliques faits de lianes.

OCCUPATION SPATIALE SELON LE SEXE

Cycle de vie de l’habitat (comparaison 1958-1978)

  1. La durée de vie de l’habitat est limitée et soumise à un renouvellement cyclique. La superposition de coupes séquentielles du village, opérées à différents intervalles temporels, fournit des données sur la durée de vie et sur l’évolution de l’habitat dans le village traditionnel.

  2. En principe, chaque coupe établit un bilan de l’état des constructions, de celles en voie d’être bâties à celles en voie de tomber en ruines. Les chiffres donnent les indications suivantes :

  • des cases existant en 1958, il n’en reste que 10 en 1978. Même les traces des autres cases de 58 (plus de 80) ont disparu à l’exception de 2 dont on devine les anciennes fondations,

  • 4 cases ont été construites dans ce laps de temps sur l’emplacement exact de cases anciennes,

  • de juillet 77 à janvier 78, 5 cases neuves ont été bâties.

  1. Le cycle de vie de l’habitat est en rapport direct avec celui de son occupant. Si le propriétaire meurt, sa case ne lui survit guère, mais ses descendants reconstruiront, en fonction de leurs besoins, de nouvelles cases sur le terrain de leurs ancêtres. Ainsi, la durée de vie limitée de l’habitat serait une condition nécessaire à la correspondance entre l’enveloppe, la peau, et l’homme qui l’occupe.

Permanence et migration, sur le territoire du Goniwuo et du Dogi

121Les processus de croissance d’un village sont régis par des lois en rapport avec la vie sociale. La confrontation de deux relevés, établis à 20 ans d’intervalle, nous indique des tendances d’évolution quant à la stabilité interne du village.

1222. On distingue deux types de croissance villageoise : l’un par densification et l’autre par extension. Le point d’origine du mouvement se rapporte à l’année 1958, l’arrivée à l’année 1978.

1233. Les mouvements de croissance par densification sont plus fréquents que le mouvements par extension ; ils correspondraient aux mouvements naturels, alors que les mouvements par extension non attenante au territoire du goniwuo-mère n’interviendraient que si la densification n’apparaît plus plausible. Ce processus de croissance par extension laisse supposer que des éléments majeurs interviendraient quant au choix de nouveaux emplacements. La nature de ces éléments décisifs pourrait être variable : problèmes de coexistence spatiale, volonté délibérée d’un village de s’étendre dans une direction précise...

124Un autre phénomène de migration spatiale doit être mentionné. Les jeunes garçons du village émigrent temporairement en marge du territoire du goniwuo, pour y construire des cases qu’ils habitent en communauté jusqu’à leur mariage. La construction de ces cases leur sert de « coup d’essai » pour la case qu’ils construiront (semble-t-il), de retour sur le territoire-mère du goniwuo, pour y vivre avec leur épouse.

PERMANENCE ET MIGRATION SUR LE TERRITOIRE DU GONIWUO ET DU DOGI

Répartition des morphologies en fonction des indigènes et des allogènes. 1978

1251. La morphologie de l’habitat traditionnel gouro est en mutation et le village de Duonéfla en présente des signes particulièrement tangibles. Cette mutation est orientée vers une forme d’habitat érigée en modèle en Côte d’Ivoire : la « villa » qui diffère de l’habitat traditionnel parce qu’elle réunit sous un même toit des polarités traditionnellement dissociées. On tend actuellement à une solution intermédiaire où les polarités d’espaces d’un seul tenant disparaissent au profit de polarités d’espace présentant des sous-espaces définis.

126Le processus de mutation serait plus marqué dans les zone allogènes que dans le zones indigènes. Il existerait une liaison entre le choix de la morphologie de l’habitat et la nucléarisation mesurée par un indice d’isolement.

1272. La carte s’attache à mettre en évidence :

128— des bâtis n’abritant qu’une seule pièce et leurs caractéristiques morphologiques (plans rectangulaires et plans circulaires, fermés ou ouverts). Chez les indigènes on dénombre 26 cases circulaires et 4 cases quadrangulaires fermées (kôn), 16 préaux circulaires et quadrangulaires ouverts (bô), tous bâtis d’un seul tenant. Sur les 30 éléments fermés, la quasi totalité est située sur le noyau ancien du village,

129— des espaces subdivisés en sous-espaces définis (comprenant la définition de sous-espace distributif et sa nature).

130Chez les indigènes on dénombre : 55 cases quadrangulaires dont 26 de cette morphologie sont en position périphérique.

131Chez les allogènes on dénombre : 23 cases quadrangulaires dont 17 sont en position périphérique,

132— des bâtis en matériaux traditionnels ou matériaux issus de technologies, importées,

133— des zones allogènes.

  • 10 Observation d’un village gouro, Kouasseizra, où la persistance de la morphologie traditionnelle est (...)

1343. Chez les indigènes, les morphologies traditionnelles sont circulaires, ouvertes (bô)10. A Duonéfla, les influences externes d’une « baoulisation » de l’habitat vers la « villa » sont particulièrement marquées. Dans le noyau le plus attaché aux traditions, la mutation est déjà remarquable, mais elle l’est encore plus dans la partie éclatée du village.

135Les morphologies d’un seul tenant assimilées à la forme traditionnelle — malgré la présence des éléments quadrangulaires qui constituent, de fait le premier pas vers la mutation — se trouvent essentiellement en position intérieure, tandis que les morphologies subdivisées en une hiérarchie de sous-espaces se répartissent aussi bien en position intérieure qu’en position périphérique.

REPARTITION DES PORPHOLOGIES EN FONCTIONS DES INDIGENES ET DES ALLOGENES

136Nous pensons pouvoir affirmer que simultanément au choix d’éclatement vers la périphérie qui pourrait correspondre à une volonté d’isolement, la cellule domestique adopte de plus en plus une morphologie s’éloignant du modèle traditionnel. Le modéle baoulé est le modèle de transition vers le modèle de la villa.

137Chez les allogènes, quelle que soit leur origine, — Mossi de Haute Volta, Sénoufo du Nord de la Côte d’Ivoire, Dioulà (malinké) du Centre-Nord de la Côte d’Ivoire — le choix se porte sur la morphologie de l’habitat Baoulé et sous-entend une aspiration à un investissement dans une villa moderne, généralement dans son village d’origine.

138Ce choix par le migrant d’une morphologie « en rupture » traduit sa volonté de rompre avec le mode de vie traditionnel lié à l’économie d’auto-subsistance, en adoptant le mode de vie lié à l’économie monétaire. Les indigènes, jeunes ou adultes, ayant fait éclater le goniwuo, portent leur choix sur des morphologies analogues et, comme les allogènes, ils veulent ainsi se distancier de certaines valeurs traditionnelles.

139L’utilisation de matériaux modernes (matériaux présentant des garanties de durabilité : tôle, bac alu, parpaings de ciment) se retrouve paradoxalement dans le noyau du village indigène. Ces matériaux onéreux ont aussi une valeur de représentativité : ils confèrent au détenteur un statut social élevé. Autrefois, cet investissement était porté sur des valeurs mobilières. On ne trouve ces éléments que dans le noyau où sont focalisés les pouvoirs politiques et économiques (accessibles aux aînés seulement).

Répartition des morphologies 1958

140La superposition des morphologies 1958 et 1978 permet d’établir une coupe diachronique et d’évoquer une tendance au niveau des choix de morphologie du bâti, en ce qui concerne les indigènes.

1411. La morphologie quadrangulaire ne s’observerait essentiellement que dans le processus d’urbanisation par éclatement.

1422-3. En localisant les cases circulaires et quadrangulaires, il apparaît que la morphologie quadrangulaire s’observe moins souvent (1/3) en périphérie. On la rencontre surtout (2/3) en position intérieure, c’est à dire dans le processus d’urbanisation par densification ou intégration au tissu existant.

143L’accession au modèle d’habitat quadrangulaire correspond à une aspiration issue de modèles culturels en concurrence et prend une valeur de représentativité, étant donné que sa répartition est fortement intégrée à la structure du village. On peut supposer que, dans un premier temps, il s’agissait principalement d’une morphologie d’un seul tenant (non subdivisée).

Répartition des typologies en fonction des indigènes et des allogènes

1441. Les appropriations à l’intérieur de cases ainsi que le degré de spécialisation des espaces, au même titre que le choix des morphologies, sont des reflets du mode de vie adopté et des valeurs accordées aux objets et aux activités. Le choix d’une typologie portant vers un seul espace à appropriations multiples, ou vers de espaces différenciés, se rapporte à une activité ou à un produit défini ; il laisse transparaître des aspirations à un mode de vie, et par là, a un modèle culturel différent.

1452. La carte cherche à expliquer les différentes attitudes des indigènes et des allogènes face au degré de spécialisation des espaces, ainsi que les relations des habitants aux objets contenus dans ces espaces. En fonction des disponibilités et des besoins, l’affectation des espaces peut être momentanément modifiée.

Définition de typologies d’espaces

  • degré 1 de spécialisation des espaces : appropriations multiples en un espace, degré faible. Le degré 1 cumule les appropriations suivantes : coucher, dépôt outils, ustensiles..., grenier, cuisine dans certains cas.

  • degré 2 de spécialisation des espaces : appropriations bilatérales, degré moyen. Le degré 2 comprend, le plus souvent, les binômes suivants : véranda-coucher — où la véranda est elle-même un espace de degré de spécialisation faible et grenier-coucher.

  • degré 3 de spécialisation des espaces : appropriation unique, degré élevé. Le degré 3 différencie spatialement les appropriations suivantes : véranda, chambre à coucher, dépôt-rangement, magasin (dépôt où sont enfermés les valeurs), grenier.

Répartition des typologies

146On constate de façon générale, dans le noyau traditionnel ancien :

14760 % environ de cases de degré de spécialisation 1 (dont 15 % constituent des préaux bô),

14825 % environ de cases de degré de spécialisation 2, 15 % environ de cases de degré de spécialisation 3.

