Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Atelier

Introduction à « Terres noires, ombre blanche

Projet de développement agro-industriel en Côte d’Ivoire »

Pierre Gurtner, Walter Lang et Michel Voillat

Note de l’auteur

Cette étude a été présentée pour l’obtention du diplôme d’Architecte EPFL.

Texte intégral

« L’étranger ne voit que ce qu’il sait »
Adage africain

1La Côte d’Ivoire incarne pour beaucoup d’Africains un idéal de « développement » ; pour nous une synthèse de tous ses dangers.

2Non avons eu la possibilité de nous intégrer, de façon active, à un programme de développement agro-industriel. Il s’agit d’un complexe sucrier prévu dans la région de Zuénoula en ethnie Gouro. Ce type de projet, de plus en plus appliqué en Côte d’Ivoire, ne nous est pas totalement étranger puisqu’il est le reflet d’une formule de développement typiquement occidentale. Il nous fournira les éléments empiriques pour la discussion et pour une réflexion sur les moyens adéquats à mettre en œuvre pour un réel développement et sur notre droit d’intervention.

  • 1 Preiswerk R., « Relations interculturelles et développement » in Le savoir et le faire, Paris, PUF, (...)

3Notre étude n’est pas à considérer seulement comme une analyse de cas ou comme le procès d’un mode de développement mais aussi comme un projet qui s’inscrit en opposition aux théories longtemps admises en matière de dépendance d’Amérique Latine, d’Afrique et d’Europe en récusant comme eux les concepts de dualisme et de diffusionnisme que nous schématisons ci-dessous et ainsi résumés par R. Preiswerk dans le Savoir et le Faire : « Selon le premier concept, les économies du Tiers Monde seraient formées d’un secteur « moderne » et d’un secteur « traditionnel », ce dernier étant resté à l’écart du développement et ayant à rattraper un retard. Selon le deuxième concept, « les progrès » qui se réalisent dans le secteur « moderne » doivent s’étendre à l’ensemble du pays par un processus de diffusion des produits de consommation, des techniques, des modes de comportement, des institutions »1.

4Si en effet cette conception classique du développement amène des avantages à quelques privilégiés, en revanche, la masse des populations du Tiers Monde voit son patrimoine culturel s’appauvrir, sa dépendance économique s’accroître et les inégalités s’institutionnaliser.

5C’est dans ce contexte, où toute intervention même technique n’est pas neutre, que nous tentons de situer notre étude.

6Notre rôle d’architecte peut-il prétendre se limiter à celui de conseiller technique ? Ne devons-nous pas nous préoccuper avant tout des conséquences de notre intervention ? Avons-nous le droit d’imposer nos solutions en arguant d’études scientifiques, techniques ou même socio-culturelles ?

7Voilà les questions auxquelles nous allons tenter de donner quelques éléments de réponse.

Notes

1 Preiswerk R., « Relations interculturelles et développement » in Le savoir et le faire, Paris, PUF, 1975 (Cahiers de l’IUED, Genève), p. 72.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k