Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Atelier

Chapitre II. De la capitale au village

Les milieux du développement, une organisation agro-industrielle en côte d’ivoire

Pierre Gurtner, Walter Lang et Michel Voillat

Texte intégral

1Le chapitre qui suit est une sélection de tableaux qui visent à fournir les éléments nécessaires à la compréhension du contexte dans lequel s’inscrit l’implantation de ce complexe sucrier agro-industriel ivoirien.

2La Côte d’Ivoire a opté pour une économie libérale qui fait appel à l’initiative privée (parfois locale, mais souvent étrangère). Quoique des mesures aient été prises quant à l’afflux des capitaux étrangers, ceux-ci ont quasiment la mainmise sur l’industrie ivoirienne. Un des maillons essentiels pour la « mise en valeur » du pays se situe dans le développement de l’agriculture d’exportation (café, cacao, coton, huile de palme, puis sucre...). C’est à ce titre que les agro-industries représentées par des sociétés autonomes d’État à participation financière étrangère, jouent un rôle important dans les échanges internationaux. La culture de la canne à sucre est encouragée par un programme qui prévoit d’ici 1985 l’entrée en production de 12 unités de 50 000 à 60 000 tonnes de sucre par an, ce qui confirme une décision de participer activement au commerce mondial du sucre, comme l’énonce le Président Houphouët Boigny : le sucre va devenir une denrée recherchée par les pays en voie de développement... « Notre sucre ne sera pas concurrentiel à court terme, cependant, à long terme, la demande évoluant, il le sera... ».

  • 2 Projet sucrier de Zuénoula. Etude de factibilité. Août 1976 (Socfino-HVA).

3Les chiffres prévisionnels du complexe sucrier de Zuénoula escomptent une production annuelle de 50 600 tonnes de sucre brut ainsi que de 18 500 tonnes de mélasse. L’implantation du complexe couvre une superficie de 6 500 ha pour la partie agricole et de 200 ha pour la partie industrielle ; on prévoit l’implantation d’une agglomération construite pour les employés et la mise en place des services nécessaires. Sur le plan social, le projet du complexe mentionne la création d’environ 5 500 emplois dont 3 500 permanents. Une population d’environ 35 000 personnes doit tirer ses ressources de l’activité du complexe sucrier, sans tenir compte des activités diverses, commerciales et artisanales induites2.

4La Sodesucre, Société Autonome d’Etat, confie la réalisation du complexe sucrier de Zuénoula à un organisme étranger spécialisé dans la mise en place de complexes agro-industriels, qui lui-même confie en sous-traitance la partie habitat de ce programme à un bureau privé d’Abidjan. C’est partiellement grâce à ce bureau que nous avons pu nous insérer dans le processus, tout en conservant une approche académique : notre totale liberté à l’égard de ce bureau nous y autorisait.

5Les unités de production sucrière tout comme les autres agro-industries, qui visent à diversifier les resources d’exportation, sont ou seront disséminées à l’intérieur du pays, afin de décentraliser le développement des régions de production. Cette mesure permettra aux populations rurales (80 à 85 % de la population totale) de passer plus facilement d’une économie d’auto-subsistance à une économie marchande. La Côte d’Ivoire concentre son énergie sur une politique de développement à outrance pour « combler son retard sur l’Occident », comme en témoigne la politique du plan quinquennal de développement économique, social et culturel de 1976-1980.

1. Politique du plan quinquennal de développement économique, social et culturel 1976-1980

6Le but de la décennie 1970-1980 est de passer d’une économie de croissance à une société de promotion individuelle et collective.

7Ce but peut être décomposé en objectifs : poursuite d’une croissance forte, accroissement de la participation des nationaux à l’activité économique, réponse aux aspirations de la population ivoirienne par la promotion d’activités individuelles et collectives.