149Dans les parties éclatées indigènes on relève :

15035 % de cases de degré de spécialisation 1 (dont 20 % concernent les préaux bô),

15115 % de cases de degré de spécialisation 2,

15250 % de cases de degré de spécialisation 3.

REPARTITION DES TYPOLOGIES EN FONCTIONS DES INDIGENES ET DES ALLOGENIES

153Chez les allogènes, on observe :

15410 % de cases de degré de spécialisation 1 (la totalité est constituée de préaux bô),

15550 % de cases de degré de spécialisation 2, 40 % de cases de degré de spécialisation 3.

1563. La spécialisation fonctionnelle de l’espace a pour conséquence un déplacement du centre de gravité de l’habitat — vécu extérieurement dans la cour — vers l’intérieur, par l’importance accordée aux relations des sous-espaces entre eux. Ce phénomène est accentué par le fait que cette spécialisation entraîne (ou est dédoublée par) un accroissement des dimensions de l’habitat intérieur. Le choix de cette spécialisation correspondrait donc aux aspirations à un mode de vie différent. On le retrouve surtout chez les indigènes s’étant distanciés des communautés lignagères, chez les allogènes en proportion plus restreinte, et plus généralement dans les cellules domestiques les plus nucléarisées. Il y a donc un rapport certain entre la volonté d’éclatement, la nucléarisation et l’option pour cette typologie.

157Il s’agit de la même aspiration à un modèle culturel portant l’accent sur l’individu, sur la satisfaction et la rationnalité de ses besoins. La case baoulé et, à un degré plus élevé, la villa sont les matérialisations les plus en vue.

158Cette logique serait inversée pour les indigènes du noyau ancien. Les indigènes — les aînés — ayant accès au pouvoir politique et économique consomment pour asseoir leur notoriété et investissent pour représenter leur statut social. L’investissement dans l’habitat devient synonyme de l’usage de matériaux modernes ou durables. A la représentativité acquise par la forme, on associe la spécialisation fonctionnelle des espaces. Dans les deux situations, l’objet est le même, mais le processus pour y aboutir est fondamentalement différent.

159Le degré moyen de spécialisation des espaces est celui rencontré le plus souvent chez les allogènes. Il serait un indice d’une vie sociale plus réduite.

160Enfin le degré le plus faible de spécialisation des espaces serait le mieux adapté au choix de vie communautaire par les propriétés suivantes :

  • l’ouverture à un plus grand nombre d’individus ;

  • l’accès aux objets compris dans cette typologie pour tous ces individus ;

  • la flexibilité nécessaire dans l’appropriation.

161Nous pouvons ainsi définir trois subdivisions du degré de spécialisation fonctionnelle de l’espace :

  • la case (kôn), vie communautaire de la cellule domestique restreinte,

  • le préau (bô) « séjour » communautaire abrité de la cellule domestique élargie (dogi),

  • la cour « séjour » communautaire élargi non abrité du dogi, espace bâti en creux.

Zones de marge et espaces-cour

1621. Chaque case distingue un avant et un arrière. L’ouverture ou l’entrée en délimite l’avant qui donne sur la cour. Ainsi, les cours pourraient être définies par les ouvertures de cases, alors que les séparations entre les cours ou les goniwuos seraient marquées par des oppositions de dos qui correspondraient à différents niveaux.

1632. La relation entre les dos des cases et les zones de marge apparaissent à différent niveaux.

164Au niveau du groupement des villageois, on constate que toutes le cases situées en bordure de village tournent le dos à la nature et qu’une importante zone de marge ceinture le village, opérant une coupure entre une nature sauvage et l’agglomération. En effet, la transition de la brousse au village est marquée par un cordon, « no man’s land », assez grossièrement défriché, et l’aspect semblable au terrain vague.

165Au sein même du village, les zones les plus marquées d’opposition de dos correspondent aux séparations entre différents goniwuos. Le arrières des cases confèrent à ces zones de marge, ou zones interstitielles, un caractère particulier en ce sens qu’elles ne témoignent d’aucune appropriation. Ces espaces n’accueillent pas d’activité sociale, mais ne sont pas pour autant reniés ou vagues, et la ligne de frontière entre goniwuo y apparaît clairement à travers les limites des espaces balayés respectivement par chaque goniwuo.

166Les douchières, quoique généralement situées dans les marges de périphérie villageoise, se situent aussi parfois dans ces zones d’opposition de dos.

167Des zones de succession de dos apparaissent aussi, mais elles ne semblent pas directement correspondre à des délimitations entre goniwuos et dogis.

1683. Le groupement des cases par succession de dos apparaît plutôt comme un phénomène de croissance par densification, et indiquerait un rapport de dépendance de la case arrière envers la case qui lui tourne le dos. Cette disposition serait le reflet d’un processus de croissance qui se produirait de façon centrifuge. Les cases situées sur la deuxième rangée se rapporteraient par leur vie sociale à la cour située en regard de la première rangée. On remarque, à cet effet, que l’appropriation des devants des cases situées en deuxième rangée est nettement inférieure à celle des cases situées en première rangée (notamment au niveau des emplacements de foyers), si bien qu’il faudrait considérer au dos des cases de la première rangée, une troisième espèce de zone de marge dont le caractère ne serait pas aussi marqué que pour les deux autres, toutefois.

ZONES DE MARGES ET ESPAGES - COURS

Principaux éléments structurants du village au niveau du bati

1691. Une vision diachronique du village et la superposition d’une vision synchronique confrontant les aspirations et modèles culturels en présence devrait permettre d’établir les éléments structurants du village au niveau du bâti.

1702. La superposition des cartes de répartition des morphologies 1958-1978 fait ressortir la persistance des éléments suivants ; cases (kôn), préaux (bô), et douchières. Dans la carte « Usage communautaire et Usage privé », on constate la persistance en synchronie des mêmes éléments aussi bien dans le noyau le plus conservateur des traditions du village que dans les parties éclatées du village indigène, ou les parties allogènes. On constate simplement une réduction de la relation communautaire qui lie ces éléments, mais non leur disparition. La carte des zones de marge et espaces-cour fait ressortir, comme élément structurant préalable, l’espace creux de la cour. De la même manière, on constate une réduction de sa définition communautaire (vers une nucléarisation) à mesure que l’on s’achemine vers la partie allogène...

171Les éléments structurants de l’habitat constituent tous, à des degrés divers, et à des moments donnés, des polarités de la vie sociale :

172— l’élément cour constitue une polarité au moment de manifestations religieuses (sacrifices, funérailles, adoration des masque, danses), au moment de la préparation et de la consommation des plats en commun, au moment du conseil des aînés de la transmission du savoir traditionnel, des palabres, du repos et des jeux.

173— l’élément préau (bô) peut être considéré comme une cour réduite définie spatialement et protégée contre les facteurs climatiques (pluie, soleil ardent...). Il respecte les même polarités que la cour.

174Il est spécifiquement le lieu de la palabre : interne au dogi (préau de l’aîné du dogi) ; interne au goniwuo (préau du goniwuozo, autorité de l’aîné du goni-wuo) ; interne au village (préau exclusivement destiné à cette activité : le wibli-bô (wibli : jugement), ou préau du chef du village).

175— L’élément case (kôn) consiste en une polarité caractérisée par un degré de privacité plus grand : elle est essentiellement nocturne et correspond aux activités du dormir. De jour, cette polarité se limite aux rangements, à la conservation de produits, aux valeurs mobilières... Pour les vieilles femmes, les personnes non rattachées à un préau, ou les personnes de religion musulmane elle peut être le lieu de préparation et de consommation de plats.

PRINCIPAUX ELEMENTS STRUCTURANTS DU VILLAGE AU NIVEAU DU BATI

176— Les éléments de l’équipement sanitaire, bien que réduits à un minimum, définissent des relations sociales particulières. Ces éléments deviennent des pôles essentiellement le matin et le soir. Les lieux d’excreta sont une zone vers laquelle on se rend pour « cabiner ensemble » (sexes séparés dans le temps). Les douchières entraînent les activités et relations suivantes- les femmes vont ensemble chercher de l’eau au marigot, la chauffent et la portent à la douchière pour l’homme ; durant l’attente, les hommes sont réunis, discutent ou se consacrent à leurs enfants. Ces activités rendent compte du clivage social hommes-femmes.

1773. Les éléments structurants de l’habitat sont définis, d’une part par des polarités dissociées présentant leurs caractéristiques propres, d’autre part par les relations entre ces polarités. Les éléments structurants sont des invariants morphologiques du genre et mode de vie. En l’absence de l’un de ceux-ci, une part importante des relations sociales perd leur signification.

Surface par habitant dans la case et sur la cour

1781. Les Gouro vivent l’espace villageois sans se limiter au bâti ; la structure extérieure est fondamentale. Le bâti n’est pas représentatif de l’espace à disposition et ne peut être défini en m2 par habitant, car cette valeur ne trouve pas sa signification dans les villages traditionnels Gouros.

1792. La carte traduit opérationnellement les superficies occupées activement, par rapport aux zones résiduelles dites de marge (obtenables indirectement) et les superficies à disposition en fonction de chaque individu.

1803. L’espace vécu par les villageois est assimilable, pour sa superficie, au cumul des différents éléments dénombrés.

181On constate une augmentation des superficies pour chaque élément dans le nouveau village, soit qu’on tende à un besoin supérieur de surface, soit que cette zone puisse, par la suite, se densifier.

182La superposition de cette carte avec la carte de « Permanence et Migration sur le Territoire du goniwuo et du dogi » permettrait de distinguer les zones déjà densifiées des zones densifiables (c’est-à-dire les plus récentes).

SURFACE PAR HABITANT DANS LA CASE ET SUR LA COUR

Végétation et hydrographie

1831. Il y aurait une relation de cause à effet entre hydrographie et végétation. Le régime des pluies et l’hydrographie influencent la couverture forestière. Une autre hypothèse serait l’existance d’une relation entre le milieu et la démographie.

