Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village piégé

 | 
Antoine Brawand
, 
Mireille Calame
, 
Christine Dabat
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Un projet de développement : le complexe agro-industriel sucrier Zuénoula, en Côte d’Ivoire. Un plan à élaborer : celui de l’ensemble d’habitations destiné au personnel du futur centre. Un groupe d’experts consultés : de jeunes architectes suisses formés à l’Ecole Polytechnique Fédérale.

2Ce groupe de trois personnes est l’auteur d’une recherche qui quitte rapidement les larges voies fréquentées d’ordinaire par les techniciens du développement. En la publiant, l’équipe des « Cahiers » entend prolonger, en direction de la pratique, une réflexion commencée de longue date dans le domaine des sciences sociales.

3Tenter d’élargir le champ de l’interdisciplinarité ; plusieurs tentatives ont montré déjà que la chose n’est pas toujours aisée. Bien plus, l’exercice est ici lourd de conséquences pour ceux qui l’entreprennent, puisque la réflexion critique des trois architectes les amènera en fin de compte à reconnaître leur projet comme impossible. Défaite ? Victoire ? Une fois de plus, la réflexion sur la pratique soulève davantage de questions qu’elle n’en résout. Car derrière les obstacles techniques surgissent les problèmes éthiques, gênants, incontrôlables, et que peu de praticiens de l’urbanisme et du développement ont eu jusqu’ici l’incongruité de soulever à propos d’une tâche concrète. Depuis quelques années, anthropologues, économistes, sociologues du développement fréquentent passablement ces questions d’ordre moral. Pour les avoir posées, ou reposées depuis peu, comme chercheurs des sciences sociales, nous nous sentons solidaires de ceux qui s’exposent à commettre comme nous les crimes de lèse-progrès, de lèse-technique, voire de lèse-développement ; pour le seul profit de leurs convictions intimes.

4Construire, « développer », pourquoi ? Mais surtout pour qui ? Nous constatons aujourd’hui qu’avec des instruments divers des architectes, des économistes, des historiens, des sociologues du développement en arrivent ensemble à cette interrogation. Le présent « Cahier » veut en témoigner. Il a pour noyau central un travail d’architecture, construit autour d’une étude cartographique.

5De brèves contributions le prolongent comme une étoile ces incursions plus théoriques n’ayant d’autre but que d’apporter davantage de matériaux à la réflexion centrée sur une question concrète, localisée dans l’espace et dans le temps.

6Le présent « Cahier » n’est pas un ouvrage sur Vagro-industrie du sucre, ni une critique du modèle de développement de la Côte-d’Ivoire. Il ne s’agit pas davantage d’un essai sur la pratique des architectes. Notre propos, plus modeste, est de faire converger vers une problématique concrète des réflexions diverses allant des questions d’évaluation et de prise de décision (Veuve) jusqu’aux problèmes du marché du sucre (November), observés aussi sous l’angle historique (Forster), en passant par une analyse théorique du phénomène « urbanisation » (You) et de propriété foncière (Kouassigan).

7Ces réflexions diverses peuvent converger vers un même constat : lorsqu’ils s’interrogent sur la destination de leurs efforts ou sur le moteur des transformations auxquelles ils contribuent, les « experts » voient qu’ils ne contrôlent que très imparfaitement les transformations qu’ils sont censés prôner, promouvoir ou opérer : à peu près autant que le chauffeur d’une locomotive contrôle la direction de son engin lancé sur les rails. Les chercheurs comme les praticiens ont rarement les moyens d’opérer une véritable réorientation de ces changements. Voilà l’une des limites, sans doute la plus évidente de ces efforts.

8Autre difficulté : elle a trait à un problème de coordination, et de lisibilité. Les concepts récemment forgés pour l’usage des sciences sociales s’avèrent souvent peu commodes à manier pour les architectes. De ce fait, gardés à l’abri de toute pratique, ces outils ont rarement servi. Trop lourds pour être utilisables ? Trop polis pour être transposés dans le domaine du concret ? On a parfois le sentiment que les praticiens renvoient à l’ouvrage l’anthropologue aux mains propres et à la langue un peu chargée : il faut d’autres instruments qui devraient répondre à des questions telles que : quel matériau utiliser ? Combien de douches ? Ou encore faut-il placer les cuisines dans les bâtiments ou dans les cours ? Si bien qu’on en vient à se demander si la collaboration entre praticiens et théoriciens du développement relève de l’utopie.

9Une telle collaboration semble facile lorsque tous s’attellent à un projet de développement sans remettre en question la définition préalable de ce dernier, si chacun inscrit son travail dans le sens du « progrès », contenu déjà dans la notion de « développement ». Mais la question est bien plus délicate si l’on tente de remettre en cause le cadre dans lequel s’inscrit le projet.

10Cette remise en question a évidemment des conséquences plus immédiates pour le praticien que pour l’universitaire.

11La troisième difficulté que nous avons rencontrée provient donc de l’éloignement des différents points de départ. S’attaquer d’emblée à résoudre des problèmes techniques équivaut pour le théoricien à défendre la logique importée du centre, afin de perpétuer la colonisation de la périphérie. Une colonisation plus suave peut-être, mais qui s’inscrit bien dans un processus d’aggravation de la dépendance. Comment en serait-il autrement puisque la notion même d’architecture telle que nous la concevons est étrangère à la tradition des Gouro, les futurs habitants du complexe agro-industriel. C’est ce qui saute aux yeux du premier anthropologue venu.

12Dans le cadre longuement codifié de notre architecture occidentale, les innovations — l’introduction du solaire par exemple, ou de tel matériau local — ne remet pas en cause la dynamique du « progrès ». Ainsi, il ne suffit pas d’étudier les mœurs des Gouro pour trouver le moyen de construire sans trop de disgrâce un modèle d’usine cohérent et productif qui n’ait pas l’air de bouleverser trop brusquement la vie culturelle et économique des populations concernées. Toute transformation actionne les leviers de l’étrangeté, quel que soit le souci des techniciens de la ligne droite, à rechercher désormais « l’adéquation aux réalités sociales en mutation ».

13C’est pourtant cette recherche qui préoccupe les auteurs de « Terres noires, ombre blanche » tout au long d’une première boucle, jusqu’au moment où une interrogation plus fondamentale surgit des cartes et des plans. Dans une seconde boucle, les auteurs amorcent une critique sur le sens même de leur projet. Cette réflexion sur le développement passe par la critique des « développés-développeurs » que nous sommes. Quatrième obstacle et quatrième limite de la tentative : la critique laisse son auteur plus démuni, littéralement, lorsqu’il renonce par exemple à jouer le jeu de la compétition pour obtenir l’exécution d’un travail qu’il n’approuve plus. En outre, une fois formulée, cette même critique reste nécessairement inaboutie : renonçant au rôle de promoteur du progrès, les techniciens du développement — nous l’avons souligné — n’ont en général pas le loisir de transmettre leurs pouvoirs, si limités soient-ils.

14Dès lors, il apparaît que la question n’est plus tellement de transmettre, la seule issue est d’inventer. Victoire ? Défaite ? Le voies d’un développement véritable restent largement à découvrir. En attendant, la critique laisse son auteur plus dépouillé. Il est nu, diront les riches habitants des métropoles, indécent s’indigneront les nouveaux colons.

15Sans doute l’est-il, un peu à la manière du Sauvage, qui lui aussi fut inventé pour les besoins de l’Occident avant d’être découvert.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site