8Traduits en options, ce but, ces objectifs donnent une longue liste de directives parmi lesquelles le maintien de l’ouverture de l’économie sur l’extérieur, la recherche d’une accélération du rythme de croissance, l’accélération de l’ivoirisation des emplois et des centres de décision, la recherche d’une transformation des modes de production du monde rural et artisanal, jumelée avec l’amélioration des conditions de vie en ville et à la campagne ; parmi les options définies, notons encore une meilleure participation de tous aux objectifs et aux actions de développement, la transformation des modes d’intervention de l’Etat et de l’administration, la mutation du système éducatif, enfin la recherche d’un développement mieux équilibré sur l’ensemble du territoire national et d’une coopération régionale accrue avec les pays voisins.

9Comparons très brièvement ces objectifs aux structures actuelles et repérons les moyens disponibles pour effectuer les mutations désirées.

10Qui peut décider quoi ?

  • 3 Projet de plan quinquennal de développement économique social et culturel 1976-1980 du Ministère du (...)

11En Côte d’Ivoire, le législatif est représenté par l’Assemblée nationale où siègent les députés élus par le peuple et les membres du Parti unique. L’exécutif est chapeauté par le chef de l’Etat dont le secrétariat, très développé, assure les relations avec les différents Ministères. Ces Ministères d’Etat contrôlent des organismes sous tutelle, ainsi que des services autonomes et des sociétés d’Etat. Notons que la gestion administrative du pays dépend du Ministère de l’intérieur selon la hiérarchie suivante : préfets, sous-préfets dont dépendent à leur tour les chefs de canton, chefs de tribu, chefs de village3.

12L’administration représente donc l’autorité à tous les échelons, une autorité qui s’exerce de haut en bas. C’est le Parti unique qui se charge officiellement du partage et de l’attribution des terres. Un fossé énorme sépare l’administration coutumière (charge honorifique attribuée aux anciens combattants et lettrés) et l’administration proprement dite.

13Pour la mise sur pied des programmes sucriers, le gouvernement agit par l’intermédiaire du Comité interministériel qui, en coopération avec la Sodesucre (société d’Etat), fait un appel d’offres ; c’est lui qui prend les décisions quoique ne disposant que de 10 % du capital, le reste étant emprunté à des sociétés étrangères.

14Le gouvernement ivoirien est maître d’œuvre selon une stratégie générale définie par le plan national de développement. Il a constitué, pour une durée limitée, un comité interministériel du sucre, chargé de fixer les objectifs d’aménagement des complexes sucriers conformément aux normes gouvernementales (réduction des disparités régionales, mise en valeur du territoire, meilleures réponses aux aspirations de la population). Il s’agit donc de concilier l’objectif économique, accroissement de la production sucrière, avec toute la gamme des objectifs généraux définis par le plan : la recherche d’une meilleur intégration sociale par exemple, ou encore les efforts pour favoriser des effets d’entrainement autour de l’activité sucrière proprement dite, ou encore le souci de sauvegarder l’environnement.

  • 4 La DATAR a instauré de nouvelles structurations et procédé à la division du territoire en Pays Rura (...)

15Soulignons à ce propos que certains de ces objectifs sont plus spécialement confiés à des organismes administratifs particuliers. Ainsi pour exemple, le Ministère au plan a fondé un organisme la DATAR, chargé de toucher toutes les régions et d’en stimuler le développement4.

16Les sociétés d’Etat constituent de véritables Etats dans l’Etat : la Sodesucre par exemple sous-traite de cas en cas à des organismes étrangers, qui ont toute liberté pour la mise en œuvre et la réalisation pratique de la tâche qui leur est attribuée. Ces organismes opèrent à leur tour souvent en sous-traitance avec des bureaux ou des entreprises implantés sur place. La machine technique et financière semble, en résumé, être assez bien rodée. L’analyse qui suit nous montrera que les « frictions » se situent bien davantage au niveau des problèmes sociaux induits par les transformations économiques.