1842. D’un point de vue géo-climatique, la région n’est pas « naturelle » au sens géographique du terme. Il s’agit d’une zone hétérogène correspondant à une zone de transition entre forêt dense et savane arborisée caractérisée par des coulées ramifiées (forêts-galeries) marquant la transition entre un climat tropical humide et un climat subsoudanien..

1853. Les facteurs géo-climatiques n’ont pas été déterminants dans le processus de peuplement des deux zones de forêt et de savane. Les facteurs actifs sont des facteurs socio-culturels et socio-économiques.

VEGETATIONS ET HYDROGRAPHIE

Campements, terroirs et réseaux de circulation

1861. Il y a un clivage entre réseaux de circulation piétonniers (sentiers) et réseaux de circulation des véhicules (pistes). Le clivage serait dû à un contraste entre les deux modes de déplacement, c’est-à-dire à la non-reconnaissance de l’un par rapport à l’autre, ainsi qu’aux différences d’aptitudes à franchir le réseau hydrographique.

1872. Les terroirs représentés sont les terroirs défrichés et cultivés en 1975 (d’après photographie aérienne). La définition de ces terroirs ne comprend pas les zones laissées en jachère. De plus, seuls les cheminements les plus importants sont indiqués. De fait, la maille du réseau est passablement plus fine.

1883. Le réseau de sentiers reconnaît l’environnement socio-économique du mode de vie traditionnel et met en relation les lieux de production et de consommation (économie de subsistance). Le réseau de pistes est la reconnaissance de l’environnement à un niveau régional élargi (dépendance économique et administrative, relation à la métropole, Abidjan).

CAMPEMENTS – TERROIRS ET RESEAUX DE CIRCULATION

Données pédologiques

1891. La composition physique et chimique des sols est déterminante pour l’établissement des aptitudes des sols.

1902. La carte, tirée de l’esquisse pédologique de Séguéla au 1 : 200.000 (carte ORSTOM, Abidjan) montre les associations de sols en présence.

191A chaque composition de sols correspond en regard une gamme d’aptitudes des sols. Cette carte n’est qu’une esquisse, vraisemblablement assez proche de la réalité, mais elle ne saurait être suffisante pour établir avec certitude les potentialités réelles des terres.

1923. La confrontation de cette carte avec celle de la végétation serait nécessaire pour établir plus précisément les aptitudes des sols, ainsi que les zones à protéger contre l’érosion.

DONNEES PEDOLOGIQUES

Infrastructure régionale, marchés, villages, campements

1931. La hiérarchie des agglomérations est révélée par la hiérarchie des marchés.

1942. On distingue quatre niveaux dans la hiérarchie de l’infrastructure démographique régionale :

  • les campements, agglomérations de transhumance dépendantes d’un village ; ils atteignent parfois une taille approchant celle du village même. Il en est de même des agglomérations d’allogènes,

  • les villages, agglomérations de 200 à 900 habitants. Ils peuvent avoir leur petit marché local,

  • les villages-centres, agglomérations villageoises de plus de 1000 habitants. Ils se distinguent des autres villages par leur marché qui porte le nom d’un des jours de la semaine,

  • les bourgades, agglomérations majeures comprenant un marché régional, une sous-préfecture et d’autres équipements mineurs.

195On observe aussi une forte densité de campements allogènes dans les zones de forêts (terres riches pour les cultures commerciales).

1963. Le caractère très diffus de l’infrastructure régionale est la conséquence typique d’un mode de vie basé essentiellement sur l’économie d’auto-subsistance. Il est révélateur du degré relativement faible d’introduction du cycle monétaire. La répartition des trois niveaux supérieurs d’agglomération n’est pas dépendante du milieu (cf Carte A.3.1. Végétation et hydrographie), contrairement au campement déterminé par la présence de la forêt.

INFRASTRUCTURE : MARCHES, VILLAGE CAMPEMENTS

Infrastructure régionale, degré d’équipement

1971. Le degré d’équipement est simultanément la résultante de la hiérarchie des pôles (cf Infrastructure régionale, marchés, villages, campements) et l’élément qui renforce cette hiérarchie.

1982. Cette carte fait ressortir l’élément de répartition peu diffuse des équipements comparativement à la carte citée ci-dessus.

1993. Un degré d’équipements accru est un élément d’attraction et peut être la cause de certains déséquilibres démographiques. L’éducation scolaire, par exemple, provoque un exode rural à l’échelon régional et crée par conséquent un vide dans la pyramide des âges (de 10 à 15 ans) des villages

INFRASTRUCTURE : EQUIPEMENTS SCOLAIRES, SANITAIRES ET ENERGETIQUES

Démographie, densité de population

2001. Nous avons démontré qualitativement le rapport entre milieu naturel et peuplement dans la carte Infrastructure régionale, marchés, villages, campements (A.3.4.).

  • 11 Selon les auteurs de « Géographie zonale des régions chaudes », (Benchetrit, Cabot, Durand-Dastès) (...)

2012. L’influence limitée du milieu naturel sur le peuplement « densité démographique) est ici démontrée quantitativement. Les densités maximales observées sont élevées compte tenu du mode de vie des habitants11.

2023. Les populations résidentes ont dû, dans ce contexte, recourir à des moyens particuliers pour assurer l’existence de tous : appoint de l’économie commerciale, échanges entre la savane et la forêt.

Situation ethnique et géographique

2031. Le milieu influence les particularités ethnoculturelles. Le milieu d’ethnie Gouro comporte une population suffisante pour répondre à la demande d’emplois d’un complexe agro-industriel.

2042. La préfecture de Bouaflé et les sous-préfectures de Zuénoula, Gohitafla, Sinfra, toutes situées en pays Gouro s’inscrivent dans un milieu de transition entre forêt et savane.

205La préfecture de Bouaflé comprend 430’000 habitants dont

20670’000 habitants pour la sous-préfecture de Zuénoula

20735’000 habitants pour la sous-préfecture de Gohitafla

20865’000 habitants pour la sous-préfecture de Sinfra

209260’000 habitans pour la sous-préfecture de Bouaflé.

210Il faut ajouter environ 100 000 Gouros résidant dans la région Ouest (sous-préfecture de Vavoua) et dans la région Sud (sous-préfecture d’Oumé).

2113. La « poche » Gouro serait théoriquement apte à fournir la totalité du personnel recherché par l’agro-industrie sucrière à condition de créer un service de formation pour les ouvriers.

212Il est plausible de penser qu’un complexe sucrier pourrait attirer, pour les emplois demandant une main d’œuvre specialisée, des Gouros résidant actuellement dans les grandes villes de Côte d’Ivoire.

SITUATION ETHNIQUE ET GEOGRAPHIQUE

Terroirs de Duonefla, types de cultures

2131. L’aménagement autour du village s’effectuerait en zones concentriques :

  1. village et ses polarités morphologiques,

  2. zone de marge,

  3. zone de transition et ses polarités : points d’eaux, marigots, lavoir, ancêtres, masques, école,

  4. zone de terroirs en jachère,

  5. zone de terroirs mis en exploitation.

214Ce passage cyclique de la zone de jachère à la zone de mise en exploitation aurait pour conséquence une mobilité relative, des cultures agricoles.

2152. Les cultures se répartissent sur un secteur limité, en éventail selon leur nature :

  • cultures vivrières liées à l’économie de subsistance ;

  • cultures commerciales liées à l’économie monétaire ;

  • cultures dont la production est assurée par les femmes exclusivement (chez les indigènes).

2163. La répartition des terroirs est dictée par la qualité des terres et par le jeu des relations avec les villages environnants (Séizra, Balogui, Bouata). Le pratique de la jachère à l’intérieur des terroirs attribués à chaque planteur a pour conséquence une mobilité des cultures toute relative (mobilité à l’intérieur des parties). Ces deux phénomènes se traduisent par un éloignement maximum très grand des cultures (8 km environ) et sont vraisemblablement la cause de la création du campement Sei-zio.

TYPES DE CULTURES

Terroirs de Duonefla, les planteurs

2171. La répartition des terroirs serait régie par les règles de la structure sociale du village.

218La répartition spatiale des terroirs constituerait le prolongement de la répartition sociale et spatiale villageoise appliquée au schéma de l’aménagement en zones concentriques.

2192. La carte indique l’emplacement des terres attribuées à chaque planteur. La dénomination du planteur est, en principe, remplacée par son numéro de référence dans les cartes de « Démographie : Permanence et Migration sur le terroir du Goniwuo et du Dogi » (A.1.1. et A.1.2.) ; celle du planteur allogène est lisible sur la carte.

220Il aurait été intéressant de faire ressortir la relation du planteur allogène à son attributaire indigène.

2213. L’ensemble des terroirs de Duonéfla sont situés au nord, nord-ouest du village. Les terroirs qui concernent les indigènes sont groupés en trois grandes zones. Une première, attenante au village, une deuxième, dépendante du campement du village (Sei-zio) et une troisième, dépendante d’un campement mineur qui n’est pas habité toute l’année.

222A l’exception d’un 4ème groupe mineur de terroirs, la plupart des terroirs qui ne sont pas attenants à ces trois zones se trouvent le long du sentier reliant les campement Sei-zio au village. Cette implantation n’est donc pas un prolongement spatial des quartiers du village comme le schéma ci-dessus le laissait supposer.

223Le premier ensemble de terroirs dépendants de Seizio est essentiellement cultivé par des membres du goniwuo Kia bi sei nene. (Quelques champs insérés au milieu sont ceux de Duo bi sei nene. Il faut noter toutefois que ces membres du Duo bi sei nene vivent au campement de Sei-zio).

224La juxtaposition immédiate des champs correspond dans ce cas à des rapports étroits de consanguinité, qu’il s’agisse de frères véritables ou de cousins germains.

225Il faut souligner toutefois que les propriétaires des champs ont été recensés par case. Ainsi lorsqu’un père de famille — chef de dogi — vit sous le même toit que son fils et son petit-fils, tous les champs cultivés par des membres de ce dogi sont annotés de la même façon. Cette technique rend malheureusement impossible toute hypothèse sur les modes d’attribution des champs. Il serait donc hasardeux de se risquer à des extrapolations que la cartographie n’infirme pas et de conclure que les père asseoit son fils sur un champ attenant, ou que c’est le rôle de l’oncle d’asseoir son neveu...