2. Le pays, la société Gouro et l’évolution de l’individu dans la société contemporaine

17Le contexte géo-climatique Gouro ne correspond pas à une région naturelle physique ; il ne recouvre pas une région homogène et alterne savane et forêt tropicale humide. Il englobe les caractéristiques propres à ces deux milieux, deux saisons relativement sèches et deux pluvieuses, et en présente ainsi tous les aspects intermédiaires. Le régime des pluies et l’humidité influencent la couverture forestière. La région de Zuénoula est une zone de savane où apparaissent des coulées ramifiées (forêt-galerie). Les facteurs géo-climatiques ne semblent pas cependant avoir agi de façon déterminante sur le peuplement : la forêt présente des terres plus fertiles (ainsi que les réserves vierges) partout cultivables et une plus forte concentration de gibier. Par contre, la savane est paradoxalement mieux pourvue en eau. Cet avantage n’est cependant pas suffisant pour expliquer les différentes densités de population entre les deux zones (plus forte densité en région de savane).

18Il est permis de se poser la question de l’importance des critères physiques, climatologiques ou pédologiques dans le choix du lieu d’implantation du complexe sucrier, car certainement bien d’autres aspects furent pris en compte et non des moindres, telle par exemple la volonté de développement d’une région et de son ethnie, ainsi que le prône les directives du comité interministériel du sucre. A défaut de pouvoir trancher la question, de pondérer les critères, il nous a paru intéressant d’examiner la relation entre les deux critères sus-mentionnés en approchant un groupe d’acteurs important, les populations autochtones, celles qui connaissent et vivent le mieux la terre du futur complexe sucrier — et d’analyser les possibilités qui leur étaient échues d’influer sur le programme de développement.

19Nous allons tenter d’appréhender la société Gouro à travers les structures du pouvoir, l’organisation de l’économie traditionnelle et l’organisation sociale, en nous basant sur notre expérience ivoirienne et notre séjour de trois mois dans six villages situés aux abords du périmètre sucrier. Ces villages se répartissent en deux groupes sis de part et d’autre de la rivière Marahoué. Le premier groupe, sur la rive gauche, est affilié à la tribu Mè et comprend les trois villages de Kavaka, Goretta et Duanoufla ; le second affilié à la tribu Nyanagon comprend les villages de Séïzra, Duonéfla et Balogui.

  • 5 Meillassoux C., Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire, Paris, Mouton, 1964.

20L’ouvrage de Claude Meillassoux5 a facilité notre compréhension du pays et nous a éclairés préalablement sur l’importance de certains domaines d’enquête que nous aurions pu oublier. Bien que la société Gouro ne soit pas caractérisée par des institutions homogènes, elle n’en est pas moins régie par un certain nombre de lois, notamment au niveau de l’autorité politique et religieuse. L’autorité politique s’exprime à plusieurs niveaux ; nous expliquerons le principe de fonctionnement de l’autorité au sein de la famille, avant d’aborder le schéma de l’autorité au sein du village.

21Chaque membre de la communauté distingue ceux qui sont nés avant lui et dont il dépend (àvuezâ) et ceux qui sont nés après lui (àzuozâ). Celui qui ne dépend d’aucun aîné, est lui-même adulte (gone), tandis que celui qui dépend d’un aîné, sans que personne ne dépende de lui, est un enfant (pc). L’autorité se transmet par ordre de primo-géniture entre frères, ou à défaut, de père en fils. Ce sort de l’individu prend un sens égalitaire : il sait que tous ceux qui l’ont précédé ont passé par sa condition et qu’il passera immanquablement par toutes les étapes de l’autorité, moyennant l’accumulation du savoir traditionnel et de l’expérience. Si l’âge est un facteur d’autorité, le sexe l’est encore davantage. Les femmes obéissent aux hommes dès que ceux-ci sont considérés comme adultes. Chaque famille est dirigée par un chef : le chef de famille. Toute intervention d’un membre de la famille au niveau du village devra se faire suivant la voie hiérarchique : la femme s’en réfère à l’homme qui à son tour s’en remet au chef de famille ; de même, le jeune s’en réfère aux vieux. Le chef de famille est le médiateur entre le village et la famille.

22Deux types de règlement permettent de mettre en évidence la structure d’autorité du village. Une affaire personnelle ne nécessite pas l’intervention de tout le village, mais seulement de l’autorité immédiatement supérieure et ainsi de suite jusqu’à sa résolution.

23chef de famille

24chef de quartier

25chef de goniwuo

26chef de village

27chef de tribu

28Dans un cas concernant le village, le chef de village réunit le conseil des anciens, c’est-à-dire à peu près tous les chefs de famille. En parallèle, il réunit aussi les représentants du comité PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire).

29L’autorité religieuse comprend, pour ne mentionner que les personnes jouant un rôle significatif, le féticheur, représentant terrestre du masque qui fixe les modalités du culte d’adoration des masques, les règles à respecter et les interdits les accompagnant ; le monedoza (de mone : souris), devin consultant la terre par le truchement de souris et de coquillages qui participe à toutes les décisions importantes ; le responsable du masque, qui exécute les danses dont le pouvoir est limité par des règles très strictes et décide de la sortie d’un masque en cas de deuil ou d’initiation.

  • 6 Voir à ce sujet Meillassoux, C, Anthropologie économique..., Chapitre IV, pp. 89 et ss.

30Malgré la présence et le développement de cultures commerciales, le pays Gouro présente encore beaucoup de caractéristiques propres à une économie d’auto-subsistance6. Le travail ne s’est pas encore individualisé : une part de la production est communautaire, et l’organisation du travail collective Les produits vivriers sont encore en partie redistribués à l’ensemble des membres de la communauté sous forme de repas collectifs, à l’issue du processus de collaboration agricole.

31Les cellules de production et de consommation fondamentales sont le goniwuo et le dogi. Le goniwuo est issu de la communauté lignagère : l’ancêtre, l’aîné, les frères, les fils de l’aîné, les fils des frères, ainsi que le dépendants de chacun des hommes mariés et pères : épouses, vieilles mères, enfants en bas âge. Traditionnellement, cette communauté était la cellule de consommation et était formée de plusieurs groupes de production permanents travaillant de façon continue tantôt collectivement, tantôt individuellement sur des champs communs, à l’ensemble des travaux agricoles. La composition de ces groupes de production, si elle peut être décrite dans les mêmes termes que ceux de la cellule de consommation, ne comprend cependant pas les éléments inactifs du groupe : vieillards, infirmes, malades et enfants en bas âge.

32Les membres du goniwuo, remplissent une fonction prestataire à l’égard du goniwuozân, qui assure la fonction redistributive des biens vivriers.

33Ce modèle théorique de goniwuo-lignage n’existe plus à proprement parler. C’est dans le travail que se nouent les rapports d’autorité, la composition des groupes de production ne coïncide pas toujours avec le schéma généalogique. A la famille biologique, se substituent des familles fonctionnelles dont les membres sont associés par des obligations économiques plus que par des rapports de consanguinité (cas d’adoption). D’autre part, l’apparition de cultures commerciales provoque une individualisation de leur exploitation : l’appartenance de tous au groupe va en s’idéalisant d’un point de vue économique. Le goniwuozân, aujourd’hui, est chargé de récolter les participations exigibles auprès de ses membres lors de collectes, paiement de cartes PDCI (sur le plan social, la notion de groupe est encore très réelle). Enfin, dans le temps, ces lignages font apparaître des familles plus restreintes, des segments de lignage auxquels peuvent se rattacher des individus extérieurs au groupe.

34Le dôgi (la descendance, la cour) est actuellement la cellule économique et sociale déterminante qui est rassemblée dans la « cour » autour du kone zân (kone : domicile, concession ; zân : celui de) ou du goni zân (goni : foyer). Elle comprend généralement cm chef de foyer, un ou plusieurs frères, ses enfants, les enfants de ses frères, son ou ses épouses, la ou les épouses de ses frères, éventuellement la vieille mère, les tantes (également appelées mères), ou des éléments exogènes, l’épouse et les orphelins d’un « frère » faisant partie du goniwuo-lignage.

35Tous les dépendants actifs de l’aîné participent à la production de la cellule économique. L’aîné procède ensuite à la redistribution des biens au groupe entier (pas de possibilité de revendiquer le fruit d’un travail exclusif : la part du travail de chacun est confondue, non mesurable).