226Les terroirs du deuxième campement dépendent en majorité des planteurs du goniwuo Duo bi sei nene et offrent le même type de relations re consanguinité que le premier groupe.

227Le troisième ensemble de terroirs, le plus proche de Duonéfla n’offre aucune correspondance entre la structure spatiale et la structure sociale bien qu’il soit cultivé par un grand nombre de membres du même goniwuo. Dans ce cas-ci, les liens de parenté semblent plutôt de type social puisque tous se réclament d’un ancêtre commun, confondant rapports de consanguinité et parenté sociale.

228Le quatrième groupe mineur de terroirs du goniwuo Banene, et ses liens de parenté le rapprochent des autres groupements majeurs.

Aptitudes pondérées des sols

2291. Une approximation des aptitudes réelles des sols peut être réalisée à partir de la superposition des cartes « Données pédologiques » (A. 3. 3.) et « Végétation, Hydrographie » (A. 3. 1.).

2302. La carte détermine des zones aptes aux cultures commerciales (café, cacao, coton), des zones aptes aux cultures vivrières (riz, cultures traditionnelles, manioc, igname, maïs, arachides...), des zones aptes aux cultures, moyennant des mesures anti-érosion, et enfin des zones inaptes aux cultures (maintien du milieu, mesures anti-érosion, qualités physiques et chimiques des sols médiocres mais aptes aux parcours).

2313. On remarque l’émergence d’une zone très peu exploitée : le couloir de la rivière Marahoué.

232La partie à l’ouest de la Marahoué est très homogène. En montant vers le nord, on constate un degré croissant d’aptitude aux cultures commerciales : les villages de cette zone sont par conséquent tous dans une situation similaire. La partie Est, beaucoup plus hétérogène, comporte une succession de « trous » au niveau des aptitudes agricoles. L’intégration de populations nouvelles serait vraisemblablement problématique.

APTITUDES PONDEREES

Infrastructure régionale, économie commerciale et marchés traditionnels

2331. La superposition des cartes d’infrastructure régionale, marchés, villages, campements (A. 3.4), présentant la hiérarchie des niveaux d’agglomération, de degrés d’équipements (A. 3. 5) et de démographie, densité de population (A. 3. 6) donne une perception synchronique de la hiérarchie des pôles économiques et sociaux.

234La comparaison de ces pôles avec ceux établis en 1912 par L. Tauxier (cité par C. Meillassoux) indique l’évolution du mode de vie, l’introduction progressive de la monnaie et ses répercussions sur la hiérarchie des pôles.

2352. La présence des migrants allogènes révèle une orientation de la production et de ses rapports avec le salariat. Les migrants sont en majorité situés à proximité du pôle d’écoulement des produits agricoles commerciaux. Chez les indigènes, la production est orientée vers les cultures vivrières, les cultures commerciales constituant un appoint. Les rapports de production familiaux (prestataires) et le travail salarié (qui tend à dissoudre l’organisation sociale reposant sur le mode de production) sont combinés.

2363. L’introduction des cultures commerciales dans la périphérie de Zuénoula provoque une zone de coupure dans le rayonnement des pôles établis par des rapports d’économie d’auto-subsistance. La suppression de six marchés dans un cercle de 10 km de rayon s’est effectuée au profit du marché de Zuénoula (marché dit des Blancs et de l’Administration, assimilés dans une même terminologie). La prépondérance du marché de Zuénoula entraîne l’adaptation de la hiérarchie des pôles de production aux pôles d’écoulement, réduisant en partie la fonction de marché à un échange économique. La prépondérance du pôle économique de Zuénoula (par rapport aux marchés au rôle économique très secondaire) fait apparaître le clivage des deux modes de vie en présence. Le pôle pourrait être traité comme un lieu particulier assumant ce clivage.

ECONOMIE COMMERCIALE & MARCHES TRADITIONNELS

4. De la cartographie au projet

237La cartographie fournit des indications essentielles à une connaissance approfondie du mode de vie, et des données indispensables à la formulation d’un projet qui prétend pouvoir assurer un développement des indigènes en sauvegardant leur identité.

238Nous ne prétendons pas, dans les quelques lignes qui suivent, résumer l’ensemble des indications économiques, politiques et sociales que l’étude cartographique fait ressortir, mais nous espérons mettre en évidence quelques caractéristiques déterminantes pour le projet, en insistant sur la mise en relation des facteurs religieux, des genres et modes de vie, avec leurs correspondants spatiaux. Nous avons cherché les règles qui régissent les distributions spatiales et tenté de les respecter dans notre projet, puisque nous désirons offrir une structure spatiale qui permette d’assurer (si volonté il y a) une certaine continuité du passé au futur. Nous avons cherché à indiquer en parallèle les signes de changement des valeurs, pour esquisser un bref aperçu du contexte en évolution dans lequel s’inscrit l’implantation du complexe agro-industriel.

239Le mode d’organisation sociale des villages est caractérisé par une structure communautaire, une communauté restreinte ou cellule domestique, et un égalitarisme à l’intérieur des castes.

240— Dans une structure communautaire, il n’est traditionnellement pas possible de distinguer le travail de chacun ni, par conséquent, de déterminer son dû. Le cycle de production et de consommation à l’intérieur du groupe est confondu en une routine quotidienne.

241— La communauté restreinte (ou cellule domestique dite « dogi ») a une signification spatiale et socio-économique : le groupe établi sur la concession fonctionne comme un groupe de production et de consommation. Sa signification sociale encore relativement faible s’accroît chaque jour et constitue les prémices d’une mutation de la société traditionnelle de logique communautaire vers une société de logique individuelle. L’évolution des rapports de commensalité, par exemple, témoigne d’un changement : seule la consommation des plats se fait encore en commun, la préparation et la provenance de la nourriture de chaque individu est nucléarisée. Il faut signaler toutefois que la consommation des productions excédentaires aux besoins villageois reste orientée vers le profit du groupe entier et les relations humaines. L’écoulement des surplus (par exemple, d’arachides) est assuré par des compétitions inter-villages.

242Si les indigènes restent orientés sur le négoce et ne pratiquent que rarement la vente de produits vivriers, ce n’est pas le cas des allogènes dont les productions sont axées sur la vente en vue de gains financiers. Les structures spatiales allogènes indiquent une nucléarisation plus forte.

243— L’organisation sociale distingue des castes : celle des hommes et celle des femmes. Ces castes disposent, de par les institutions mises en place, d’un certain nombre de pouvoirs qui entrent en jeu de façon complexe pour éviter que le développement de l’une ne se fasse au détriment de l’autre. Celles-ci ont des aires délimitées qui, suivant les événements ou les heures de la journée, peuvent être exclusives pour l’autre caste. De plus, les castes sont pondérées par les différents âges de maturité : classes d’enfants impubères, d’adolescents non initiés, d’adultes et de vieux. Chaque classe correspond à une accumulation du savoir par l’expérience et du savoir enseigné par la tradition. L’accumulation de ce savoir permet d’accéder à des occupations plus dignes. La structure du pouvoir n’est pas fonction de la capacité productive ou de la rentabilité d’un homme mais de son âge, c’est-à-dire de son savoir et de sa sagesse. L’école qui dispense l’éducation aux jeunes s’inscrit en opposition aux structures traditionnelles. (Son lieu d’implantation et son type d’architecture aussi).

244L’autorité est, traditionnellement, une affaire de groupe. Les décisions concernant le groupe sont prises par le système de la « palabre » qui requiert le consensus du groupe entier, c’est-à-dire non à la majorité, mais à l’unanimité.

245— La vie quotidienne distingue des heures et des lieux de production et de consommation, de travail et de repos, de vie sociale et d’intimité. (L’intimité d’ailleurs ne s’applique pas aux mêmes fonctions qu’en Europe). Pour accueillir ces activités, l’espace extérieur aux bâtis est architecturalement aussi important que l’intérieur des bâtis.

246— Enfin, le sol africain a une autre dimension vécue que le sol en Europe, les cultes voués à la terre des ancêtres en témoigne. La religion (animiste) est intimement liée à la vie sociale, le village entier respecte les jours « chômés » lors de deuils ou de festivités.

247Nous avons désiré que le projet qui suit soit empreint de ces valeurs.

5. Projet

Nature du développement

248Nota — Les plans reproduits visent à refléter l’esprit du projet dans ses grandes caractéristiques. Les descriptifs et planches techniques n’y figurent pas, non qu’elles soient dénuées de tout intérêt, mais parce que trop spécialisées au regard de la problématique générale.

249Le site sur lequel s’implante l’agro-industrie sucrière est exempt de toute entreprise économique du genre, et vit actuellement encore d’une économie d’auto-subsistance. L’absence de structures ou d’infrastructures préalables contraint la société sucrière, à des fins de garantie de fonctionnement, d’englober dans son programme, la réalisation d’un projet d’urbanisme et d’habitat (c’est-à-dire de logements de fonction et d’équipements socio-communautaires).

250Notre projet qui traite de la réalisation du programme complet d’habitat et d’urbanisme, s’inscrit comme une variante du projet officiel, mandaté par la Sodesucre. Notre propos n’est pas de se limiter à ce programme, mais bien plus de se servir de la réalisation du complexe pour mettre en place tous les éléments favorables à un développement régional équilibré. Nous avons successivement, à l’échelle de l’aménagement, de l’urbanisme et de l’habitat synthétisé les grandes lignes en dressant en parallèle à notre logique, à nos choix successifs, ceux vus dans l’optique de l’entreprise

251La logique de développement que nous suivons est issue de deux contextes : l’un politique, et l’autre idéologique. Par la voie du développement rural et de l’animation rurale, nous espérons atteindre, grâce à une prise de conscience sociale et politique, une évolution des systèmes en place (physique et humain) qui respecte les spécificités et les potentialités régionales. Le dialogue de la terre et de l’humain doit stabiliser la population et uniformiser les comportements sociaux. Uniformisation ne veut pas forcément dire « nivellement » des personnalités, mais bien respect d’un contenu social familial de logique communautaire, à l’abri de l’influence d’une société individualiste qui tendrait à une déstructuration sociale. Nous espérons respecter le groupe, out en permettant aux « classes » les plus défavorisées d’évoluer.