36Ce système assure la sécurité matérielle à tous les membres du groupe y compris les inactifs et ceux qui n’entrent pas directement dans le groupe de production agricole : premières épouses, artisans (exceptionnellement) ; il permet d’assurer sa perpétuation.

37Les « hommes » dépendants à l’intérieur du dôgi peuvent constituer parallèlement leur propre groupe de production constitué de leurs propres dépendants. Cependant, ils doivent en référer à l’autorité de l’aîné : le « vieux ». Ils ne disposent pas librement du produit de leur travail et font acte de soumission à l’autorité. L’aîné généralement leur remet les revenus de leur production.

38Au stade ultérieur, le dépendant devenant adulte (gone) peut assumer en plus du cycle de production, le cycle de consommation (redistribution des biens de production). Cette passation de pouvoirs économiques s’accompagne surtout du droit d’exercer son autorité sur ses propres dépendants. Le nouveau kone zân peut toujours en référer à l’aîné qui l’a « sis » ; par exemple, lors d’évènements dépassant ses compétences (manque d’expérience) en matière sociale ou économique. Mais en principe, le kone zân a la charge de gérer les cycles de production et de consommation.

39Les formes élargies de coopération agricole ne se pratiquent presque plus qu’au niveau des jeunes du village. Traditionnellement, à mesure que les dépendants de l’aîné se marient et deviennent adultes, la communauté se distend et la coopération se relâche... L’aîné continue à entretenir ses cultures (sources de produits nobles et de revenus lui permettant de continuer à jouer un rôle social important) avec l’aide de ses épouses et des dépendants plus jeunes. Cependant, les adultes (gonenus) ne sont pas quittes d’obligations pour autant. Avant que l’aîné ne transmette son autorité à un successeur — sur une communauté en désarticulation — il s’établit autour de lui une forme de coopération plus relâchée, intermittente et plus élargie, ouvrant la voie à une organisation collective du travail.

40Le bô, cette forme occasionnelle d’organisation collective du travail, rassemble des équipes non régulièrement constituées présentant un caractère prestataire et fonctionnant à l’égard d’individus vis-à-vis desquels les membres du bô ont des obligations. Le bô doit être convoqué par celui qui veut en bénéficier. Il s’étend aux obligés et alliés et même aux co-villageois et habitants de villages voisins. Il a la propriété de pouvoir rassembler des effectifs plus nombreux que n’importe quelle autre forme de coopération.

41Le bô familial s’étendant à un seul goniwuo (soit aux alliés par le mariage) se fait au profit des autorités lignagères traditionnelles. Un rang social élevé dans le lignage est une condition nécessaire pour bénéficier du bô, de même que la possession de biens afin de pouvoir offrir un festin à la fin des travaux.

42Le bô communal, recruté parmi tous les habitants (les jeunes en général) du village, opère au profit des hommes les plus éminents — chef du village, goniwuozâ ou aîné d’une communauté —. Il est mobilisé pour des travaux agricoles importants (sur plantations vivrières ou commerciales) ou pour la construction d’une case, l’exécution de travaux de terrassement, la confection d’une toiture, la collecte de chaume.

43Le bô et les associations de divertissement (football, danse) n’ont pas actuellement pour but de fonctionner comme groupe de travail, mais sont susceptibles de servir de base à leur recrutement. On obtient le bô en s’adressant alors au responsable de la société. Cette forme de bô est dirigée par un « président ». Toute personne peut faire appel au groupement coopératif, moyennant le repas ainsi qu’une rétribution, pour des travaux de plantation par exemple. Certains groupements travaillent selon un tarif forfaitaire

44Le Klalà, une forme d’entraide particulière, se développe dans les villages où le fractionnement social observé (les communautés agricoles ne coïncident plus avec les lignages) ne permet pas les formes de coopération larges (goniwuo, comme cellule de production, bô lignages,...). Cette forme de coopération est fondée sur une réciprocité immédiate et non sur des obligations hiérarchiques, et fonctionne au profit mutuel des participants qui s’associent par affinités. Les membres du groupe travaillent ensemble sur les champs de tous les membres du groupe, chez les uns et les autres. Cette entraide, à charge de revanche, est stimulante : « En groupe, nous avons plus de cœur à l’ouvrage ; seul on serait découragé... ». Dans un village, il est possible de rencontrer plusieurs de ces groupes d’entraide constituant des groupes d’intérêt et d’affinité divergents.