252Un développement régional équilibré ne peut qu’être le fait d’une population qui se sent concernée et qui comprend les buts et finalités des actes à jouer pour favoriser l’identité régionale.

NATURE DU DEVELOPPEMENT

253Description des moyens proposés pour accueillir les populations liées à l’installation d’un complexe sucrier au centre de la Côte d’Ivoire, dans la sous-préfecture de Zuénoula.

254Bref énoncé chiffré du problème.

255— Les besoins en emploi de l’entreprise se montent, pour 1979 à 2800 emplois, ce chiffre doit augmenter par la suite.

  • Hypothèse : le rapport moyen emploi-population prévu est de 1 emploi pour 6 habitants, ce qui entraîne une population de 16’800 habitants.

  • Le nombre d’emplois induits par la population nouvelle est estimé à environ 1 emploi induit pour 3 emplois industriels, soit un total de 900 emplois induits, ce qui entraîne une population supplémentaire de 5’400 habitants.

256Ainsi, le chiffre total des populations liées directement ou indirectement à l’implantation de la raffinerie s’élève approximativement à 22’000 habitants.

Potentialité des terroirs et réseaux de circulation

257La disponibilité en terres agricoles dans la région est pour nous l’élément majeur de la politique sociale et physique à appliquer. C’est le concept principal qui régit nos choix en matière de développement régional.

258Dans la situation actuelle nous avons 20 à 30 habitants au km2, ce qui par rapport aux types de cultures est généralement considéré comme proche du maximum admissible. L’implantation du complexe agro-industriel entraîne la perte pour un village de ses terroirs et l’amputation pour trois villages d’une partie de leurs terres. L’équilibre « habitant/surface agricole » s’en trouve passablement modifié.

259Face à la situation initiale décrite ci-dessus, et face à l’arrivée probable d’un nouveau contingent de population, nous proposons les attitudes suivantes :

  1. Une politique de l’emploi qui prévoie une information et une formation des indigènes désirant travailler à l’usine afin de restreindre au maximum l’arrivée de nouvelles populations.

  2. Une politique des terres agricoles comprenant :

  • l’ouverture de nouvelles terres de cultures, soit dans un rayon de 5 à 7 km autour des villages, soit au contact direct du réseau de circulation (nécessite une étude approfondie des possibilités de la région) ;

  • l’augmentation du rendement agricole par l’information et la formation des paysans et par l’encadrement et l’aide techniques.

  1. Une hiérarchisation des pôles visant à répartir la population sur les villages existants, de façon à maintenir le système de relation régionale ainsi qu’à faire bénéficier l’ensemble de la population d’une amélioration des équipements.

260Les propositions d’équipement sont fonction de la population. Les chiffres sont établis à partir des « grilles d’équipement de base d’un pays rural type » qui ont été dressées par le FRAR (Fonds régionaux d’aménagements ruraux, organisme dépendant du Ministère du Plan).

POTENTIALITE DES TERRORS

Hiérachie des pôles

1. La hiérarchisation des pôles distingue :

  • De « petites agglomérations » qui seront pourvues :

  • de nouveaux terroirs défrichés et équipés

  • de mini-structures d’accueil (225 m2) c’est-à-dire d’équipements socio-communautaires minimaux

  • d’une « plateforme » équipée, c’est-à-dire d’un terrain aménagé prêt à la construction

  • d’un point d’eau équipé (puits) et d’un lavoir

  • de points électrifiés et de points éclairés

  • d’une connection au réseau de circulation.

261Des « villages » pour lesquels sont prévus :

  • l’ouverture et l’équipement de nouveaux terroirs

  • une structure d’accueil (1400 m2 = 5 modules)

  • des équipements socio-communautaires (y compris écoles et poste secouriste)

  • des plateformes équipées

  • des points d’eau équipés (puits) et lavoirs

  • des points électrifiés et des points éclairés

  • une connection au réseau de circulation (y compris à la piste automobile).

262Des « bourgs » (villages-centres définis par les grilles FRAR) pour lesquels sont prévus :

263l’ouverture et l’équipement de nouveaux terroirs

  • une structure d’accueil (6 à 15 modules, 1680 m2 minimum d’équipements socio-communautaires y compris écoles, jardins d’enfants, dispensaire, centre d’état civil, marché couvert et unités de logements pour les saisonniers)

  • des plateformes équipées (ouvriers-manœuvres, agents de maîtrise)

  • un château d’eau (ou compresseur), un système d’adductiou d’eau par points, de lavoirs

  • un groupe électrogène (ou branchement au réseau)

  • des points électrifiés, des points éclairés

  • un système de voirie centrale desservant les plateformes périphériques

  • en parallèle, un réseau primaire VRD

  • une connection au réseau de circulation (y compris gare routière).

HIERARCHIE DES POLES

264La « ville de Zuénoula », lieu de la sous-préfecture.

265Dans les relations de dépendance entre petites agglomérations, villages, bourgs et ville, Zuénoula est située en tête du réseau et devra recevoir (si elle ne les possède déjà) les équipements lui permettant de remplir cette fonction.

2. Un réseau de circulation.

266Réalisation d’un réseau dense de pistes cyclables ayant pour fonction :

  • ouverture de nouvelles terres agricoles et une plus grande facilité de communication de celles-ci avec les villages

  • desserte des agglomérations, permettant une hiérarchie des pôles. Appuyer les rôles majeurs de certaines d’entre elles par leur position sur la piste cyclable (traversant, ou cul-de-sac)

  • transport des ouvriers vers la raffinerie sucrière (distance maximum avoisinant les 14 km) par un moyen de transport individuel

  • prise de conscience de l’entité de la région de Zuénoula

3. Stratégie dans le temps.

267Concernant la préparation et l’équipement terroirs et agglomérations, il est prévu de développer en une 1ère phase les « petites agglomérations », en une 2ème phase les « villages » et en une 3ème phase les « bourgs ».

268Les agglomérations au plus bas degré d’équipement final sont réalisées en premier lieu, de façon à drainer tout d’abord les populations vers ces points. Les agglomérations au plus haut degré d’équipement final sont réalisées en dernier lieu, étant elles-mêmes considérées comme des pôles d’attraction.

STRATEGIE DANS LE TEMPS

269Comme indiqué sur le tableau ci-dessus des options et choix successifs, les moyens développés au niveau de l’agglomération sont basés sur trois concepts majeurs : la structure d’accueil, la plateforme et, à un autre niveau, l’interface.

1.

270La structure d’accueil est conçue pour accueillir différentes appropriations possibles dans le temps.

271Dans une première phase, son usage sera celui d’une cité de chantier et de logements provisoires mis à disposition des ouvriers engagés par l’agro-industrie — pendant 4 à 8 mois — pour voir si le type de travail leur convient ; et le cas échéant, leur permettre de se former un cercle de relations et d’opérer un choix quant aux terroirs et au village où ils s’implanteront définitivement sur les plateformes aménagées à cet effet.

272Les structures d’accueil verront défiler successivement plusieurs groupes d’ouvriers, jusqu’à ce que l’entreprise ait approché la taille d’extension finale, période à partir de laquelle la plupart des structures d’accueil seront progressivement libérées et livrées à la communauté.

273Ainsi, l’implantation de celles-ci est partiellement déterminée par le rôle futur des structures d’accueil puisqu’elles serviront, en bonne partie, de lieux mis au service des collectivités existantes, et accueilleront toutes sortes d’activités socio-communautaires allant des dispensaires aux lieux d’entreposage des produits agricoles, en passant par des salles scolaires et des logements d’instituteurs.

274Les structures d’accueil seront donc greffées sur les villages existants et seront disposées en pôles stratégiques, comme éléments de jonction entre le village existant et les plateformes aménagées pour les nouveaux habitants du village.

2. Les plateformes

275La taille d’une plateforme est d’environ 300 occupants. La plateforme est prévue densifiable par l’intérieur jusqu’à approximativement 400 habitants. Sa taille a été déterminée par les tailles moyennes des villages existants, de sorte qu’elle respecte un équilibre au niveau des rapports de taille entre les « parties » et le noyau original du village.

276Chaque plateforme a une superficie d’environ 36’000 m2 habitables, elle s’entoure en plus d’une zone de marge semblable à celle des villages traditionnels. Les plateformes sont des zones défrichées et mises hors d’eau par un réseau primaire d’écoulement des eaux de surface ; elles sont équipées de quelques points d’électricité et sises à proximité d’un point d’eau (puits ou pompe à pression), et dotées d’un lavoir.

277Les plateformes ne seront pas loties d’avance. L’installation sur ces plateformes ne pourra se faire sans la participation directe des futurs habitants qui auront la possibilité de se grouper en concessions de façon similaire aux dogis. (Le groupement d’habitat en communauté ne leur sera pas imposé mais sera favorisé par des équipements qui ne seront à leur disposition qu’en commun avec d’autres). Sur la base d’un consensus, le futur habitant décidera de la disposition et de l’orientation des bâtis qui lui seront fournis à l’état habitable, mais non achevé. Les litiges seront réglés par le droit coutumier, sous l’autorité d’un chef de la terre qui fera palabre. Ainsi, le régime foncier est celui du droit de superficie à l’échelle du groupe, et propriété foncière de type coutumier en milieu rural.

278Quant aux règles du jeu, aux contraintes spatiales régissant l’implantation, elles ne seront pas données aux futurs habitants mais serviront au maître de la terre pour lui permettre une organisation spontanée mais contrôlée. Ce n’est que lorsque le choix du futur habitant ira à l’encontre de ces règles qu’il lui sera alors demandé de modifier la position de ses bâtis.