45Des pages précédentes, il découle qu’il n’est pas possible de dissocier l’individu de ses déterminismes sociaux. Il se situe donc dans un système de références et dans un contexte qui agit sur lui à travers son système de valeurs, sa conception de la vie. Les autres forces agissantes sont celles liées à l’appartenance aux groupes et créent des pressions allant de l’appartenance à l’ethnie, à l’appartenance biologique et à l’appartenance au groupe de descendance lignagère.

46L’individu dans la société contemporaine conserve des attaches très profondes avec la société traditionnelle, qui présente toujours les caractéristiques de l’économie d’auto-subsistance, mais il se trouve actuellement confronté aux valeurs d’une société basée sur l’économie de marché.

47Il s’est historiquement heurté aux valeurs nouvelles de l’administration coloniale et à l’introduction par celle-ci des cultures commerciales. L’administration coloniale a apporté une nouvelle hiérarchie des pouvoirs et a déclanché un processus de segmentation de la cellule économique et sociale du goniwuo. Aussi une nouvelle cellule de production et de consommation est née : le dogi. Elle a introduit également un régime d’autorité et de contrainte, que l’individu (que l’on peut dissocier de la collectivité) se refuse à admettre. Tout d’abord, il a tenté d’y échapper ou est entré en conflit avec elle. Pour contrôler et gérer les foyers d’insurrection, les militaires procédèrent au regroupement de villages et de campements (constitués selon les groupes-lignages). Dans ce but, et afin de recruter aisément la main d’œuvre des entreprises coloniales privées, l’administration les força à se situer sur les axes de circulation. De plus, elle a introduit et nommé des chefs de village choisis parmi les éléments les plus dociles...

48Tentant d’introduire une structure « démocratique » calquée sur le système administratif français, l’administration coloniale soumet dès lors l’individu aux instances et décisions d’une politique à un nouveau niveau représenté par le sous-préfet et à une nouvelle hiérarchie allant du chef de canton (administration coloniale), passant par le chef de tribu (correspondance avec la structure traditionnelle), aboutissant au chef de village (administration coloniale). Les transformations ont déclenché tout un processus de conflits sociaux (rivalités entre tribus insurgées et tribus soumises à la loi du plus fort...) qui modifièrent considérablement la vie des Gouro.

49Nous avons déjà parlé de l’égalitarisme et du régime de solidarité dans la société traditionnelle. Les rapports de soumission et les possibilités d’accession à la richesse sont égaux pour tous les individus puisque ceux-ci acquièrent forcément au cours de leur vie le statut d’aîné. D’autre part, les valeurs essentielles liées à la religion sont assimilées et comprises comme étant les mêmes pour tous. Par contre, les transformations imposées par l’administration coloniale, qui ne sont liées à aucune contrepartie, revêtent un caractère impératif, sans espoir de dialogue, annulant le jeu des relations sociales basé essentiellement sur la palabre.

50L’indépendance de la Côte d’Ivoire a peu changé les rapports d’autorité de l’administration avec les populations : l’administration du pays est toujours associée à la mainmise des « Blancs ». Il en va de même pour le parti unique du gouvernement. Le règne de l’administration coloniale a eu pour premiers effets de modifier la nature de l’économie d’auto-subsistance.

51L’introduction du salariat aura peut-être comme conséquence la désintégration définitive de la cellule économique et sociale traditionnelle de base, le goniwuo, et comme nous l’avons dit, la consolidation d’un nouveau groupe, le dogi. Le dogi (la cour, la concession) signifie pour les Gouro, l’espace où se développe l’essentiel des relations sociales du groupe limité généralement à une seule famille étendue ou à une famille étendue alliée à des familles restreintes. Il permet l’expulsion d’un individu indésirable : « ... sors de mon dogi... ».