279D’autre part, l’implantation sur les plateformes ne sera pas limitée aux ouvriers de l’agro-industrie et à une famille ; toute personne « induite » aura la possibilité de s’installer sur la plateforme, si elle respecte les règles du jeu et finance son habitat.

ELEMENTS STRUCTURANTS DE L’IMPLANTATION

3. L’interface

280Parler d’interface, c’est-à-dire des composants d’un système lié aux transports, en bref des changements de mode de déplacement, peut paraître à première vue paradoxal en Afrique noire, puisque la notion de transport typiquement africaine se rapporte essentiellement au mode piétonnier.

281Pourtant, face au développement actuel en Côte d’Ivoire des moyens de communication et des possibilités de liaison rapide entre des pôles très éloignés, les lieux d’interface ou d’« échangeurs » (comme des gares routières, par exemple) prennent une importance majeure.

282A vrai dire, ces lieux d’« échangeurs », qui sont parmi les endroits vécus le plus intensément dans l’agglomération, apparaissent d’autant plus importants qu’ils sont ponctuels, et par là se distinguent fondamentalement des interfaces au sein du village.

283De plus, le village traditionnel n’ignore pas véritablement la notion d’interface, mais la situe à une échelle et à un niveau différent en ce sens que les lieux de l’interface s’étendent à tous les espaces de cheminement possibles au sein du village, et que les changements de mode de déplacement s’appliquent plutôt aux qualités qui caractérisent les piétons ; par exemple, une femme qui revient du marigot avec 30 litres d’eau sur la tête se distingue d’une autre femme en train de rouler son mortier jusqu’au lieu où elle va piler.

284Au niveau régional, l’interface est constitué par la piste cyclable. Le réseau cyclable se base sur des cheminements existants, notamment les sentiers. Il est l’un des éléments qui vise à renforcer le sentiment d’appartenance à une commune des villages desservis. Il faut distinguer 3 types de liaisons entre les villages et ce réseau :

  • les villages situés en bout de piste ou « cul de sac »

  • les villages situés en charnière du réseau, sur un « coude »

  • les villages traversés.

285Ces types de liaisons sont fonction de la position géographique des villages, des lieux favorables aux terroirs à desservir et des importances attractives de ces villages. Il est vraisemblable de penser que la croissance d’un village sera influencée par le type de liaison du village au réseau.

286La piste cyclable est un élément traversant la structure d’accueil, ainsi sa fonction au niveau de l’agglomération lui est directement liée. Tout comme la structure d’accueil (destinée dans un stade final à des activités socio-communautaires), la piste cyclable a un parcours qui dessert les lieux stratégiques des agglomérations en vue de servir de nœud ou de joint entre le tissu du village existant et les plateformes.

287Les bourgs ou villages-centres présentent un réseau interne, éventuellement superposé à des pistes carrossables, qui sert de dessertes des plateformes, et de liens entre elles. Ce réseau englobe dans son parcours un lieu d’interface majeur, la gare routière.

288Pour tous les villages, l’entrée dans l’agglomération et la sortie vers les terroirs sont l’effet d’un marquage particulier (dont la signification s’approche d’une porte de ville ou d’un « pont levis ») qui garantit l’usage exclusif de ces pistes cyclables aux bicyclettes, aux triporteurs ainsi qu’aux piétons.

289La piste cyclable au sein de l’agglomération se distingue des autres voies de cheminement, grâce à un traitement du sol qui en délimite un tracé fixe.

290Un réseau de cheminement de moindre importance garantit la circulation interne des plateformes. Il présente de multiples entrées qui viennent se greffer sur la piste cyclable. Les lieux de cheminement ne sont pas fixés d’avance, et consistent en des gabarits qui assurent l’accessibilité à certains pôles stratégiques.

291Il faut souligner cependant que le véritable réseau de cheminement, vraisemblablement le plus dense, sera fonction des positions des cours et de l’humeur du moment des usagers. L’itinéraire d’un usager, comme dans les villages traditionnels, est marqué par différents « focus points » qui jalonnent son parcours.

292Il faut distinguer deux composants dans le chapitre habitat. Tout d’abord la « structure d’accueil », solution d’habitat transitoire permettant de « comprimer » les besoins lors de l’arrivée massive du personnel nécessaire à la mise en exploitation du complexe agro-industriel ; elle permet aussi de différer l’élaboration du logement définitif et présente une fonction didactique précise. Ensuite, « l’Unité d’habitat », qui consiste en une solution d’habitat partiellement réalisée. En voie d’élaboration, elle permet de reporter à son tour la réalisation définitive.

Structure d’accueil

293Les caractéristiques :

294a. Flexibilité dans les appropriations

295Nous référant au contenu de la carte « cycle de vie » (B. 2.2.), concernant l’adaptation de l’habitat à l’évolution des besoins, nous préconisons une solution faisant apparaître des zones de « dur » et de « mou » coïncidant selon les points de vue suivants :

  • construction : les éléments « durs » sont ceux sans lesquels l’ensemble construit ne tient pas

  • appropriation : les éléments « durs » sont ceux les plus évocateurs d’appropriations

296La structure d’accueil doit pouvoir assumer les « scénarii » suivants :

  • logements transitoires — cité chantier

  • logements transitoires — futurs permanents

  • équipements socio-communautaires (marché, locaux pour des « groupements villageois coopératifs » (GVC) unités sanitaires de premiers soins...) et/ou

  • logements de fonction des équipements socio-communautaires

  • logements des saisonniers.

297b. Proposition didactique pour un modèle d’habitat communautaire

298Les références principales résident dans les cartes « éléments structurants » (B. 2. 9.), « zones de marges et espaces-cours » (B. 2. 8.), « occupation spatiale selon le sexe » (B.2. 1.).

299On retrouve une forme géométrisée, constituée de polarités, présentant les possibilités d’une vie sociale communautaire :

  • la cour

  • les préaux et claies améliorées

  • les équipements sanitaires.

300Les prolongements extérieurs protégés permettent une préparation des plats pour chaque noyau familial nucléarisé ; la cour se prête à une consommation en « commun » — ce cas pourrait se présenter assez vraisemblablement en présence de plusieurs célibataires dans la même cour (cf. carte « processus d’arrivée des allogènes, liens familiaux et liens villageois » A 1.7.).

301Cette proposition vise à provoquer une réflexion chez les habitants transitoires, et une prise de position face à l’environnement proposé par le processus de l’évaluation. L’évaluation vécue nous paraît la seule forme de participation possible étant donné les faibles niveaux de conscientisation et deformation.

302c. Une proposition didactique portant sur les ’ technologies adaptées (construction et choix des matériaux).

SCHEMAS DE GROUPEMENT

303Dans la réalité ivoirienne, la mise en valeur des matériaux traditionnels et de technologies adaptées en matière d’habitat est impensable tant les aspirations des populations — rurales et urbaines — sont rigides. Les mots-clefs de celles-ci sont : typologie de la villa, murs en parpaings de ciment crépis et blanchis, couverture en tôle...

304Dans le souci de satisfaire avant tout les aspirations psycho-sociales plus que les besoins physiologiques d’adaptation au climat — besoins impérieux, selon notre point de vue ethnocentrique — nous proposons une solution de « couverture-parapluie » en bac-aluminium sur structure portante d’éléments préfabriques en béton armé, ou murs de parpaings de ciment et structure portée primaire de poutres triangulées en bois. Les murs de séparation (intérieur-extérieur) sont en parpaings de géo-béton afin de démontrer leurs qualités d’isolation thermique et surtout, d’amortissement de la température Un autre aspect démonstratif réside dans sa résistance aux agents atmosphériques ainsi qu’aux chocs — lors du passage en équipements socio-communautaires, nous pensons que ce matériau pourra acquérir se lettres de noblesse —. L’installation d’un faux-plafond, la présence de claustras ainsi que la facture d’un débord important de toiture, sont les autres « concessions » aux contraintes climatographiques. Dans l’optique des populations, le faux-plafond présentera surtout l’avantage d’une isolation phonique (prioritairement à l’isolation thermique).

305La présence de ces dispositifs n’a pas seulement une fonction didactique pour les populations concernées, mais a aussi une valeur de « test ».

GROUPEMENT DE BASE PROPOSITION EN VARIANTES

MODULE DE BASE PLAN ET ELEVATIONS

GROUPEMENT DE BASE HIERARCHISATION SPATIALE

GROUPEMENT DE BASE : REAPROPRIATION SOCIO-COMMUNAUTAIRE LOGEMENTS DE FONCTION

Structure d’accueil pour les petites agglomérations

306Caractéristiques :

307Il s’agit d’une structure permettant l’accueil d’appropriations socio-communautaires : équipements pour groupes villageois coopératifs (engrangements, organisations) et/ou lieu de réunion (focus point) du nouveau village.

308En tant qu’élément du communautaire, nous avons reproduit et réinterprété le bô communautaire de la famille élargie (cf. unité d’habitat : le préau communautaire), afin de proposer un bô à l’échelle villageoise. Ces équipements doivent présenter une signification représentative aux veux des habitants établis ou en voie d’établissement et être la démonstration tangible de l’« effort » fourni pour rendre les petits villages attractifs.

309Cette structure d’accueil devrait constituer un élément didactique ; d’une part à un niveau technologique, les modules sont réalisés sur vide sanitaire, d’autre part, à un niveau culturel, le passage d’une technologie traditionnelle à une technologie « moderne » reflète le passage d’une morphologie ouverte à une morphologie fermée (passage du bô au kôn traditionnels).

STRUCTURE D’ACCUEIL POUR PETITES AGGLOMERATIONS

Unité d’habitat

310L’habitat est constitué de plusieurs petites unités ou polarités dissociées afin de permettre une souplesse d’appropriation correspondant au mode de vie communautaire. Pour favoriser la constitution de cours (éléments structurants bâtis en creux), nous proposons deux modules habitables individuels et fermés qui, par leur position, déterminent un espace extérieur appropriable. Les autres parties constitutives de l’unité d’habitat sont le support d’appropriations collectives et présentent des caractéristiques morphologiques ouvertes. Il s’agit du préau et des équipements sanitaires (douchières + WC).

Préau

311Le préau offre une morphologie adaptée à une technologie nouvelle et rappelle les propriétés de centralité du plan circulaire traditionnel. Aldo Van Eyck définissant deux aspects de la centralité montre deux façons d’être :

312Lié spirituellement au centre ou lié à l’horizon (centre vers lequel on tend)

313avec les autres ou tout seul

UNITE D’HABITAT EQUIPEMENT SOCIO-COMMUNAUTAIRES PREAU – BÀ, DOUCHIERES, LIEUX D’EXTRETA

314La définition d’une centralité se révèle donc essentielle dans l’établissement ou l’évocation de relations communautaires : le centre est le médiateur des rattachements de l’individu aux autres. Dans notre proposition, nous nous attachons à définir une zone de centralité (ambiguïté du point culturel), le schéma d’A. Van Eyck devient alors :

315— Les préaux sont attribués aux groupes qui en font la demande (comprenant de 3 à 5 employés du complexe sucrier). Cette répartition correspond à un degré de communautarité restreint défini par les aspirations à un modèle nucléarisé.

Équipements sanitaires

316Les douchières sont jumelées et présentent le degré de communautarité suivant : une paire de douchières pour trois sous-groupes socio-professionnels. L’accroissement du nombre de douchières par rapport aux « normes » traditionnelles est imposé par des raisons d’hygiène. Le jumelage des douchières permet une possibilité d’attribution à l’intérieur du groupe selon les liens de parenté ou selon la hiérarchie sociale.

  • Les WC sont groupés par quatre et constituent le lieu d’excreta. L’appartenance est commune au groupe (défini ci-dessus). L’aîné prend la responsabilité de « son » unité sanitaire.

Flexibilité de l’habitat

317Le concept de la flexibilité est relatif à la nécessité d’adaptation à des besoins très fluctuants. D’une part, nous avons affaire à une société en mutation et il est difficile d’affirmer vers quels futurs celle-ci va tendre. D’autre part, les situations des futurs habitants peuvent être très différentes, fortement nucléarisées ou, au contraire, rattachées au groupe originel.

318La meilleure garantie de « flexibilité », à ce niveau, est la participation active des bénéficiaires à leur habitat puisque chacun définit ses besoins. Il est indispensable d’établir une structure stimulant la participation et servant de « conseiller », notamment par la démonstration des qualités de certaines appropriations plus indéterminées et souples. Il est possible de reculer le choix définitif d’un investissement durable — et d’évaluer les choix provisoires — par l’usage des matériaux et de technologies traditionnels. Cette phase intermédiaire correspondrait d’ailleurs aux possibilités modestes d’investissement financier dont seraient capables les populations.

319Les possibilités d’extension (par agrandissement linéaire ou bi-direction-nel) constituent une autre forme d’adaptation aux besoins du moment.

Aspect didactique de l’unité d’habitat

320L’unité d’habitat reprend les thèmes principaux de la structure d’accueil tant dans la coutume que dans la forme. Elle s’en distance toutefois par l’absence d’une géométrisation de l’implantation.. L’habitant détermine l’implantation de son habitat, en confrontation avec l’existant et en réaction à la proposition de la structure d’accueil. De même, les modules habitables reprennent l’élément formel de la « structure-parapluie » comme affirmation de la modernité. L’un des modules présente un noyau bâti achevé, « la véranda », se référant simultanément aux aspirations relatives à la morphologie et la typologie et à la structure d’accueil. Ce noyau de référence devrait susciter une prise de position préalable à la phase de participation, qui s’inscrirait en réaction, en harmonie ou en rupture avec la technologie, les matériaux, le climat, et de façon générale, le support du mode de vie proposé.

321L’unité d’habitat comprend tous les éléments rendant possible les pratiques traditionnelles de la vie communautaire (restreinte). Néanmoins, elle n’élimine pas la possibilité d’un mode de vie fortement nucléarisé et d’un usage privé. Ces modes sont prétérités dans le sens où ils sont rendus possibles par l’investissement pour l’appropriation des parts complémentaires des équipements communautaires.

322Les unités d’habitat sont destinées tant aux ouvriers qu’aux agents de maîtrise. Il en a été élaboré deux variantes :

  • la proposition 1 est constituée de deux modules indépendants

  • la proposition 2, de modules reliés structurellement.

PROPOSITION 1: MODULES DISSOCIERS
PROPOSITION 2: MODULES GROUPES

6. Conclusion et évaluation

323Cette variante de projet accompagnée de descriptifs techniques fut fournie aux édiles de la région, respectivement au ministre et député Gouro.

324Le projet ci-dessus est à voir comme un tout, que nous avons voulu indissociable parce que procédant du même esprit à chaque échelle, tant celle de l’aménagement, de l’urbanisme que de l’habitat. En effet, notre proposition, en pratique, n’est cohérente qu’à la condition de la réaliser globalement. Vouloir en utiliser quelques éléments seulement irait à l’encontre du but visé. Chaque solution partielle (moyens) ne prend toute sa valeur qu’en fonction de son inscription dans l’ensemble des solutions partielles.

325Si la cartographie est intimement liée au projet puisqu’elle a généré notre proposition, elle n’en reste pas moins un élément utilisable séparément par d’autres projeteurs.

326Après une phase créative, une phase analytique réflexive sur la création accomplie est apte à enrichir les données constitutives de la projétation et par là à en diminuer les riques d’erreur. C’est le but que se propose d’atteindre l’évaluation.

  • 12 Il est à noter à ce propos le rôle important d’une série de tables rondes à Abidjan et à Genève, co (...)

327Nous nous proposons d’entreprende une évaluation qui devrait nous permettre de clore notre « première boucle ». Elle intervient en fin d’un premier processus et se propose de porter un œil critique tant sur la cohérence de la démarche que sur la cohérence globale de notre proposition12.

328Nous nous attacherons tout d’abord à évaluer les points concrets ou structurants de notre travail, qui pour l’évalution-même nous permettront de définir des données plus approfondies tant au niveau de la méthode qu’au niveau des « inputs » de base. L’évaluation est donc vue comme un moyen d’enrichir les données de départ d’une nouvelle phase.

329La démarche revêt pour nous une importance particulière. Nous allons donc essayer d’analyser celle que nous avons suivie, en portant une réflexion sur la distance qui la sépare d’une méthode à la fois plus rigoureuse et plus opérationnelle.

330Nous avons eu dans la démarche de cette première « boucle » une approche intuitive, englobant les problèmes d’une façon générale et desservant une série d’objectifs sociaux.

331La cohérence interne de cette première « boucle » est définie par rapport à la ligne directrice issue d’une hypothèse de base : cette hypothèse admet le programme de l’entreprise et les choix spécifiques à une agro-industrie qui en découlent et les suppose compatibles avec un développement rural intégré à la région et à la population. Il représente notre parti-pris personnel face à la problématique du développement du Tiers Monde.

332Le schéma ci-dessus met en évidence cette adjonction de deux choix de provenance différente et la non-interaction du processus politique, représenté par l’entreprise, et du processus technique représenté par le groupe de travail : en l’occurence nous.

  • 13 Toutefois à cause de la non-représentativité des populations, nous nous sommes placés en substitut (...)

333L’acceptation tant du développement rural intégré que du programme de l’entreprise nous a permis de proposer une première orientation du développement régional13.

334Cette voie pose au départ une hypothèse fondamentale qui aura pour effet une réaction en chaîne d’hypothèses à chaque niveau du projet. Ainsi, la voie prise confirme l’aspect personnel de cette première phase, résultant d’une démarche plus intuitive que méthodique.

335Nous avons cherché à observer quelles étaient les lacunes de la démarche, afin de trouver une méthode opérationnelle, qui puisse s’appliquer à ce type de problèmatique. Autrement dit, nous allons tenter de théoriser sur la base du cas pratique, pour découvrir, en accord avec les objectifs, un modèle d’interaction entre processus politique et technique.

336Il est à constater que notre démarche a été biaisée sur certains points. Une des causes en est notre intégration à un processus déjà en cours : nous n’avons pas participé à la définition de la problématique, et avons dû assimiler les données du programme à des contraintes influençant immédiatement les choix possibles. Une bonne part des données de base du problème nous échappait ainsi. C’est pourquoi il était difficile de trouver une solution adéquate sur le fond de la question. C’est dans l’intention d’aborder tout de même le cœur du problème que nous avons concilié d’une part le programme de l’entreprise et d’autre part notre première vision du problème. Ces deux soucis nous amenèrent à faire des compromis quant aux buts et objectifs de ces deux logiques. A titre d’exemple, la solution la plus souple, certainement préférable pour les populations autochtones parce que plus proche de l’esprit du développement rural intégré, la solution qui consiste à produire de la canne à sucre villageoise sur des parcelles non irriguées au lieu d’entreprendre une production industrielle, n’était pas même envisageable.

337Se greffer sur une pratique signifait aussi accepter des contraintes de temps. Toutefois, le temps, s’il avait été partie intégrante de la démarche, aurait pu être un facteur positif, introduisant une dynamique évolutive en fonction de la modification du problème, permettant de réagir de « pas en pas » à chaque étape. Notre démarche progresse au « coup à coup », mais cette progression n’a pas pu être orientée en fonction du problème de fond ; elle est seulement fonction du rythme de progression du programme de l’entreprise. Ainsi notre étude, répondant à chaque étape au programme, apparaît comme une suite logique d’actes (scenarii) dans une opération d’un seul tenant.

338On constate dans le schéma de notre démarche l’absence d’une pluralité de groupes, puisqu’il n’y a que l’entreprise (politique) d’un côté et de l’autre le chercheur qui tente de s’identifier aux populations. Par ce biais on pourrait considérer qu’on a, à travers les processus politique et technique, une représentativité de l’ensemble des intérêts concernés.

339Il aurait fallu avoir en plus du technique lié à l’économique, une représentativité socio-culturelle au sein du politique qui influence directement le groupe technico-économique.