52L’attachement à l’appartenance lignagère, à l’ethnie et aux phénomènes religieux a conditionné et conditionne encore la vie de la société Gouro. L’autorité traditionnelle est-elle remise en question par le changement ? Dans la tradition, les quelques notables possédaient la totalité des richesses. Le passage d’une économie de troc à une économie monétaire a favorisé un cumul des pouvoirs, car les mêmes personnes possèdent actuellement la fortune et l’autorité qui en découle. Les institutions traditionnelles ont assimilé le nouveau régime ; elles respectent la propriété économique qui est loin d’amoindrir l’autorité patriarcale. Cette autorité n’est pas remise en question sur le fond, mais seulement sur la forme. On conteste l’homme et non le système, le passage temporel de l’autorité, et non l’institution.

53Néanmoins, deux causes peuvent ébranler l’« édifice traditionnel » : l’exode rural et la scolarisation. Sans tenter l’explication nous pouvons dire que l’exode rural nous montre le paradoxe d’un acte qui affirme l’autorité du patriarche en même temps qu’il l’effrite. La décision d’un homme d’émigrer peut dépendre d’une volonté propre ou d’un consensus familial. Dans ce cas, l’autorité traditionnelle est toute-puissante ; pour des questions de subsistance, une décision commune est prise de nucléariser la grande famille. De même, l’homme qui désire émigrer demande l’autorisation au chef de famille et la reçoit après palabre. Il reste dans le système, ce qu’il fait est bon pour la communauté. (Un villageois émigré à la ville dépend du chef de famille traditionnel, y paie sa carte PDCI et rentre à chaque manifestation importante). En revanche, il arrive, rarement, que l’autorisation soit refusée ; si à ce moment l’homme s’enfuit, il récuse l’autorité du chef et se bannit presque obligatoirement du village. Et si la fortune lui sourit à la ville, il reviendra dans son village natal en homme respecté, moins pour sa valeur que pour son argent qui pourrait se révéler utile au village.

54Pour ce qui est de la scolarisation, elle a pour principale conséquence de favoriser l’exode rural par le fait que « ceux qui ont fait les bancs » trouvent les travaux des champs dégradants. Dans le meilleur des cas, le jeune (entretenu par sa famille !) accède à un nouveau type de savoir qui le valorise et lui ouvre plus vite les portes de « l’honorabilité ». Les deux savoirs traditionnel et moderne ne s’affrontent pas, ils se cumulent. Le jeune lettré sera plus souvent consulté et en cela, il empiète sur le domaine traditionnel d’autorité. Mais il ne le remet pas en cause, car demain, il le possèdera et de façon encore plus flagrante.

55Persistance de la société traditionnelle ? oui ! Dissolution ? non !, mais une « évolution », un changement qui se fait au rythme et à la manière africaine, sans pour autant, actuellement encore, changer les vraies valeurs africaines, la famille élargie et l’autorité patriarcale.

56Notre principale préoccupation étant de savoir ce que sera le demain de cette société en mutation, nous nous sommes attachés à essayer d’en comprendre le comment, en dialoguant avec des Africains lettrés et salariés de longue date qui pouvaient présenter les prémices de cette société « moderne » ivoirienne tant désirée par le gouvernement et si mal agréée par les populations.

57La sécurité et la stabilité d’un salaire qui tombe tous les quinze jours peuvent satisfaire économiquement le Gouro habitué à une rentrée annuelle et aléatoire d’argent (récolte). La famine et la disette ne sont plus à craindre. L’homme qui ramène un salaire devient important. L’adaptation est difficile, lente et longue. Le pas franchi place le salarié dans une caste de nantis ; il est très rare de voir le salarié travailler aux champs ; ou il n’a pas de champs, ou il a assez d’argent pour engager des manœuvres ou avoir deux ou trois femmes qui travailleront ses champs. On lui paie un produit, son travail, et lui consomme, achète, abandonne la culture vivrière qu’il considère comme dégradante. Il entre dans la société de consommation et de production, mais souvent, il consomme plus qu’il ne produit, et vit chichement.

58De plus l’emploi est proposé à l’individu et non au groupe. Il est conditionné par le lieu et le type de travail. Il doit suivre son exigence et abandonne la structure traditionnelle. Que l’employé soit célibataire ou marié et père de famille, le logement qu’on lui propose sera identique ; il correspond à la notion d’emploi à l’européenne. Au contact du modèle européen, la famille tend à se nucléariser. L’employé suit l’offre de travail, quitte son village pour aller dans des régions d’ethnie différente. L’unité économique forte qu’est le salaire fait naître la notion d’individu ; c’est son travail et non plus le travail du groupe ; c’est son argent qui nourrira sa famille proche et non plus élargie. C’est l’accession à la propriété financière doublée d’un déracinement qui entraîne un phénomène de protectionnisme, d’égoïsme parfois jusqu’alors inconnu. On se méfie du groupe, on se replie sur soi pour fonder cette cellule sociale « sûre » : homme, femme, enfants. Cette situation apparaît inéluctable dans un avenir très proche malgré un contexte africain traditionnel encore puissant.

59Le salaire ne remplace pas la sécurité apportée par l’ensemble communautaire et ses lois de l’entraide. La stabilité, mais aussi la dépendance d’une rentrée d’argent assurée est une sécurité uniquement économique. Le Gouro fait-il la différence par habitude ou par obligation ? Il est difficile de distinguer quand, et à quel stade, l’un l’emporte sur l’autre.

60Les règles du groupe impliquent l’entraide, mais dans ce cas, c’est la communauté qui produit ; dans l’autre, c’est l’individu. Celui-ci devra entretenir, en tant que nanti, les déshérités de sa famille proche et lointaine. Le refus de ces régies est encore impossible et créerait une rupture trop abrupte avec la tradition. De même, le contexte religieux a une grande influence et le sorcier a le pouvoir de jeter sur le salarié toute une série de malédictions. On ne détruit pas facilement des siècles de respect des lois coutumières. Pour l’instant, tant par crainte des représailles que par sa volonté propre, le salarié Gouro loge, nourrit et habille un roulement « d’invités ».

61L’hospitalité se perd à travers l’acquisition du sentiment d’individualité dû au pouvoir économique ; c’est l’âme de l’Afrique qui s’en va ; déjà, on ne donne plus, on se fait prendre : la forme reste, mais le fond a changé.

62La région Gouro est restée longtemps à l’abri du développement général de la Côte d’Ivoire, et présente de forts facteurs de résistance par la persistance des rites et des valeurs traditionnelles. Aussi la perte d’identité causée par le bouleversement extrêmement rapide que provoquent les corollaires de l’implantation d’un programme de production de canne à sucre industrielle, risque de ce faire sentir d’autant plus fort.

63Actuellement, alors que les premiers symptômes de bouleversement apparaissent de façon visible, il semble que les populations n’aient pas encore de conscience véritable de celui-ci, et que leurs aspirations témoignent d’un décollement entre la forme et le fond. Aussi, ne mesurent-elles pas les corollaires « turbulents » des nouveautés qu’elles prennent pour modèle, ni leurs impacts sur leur mode de vie.

Notes

2 Projet sucrier de Zuénoula. Etude de factibilité. Août 1976 (Socfino-HVA).

3 Projet de plan quinquennal de développement économique social et culturel 1976-1980 du Ministère du plan. Cf. plus particulièrement le tome III (fascicule IV, mai 1976) traitant de l’administration, de l’aménagement du territoire, de la croissance et des équilibres économiques.

4 La DATAR a instauré de nouvelles structurations et procédé à la division du territoire en Pays Ruraux pour favoriser le dialogue entre sous-préfets et populations. Le nombre des pays ruraux s’accroît constamment (ils sont actuellement 750) et ils constituent un moteur au développement dans la mesure où chacun d’eux comprend un « village centre » qui sera pourvu d’équipements plus importants que les autres. Ce facteur est important pour l’étude du projet sucrier de Zuénoula.

5 Meillassoux C., Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire, Paris, Mouton, 1964.

6 Voir à ce sujet Meillassoux, C, Anthropologie économique..., Chapitre IV, pp. 89 et ss.