340L’interaction toutefois entre le processus politique et technique n’est pas intervenue, et la situation s’est trouvée modifiée comme suit : distinguons deux coalitions, le politique et l’économique d’une part, le technicien-chercheur et le socio-culturel d’autre part.

341L’inversion des rôles empêche l’interaction des processus technique et politique sur le choix de la méthode à mettre en œuvre (accord sur le processus).

342Une approche méthodique devrait permettre d’attaquer le problème de fond et non de forme, elle devrait assurer la participation dès le début du processus d’une pluralité de groupes (représentativité des acteurs). Elle devrait permettre une interaction entre le processus politique et le processus technique (pluralité des groupes et représentativité) afin de trouver un accord sur le principe d’action, puis sur la recherche commune d’un programme de travail. Il devrait être possible d’adapter une démarche dynamique et évolutive (où l’évaluation est un élément moteur qui sert à enrichir le processus) qui implique un modèle méthodique. Enfin l’approche méthodique suppose l’intervention d’un groupe de techniciens analystes interdisciplinaires afin d’enrichir l’approche générale et de diminuer les idées préconçues.

343Le démarche que nous avons suivie procède d’une contrainte qui prédétermine la solution possible. En d’autres termes, le choix de base inclus dans le programme contient une image fixe du produit final alors qu’au contraire, la méthode que nous proposons maintenant pour le démarrage de la deuxième boucle, part du processus global et aboutit à des choix partiels.

344Ainsi, deux qualités peuvent caractériser cette seconde étape : le choix reflète tout un processus issu de la pluralité des acteurs ; il n’est que partiel et tolère une remise en cause.

345Evaluation des effets sur le processus en cours : même si notre projet n’avait aucune influence directe sur le déroulement parallèle du projet de l’entreprise, la seule possibilité d’analyser un cas pratique, de pouvoir extrapoler théoriquement par rapport à des données concrètes justifierait à nos yeux la volonté de participer à une opération dont les buts, finalités et moyens divergent de nos propositions de méthode.

346En réalité, les effets de notre insertion dans le processus — à travers un bureau privé mandaté par la Sodesucre — ont certainement été très limités par la situation que nous occupions (temps passé dans le pays, approche universitaire). Cette situation nous a par contre autorisé une totale liberté de pensée et d’action. On peut signaler quelques points souvent sousjacents au système, mais rarement mis en évidence, que nous avons pu toucher.

347Notre projet confirme au niveau politique certains problèmes de pouvoir entre les Sociétés Autonomes d’Etat qui délimitent des chasses gardées et les services officiels, tenus à l’écart. Ce qui situe à nouveau les problèmes de la région dans le contexte de la politique nationale.

348Notre projet amène à une prise de position des édiles de la région (ministres, députés, autorité administrative) sur une variante d’implantation de l’agro-industrie intégrée à un développement régional.

349Notre proposition a une influence sur la politique de l’emploi à appliquer et sur le type d’aménagement à mettre en œuvre.

350Enfin, l’apparition de cette variante présentée et soutenue (quant à ses principes) au niveau ministériel pousse la Sodesucre à des concessions (actuellement verbales).

351En conclusion, il est paradoxal de constater que les impacts, même très faibles, que nous avons eus sur le processus en cours sont dus à la non-interaction décisionelle du processus technique et politique. Il en découle aussi une moins grande connaissance des impacts que notre proposition peut avoir eue.

352Dans les directives de méthode que nous proposons pour une « deuxième boucle », la connaissance des acteurs joue un rôle prépondérant. C’est pourquoi nous allons porter un regard critique sur l’analyse des acteurs que nous avions faite au moment de prendre contact avec le programme de développement sucrier.

353Seule la connaissance des acteurs en présence, de leur façon de percevoir le problème et des moyens qu’ils proposent pour le résoudre, permet d’intervenir dans un processus en cours de façon « opérationelle » et non « utopiste ». Si l’on tient compte de ce critère, la phase d’analyse des acteurs en présence a été faite d’une façon trop succincte. Même l’analyse du mode de vie villageois Gouro (cartographie) n’éclaire pas forcément les buts et l’ambition de la population quant au développement.

354Au départ de notre première boucle, nous avons pensé pouvoir définir les groupes d’acteurs par leurs objectifs ; toutefois la suite nous a montré la distance qu’il pouvait y avoir entre les objectifs prétendus et les moyens mis en œuvre. L’impossibilité de définir les acteurs par leurs objectifs nous a ensuite fait ressentir le besoin d’analyser leur logique interne

355La suite logique de notre évaluation devrait maintenant consister en une évaluation du projet lui-même ; toutefois, vu les lacunes énoncées ci-dessus et vu que les objectifs déclarés de l’entreprise se touvent être en contradiction avec les moyens que celle-ci met en œuvre, nous nous proposons de reporter l’évaluation du projet à la suite de l’étude des acteurs en présence. Cette redéfinition des acteurs et de leurs objectifs amorce déjà le début d’une deuxième boucle qui nous servira ensuite à mieux évaluer notre projet.

356En bref nous entamons maintenant une phase de chevauchement de la première et de la deuxième boucle.

Notes

7 Rapoport A., Pour une anthropologie de la maison, Dunod, Paris, 1972.

8 Meillassoux, C, Anthropologie économique..., p. 124.

9 Meillassoux C, Anthropologie économique..., op. cit., p. 124 et 125.

10 Observation d’un village gouro, Kouasseizra, où la persistance de la morphologie traditionnelle est garantie par un interdit concernant les formes d’habitat différentes.

11 Selon les auteurs de « Géographie zonale des régions chaudes », (Benchetrit, Cabot, Durand-Dastès) le chiffre de 10 habitants au km2 est considéré comme une valeur maximum. Néammoins, ces auteurs, émettent des restrictions face à une généralisation trop hâtive.

12 Il est à noter à ce propos le rôle important d’une série de tables rondes à Abidjan et à Genève, composées de spécialistes pluridisciplinaires réunis pour la discussion de notre travail. Celles-ci furent particulièrement fructueuses par une vision élargie et incisive de notre proposition.

13 Toutefois à cause de la non-représentativité des populations, nous nous sommes placés en substitut de celles-ci, déterminant nous-mêmes leurs aspirations. Ce substitut, bien sûr, méthodiquement parlant, n’est qu’un pis-aller, car de fait, les aspirations que nous prêtons aux populations s’inscrivent au mieux en « convergence parallèle » par rapport au choix des acteurs réels.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende N. B. — Le chercheur s’identifie à une série d’objectifs propres à une approche socio-culturelle qui apparaissent dans le tableau suivant.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-2.png
Fichier image/png, 515k
Titre TABLEAU GENERIQUE DES CARTES
Légende * les cartes marquées d’un astérique n’ont pas été reproduites dans le présent ouvrage. Seules figurent les explications descriptives y relatives.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende GONIWUOS ET DOGISCELLULES DOMESTIQUESCELLULES DOMESTIQUES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende RAPPORTS DE COMMENSALITE QUI MANGE AUTOUR DE QUEL PLAT
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende CASES, DOGIS ET STRUCTURE FAMILIALE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende RAPPORTS DE COMMENSALITÉ LIEUX DE PREPARATION ET DE CONSOMMATION DES PLATS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende CHEMINEMENTS AIRES A ACTIVITÉS PARTICULIÈRES FOCUS POINTS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende ELÉMENTS RÉLIGUEUX ET SURFACE D’ACTION
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende OCCUPATION SPATIALE SELON LE SEXE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende PERMANENCE ET MIGRATION SUR LE TERRITOIRE DU GONIWUO ET DU DOGI
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende REPARTITION DES PORPHOLOGIES EN FONCTIONS DES INDIGENES ET DES ALLOGENES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende REPARTITION DES TYPOLOGIES EN FONCTIONS DES INDIGENES ET DES ALLOGENIES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende ZONES DE MARGES ET ESPAGES - COURS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende PRINCIPAUX ELEMENTS STRUCTURANTS DU VILLAGE AU NIVEAU DU BATI
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Légende SURFACE PAR HABITANT DANS LA CASE ET SUR LA COUR
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende VEGETATIONS ET HYDROGRAPHIE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende CAMPEMENTS – TERROIRS ET RESEAUX DE CIRCULATION
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende DONNEES PEDOLOGIQUES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Légende INFRASTRUCTURE : MARCHES, VILLAGE CAMPEMENTS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende INFRASTRUCTURE : EQUIPEMENTS SCOLAIRES, SANITAIRES ET ENERGETIQUES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende DEMOGRAPHIE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende SITUATION ETHNIQUE ET GEOGRAPHIQUE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende TYPES DE CULTURES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende LES PLANTEURS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende APTITUDES PONDEREES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende ECONOMIE COMMERCIALE & MARCHES TRADITIONNELS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende NATURE DU DEVELOPPEMENT
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 1 AMENAGEMENT
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende POTENTIALITE DES TERRORS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende HIERARCHIE DES POLES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende STRATEGIE DANS LE TEMPS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 2 URBANISME
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende EXTENSION PREVUE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende ELEMENTS STRUCTURANTS DE L’IMPLANTATION
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende REGLES D’ACCES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 3 HABITAT
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende SCHEMAS DE GROUPEMENT
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende GROUPEMENT DE BASE PROPOSITION EN VARIANTES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende MODULE DE BASE PLAN ET ELEVATIONS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende GROUPEMENT DE BASE HIERARCHISATION SPATIALE
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende GROUPEMENT DE BASE : REAPROPRIATION SOCIO-COMMUNAUTAIRE LOGEMENTS DE FONCTION
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende STRUCTURE D’ACCUEIL POUR PETITES AGGLOMERATIONS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende UNITE D’HABITAT EQUIPEMENT SOCIO-COMMUNAUTAIRES PREAU – BÀ, DOUCHIERES, LIEUX D’EXTRETA
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende PROPOSITION 1: MODULES DISSOCIERSPROPOSITION 2: MODULES GROUPES
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3695/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 114k